Choriste du mois


Partagez | 
 

 04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Brittany S. Pierce
MODO ; Don't worry, be happy !
Age : 26 ans
Occupation : Gérante et professeur de Duo Dance
Humeur : Excitée
Statut : Célibataire
Etoiles : 7835

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Happy - Pharrell Williams
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers  Empty
MessageSujet: 04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers    04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers  EmptyVen 22 Juin - 12:37

Comme elle pouvait être nulle et misérable. Ô comme ils avaient bien raison tous ses détracteurs, de se moquer d’elle, de ne pas la croire capable d’un quelconque éclat de brillance. Nul doute qu’ils s’amuseraient bien de sa situation, qu’ils en seraient heureux, et qu’elle désappointerait, encore un peu plus, ses amis, qui comptaient tant sur elle, à commencer par Quinn. Oh, Quinnie ! Comme elle allait lui en vouloir, la détester. Des semaines d’efforts et de préparations minutieuses, réduites à néant. Et elles avaient si bien faits ! Brittany n’avait quasiment jamais été aussi heureuse de préparer un duo… Mais il avait fallu qu’elle gâche tout, encore une fois.

Se recroquevillant encore un peu plus sur elle-même, Brittany resserra sa couette autour de son corps tremblant, s’entortillant dans la douceur et la chaleur de la couverture, dans l’absurde espoir qu’elles repoussent l’inévitable. Ridicule illusion : l’interphone avait sonné quelques minutes auparavant, et après qu’elle se soit traînée (dans une belle imitation d’un monstre gluant tout droit tiré des films de Hayao Miyazaki) jusque dans le couloir pour ouvrir les portes du rez-de-chaussée d’une pression sur une touche (sans un mot à Quinnie) et laisser sa porte d’entrée entrouverte, elle était revenue dans son lit en sachant pertinemment que son amie arriverait sous peu...
Son nom résonna dans le couloir.
Bon, bah, maintenant alors.

Elle poussa un espèce de mugissement non identifié, sans savoir s’il serait assez puissant pour indiquer à Quinn où la trouver. Elle dut se racler la gorge et tenter de retrouver son souffle après ce maigre essai. Mais la jeune mère était assez maline pour que, n’ayant pas été accueillie par une étreinte étouffante sur le seuil (le rituel immuable pour tout ami entrant dans cette demeure), elle se dirigea aussitôt vers sa chambre. Lorsque la porte s’ouvrit, Brittany hésita. Mais lorsque son amie prit la parole, la tension qu’elle reconnut dans sa voix la força à se bouger. Quitte à être une partenaire haïssable, autant être une partenaire franche.

Le monticule de couvertures sous lequel elle s’était enfouie se redressa finalement en un mouvement inquiétant. Son visage pâle et ravagé par les larmes apparut finalement dans l’entrebâillement de ses étoffes protectrices. Elle jeta un regard misérable à celle qu’elle trahissait de manière si indigne. « Winn… » gémit-elle. « Je suis désolée… Plus de voâ. » réussit-elle à expliquer avant d’exploser dans une quinte de toux pour avoir forcé.

Mais comment en était-elle arrivée là ?! Comment, alors qu’elles devaient se produire dans quelques heures au festival le plus grandiose que Lima ait jamais organisé, avait-elle pu se retrouver aphone ?! Quelle honte, mais quelle honte. Et tout ça, mesdames et messieurs, c’était la faute d’exercices vocaux mal maîtrisés, de la pluie infernale de la veille, du froid de ce mois pourri de février, de ses chaussures trouées, de ses chaussettes trempées, de son parapluie cassé, et du concert auquel elle avait assisté avec un ami et durant lequel il avait fallu crier comme des fous pour s’entendre. Quand on avait la poisse d’une Pierce-Holcomb, on ferait mieux de rester chez soi jusqu’à ce qu’une amie aussi remarquable et mature que Quinn vienne vous en tirer pour vous amener à bon port. Mais non, parce que quand on est une Pierce-Holcomb, on est trop bête pour suivre des règles de vies aussi simples.

« Pardon ‘Winnie. » gémit-elle lorsque sa toux se fut calmée, des larmes coulant librement sur ses joues blanches. Elle était tout aussi misérable qu'elle en avait l'air.


Dernière édition par Brittany Pierce-Holcomb le Sam 15 Déc - 16:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylan Brentwood
ADMIN ; when things don't go right, go left.
Age : Twenty yo
Occupation : Etudiante (freshman) - Tient un blog
Humeur : Bonne
Statut : Le célibat... what else ?
Etoiles : 5730

Piece of Me
Chanson préférée du moment : talk talk - it's my life
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
ADMIN ; when things don't go right, go left.
04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers  Empty
MessageSujet: Re: 04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers    04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers  EmptyDim 8 Juil - 15:01

C’était le grand jour. De nombreuses heures de répétition avaient été nécessaires pour mettre au point la prestation que Brittany et Quinn devaient défendre sur scène un peu plus tard dans la soirée, à l’occasion du festival de musique. Ravies de partager un duo ensemble, les deux blondes avaient mis tout leur cœur à l’ouvrage. Mais conscientes que leurs prouesses vocales étaient plus que limitées, elles avaient décidé de mettre l’accent sur leur point fort : la danse. Aussi, elles avaient opté pour une chanson qui ne présentait pas de difficultés majeures au niveau de la rythmique, mais qui leur permettrait d’assurer le show. C’était ainsi que « Where have you been ? » de Rihanna avait remporté tous les suffrages : des paroles répétitives et faciles à retenir – même pour la mémoire défaillante de Brittany – ainsi que de longs passages non chantés, consacrés à une chorégraphie très élaborée, dont les détails étaient réglés au millimètre près.

Les deux amies de lycée s’étaient astreintes à une discipline de fer : deux soirs par semaine elles s’étaient retrouvées, tantôt chez l’une, tantôt chez l’autre, pour préparer ce duo et mettre toutes les chances de réussite de leur côté. L’enjeu était avant tout collectif, car les Urban Hymns devaient prouver à leurs concurrents qu’ils étaient les meilleurs, mais cette prestation revêtait également un intérêt plus personnel. Car si Brittany et Quinn parvenaient à convaincre le public, Finn leur avait promis qu’elles seraient mises en avant lors des Sectionals. Motivées et fortes de leur complicité, les deux blondes ne comptaient pas laisser passer une telle opportunité, elles qui s’étaient retrouvées bien souvent en retrait, lors des compétitions de lycée des New Directions.

Comme convenu, Quinn devait se rendre chez Brittany en milieu d’après-midi, pour fignoler les derniers détails avant la grande représentation de la soirée. Elle tapa plusieurs fois à la porte d’entrée, mais personne ne vint l’accueillir. Haussant les épaules, la jeune femme pénétra dans l’appartement, en supposant que son acolyte ne l’avait pas entendue. Mais après avoir fait quelques pas, Quinn fut assaillie d’un mauvais pressentiment. Le calme qui régnait dans le loft de son amie ne laissait rien présager de bon. D’ordinaire, Brittany lui aurait littéralement sauté au cou. Cette dernière ne se trouvait ni dans le salon, ni dans la cuisine, et à en juger par l’absence d’écoulement d’eau, elle ne devait pas être non plus sous sa douche. « Brittany ? » se hasarda à appeler Quinn, d’une voix qui trahissait son inquiétude. Pour toute réponse, une espèce de beuglement rauque s’éleva, en provenance de la chambre à coucher.

De plus en plus soucieuse, l’étudiante en criminologie se dirigea vers la source du bruit, en se demandant dans quel état elle allait trouver son amie. Etait-elle souffrante, était-elle ivre ? Etait-elle paralysée par le stress à cause de l’imminence de leur prestation ? En entrant dans la pièce, ce que découvrit Quinn la laissa sans voix. Le lit de Brittany était recouvert d’un amas de couvertures, toutes plus épaisses les unes que les autres, si bien qu’on avait du mal à distinguer les courbes de la silhouette qu’il abritait. La jeune femme finit par se redresser, péniblement, et dévoila un visage terreux et méconnaissable. Ses traits étaient déformés par la fatigue, et ses yeux étaient bordés de larmes. « Britt, qu’est ce qui se passe ? Tu ne te sens pas bien ? » s’alarma la jeune mère, en se précipitant au chevet de son amie.

Entre deux quintes de toux, cette dernière lui intima qu’elle n’avait plus de voix, et demandait pardon à son interlocutrice. Quinn l’observa avec compassion, et dégagea quelques mèches collées au front de Brittany, à cause de la sueur, avant d’y poser la paume de sa main. Elle était brûlante. « Tu as appelé un médecin, j’espère ? » s’enquit-elle, d’une voix plus autoritaire qu’elle ne l’aurait voulu. En entendant le ton sur lequel elle avait posé cette question, on aurait pu penser qu’elle en voulait à Brittany de lui faire faux bond au dernier moment. Pourtant, ce n’était absolument pas le cas. Le duo et la compétition étaient très loin des préoccupations de Quinn, à cet instant précis. Tout ce qui lui importait, c’était l’état de santé de son amie, et son rétablissement. Mais elle connaissait Brittany, et elle savait que dans ses moments de faiblesse, elle avait besoin d’être assistée, comme une enfant. « Ne pleures pas Britt, ce n’est pas grave. Repose toi, je suis là maintenant, et je vais m’occuper de toi. » poursuivit Quinn, en se déridant quelque peu, visiblement attendrie par les larmes de son amie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brittany S. Pierce
MODO ; Don't worry, be happy !
Age : 26 ans
Occupation : Gérante et professeur de Duo Dance
Humeur : Excitée
Statut : Célibataire
Etoiles : 7835

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Happy - Pharrell Williams
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers  Empty
MessageSujet: Re: 04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers    04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers  EmptyMar 17 Juil - 12:14

Après avoir tout donné dans leurs multiples répétitions et réunions au sommet, il n’y avait rien d’étonnant à ce que le corps de Brittany ait fini par craquer le jour même de leur représentation. A vrai dire, ce qui était surprenant c’est que cela ne lui soit jamais arrivé auparavant. Durant sa scolarité, sa mère avait toujours veillé sur sa santé avec l’exigence d’un coach sportif et, à New York, travailler et vivre avec des danseurs professionnels lui avait assuré un rythme de vie relativement sain. Laissez-la vivre seule et voyez ce qui arrive… C’est sa lucidité quant à cette culpabilité qui rendait Brittany si malheureuse, comme si elle avait besoin de cela pour l’enfoncer un peu plus, dans son état actuel.

Fixant Quinn avec des yeux de chiens battus, elle renifla misérablement pour tenter de freiner l’écoulement de ses larmes. Elle remua sur le matelas pour atteindre sa table de chevet et y attraper une boite de mouchoirs, qu’elle ramena contre elle avant de dégager ses voies nasales puis de sécher ses larmes. Elle réussit finalement à répondre, laborieusement : « Ai pas appelé… pas sûre de pouvoir ‘éléphoner. » D'un geste maladroit, elle jeta son mouchoir usé dans un coin de sa chambre, où d'autres kleenex jonchaient le sol autour de la poubelle.

Contrairement à ce qu’elle craignait, Quinn ne semblait pas dévastée à l’idée qu’elles ne puissent pas réussir leur représentation comme elles l’auraient souhaité. Depuis qu’elle s’était réveillée dans cet état lamentable, Brittany n’avait cessé de s’imaginer les réactions de sa partenaire. Le tableau s’était bien entendu assombri au fil des heures, tant et si bien qu’elle en était venue à se convaincre que Quinn la dévorerait toute crue après lui avoir passé un savon à la Sylvester. C’était sans compter sur l’instinct maternel développé de la jeune femme. A force d’être la seule à ne pas avoir d’enfant dans leur trio du lycée, Brittany en venait parfois à oublier combien la maternité avait métamorphoser ses meilleures amies. Et honnêtement, aujourd’hui, elle était loin, très loin, de s’en plaindre !

Intérieurement soulagée de pouvoir compter sur son amie pour prendre soin d’elle, mais néanmoins honteuse d’être aussi dépendante d’elle, Brittany précisa : « Mais ‘ai pris des ‘édicaments ! » Elle tendit un index vers sa table de chevet, où un tube d’aspirine se battait en duel avec des bonbons au miel près d’un verre d’eau vide. Oui, son armoire à pharmacie laissait quelque peu à désirer, certes, mais il valait toujours mieux éviter de sortir la grosse artillerie sans surveillance avec elle, vous comprenez…

Resserrant un peu plus les couvertures autour d’elle après avoir été parcourue d’un frisson désagréable, Brittany revint à la charge, déterminée à remplir sa part du contrat envers et contre tout. Elle ne laisserait pas tomber son amie après tous leurs efforts. Que Quinn lui pardonne aussi facilement ne pouvait que renforcer sa volonté de ne pas lui faire défaut. « Je peux danser, ‘u sais. » Elle avait déjà dansé avec de la fièvre à New York, elle s’en savait capable. Elle resterait alitée deux fois plus longtemps, mais cela importait peu, tant que ses engagements étaient tenus. « Chanter aussi, avec ‘eaucoup de miel, si tu te charges des notes hautes. » Ponctuant cette brave déclaration d’une légère quinte de toux, elle fixa malgré tout Quinn pour l'assurer de sa détermination.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylan Brentwood
ADMIN ; when things don't go right, go left.
Age : Twenty yo
Occupation : Etudiante (freshman) - Tient un blog
Humeur : Bonne
Statut : Le célibat... what else ?
Etoiles : 5730

Piece of Me
Chanson préférée du moment : talk talk - it's my life
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
ADMIN ; when things don't go right, go left.
04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers  Empty
MessageSujet: Re: 04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers    04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers  EmptyVen 27 Juil - 19:03

D’aucuns diront que Brittany n’était pas une personne digne de confiance. Que son esprit léger faisait d’elle l’archétype même de la blonde superficielle et écervelée. Ou encore, qu’elle était imprévisible et par conséquent, que l’on ne pouvait pas compter sur elle. Ce genre de quolibets, tous plus blessants les uns que les autres, Quinn les entendait depuis des années. Si Brittany ne semblait pas s’offenser d’être la cible d’autant de railleries, l’étudiante en criminologie avait en revanche beaucoup de mal à rester calme, lorsque de tels balivernes arrivaient jusqu’à ses oreilles. Elle se souvenait de la conversation qu’elle avait surpris quelques semaines plus tôt, après un entraînement, dans les vestiaires des Cheerios. Certaines filles avaient ouvertement remis en cause les compétences de l’assistante de leur coach, et en plus de leur donner des heures de colle, Quinn leur avait passé le savon de l’année.

Les gens avaient cette fâcheuse tendance à coller une étiquette aux autres, trop rapidement, et d’émettre des jugements sans fondements. Alors oui, on pouvait reprocher beaucoup de choses à Brittany – son manque de discernement et sa puérilité arrivaient sans doute en tête de liste – mais elle était une personne de confiance et sur laquelle on pouvait compter. Affirmer le contraire, c’était mal la connaître. Elle répondait toujours présente, pour tous ceux qui avaient la chance de faire partie de ses amis, et ils étaient nombreux. La culpabilité qui écrasait la blonde sous son poids ne pouvait en être une meilleure illustration. Car avant de se préoccuper de son état de santé, Brittany s’inquiétait de faire faux bond à Quinn, puisqu’elle n’était pas en état de se produire sur scène.

La jeune mère observait son amie avec beaucoup de compassion. L’idée qu’elle puisse se rendre malade – plus qu’elle ne l’était déjà – à cause d’un festival de musique dérisoire lui était insupportable. « Je vais appeler le médecin. Tu ne peux pas continuer à te soigner seulement avec de l’aspirine et des bonbons au miel. Tu ne vas jamais guérir, de cette manière ». Quinn en savait quelque chose : depuis qu’elle était enceinte, le recours aux médicaments lui était formellement déconseillé. Elle avait été contrainte de soigner son angine attrapée à Noël avec des cachets de paracétamol, et le moins que le puisse dire, c’était que le traitement n’avait pas montré de grande efficacité, faisant traîner sa convalescence en longueur.

Malgré son état de fébrilité flagrant, Brittany semblait déterminée à honorer sa part du marché. Peut être que la gentillesse dont Quinn faisait preuve à son encontre la motivait davantage, pour assurer leur show. Aussi, de sa voix enrouée, elle affirma à son interlocutrice qu’elle était capable de danser, voire de pousser la chansonnette, si Quinn se chargeait toutefois des notes les plus hautes. A ces mots, les lèvres de cette dernière s’étirèrent en un petit sourire. Brittany était vraiment la personne la plus candide qu’elle connaissait. « On va attendre de voir ce que dira le médecin, d’accord ? S’il estime que tu peux monter sur scène, alors on essayera de trouver une solution de dernière minute, pour éviter que tu ne forces trop. » répondit-elle, sans se départir de son sourire. Certes, l’étudiante en criminologie avait vraiment envie de se produire au festival de musique. Ne serait-ce que pour se dire que toutes les heures de répétition nécessaire à l’élaboration de leur numéro n’étaient pas du temps perdu. Mais pas au péril de la santé de sa partenaire : si Brittany devait rester aphone ou alitée à la suite de leur représentation, le jeu n’en valait pas la chandelle.

Quinn se redressa, et se baissa pour ramasser les nombreux mouchoirs qui jonchaient le carrelage de la chambre de son hôte. Puis, elle attrapa le verre d’eau qui se trouvait sur la table de chevet. « Je vais téléphoner au médecin. J’espère qu’il pourra venir chez toi assez rapidement. On a de la chance, nous avons quelques heures devant nous avant de devoir monter sur scène. » constata la blonde, en lançant un rapide regard à sa montre. « Repose toi. Je vais te ramener un paquet de mouchoirs propres et préparer un peu de thé. » Quinn déposa un baiser sur le front de Brittany, avant de disparaître dans le couloir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brittany S. Pierce
MODO ; Don't worry, be happy !
Age : 26 ans
Occupation : Gérante et professeur de Duo Dance
Humeur : Excitée
Statut : Célibataire
Etoiles : 7835

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Happy - Pharrell Williams
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers  Empty
MessageSujet: Re: 04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers    04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers  EmptyMer 1 Aoû - 16:34

Même avec toute la bonne volonté du monde, Brittany n’avait pas assez d’énergie et d’enthousiasme pour contredire Quinn. Celle-ci avait toujours assuré la position de leader au lycée puis d’adulte mature (notamment grâce à la maternité), ce qui faisait de ses décisions des commandements quasi inébranlables aux yeux de Brit’. Rares étaient les sujets sur lesquels elle se permettait de s’opposer à son amie (elle n’en voyait que deux : la danse et Santana). Dans son état actuel, ce n’était même pas la peine d’y penser. Elle émit donc un vague geignement approbateur lorsqu’il fut décidé qu’un avis médical était de rigueur. Ce n’est pas comme si elle devait se soucier des frais supplémentaires pour faire venir un médecin chez elle au pied levé. Si cela lui permettait d’être remise sur pieds pour réaliser sa prestation, elle pouvait bien sacrifier quelques dizaines de dollars.

« D’accord. » souffla-t-elle. « Si tu ‘enses que c’est ‘ieux. »
Apaisée par le sourire sincère qui lui était adressé, elle se laissa aller contre ses oreillers, lovée dans les couvertures. La chaleur et le confort de son lit apaisaient légèrement la gêne qui semblait résider dans l’ensemble de ses voies respiratoires. Ils n’empêchèrent pas pour autant la quinte de toux dont elle fut saisie, entre deux phrases de Quinn. Brittany rouvrit les yeux pour observer cette dernière. Elle hocha la tête, heureuse de laisser son amie se charger des détails techniques.

Un sourire aux lèvres après que Quinn ait déposé un baiser sur son front, elle s’assoupit brièvement et ne remua qu’en entendant sa porte se rouvrir. Son amie rentra avec un plateau. Elle se redressa, se dandinant tel un vers, enroulée dans ses couvertures. Elle s’adossa à la tête de lit et accepta la tasse de thé qui lui était offerte, sortant difficilement ses bras de leur emballage. Les yeux fermés, elle savoura la boisson chaude et sucrée, à petites gorgées. La gêne qui accompagnait chacune de ses déglutitions diminua temporairement. Soulagée, elle leva un regard reconnaissant sur sa meilleure amie. « Merci. Tu es vraiment une ‘onne mère. » souligna-t-elle avec un sourire tout aussi malicieux que sincère. Brittany n’avait jamais eu à se plaindre de sa propre famille (jusqu’à ce que certains choix personnels les divisent), et Quinn lui rappelait beaucoup la façon dont sa mère prenait soin d’elle lorsqu’elle était enfant (à l’adolescence, ce côté protecteur s’était effacé et Brittany avait été plus souvent laissée livrée à elle-même au profit de sa sœur, non pas qu’elle en ait jamais conçu une quelconque rancœur).

« Beth a de la chance, elle deviendra quelqu’un de ‘ien, et sa ‘tite sœur ou son ‘tit frère aussi, je suis sûre. » Elle prit une nouvelle gorgée pour apaiser sa gorge irritée. « Tout va ‘ien pour vous ? » demanda-t-elle, désireuse de se tenir au courant du bien-être de la famille Evans(-Puckerman) et de l'avancée de la grossesse de Quinn. Elle laissa de côté sa tasse le temps d'attraper un mouchoir et de ponctuer sa question d'un bruit de trompette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylan Brentwood
ADMIN ; when things don't go right, go left.
Age : Twenty yo
Occupation : Etudiante (freshman) - Tient un blog
Humeur : Bonne
Statut : Le célibat... what else ?
Etoiles : 5730

Piece of Me
Chanson préférée du moment : talk talk - it's my life
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
ADMIN ; when things don't go right, go left.
04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers  Empty
MessageSujet: Re: 04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers    04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers  EmptyDim 7 Oct - 15:50

Après avoir raccroché avec le médecin, Quinn s'était dirigée dans la cuisine, et s'était affairée à préparer du thé chaud pour Brittany. Son regard s'était attardé durant quelques secondes sur l'immense baie vitrée de l'appartement, qui offrait une vue imprenable sur la ville. Un épais brouillard cotonneux enveloppait les confins de Lima, dissimulant les collines à l'horizon. La jeune femme arqua un sourcil ; elle avait du mal à croire qu'un soleil radieux brillait le matin même. Plus que jamais, sa représentation sur scène semblait comprise. Même si par un heureux hasard, l'état de santé de son acolyte s'améliorait et leur permettait d'assurer le show, les caprices de la météo compromettaient dangereusement le maintien du festival de printemps. Et pour cause : venue de nulle part, une tempête de neige d'une rare intensité était sur le point de s'abattre, et de surprendre les habitants.

Quinn, qui s'inquiétait davantage pour son amie malade que pour leur petit numéro, ne tarda pas à la rejoindre dans la chambre, les bras chargés d'un plateau contenant deux tasses de thé, d'où s'échappait un mince filet de fumée, ainsi qu'une assiette de biscuits secs. Brittany se redressa péniblement pour siroter sa boisson, et prendre sa collation. L'étudiante en criminologie l'imita, profitant pour jeter un rapide coup d'œil à sa montre. Il était dix-sept heures passées, le moment de la journée où la circulation en ville était la plus dense. Les chances pour que le médecin vienne examiner Brittany et lui prescrive un traitement de choc dans des délais raisonnables étaient en train de fondre comme neige au soleil... quand soudain la voix éraillée de sa partenaire d'infortune brisa le silence. Elle remerciait Quinn, et lui intima qu'elle était une bonne mère. A ces mots, cette dernière esquissa un sourire reconnaissant, avant de baisser les yeux. Elle ne doutait pas de la sincérité de Brittany, mais elle commettait une grave erreur de jugement. Une bonne mère n'aurait jamais abandonné son enfant à la naissance. Même si désormais Beth faisait partie intégrante de sa vie, il ne se passait pas un seul jour sans qu'elle ne regrette sa décision, et sans qu'un sentiment de culpabilité ne vienne la tirailler. Par sa faute, sa fille avait souffert du décès de Shelby, et avait passé plusieurs mois dans un orphelinat, où elle n'avait fait que se replier sur elle même. Non, définitivement, Quinn n'était pas une bonne mère. Mais elle faisait en sorte de s'amender, et d'apprendre à vivre avec les démons de son passé.

"C'est gentil Britt. Je fais ce que je peux pour rendre Beth heureuse, mais ce n'est pas toujours évident" se contenta-t-elle de répondre sur un ton faussement détaché, avant de poser sa tasse de thé vide sur le plateau. "J'attends un petit garçon. Je pensais te l'avoir dit..." En effet, Quinn avait découvert le sexe de son bébé plusieurs semaines auparavant mais de toute évidence, elle avait omis d'annoncer la nouvelle à Brittany. Il n'y avait rien d'étonnant à ce que cette dernière se soit imaginé une Quinn hystérique, lui passant le savon du siècle pour être clouée au lit, et l'accuser de l'empêcher de se produire sur scène. L'étudiante en criminologie se rendait compte qu'elle n'avait jamais manifesté le moindre attachement envers son amie de lycée, se contentant de la reprendre sans ménagement lorsque des inepties sortaient de sa bouche. Pourtant, l'amitié qu'elle nourrissait à l'encontre de Brittany était profonde et sincère. Elle avait juste oublié de lui montrer depuis des années. "Tout le monde va bien. Sam va bientôt avoir une promotion, et moi, j'essaye de concilier mes études avec le travail, et les répétitions de la chorale. C'est difficile, et ça ne me laisse que peu d'occasion de voir mes amis. Une chance qu'on ait préparé ce duo ensemble, ça m'a permis de passer du temps en ta compagnie, et ça m'avait manqué". Elle attrapa la main de Brittany et la serra dans la sienne, avant de lui adresser un sourire amical. Quinn était bien décidée à profiter du temps qui lui était imparti avant l'arrivée du médecin, pour échanger encore un peu avec sa vieille amie. Ce qu'elle ignorait, c'était que du temps, elle allait en avoir, et à revendre : non seulement, le médecin n'allait jamais se présenter à l'appartement, mais en plus, les importantes chutes de neige allaient contraindre la jeune femme enceinte à rester confinée chez Brittany jusqu'au lendemain matin, pour éviter tout risque inconsidéré d'accident.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brittany S. Pierce
MODO ; Don't worry, be happy !
Age : 26 ans
Occupation : Gérante et professeur de Duo Dance
Humeur : Excitée
Statut : Célibataire
Etoiles : 7835

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Happy - Pharrell Williams
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers  Empty
MessageSujet: Re: 04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers    04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers  EmptyVen 12 Oct - 21:40

Dans un élan de grande sensibilité et de philosophie Brittanienne, la jeune femme haussa les épaules et remarqua : « Personne ne peut être heureux tout le temps et ce qui est arrivé à Beth, si jeune, c’est triste… mais tu veux ce qui est le mieux pour elle, tu as toujours voulu ce qu’il y a de mieux pour elle, et tu fais ce qu’il faut, jour après jour. Tu es une bonne mère, Quinn. » C’était une déclaration, simple et sans hésitation, comme énoncer un fait inébranlable.

Les mains collées aux parois chaudes de sa tasse de thé, Brittany cherchait un peu de réconfort et de répit dans cette collation soigneusement préparée par son amie. Malheureusement, l’effet apaisant de la boisson chaude et sucrée n’était que très éphémère. C’était toujours bon à prendre malgré tout. Selon toute vraisemblance, son rhume ne tarderait probablement pas à se saisir de ses sinus, embrumant d’autant plus ses pauvres petites facultés mentales. En l’occurrence, il lui fallut quelques secondes pour réagir à la déclaration de Quinn et redresser la tête avec un sourire. « Oh, vraiment ? Toutes mes félicitations ! Ça fera un copain de jeu pour Liam, c’est super ! Et un petit frère pour Beth, je suis sûre qu’il la fera sourire et qu’elle s’occupera bien de lui… » s’imagina-t-elle, les yeux pétillants, un sourire aux lèvres. Maintenant qu’elle connaissait le sexe du futur petit Evans, il lui faudrait chercher un (ou des, plutôt des, d’ailleurs : réputation de veuve millionnaire à préserver et amies à gâter , tout ça…) cadeau approprié pour le grand jour. Il lui faudrait bien tout ce temps pour trouver quelque chose digne de l’occasion.

« Moi aussi, ça m’avait manqué Quinn. » assura Brittany. « Il faudrait vraiment qu’on se fasse un dîner ensemble, ça fait aussi très longtemps que je n’ai pas vu Sam ! Sans compter que j’ai des promesses à tenir à Beth, il faut vraiment que je lui montre ma collection de licornes… » Elle aurait volontiers babillé longuement sur le sujet, malheureusement son larynx n’était pas du même avis et sa voix, déjà peu coopérative, se transforma bientôt en une nouvelle quinte de toux sous le coup de l’irritation. Elle tendit alors sa tasse – vide, bien heureusement – à Quinn pour éviter de la lâcher sur ses draps et se tapota la poitrine en une vaine tentative d’apaiser ses toussotements.

Lorsque sa respiration se fut enfin apaisée, elle esquissa un sourire contrit à Quinn, les joues rougies par son agitation et son inconfort. Elle laissa son regard dérivé par la fenêtre tandis qu’elle se concentrait sur sa respiration (difficile avec un nez bouché et une gorge irritée). Ce qu’elle y vit la fit soudainement cligner des yeux. « C’est… c’est de la neige ? Quinn, il neige ! » souligna-t-elle, aussi ébahie qu’émerveillée. Elle adorait le spectacle de la neige mais ne s’y était vraiment pas attendue ce jour-là. Pourtant, elle avait fait attention à la météo en prévision de leur spectacle ! C’était d’autant plus étonnant que les quelques flocons se transformaient peu à peu en rafales de cordes blanches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers  Empty
MessageSujet: Re: 04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers    04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

04. [Pierce-Holcomb's] Even the best singers can be losers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 4
-