Choriste du mois


Partagez | 
 

 04. Deck the rooftop

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
04. Deck the rooftop Empty
MessageSujet: 04. Deck the rooftop   04. Deck the rooftop EmptySam 16 Juin - 19:52

« Bonne année ! » faisait-elle en prenant son professeur de maths dans les bras, avant de sautiller avec un large sourire vers la prochaine personne qui passait à ses côtés. Dans le couloir, on évitait Rainbow comme la peste, personne n'avait envie de se retrouver comme objet de la jeune hippie, dont la nouvelle lubie était de souhaiter la bonne année aux gens qui l'entouraient. Elle s'était refusée à toute déclaration de nouvelle année lors de la fête de sa soeur et s'était même interdit de souhaiter de bons voeux à son entourage pour ne pas se retrouver attrapée dans une tradition à laquelle tout le monde adhérait. La simple idée d'entendre que les voeux se veulent échangés lors du premier mois de la nouvelle année faisait sortir Rainbow de ses gonds. Depuis quand devait-on fixer des périodes pour l'échange de bons voeux ? Et pourquoi pas formater le monde dans un même moule pour le reste de l'éternité ? C'était ce genre de questionnements qui animaient la jeune incongrue à cet instant même alors qu'elle sautait dans les bras du Principal du lycée. Le regard désapprobateur de l'indien lui fit cesser toute action. Des litiges entre eux avaient pu être noté en début 2017, quand la jeune Applebee avait décidé de faire campagne contre le dégazonnage du vieux terrain derrière le stade, elle avait même monté sa tente près de la fameuse parcelle afin d'empêcher le jardinier de passer son tracteur. Dans les yeux du principal, la jeune femme voyait toujours la honte qu'il avait reçu du comité des parents. le couteau sous la gorge, il avait dû leur présenter le programme de l'excentrique élève: ouvrir un budget pour le vieux terrain afin d'y faire pousser des produits bios qui serviraient directement à la consommation des étudiants via la cantine. Un tel projet avait été jugé bien trop « utopiste » et « suicidaire » à l'économie du lycée, et le simple fait que Figgins se soit plié aux exigences de la junior avait à la fois faire rire et mortifié le conseil. Une honte.

Rainbow laissa alors le vieil aigri retourner à son bureau avant de se retrouver insuffler du désir de souhaiter la bonne année à tous. Finalement, en passant le couloir au peigne fin, pour mieux dénicher le prochain chanceux, elle remarqua qu'en trois jours elle avait déjà dû ratisser toute l'école. Exceptée l'autre petite blonde au fond du couloir. La simple vue de son amie d'enfance déclencha en Rainbow une envie de courir jusqu'à elle pour ensuite l'enlacer et lui faire ses voeux. Elle s'exécuta alors, hurlant comme une folle le nom de sa camarade dans les couloirs, agitant ses bras dans tous les sens et la prenant par surprise une fois proche d'elle. « HAAAAAAARPEEEEEER, BOOOOONNE ANNEEEEEEEE ! ». Autour des deux filles, un nombre incalculable de visages déconfits les entouraient, juchant la rouquine. A ce moment-là, tous s'autoproclamaient médecin et diagnostiquaient certainement une certaine démence chez la Applebee. Habituée, et amusée, cette dernière lâcha enfin son amie pour, d'une part la laisser redescendre, et pour mieux lui expliquer son soudain comportement. « Cette année, je veux que toi et moi ont se fréquentent comme avant. Depuis l'histoire du bus, j'arrête pas de me dire qu'il faut qu'on repasse du temps ensemble. Alors retrouve-moi après les cours et je t'emmènerai dans un nouvel endroit secret, comme lorsqu'on était gamine. » Sans vraiment prendre le temps d'écouter sa camarade, elle lui déposa un baiser sur sa joue et sautilla jusqu'à sa salle de cours, ravie.

Harper était de ces amies uniques que l'on aimerait garder toute notre vie. Hélas pour Rainbow, d'abord voisines et très bonnes amies d'enfance, elles se sont très vites perdues de vue. Lisa était venu un peu remplacer Harper, et même le lycée n'avait pas vraiment réussi à les réunir pour de bon. Elles se saluaient toujours lorsqu'elles se croisaient, c'était un fait qui méritait d'être noté car même si elles ne se côtoyaient plus comme avant, elles continuaient à se porter une formidable affection l'une pour l'autre. Cela s'était même vérifié quelques semaines plus tôt lors du quiproquo du fossé, où Harper était directement venu au sauvetage de son amie lorsqu'elle était littéralement entrain de batifoler avec le professeur d'espagnol. Et Rainbow se souvenait même des interventions d'Harper visant à prendre sa défense contre toute forme d'attaque, donc celle d'Elijah. Ces marques d'amitiés avaient finalement conduit la choriste à vouloir renouer de vrais liens amicaux avec celle qui fut autrefois sa complice. Et puis, elles grandissaient. Rainbow avait toujours l'image d'une petite Harper dans sa tête, ses seuls vrais souvenirs remontaient à loin, à des années. Avant de quitter le lycée, elle voulait voir quelle femme la petite Pritchard était devenu, quelle personne fantastique elle pouvait être. D'où ce rendez-vous sorti de nulle part: elle voulait que cela soit fait maintenant, durant son Nouvel An à elle.

L'excitation la gagnait à chaque avancé de l'aiguille de l'horloge murale. La fin des cours allait être annoncée et tout se devait être parfait pour le rendez-vous. Dès qu'elle sortira de cette salle de classe, elle irait ajuster les quelques éléments qui feraient toute la différence avant de rejoindre son amie devant le lycée. Il y avait tellement de choses à rattraper qu'elle ignorait même où commencer. La sonnerie retentit enfin. Après une quinzaine de minutes, elle rejoignit le hall d'entrée où devait certainement l'attendre Harper. Une chose était sûre: elle allait lui en mettre pleins les yeux. Elle le méritait pour être une aussi incroyable amie, protectrice et attentionnée, malgré leur éloignement.


Dernière édition par Rainbow Applebee le Sam 23 Juin - 20:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Harper E. Pritchard
Not everybody just gets to blurt out how they fuckin’ feel every minute
Age : 20 ans
Occupation : Employée à mi-temps à la Lima Station, étudiante au Lima Health Sciences Program de l'Ohio State University
Humeur : Déstabilisée
Statut : En couple avec Jamie Ainsworth
Etoiles : 5836

Piece of Me
Chanson préférée du moment : BEYONCE – XO
Glee club favori : Je me fiche totalement des chorales
Vos relations:
04. Deck the rooftop Empty
MessageSujet: Re: 04. Deck the rooftop   04. Deck the rooftop EmptyLun 18 Juin - 15:13

Devant son casier, Harper fureta d’une œillade peu amène ses bouquins avant de repérer son manuel d’Espagnol qu’elle empoigna en serrant les mâchoires, déjà agacée. Elle n’avait jamais compris pourquoi il y avait plusieurs professeurs d’Espagnol dans ce lycée pourri. Elle se souvenait que l’an dernier à la même époque, William Schuester, celui qui était le plus à même de lui faire découvrir les joies de la culture hispanique (elle adorait ses tenues typiques et ses sombreros rigolos) se débrouillait très bien tout seul malgré ses activités au sein de la chorale du lycée, alors pourquoi le grand patron indien avait jugé bon engager un être pitoyable, dépourvu de toute morale et autoritaire comme un stagiaire pré-pubère pour prendre en charge les classes de première ? Figgins se plaignait sans cesse des trous dans le budget, alors pourquoi ? C’était une équation qu’Harper n’arrivait pas à résoudre, et la perspective de passer une heure entière à roupiller dans la Cour des Miracles dirigée d’une main tremblotante par Quasimodo Catalano lui donnait littéralement la nausée. Elle priait tous les Dieux pour que si toute sa bile devait ressortir durant le cours, elle atterrisse sur ses chaussures immondes, ça lui ferait les pieds à cet abruti. De nouveau, elle devrait supporter son petit sourire en coin, ses bouclettes indisciplinées et surtout ses blagues vaseuses qui feraient rire toute l’assemblée. Harper avait entendu dire qu’il se plaçait en pole position de la célèbre catégorie créée par les abeilles du lycée, joyeusement intitulée « les professeurs avec lesquels on aimerait prendre des cours particuliers ». Tu parles, elle doutait qu’il connaisse le savon et encore moins la lessive aux vues de la façon dont il venait accoutré depuis la rentrée des classes ; dégoûtant à souhait. Sans compter qu’au moins une fois dans l’heure il se perdrait dans des théories ridicules sur l’existence d’une race de super héros inconnue de l’homme et blablabla. Ses camarades de classe ne se rendaient-ils pas compte que sous cette apparence (qui ne payait pas de mine, c’était un fait) se cachait un pervers sexuel tripoteur d’adolescentes ? Elle admettait qu’elle l’avait beaucoup apprécié au début, avant tout à cause de son enthousiasme et de ses conseils qui lui semblaient être utiles, mais depuis l’incident du bus, elle ne pouvait plus le voir en peinture. Seth (quel prénom ridicule) Catalano était devenu son ennemi, il s’en était pris à Rainbow Applebee qui était son amie.

Claquant la porte de son casier avec force – elle imagina la tête difforme de son prof coincée entre l’entrebâillement ce qui lui fit esquisser un sourire sadique – Harper s’apprêta à tourner la tête quand elle fut projetée en arrière si violemment qu’elle crut s’étaler sur le carrelage. En parlant du loup ! Rainbow venait lui souhaiter la bonne année en plein mois de février, c’était quelque chose de normal venant du petit arc-en-ciel de bonne humeur qu’elle était. Harper ne s’en retourna pas, elle connaissait les excentricités de son amie d’enfance, elle était sans doute la seule à supporter ses fantaisies sans broncher. De fait, elle la remercia par un sourire sincère, et se laissant étreindre par cette dernière, la jeune fille lui tapota chaleureusement sur l’épaule en jetant des regards assassins aux élèves qui passaient en chuchotant et s’esclaffant sans même éprouver la moindre gêne. Rainbow était la seule amie qu’elle n’avait jamais eue. Elles étaient voisines lorsqu’elles étaient enfants, et le fait que leurs parents ne voyaient pas les choses de la même façon n’avait pas entaché cette complicité qui s’était créée dès lors que la petite rousse pleine d’entrain l’avait invitée à partager un thé aux trèfles à quatre feuilles dans son service en plastique pendant l’été. Rien ne présageait qu’elles se séparent à un moment donné ; elles avaient fait le serment du petit doigt dans leur cabane de fortune, jurant qu’elles ne se quitteraient jamais même si Rainbow se mariait avec un éleveur de thons rouges en Alaska. Puis, le père d’Harper était mort, c’était ce qui avait créé une coupure. Ayant la responsabilité du foyer puisque sa mère se laissait dépérir, Harper commença à refuser les invitations de sa voisine et puis un jour, plus rien. Harper n’en voulait pas à Rainbow, elle continuait à beaucoup l’aimer. Elles avaient partagé des moments qu’elle n’oublierait jamais, elle avait eu une bonne influence sur elle. Desserrant son étreinte, Rainbow ne laissa pas le temps à Harper de se rendre compte de la situation qu’elle l’invita à la rejoindre après les cours. Étonnée par cette soudaine proposition, Harper ouvrit grand la bouche pour répondre, mais Rainbow la prit une nouvelle fois de court et pivota sur ses pieds pour la laisser debout, les bras ballants près de son casier. La regardant rebrousser chemin en gratifiant les élèves présents dans le couloir de petits signes de la main, Harper plissa les yeux alors qu'un sourire graduel se dessina sur son visage ordinairement dur et fermé. Voilà ce qui l’aiderait à supporter l’heure de torture qui l’attendait.

Comme elle s’y était attendue, le cours d’espagnol qui venait de se dérouler dans la salle 314 avait été d’une longueur insoutenable. Une interro surprise avait été donnée, et bien décidée à récolter la meilleure note, Harper n’avait pas relevé la tête ne serait-ce qu’une seconde. Évidemment, il ne lui fallait pas beaucoup d’effort pour parvenir à de bons résultats. Elle avait terminé avant tout le monde, ce qui lui avait valu un regard condescendant de la part de son professeur lorsqu’elle avait déposé sa copie sur son bureau désorganisé. Provocatrice, la jeune athlète avait donné un petit coup de pied maîtrisé dans la corbeille en papier en sortant comme si de rien n’était et faisant un tour sur elle-même, elle posa sa main sur sa bouche en prononçant un « oups » moqueur avant de finalement sortir pour de bon, laissant le contenu déversé sur le sol de la salle où ses camarades continuaient de plancher. Une fois à l’extérieur, elle tourna à gauche et descendit les étages, enthousiaste à l’idée de rejoindre Rainbow. Elle s’interrogeait sur les raisons qui poussaient la jeune fille à s’intéresser de nouveau à son cas. Peut-être que leur excursion à l’Ohio State University y était pour quelque chose, elle n’en savait rien. Harper n’était pas tellement douée pour les relations humaines, et ce regain d’intérêt pour sa personne, elle ne l’avait pas prévu. Elle était déroutée. Ravie, mais déroutée. Elle continuait de veiller sur Rainbow en secret, elle voyait comme elle se débrouillait. Elle était une jeune fille plutôt populaire malgré le fait que bon nombre de personnes l’évitaient dans les couloirs, elle avait de l’avenir dans ce lycée… de l’avenir tout court. Descendant les dernières marches en petite foulée, Harper n’attendit pas une seconde de plus pour sortir de l’établissement. Elle jeta un coup d’œil à sa montre, regarda à droite et à gauche dans l’espoir de repérer une crinière rouge flamboyant, mais en vain. Le manque de ponctualité de Rainbow la fit rire, et s’asseyant sur les marches, elle patienta sagement.

C’est après une dizaine de minutes qu’une ombre derrière elle lui fit tourner la tête. Elle toisa son amie d’un regard bienveillant et basculant sa tête en arrière, elle dit sur un ton moqueur « Je vois que tu détestes toujours autant arriver à l’heure. » Elle émit un rire puis se leva en appuyant ses mains sur le béton pour s’aider. Elle frotta ses paumes souillées de petits cailloux sur son jean, et récupéra son sac d’un même mouvement. Harper leva le menton, secouant brièvement la tête en remarquant la mine contrite de la jeune fille « Laisse tomber, je n’ai pas attendu très longtemps. Alors, où est-ce qu’il se trouve ce nouvel endroit secret ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
04. Deck the rooftop Empty
MessageSujet: Re: 04. Deck the rooftop   04. Deck the rooftop EmptySam 28 Juil - 13:33

Comme elle l'avait supposée, sa chère et tendre Harper se tenait déjà là, à l'attendre visiblement. Assise sur un sol qui ne semblait pas si propre que ça (malgré l'équipe de choc de nettoyage du lycée), Rainbow prit pitié de son amie et se dirigea vers elle, afin que cette dernière ne cesse de l'attendre dans de si mauvaises conditions. La petite rouquine aurait adoré effrayer la jeune Pritchard, elle faisait une si jolie victime assise de cette manière, et il y aurait eu moyen de la surprendre en mettant en pratique les méthodes de tueurs masqués célèbres, coup de téléphone, ou tâtonnement de l'épaule puis disparition .. Mais en réalité, en repensant à la Harper forte et quasi hargneuse du bus lors du voyage à l'Université du coin, elle se rassura en se disant que ce n'était pas une bonne idée. A la place, elle se mit à rire suite aux propos de la blondinette sur ses habitudes de retardataire. Harper allait vite comprendre que ces quelques minutes d'attendre étaient un mal pour un bien. « C'est une surprise » rétorqua-t-elle du tac au tac, avec un brin de malice dans son intonation. C'est après un énième éclat de rire qu'elle invita de la tête la jolie à la suivre.

Une fois sûre que son amie la suivait, Rainbow se mit en marche à travers le couloir, d'abord silencieuse, faisant craindre le pire si à la blonde qui l'accompagnait, un peu malgré elle. « Si on nous attrape, on risque la sentence maximale » prévint-elle, feignant la terreur sur son visage. Pour mettre un peu plus de véracité dans ses paroles, elle régula son allure de marche, passant d'une vitesse précipitée à une marche sur la pointe des pieds. Alors qu'elle avait prévenu son amie quelques instants auparavant de rester discrète, la jeune hippie se mit à chantonner dans le couloir, les bras en l'air: « Freedooooooom, freeeedoooooom, FREEEEDOOOOOM ». On pouvait ainsi reconnaître Think d'Aretha Franklin, rendue célèbre pour sa participation au film Blues Brothers. Elle ignorait quelle tête faisait Harper, mais au cas où ceci n'était pas clair, elle préféra l'éclairer sur la situation .. en ricanant telle une chipie. « Rassure-toi, on est autorisé à batifoler dans le lycée, j'ai dit au nouveau surveillant que je tuerai son chat si on était dérangé »expliqua-t-elle en s'imaginant d'emblée le pauvre surveillant, essayant de dévier toutes personnes susceptibles de punir les deux jeunes filles, car là où elles se rendaient, c'était zone interdite. Avant de reprendre la marche, elle échangea un sourire avec la lycéenne qui la suivait, et qui devait déjà se faire les pires scénarios dans sa tête, puisque comme tout le monde le savait maintenant, suivre Rainbow était comme avancé à tâtons dans l'obscurité. mais la lumière au bout du chemin ne se fit pas attendre, déjà, elles se trouvaient à une porte de service. Ni une ni deux, Rainbow ouvrit la porte, elle savait déjà que cet aile-ci du bâtiment serait vide, le surveillant étant sous les ordres de sa Majesté Applebee.

« Tu te demandes ce qu'on fait ici j'imagine » fit Rainbow en montant les marches une à une, essayant de cadencer judicieusement sa marche afin de ne pas perdre ni essouffler sa partenaire de jeux favorite. Arrivées au deuxième palier, la hippie frappa deux fois dans ses mains et les lumières s'éteignirent. Cette fois-ci, c'était Raul, un homme de l'entretien qui était sous les ordres de la belle rouquine. Instinctivement, et même préparée à ce qu'elle se retrouve dans le noir pour monter le dernier étage, Rainbow agrippa gentiment la main d'Harper, comme lorsqu'elles étaient enfants et qu'elles jouaient dans les bois, le soir. Gamines, Harper avait toujours été la plus téméraire. Ce nouveau contact entre elles fit un léger pincement au coeur de la choriste .. Ouais, Harper lui avait énormément manqué en y repensant. « Tu n'as pas peur dans le noir, hein ? » souffla-t-elle à l'intention de son ancienne voisine, espérant que cette dernière était toujours la plus courageuse des deux, et qu'elle la défendrait si jamais Raul devenait fou et en viendrait à les pourchasser dans le noir. Tel un tueur en série masqué.
Revenir en haut Aller en bas
Harper E. Pritchard
Not everybody just gets to blurt out how they fuckin’ feel every minute
Age : 20 ans
Occupation : Employée à mi-temps à la Lima Station, étudiante au Lima Health Sciences Program de l'Ohio State University
Humeur : Déstabilisée
Statut : En couple avec Jamie Ainsworth
Etoiles : 5836

Piece of Me
Chanson préférée du moment : BEYONCE – XO
Glee club favori : Je me fiche totalement des chorales
Vos relations:
04. Deck the rooftop Empty
MessageSujet: Re: 04. Deck the rooftop   04. Deck the rooftop EmptyMar 31 Juil - 16:11

Le ton malicieux que Rainbow employa pour répondre à l’interrogation toute légitime de la sprinteuse lui fit plisser les paupières puis retrousser les lèvres, méfiante. Harper connaissait cette expression d’espièglerie qui teintait les traits naturellement facétieux de son ancienne voisine et pendant qu’elle lui emboîtait le pas, une appréhension étonnante s’empara d’elle. Qu’avait-elle derrière la tête ? Dire que Harper faisait confiance à Rainbow était un bien grand mot. Harper ne s’en remettait toujours qu’à une seule personne : elle-même. Bien qu’elles avaient vécu un certain nombre de choses en étant petites et que Harper continuait à avoir de profonds sentiments d’amitié qui la poussaient à prendre la défense de Rainbow dès que l’occasion lui en était donnée, nostalgique de l’époque où tout était plus facile, elles n’étaient plus les petites filles qu’elles étaient alors. Elles avaient beaucoup changé, toutes les deux. Elles ne se connaissaient plus, ne se croisaient qu’au détour des couloirs ou dans le bus scolaire après les cours et jusqu’à présent, elles ne s’étaient pas reparlées. Pas parce qu’elles étaient fâchées l’une contre l’autre, juste parce que c’était la vie qui l’avait voulu. Harper ne voulait pas perturber l’ordre cosmique en faisant le premier pas. Si les choses se passaient de cette façon, même si c’était injuste et illogique, c’était que ça devait être écrit quelque part et qu’il ne fallait pas chercher à changer les choses sous peine de se faire foudroyer par un éclair en plein été. Néanmoins, nombre de rumeurs immanquables circulaient sur le compte de la jeune Applebbe. Rumeurs qui, bien qu’elle s’entêtait à ne les écouter que d’une seule oreille, fatiguée par la puérilité de ses congénères, se faisaient de plus en plus insistantes au fur et à mesure que l’année scolaire se déroulait. On la disait à la limite de la schizophrénie tant ses humeurs variaient en un claquement de doigts, même les professeurs trouvaient ça déroutant. Rainbow avait toujours été un peu lunatique, ce qui se confirma lorsqu’elle passa d’un ton grave, presque sérieux, à l’entonnement soudain d’une célèbre chanson. Harper n’avait pas peur de Rainbow. Vu son gabarit, elle en ferait de la chair à saucisse en deux coups de cuillères à pot et puis, elle avait quelques détails honteux de son enfance en sa possession et comme sa politique était de ne pas s’en prendre physiquement aux plus faibles, le chantage – pratique qu’elle avait apprise grâce à Sunny Palmer, corbeau sans plume – lui serait bien utile pour l’obliger à lui rendre sa liberté. Non, Harper n’avait pas peur de Rainbow et de ses humeurs, c’était tout autre chose qui inquiétait la jolie blonde qui suivit d’un pas rapide sa camarade, très (trop ?) enthousiaste pour ne pas changer. La rousse était du genre à toujours plonger les deux pieds en avant dans les coups fourrés. Harper pensa derechef à son détour dans le fossé avec monsieur Catalano et soupira, secouant la tête. Bien qu’elle-même contournait le règlement de l’école en vendant ses services de tête d’ampoule à des empotés de l’équation comme Elijah Burlingame (chef de file du gang des attardés, comme elle aimait les appeler), Harper avouait ne pas vouloir rajouter des méfaits à sa panoplie qui, en plus de l’insolence notoire dont elle gratifiait son professeur d’espagnol, comptait un vol de 500$ appartenant à sa surveillante adorée, Madeleine Wild. Se retrouver dans le bureau embaumant le patchouli du grand maître indien était peut-être la seule chose que craignait Harper qui n’avait que le lycée et son talent pour les études pour s’en sortir, elle ne pouvait pas se permettre d’être prise sur le fait accompli en suivant son amie d’enfance connue pour être le personnage le plus excentrique – avec les travestis du cabaret du centre-ville – de Lima.

Plutôt nerveuse, Harper continua pourtant à suivre Rainbow. Elle avait envie de s’arrêter, envie de lui demander des explications, mais elle avait attendu tellement longtemps avant de renouer contact avec la jeune fille qu’elle craignait que si elle lui faisait part de ses questions, elle ne se braque et la laisse en plan pour ne plus jamais lui adresser la parole. C’était pourquoi elle se contentait de la suivre, silencieuse. Rainbow avait toujours eu le don de la faire rire, la blondinette s’esclaffa donc, quand elle lui fit savoir qu’elles seraient tranquilles puisqu’elle avait menacé l’un des surveillants (elle espérait Timothy, un sourire sadique se dessinant sur son visage) de tuer son chat. Ouah, changement radical de la part de Rainbow Applebbee, fervente défenseuse de la cause animale ! C’était qu’elle en avait manqué des choses pendant toutes ses années ! S’engouffrant dans l’aile interdite, Harper referma la porte derrière elle, crispant ses doigts sur la hanse de son sac. Elle monta les escaliers, hocha la tête quand Rainbow lui dit qu’elle devait se demander ce qu’elles fichaient ici.

« Et comment ! Dis moi, ça ne serait pas le chemin pour se rendre à la chaufferie ? » La chaufferie, ou « le repaire des couples en mal d’intimité ». On racontait que c’était entre ses murs que la plupart des bébés scandaleux avaient été conçus au cours de ces dernières années. Harper fronça brièvement les sourcils « Je croyais que Jesus l'avait fait condamner dans le cadre de son programme sectaire. Si tu comptes obtenir quelque chose de moi, inutile de m’emmener là-bas. Je n’ai toujours pas changé de bord. » Elle fronça le nez, visiblement dégoûtée « Et si c’est pour espionner Clark et l’un de ses nombreux prétendants copuler, je passe mon tour. » Tout à coup, la lumière s’éteignit. Plus par réflexe que par peur, Harper empoigna la main de Rainbow qui fit de même, et serrant ses doigts entre les siens, elle chuchota « J’aurais dû emmener mon nunchaku. » Rainbow lui demanda si elle avait peur du noir, Harper se dit donc que ce petit effet de surprise devait être prévu et fière comme pas deux, elle se redressa, lâcha brusquement la main de sa camarade en répondant avec un peu trop d’assurance, tirant sur sa veste « Pour qui tu me prends, eh. » Elle fit mine de s’impatienter, tendant la main pour discerner sa camarade dans le noir et finit par lancer, touchant son épaule qu'elle secoua légèrement « Rainbow, on campe ici ou tu prévois qu’on bouge ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
04. Deck the rooftop Empty
MessageSujet: Re: 04. Deck the rooftop   04. Deck the rooftop EmptyJeu 30 Aoû - 13:51

Les suppositions de la belle blondinette, ou plutôt les divergences comme Rainbow préférerait les qualifier si on lui donnait le droit de parole, firent ricaner la hippie alors qu'elle se tenait encore dans les escaliers. Il était vraiment temps qu'elles repassent quelques moments ensemble car Harper semblait avoir oublier ce qui faisait l'originalité de la belle, et le voyeurisme n'entrait pas en ligne d'intérêt principal de la rouquine. Ensuite, certes, elle avait déjà pouffé de rire devant les scènes coquines qu'on lui offrait à la télé, mais cela s'arrêtait là. Harper était une magnifique jeune femme, il fallait se l'avouer, et si Rainbow avait eu un quelconque béguin pour une fille, il était sûr que son amie d'enfance aurait été la cible d'affection plus qu'amicale. Mais il n'en était rien. A la place d'entrer dans le jeu de sa camarade, la rouquine préféra se contenter d'une simple réplique: « T'es une sacrée perverse quand même », déclarée d'une voix si innocente qu'on pourrait presque prendre parti pour la jeune écologiste. Puis la coupure eut lieu, et très vite cette discussion s'expatria trèèès loin dans la tête de la jeune choriste. Et si elles mourraient ici en fin de compte ? La menace du chat peut-être très efficace comme elle peut être source de folie, surtout chez un propriétaire qui n'a que ce petit félin dans sa vie.

Un nunchaku. Voilà qui fit ricaner Rainbow une fois de plus. Nunchaku ou non, la jeune intrépide était sûre et certaine que si un quelconque individu essayait de violenter les deux lycéennes, la blonde lui ferait ravaler son envie à mains nues. Néanmoins, l'image des deux petites filles dans la nuit revint à l'esprit de la hippie et ce rire infernal s'interrompit, laissant place à une légère amertume. Il était temps d'avancer oui, pour qu'enfin Harper voit ce qu'a concocté son amie, pour qu'enfin l'image de ces deux petites filles s'effacent de sa tête pour laisser place à de nouvelles images plus récentes. Mine de rien, c'était tout de même triste de n'avoir que très peu de souvenirs avec la jeune Pritchard, heureusement qu'elle s'était emportée d'un rien à l'épisode du bus, sinon la rouquine doutait fortement qu'une des deux essaie de recréer un lien. « Ouais, ras le bol de ne pas voir ton visage de fouine » acquiesça l'écolo en reprenant l'ascension, dans le noir. Les marches ne furent pas si dures à surmonter, il suffisait de tâtonner du bout de son pied et on trouvait prise facilement. Rainbow s'arrêta un instant et vérifia si la main de sa jolie partenaire se trouvait toujours au fond de la sienne. Une fois rassurée, elle reprit la marche, l'excitation de faire découvrir à Harper ce qu'elle lui avait préparé prenant le dessus sur l'angoisse qu'elle avait jusqu'ici. Personne n'était mort en marchant dans le noir de toute façon, du moins pas dans les conditions des deux jeunes femmes.

Bien qu'il faisait très sombre dans cette cage d'escalier, on pouvait apercevoir la porte menant au toit du lycée. De la lumière filtrait par les contours de cette massive porte en ferraille, indiquant que les demoiselles voyaient enfin le bout du tunnel. Afin que tout puisse s'imbriquer correctement, la découverte de l'espace, la réaction d'Harper, Rainbow prit l'initiative d'actionner le système d'ouverture de la porte, et leur permit d'accéder à un espace magique. Le leur. En effet, la première chose que l'on pouvait voir sur ce toit de lycée, c'était la présence de petites loupiotes, qui rampaient sur les rebords, ainsi que deux fauteuils confortablement installé au milieu de la grande surface. Un lampadaire se trouvait un peu plus en arrière au centre afin d'éclairer au mieux la table sur laquelle trônait déjà un récipient rempli d'une mystérieuse mixture. On pouvait aussi trouver jonchés sur le sol des jouets d'enfance, des poupées sans têtes, car les Barbies étaient les souffres douleurs préférés des deux gamines, des peluches d'animaux, des lances-pierres, qu'elles utilisaient avec des cocottes en papiers pour viser les gens. Sur les rebords, en dessous des petites lanternes, on trouvait une dizaine de photos de deux petites filles jouant ici et là, se déguisant, en vacances, avec un gâteau d'anniversaire. Rainbow avait passé plusieurs heures à préparer cet endroit spécial, qui elle l'espérait, plairait tout autant à sa camarade. « C'est notre petit chez nous » fit l'hippie en esquissant un sourire avant de gambader joyeusement sur le toit, laissant Harper livrée à elle-même. Elle prit place derrière le lampadaire, qu'elle prit d'une main, le souleva de l'autre, et se mit à danser avec, rigolant joyeusement, recréant ainsi à merveille leurs souvenirs d'enfants.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
04. Deck the rooftop Empty
MessageSujet: Re: 04. Deck the rooftop   04. Deck the rooftop Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

04. Deck the rooftop

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 4
-