Choriste du mois


Partagez | 
 

 03. A House is not a Home ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
03. A House is not a Home ... Empty
MessageSujet: 03. A House is not a Home ...   03. A House is not a Home ... EmptyMar 17 Avr - 15:50

Un feu. Encore un feu rouge. Mince alors, Lima n'était qu'un véritable feu d'artifice géant. Mercedes pianota d'impatience sur le volant de sa voiture. Elle en profita pour se regarder dans le rétroviseur intérieur, histoire de redonner du volume à ses boucles brunes et de voir si son maquillage tenait. Non, elle ne prenait pas tant d'importance à son apparence pour un hypothétique rencard galant. Elle avait vite abandonné l'idée de plaire à nouveau à un garçon, et finalement, elle se sentait bien toute seule. Non elle avait rendez-vous avec sa meilleure amie, Tina. Mais là, ce n'était pas entre deux poses que lui accordait généreusement la patronne de Mercedes, ou alors après les cours. C'était une vraie discussion et de vraies retrouvailles qui allaient se dérouler chez Tina, autour probablement d'un café, peut être d'un thé connaissant la jeune fille. La jeune étudiante souri à l'idée de retrouver de façon calme et posée l'asiatique. Mais elle redoutait aussi de se retrouver seule avec amie. Depuis l'affaire "Artie", Mercedes ne savait pas vraiment comment se placer par rapport à Tina. Tina était son amie, sa meilleure amie, mais en même temps, elle ne comprenait pas comment on pouvait être amoureuse et tromper celui qu'on aimait. Elle secoua la tête pour chasser ses mauvaises pensées, et se reconcentra sur le feu qui la narguait de toute sa couleur rouge. Et les passants qui n'en finissaient de marcher devant sa voiture, comme pour parachever son désaroi.

"Allez, bouges toi, j'ai pas que ça à faire!" Vociférer après les feus rouge qui refusaient de lui obéir, un vrai passe-temps pour la jeune fille. Et elle allait être en retard. Mercedes détestait ça. Enfin, elle détestait que les autres le soit, alors qu'elle le soit, elle, serait un comble. Montrer l'exemple en quelque sorte. Le feu passa miraculeusement au vert, miracle. Et Mercedes n'apprécia jamais autant cette couleur qu'à cet instant. Elle se promit intérieurement de porter cette couleur le lendemain, histoire de rendre hommage aux divinités de la route qui lui permettraient peut être d'aller à son rendez-vous avec Tina dans les temps. Elle voyait déjà une tunique en satin vert bouteille tomber sur ses hanches généreuses et féminines, les escarpins qui allaient avec, le maquillage assorti. Plongée dans ses pensée esthétiques, elle ne vit qu'au dernier moment les voitures la dépasser, certains conducteurs lui lançant des regards furieux, pensant surement que femmes et voitures n'étaient pas de bonnes mesures. Les pneus crissèrent d'impatience sur le goudron tandis que la jeune fille enfonçait violemment la pédale d'accélération, dévalant à toute vitesse les quelques mètres qui la séparaient de l'appartement de son amie. Après avoir râlé une fois de plus devant le manque de place, elle se gara à quelques pas de la résidence, et ferma sans regarder derrière elle sa voiture. Elle se retourna pour regarder son reflet déformé, et peu flatteur pour ses hanches, dans les vitres de son véhicule. Sac, ok. Coiffure, ok. Rouge à lèvres, ok. Mascara, ok. Listing, done. Elle souffla, évacuant le stress de la journée comme avant une entrée en scène. Et poussa la porte de la résidence qui grinça un peu, comme grognant qu'on l'ouvre en pleine soirée.

Mercedes se stoppa net dans l'entrée. Une volée de marches s'étalait gracieusement devant elle, langoureusement, s'enroulant avec amour autour d'un pilier de béton. Et ce genre d'amour, Mercedes s'en serait bien passée. Elle regarda presque avec dégout ses talons hauts, ressentant déjà les muscles de ses pieds lui demandant grâce et donnant leur reddition avec bonheur. Elle gémit, soupira, se fit prier par sa conscience qui lui rappelait sadiquement qu'elle était déjà en retard, et gravit les quelques marches qui acheva Mercedes de se faire détester par ses pieds engoncés dans de magnifiques Prada roses. Elle fit un tour du désastre: coiffure inexistante, robe plissée, pieds HS. Elle passa une main lascive dans ses boucles pour tenter de sauver son image, tira sur sa robe pour lui redonner une tenue uniforme, et repensa au prix de ses chaussures, ce qui lui permis d'oublier temporairement la douleur de ses talons. Elle pris son courage à deux mains, sorti de son sac en satin noir une boîte qui contenait un cadeau pour son amie, et frappa quelques coups secs sur la porte en croisant les doigts pour que son allure de diva soit toujours au rendez-vous. Ne manquait plus que Tina.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. A House is not a Home ... Empty
MessageSujet: Re: 03. A House is not a Home ...   03. A House is not a Home ... EmptyDim 6 Mai - 1:17

La radio était perpétuellement allumée chez Tina. La musique était un bruit naturel dont elle avait besoin, au travail elle n'avait que les hurlements des mères et des bébés en guise de fond sonore. Le Glee Club lui avait laissé des souvenirs impérissables, elle adorait pousser la chansonnette, toute seule dans son appartement, pendant des heures. Aussi, cet après-midi là, en attendant sa meilleure amie, elle fredonnait en passant l'aspirateur. Elle préférait que tout soit propre pour accueillir Mercedes, c'était son petit côté maniaque qui ressortait une fois de temps en temps...

Ces derniers mois, elle et son amie n'étaient pas en froid, mais disons que la jeune femme avait l'impression que depuis l'histoire avec Artie elles ne savaient guère comment se parler. Tina sentait qu'elle avait pris ses distances, c'est pourquoi elles n'évoquaient jamais le sujet. En revanche, elles pouvaient parler des heures de leurs avenirs respectifs, de leurs amours - pour l'instant inexistantes, mais ça ne les empêchait pas de rêver – des histoires de filles...Mais la jolie Vietnamienne évitait comme un sujet tabou les amours, en tout cas les siens. Elle savait que lorsque la conversation dérivait, elle se tenait presque sur ses gardes, pour ne pas laisser échapper un seul regret, une seule plainte à ce sujet. Mercedes pouvait bien lui raconter toutes ses petites histoires sentimentales, elle ne laissait traîner aucun indice à ce sujet – comme si elle n'avait pas le droit de retrouver quelqu'un après l'affront qu'elle avait commis auprès d'Artie.

C'était le seul grief qu'elle avait dans sa relation à sa meilleure amie. C'était peut-être pas grand-chose, mais les histoires entre filles comportaient principalement des histoires de coeur et de grands questionnements sur la personne élue de son coeur; mais Tina ne parvenait pas à partager ce genre de chose avec son amie. Et elle savait très bien pourquoi; le sujet étant devenu presque tabou.
C'était sûrement stupide, au fond, mais elle n'avait pas à se plaindre et elle abordait le sujet avec d'autres amies, avec qui elle était moins proche qu'avec Mercedes...Un jour viendrait, peut-être, où cette tension qui régnait disparaîtrait, et tout redeviendrait comme avant, du temps où elles étaient toutes deux lycéennes à McKinley.

Tina arrêta l'aspirateur au milieu du petit salon, et rangea le matériel dans le placard de l'entrée, songeuse. Récemment, elle avait revu Artie et son cœur balançait depuis. A vrai dire, voir le garçon et lui parler lui avait fait réaliser à quel point elle avait été stupide de planter là le jeune handicapé pour un mec qu'elle avait embrassé en milieu de soirée étudiante alors qu'elle avait trop bu.
C'était précisément ce genre de pensées qu'elle aurait aimé partager avec Mercedes. En refermant la porte coulissante du petit cagibi, elle décida qu'elle essayerait d'en parler avec son amie quand elle arriverait, au milieu de l'après-midi et à la faveur d'un thé et de confidences féminines.

Elle revint dans le salon et s'activa, observant de temps à autre les abords de l'immeuble. Son amie était rarement en avance, elle avait tendance à être plutôt en retard et dans ce cas précis, Tina devait avouer que ça l'arrangeait bien. La pièce où elle avait dressé la petite table à thé était dans un désordre innommable. S'affairant de plus belle, elle fit de nombreux allers-retours entre le salon et sa chambre, où elle rangea tous les vêtements qu'elle avait récemment achetés, craquant lors des soldes et délestant pour partie son compte en banque, qu'elle avait fourni puisqu'elle n'était, heureusement, pas de nature dépensière, à l'inverse de Mercedes, toujours très bien habillée et bien chaussée.
Si la jeune Vietnamienne adorait ses fringues, elle les préférait la plupart du temps confortables et pratiques. Elle aimait porter des jupes et des robes, mais pas quotidiennement, et surtout pas quand elle n'avait pas prévu de sortir. Jeans et pulls simples mais féminins étaient son mot d'ordre.

Lorsque la sonnerie retentit dans le petit appartement de la sage-femme, Tina sourit mais sentit son estomac se nouer bizarrement. Tristement, elle songea que quelques années auparavant, elle n'aurait pas ressenti ce nœud et elle aurait couru vers l'entrée, tâchant de se débarrasser de la présence parfois collante de Natalia, sa petite soeur, et répondant en hurlant aux questions incessantes de sa mère qui se plaignait du manque de sérieux de Tina quant à ses devoirs et de la trop grande fréquence de ses sorties avec Mercedes. Revenant à l'instant présent, elle se hâta vers le couloir et ouvrit la porte sur une magnifique jeune femme Noire vêtue d'une robe qui était plus que flatteuse sur elle, chaussée de superbes Prada roses aux talons vertigineux et très bien coiffée.

" Waouh", s'exclama Tina en riant et en embrassant avec effusion son amie, " tu t'es faite aussi belle rien que pour moi ? Tu es magnifique, Mercy, vraiment ! "

Elle regarda la choriste avec tendresse, et s'effaça pour la laisser entrer. Elle connaissait bien l'appartement de Tina, aussi avança-t-elle jusqu'au salon, suivie par la jeune Asiatique.

" Ça me fait super plaisir de te voir, ça faisait longtemps ! On devrait faire ça plus souvent ! Bon, j'avoue qu'avec ton emploi du temps et le mien, c'est pas super pratique, mais bon...C'est toujours agréable de passer un après-midi à papoter entre filles ! " compléta Tina, bizarrement nerveuse. Artie remonta dans ses pensées, et son visage s'assombrit légèrement. Elle s'assit sur le canapé, tordant ses mains l'une contre l'autre, et hésita quelques secondes. Devait-elle aborder le sujet maintenant...?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. A House is not a Home ... Empty
MessageSujet: Re: 03. A House is not a Home ...   03. A House is not a Home ... EmptyDim 6 Mai - 12:02

En attendant que la porte ne s'ouvre sur sa meilleure amie, Mercedes se répétait une douce litanie, la faisant danser dans son esprit comme pour ne pas oublier sa promesse intérieure. Ne pas parler d'Artie. Pas tout de suite. Ne pas parler d'Artie. Ne pas en parler du tout ? Elle voulait juste passer un bon moment. La jeune afro-américaine se mordit la lèvre inférieure, presque à s'en faire mal. Il faut dire que si l'on pouvait retenir une qualité chez Mercy, c'était bien sa franchise. Et elle savait qu'elle ne pouvait se retenir indéfiniment d'aborder ce sujet fâcheux avec Tina. Comme les enfants qui doivent tourner leur langue dans leur bouche, la jeune étudiante avait pris, elle, l'habitude de se parler intérieurement, de se demander si son franc parler pouvait faire du mal, d'anticiper les conséquences en quelque sorte. Alors, les quelques secondes qui la séparaient de ses retrouvailles avec sa meilleure amie furent mises à profit. Mercedes élaborait même d'autres sujets de discussion, histoire de ne pas se retrouver à se disputer avec Tina à peine rentrée.

Il semblait angoissant et même totalement artificiel à la jeune chanteuse de se préparer comme ça. Elle allait voir sa meilleure amie pourtant et devrait plutôt être heureuse de passer un bon moment et de voir quelqu'un qui, réellement, lui manquait. Cependant, l'affaire Artie les avait un peu éloigné. Tina semblait réticente, ne voulant pas se confier à Mercedes. La jeune étudiante en commerce ne prenait pas ça comme un manque de confiance, mais comme peut être un blessure interne et encore douloureuse chez la jeune asiatique, une sorte de pudeur. De plus, Mercy côtoyait encore Artie au sein des UH. Elle avait toujours été présente pour sa meilleure amie, mais forcé de constater que quelques soirs par semaine, elle passait du temps avec l'objet du délit. Mercy ne voulait surtout pas rendre jalouse Tina, qui occupait une place particulière dans son cœur, et était vraiment peinée de prendre tant de précaution avant de parler ou de voir la jeune infirmière. Elle voulait retrouver leur entente d’antan, regrettant amèrement la vie lycéenne, et comptait bien sur ce rendez-vous pour apaiser les choses et jouer cartes sur table. Retrouver sa Tina, sans retenue, ni douleur.

Comme la porte s'ouvrait alors que Mercedes était encore songeuse, et surtout stressée à l'approche de ses retrouvailles avec Tina, elle se para de son plus beau sourire et embrassa généreusement sa meilleure amie. Cet enthousiasme n'était pas feint, mais il lui permettait aussi de garder contenance. Et puis, maintenant qu'elle revoyait la belle asiatique, elle se sentait bien et ses doutes s'envolèrent comme autant de poids qui la pesaient à mesure qu'elle grimpait les marches jusqu'à cet appartement. Entendre son amie la complimenter sur sa tenue, entrer dans cet endroit toujours aussi chaleureux et familier, ça la rassurait. Elle se sentait bizarrement plus chez elle avec Tina que chez ses parents. Non pas qu'elle ait des relations tendues avec ses parents, mais elle savait qu'elle avait un eu perdu sa place dans la maison de ses parents. Sa vie universitaire, ses amis de Lima, tous étaient autant de coupures dans ce lien avec ses parents. Une façon comme une autre de couper le cordon et de vivre sa vie d'adulte. L'intérieur sentait bon le thé préparé, et l'enthousiasme de Tina fit sourire Mercy.

"Ça me fait un bien fou de te revoir Tina! Viens, asseyons nous, je pense qu'on a plein de choses dont on doit parler. Par exemple, pourquoi tu ne mets pas les chaussures que je viens d’apercevoir dans le placard ? Elles sont superbes ! Et puis, tiens, je t'ai rapporté ça." Mercedes se saisit de la main de son amie, la faisant s'assoir avec elle sur le canapé, et sortit un petit paquet, une boite rouge ourlet d'un ruban pourpre. Quand Mercedes était passé une fois de plus devant la bijouterie qui était adjacente au H&M dans lequel elle travaillait, elle avait aperçu ce fin collier en argent. Si l'or était la couleur de Mercedes, rien n'allait mieux à Tina que l'argent, pur et fin. Une fine clé de sol y était suspendu, au dos duquel la jeune fille avait fait graver un M et un T entrelacés. Signe que l'amitié des deux jeunes femmes étaient lié par la musique et que maintenant, rien ne pouvait plus les séparer.

Mercedes ne disait plus rien, et tendit le petit paquet encore fermé à son amie. Un mot était glissé sous le collier: De l'argent pour rehausser ta beauté, comme ton amitié rehausse de couleurs si merveilleuses ma vie. Une clé de sol qui débute les gammes de notre amitié. Nos deux prénoms par ces lettres liés pour te prouver que tu comptes énormément pour moi. Que je ne compte pas me passer de toi. Un symbole. Mercy voulait qu'enfin sa relation avec Tina évolue et passe outre l'épreuve que la relation Tina-Artie leur avait fait subir. Un message aussi, une façon de redonner confiance à Tina, et de la rassurer. Si chacun fait des erreurs, tout le monde devrait pouvoir compter sur ses amis pour être soutenu. "Vas-y, ouvre le ..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. A House is not a Home ... Empty
MessageSujet: Re: 03. A House is not a Home ...   03. A House is not a Home ... EmptyMar 22 Mai - 19:05

A l'instant où Mercedes entra dans le petit couloir qui servait de vestibule à l'appartement que louait la jeune femme, Tina sentit ses craintes s'envoler, et le poids qui pesait sur sa poitrine encore quelques secondes auparavant. Elle sourit à l'exubérance de sa meilleure amie, et notamment à sa remarque, bien prévisible quand on connaissait la choriste, quant à ses chaussures qui dormaient dans le placard. Mercedes avait toujours été une fashion-addict, ce que démontrait parfaitement son style vestimentaire. Même si elle était bien en chair, elle n'avait jamais renoncé aux couleurs vives, aux belles chaussures, aux vêtements chics...Et elle avait entièrement raison. Pour elle, de pas de "Je suis grosse, donc je me cache dans des pulls très amples et des joggins". Tina, en revanche, n'avait jamais été de celles qui passent des heures dans les magasins à vérifier tout le contenu des portants, fringue par fringue, au grand dam de son amie qui l'avait traînée bien plus d'une fois dans le centre-ville de Lima, quand elles étaient encore lycéennes. La jeune Vietnamienne se souvenait aisément de ces samedis pénibles et hilarants à la fois où elle feignait de geindre sans arrêt alors que son amie s'efforçait de la faire éclater de rire toutes les cinq minutes, histoire de la distraire et de détourner ses pensées de leur but ultime : les magasins !

Les deux jeunes femmes étaient à présent dans le salon de Tina, sur le canapé, l'une à côté de l'autre et Tina ressentit toute la pression qu'elle éprouvait en début d'après-midi se calmer et se transformer en émotion. Comme souvent lorsqu'elle revoyait Mercedes, les souvenirs qu'elles partageaient toutes les deux, incluant Artie ou non, les faisaient s'adoucir et presque communier, parce que leurs quatre ans passés au lycée McKinley étaient inoubliables. Ils avaient gagné les Nationales, ils avait transpiré tous ensemble, ils avaient stressé, ils avaient admiré les innombrables performances de Rachel, et ils l'avaient vu devenir une star internationale, renommée et connue partout dans le monde aujourd'hui. En souvenir de ces moments, Tina était incapable d'en vouloir à son amie parce qu'elle avait été immensément déçue de son comportement; c'était tout bonnement impossible.
Aussi, lorsque son amie lui passa en mains un petit paquet, rouge, fermé d'un ruban aux jolies nuances violettes, la sage-femme resta muette parce que les larmes montaient à ses yeux et qu'elle préférait éviter d'articuler ne serait-ce qu'un mot, l'émotion prenant le dessus. C'était stupide d'avoir envie de pleurer pour un cadeau de Mercedes, mais ces derniers temps elle était juste émotive pour beaucoup de choses. Sa relation avec la jeune choriste, et celle avec Artie étaient celles qui comptaient le plus pour elle: pour rien au monde elle n'aurait voulu que leurs rapports changent.

Elle prit le paquet, et leva les yeux vers son amie. Sans mot dire, elle l'étreignit, fort, comme pour lui faire passer un message. Un message qui voulait dire "Excuse-moi de t'avoir déçue...Je t'aime". Et elle espérait bien que sa meilleure amie le ressentirait de cette façon. Alors qu'elles s'écartaient l'une de l'autre, Tina défit délicatement le cadeau, et ouvrit la boîte. Dans le coffret gisait un superbe collier en argent, une clé de sol entrelacée de leurs initiales. Le bijou était magnifique, et Tina adorait l'argent; bien que l'or aille parfaitement à la peau d'ébène de Mercedes. Ses lèvres formèrent un "Oh" ému, et elle embrassa son amie :

" Mercy, il ne fallait pas ! Il est magnifique, tu es adorable ! Pourquoi...? "

C'était peut-être une question idiote, mais Tina avait comme l'impression qu'elles voulaient toutes deux la même chose : laisser leurs anciennes querelles de côté, et célébrer le fait qu'elles soient toujours amies malgré les épreuves et la distance qui les séparaient. Mercedes faisait toujours des études; Tina travaillait et elles évoluaient, finalement, dans deux mondes différents qui auraient pu les séparer. Malgré cela, la Vietnamienne était ravie de constater que rien n'avait pu entamer leurs relations...Même un ex trompé.
En découvrant le petit mot qui se trouvait glissé sous le collier, la jeune femme se retourna de nouveau vers Mercedes, et murmura :

" C'est vraiment trop gentil...Je ne suis pas sûre de mériter une amie comme toi ", dit-elle en riant...un peu jaune. Au fil du temps, Tina avait eu du mal à tourner la page sur ses erreurs passées, et elle savait très bien que son amie était au courant. Elle espérait qu'un jour peut-être, elles retrouveraient leur ancienne complicité...comme avant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. A House is not a Home ... Empty
MessageSujet: Re: 03. A House is not a Home ...   03. A House is not a Home ... EmptyDim 27 Mai - 21:51

La nature humaine est une chose complexe et infiniment riche. On pourra sans doute jamais vraiment déchiffrer parfaitement les pensées les plus intimes, les désirs les plus profonds, les rêves les plus enfouis d'un individu. Parfois, une action n'est que le résultat d'une succession infinie de réflexions quand elle devrait être une réaction instinctive, presque bestiale. Comme si l'on avait abandonné la partie animale de notre être, celle de a survie, des fonctions primitives, pour devenir plus cérébraux, plus intellectuels, mais aussi bien plus illogiques, ou tout du moins antithétiques. Bien sûr, ces conventions philosophiques étaient pour l'heure bien loin de l'esprit de Mercedes Jones qui savourait les émotions fugaces qui passaient sur le visage de son amie. Mais elles pouvaient cependant apporter les réponses que la jeune chanteuse afro-américaine recherchait. Finalement, si Tina avait trompé Artie alors qu'elle était encore attaché au jeune handicapé, c'était peut être par cette contradiction qui caractérisait l'Homme moderne. Cette passion pourquoi pas masochiste d'adorer se faire mal pour mieux apprécier ce qui nous fait du bien. En temps normal, si Tina avait eu des doutes sur sa relation avec Artie, l'instinct premier aurait été de se séparer pour faire le point et éviter de souffrir. Mais la jeune asiatique avait choisi le chemin inverse, celui de se faire encore plus de mal, de ressentir encore plus de douleur en heurtant Artie, en culpabilisant, et en se séparant du jeune homme. Mercedes n'échappait pas à cette règle. Elle savait qu'elle aurait du faire un choix, sûrement celui de ses convictions, accuser Tina d'être irresponsable et prendre le parti d'Artie. Tromper l'homme que l'on aime était pour le moment quelque chose d'inconcevable pour la jeune fille, mais elle mettait, loin d'être naïve, cette pensée sur son manque d'expérience avec les hommes. Alors elle restait avec les deux, repoussant toujours un peu plus l'échéance, attendant l'instant d'avoir mal mais refusant de faire u choix qui sera douloureux de toute les façons. Serai-ce pour cela que Tina avait aussi trompé Artie, la peur de faire un choix ? La peur de prendre une décision qui de toute façon la fera souffrir ? C'est avec ce nouveau regard que Mercedes pausait les yeux sur son amie, compatissante, réaliste, mais surtout décidée de ne pas infliger plus de douleurs que Tina n'avait dû en ressentir.

La distance avait semblait-il joué son rôle dans leur relation, comme si l'ardoise, ces dettes et ces rancunes qui s'étaient accumulées entre les deux jeunes filles, venait d'être lavée, nettoyée. Mercedes savait pertinemment que cette épisode de la vie de Tina la marquerait à plus ou moins long terme, qu'elle en gardera quelques séquelles affectives. Elle savait aussi, admettant ce constat avec un petit sourire amer, qu'elles avaient vieilli. Toutes les deux. Les jours s’égrainaient quand on quittait le lycée avec une allure qui lui faisait peur. Un. Après. L'autre. Le cadran de l'horloge comme les narguant en faisant toujours valser plus vite les aiguilles. Mais elle voulait prendre possession de sa vie et être celle qu'elle avait toujours été: une boule d'énergie vive, pétillante, toujours au service de ses convictions. Et l'amitié en faisait parti. A la question émue de Tina, Mercedes ne pu retenir un de ses rires communicatifs de franchir l'espace de ses lèvres généreuses. Une réponse lui était venu en tête, puérile certes, mais si révélatrice de cette amour que la jeune chanteuse avait pour son amie. "Parce que tu le vaux bien, sweety." Mercedes n'eut pas vraiment le temps de lancer sa réplique que déjà Tina disait ne pas la mériter. C'est en posant une main sur la cuisse de son amie que Mercedes regarda dans les yeux la jeune asiatique. "Tu sais, tu me connais. Je suis franche et j'aime être directe. Alors je vais te dire ce que je pense. Oui, l'épisode Artie m'a déçu. Maintenant, c'est votre histoire, et tu es mon amie."

Il y avait tant de chanson qui savaient mieux parler qu'elle. Mercedes était finalement un peu prisonnière de cette fainéantise, laisser parler les chansons à sa place. Elle avait perdu l'habitude peut être de s'ouvrir entièrement, de laisser aller les émotions, de laisser parler son cœur. Des milliers de chansons lui servaient de réceptacles, comme une facette d'une même pierre, un reflet de ce qu'elle voulait dire. Mais l'image d'un sentiment, c'est le redonner avec des imperfections, moins d'authenticité. La jeune diva soupira, comme pour chasser ses doutes. "Ne t'inquiètes vraiment pas Tina. Je t'aime, du plus profond de mon cœur. Je sais comme tu as souffert de cette situation, comme tu en souffres toujours. Regardes, tu en viens à dire des conneries, c'est quoi cette histoire de ne pas me mériter?" Sous couvert de l'humour, un autre moyen de se cacher, de se protéger peut être, Mercedes voulait vraiment passer un message clair à Tina et la dispenser de ce fardeau qu'elle portait seule depuis trop longtemps. "Ce cadeau, c'est un symbole. Tu n'as rien à te faire pardonner auprès de moi. Tu souffres seule depuis bien trop longtemps, et tu crois franchement que ça me fait plaisir de te voir comme ça, hein? Alors, n'en reparlons plus, sauf si tu le veux de ton côté, et sache que je serai toujours là, ok?" La sourire qui se sentait dans la voix de la jeune fille n'était pas feint. Ni son affection pour Tina. Cette déclaration n'avait qu'un but, qu'enfin Tina se sente libérée vis à vis de Mercedes de cette honte. Parce que, finalement, leur relation manquait à la jeune étudiante en commerce, sa meilleure amie lui manquait. Et la revoir sourire était son objectif.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
03. A House is not a Home ... Empty
MessageSujet: Re: 03. A House is not a Home ...   03. A House is not a Home ... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

03. A House is not a Home ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 3
-