Choriste du mois


Partagez | 
 

 03. [Evan's] Help me for what I want

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
03. [Evan's] Help me for what I want Empty
MessageSujet: 03. [Evan's] Help me for what I want   03. [Evan's] Help me for what I want EmptyLun 14 Mai - 17:54

03. [Evan's] Help me for what I want Tumblr_m06k6cSlsW1r1fabt
Quinn Evans & Rachel Berry
« Help me for what I want »



" Tonight, tonight, it all began tonight,
I saw you and the world went away.
Tonight, tonight, there's only you tonight,
What you are, what you do, what you say.
"

Les mains crispés sur le volant, Rachel tapotait du doigt en rythme, alors que son lecteur de cd diffusait les paroles de Tonight, qu’elle chantonnait par automatisme. Sa voix s’élevait dans l’habitacle, mais nul son ne filtrait à travers les vitres levées, de sorte que lorsqu’elle s’arrêtait à un feu rouge, les passants ne voyaient qu’une jeune femme brune, lunettes de soleil vissées sur le nez, qui semblait parler toute seule. A moins qu’ils ne parviennent à la reconnaitre, auquel cas ils se seraient empressés d’attraper leur téléphone portable pour voler une photo de médiocre qualité mais qui leur permettrait de dire fièrement « j’ai vu Rachel Berry » ; mais Rachel s’était assurée d’être aussi méconnaissable que possible, et ses énormes lunettes de soleil lui mangeaient la moitié de la figure, tandis que ses longs cheveux bruns étaient soigneusement dissimulés sous un béret. Elle n’avait, à l’origine, pas prévu de mettre le nez dehors aujourd’hui, alors que le froid s’était installé sur Lima et qu’une épidémie de rhume se propageait à grande vitesse dans la ville. Sa voix étant, à ses yeux, ce qu’elle avait de plus précieux, elle ne pouvait prendre le risque de tomber malade, aussi restait-elle cloitrée chez elle, au chaud, à boire de la tisane, malheureusement elle n’avait pu échapper à la contamination –elle soupçonnait le livreur d’UPS d’en être à l’origine, alors qu’il venait lui délivrer un colis en main propre, il avait tenu à lui serrer la main, et elle était pratiquement certaine qu’il était contagieux à ce moment, comme en témoignait son nez rouge. A présent, Rachel Berry, chanteuse reconnue dans tout le pays et star de Broadway, avait un rhume ! C’était donc une situation d’urgence qui l’avait amené à quitter son confort douillet pour affronter le froid glacial de l’hiver. Emmitouflée comme jamais, elle s’était enfermée dans sa voiture, direction la banlieue de Lima, où devait l’attendre Quinn, son amie, qu’elle avait auparavant prévenu de son arrivée.
Puisqu’à présent elle vivait à Lima et ce pour une année entière, Rachel en avait profité pour renouer correctement avec ses amis du glee club. Terminé les messages, les mails et les simples coups de fil, aujourd’hui elle pouvait passer du temps avec les gens qu’elle aimait, et Quinn en faisait partie. Elle était plus que ravie de pouvoir profiter de la présence de la blonde, qui par le passé avait été sa rivale amoureuse, mais qui aujourd’hui était une amie proche. Depuis son retour, elles se voyaient régulièrement, même si l’annonce de la grossesse de Quinn avait obligé cette dernière à prendre du repos, lui interdisant de sortir. C’est pourquoi Rachel s’était déplacée, faisant fi de son rhume, de sa gorge enflammée et douloureuse qui d’ailleurs, la coupa en plein refrain et la fit tousser. Aussitôt, elle se palpa les ganglions, comme si une quinte de toux avait pu les faire gonfler davantage, et d’un mouvement tourna à l’angle de la rue où vivait Quinn et Sam… et depuis récemment, Beth. La petite fille vivait en alternance chez Quinn et chez Puck, et Rachel avait eu l’occasion de la croiser très brièvement, ce qui l’avait bouleversé. La mort de Shelby l’avait, curieusement, assez peu touchée. Elle s’était rendue à l’enterrement, bien sûr, et avait même pleuré à chaudes larmes, mais son chagrin avait été très bref. N’ayant pas connu sa mère, celle-ci n’ayant jamais voulu d’elle, Rachel en avait vite fait son deuil, et même si elle éprouvait toujours ce regret de n’avoir pas eu de maman, elle vivait parfaitement avec ce sentiment. Pour Beth en revanche, les choses devaient être vraiment très difficiles. Rachel avait de la peine pour elle, mais elle savait que Quinn et Puck, bien que séparés, feraient tout ce qui était en leur pouvoir pour lui venir en aide et lui fournir tout ce dont elle aurait besoin. Cela prendrait juste du temps pour que l’enfant se remette de ses blessures. Beth serait-elle présente aujourd’hui ? Ou était-ce la semaine de Puck ? Ignorant le planning de garde alternée, Rachel ne pouvait qu’espérer que la petite fille ne soit pas là. Elle devait s’entretenir de certaines choses avec Quinn, qui ne pouvait souffrir la présence d’une fillette dans les parages. Rien qu’en y songeant, Rachel se sentit rougir, et son cœur déjà bien affolé à l’idée de ce qu’elle s’apprêtait à faire rata un battement. Déglutissant, elle inspira à fond pour chercher, et trouver, le courage dont elle aurait besoin.

Arrivée devant le jardin des Evans, Rachel se gara, éteignit le moteur et vérifia que son écharpe était bien en place, que sa gorge n’était en aucune façon exposée au froid mordant, elle attrapa son sac à main et remonta l’allée. Ses joues lui piquaient à cause du léger vent qui s’était levé, et elle rentra la tête dans les épaules pour s’en protéger. Comme elle maudissait l’hiver ! Il n’y avait pas plus horrible saison. Tendant le doigt, elle appuya brièvement sur la sonnette, et attendit qu’on vienne lui ouvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Dylan Brentwood
ADMIN ; when things don't go right, go left.
Age : Twenty yo
Occupation : Etudiante (freshman) - Tient un blog
Humeur : Bonne
Statut : Le célibat... what else ?
Etoiles : 5730

Piece of Me
Chanson préférée du moment : talk talk - it's my life
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
ADMIN ; when things don't go right, go left.
03. [Evan's] Help me for what I want Empty
MessageSujet: Re: 03. [Evan's] Help me for what I want   03. [Evan's] Help me for what I want EmptyMer 25 Juil - 10:16

Les vacances de Noël touchaient à leur fin, et avec le froid pernicieux qui s’était installé en ville, Quinn évitait autant que possible de mettre le nez dehors. Les températures peu clémentes de ce début janvier étaient favorables au développement d’épidémies en tout genre et en outre, prendre le risque de tomber malade en étant enceinte relevait de l’imprudence. Aussi, la jeune mère passait l’essentiel de ses journées calfeutrée à la maison, profitant de ses derniers jours de congés pour se reposer, au chaud. Elle était en train de regarder un dessin animé avec Beth, quand le téléphone des Evans avait sonné, en début d’après midi. Au bout du fil, Rachel proposait à Quinn de venir lui rendre visite, arguant qu’elle avait quelque chose d’important à lui confier. La blonde s’était réjouie de la proposition, et l’avait acceptée sans marquer la moindre hésitation. En effet, elle n’avait pas souvent l’occasion de recevoir Rachel chez elle. Entre ses études de criminologie, les entraînements des Cheerios et les répétitions de la chorale, elle manquait cruellement de temps libre. Les choses ne s’étaient pas améliorées avec l’annonce de sa grossesse et surtout, depuis que Beth avait refait surface dans sa vie. La jeune femme était débordée du lundi matin au dimanche soir, peut-être pas autant que pouvait l’être son amie célèbre - malgré son année sabbatique - mais en tout cas suffisamment pour les empêcher de se voir aussi régulièrement qu’elles le souhaitaient.

Après avoir raccroché le combiné, Quinn sentit une vague de panique l’envahir. Depuis qu’elle avait entamé son second trimestre de grossesse, un rien avait tendance à la stresser et de la déstabiliser. La visite de Rachel lui faisait certes plaisir, mais elle était inopinée. L’étudiante porta un regard circulaire sur le salon en désordre, et demanda à sa fille de monter dans sa chambre les jouets qui jonchaient le sol. Pendant ce temps, elle se dirigea dans la cuisine, constata que les placards étaient vides, et se rappela que Sam avait prévu d’aller faire les courses au supermarché en sortant du travail. Elle demeura coite un long moment, réalisant qu’elle n’avait que du café à proposer à son amie et, ne se sentant pas le courage de se mettre devant les fourneaux, abandonna l’idée de préparer une petite collation. De toute manière, Rachel devait déjà être sur la route, et si la circulation était fluide, elle arriverait dans la banlieue en moins de vingt minutes. Elle n’avait pas le temps de cuisiner quoi que ce soit.

Sa seule option était de se rendre à l’épicerie, située à quelques pâtés de maison, et d’y acheter une boîte de biscuits. « Ma chérie, je vais faire une course. Rachel, une de mes amies va bientôt venir à la maison. Logiquement, je serais rentrée avant qu’elle n’arrive, mais si ce n’est pas le cas, je compte sur toi pour l’accueillir en attendant mon retour ». recommanda Quinn, à l’attention de Beth, qui était en train de mettre de l’ordre dans ses jouets. La fillette leva les yeux vers sa mère, et acquiesça docilement d’un signe de tête. Elle n’avait jamais rencontré Rachel Berry, elle ignorait même que cette dernière était l’enfant biologique de Shelby Corcoran. Quinn enfila un long manteau, et sortit de la maison dans la hâte, en sentant son cœur cogner très fort contre sa poitrine. Le stress qui l’habitait depuis son coup de fil était toujours présent, et s’était même amplifié. Elle espérait être revenue avant l’arrivée de Rachel, car si Beth ne la connaissait pas, la chanteuse connaissait en revanche très bien la petite fille... et sa présence allait sans doute l'embarrasser.

Quelques minutes plus tard, Beth entendit quelqu’un sonner à la porte. Sûrement l’invitée de sa mère… qui n’était toujours pas de retour de ses emplettes ! La fillette s’avança jusqu’au vestibule, les joues en feu. D’un naturel introverti, elle ne savait pas comment se comporter face à cette inconnue, ni comment meubler la conversation. Timidement, elle posa sa main sur la poignée, entrouvrit la porte d’entrée, et fut comme paralysée en découvrant la personne qui se trouvait de l’autre côté. L’espace d’un instant, elle cru qu’elle était face à Shelby. La dame avait beau avoir une écharpe nouée autour du cou - et qui lui mangeait d’ailleurs la moitié du visage - son regard était identique à celui de sa défunte mère. Intimidée, Beth baissa les yeux, et marmona : « Je suis… Bonjour, Madame. Quinn est partie faire… une course, elle m’a dit qu’elle… allait bientôt revenir. Je m’appelle… Beth. Vous… voulez rentrer ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
03. [Evan's] Help me for what I want Empty
MessageSujet: Re: 03. [Evan's] Help me for what I want   03. [Evan's] Help me for what I want EmptyMar 31 Juil - 14:22

Alors qu’elle s’attendait à découvrir une crinière blonde au moment où la porte s’ouvrirait –que cela soit celle de Quinn ou celle de Sam d’ailleurs- Rachel dut baisser les yeux et son regard rencontra celui d’une petite fille, rougissante et qui la dévisageait ouvertement. L’espace d’un instant, on aurait pu croire qu’une mini Quinn venait d’ouvrir la porte. Les mêmes yeux verts levés vers elle, une crinière de cheveux châtains clairs et un sourcil levé plus haut que l’autre –combien de fois avait-elle vu cela chez Quinn ! Rachel sut aussitôt que Beth se tenait en face d’elle, rendue toute timide par elle ne savait quoi. Oubliant qu’elle s’était promis de protéger sa gorge au maximum, Rachel baissa son écharpe, et la bouche légèrement entrouverte, rendit son regard à l’enfant. Ainsi donc, elle avait en face d’elle celle que Shelby avait préférée, celle qu’elle avait choisie d’aimer au lieu de s’occuper de sa fille lorsque l’occasion s’était à nouveau présentée, des années plus tôt. Rachel n’en voulait pas du tout à la petite fille, et même si elle en avait longuement voulue à sa mère, aujourd’hui, c’était oublié. Shelby n’était plus, Beth était plus ou moins orpheline –bien qu’ayant toujours ses parents biologiques- et le regard qu’elle lui renvoya toucha profondément Rachel. Incapable d’esquisser le moindre geste, elle contempla longuement l’enfant, notant ici et là des ressemblances avec Quinn et Puckerman. Elle n’avait évidemment pas prévu que sa rencontre avec Beth se ferait dans ces conditions. En vérité, elle n’avait même jamais réfléchi à ce que cela donnerait. Elle avait beau être l’enfant légitime de Shelby Corcoran, cette dernière ne l’avait pas élevée, ne lui avait même jamais donné le moindre amour maternel, se contentant de lui faire un costume de Lady Gaga en vague signe d’affection. Mais le fait était là, Shelby était sa véritable mère, d’un point de vue biologique. Pourtant, c’est Beth qui avait le plus profité de tout l’amour que Shelby pouvait avoir à offrir. C’est Beth qui avait eu la chance d’être câlinée, gâtée, c’est à elle que Shelby avait raconté une histoire le soir, elle qui avait vu ses petits bobos soignés par une mère aimante et pleine de tendresse. Rachel s’était vue privée de tout cela, et même si elle avait été plus qu’heureuse avec ses deux pères, la présence d’une mère lui avait toujours cruellement manqué. La situation de Beth n’en était pas forcément plus enviable. On lui avait arrachée celle qu’elle avait considérée comme sa mère, pour la catapulter dans une famille inconnue. Il faudrait du temps avant que Beth considère Quinn comme sa mère, comme le prouvait le fait qu’elle l’appelle par son prénom et non « maman ». Se sentant étonnamment proche de l’enfant, Rachel se baissa jusqu’à se retrouver au niveau de Beth, et lui offrit un sourire hésitant mais sincère. « Bonjour Beth. Je suis Rachel. »
C’est uniquement parce qu’elle ne voulait pas intimider davantage Beth que Rachel se força à agir, et en se relevant, elle fit quelques pas à l’intérieur de la maison. « C’est gentil à toi, si cela ne te dérange pas, je préfère attendre à l’intérieur. Il fait drôlement froid dehors, et heu… peut-être qu’il va neiger à nouveau, qui sait… Hm… » Consciente de débiter des âneries, Rachel pinça les lèvres, et tout en ôtant ses multiples couches de vêtements, apprécia la douce chaleur qui régnait dans la maison. Le regard de Beth lui pesait et provoquait comme un fourmillement sur sa peau. Bien que ressentant une furieuse envie d’aller se réfugier au salon, Rachel prit le temps de poser sa veste, son béret et son écharpe sur le porte manteau, de lisser ses cheveux avec ses doigts et de prendre une grande inspiration, avant de se tourner vers la fillette. Impossible d’ignorer la ressemblance avec Quinn, ç’en était presque troublant. En sentant qu’elle faiblissait devant le visage angélique de Beth, la chanteuse eut un sourire en coin, amusée. Un jour, elles auraient l’occasion de discuter. Elles évoqueraient Shelby, lorsque Beth serait assez grande pour comprendre tous les détails de l’adoption par laquelle elle et Rachel étaient passées. Après tout, elles étaient presque des sœurs. « Tu es aussi jolie que ta maman. » lâcha-t-elle à mi-voix, sa main tendue caressant une mèche de cheveux de Beth. « Je vais attendre dans le salon, si tu veux bien. » ajouta-t-elle.

Elle savait que ce qu’elle ressentait, c’était de l’appréhension, et plus seulement à cause de la conversation qu’elle tenait à avoir avec Quinn. Le fait de se retrouver en présence de Beth provoquait en elle toute une succession d’émotions plus contradictoires les unes que les autres, et il lui fut impossible de mettre au clair tout ce qu’elle ressentait. De la peur, de la jalousie, de la joie, de l’envie, de la tendresse, de la compassion… c’était trop pour son petit cœur, et en se laissant tomber sur le canapé, elle posa une main sur sa poitrine, accomplissant sans même s’en rendre compte quelques exercices de respiration visant à calmer son rythme cardiaque. Elle n’allait tout de même pas se laisser impressionner par la présence d’une enfant ! Beth n’était pour rien dans les choix de Shelby, et Rachel n’avait pas à se laisser influencer par tout ce que sa mère biologique avait pu provoquer en elle. Elle était une adulte, à présent, et bon sang, elle avait déjà vécu des situations bien plus stressantes. Pourtant, elle fut incapable d’ajouter quoi que ce soit, et après quelques tentatives ratées pour échanger un peu plus que des banalités avec la petite fille, Rachel garda les lèvres closes. Assise le dos droit et les mains posées sur les genoux, elle se concentra plutôt sur ce qui l’avait amené jusqu’ici. Comment allait-elle pouvoir amener ça sur le tapis ? Elle s’efforça d’avoir l’air naturelle et absolument pas intimidée, mais ce fut peine perdue : elle était tétanisée. Ce qu’elle s’apprêtait à demander à Quinn, ce n’était pas de simples conseils sur comment se boucler les cheveux ou comment étaler un trait d’eye liner. C’était tellement plus intime, que ça en devenait presque indécent. Excessivement mal à l’aise, Rachel se pencha en avant et posa sa tête sur ses genoux, en poussant un gémissement. Elle avait besoin d’avoir cette conversation, et Quinn lui avait semblé la meilleure personne pour cela. Mais maintenant qu’elle se trouvait dans le salon des Evans, avec Quinn qui débarquerait d’un moment à l’autre pour lui demander la raison de sa venue, Rachel n’était plus certaine que cela soit une bonne idée. Elle lâcha un autre gémissement, et réalisa soudain qu’elle n’était pas seule dans la pièce, loin s’en faut. Relevant brusquement la tête, elle vit que Beth la contemplait à nouveau, sans mot dire, depuis l’entrée du salon. Esquissant un sourire malhabile, Rachel se racla la gorge, assez gênée… et pressée que Quinn revienne.
Revenir en haut Aller en bas
Dylan Brentwood
ADMIN ; when things don't go right, go left.
Age : Twenty yo
Occupation : Etudiante (freshman) - Tient un blog
Humeur : Bonne
Statut : Le célibat... what else ?
Etoiles : 5730

Piece of Me
Chanson préférée du moment : talk talk - it's my life
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
ADMIN ; when things don't go right, go left.
03. [Evan's] Help me for what I want Empty
MessageSujet: Re: 03. [Evan's] Help me for what I want   03. [Evan's] Help me for what I want EmptyJeu 18 Oct - 16:20

C'était non sans inquiétude que Quinn avait laissé sa fille seule à la maison. L'épicerie ne se trouvait pas bien loin, mais la neige tombée en fin de matinée rendait la circulation en voiture difficile. Elle avait finalement décidé de s'y rendre à pieds pour gagner du temps, en espérant être de retour chez elle avant l'arrivée de Rachel. La jeune mère était en train de régler ses achats en caisse quand, au même moment, Beth entendit quelqu'un frapper à la porte. L'inconnue qui se trouvait sur le perron la dévisagea longuement, en gardant le silence. Sa ressemblance avec Shelby était indéniable ; la fillette n'osait plus lever les yeux dans sa direction, intimidée par ce regard insistant qui lui rappelait celui d'une personne qui lui manquait terriblement. Finalement, les lèvres de Rachel se fendirent d'un sourire, tandis qu'elle sortait de son mutisme. Elle se présenta, et intima à Beth qu'elle préférait attendre Quinn à l'intérieur de l'habitation. Sur ces entrefaites, la chanteuse pénétra dans le vestibule, puis se délesta de ses vêtements qu'elle alla suspendre sur la patère. Ses gestes manquaient de spontanéité et trahissaient son stress. Beth ne quittait pas la convive des yeux, sa curiosité piquée au vif. Comment une gamine insignifiante pouvait mettre mal à l'aise une dame aussi élégante, aussi raffinée ?

Toutes deux se toisèrent quelques secondes sans mot dire, jusqu'à ce que Rachel ne s'approche pour caresser les cheveux de la petite blonde, soulignant cette beauté dont elle avait hérité de sa mère. Depuis son emménagement à Lima, Beth était habituée à entendre ce genre de discours. Beaucoup de gens avaient tendance à la comparer à Quinn Fabray, à commencer par Noah. Cependant, la fillette avait encore du mal à considérer l'étudiante en criminologie comme sa maman. Personne ne pouvait remplacer Shelby dans son cœur, et c'était d'ailleurs pour cette raison qu'elle était incapable d'appeler Quinn autrement que par son prénom. Elle se contenta de sourire pour remercier Rachel de son compliment, et l'accompagna au salon. Si la chanteuse connaissait la nature du lien qui l'unissait à Beth, cette dernière était loin de se douter que sa ressemblance avec Shelby n'était pas due au hasard.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Quelques minutes plus tard, Quinn arriva devant de la maison. D'un simple coup d'œil dans la contre allée, elle réalisa que Rachel était déjà sur place, puisque sa voiture y était stationnée. Elle refoula le sentiment de panique qui commençait à s'insinuer dans sa poitrine, et poussa la porte d'entrée. Elle s’en voulait de ne pas avoir été présente pour la première rencontre de sa fille et de son amie, et espérait que tout ce soit bien passé entre elles. Beth ne lui ressemblait pas que physiquement. A vrai dire, la fillette avait également hérité de son caractère peu loquace, et introverti. Quant à Rachel, elle avait beau affirmer le contraire, mais Quinn la connaissait assez pour savoir qu’elle ne s’était pas totalement remise de l’abandon auquel Shelby l’avait soumise, au profit d’une autre.

Lorsqu’elle les rejoignit dans le salon, la jeune femme fut frappée par le malaise qui s’était installé dans la pièce en son absence, et par le soulagement perceptible que son arrivée suscitait. « Je suis désolée, j’ai fait au plus vite mais visiblement, je n’ai pas été suffisamment rapide... » lâcha-t-elle, en lançant un regard contrit à son invitée. Puis, elle reporta son attention sur Beth « Prend une glace dans le congélateur, et va jouer dans ta chambre. Rachel et moi devons avoir une discussion entre grandes personnes. » La fillette ne se fit pas prier, indubitablement heureuse de se dérober d’une situation qui l’intimidait.

Une fois seules, Quinn s’installa à côté de son amie, et l’étreignit. Elle s’était fait une joie d’apprendre son retour à Lima pour une année complète, mais force était de constater que les mois s’égrainaient beaucoup trop rapidement à son goût et que les occasions de passer du temps avec la chanteuse étaient trop rares. « Je te sers un café ?.... » commença-t-elle, avant de se souvenir que Rachel n’aimait cette boisson. «... ou plutôt un thé bien chaud, n'est ce pas ? ». L’étudiante en criminologie ponctua sa question d’un petit gloussement, espérant ainsi dérider l’atmosphère. Au fil du temps, les deux anciennes rivales avaient construit une forte complicité, et c’était sûrement ce qui avait motivé la visite de Rachel : elle savait qu’elle pouvait tout confier à Quinn, sans crainte d’être jugée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
03. [Evan's] Help me for what I want Empty
MessageSujet: Re: 03. [Evan's] Help me for what I want   03. [Evan's] Help me for what I want EmptyDim 4 Nov - 2:04

Parfaitement inconsciente de l’angoisse qui tenaillait Quinn, alors sur le chemin du retour et stressée à l’idée de ne pas pouvoir recevoir son amie dans les règles –chose que Rachel n’aurait même pas eu l’audace de remarquer, son amitié avec Quinn étant devenue une chose bien trop précieuse pour qu’elle se soucie de ce genre de futilité- la jeune chanteuse juive était elle-même aux prises avec une certaine appréhension, à l’idée d’aborder un sujet aussi intime que la sexualité. Ses pères l’avaient bien évidemment mise au fait dès son entrée dans l’adolescence, et ils avaient fait tout ce qui était en leur pouvoir pour aider Rachel à s’acclimater avec son corps de jeune fille, à l’époque. Elle leur en était reconnaissante, et quand bien même la présence d’une mère avait toujours été une certaine source de frustration, elle avait eu toutes les informations possibles sur les transformations que son corps subissait, et sur ce que cela impliquerait. Les cours d’éducation sexuelle de McKinley avaient fait le reste, et c’est entouré de lycéens braillards et chahuteurs, prêts à tout pour dissimuler leur propre gêne, qu’elle avait dû subir les longues explications sur comment avoir un enfant, comment se protéger des maladies sexuellement transmissibles, avec démonstration à l’appui. Au final, Rachel savait comment faire attention. Mais elle ne savait rien sur ce qui se passait quand on est avec son amoureux. Elle avait beau être sortie avec Finn pendant plusieurs mois, ils avaient rompus avant même d’en arriver à s’imaginer franchir ce cap ensemble, ce qu’elle ne regrettait d’ailleurs pas, mais elle se retrouvait aujourd’hui âgée de vingt-et-un an, et elle était incapable de savoir ce qu’il convenait de faire dans la chambre à coucher.
Assise sur le canapé des Evans, elle se traitait d’imbécile, d’être venue voir une femme enceinte pour lui expliquer comment s’y prendre avec Jesse. A mesure que les minutes s’écoulait, la rapprochant du moment où Quin franchirait la porte d’entrée et où elle devrait expliquer la raison de sa venue, Rachel se sentait rougir, et faiblir. Peut-être devrait-elle prétexter une simple envie de voir son amie ? Mais ce n’était en aucune façon crédible, Quinn la connaissait assez pour savoir que dès qu’il s’agissait de sa voix, Rachel ne prenait aucun risque, et préférait rester cloitrée chez elle s’il y avait la moindre épidémie de rhume ou d’angine. Déjà malade, la jeune chanteuse n’aurait normalement pas dû mettre le nez dehors, refusant tout contact avec l’extérieur jusqu’à être complétement remise, et cela, Quinn devait le savoir. Elle ne goberait jamais cette minable excuse. Réfléchissant à toute allure, Rachel s’efforçait de trouver une raison valable d’être sortie, tout en évitant la petite Beth du regard, qui n’avait pas bougée depuis que Rachel avait pris place sur le canapé. Elle sentait le regard de l’enfant sur elle, et cela la mettait mal à l’aise. Pourtant, elle accueillit avec bénédiction cette distraction, qui lui permit de penser à autre chose. Elle se demanda si Beth avait noté à quel point elle ressemblait à Shelby, parce que Rachel avait été forcée de l’admettre, elle avait de nombreux traits physiques en commun avec sa mère biologique, tout comme Beth en avait avec Quinn. Mais peut-être que Beth était trop jeune pour vraiment se rendre compte. En fronçant les sourcils, Rachel songea soudainement qu’un beau jour, il faudrait dire la vérité à la fillette. Que sa mère avait eu une autre enfant, qu’elle l’avait abandonnée. Cela risquait d’être vraiment très difficile. Est-ce que Quinn comptait attendre plusieurs années avant d’expliquer cette délicate situation à Beth ? Demanderait-elle à Rachel d’être présente ? Ou bien tairait-elle à tout jamais cette histoire d’abandon ?

La porte d’entrée interrompit les pensées de Rachel, qui leva brusquement la tête et sentit son cœur battre un peu plus fort. Le visage rougit par le froid de Quinn apparut et bien que stressée par la perspective d’une conversation extrêmement gênante, Rachel se sentit en même temps assez soulagée, et son regard glissa vers Beth, qui s’éloignait, et elle garda les yeux fixés sur l’endroit où l’enfant se tenait quelques instants auparavant, l’esprit encore tourné vers ce qui la liait à la fillette. Elle ne se concentra sur Quinn que lorsque celle-ci s’assit à ses côtés pour la serrer dans ses bras, et Rachel lui rendit sans hésiter son étreinte, avant de s’écarter, les yeux légèrement écarquillés : « Oh Quinn, excuse-moi… j’ai un rhume, je ne voudrais pas que tu tombes malade. » s’exclama-t-elle, confuse et en se reculant légèrement. Quinn était déjà épuisée par sa grossesse, et Rachel se souvenait de l’avoir entendue dire qu’elle était dans l’incapacité de prendre le moindre médicament à ce stade de la grossesse, un détail pour le moins embêtant quand on est en plein hiver et que tout le monde se passe le mot pour faire circuler le plus de microbes en un temps record. Ne voulant pas que son amie se retrouve alitée et surtout, incapable de se soigner, Rachel se détourna et plongea la main dans son sac, duquel elle sortit un flacon de gel antiseptique. Après s’en être appliqué quelques gouttes au creux des mains, elle les frotta énergiquement, puis serra les doigts de Quinn entre les siens. « On ne plaisante pas avec les germes. » dit-elle d’un ton solennel. Puis elle ajouta : « Je prendrais bien un thé s’il-te-plait. Avec du miel, si tu en as. Ma gorge me fait un peu souffrir ces jours-ci. »

Alors que Quinn revenait, quelques instants plus tard, avec son thé, Rachel pinça les lèvres, et se rua sur sa tasse pour se donner une contenance, et se cacher derrière. Maintenant que Quinn était là, que Beth était partie, qu’elles étaient seules, elle était au pied du mur : il était temps qu’elle pose sa question. Et par question, Rachel avait dans l’idée de demander tout de go à Quinn « comment fait-on l’amour ». Mais alors qu’elle savourait la chaleur du thé et la douceur sucrée du miel, qui tapissait sa gorge enflammée d’un voile bienfaiteur, elle se retrouva incapable de prononcer ces quelques mots. « Alors… comment vont les Cheerios ? » demanda-t-elle bêtement, consciente qu’en feignant de s’intéresser à des pom pom girls, elle ne trompait personne, et certainement pas Quinn. Pourtant, elle était bien incapable d’avouer la raison de sa venue. Il lui fallait puiser dans un courage bien différent de celui qui lui permettait de monter sur scène, face à des centaines de spectateurs, et pour l’heure, elle avait bien du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
03. [Evan's] Help me for what I want Empty
MessageSujet: Re: 03. [Evan's] Help me for what I want   03. [Evan's] Help me for what I want Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

03. [Evan's] Help me for what I want

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 3
-