Choriste du mois


Partagez | 
 

 03. Hard to find the truth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ruby Caldwell
« You just see the surface »
Age : 25 ans
Occupation : Jeune entrepreneur , Membre des Awesome Voices
Humeur : Vivante
Statut : En couple avec Ryder Crawford
Etoiles : 3260

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Try - P!nk
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
« You just see the surface »
03. Hard to find the truth Empty
MessageSujet: 03. Hard to find the truth   03. Hard to find the truth EmptyVen 20 Avr - 23:05

Un bourdonnement fit tressaillir tous les membres de la jeune femme. Elle arrêta subitement de tapoter son index sur le comptoir, signe apparent de son angoisse, et plongea finalement sa main dans son petit sac pour en sortir son téléphone. Tremblante, elle s'y prit à plusieurs reprises avant d'enfin trouver le bouton de déverrouillage. Et si ce n'était pas le fameux message qui allait s'afficher sur l'écran lumineux? Le souffle court, elle ouvrit sa messagerie. C'était bien lui. Un moment d'hésitation s'empara d'elle. Répondre, ne pas répondre... telle était la question que Ruby se posait. À quoi cela servirait-il de n'envoyer qu'un « Ok » qui pourrait laisser transparaître son empressement mal contrôlé? L'image d'une fille scotchée à son portable dans l'attente du-dit SMS, qui devait confirmer l'arrivée de son compagnon d'un soir dans quelques minutes devant chez elle. Elle ne pouvait pas prévoir à l'avance l'effet que lui ferait la demande de rendez-vous. C'était en effet son premier. Jamais auparavant un jeune homme ne lui avait proposé de sortir. Pas de cette façon. Elle ne connaissait Wyatt que depuis quelques mois et, dans des circonstances quelques peu intrigantes, il souhaitait déjà inviter la belle. Ce n'était pas pour lui déplaire, au contraire. Wyatt est un garçon charmant, intelligent et généreux, elle n'avait pas de quoi se plaindre. Mais tout de même, il lui semblait curieux que quelqu'un comme lui s'intéresse à elle, et malgré sa naïveté, Ruby savait bien qu'il ne fallait pas qu'elle s'attache trop rapidement au beau roux. La crainte de devoir vivre avec une certaine déception lui facilitait la tâche sans cependant mettre de côté ses sentiments. Ceux-ci étaient bien évidemment amicaux mais laissaient transparaître également une ambiguïté que causait l'étrange déclenchement de cette relation. Elle ne trouvait pourtant pas une assez grande force pour éclairer ces points douteux. La chute du petit nuage sur lequel elle commençait à s'installer ne serait sans doute pas agréable. Tout avait commencé lors de cette soirée où, dans un élan de bonté, elle avait accepté d'héberger pour une nuit le jeune homme retrouvé complètement ivre au bar du coin. La confusion qu'il avait eue le lendemain pouvait être compréhensible étant donné les circonstances, mais la brunette ne saisissait toujours pas le pourquoi du comment. Ce n'était qu'un simple service rendu et elle l'aurait sans doute fait pour n'importe laquelle de ses connaissances.

Ruby posa les yeux une dernière fois sur son portable. Au même moment, elle perçut le ronronnement d'un moteur, annonçant le début du rencart. Son cœur commença à battre à lui transpercer la poitrine. Brûlante, elle ne jugea pas utile de prendre avec elle une écharpe au risque d'étouffer malgré le froid qui régnait à l'extérieur. Jamais elle ne n'avait ressenti de pareilles émotions. Trop en même temps. Et c'était incontrôlable. Sa surexcitation lui fit sortir un petit cri de sa bouche pendant qu'elle fermait ses paupières assez fort pour avoir l'impression de se réveiller une fois qu'elle les ouvrirait à nouveau. L'effet désiré ne se réalisa pas. Ce n'était pas qu'elle redoutait le rendez-vous en lui-même, c'était plutôt sa réaction qui lui faisait craindre le pire quant à sa timidité qui ne devait absolument pas resurgir pendant la soirée. Pour cela, la jeune femme s'était fixé certaines règles, comme par exemple toujours sembler normale en toutes circonstances en souriant comme elle avait l'habitude de le faire, ne pas faire semblant de ne pas avoir entendu ce que le jeune homme pourrait lui dire, profiter pleinement de la soirée à l'image de la nouvelle Ruby. En bref ne pas se laisser impressionner. Elle avait tout de même dépassé la vingtaine, et même si à cet âge elle n'avait jamais trouvé l'homme idéal qui lui aurait permis d'être plus confiante, elle ne laisserait pas son manque d'expérience la nuire. Profitant des dernières secondes qu'il lui restait pour s'observer rapidement devant le miroir du couloir, elle se forgea un mental d'acier et une allure de femme indestructible avant de franchir le seuil de son appartement délaissé pour ce soir. Quelques exercices de respiration apaisèrent davantage la choriste, bien que le rythme que battait son cœur resta assez irrégulier. Le corridor donnant sur la porte d'entrée de l'immeuble était vide. D'un geste décidé, elle sortit du bâtiment. Sur la route, en face des quelques marches qui séparaient le trottoir de l'entrée, une voiture l'attendait. Elle se baissa légèrement pour réussir à apercevoir Wyatt au travers de la vitre, s'assurant ainsi qu'il ne s'agissait pas d'un inconnu. À sa vue, un immense sourire se dessina sur le visage de Ruby. Règle numéro une respectée inconsciemment. Comme à son habitude, le jeune homme était d'un charme sans faille ce qui rendait encore plus grande sa difficulté à réaliser ce qu'il se passait. Elle atteignit enfin la portière et s'assit sur le fauteuil. Elle éprouva une sensation étrange qui la fit frissonner, comme lorsqu'elle s'apprêtait à découvrir les paysages qui étaient à l'origine d'une longue heure de marche pendant les vacances qu'elle passait autrefois avec ses parents. À la fois excitée et craintive d'avoir fait tout ce chemin pour rien. Avec un air qui dissimulait peu ce sentiment, elle se tourna vers son ami. « Désolée d'avoir mis un peu de temps à descendre. ». Si elle commençait à s'excuser pour tout ce qu'elle faisait, elle n'allait sûrement pas réussir à tenir jusqu'au bout. « Enfin, je... je suis contente d'être ici. ». Tant bien que mal, elle essaya de contrôler le rouge qui lui montait aux joues, mais sa timidité avait bel et bien resurgi - sans pour autant en être maladive, pour son plus grand bonheur.

L'entrée du cinéma était déjà obstruée par la foule d'étudiants du campus. Tous se serraient devant les portes et attendaient dans une longue file afin de réserver leur place pour aller voir le film qu'ils voulaient. Parmi eux de jeunes couples, des groupes d'amis dont la taille variait de deux à huit personnes ou des solitaires venant simplement se changer les idées avant les examens. Quant à Ruby, elle sentait que son cas était anormalement différent. Ainsi elle ne parvenait pas à se classer. Une fois arrivés, elle fronça légèrement les sourcils. « J'avoue que je n'ai pas vraiment réfléchi à quel film on pourrait voir. Mais je pense qu'on a le temps de choisir d'ici à ce qu'on ait nos tickets. ». Ne supportant pas de rester debout immobile trop longtemps, elle se balançait d'avant en arrière, son petit sac à main tenu devant elle par les deux mains. Des tas de questions lui traversaient l'esprit, questions dont elle espérait obtenir les réponses durant la soirée. Elle n'avait encore parlé à personne du fait qu'elle était susceptible de "sortir" avec Wyatt. Pas même à Savannah qui ne se doutait même pas des plans que la brunette avait prévu pour ce jour, n'étant pas non plus présente à la colocation. Aucun de ses amis proches n'était au courant. Elle ne s'en plaignait guère, Lima est une petite ville et connaissant certains de ses camarades, ils auraient vite fait de colporter la rumeur. Ruby s'estimait trop perdue et dépassée pour réussir à gérer cela. Enfin dans le hall, elle sortit son porte-monnaie. « Pop-corn ? ». Elle espérait que la nourriture lui ferait perdre tout le stress qui s'accumulait depuis une bonne heure. Dans l'incapacité d'imaginer les évènements qui étaient susceptibles de se produire en la compagnie du beau Wyatt Pillsbury, elle décida de mettre son esprit en mode veille jusqu'à ce qu'elle en ait à nouveau besoin.


Dernière édition par Ruby Caldwell le Jeu 26 Avr - 18:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
03. Hard to find the truth Empty
MessageSujet: Re: 03. Hard to find the truth   03. Hard to find the truth EmptySam 21 Avr - 1:14

Combien de fois se l’était-il promis ? Sans doute trop souvent pour y croire encore. Et pourtant, en ajustant la cravate au col de sa chemise blanche, il se le répétait une fois de plus, inlassable : plus jamais d’alcool. S’il avait fait l’effort de se changer après le travail alors que l’appel du canapé et des dernières lignes du roman qu’il dévorait en ce moment résonnait clairement dans sa tête, c’est parce qu’il avait donné à la petite Ruby Caldwell un rendez-vous ce soir là. Et s’il avait donné ce rendez-vous à la choriste des Awesome Voices, c’est parce qu’il s’était réveillé dans son lit un lendemain de cuite quelques semaines plus tôt, sans avoir la moindre idée de ce qui avait bien pu se passer. Levant les yeux au ciel en enfilant sa veste, il repensait encore au sourire gêné qu’affichait la jolie brune le matin dans sa cuisine en lui tendant une tasse de café alors qu’il déambulait en boxer chez elle, ne parvenant pas à mettre la main sur ses vêtements. Comment avait-il pu ? Comment avait-il pu poser les mains sur cette fille, au demeurant charmante et dotée de proportions parfaites, et ne pas s’en souvenir le moins du monde ? Certes il n’avait pas le foie le plus endurant de Lima, mais un trou noir aussi important, c’était une première. Même les soirées de médecine n’avait pas réussi à effacer une fille de sa mémoire, et voilà qu’à cause du mariage Schuester... Une fois de plus à cause de Will Schuester. Il allait finir par faire de lui un alcoolique si l’agenda de Lexie restait aussi chargé nuit et jour alors que le gynécologue avait besoin de se changer les idées. Le médecin avait tergiversé un temps, en ne la voyant qu’aux répétitions, en gardant quelques distances sans pour autant se montrer froid. Il avait essayé de percer à jour ce joli minois souriant qu’elle affichait toujours aux répétitions, mais rien n’y avait fait, il avait été incapable de deviner le fond de la pensée de l’étudiante. C’est pourquoi, rongé par la culpabilité de laisser cette pauvre jeune femme se faire tous les films possibles et imaginables sur sa goujaterie et terrifié à l’idée qu’on puisse le confondre avec le beau-frère qu’il haïssait toujours autant à cause de mœurs légères, il avait fini par l’aborder un soir en la raccompagnant chez elle pour lui proposer un rencard tout ce qu’il y a de plus classique en terrain neutre, le cinéma, et lointain, Columbus. Il n’était pas aveugle... La manière dont elle le fixait avec ses grands yeux bruns, ses mains qui tremblaient parfois imperceptiblement lorsqu’il lui parlait, elle n’était pas insensible au charme du grand roux. Et elle n’aurait pas été la première. Mais il n’avait pas exactement pour habitude de coucher avec toutes les jolies filles qui en pinçait pour lui. Il avait dérapé à cause d’un verre de trop, à lui d’en assumer les conséquences. Wyatt n’avait pas abordé le sujet avec Lexie qui de toute façon semblait bien plus intéressée par des nuits torrides avec sa comptabilité que par lui, mais selon les résultats de son enquête, il aviserait ultérieurement avec sa rousse favorite en ville. Adressant un dernier sourire en coin à la glace dans l’entrée, il saisit ses clefs de voiture pour filer directement chez Ruby non sans lui avoir envoyé un message confirmant son arrivée imminente.

L’automne avait été glacial mais c’était sans comparaison possible avec l’hiver. Lima devait avoir une sorte de micro-climat polaire pour qu’il fasse si froid à la mi-décembre. Garé en bas de l’immeuble dans sa voiture de sport rouge qui luisait sous l’éclairage blafard du lampadaire, il laissa le moteur et le chauffage tourner en attendant la jeune femme. Il était à l’heure, et plus déterminé que jamais à percer les mystères de ce grand sourire timide. Il avait couché avec elle. Sans doute. Il s’était réveillé à demi nu dans son lit et l’avait trouvée tout sourire dans la cuisine. Alors il ne fallait pas avoir le cerveau de Wyatt Pillsbury pour tirer les conséquences de ce genre de situation. Pourtant, quelque chose en lui refusait de croire à l’évidence du scénario. Ce qu’il prenait pour de la lâcheté, ne cessait de le tarauder. Et s’il ne s’était rien passé ? Et si la raison de ces regards qu’elle lui envoyait était simplement qu’elle lui trouvait du charme et que l’incident du réveil dans son appartement n’avait fait qu’ajouter à sa confusion ? Secouant la tête d’un air las, il chassa ces idées en apercevant la jeune femme de l’autre côté de la vitre. Ce n’était qu’une tentative désespérée d’échapper aux conséquences de ses actes, or il était absolument hors de question qu’il agisse comme le premier coureur en méprisant les sentiments de la jeune femme. Avec la cadette Preston c’était différent, leurs conditions étaient les mêmes, et Lexie n’était pas du genre à vouloir se passer la corde au cou. Mais Ruby avait plus discrète, plus posée, moins Lexie en somme, et il se voyait mal entretenir avec elle le même type de relation. Il ne se voyait pas entretenir une relation avec elle du tout d’ailleurs. Elle était une excellente camarade sur les bancs de la chorale, un joli brin de fille, une voix plus puissante qu’il n’y paraît, mais elle était plus jeune que lui et ils n’avaient sans doute rien en commun. Lorsqu’enfin elle pénétra dans la voiture, il l’accueillit en lui rendant son sourire éclatant et en déposant sur sa joue un baiser léger. Autant commencer sobrement. Pas assez sobrement de toute évidence étant donnée la teinte rouge que venaient de prendre ses pommettes. «Non, je t’en prie je viens d’arriver tu n’allais tout de même pas attendre dans ce froid !» Accompagnant ses paroles d’un sourire complice pour essayer de calmer la jeune femme sans ajouter à son embarras, il poursuivit sur le même ton doux avec un clin d’œil. «J’espère que tu diras toujours la même chose en rentrant.»

La route était assez longue, il fallait bien l’avouer. Et il aurait pu se contenter de l’emmener au cinéma de Lima, mais il préférait éviter les connaissances qui n’auraient fait qu’ajouter à son embarras. Elle était étudiante à l’OSU dans ses souvenirs, ils risquaient donc sans doute de croiser des connaissances à elle, mais au moins personne pour le juger lui. A priori. Il était encore assez tôt mais déjà le hall du cinéma était bondé, et au milieu de tous ces étudiants traînant encore autour de la vingtaine Wyatt se sentit terriblement âgé, mais fut assez rapidement rassuré par les œillades envieuses de deux blondes en mini-jupe devant eux dans la file d’attente interminable. Il avait beau être plus près des trente que des vingt, son physique n’avait rien perdu de son charme et son visage passait les épreuves du temps sans en avoir l’air. Adressant un sourire poli aux deux jeunes femmes, il passa délicatement le bras autour des épaules Ruby qui gigotait à côté de lui comme une petite fille impatiente en contemplant le panneau d’affichage pour l’amener un peu plus à lui et lui répondre sans hausser la voix dans le brouhaha ambiant. De toute évidence elle n’était pas de celles qui prenaient toutes les décisions, ce qui n’était pas désagréable pour une fois. «Eh bien que dirais-tu du dernier Coppola ? Ça nous laisse une bonne demi-heure avant le début la séance mais je suis sûr qu’on va trouver un moyen de passer le temps.» Il tenait les rênes et ce serait d’autant plus facile de lui arracher le fin mot de cette histoire s’il réussissait à la faire parler avant de se retrouver plongé dans l’obscurité d’une salle de projection à côté d’elle. Les billets enfin en poche, ils se dirigèrent doucement vers le second hall un peu moins bondé. Il s’apprêtait à entraîner la brunette vers un canapé rouge libre à côté de leur salle future en attrapant sa main lorsque celle-ci le coupa net dans son élan en se jetant sur son sac à main pour s’armer d’un ravissant porte-monnaie en lui proposant du pop-corn. Souriant gentiment à son offre il attrapa finalement sa main pour l’inviter à remettre son argent au chaud en l’amenant devant le stand de toutes les tentations. «Laisse-moi te l’offrir. Qu’est-ce qui te fait envie ?» Il avait beau être aussi épais qu’un fil de fer, le sucre était une faiblesse de taille chez Wyatt qui aurait pu acheter l’intégralité du bac de pop-corn sucré sans ciller s’il en avait eu la possibilité. Se contentant d’acheter un sachet de bonbons au chocolat, il passa ses doigts entre ceux de Ruby pour ne lui laisser aucune chance de s’en sortir, allant s’asseoir sur le canapé qu’il n’avait pas perdu de vue. Plongeant son regard dans le sien, il se voulait à la fois ferme et tendre pour obtenir des réponses sans pour autant l’effrayer, et la tâche n’allait pas être aisée. «Je suis navré de ne pas vraiment avoir donné signe de vie depuis cette nuit-là, j’ai été assez occupé au cabinet, bref. J’espère qu’il n’y a pas de malentendu entre nous ?» Les deux pieds dans le plat. Il avait jusqu’alors évité le sujet avec soin mais maintenant qu’il la tenait à sa merci loin des oreilles baladeuses des autres choristes, il ne voulait pas perdre cette occasion créée de toute pièce. «Tu ne l’as pas mal pris ?» insista-t-il le regard inquiet devant l’absence de réponse immédiate de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Ruby Caldwell
« You just see the surface »
Age : 25 ans
Occupation : Jeune entrepreneur , Membre des Awesome Voices
Humeur : Vivante
Statut : En couple avec Ryder Crawford
Etoiles : 3260

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Try - P!nk
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
« You just see the surface »
03. Hard to find the truth Empty
MessageSujet: Re: 03. Hard to find the truth   03. Hard to find the truth EmptyDim 22 Avr - 20:41

Tout dans le comportement de Wyatt donnait envie à la jeune femme de s'enfuir loin, très loin de cet endroit qui lui était trop familier pour ce genre de rendez-vous. Elle jeta de brefs regards aux alentours pour vérifier qu'elle ne reconnaissait aucun étudiant. À son plus grand désespoir, certains de ses camarades étaient déjà en train de la toiser de haut en bas, peu habitués à voir Ruby en robe de soirée comme celle qu'elle portait ce jour. Lui arrivant aux genoux, elle n'avait pas souvent osé se vêtir de cette façon. Les seuls spectateurs qui avaient pu la voir ainsi s'étaient trouvés au Piano Bar lors de ses soirs de représentations. Puisque Wyatt en faisait partie, elle n'avait pas vu pas l'intérêt de dissimuler ses jambes pour l'occasion. Elle avait même fait pire la nuit que son camarade choriste avait passé dans son appartement. Son pyjama n'était alors constitué que d'un débardeur et d'un shorty si moulant qu'elle s'en était voulue le lendemain matin d'avoir oublié ses affaires chez ses parents une semaine auparavant. En comparaison, elle se sentait vraiment très habillée aujourd'hui. Elle regretta cependant son choix lorsque le vent se mit à souffler sur ses mollets. Comment était-ce possible qu'il fasse aussi froid dans l'Ohio et si bon en Floride alors que les deux états n'étaient séparés que de quelques centimètres sur une carte? Au même moment, elle sentit passer un bras autour de ses épaules. D'accord, elle commençait vraiment à avoir peur. Tout ce qui se passait devait être irréel. Et dire qu'elle s'était défaite de l'idée que cette sortie était en réalité un rencart. Elle s'arrêta brusquement de bouger tout en essayant de se convaincre que l'air glacial était une légère brise d'été. Elle déposa ses prunelles dans celles de Wyatt. Mais pourquoi diable était-elle donc là avec lui? Toute cette histoire sentait le faux à des kilomètres. Elle n'était même pas sûre d'éprouver quoi que ce soit pour lui. Certes il était très attirant et tendre, mais elle n'avait jamais imaginé qu'ils se retrouveraient dans cette situation un jour. Quelques fois, lorsque Ruby remarquait qu'un garçon disposait d'un physique avantageux et d'une personnalité idéale, elle se surprenait à imaginer la vie qu'elle pouvait avoir une personne comme cela, en grande rêveuse. Elle n'avait même pas eu le temps de le faire avec Wyatt avant de se retrouver à ses côtés. Cet aspect frustrait un peu la brunette qui avait manqué une nouvelle occasion de se créer son petit monde parfait. « On part sur "Twixt" alors, ça me va. Ce film m'intriguait en plus, j'espérais le voir un jour. ». La jeune femme tenta de ne pas se laisser déstabiliser par l'étreinte du jeune homme, ce qui fut une tâche plus difficile qu'elle ne le crut. Si seulement elle comprenait ce qui lui arrivait, elle se sentirait sûrement plus en confiance par rapport à la suite de la soirée.

L'air ambiant de l'intérieur du cinéma apaisa la brunette et la fit arrêter de grelotter. Bien qu'elle soit déjà venue plusieurs fois à cet endroit, elle n'en était pas moins surprise à chaque fois de l'immensité du hall qui donnait sur les vingt salles. Celui de Lima était ridicule en comparaison. Tout en réajustant une mèche de ses cheveux naturellement ondulés, elle entreprit d'ouvrir son porte-monnaie avant d'en être empêchée par Wyatt d'une manière plutôt inattendue. Prenant délicatement la main de la jeune femme, il la rangea dans son sac. À ce contact, Ruby frissonna. Elle ne put s'empêcher de garder sur lui un doux regard interrogateur. Sur le coup, elle ne comprit pas, jusqu'à ce qu'elle se rappelle d'un film qu'elle avait vu il y a quelques temps à la télévision et dont elle ne se rappelait plus le nom, mais il lui semblait bien maintenant que c'était le garçon qui s'était chargé d'inviter sa petite amie. C'était la meilleure façon de lui rappeler qu'elle était complètement novice, ne s'étant pas douté que ça devait être le cas pour presque tous les rendez-vous. Elle lâcha l'objet et le laissa retomber au fond de sa pochette, bredouille. « Euh non rien en particulier. Toi choisis, je ne suis pas difficile. ». Il fallait qu'elle perde cette manie de se rabaisser et de tout laisser passer. Elle se sentait trop faible pour prendre des décisions, et cela devait se ressentir. Pourtant, Wyatt paraissait préoccupé par autre chose. C'était plutôt elle qui avait toutes les raisons du monde d'avoir l'esprit ailleurs, qui d'ailleurs valsait entre le moment présent et le futur. Elle se demandait comment réagiraient certaines de ses proches connaissances si elles apprenaient ce qui lui arrivait. Notamment les personnes qu'elle côtoyait tous les jours, que ce soit Savannah ou Thomas. C'était sûrement à cause de ce dernier qu'elle était d'autant plus perdue, car elle ne comprenait pas pourquoi ce n'était pas avec lui qu'elle avait passé son premier rendez-vous bien qu'elle osait toujours affirmer qu'elle n'était pas amoureuse de lui. C'était seulement que c'était le cas il y a de ça un bon nombre d'années maintenant. Cela la rendait mal à l'aise de ne pas saisir le motif du fait qu'elle se trouvait avec un beau roux avec qui elle n'avait jamais tenu une conversation digne de ce nom. Cependant, la fierté qu'elle éprouvait à l'idée d'être enfin sujette à une véritable invitation l'aidait à être plus en confiance par rapport à elle-même, et pour cela elle était finalement prête à jouer le jeu. C'est pourquoi lorsque le jeune homme passa ses doigts entre ceux de l'étudiante, elle se laissa sans rechigner transporter vers le canapé rouge présent près de l'entrée de la salle dans laquelle ils allaient tous deux pénétrer.

Ruby commençait enfin à prendre ses aises, ce qui se traduisait par sa posture moins crispée. Les jambes croisées, adossée confortablement dans le fond du canapé et son sac serré contre elle, elle ne quittait pas Wyatt des yeux. De son côté, le choriste faisait de même, mais avec plus d'insistance. La brunette sentait qu'il désirait qu'elle ne soit distraite par aucune chose autre que lui, et il fallait avouer qu'il s'y prenait étonnamment bien, laissant fixés ses iris dans ceux de la jeune femme qui ne pouvait décemment pas détourner le regard. Le rouge de ses joues se dissipait progressivement ce qui leur permit de prendre une teinte plus rosée et naturelle. Si elle parvenait à se concentrer essentiellement sur le fait qu'ils étaient camarades des Awesome Voices avant tout, elle était plus apte à se contrôler. Cette soirée devait leur permettre de faire davantage connaissance. Et pourtant ses espoirs de partir sur de nouvelles bases furent vite réduits à néant. Ce n'était peut-être pas une mauvaise chose, il fallait mettre les choses au point, mais songer à nouveau aux évènements la troublait quelque peu. Elle l'observa un instant sans réagir, tenant à bien interpréter chaque mot qu'il prononçait. « Je comprends que ton métier te prenne du temps. ». Elle s'empressa de continuer, sa pause pouvant être mal perçue, mais elle ne pouvait s'empêcher d'être perturbée quand elle évoquait sa profession. « Enfin ne t'inquiète pas, je comprends et je ne t'en veux pas. J'imagine que tu avais aussi besoin d'un peu de temps pour te remettre de ce qu'il s'est passé la dernière fois. ». Un petit sourire se dessina sur son visage resplendissant. Un peu embarrassée, elle se mordilla inconsciemment la lèvre inférieure. Ce n'était pas tous les jours qu'un homme dormait aux côtés de la brunette. Ce n'était même jamais arrivé auparavant, mais la situation avait fait qu'aucune gêne ne s'était manifesté. Elle avait l'habitude d'être aux petits soins pour ses amis, et c'était le cas cette nuit où elle était rentrée chez elle en compagnie d'un Wyatt complètement ravagé par l'alcool. « J'espère en tout cas que ça t'avait permis de te remettre un peu. ». La vérité était qu'elle s'attendait à ce qu'il l'évite, trop confus pour oser à nouveau l'approcher. Quelle n'avait pas été sa surprise quand il lui proposa cette sortie! Elle se souvint alors d'un détail qui aurait risqué de lui échapper. « Au fait! ». Sa main plongea encore dans son sac pour en sortir une cravate bleue. « Tu l'avais oubliée chez moi, je ne pense pas que j'en aurai une grande utilité. ». Elle agita son poignet puis la lui tendit, prenant ensuite tranquillement l'une de ses mains pour la mettre directement dedans tout en le regardant droit dans les yeux, toujours souriante. Le pauvre devait être tellement déboussolé le lendemain qu'il avait à peine vérifié s'il lui manquait quelque chose. Le souvenir de l'expression qu'avait affiché son visage à ce moment là la fit rire intérieurement. À côté d'eux, quelques jeunes entraient déjà dans la salle de cinéma. Le regard de Ruby valsa entre la porte et le jeune homme comme pour demander s'ils allaient bientôt faire de même.


Dernière édition par Ruby Caldwell le Jeu 26 Avr - 18:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
03. Hard to find the truth Empty
MessageSujet: Re: 03. Hard to find the truth   03. Hard to find the truth EmptyJeu 26 Avr - 1:25

Plus il était galant avec elle, et plus elle semblait rougir. À vrai dire, la manière que Ruby avait de le regarder avec de grands yeux de biche effarouchée prise entre les phares d’une voiture et incapable de prendre la décision de bondir vers d’autres lieux ne le convainquait pas vraiment de ce qui s’était passé entre eux ce fameux soir de beuverie. Il se rappelait encore avec une certaine clarté l’avoir vue chanter sur scène dans une petite robe noire qui ne lui ressemblait pas le moins du monde. Elle était jolie fille, mais passait le plus clair de son temps cachée derrière ses longues mèches de cheveux bruns, et ne venait pas aux répétitions habillée comme pour le dernier défilé à la mode comme le faisaient parfois Kit et Kat, le duo immanquable de la chorale. La voir dans ce genre de tenue qui révélait beaucoup plus de ses courbes harmonieuses que ses habituels jeans ou jupes longues avait été une véritable surprise, mais bien moindre que celle de l’entendre pousser la chansonnette seule face à un public qui pouvait s’avérer hostile. Qui l’eût cru ? Ruby Caldwell était en réalité capable de plus qu’elle ne voulait bien le laisser croire. À partir de ce point, tout devenait passablement flou et il n’était plus très sûr de savoir comment il avait rejoint la choriste ni ce qu’il lui avait dit. Est-ce qu’il avait été charmé par le ton de sa voix au point de laisser de côté ses scrupules et se faire conduire dans son lit sans plus de cérémonie en jouant de l’effet qu’il avait sur elle ? Est-ce qu’elle avait profité de sa faiblesse passagère pour abuser de lui et le ramener elle-même dans l’appartement qu’elle occupait avec une colocataire par un heureux hasard ou une chance certaine absente ce matin-là ? Tout se mêlait dans son esprit et il n’arrivait plus à discerner le vrai du faux, la réalité du fantasme, ce rendez-vous qu’il avait lui-même proposé du réveil difficile dans sa cuisine. Il aurait voulu qu’elle lui donne le menu de ce qui s’était passé ce soir au bar et chez elle plutôt que de lui réclamer la première chose qui lui tomberait sous la main, mais de toute évidence, ce n’était pas dans les plans de Ruby qui le dévorait du regard avec une moue presque mélancolique comme si elle aussi cherchait sur les traits de son visage une autre histoire que celle qui était en train de se jouer entre eux dans le hall du cinéma où chahutaient quelques étudiants avant de s’enfoncer dans l’obscurité des salles. On aurait dit deux bêtes curieuses en train de s’épier l’une l’autre comme pour s’apprivoiser dans l’espoir de reconnaître une lueur familière dans le regard de son interlocuteur. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il faisait plus de progrès qu’elle mais que tout cela ne les menait encore nulle part. Elle ne semblait pas disposée à se pendre à son cou, à faire pâlir d’envie les blondes qui avaient semblé la reconnaître, au contraire, il avait fait lui-même chaque manœuvre de rapprochement en lui faisant monter un peu plus le rose aux joues.

À quoi jouait-elle ? Maintenant qu’il essayait de lui mettre la pression, elle sortait la carte de la compréhension et de la patience ? Et puis qu’est-ce qui s’était passé au juste la dernière fois ? Son sourire radieux ne fit qu’accentuer le malaise du jeune homme qui se trouvait profondément déstabilisé dans cette position de faiblesse. Il ne savait pas. Il avait beau retourner ses méninges en tous sens, il ne parvenait pas à remettre la main sur ce qu’il avait fait de sa soirée passé le cinquième whisky. Se remettre de quoi ? Ses sourcils plissés par l’inquiétude se froncèrent un peu plus dans l’incompréhension et l’angoisse d’avoir fait quelque chose d’impardonnable. Est-ce qu’elle avait des passions sadomasochistes secrètes qui auraient pu l’épouvanter comme les récits de Summer Davis dans le secret de son cabinet, qu’il était contraint d’écouter sans échappatoire possible à chacune de ses visites, et que sa mémoire auraient refoulées ? Est-ce qu’il avait fini par tomber dans le piège de cette brune aux airs si innocents et presque enfantins qui lui aurait fait passer la pire nuit de son existence à tel point que sa mémoire en aurait noirci le contenu ? Si l’on devait se fier aux traits angéliques de la jeune femme, Wyatt l’aurait probablement expédiée droit à l’office pour lui donner le bon dieu sans confession. Mais avec ces paroles ambiguës, tout prenait un sens différent et le sourire qu’il avait pris pour de la timidité devenait légèrement pervers et presque dominateur à tel point que le médecin se redressa dans le canapé pour prendre un peu plus de distances tandis qu’elle prenait un peu plus ses aises. Deux fois “se remettre” à moins d’une minute d’intervalle la situation avait l’air de plus en plus critique pour le gynécologue qui ne se souvenait pourtant pas d’une quelconque marque sur sa peau pâle qui aurait trahi un jeu un peu trop poussé ou un malmenage de la part de cette maîtresse qui cachait bien son jeu derrière ses coins de lèvres mordillés. Ses lèvres à lui esquissèrent un sourire mal à l’aise alors qu’il cherchait à acquiescer d’une manière ou d’une autre ce qui venait de se dire sans avoir la moindre idée de ce qu’elle voulait exprimer. Le coup de grâce lui fut asséné lorsqu’elle sorti sa cravate apparemment oubliée dans la manœuvre et qu’il voyait à présent transposée dans un domaine tout à fait différent de simple ornement au cou de sa chemise. Enroulée autour de son poignet il fixa sa main dans la peur de retrouver un flash de ce qui avait pu se passer entre eux en en touchant l’étoffe. Mais il n’eut pas le temps de tendre la main pour se saisir du bout de tissu que Ruby semblait s’enhardir suffisamment pour lui attraper la main et y forcer l’entrée de la soie bleue. Et une fois de plus ce même air satisfait faussement timide qui manqua de faire couler son cœur. Resserrant inconsciemment les doigts sur la cravate il suivit du regard les coups d’œil envieux de l’étudiante qui semblait avoir envie d’entrer plus vite que prévu dans une salle obscure. Hors de question.

Lâchant sa cravate pour s’emparer des deux mains de Ruby qu’il pressa dans les siennes dans un élan presque désespéré, il ne savait même plus comment il avait pu perdre à ce point le contrôle en si peu de temps. «Ruby.» dit-il d’une voix forte qui claqua comme un coup de fouet dans le doux murmure du brouhaha ambiant. Détournant le regard pour fusiller les quelques badauds qui avaient l’air décidés à rester pour l’espionner, il ramassa la cravate avant de replonger ses iris vertes dans celles de Ruby. «Il faut que je t’avoue quelque chose.» Il se faisait des films. Tout ceci était impossible. Il ne s’agissait pas de Rose mais de Ruby, rien à voir avec la grandiloquence sexuelle de la professeur de lycée. Inoffensive et douce. «Ce soir-là... Il ne s’est... Comment dire ?» Fronçant les lèvres dans un air embarrassé il cherchait les mots adéquats pour ne pas froisser la jeune femme sans pour autant dévoiler tout à fait son trou de mémoire conséquent. «Je n’ai rien fait de déplacé, je veux dire je ne t’ai causé aucun trouble ?» Ne lâchant ni ses pupilles rétractées sous la lumière blanche aveuglante du hall ni ses mains qu’il était venu retrouver pour s’assurer un contact physique qui selon tous les bons traités de psychologie avait des chances de la dissuader de mentir et d’assurer sa propre maîtrise dans le dialogue. «Mais merci pour la cravate. J’en ai d’autres, tu aurais pu la garder pour le prochain...» S’interrompant au milieu de la phrase qu’il jugea grossière, il se racla discrètement le fond de la gorge. «Pour le prochain invité suprise !»
Revenir en haut Aller en bas
Ruby Caldwell
« You just see the surface »
Age : 25 ans
Occupation : Jeune entrepreneur , Membre des Awesome Voices
Humeur : Vivante
Statut : En couple avec Ryder Crawford
Etoiles : 3260

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Try - P!nk
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
« You just see the surface »
03. Hard to find the truth Empty
MessageSujet: Re: 03. Hard to find the truth   03. Hard to find the truth EmptyJeu 26 Avr - 18:50

Les évènements de la dernière fois revinrent à elle comme un souvenir longtemps renié. Elle se revoyait sur la scène du Piano Bar, entourée d'alcooliques et de dépressifs. L'une des plus tristes soirée qu'elle avait pu passer dans ce lieu. Elle sentait à nouveau sur elle la chaleur de l'unique projecteur de la salle, braqué sur elle, et dont la lumière manquait de l'éblouir. Surplombant légèrement le lieu, elle aurait pu distinguer aisément les visages de chaque personne présente si un halo blanc n'avait pas remplacé son champ de vision. Elle ne se concentrait donc que sur sa prestation, évitant de relever les yeux, inspirée par la chanson qu'elle interprétait. Elle savait bien que peu de gens l'écoutaient réellement, tous les autres étant pris d'une sorte de transe qui les menait dans un monde que Ruby n'avait jamais visité, ne buvant que peu d'alcool. Bien que le brouhaha ambiant s’atténuait lorsqu'elle chantait, un fond sonore fait de conversations sans sujet clair et de rires sourds régnait et rappelait sans cesse à la jeune artiste qu'elle ne se trouvait pas dans une salle de concert entourée de fans qui l'adoraient. Dernière note sur l'instrument central, les ampoules s'étaient rallumées pendant que le rayon braqué sur elle diminuait en intensité. Quelques applaudissements et sifflements avant que le vacarme reprenne de plus bel. Des tâches sombres gênaient la vue de la jeune femme qui due cligner plusieurs fois des yeux avant de voir à nouveau correctement. Son regard s'était porté par hasard sur le bar occupé par une tête rousse qui lui était familière. Plissant les paupières pour mieux se rendre compte de la vérité qui s'offrait à elle, sa surprise fut de taille. En effet, il s'agissait bien de Wyatt Pillsbury, l'un des hommes les plus sensés de ses connaissances. Elle avait mis un moment avant de réaliser que celui-ci tanguait dangereusement sur son tabouret, retombant sur le comptoir de tout son poids avant de se relever et de répéter l'opération en boucle. Sans arrêter de le fixer, elle avait descendu les quelques marches qui séparaient la scène du sol et s'était dirigée vers lui. Une fois à ses côtés, elle s'était penchée pour entrevoir son visage. « Wyatt? ». Une tentative de se redresser, un échec après s'être affalé. « Wow, euhm... ». Autours d'elle, aucun signe du gérant. N'ayant pas osé s'éloigner de peur que son camarade des Awesome Voices ne bascule en arrière dans un mouvement trop brusque, elle avait attendu que le barman refasse surface. Dix minutes plus tard, un homme de forte corpulence s'était enfin décidé à pointer le bout de son nez. Pas question pour Ruby de laisser le jeune gynécologue seul. Afin de s'assurer qu'il resterait bien sur sa chaise, elle avait placé sa main à quelques centimètres de son épaule, hésitante. Puis, après avoir poussé un soupir désespéré tout en roulant des yeux, elle l'avait posée sur lui et avait tendu son bras au maximum pour atteindre le gérant. « Excusez-moi. » « Vous r'voulez d'la limonade? ». Décidément, personne ne semblait avoir rien qu'un peu de bon sens. « Non ça ira, je voudrais seulement savoir combien de verres ce jeune homme a bu. Et surtout le contenu des verres. » « Oh j'sais pas moi, j'dirais au moins cinq verres de whisky. ». La jeune femme se souvenait des grands yeux ronds qu'elle avait ouvert avant de retourner vers Wyatt en pliant son bras, comme un élastique tendu à son maximum et que l'on relâchait. Avec toute la bonne foie du monde, elle l'avait aidé à se relever. À ce moment, elle s'était rendu compte du manque de force qu'elle avait. Certes le rouquin était fin comme une épingle mais les biceps de la brunette n'étaient pas très développés. Une fois qu'elle l'avait installé - péniblement - sur le siège passager de sa voiture, elle s'était rappelé d'un détail qui n'était pas sans importance. « Je ne connais même pas ton adresse. Où est-ce que tu habites? » « Gn florpsq magneu. » « Bon d'accord, on va dire chez moi cette nuit. ».

Aujourd'hui, Ruby n'en revenait toujours pas de son geste. Jamais elle n'avait fait preuve d'autant de sang froid en une soirée. Chez elle, elle lui avait servi un grand verre d'eau qu'il avait bu d'une traite. Savannah n'était pas à l'appartement ce jour-là – une chance pour la choriste qui aurait fait l'objet d'un interrogatoire forcé. Certaine que la blondinette remarquerait quelque chose si Wyatt utilisait son lit, elle n'avait pas non plus osé le laisser dans le canapé, le jeune homme se serait réveillé de mauvais pied et c'était tout ce que la brunette aurait souhaité éviter. Ce fut donc sur le même matelas que les deux jeunes gens passèrent la nuit. Elle ignorait encore si le réflexe que son camarade avait alors eu était un bon signe. Il était vrai que dormir en costume ne devait pas être très confortable et le retirer était sûrement une bonne idée et une preuve qu'il avait encore à peu près toute sa tête. Seulement, était-ce vraiment utile de rajouter à l'embarras de Ruby le fait qu'elle allait dormir à côté d'un homme qui ne portait qu'un boxer? Complètement dépassée, elle était au départ un peu réticente et se demandait si ce n'était pas elle qui allait finir dans le salon. Mais elle avait déjà beaucoup donné ce soir-là et elle n'allait sûrement pas céder son propre confort alors qu'elle mourrait d'envie de dormir entre ses draps. Elle s'était finalement allongée près du gynécologue qui s'était déjà éteint. Elle se rappela du sourire qu'elle avait affiché en le contemplant pendant son sommeil profond, trouvant la situation plutôt ironique. L'un des plus beaux membres des Awesome Voices dans le lit de la jeune chanteuse qui n'avait jamais eu de petit ami de toute sa vie. Combien en avait-il eu, lui? Ses traits n'étaient pas altérés par les effets de l'alcool, il semblait tout à fait apaisé et calme. Et qu'il était beau. Exténuée, elle avait tourné le dos au jeune homme, froncé les sourcils et secoué la tête avant de plonger dans une même torpeur.
Au matin, vers neuf heures et demi, Ruby se trouvait dans la cuisine à préparer le petit déjeuner. C'était un jour ensoleillé, exceptionnel pour une saison où le ciel ne s'était pas encore découvert. Wyatt lui était encore assoupi, ce que la jeune femme comprenait compte tenu du nombre de verre qu'il avait pu boire. Ce n'est qu'une demi heure plus tard qu'il s'était décidé à sortir de la chambre, l'air déboussolé. « Enfin réveillé! » avait-elle dit avec un immense sourire qui dissimulait bien sa gêne de le voir déshabillé. Elle se replongea dans la préparation de ses tartines. « Tes affaires sont dans la chambre sur la commode. Tu veux manger quelque chose? J'ai acheté des croissants. ».

Revenant au moment présent, Ruby fit un constat des circonstances. Apparemment, Wyatt n'avait pas l'air d'avoir envie d'entrer dans la salle. L'horloge sur le mur se trouvant en face d'eux indiquait qu'il leur restait vingt bonnes minutes à attendre. Étrangement, le visage du jeune homme devint blême, comme si il avait vu un fantôme. Intriguée, elle le dévisagea. Il semblait plus perdu que la belle, angoissé par une raison qu'elle ignorait. Tout devait se passer dans son esprit. Elle ramena ses mains sur son petit sac, inquiète. L'entendre prononcer son nom d'une manière si imposante ne fit que rendre contagieuse son anxiété. Le groupe d'étudiants avec qui Ruby partageait certains cours chuchotèrent tout en la regardant avec un air compatissant. Elle savait ce qu'ils s'imaginaient. Tout portait à croire que c'était une scène de rupture. Cependant rien n'avait commencé, ce ne pouvait pas en être la raison. Il fallait qu'il lui avoue quelque chose. Le cœur de la jeune femme se mit à battre plus vite, plus fort. Cette aveu n'était sûrement pas celui qu'elle aurait pu s'imaginer dans d'autres circonstances. Le ton sur lequel il appuyait chacun de ses mots ne prévoyait pas une fin heureuse. Deux blondes en mini-jupe rirent en voyant l'expression de la brunette, mais cette dernière contre-attaqua avec un regard foudroyant. Elle tremblait et sentait non plus seulement ses joues mais son faciès tout entier virer au rouge écarlate. Il fallait qu'elle plonge sa tête dans l'eau froide ou au moins qu'elle boive un verre d'eau. Elle tenta de se calmer en respirant lentement. Après tout, il n'avait pas terminé de parler, peut-être que tout irait bien. Le problème, c'est qu'elle ne savait pas ce qu'il s'apprêtait à lui dire et son attitude n'avait rien de rassurant. Retenant sa respiration, elle compta les secondes jusqu'à ce qu'il exprime enfin ce qui le tourmentait. Quoi? Quelque chose de déplacé? Un nouveau contact entre leurs mains la fit quitter la réalité. Elle reprit son souffle puis baissa la tête, constatant contre son gré que son visage était trop brûlant pour qu'aucun signe ne soit visible. Elle respira lentement et pensa à ses années de réhabilitation qui devait avoir eu pour effet de la désensibiliser à ce genre de condition embarrassante. Les paroles de Wyatt firent le tour de son esprit, ce qui lui permit de se rendre compte de l'incohérence de sa question. Décidée, elle déposa ses prunelles dans celles du jeune homme. « Non, non tu... tu n'as rien fait je t'assure. J'ai... j'ai jamais eu à ramener une personne chez moi alors qu'elle... » Ne souhaitant pas lui rappeler explicitement un instant de sa vie qu'il regrettait sûrement, elle ménagea ses propos. « … qu'elle en avait autant besoin. J'étais plutôt fière de ma bonne action. ». Elle haussa les épaules et afficha un rapide sourire en coin. « Ne crois pas que tu as été un poids, je suis vraiment contente d'avoir pu t'aider. Et tu n'as rien fait de déplacé. » Elle marmonna. « À l'exception du fait que tu as voulu prendre tes aises pour dormir et donc... retirer ton costume. Mais ce n'est rien! Je n'aime pas non plus dormir en jean, c'est pas très agréable. On ne peut pas vraiment considérer ça comme quelque chose de déplacé. J'ai juste pas trop l'habitude. ». Elle prononça sa dernière phrase de façon à peine audible. En reprenant peu à peu son calme, la tension qui s'était installée chutait. Il avait dû la prendre pour une folle à bégayer comme ça. « Et surtout, j'espère qu'il n'y aura pas beaucoup d'autres invités surprise, non pas parce que ça me contrarierait, mais parce que je m'inquiètes plus pour l'invité en question. ». En pensant qu'il n'y avait plus de raison de paniquer, Ruby espérait avoir soulagé le jeune homme de ses craintes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
03. Hard to find the truth Empty
MessageSujet: Re: 03. Hard to find the truth   03. Hard to find the truth EmptySam 28 Avr - 17:20

Alors qu’il essayait de se concentrer tout entier sur la petite Ruby qui venait de changer radicalement dans son esprit mais à qui il donnait une dernière chance de coller à son apparente innocence, les murmures de jeunes gens passant devant eux vinrent troubler son attention. Tournant le regard vers le couloir large où passaient de petits groupes sans qu’il s’en inquiète depuis qu’ils s’étaient installés, il fusilla du regard un grand gaillard un peu dégingandé qui semblait avoir sorti une remarque dont il était particulièrement fier à en juger par le sourire tout à fait dégoûtant qui ourlait ses lèvres. S’il y avait bien une chose que le médecin détestait c’était avoir l’impression que les autres se permettent de le juger. Choisir un lieu public pour avoir une discussion aussi sérieuse n’était certes pas le meilleur choix pour éviter ce genre de situation, mais il préférait être là plutôt que dans la salle où il aurait manqué les expressions vives de la jeune femme et où tous ses voisins sans exception auraient tendu l’oreille pour essayer de deviner ce qui était en train de se tramer. Le mépris était l’une des expressions qui transparaissaient le mieux sur le visage doux du gynécologue. On l’avait élevé en lu enseignant que seuls les roux avaient une vraie valeur sur cette terre, qu’il était supérieur au commun des mortels et que le reste des êtres humains (comprendre ceux qui n’étaient pas roux) n’avaient pas le moindre intérêt. Bien qu’il eût depuis révisé un peu son jugement et qu’il soit capable de considérer les autres comme des égaux, son air supérieur de petit prodige jamais ne s’effacerait tout à fait. Ne cachant pas son dégoût pour le visage assez peu enchanteur du plaisantin de service, il détourna les yeux pour revenir se concentrer sur la jeune femme qui rougissait à présent de la tête aux pieds à cause d’un autre groupe de voyeurs et ne réussissait pas à répondre. Pourquoi ne pouvaient-ils pas se mêler de leurs affaires ? Ils n’avaient jamais vu deux adultes consentant en pleine discussion ? S’il s’était écouté il n’aurait pas attendu une seconde de plus pour renvoyer ces deux gourdes de là où elles venaient, seulement se séparer de Ruby aurait peut-être équivalu à la laisser s’enfuir ou se murer dans le silence. Ses yeux verts à la fois pressant et compatissant cherchaient à trouver les prunelles de la choriste qui dans un effort insensé avait réussi à lancer une œillade un peu mauvaise à leurs spectateurs. Ce n’était pas avec ce genre de froncement de nez qu’elle était crédible dans le rôle de la maîtresse sadique... Et si elle avait dû faire appel à son potentiel terrifiant c’était maintenant ou jamais, or ça n’avait pas été très convaincant. Plus le temps passait et plus il avait l’impression de s’être monté la tête tout seul à force de retourner la situation en tous sens. Tâchant de se tranquilliser à ces pensées, enfin elle acceptait de le regarder en face ce qui fut un soulagement relatif pour le gynécologue. Pendu à ses lèvres dans l’espoir que sa réponse abonderait dans le sens de sa nouvelle ligne, malgré l’hésitation de sa voix, elle avait l’air décidée à enfin lâcher le morceau.

Il se doutait qu’il avait été trop loin en imaginant qu’elle avait pu abuser de lui ou même l’inverse, mais le médecin tombait des nues. En l’espace d’une seconde elle quittait les combinaisons en cuir et cravaches pour tomber dans un bénitier. Sa bonne action ? Fière de l’avoir aidé ? Qui était-elle ? La fée-marraine ? Le bon samaritain ? L’espionne de Cassandra Hamilton ? Wyatt ne savait plus quoi penser de ses déclarations, et il se laissa retomber dans le dossier du canapé rouge un air circonspect sur le visage. D’après ce qu’elle lui disait il était juste trop ivre pour rentrer et elle s’était trouvée là au mauvais moment, au mauvais endroit et le barman s’était débarrassé de lui comme ça... Était-il vraiment possible qu’il soit rentré sagement chez cette jeune femme sans rien faire de déplacé ? Il se connaissait. Il avait toujours adoré les femmes. Bien plus que de raison d’ailleurs, et si la fidélité n’avait pas été l’une des valeurs sur lesquelles il était à cheval sa réputation n’aurait plus été à faire. Une pointe de fierté succéda à l’inquiétude qui avait jusque là tenu ses entrailles. Même rond comme une barrique il était capable de garder ses mains pour lui et de ne rien tenter, c’était en soi un exploit non négligeable qui méritait d’être souligné à son sens. Soupirant de soulagement, il se redressa pour entendre plus distinctement ce qu’elle se mit ensuite à marmonner à toute vitesse. Se déshabiller pour dormir n’était certes pas correct quand on s’invite dans le lit de quelqu’un mais s’il ne s’était rien passé alors il ne voyait pas le problème. Il aurait très bien pu dormir en boxer avec sa sœur, enfin pas avec sa sœur à lui, qui aurait certainement eu encore plus de mal que Ruby avec ce genre de proximité, mais disons avec sa cousine Ginnie. Sa vision du trou noir provoqué par l’alcool changeait du tout au tout et c’était un poids qu’on lui ôtait de la poitrine. Ses poumons n’avaient jamais paru aussi grands et l’air aussi riche en oxygène. Le malentendu était à présent dissipé, mais pourquoi tant de gêne alors ? Si elle avait agi comme si de rien n’était et qu’elle n’avait pas sorti ses grands airs prudes jamais il n’aurait imaginé que quelque chose s’était passé entre eux. Elle avait beau être timide, ce n’était pas la mer à boire. La réponse à ses questions finit par tomber dans un murmure quasi inaudible et le replongea dans la plus grande perplexité. Pas trop l’habitude ? Pas trop l’habitude de quoi ? Il avait retiré ses vêtements lui-même et il était sûrement tombé endormi comme une masse pour ne pas poser un doigt sur elle. Arquant un sourcil interrogateur, sa curiosité était piquée à vif et tout à coup il se surprit à recroiser cette petite moue gênée avec celle d’Hallie et ses virginales déclarations.

Omettant totalement sa dernière phrase, obnubilé par la précédente, Wyatt reprenait du poil de la bête et était à présent prêt à en découdre pour tirer le fin mot de cette histoire au clair. Seulement l’affaire ne serait pas aisée et si jamais il avait un mot plus haut que l’autre la jeune femme risquait de se refermer sur elle-même comme un huître dont il ne tirerait plus rien. «Oh je vois... je suis vraiment désolé, j’ai tendance à parfois abuser ces derniers temps. Le stress, le mariage de ma sœur, le travail tout ça... Je suppose que le chocolat et le cinéma serviront d’excuse pour le moment alors.» À présent qu’il se sentait libre de toute contrainte, le médecin ne tarda pas à remettre les choses à leurs places. Elle était adorable mais il n’avait très clairement aucune intention de sortir avec elle. Il avait Lexie et celle qui hantait parfois ses autres pensées avait un tout autre nom. De toutes autres questions lui brûlaient les lèvres mais il ne pouvait décemment pas lui jeter tout cela au visage. Se dressant sur ses pieds en récupérant la cravate pour la ranger dans sa poche il tendit le bras à Ruby pour l’inviter à s’y accrocher. «Bien, il serait temps d’aller choisir une place tu ne crois pas ?» Marchant en direction des portes, il poussa le premier battant avec fermeté et dans le sas ils croisèrent deux étudiants qui sortaient de la salle sans leurs affaires et jetèrent un regard à Ruby avant de disparaître dehors. Une fois dans l’obscurité tamisée par de faibles lumières sur les murs, il reprit d’une voix grave et basse. «Je ne contrarie pas les plans d’un pauvre garçon qui aurait espéré t’emmener ici ce soir au moins ?» Il dévoila son sourire blanc avant de l’emmener s’asseoir sur une rangée presque vide dans le milieu de la salle. Si la première partie de la conversation nécessitait de la lumière, les aveux qu’il essayait d’obtenir à présent à cause de sa curiosité mal placée de gynécologue requéraient de l’obscurité et encore plus de discrétion.
Revenir en haut Aller en bas
Ruby Caldwell
« You just see the surface »
Age : 25 ans
Occupation : Jeune entrepreneur , Membre des Awesome Voices
Humeur : Vivante
Statut : En couple avec Ryder Crawford
Etoiles : 3260

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Try - P!nk
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
« You just see the surface »
03. Hard to find the truth Empty
MessageSujet: Re: 03. Hard to find the truth   03. Hard to find the truth EmptyLun 7 Mai - 17:30

Les réactions que Wyatt avait eu à chaque fois que Ruby avait pris la parole étaient pour elle jusque là plutôt étranges... et inquiètantes. Depuis le début de la soirée, il gardait ses distances, pâlissait à la gentillesse dont la jeune femme avait fait preuve en lui rendant sa jolie cravate ou se laissait distraire facilement pour une raison inconnue. Elle commençait à se demander si elle ne devait pas avoir quelque chose à se reprocher. Elle tenta de se rappeler chacune de ses actions mais rien ne lui semblait inapproprié pour un rendez-vous. Elle ne savait peut-être pas encore bien s'y prendre mais rester bien élevée pouvait largement suffir pour l'occasion. Soucieuse du comportement du jeune homme, elle tenta d'en trouver la provenance. C'est alors qu'elle s'intéressa davantage aux questions que son ami lui avait posé. Tout laissait supposer que le rouquin avait du mal à replacer dans son contexte les évènements qui s'étaient déroulés l'autre nuit. Deux conjectures se présentaient alors. Soit, en se sentant trop confus d'avoir dérangé sa camarade de chorale, il s'était mis en tête qu'il avait été une gêne pour la brunette, soit, deuxième hypothèse, toutes les questions qu'il lui posait ce soir l'aidaient à comprendre ce qu'il s'était réellement passé car il était trop ivre pour s'en souvenir. Elle se mit à sa place trente secondes. Dans ce deuxième cas, il aurait eu toutes les raisons du monde de prendre ses jambes à son cou lorsqu'il se serait réveillé à peine habillé de l'appartement d'un femme qu'il connaissait à peine, et ce sans même prendre le temps de déjeuner. Seulement, il ne l'avait pas fait. Sûrement par politesse et ignorance quant à l'attitude qu'il devait adopter. Et elle lui en était reconnaissante car elle l'aurait très mal pris. Même si il n'avait pas réellement donné de nouvelles avant ce jour, elle ne parvenait pas à lui en vouloir, le comprenant parfaitement. Elle avait prit la décision de le ramener chez elle sans qu'il soit dans la capacité de donner son avis, ce qui était on ne peut plus contrariant. Elle savait pourtant que son choix avait été le bon. Qui sait ce qu'il serait devenu si elle l'avait abandonné à son sort. Tombé de son tabouret, un bras fracturé, personne pour l'emmener aux urgences étant donné l'état dans lequel se trouvait le reste des occupants du bar. Tentant d'effacer ce scénario catastrophique de sa tête, Ruby se concentra uniquement sur les faits réels, savourant pleinement la satisfaction que lui procurait sa bonne action. C'était dans des moments comme ceux-là qu'elle repensait à la proposition d'Ashandra Moon sur son changement de chorale pour les bons samaritains de Second Chances, sans pour autant la prendre au sérieux malgré toute l'amitié qu'elle avait pour la belle afro-américaine. Regardant toujours Wyatt la tête légèrement penchée, elle remarqua que son visage avait reprit des couleurs plus naturelles, preuve que ses aveux avaient eu l'effet voulu.

Sa confiance renaissait en même temps que son angoisse se volatilisait progressivement. Peut-être que la soirée allait finalement bien se passer. Le comportement que le beau roux avait eu en venant la chercher commençait à refaire surface, avec en moins l'embarras qui pesait sans que Ruby ne sache pourquoi. La réponse que Wyatt lui apporta la fit rire et elle s'autorisa à laisser réapparaître ses belles dents blanches. L'ambiance était plus détendue et le canapé paraissait tout de suite plus confortable. « C'est parfait, ne t'inquiète surtout pas pour ça! ». Il avait dit ''pour le moment'', elle avait bien entendu. Peut-être que ça n'était pas volontaire, mais cela signifiait bien qu'il y aurait une suite à ce rendez-vous. Ça n'allait probablement être que de l'amitié, mais cela lui suffisait largement. Elle ne se faisait pas de films, elle n'avait jamais entretenu une relation avec quelqu'un et ce n'était pas aujourd'hui que ça allait être le cas. Et puis il n'y avait qu'à voir le nombre d'étudiantes aux alentours lancer des œillades peu discrètes à destination du jeune homme. Il était trop bien pour elle. Ce qui l'étonnait, c'est qu'elle n'y voyait pas trop d'inconvénient. Tout ce qu'elle ressentait pour lui, c'était de la sympathie. Et puis après tout, il savait déjà ce qu'était la vie active alors qu'elle n'était encore qu'à l'université, et les seuls jobs qu'elle obtenait étaient des contrats à durée déterminée – trop déterminée. Leur état d'esprit devait être complètement différent et à côté de ce gynécologue qui avait déjà une plaque gravée à son nom dans les rues de Lima, elle se sentait horriblement jeune, et cela même si parmi les Awesome Voices il restait avec des personnes encore moins âgées qu'elle. Elle voulait savoir ce qu'il pensait d'elle, s'il la considérait bien comme cette fille sans expérience ou encore s'il avait décelé aussi facilement qu'elle le pensait sa timidité. À ce propos, elle se sentait plutôt honteuse. L'objectif qu'elle s'était fixé n'avait décemment pas été atteint et ses bégaiements à répétition lui avait fait perdre toute crédibilité. Heureusement que dans la salle sombre de cinéma, les expressions de la brunette ne seraient que peu visibles. Pourtant, Ruby paraissait si confiante depuis quelques temps. Rien n'était encore parvenu à la déstabiliser avant cette rencontre avec Wyatt, à croire qu'elle n'avait pas exploré toutes les situations possibles pouvant causer le retour de son malaise. Sans doute parce que tout ceci était nouveau et qu'ainsi elle ne pouvait pas avoir prévu cette attitude de sa part. En se relevant, elle attrapa le bras du jeune homme et ils se dirigèrent tous deux vers le sas d'entrée, rappelant ainsi à la brunette qu'ils étaient bien là pour regarder un film. Une fois que Wyatt eut poussé la première porte, la lumière du hall envahit le petit espace sombre, éclairé seulement par de petites lampes qui laissaient à peine leur lueur transparaître. L'un des deux étudiants qui passaient en sens inverse effleura le bras de la demoiselle qui se retourna en même temps que lui, suivi de l'autre tête qui les imita. Plissant les yeux à cause du battant qui se refermait progressivement et les faisait replonger dans l'obscurité, il lui sembla reconnaître le premier visage sans parvenir tout à fait à décliner son identité.

Elle apercevait désormais à peine les traits du gynécologue mais elle devina qu'il recherchait une place dans la grande salle. Cette dernière n'était pas entièrement remplie, de nombreux rangs ne contenaient qu'une personne assise à une extrémité. Ruby, qui s'attendait à ce qu'il prenne la parole pour lui proposer un siège, fut surprise d'entendre ce qu'il venait de lui demander. Il lui prit soudain l'envie de rire, remarquant que le jeune homme était tout sourire en posant sa question pas si implicite. S'il savait. À ce moment là, elle aurait bien aimé lui dire toute la vérité pour qu'il comprenne enfin sa façon d'agir et de rougir depuis le début de la soirée, mais deux raison l'en empêchait. Premièrement, sa vie privée ne l'intéressait sûrement pas, deuxièmement, ce serait sombrer dans une bien triste humiliation. Elle ouvrait pourtant maintenant de grands yeux, la bouche entrouverte qui ne laissait pas s'échapper les mots qu'elle souhaitait et ne souhaitait pas prononcer. Mais tout dans l'expression de son visage voulait lui faire comprendre qu'il avait enfin mis le doigt sur ce qui justifiait que ses joues étaient si souvent empourprées. Avec un demi sourire, elle abaissa la tête. « Je ne crois pas, non. ». Puis poursuivant rapidement en relevant son regard vers lui. « Pas à ma connaissance. ». Elle haussa les épaules avec une moue désolée avant de sourire de bon cœur. Au lycée, elle avait repoussé un certain nombre de demandes de garçon ne la connaissant même pas. Une jeune fille portant une mini-jupe quatre-vingt-dix pour cent du temps suffisait à les satisfaire. Elle n'en avait aimé aucun, éprouvant plus de dégoût que d'attirance pour ces footballeurs qui recherchaient davantage une partenaire d'un soir plutôt qu'une relation durable. Elle se rappelait de leur rire gras quand un coup de vent venait malencontreusement soulever le peu de tissu qui couvrait les jambes des cheerleaders dont Ruby faisait partie à l'époque. Ces souvenirs lui avait valu de détruire son uniforme qu'elle avait toujours jugé beaucoup trop court, sentiment accentué par sa pudeur alors légendaire. Elle avait depuis pris sur elle et ne refusait plus le port d'un léger décolleté ou de vêtements moulants, mais elle avait toujours du mal à réaliser qu'elle avait accepté de passer sa scolarité à McKinley dans cette tenue. Ayant maintenant dépassé la vingtaine et bénéficiant d'une silhouette assez avantageuse, certains pouvaient encore se retourner sur son passage, d'autant plus qu'elle avait perdu son air de fille craintive et prude lorsqu'elle traversait les rues de Lima. Cela ne l'avait pas empêché de l'adopter à nouveau aux côtés de Wyatt de manière totalement incontrôlée. En refaisant traverser la question qu'il lui avait posé dans son esprit, un visage s'imposa qu'elle tentait malgré tout de faire disparaître de sa tête. Il la hantait, lui et ses manières si protectrices et bienveillantes ne cachant pas son attachement pour la brunette qu'il connaissait maintenant depuis un bon moment. Comme de coutume, elle n'admettait rien. Thomas et elle, ça ne se ferait sans doute pas, aucun signe ne démontrait un réel penchant pour la jeune femme. Ou alors ce n'était pas assez évident. Elle se retourna vers son ami. « Personne ne semble vraiment s’intéresser à moi en fait. ». Elle leva les yeux au ciel, regrettant d'avoir parlé trop vite et de passer ainsi pour une malheureuse mal aimée alors que ce n'était pas forcément le cas. Le ton qu'elle avait utilisé pour prononcer cette phrase n'était pas plaintif du tout, elle venait simplement d'énoncer une vérité qui lui paraissait évidente. « Enfin, ce que je veux dire c'est que personne ne s'est manifesté. Donc normalement tu ne fais pas de jaloux. » ajouta-t-elle avec bonne humeur. Persuadée de ne pas avoir été très convaincante dans le rôle de la femme bien dans sa peau, elle attendait maintenant la réponse que Wyatt allait lui apporter pour se rattraper en espérant qu'il n'avait pas interprété ses propos comme elle le craignait. Si elle commençait à donner une image d'elle qui ne lui correspondait pas, elle risquait d'avoir une drôle de réputation auprès du beau roux. Ils s'installèrent enfin dans une rangée presque inoccupée vers le milieu de la salle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
03. Hard to find the truth Empty
MessageSujet: Re: 03. Hard to find the truth   03. Hard to find the truth EmptyDim 27 Mai - 18:24

Assis dans son fauteuil de cinéma prêt à en découdre pour avoir le fin mot de l’histoire avec sa petite camarade de chorale, Wyatt était à des lieues de l’homme séduisant et mûr qu’il avait l’habitude de jouer et beaucoup plus près de la ménagère de plus de cinquante ans en mal d’intrigue dans sa vie. Pourtant la sienne ne manquait pas exactement de rebondissements grâce à Charlie Watson-Brown et Lexie Preston qui à elle deux parvenaient tout à fait à combler son temps libre, en pensées ou en actes. Mais il appréciait tout particulièrement les confidences féminines, quelles qu’elles soient. Sa sœur aînée avait presque toujours fait de lui son confident et ce n’était que depuis qu’il avait été plus ferme dans sa véhémence à l’égard de Will que leur lien s’était rompu le laissant sur le carreau tandis qu’Emma avait sûrement dû chercher parmi ses amies une remplaçante pour le poste qu’il avait jusque là occupé. Avoir tenu le rôle de journal intime tout au long de ces années avait fait de lui un réceptacle idéal pour les secrets. Outre le secret médical que jamais il ne violerait, pas même pour raconter une anecdote amusante et anonyme, il n’avait jamais répété les petites anecdotes soufflées dans le creux de son oreille, sur l’oreiller ou autour d’une tasse de café fumant. Était-ce la fierté d’être le seul à savoir ou bien simplement une pudeur naturelle qui lui interdisait de bafouer la confiance qu’on lui accordait ? Toujours était-il que Wyatt Pillsbury était aussi curieux qu’une commère, la traînée de poudre et de rumeurs en moins. Or il y avait très clairement anguille sous roche avec cette jeune femme qui se drapait de toute sa prévenance pour répondre à ses questions et ne semblait pas le moins du monde à l’aise avec le contact physique ou même les regards des étrangers. Il n’y avait qu’à voir la manière qu’elle avait eu de scanner ces pauvres gamins qui avaient eu le malheur de s’attarder sur elle, comme si elle voulait tirer toute leur identité d’un simple coup d’œil appuyé. Peut-être les connaissait-elle. Ou bien elle était tout simplement incapable de penser qu’on puisse s’intéresser à elle et faisait partie du gang de celles qui s’imaginent avoir une tâche sur le visage plutôt que de penser qu’on les regarde simplement. Elle n’était pas si âgée, c’est vrai, mais ce manque d’expérience restait néanmoins intriguant pour le gynécologue. «Pas à ta connaissance ? Réponse intéressante...» Il était tout prêt à lui prêter une histoire d’amour tout à fait platonique où aucun des deux protagonistes n’ose se lancer et ne font qu’échanger de longs soupirs d’un bout à l’autre de l’amphithéâtre, mais ses beaux scénarios s’échouèrent lamentablement dans les écueils de la suite de sa phrase. Le cas était bien pire que ce que nous pensions docteur.

À la voir aussi jolie dans cette robe de soirée qu’elle avait choisie avec goût, un maquillage léger qui la mettait en valeur, quelques bijoux, un sourire radieux, pourquoi diable ne croyait-elle pas à son succès ? Un sourire aurait probablement suffi pour lui faire décrocher le numéro de la moitié des hommes de la salle, couples compris. Elle n’avait pas été ignorée comme la peste quand ils avaient fait la queue, encore quelques minutes plus tôt elle se faisait reluquer par les deux énergumènes qu’elle avait envoyer balader. Est-ce qu’elle était totalement aveugle ? Le gynécologue peinait de plus en plus à la comprendre. Où était passée la piquante chanteuse qui avait pris sur elle de ramener le dangereux gynécologue coureur de jupons chez elle pour la nuit ? Se redressant dans son fauteuil, le jeune homme se tourna franchement vers Ruby et posa ses deux mains sur ses genoux. «Quelque chose me dit que ce n’est pas qu’on s’intéresse pas à toi mais que tu ne vois pas qu’on s’intéresse à toi.» lâcha-t-il d’un ton solennel sans plus vraiment se soucier des oreilles indiscrètes. Se penchant un peu plus vers elle en posant sa main sur son épaule il reprit un ton plus bas. «Je suis peut-être indiscret mais est-ce que par le plus grand des hasards ton ex petit ami t’aurait dit des choses horribles que tu aurais eu la naïveté de croire ?» Finalement l’hypothèse n’était pas idiote. Elle était clairement impressionnable. Un commentaire de rupture un peu brusque aurait-il suffi à anéantir le peu de confiance en elle qu’elle pouvait avoir à en juger par sa manie de rougir tous les deux mots. «Vraiment Ruby, tu es belle, tu es jeune et tu es intelligente. Tu chantes bien, et je suis sûr que tu fais la cuisine. Je me demande comment tu fais pour arriver à croire à ce que tu dis.» Tout sourires dehors pour appuyer cette cascades de compliments censés remonter son estime d’elle-même, le gynécologue lui donna une petite claque avant de se rasseoir un peu plus au fond de son fauteuil. «Je ne veux plus entendre de bêtises de ce genre. C’est une bonne excuse voilà tout.»

Wyatt était un exemple de confiance en soi débordante. Il était persuadé d’avoir toujours raison sur tout. Il se savait intelligent et il savait qu’il plaisait facilement. Il avait toujours eu du succès et avait toujours su en jouer. Essayer de comprendre d’où venait ce complexe d’infériorité mal placé lui demandait des efforts considérables mais il n’avait rien de mieux à faire en attendant le début des bandes annonces alors autant mettre à profit son temps. S’il pouvait aider cette malheureuse au passage son karma ne pourrait qu’en bénéficier et Dieu l’aurait sûrement dans ses bonnes grâces. Il ne voulait pas lui donner d’espoir à son sujet. Il avait beau la couvrir de compliments et de petites attentions il ne s’agissait que de politesse et d’amitié. Hors de question de s’infliger la même torture face à l’ambiguïté deux fois, il devait tirer les choses au clair le plus vite possible en restant discret si possible. Laissant un moment de blanc en cherchant quoi répondre à cela, le gynécologue tourna ses yeux vers le bout de la rangée où trois personnes venaient de s’installer en riant. Quelle image pouvaient-ils renvoyer ? Un couple ? Deux amis ? Une tentative de première approche ? Il ne parvenait plus à discerner avec autant de précision ses expressions et il avait l’impression de l’avoir poussée à bout mais sa curiosité était bien loin d’être étanchée. «Mais soit, admettons que je ne fasse pas de jaloux ce soir. Ce qui est sûrement faux entre nous soit dit. Ça ne veut pas dire que tu n’avais pas envie de venir avec quelqu’un d’autre...» Cherchant son regard avec insistance, il tentait le tout pour le tout en épuisant ses munitions du moment dans l’espoir d’arracher la vérité à la brunette.
Revenir en haut Aller en bas
Ruby Caldwell
« You just see the surface »
Age : 25 ans
Occupation : Jeune entrepreneur , Membre des Awesome Voices
Humeur : Vivante
Statut : En couple avec Ryder Crawford
Etoiles : 3260

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Try - P!nk
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
« You just see the surface »
03. Hard to find the truth Empty
MessageSujet: Re: 03. Hard to find the truth   03. Hard to find the truth EmptyVen 22 Juin - 15:21

Ruby avait conscience qu'elle s'engouffrait dans une terrible impasse. Son besoin de s'exprimer prenait à son insu le dessus sur sa raison, et se connaissant, tout ce qu'elle avait toujours tenté de cacher à ses proches allait finir dans l'oreille d'un jeune homme qu'elle n'avait rencontré que quelques mois plus tôt. En l'espace d'une soirée seulement, Wyatt en avait certainement plus appris sur la brunette que les camarades qu'elle avait fréquenté une même durée au lycée. La vie de la jeune femme n'était pourtant pas particulièrement trépidante ou intéressante, dans d'autres conditions elle apparaissait sans doute comme une personne tout à fait banale, voire parfois invisible – c'était le point sur lequel elle travaillait encore -, avec une personnalité bâtie sur peu de choses. Cependant, la situation dans laquelle elle se trouvait était particulière. Impossible de dire si elle se serait sentie plus à l'aise avec un autre homme tant celui-ci était incomparable. Et le pire, c'est qu'elle avait beau en chercher les raisons, elle ne trouvait pas de réponse. Ses questionnements à propos de la probable attirance qu'elle éprouvait pour lui n'étaient plus d'actualité depuis environ cinq minutes, alors qu'est-ce qui provoquait ces étincelles dans sa tête qui allaient finir par lui faire perdre ses esprits? Après réflexion, elle se résolue à mettre cela sur le compte de l'indécision qui ne faisait sortir aucun son de sa bouche malgré les mouvements interrompus et à peine perceptibles de ses lèvres. Si elle laissait de cette façon son ami sur sa faim, l'âme de docteur qui habitait le jeune homme allait sûrement lui dicter de prescrire à la choriste des antidépresseurs ou tout autre remède qui lui permettrait de s'affranchir de ces pensées. Mais si au contraire elle décidait d'admettre son manque d'expérience, la rumeur courrait bientôt au moins dans la salle de chant, et rien que d'imaginer la réaction de Rose Kitteridge, elle préférait taire toutes les anecdotes de sa vie sentimentale. Par la reprise qu'il avait fait des propos de la belle, Ruby avait compris qu'il s'apprêtait à tout assimiler. Absorbée par les réactions du gynécologue face au demi aveu de l'étudiante, elle ne put s'empêcher de remarquer qu'il la toisait à la manière d'un détective interrogeant un suspect. Trop abattue elle le laissa faire, persuadée qu'à ce point de la conversation, si elle ne souhaitait pas passer pour une asociale de première classe, il valait mieux pour elle qu'elle arrête de lutter. Calmement, elle se cala dans le coin de son siège, tournée vers le jeune homme, la tête penchée sur le côté en attendant qu'il poursuive son enquête et ses doutes sur la brunette. Elle posa son regard sur lui en esquissant un léger sourire pour détendre son visage. Ce que Wyatt prononça ensuite mit un moment à atteindre son cerveau, mais quand l'information arriva à destination, les sourcils de Ruby se haussèrent subitement.

Jamais cette perspective ne lui avait effleuré l'esprit. Pour elle, il était évident qu'elle n'avait pas de succès puisque personne depuis vingt-trois ans n'était venu la voir afin de lui déclarer sa flamme. Tout espoir de rencontrer un jour le grand amour s'était volatilisé et en plus du peu de confiance qu'elle avait en elle à ce sujet, elle avait perdu celle qu'elle accordait à certains garçons depuis qu'elle avait assisté aux agissements répugnants des footballeurs de McKinley. Certes ceux qu'elle connaissait aujourd'hui à l'université étaient plus mûrs et plus posés mais ils ne correspondaient pas aux attentes de la jeune femme. Se retrouver à un rendez-vous avec Wyatt le romantique avait alors de quoi la perturber, et la déclaration qu'il venait de lui faire ajoutait à la difficulté de se faire une image générale de tout le genre masculin. Il fallait croire que certaines exceptions existaient. Face à la certitude de son camarade choriste, Ruby ne parvenait pas à trouver de quoi le contrer. Chaque mot qu'il prononçait se logeait dans une partie de sa tête encore inexplorée et vide de façon à ce qu'elle puisse toujours s'en souvenir. L'hypothèse qu'il émit ensuite provoqua le petit rire ironique de la jeune femme. Quel petit ami? La brunette eut un pincement au cœur. La moitié de ce qu'il venait d'énoncer était vrai. Toutes les duretés qu'elle avait enduré avant de changer d'établissement plus de cinq ans auparavant refaisaient surface alors qu'elle avait réalisé tant d'effort pour les extraire de sa mémoire. Les surnoms, les préjugés, les fois où elle s'était enfermée dans un local de son ancien lycée, recroquevillée dans un coin de la pièce, seule mais à l'abri de toute remarque désobligeante. La petite Ruby persécutée à cause de sa trop grande sensibilité et de sa timidité maladive. Elle avait bien changé depuis, étant passée par le statut privilégié de cheerleader qui lui avait offert une meilleure place dans la hiérarchie de sa nouvelle école, au dépend de son réel désir d'intégrer une chorale. Elle avait trouvé une personne qui l'avait aidée à devenir celle qu'elle était aujourd'hui, plus sereine et sûre d'elle au quotidien... à l'exception de ce jour spécial que sa ''thérapie'' n'avait pas prévu. Et pour qu'enfin elle puisse rester cette femme remplie d'une confiance nouvelle même en présence du charmant rouquin, il fallait qu'elle lui avoue tout. « J'ai jamais... ». Mais à peine eut-elle le temps de poursuivre qu'elle fut interrompue par le jeune homme. Tout sourire, il commença à énumérer plus de qualité qu'elle n'en avait jamais entendu à propos d'elle-même. Interloquée, elle eut l'impression de rêver et pour tenter de se prouver le contraire, elle se mordit discrètement la lèvre inférieure. Aucun doute tout ceci était bien réel. Elle resta coite un moment le temps de bien s'en rendre compte, mais Wyatt l'aida en lui donnant une tape sur la joue. Surprise, elle ferma ses yeux assez fort et secoua la tête avant de fixer son ami avec insistance. « T'es vraiment très fort, Wyatt Pillsbury. », lâcha-t-elle d'un trait sans détourner son regard une seule fois. Se sachant ridicule, elle rit, balada ses prunelles sur le reste de la salle avant de revenir vers le docteur. « Merci. Beaucoup. ».

Quelques mots avaient suffis pour redonner à Ruby l'estime qu'elle avait perdu en franchissant le seuil du cinéma. Bien qu'elle prenait tout de même un peu de recul par rapport à ce qui venait d'être dit, elle ne pouvait s'empêcher de penser que même ses parents ne lui avaient jamais fait autant de compliments en si peu de temps. D'après elle, Wyatt n'avait aucune raison de faire preuve d'autant de gentillesse, il ne la connaissait pas vraiment, surtout pas sous son meilleur jour, et c'est pourquoi elle trouvait un côté étrange à cette déclaration, fidèle à son éternel scepticisme. Cependant, son envie d'y croire prit le dessus et toute la pression accumulée au cours de la soirée finit par retomber. Son besoin de se confesser restait maintenant en suspend et elle aurait peut-être commis une erreur son ami n'était pas intervenu. Pourtant, tous ces évènements l'avait amenée à lui accorder sa confiance. L'image qu'il donnait de lui du parfait gentleman dissimulait un jeune homme plein de bonnes attentions, elle en était persuadée. Pour cela, elle espérait que ce ne soit pas la dernière sortie qu'ils auraient ensemble, puisque la brunette s'était promis de ne plus recommencer son numéro de paniquée maintenant qu'elle savait à peu près ce qu'elle ressentait pour lui – rien qui ne puisse causer une perte de connaissance ou une crise d'hystérie. Peut-être qu'elle pouvait satisfaire une partie de sa curiosité démasquée pour lui faire comprendre qu'elle ne le craignait plus. « Venir avec quelqu'un d'autre je ne sais pas, ce serait cruel de vouloir te remplacer, et c'est pas forcément ce que je veux. Après il y a bien une personne que je connais depuis un bon moment et avec qui j'apprécierais de sortir un peu plus souvent, mais c'est juste un très bon ami. Ça s'arrête là il me semble. ». Son sourire aurait pu à ce moment là éblouir toute la salle dont les lumières se tamisaient de plus en plus, annonçant que les bandes annonces allaient enfin commencer. La fin de leur conversation avait su combler l'attente pesante qui s'était installée en début de soirée. Ruby mourait d'envie d'aller rallumer toutes les lampes accrochées au mur pour pouvoir continuer leur discussion dans cette voie, et elle espérait que Wyatt la voyait désormais un peu différemment qu'il y a vingt minutes. Rapidement, avant que l'image soit projetée sur le grand écran blanc, quelque chose qui brûlait les lèvres la la jeune femme depuis un bon moment finit contre son gré par sortir. « T'as le souvenir de m'avoir déjà vu sur la liste de tes patientes? ». C'était inévitable.


TOPIC TERMINÉ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
03. Hard to find the truth Empty
MessageSujet: Re: 03. Hard to find the truth   03. Hard to find the truth Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

03. Hard to find the truth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 3
-