Choriste du mois


Partagez | 
 

 03. We don't care about our bad intentions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
03. We don't care about our bad intentions Empty
MessageSujet: 03. We don't care about our bad intentions   03. We don't care about our bad intentions EmptyDim 13 Mai - 15:12

    Depuis quelques semaines, on pouvait voir Candice Connell trainer aux alentours de William McKinley High School lors des sorties des lycéens. Cette nouvelle habitude n’avait en soi rien d’étonnant : on avait bien vu la jolie blonde fréquenter quelques lycéens en ville, il paraissait donc anodin qu’elle leur rende une petite visite de courtoisie après les cours. Néanmoins, tous passaient à côté d’elle sans lui adresser la parole tant elle était discrète. Invisible. Elle se fondait à la perfection dans l’environnement qu’elle avait tant aimé autrefois. Adossée contre sa voiture de sport rouge, les bras croisés sur sa poitrine, elle semblait attendre quelqu’un ou quelque chose. Mais quoi ? Qui ? Là était la question que personne ne se posait puisque personne ne la voyait. Même sa voiture, d’habitude admirée sous tous les angles, était ignorée. Hormis de temps en temps. Durant quelques secondes, pas plus, un lycéen s’arrêtait devant elle et lui mettait un billet dans le creux de la main. En échange, elle lui donnait un petit sachet et il s’en allait tout de suite d’un pas plus léger.

    Pourquoi faisait-elle cela ? C’était … compliqué. Voilà plusieurs années que Candice se noyaient dans les excès en tous genres. La drogue en faisait évidement partie. Douces comme dures. L’argent n’étant pas ce qui lui manque grâce aux nombreuses poches du porte-monnaie de son père, elle n’avait aucun problème financier à cause de ça. Lorsqu’on lui avait proposé de vendre, elle avait d’abord pensé à refuser. Droguer des lycéens, elle savait que c’était mal. Puis elle s’était fait traiter de couguar par certains d’entre eux lorsque sa relation avec Mutt commençait à avoir des fuites. Les rumeurs étaient allées de bon train. A partir de là, plus de pitié. De plus, elle était un peu jalouse d’eux : l’époque du lycée où elle était reine et avait tous les garçons à ses pieds lui manquait. A présent, personne ne voulait d’une fille dépressive et difficile à gérer. Pour l’instant, Mutt gérait assez bien. Elle aussi se maîtrisait devant lui. Mais pour combien de temps ? C’était ainsi qu’elle avait commencé à dealer aux abords du lycée, en toute discrétion. Elle connaissait la plupart d’entre eux, elle savait qui ferait la victime idéale. La personne qui aurait besoin d’un petit remontant pour « avancer » … ou pour reculer.

    La victime du jour était une des plus jeunes de l’établissement : elle avait sauté une classe. Les plus jeunes étaient souvent les plus faciles à convaincre. Candice s’était renseignée sur elle : très intelligente, gentille … Nouvelle sœur de Damon et Ashandra. D’accord, ce dernier point la rebutait un peu. Elle craignait que Damon réagisse mal s’il l’apprenait. En fait, connaissant son ami, il y avait deux réactions possibles : celle du grand-frère qui veut protéger une jeune fille de l’enfer qu’il connait et celle du « je-m’en-foutiste » qui n’en a rien à faire. Damon étant souvent imprévisible, mieux valait qu’elle se débrouille pour qu’il n’y ait pas de fuite. Ashandra n’allait la haïr qu’un peu plus, ce qui ne changerait rien à leur relation déjà explosive. Néanmoins rien ne garantissait que Willow leur parle de ce que Candice s’apprêtait à faire …

    Justement, la jeune afro-américaine sortait du lycée. Par chance, elle était seule. La blondinette l’avait déjà vu sortir, d’autres vendredis soirs comme celui-ci. Elle guettait sa proie depuis plusieurs semaines déjà : tous les soirs, Willow passait devant le parking, exactement là où était garée sa voiture. Elle la suivit des yeux jusqu’à ce qu’elle arrive à sa hauteur.

    « Hé ! Tu t’appelles Willow c’est bien ça ? »

    Candice savait bien comment brancher une personne qu’elle ne connaissait pas. Draguer un homme faisait partie de ses spécialités. Sur une femme, le procédé était le même : faire connaissance, aller dans le même sens que son interlocuteur, gagner sa confiance.
    Première étape : faire connaissance.

    « Je me présente. Moi c’est Candice. Tu m’as peut-être déjà vue dans le coin. J’étais aussi à WMHS avant. Je connais pas mal de monde ici, les gens sont cool. J’étais une Cheerio aussi, et sans vouloir me vanter, j’étais même plutôt populaire. »

    La popularité amenait la confiance. Si tout le monde vous aimait, il devait bien avoir une raison non ? Candice gratifia la jeune fille de son plus beau sourire hypocrite.

    « J’aimerais te parler. Tu as un peu de temps ? On marche ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. We don't care about our bad intentions Empty
MessageSujet: Re: 03. We don't care about our bad intentions   03. We don't care about our bad intentions EmptyLun 14 Mai - 18:07

Voilà quelques semaines déjà que Willow venait de s'installer à Lima, et d'intégrer le lycée de McKinley, qu'elle trouvait d'ailleurs grand. Il fallait l'avouer, elle se sentait aussi perdue quelques fois, même si elle recevait l'aide de Jesus, Ashandra ou bien même Hunter, même si celui-ci l'aidait plus pour éviter que la jeune afro-américaine se fasse attaquer au lycée. Enfin, elle était quand même bien entourée cette adolescente. Et la voici maintenant en cours, elle était placée dans une classe au milieu de personne qui avaient un, ou deux ans de plus qu'elle, ce qui la déstabilisait un peu et ça ne donnait pas très envie à certains de faire la connaissance de la nouvelle sœur de l'assistante d'une des professeurs d'Anglais du lycée. Mais d'ailleurs, comment une professeur pouvait avoir besoin d'une assistante, à part pour l'aider à corriger les copies, Ashandra ne devait pas avoir beaucoup de travail, non ? Bref, Willow, qui écoutait attentivement les cours, le professeur et qui copiait bien évidemment les leçons, leva la tête de son cahier pour observer chaque tête de la classe, pendant quelques secondes, juste histoire de voir un peu les élèves de sa classe, et se remit à copier. Son arrivée ne l'avait pas déstabiliser niveau travail ou comportement, bien au contraire. C'est ce qui l'avait pousser à dédoubler d'efforts pour être aussi bonne qu'à son ancien collège à Lafayette, voir plus. C'est d'ailleurs ce qui arriva, car les notes de l'afro-américaine grimpaient bien, ce qui la rendait déjà première de sa classe et qui impressiona les autres élèves de la classe, eux qui pensaient qu'une jeune fille de l'âge de Willy ne pouvait pas avoir un très bon niveau même en sautant une classe, mais tout cela n'était donc que les paroles de cancres qui pensent que pouvoir bien travailler était tout simplement impossible. La jeune enfant était encore dans ses pensées tout en écrivant, quand tout à coup la sonnerie qui annonça la fin des cours rentetit, ce qui la fit sursauter de sa chaise. Elle se leva donc pour ranger ses affaires dans son sac et quitter la salle de cours, puis se dirigea vers son casier pour ramasser ses affaires qui trainait, ce dont elle avait besoin pour étudier ce soir, chez elle. Puis, Ashandra passa et lui disait qu'elle avait un rendez-vous important et qu'elle devait s'en aller en vitesse, et que donc les deux nouvelles sœurs allaient se retrouver à la maison dans l'après-midi ou la soirée. La plus jeune de la famille recomposée n'eut pas le temps de répondre que Shandy s'était déjà envolée et Willow haussa les épaules avant de fermer son casier et de rejoindre la sortie en vitesse, pour prendre le bus jaune et rentrer enfin chez elle pour vaquer à ses occupations habituelles.

Justement, elle sortit du lycée et ne s'attendait absolument pas à ce que quelqu'un d'adulte vienne lui parler. Elle s'avançait vers le bus jaune et il n'y avait pas grand monde dedans, et le bus comptait partir dans quelques minutes, il fallait d'abord prendre tous les élèves qui doivent rejoindre la banlieue de Lima. Puis en traversant le parking, car le bus était de l'autre côté, une blonde s'avança avec un faux sourire jusqu'aux oreilles, pour aller parler à la jeune surdouée. « Euh oui je m'appelle bien Willow. » répondit-elle, en regardant la blonde bizarrement. Puis, cette jeune femme se présenta et parla en quelques secondes de ses années au lycée de Mc Kinley. Mais pourquoi venait-elle lui parler alors que personne ne connaissait vraiment Willow ? Et surtout pas une adulte. « Euh oui mais.. On se connait ? Je n'ai pas beaucoup de temps mon bus doit partir dans quelques minutes ! » rajouta-t-elle tout en continuant de marcher, mais en se tenant à environ un ou deux mètres de cette blonde inconnue. Après tout, elle ne la connaissait pas, pourquoi devrait-elle lui parler ? C'était bizarre et la jeune afro-américaine n'avait pas du tout confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. We don't care about our bad intentions Empty
MessageSujet: Re: 03. We don't care about our bad intentions   03. We don't care about our bad intentions EmptyDim 20 Mai - 15:06

    L’ambiance de la sortie des lycéens électrisait Candice. Le car jaune sur le parking, les groupes de filles s’échangeant les potins de la journée dans leurs tenues de cheerleader, les garçons en vestes de football … La jeune femme était déjà monté dans ce car, avait fait partie de ces groupes de garces et admiré les beaux gosses de l’équipe de foot. Tout cela lui rappelait le lycée et lui faisait toujours aussi mal. Elle ne parvenait pas à avancer. Le passé restait ancré dans le présent de manière cruelle. Bon sang, qu’est-ce qu’elle pouvait envier ces gens-là ! Avoir une seconde chance pour obtenir son diplôme et s’en sortir … Revenir en arrière serait la plus belle chose qu’il puisse lui arriver. Et pourtant, elle n’avait pas du tout envie de repasser ce fichu diplôme et de se taper une honte nationale en étudiant au lycée à vingt-trois ans. Mieux valait mourir. Du coup, elle se retrouvait coincée à Lima à dealer de la drogue à des gamines de quatorze ans au lieu d’avoir un vrai travail.

    Willow était une jeune afro-américaine plutôt mignonne, il fallait l’avouer. Plus petite que Candice, les cheveux bruns et la peau foncée, on devait vraiment se demander ce qui alliait la jolie blonde à la jeune lycéenne seulement en seconde. Candice l’entraina plus près du gymnase, là où des oreilles et des regards indiscret ne pourraient pas les surprendre. Elle remarqua que la jeune fille se tenait à distance respectable : elle n’avait pas confiance.

    « Non, mais on peut faire connaissance ? Promis, si je te fais rater ton bus, je te raccompagne en voiture. »

    Soudain, elle s’arrêta et s’adossa contre un mur de briques rouges. L’endroit était idéal : une grande rue mais pas trop de passages, entre deux fenêtres au cas où un voyeur trainerait … Elle ne devait pas prendre de risques. Elle risquait gros lorsqu’elle faisait ça. La prison. Candice n’avait pas très envie d’aller en taule à vingt-trois ans à cause de ses petits problèmes d’addictions en tous genres. En particulier si elle se faisait dénoncer par un lycéen lécheur de bottes.

    « On m’a dit que tu étais très intelligente. Première de la classe c’est ça ? Ca doit être fatiguant de travailler comme ça. Et stressant aussi. Mais bon, je n’ai jamais été une élève modèle non plus. »

    Nouveau sourire faux. La blondinette jouait la comédie avec un accent un peu forcé. Willow ne lui avait rien fait, elle n’avait pas à être mêlée à toutes ces histoires avec ces lycéennes plus grandes qu’elle. Elle n’était qu’une victime. Une victime qui allait payer pour tout ce que ces filles lui avaient fait endurer. Pour ces insultes, ces paroles blessantes, ces ragots sur elle. Oui, c’était dommage pour Willow, mais il fallait bien que quelqu’un assouvisse la vengeance de Candice. Même si ce quelqu’un était totalement en dehors des histoires, innocent.

    « Tu sais, j’avais un petit secret pour me détendre. Ca m’aidait à travailler, à me faire pas mal d’amis aussi. Tout le monde en prend de temps en temps, mais personne n’en parle. C’est tabou, en quelque sorte. »

    L’art du mensonge était une technique que Candice maîtrisait mieux pour la pratiquer tous les jours. Jamais elle n’avait posé les yeux sur la moindre drogue lorsqu’elle était au lycée. Ni sur l’alcool, qu’elle consommait occasionnellement. Ses amies n’avaient jamais touché à la drogue non plus, et elles se seraient enfuies en courant si Candice en avait pris en restant amie avec elles. C’était d’ailleurs ce qui s’était produit quand celle-ci avait commencé à « déraper ». Presque la totalité de ses amis lui avaient tourné le dos. Aujourd’hui encore, certains changeaient de trottoir en la voyant arriver.

    « Tu veux savoir ce que c’est ? Ca devra rester entre nous hein ! »

    Un clin d’œil complice de Candice. Rapide, discret. Elle n’avait pas beaucoup de temps, il fallait en venir à l’essentiel.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. We don't care about our bad intentions Empty
MessageSujet: Re: 03. We don't care about our bad intentions   03. We don't care about our bad intentions EmptyLun 28 Mai - 22:29

Ce que faisait Candice était mal et une très mauvaise idée. Bien que la jeune était naïve, elle n'allait sûrement pas tomber dans son piège, car le jeu de la blonde était clair, elle ne lui voulait pas que du bien. Les deux jeunes femmes marchaient en direction du Gymnase, où il n'y avait personne, la jeune Willow commençait sérieusement à s'inquiéter et à se demander ce qui allait se passer. Comment allaient réagir Damon et Ashandra ? Surtout qu'elle savait déjà que cette dernière n'avait pas de très bons rapports avec cette jeune femme blonde et.. vendeuse de drogue, si Willow en informait sa grande sœur, celle-ci réagirait sûrement très mal et personne ne savait ce qu'elle allait pouvoir faire à cette Candice, lui parler peut-être. Quant à Damon, personne ne savait comment allait-il pouvoir réagir si il venait à l'apprendre. Lui-même prenait de la drogue, peut-être qu'il allait mal réagir et ordonner à son amie de ne plus jamais lui parler, ou peut-être même qu'il n'allait rien dire. La proposition de la jeune femme de faire connaissance ne plaisait pas à Willow, mais elle continua à marcher en sa compagnie. « D'accord, si vous y tenez.. Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, je n'ai pas l'habitude de suivre des inconnus. » répondit-elle, avant de voir que la blonde s'adossa contre un mur. En regardant de droite à gauche, la jeune afro-américaine remarqua qu'il n'y avait personne, ou très peu. Son interlocutrice en face d'elle était plutôt hésitante, mais elle continua de parler. Comment pouvait-elle connaître toutes ces informations sur la jeune ? Presque personne ne la connaissait au lycée, et cela surprenait la jeune lycéenne de voir qu'une personne adulte était plutôt bien renseignée sur elle, sûrement pour pouvoir la mettre en confiance. Elle risquait d'être emprisonnée avec toutes ces bêtises, jamais la surdouée n'accepterait de prendre ça. La drogue, ou le meilleur moyen de gâcher sa vie et par ailleurs, ses études. « C'est bien vrai oui, je vois que vous êtes bien informée sur moi. Mais comment vous pouvez connaître toutes ses informations sur moi, alors que je ne suis qu'une nouvelle ? Stressant et fatiguant, pas trop non. Enfin pour ma part, c'est tout naturel, et puis savoir qu'au final je donnerai un bon résultat me motive beaucoup. » rajouta-t-elle en fixant Candice. Cette dernière semblait assez gênée, la jeune fille avait déjà dit les mots pour se défendre à l'avance et d'ailleurs, elle était de plus en plus méfiante à l'égard de cette ancienne lycéenne de McKinley.

Cependant, elle trouva les mots pour surenchérir, et c'est de là que la jeune surdouée eut la certitude que la blondinette voulait lui vendre de la drogue, sans que celle-ci ne le révèle et c'était honteux de vouloir foutre en l'air la vie d'une jeune qui était si intelligente. Pas d'inquiétude, à voir son attitude, elle n'était pas prête d'accepter, mais elle était tout de même naïve. « Je savais pas que les lycéens en prenait.. Enfin c'est évident pour certains en y pensant. Ecoutez.. Je pense déjà savoir ce que c'est, et si c'est bien de la drogue vous vous êtes trompez de personne. Je suis absoluement pas ce genre de fille là, et je veux pas gâcher ma vie avec de la drogue. Désolée, mais je dois aller prendre mon bus. » répondit-elle fermement en se retournant dès la fin de sa phrase, pour rejoindre son bus en vitesse avant qu'il s'en aille. Candice n'avait pas l'air d'avoir bien compris ce qu'elle avait dit, et rejoignit Willow en vitesse pour l'empêcher de partir. Elle avait l'air vraiment déterminée à lui vendre de la drogue, mais d'après Willy, c'était peine perdue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. We don't care about our bad intentions Empty
MessageSujet: Re: 03. We don't care about our bad intentions   03. We don't care about our bad intentions EmptyMer 13 Juin - 16:01

    Willow vouvoyait Candice et la traitait avec respect. Peu de gens avaient autant de politesse envers elle, en particulier ces derniers temps où ses anciennes fréquentations étaient plus nombreuses à baisser la tête ou à changer de trottoir lorsqu’elles la voyaient dans la rue. Déjà que parler à une alcoolique toxico c’était assez dérangeant voire honteux pour messieurs dames de Lima, alors à une alcoolique toxico dealeuse de drogue ! Et encore, la rumeur ne s’était probablement pas encore trop propagée, juste auprès des grands frères et grandes sœurs de lycéens. C’était sûrement le prix à payer … En tout cas elle s’y était attendue et n’en souffrait pas tellement. C’était une réaction normale, et elle fichait la honte à tout le monde depuis déjà plusieurs années. A sa famille dont les nouvelles de son père se faisaient de plus en plus rares, à ses amis de moins en moins nombreux … Même son petit-ami n’allait pas tarder à le savoir et à lui passer un sacré savon. Elle appréhendait ce moment où elle allait lui expliquer ce qu’elle fait devant son lycée à la fin des cours. Il n’allait pas être content du tout …

    Candice considéra un instant ce que la jeune fille venait de lui dire. Travailler dur augmentait la satisfaction d’avoir de bons résultats ? Sur quelle planète ? La jeune femme était looooin de savoir ce que ça faisait, d’être une « intello ». Difficile de se mettre à sa place, malgré ses efforts pratiquement acharnés. Pratiquement. Elle jeta un œil autour d’elles pour vérifier qu’elles n’étaient pas épiées. Personne en vue. Rassurée, son attention revint sur la lycéenne. Comment avait-elle su autant de choses sur la jeune afro-américaine ? Rien de plus facile. Un jeu d’enfant. Elle était allée demander à ses clients. Ceux qui ne voulaient pas avoir quelque à voir là-dedans s’étaient pris un poing dans la figure avant de lâcher des infos sous la menace d’un second coup plus ravageur sur son nez refait.

    « Oh ! J’ai mes sources … La facilité ne t’intéresse pas ? Pourtant tu deviendrais imbattable au lycée avec d’encore meilleurs résultats ... »

    Willow sembla un instant pensive. Elle l’avait totalement crue pour le mensonge de « tout le monde en prend ». Un classique. C’était déjà un bon point : la victime était naïve. Une faille que Candice ne manqua pas de remarquer. Celle-ci crut un instant qu’elle avait réussi à convaincre Willow. Mais non : la jeune fille tourna les talons et s’en allait déjà vers son bus avant que la jeune femme ait eu le temps de dire « banana split ». C’était mal connaître l’ancienne cheerleader qui ne lâchait pas le morceau comme ça. Elle se mit à courir à la vitesse maximale que lui autorisaient ses talons aiguilles – c’est-à-dire pas bien vite – et rattrapa la jeune fille sans pour autant l’arrêter d’un seul coup. Candice n’avait pas encore abattu toutes ses cartes.

    « Attends ! Je t’en donne un peu, gratuitement, juste pour que tu voies l’effet que ça fait. Tu verras tu ne le regretteras pas ! »

    La blondinette sortit de sa poche un petit sachet contenant trois petits comprimés. Ils ressemblaient comme deux gouttes d’eau à des médicaments. Elle les glissa dans la main de Willow sans attendre ses protestations. Il y en avait toujours, la première fois. Pas la seconde. Une fois la victime accro, il n’y avait plus de retour en arrière. Elle était accro, c’est tout. Il y avait un avant la drogue et un pendant. L’après restait encore un mystère pour Candice qui n’avait jamais dépassé ce stade. S’arrêter lui semblait impossible. Envisager un avenir sans l’était. Elle referma les doigts de la jeune fille sur le paquet et la lâcha, un faux air complice sur le visage.

    « Pas plus d’un par jour, le matin de préférence. Surtout pas le soir, tu ne dormirais pas de la nuit. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
03. We don't care about our bad intentions Empty
MessageSujet: Re: 03. We don't care about our bad intentions   03. We don't care about our bad intentions Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

03. We don't care about our bad intentions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 3
-