Choriste du mois


Partagez | 
 

 04. Music can create a misunderstanding

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ruby Caldwell
« You just see the surface »
Age : 25 ans
Occupation : Jeune entrepreneur , Membre des Awesome Voices
Humeur : Vivante
Statut : En couple avec Ryder Crawford
Etoiles : 3260

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Try - P!nk
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
« You just see the surface »
04. Music can create a misunderstanding Empty
MessageSujet: 04. Music can create a misunderstanding   04. Music can create a misunderstanding EmptyMer 4 Juil - 17:28

Le festival de musique. L'événement immanquable du mois de mars, qui se préparait activement sous le regard lumineux de tous les habitants de Lima. Qui aurait cru qu'un jour cette petite ville de l'Ohio ferait l'objet d'une effervescence de rayon presque international? Sûrement personne, et encore moins Ruby qui pensait être destinée à se produire sur la scène du Piano Bar pour le restant de ses jours. Beyoncé, Lady Gaga, Adèle... autant de célébrités de renommée internationale que la jeune brunette allait enfin être amenée à rencontrer, désormais certaine de partager l'espace consacré habituellement aux artistes de leur rang. Rien que de s'imaginer cet instant, les yeux de la choriste se remplissaient d'étoiles étincelantes qu'elle espérait pouvoir retrouver dans ceux du public quand il l'entendrait chanter. C'était une occasion en or de faire reconnaître son talent et d'imposer sa passion à ceux qui doutaient encore d'elle. Rachel Berry était au cœur de ce projet. Elle était de loin la mieux placée pour pousser de jeune musiciens sur le devant de la scène, étant elle-même un exemple de réussite, et de plus originaire du pays. Impossible de comprendre comment elle avait pu persuader la mairesse Sylvester de laisser les ''loosers'' participer à ce festival. Mais pour Ruby, seul importait sa contribution à cette grande fête. Les raisons passaient après. Consciente de sa chance, elle repensait bien évidemment à Bryan Ryan à qui elle devait sa place. Jamais elle n'aurait pensé lui être aussi reconnaissante pour le choix qu'il avait fait. Lorsqu'il lui avait déclaré qu'elle serait l'une des participantes au festival pour représenter sa chorale, elle s'était figée et avait hoché la tête sans même comprendre ce qui l'attendait. La panique et la peur de ne pas être à la hauteur de ses attentes et de celles de ses camarades tout aussi talentueux et méritants avaient pris la place de tous ses autres sentiments. Puis une motivation sans limite remplaça son affolement. La jeune femme était prête à tout pour rendre aux Awesome Voices l'honneur qui leur était dû. L'idée que les chanteurs amateurs de la ville se produisent aux côtés d'icônes de la musique semblait tout de même presque grotesque, et il allait falloir travailler très dur pour tenter d'égaler, ou tout du moins se rapprocher de leur niveau. D'autant plus qu'à la clé se trouvait une récompense bien plus importante que le reste: un rôle majeur pour les Sectionals qui approchaient à grand pas. La concurrence entre les différentes chorales allait alors être bien plus intense que pendant ces derniers mois. Il était temps de jouer dans la cour des grands.

Ruby se trouvait déjà dans le quartier général des Awesome Voices à faire les cent pas, l'esprit bien occupé, en attendant que Wyatt la rejoigne. Si son assurance pour l'événement qui arrivait était aussi forte, c'était sans doute parce qu'elle n'allait pas être seule devant la foule, mais accompagnée d'un partenaire de duo. Telles étaient les conditions imposées pour la participation au festival. Elle se rappelait l'instant où son coach vocal avait annoncé les noms des binômes. Sur le coup, elle n'avait pas vraiment su quoi penser de la décision de l'associer à Wyatt, autrement que le hasard faisait peut-être bien les choses. Voilà qui était une nouvelle opportunité de se racheter suite à la sortie cinéma qui ne s'était pas forcément passée comme elle l'avait prévue. Depuis ce rendez-vous, la brunette avait espéré passer à nouveau du temps avec son camarade, décidée cette fois à montrer le meilleur d'elle même sans avoir besoin de passer d'abord par la case malaise. Les réunir dans ces circonstances était parfait. C'était dans la musique que la jeune femme s'était trouvé une identité, qu'elle pouvait dévoiler pleinement sa personnalité et le tout sans craindre de voir resurgir sa gêne. En toute logique, rien ne devrait perturber son comportement. Pourtant, impossible d'oublier cette soirée. Peut-être qu'à sa suite, il ne désirait plus se retrouver seul en sa compagnie, craignant de devoir à nouveau faire face aux crises de l'étudiante - ce qui était tout à fait compréhensible. Même si elle se persuadait que tout se passerait bien, une once de doutes subsistait. Mais il y avait aussi les réactions que le jeune homme avait eu lorsqu'elle répondait à ses innombrables questions plutôt ambiguës et les compliments qu'il lui avait faits. Aucun doute, ce Wyatt était particulièrement intriguant et il était finalement impossible de prévoir quoi que ce soit.

Toujours seule, elle fouilla dans sa poche pour en sortir une petit rectangle jaune. Son iPod en mains, elle fit défiler la liste de ses chansons dans l'espoir de trouver la perle rare. Puisqu'elle était arrivée quelques minutes en avance, autant profiter du temps qu'il lui restait pour prendre les devants et trouver le morceaux qu'ils allaient interpréter ensemble. Ils n'en avaient pas encore réellement discuté depuis l'annonce de leur duo, ce qui ne faisait qu'accentuer l'impatience de la jeune femme. L'interprétation d'une nouvelle chanson faisait toujours naître en Ruby une étincelle que la musique transformait vite en incendie. Dans le cas où elle partageait cette expérience avec une autre personne, son excitation était multipliée par dix. Cette fois, bien plus qu'une simple collaboration artistique, elle espérait pouvoir profiter du moment qu'ils allaient partager pour faire tomber tous les masques et inverser les rôles qui s'étaient établis lors de leur dernière sortie afin de connaître à son tour le vrai visage de Wyatt. Le directeur de chorale avait décidément très bien choisi les partenaires de duo. Le fait qu'ils se soient déjà côtoyés allait sûrement apporter une certaine complicité qui est toujours recherchée dans ce genre de compétition. Il suffirait d'un simple jeu de regard pour augmenter leurs chances de toucher le public, ce à quoi la choriste veillerait personnellement si le docteur mettait cet aspect de côté. Mais elle avait pleinement confiance en lui et en ses talents qu'elle avait déjà pu apprécier lors de certaines réunions du groupe. D'humeur joviale, la jeune femme fredonnait un air en se baladant un peu partout dans la salle, sautillante. Elle savait où ils en étaient, tout se passerait bien, il n'y avait pas de raison de s'inquiéter, et ils allaient s'imposer le jour J. Interrompue par des bruits de pas, elle se tourna vers la porte d'un mouvement svelte. « Salut! ». Comme à son habitude, Ruby sourit de toutes ses belles dents blanches. Le jeune homme entra dans la pièce de sa démarche que la brunette aurait reconnue entre mille. Elle sentit ses joues rosir, mais contrairement à décembre dernier, de façon bien plus contrôlée et pour de toutes autres raisons. Certes, ils avaient eu l'occasion de se reparler avant ce jour, mais ils n'avaient pas pu se retrouver à nouveau en tête à tête. « Alors, une petite idée de ce qu'on pourrait interpréter? En t'attendant j'ai fouillé un peu mon répertoire mais j'avoue que j'ai rien trouvé de très passionnant. Tu veux qu'on commence à y réfléchir? ».


Dernière édition par Ruby Caldwell le Jeu 26 Juil - 21:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
04. Music can create a misunderstanding Empty
MessageSujet: Re: 04. Music can create a misunderstanding   04. Music can create a misunderstanding EmptyMer 11 Juil - 19:09

Enfin ça allait être sa chance d’être sur le devant de la scène. S’il commençait très clairement à se faire un nom en tant que gynécologue à Lima, ses talents de choristes avaient jusqu’à présent été étouffés dans la salle de répétition des Awesome Voices. Même au gala de charité organisé par sa sœur il avait été des plus discrets laissant sa place à d’autres chanteurs plus expérimentés. Il n’appréciait pas vraiment le dernier rang, mais il savait le tolérer pour donner sa chance à tout le monde. À condition que la compétition soit sans enjeu. Mais cette fois la récompense était terriblement alléchante. Si ce duo lui revenait, il avait toutes ses chances pour être sur le devant de la scène pour les sectionals. Or plus le temps passait et plus Wyatt se prenait d’affection pour cette chorale et son directeur gonflé de fierté et d’ambition. Il réalisait sur le tard un de ses rêves d’adolescent : chanter sur scène. Le lycée et ses règles strictes de popularité des sportifs et de victimisation des artistes avait empêché cette fibre de se développer mais plus sûr de lui que jamais, le jeune homme se lançait corps et âme dans la compétition. Il n’avait jamais perdu, et ne comptait pas commencer maintenant. S’ils devaient l’emporter, il voulait à tout prix faire partie de l’aventure et apporter sa pierre à l’édifice. Il savait qu’il avait une jolie voix, et les dernières sessions n’avaient fait que lui en apprendre davantage en matière de technique et d’émotions. Il répétait en élève appliqué dans une ambiance pas toujours au travail au regard des énergumènes qui hantaient le grand loft qui leur servait de Quartier Général. Ajoutez à cela qu’il n’avait pas négligé de travailler les chorégraphies, préférant malgré tout les danses de salons aux mouvements d’un groupe. Un duo n’aurait pas pu être plus adéquat. Il était on ne peut plus prêt à affronter la scène et les spectateurs venus assister aux concerts des grands noms de la chanson que la mairesse avait réussi à attirer dans ce trou perdu des États-Unis pour une raison ou pour une autre. Lorsque Bryan Ryan avait annoncé son nom, un large sourire de satisfaction avait illuminé le visage parsemé de tâches de rousseur du jeune homme qui avait feint le plus grand naturel en acceptant la proposition dissimulant l’hésitation momentanée qu’il avait ressentie. Tout allait être parfait. Il connaissait Ruby et la savait travailleuse et appliquée. Il allait même pouvoir se servir de leurs répétitions pour l’aider à sortir de sa coquille de grande timide et la faire briller sur scène comme elle le méritait. Doucement, les choses se mettaient en place dans son esprit. Dans l’ascenseur qui le menait au troisième étage, il battait la mesure du titre qu’il avait d’ores et déjà décidé d’imposer à sa partenaire contre la paroi et chantonnait le refrain. «So maybe it’s true...♪» Le tintement de la cloche lui indiquant être arrivé le tira de ses pensées et il pénétra enfin dans la salle de répétition.

Il n’avait pas eu l’occasion de reparler à la jeune femme en tête à tête depuis leur dernier rendez-vous au cinéma qui avait éclairci le malentendu qui s’était installé entre eux. Il était à présent tout à fait clair qu’ils étaient de bons amis dans la même chorale. Même s’il n’avait pas pu éclaircir tout à fait le mystère de cette virginité soupçonnée, sa curiosité avait fini par s’apaiser d’elle-même. En réalité, il avait entre temps eu une autre vierge pour occuper son esprit qui avait achevé de chasser ce genre de considérations. Ses débuts de relation avec Charlie avait occupé le plus clair de son temps libre depuis le nouvel an. Il était bien trop épris d’elle. Il s’en rendait compte, mais ne parvenait pas à mettre un frein à cette avalanche de sentiments tous plus nouveaux que confus. Il se surprenait à penser à elle dans les moments les plus inattendus, n’hésitait pas à l’inviter chez lui plusieurs fois par semaine, et il avait même tenu son idée de chanson de sa relation avec la brunette qui participait elle aussi à cette phase d’échauffement en vue des Sectionals. Cette période de rose bonbon qu’il constatait impuissant avait beau le troubler, il n’avait eu aucun scrupule à en faire usage pour en tirer profit. Wyatt Pillsbury avait beau être amoureux, il n’en perdait pas tout à fait le sens des priorités, et il n’était pas question de s’incliner face à sa moitié. Février approchait, et avec lui, la Saint Valentin. Après les fêtes de Noël ce que les gens attendaient c’était une suite à ce déballage de bons sentiments et de l’amour en veux-tu en voilà, et de toute évidence, le gynécologue venait de se découvrir un très grand potentiel dans ce domaine. Il ne s’était rien passé avec Ruby au final, mais elle n’en restait pas moins une femme, et jolie qui plus est. Lorsqu’ils étaient sortis ensemble pour cette séance d’éclaircissements en salle obscure il ne faisait aucun doute que les gens les voyaient comme un couple et il comptait jouer sur cette corde sensible. Ils avaient beau dégager une image bien distincte, ensemble, ils faisaient mouche. Cette aura d’innocence qu’elle dégageait mise côte à côte avec sa tendre arrogance, Wyatt était persuadé que c’était ce contraste entre eux qui ferait la différence. Ils allaient devenir bien plus qu’un duo pour leurs spectateurs et leurs répétitions ne seraient centrées que sur ça, il en faisait un point d’honneur. Tout sourire en voyant que la jeune femme sautillait d’impatience en l’attendant, cette excitation ne fit que confirmer leurs chances de gagner. Ils avaient visiblement le même enthousiasme pour la compétition. «Ruby.» La pressant tendrement dans ses bras pour la saluer, il poursuivit son chemin pour accrocher sa veste de cuir au porte-manteau à l’angle de la salle. S’adossant au miroir, il la regarda de haut en bas pour apprécier une fois de plus son gabarit et se rendre compte avec plus de précisions de ce que la chorégraphie rudimentaire qu’il avait en tête pourrait donner. «Je vois que tu es aussi motivée que moi pour ce duo, tu m’en vois ravi.» dit-il malicieusement en croisant les bras sur sa poitrine. «Je ne vois pas comment la victoire pourrait nous échapper, n’est-ce pas ?»

Tirant son téléphone de la poche de sa veste, il le déposa à côté de l’ordinateur qui servait de base de donnée pour toutes les répétitions. La musique pouvait encore attendre, il devait d’abord se charger de convaincre Ruby, mais quelque chose lui disait que la tâche ne serait pas particulièrement ardue. «En fait oui, j’ai déjà ma petite idée sur ce que nous pourrions faire.» S’approchant d’elle à nouveau, il la prit par les épaules pour la tourner face au miroir en restant près d’elle dans son dos. «Regarde-nous.» prenant à nouveau le temps de regarder l’harmonie de leur couple. Elle avait à peu près la même stature que Charlie, un peu plus grande peut-être, les cheveux plus foncés et plus longs, un visage plus rond, en bref, elle n’était pas Charlie, mais elle allait tout de même bien dans ses bras. «Une chanson d’amour s’impose.» lâcha-t-il avec tout l’aplomb du monde, un léger sourire aux lèvres, se trouvant idiot de ramener sa petite amie à ce moment. «Les gens aiment les chansons d’amour, les histoires qui finissent bien, ils aiment qu’on leur donne l’image d’un couple parfait.» reprit-il après un temps d’arrêt. «Non ?»
Revenir en haut Aller en bas
Ruby Caldwell
« You just see the surface »
Age : 25 ans
Occupation : Jeune entrepreneur , Membre des Awesome Voices
Humeur : Vivante
Statut : En couple avec Ryder Crawford
Etoiles : 3260

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Try - P!nk
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
« You just see the surface »
04. Music can create a misunderstanding Empty
MessageSujet: Re: 04. Music can create a misunderstanding   04. Music can create a misunderstanding EmptyDim 22 Juil - 23:58

L'excitation de Ruby était très mal dissimulée, et l'on n'avait pas grand peine à remarquer qu'elle se retenait de sautiller sur place comme une enfant qui attend ses cadeaux d'anniversaire. Cet agissement quelque peu puéril se devait d'être masqué, mais à cause de l'effort que cela lui demandait, c'étaient désormais tous ses membres qui tremblaient. Tout en respirant lentement et profondément, elle tenta de calmer ses convulsions avant que Wyatt ne les aperçoive et les interprète à sa manière. Ce duo avait le don de la mettre dans tous ses états. Cette fois, c'était tellement sérieux. La jeune femme n'avait pas le souvenir qu'une chance pareille se soit présentée aux chorales de son lycée lorsqu'elle était encore adolescente. À l'époque, elle ne serait peut-être pas rendue compte de la perche qui lui était tendue pour se lancer dans une carrière artistique, mais maintenant qu'elle avait dépassé la vingtaine, elle comprenait bien que si sa prestation plaisait, un directeur artistique pourrait la contacter pour l'inviter à se joindre au milieu tant apprécié qu'est la chanson. L'idée de devenir un jour célèbre ne lui avait jamais effleuré l'esprit avant aujourd'hui. Bien sûr, ce n'était pas vraiment ce qu'elle voulait. Quitter la vie à peu près tranquille d'étudiante en communication pour se trouver au centre des intérêts de toute la population américaine surpassait largement ses capacités d'encaissement, et imaginer qu'elle serait connue de tous l'effrayait. Adieu alors le privilège d'être ignorée quand elle le voulait que lui offrait son statut d'habitante de Lima. Et puis de toute façon, elle devait redescendre sur terre. Ce festival se passait dans l'Ohio, et pas dans les plus grandes salles de New York ou Los Angeles. La probabilité qu'un producteur de renom se trouve dans l'assemblée était divisée par mille. De plus, le charisme et la voix mélodieuse de Wyatt pourrait très bien faire de l'ombre à Ruby. Elle ôta immédiatement cette pensée de sa tête. Depuis quand voyait-elle dans cet événement l'occasion de développer une concurrence entre les deux membres d'un même groupe? La jeune femme n'avait jamais eu la prétention d'entrer en compétition avec ses camarades, et ce n'était pas aujourd'hui qu'elle allait commencer. Elle adorait Wyatt. C'était peut-être le garçon avec lequel elle estimait avoir le plus d'affinités dans cette chorale, malgré les malentendus sur lesquels était fondée leur relation. D'après elle, tout était réglé et rien ne pouvait empêcher la brunette de profiter de leur amitié. Le choix que Bryan Ryan avait fait de les réunir était une véritable aubaine, Ruby ne pouvait espérer mieux. Cette coopération ne pourrait que renforcer leur lien. Alors qu'elle ignorait ce que le docteur pensait d'elle, elle risquait cette fois de le découvrir.

Après avoir échangé une embrassade qui déboussola la jeune femme pendant deux secondes, elle suivit Wyatt du regard pendant qu'il déposait ses affaires et s'installait contre le miroir qui tapissait l'un des murs. La pièce offre un grand espace vide encadré par des instruments, de façon à pouvoir être libre d'effectuer les chorégraphies. Est-ce que le jeune homme avait prévu de l'utiliser et de montrer un talent de danseur que Ruby ignorait encore? Rien ne lui disait qu'il avait plus d'idées qu'elle à propos de la direction que prendrait leur représentation. Elle s’attarda sur le regard de son ami. Il semblait déterminé, ce qui effaça les doutes qu'avait pu avoir la brunette sur son engouement à partager la scène à ses côtés. Leur équipe semblait être bien partie pour se démarquer. Soudain, elle remarqua que les yeux de Wyatt parcouraient sa silhouette, ce qui valu à la jeune femme de détourner brusquement la tête sur le côté, par pur embarras. Elle avait beau s'être préparée à cela, un simple contact visuel pouvait lui faire perdre pied rien qu'un instant. Se reprenant au plus vite, elle fit mine d'observer tous les instruments avec envie et sa motivation refit aussitôt surface. Quand elle osa fixer à nouveau son camarade, n'importe qui aurait pu comprendre le message qu'elle essayait de faire passer par télépathie, soit « Quand est-ce qu'on commence? ». Il sembla le percevoir, étant donné les paroles qu'il lui adressa. Alors elle se relâcha complètement, faisant tomber le masque si difficile à porter qu'elle s'était efforcée de conserver. Elle secoua vivement les mains. « Si tu savais à quel point! », lança-t-elle aussitôt pour évacuer les émotions qui la submergeaient. Elle se sentait beaucoup mieux désormais, plus calme. Elle lâcha un soupir de soulagement. Il était alors aussi enthousiaste qu'elle, près à tout pour faire de leur duo le grand gagnant de la compétition. Puis, ramenant ses bras derrière son dos et agrippant d'une main son poignet opposé, elle eut un petit sourire en coin. « C'est juste impossible, surtout avec toi comme partenaire. Que rêver de mieux? ». La sincérité avec laquelle elle venait de prononcer ces mots la surpris elle-même, mais elle ne le regrettait pas. Autant qu'il sache la vérité, elle avait trop joué la carte de la comédie auparavant. Comme pour appuyer ses propos, son buste se tordit légèrement et sa tête s'inclina sur le côté. Exactement comme elle le faisait chaque fois qu'un compliment ou une remarque agréable sortait de sa bouche. Preuve de sa franchise. Ses proches ne manquaient pas de lui faire constater cette manie chaque fois qu'elle recommençait, et notamment son meilleur ami. Au départ, cela l'agaçait, mais comme ce tic ne disparaissait pas, elle cessa de se renfrogner et de lutter contre. Après avoir imité Wyatt en croisant ses bras sur sa poitrine, celui-ci parti poser son téléphone près de l'ordinateur qui contenait toutes les chansons possibles et existantes, branché grâce à un réseau de câbles à deux gros amplis. Cela permettait, en l'absence de musiciens, de pouvoir avoir tout de même accès à leur répertoire. Ce geste attisa la curiosité de Ruby, qui s'empressa de rejoindre le gynécologue.

Aux aguets, la réponse qu'elle avait presque devinée ne se fit pas attendre. Voilà qui allait leur faciliter grandement la tâche. Puisque de toute façon, elle n'avait vraiment aucune esquisse de ce qu'ils pourraient faire tous les deux – et se n'était pas faute d'avoir cherché -, toute proposition était bonne à prendre. Elle n'eut pas le temps de questionner son partenaire qu'elle avait déjà fait volte face devant le miroir. La tenant tendrement par les épaules, la jeune femme ne comprit pas tout de suite ce qu'il voulait qu'elle observe, mais ce rapprochement l'intriguait. Elle avait beau regarder, elle ne voyait que le reflet de leurs deux corps. Cherchant alors le regard de Wyatt au dessus d'elle en affichant une mine à la fois interrogatrice et impatiente, l'affirmation qu'il venait d'énoncer la laissa pantoise. Fixant alors à nouveau leur silhouette qui semblait soudain ne faire qu'un dans la glace, elle observa leur position d'un autre œil. Si le mot ''chanson'' n'avait pas été prononcé, elle se serait sans doute mise à rougir jusqu'aux oreilles immédiatement, mais le temps qu'elle comprenne d'où venait cette idée, cela ne se produisit pas. C'était évident, l'image qui leur était renvoyée était celle de jeunes tourtereaux. Elle se souvint alors du cinéma, où les personnes aux alentours les avaient reluqués soit avec un air de jalousie, soit de sympathie. Ce jour-là, tout le monde avait dû s'imaginer que ce n'était pas qu'une petite sortie entre amis, mais plutôt un rendez-vous galant. Ses gestes doux, comme lorsqu'il prenait ses mains pour qu'elle puisse capter toute son attention, avaient sûrement fait mouche. Et là, leur étreinte d'il y quelques minutes, leur proximité actuelle, leur reflet dans le miroir. C'est vrai qu'ensemble, ils formaient vraiment un très beau couple. Ruby resta figée un moment face à cette étonnante constatation. Wyatt, lui, paraissait satisfait. Quant à la brunette, si ses joues ne s'étaient finalement pas décidées à rosir, elle espérait qu'à cette distance du jeune homme, celui ci n'entendrait pas son cœur tambouriner dans sa poitrine. Le sourire qu'il affichait embellissait ses traits. Se rappelant qu'elle était ici pour travailler et non pas pour rêvasser, elle décida de se reprendre et pour cela, de confirmer les dires de son camarade. « C'est vrai que pour le coup, c'est assez flagrant. », dit-elle d'une voix basse qu'elle jugea pourtant un peu plus aiguë que la normale. Wyatt poursuivit alors son argumentation. Tout ce qu'il disait était vrai, elle était de loin la mieux placée pour le savoir. Lors de ses prestations au Piano Bar, elle avait déjà remarqué que le public était davantage attentif aux chansons d'amour. Elle hocha alors la tête et se retourna de façon à faire face au beau roux, tournant ainsi le dos à leur image de couple idéal. « J'imagine que tu as déjà prévu une chanson. Sinon tu n'aurais pas sortit ton portable. ». Elle plissa les paupières en esquissant un petit sourire, avec un air de défi. « Montre moi ce que tu nous as préparé. ».


Dernière édition par Ruby Caldwell le Jeu 26 Juil - 21:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
04. Music can create a misunderstanding Empty
MessageSujet: Re: 04. Music can create a misunderstanding   04. Music can create a misunderstanding EmptyJeu 26 Juil - 11:00

Fixant avec un sourire de satisfaction leur reflet dans le mur de miroirs de la salle de répétition, Wyatt était tout particulièrement fier de sa trouvaille. Il se doutait bien qu’avec un thème comme celui des duos et des festivités dédiées à l’amour, commercial ou non là n’était pas le débat, il ne serait pas le seul à vouloir mettre l’accent sur la dimension de partenaires de cette association. Ça n’avait rien d’une idée de génie, a fortiori lorsqu’on avait déjà goûté aux joies d’un rendez-vous potentiellement galant avec ladite partenaire. Mais il comptait bien être le meilleur à ce petit jeu là. Il avait fait de la séduction un art de vivre, des mots doux une religion. Il connaissait les recoins les plus sombres du cœur des femmes à force de connaître leur corps. Il savait les rassurer, les enjôler, les distraire. Le gynécologue avait beau nier son statut de coureur, il n’en était pas à sa première petite amie, et n’avait jamais renâclé à engager la conversation avec une jolie femme. Ses amis étaient majoritairement du sexe opposé, et les rares hommes qu’il fréquentait avaient le même genre de hobby. Scott faisait office d’exception qui confirme la règle, et c’était sans doute ce qui l’avait éliminé des choix pour la représentation à venir. Qui mieux que lui pouvait charmer un auditoire qui s’annonçait fortement féminin ? Après tout, Bryan l’avait désigné lui, ainsi que le fraîchement débarqué Timothy Ainsworth qui avait tout du beau rebelle ténébreux. Bien que le directeur de la chorale n’eût pas donné la moindre indication à ses chanteurs, que ce soit pour la chanson ou la mise en scène, la direction qu’il imposait subtilement relevait du bon sens. Les Second Chances ne miseraient certainement pas sur leur atout séduction. Les lycéens de Schuester étaient des enfants. Restaient les Urban Hymns, mais ce n’était certainement pas avec Finn Hudson en chef de file qu’ils pouvaient l’emporter dans ce domaine. C’était le domaine de prédilection des Awesome Voices, indubitablement. Or entre le tatoué qui chantait la sérénade à Anna Preston et le gynécologue le plus populaire de la ville, le choix était vite fait. À vrai dire, lorsque Wyatt reconnut le nom du surveillant à son introduction dans le groupe, il manqua de s’étouffer. Voilà donc le genre d’homme qu’il fallait pour apprivoiser cet animal farouche qu’était l’aînée Preston ? Lui vouant intérieurement un grand respect pour avoir réussi à la supporter avant de finalement rompre, la laissant à ses paquets de gâteaux et aux tourments qu’elle pouvait causer dans les escaliers, il ne pouvait que rester dubitatif face à ses choix. Qui pouvait s’enticher d’une peste pareille ? Qu’à cela ne tienne, les goûts et les couleurs ne se discutent pas. Il lui laisserait bien volontiers la partie la plus hystérique du public et gagnerait le cœur du reste. Et avec Rose Kitteridge pour compagnie, il ne doutait pas qu’ils fassent un malheur auprès des détraqué(e)s de la salle. Il avait pour lui la fraîcheur et l’enthousiasme de Ruby, qui s’accorderaient à merveille avec la chanson sur laquelle s’était porté son choix. Ses mots aussi sincères qu’adorables n’avaient fait que le conforter dans sa décision. Ils avaient l’emporter haut la main. Il ne pouvait en être autrement.

Sous le coup de la joie et de la certitude de cette victoire qu’il touchait du bout des doigts, Wyatt ne surveillait plus son langage en présence de la jeune femme et resserra son étreinte sur ses épaules en les pressant avec tendresse. Posant sa main sur ses cheveux bruns, il en caressa la longueur avant d’entortiller une mèche autour de son doigt. Il faudrait les faire boucler, songea-t-il. De grosses boucles qui tomberaient en cascade sur son dos et se balanceraient avec souplesse au rythme de leur chorégraphie. Relâchant son rouleau improvisé, il lui sourit de plus belle dans le miroir. Était-il possible de trouver meilleure image pour porter ce message romantique sucré à souhait que la douce Ruby Caldwell ? Elle était en quelque sorte l’incarnation de tous ces clichés fleur bleue, l’héroïne idéale de tous les romans à l’eau de rose. La jeune fille timide par excellence, manquant cruellement de confiance en elle, mais dont le cœur en or se reflétait dans chacune de ses actions. Elle n’aurait sans doute aucun mal à se glisser dans la peau du rôle féminin qu’il comptait bien lui attribuer. Et elle avait déjà une expérience de la scène et du public dont ils pourraient tirer parti. Elle était parfaite. Mais la pointe d’aigu dans sa voix n’avait pas échappé au médecin. Il avait sans doute était trop brusque avec elle. Ils n’étaient pas exactement amis, malgré l’affinité flagrante entre eux, et son comportement devait lui paraître un peu trop familier pour quelqu’un qu’elle ne connaissait que peu. Il avait tout le temps de l’apprivoiser au cours de leur séance de répétition, et il n’allait pas s’en priver. Pour faire croire à son public qu’ils filaient le parfait amour, il fallait d’abord la séduire elle. Ces petites attentions suffiraient-elles ? Fallait-il être plus explicite ? Probablement pas. Il ne voulait pas la froisser en mettant en cause ses talents d’actrices, mais il voulait que le charme opère entre eux de la manière la plus sincère qui soit. La fixant de ses grands yeux verts, il resta immobile un instant avant de reprendre ses esprits. «Exact. Exact !» Se séparant d’elle pour aller retrouver son téléphone, il fouilla son contenu jusqu’à mettre la main sur le morceau qu’il avait mis un certain temps à trouver du fait de ses maigres connaissances en matière de chansons d’amour. Lançant l’introduction à la guitare, il glissa la télécommande des enceintes dans sa poche puis revint vers elle en étendant la main pour prendre la sienne. «Une objection à Taylor Swift ?» demanda-t-il en souriant alors qu’il l’attirait déjà à lui tandis que les premières mesures résonnaient dans son dos. Plongeant son regard dans le sien alors qu’il esquissait les premiers pas d’un slow, il glissa sa main dans le creux de ses reins pour l’entraîner avec lui plus au centre de la pièce. Il avait laissé passer la première phrase mais rattrapa en cours de route la voix du chanteur en prenant le couplet un ton plus bas de toute la gravité de sa voix profonde. «Hey, you know, this could be something...» souffla-t-il avec un regard amusé. «L’histoire n’est pas très compliquée, et tout est dans le titre. Mais je suis persuadé qu’avec la bonne intonation et la chorégraphie adéquate, le public pourra s’identifier à nous.» La faisant tourner sur elle-même tandis que le refrain était entonné en cœur, il lâcha finalement sa prise sur elle. «Je n’ai jamais vraiment été un expert en matière de chanson d’amour, j’espère que tu pardonneras mon manque d’expérience.» dit-il en joignant ses mains en prière. Faisant subitement demi-tour, le jeune homme se dirigea vers sa veste dont il extrait un papier plié sur lequel il avait imprimé les paroles. «Je n’étais pas sûr que tu la connaisses.» ajouta-t-il en lui tendant la feuille un peu froissée. «J’ai gribouillé un peu partout, et tu ne pourras sans doute rien lire... Je n’ai pas fait médecine pour rien. Ça n’a pas d’importance, ce n’étaient que des idées au passage, j’attends de voir ce que tu as à me proposer.»
Revenir en haut Aller en bas
Ruby Caldwell
« You just see the surface »
Age : 25 ans
Occupation : Jeune entrepreneur , Membre des Awesome Voices
Humeur : Vivante
Statut : En couple avec Ryder Crawford
Etoiles : 3260

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Try - P!nk
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
« You just see the surface »
04. Music can create a misunderstanding Empty
MessageSujet: Re: 04. Music can create a misunderstanding   04. Music can create a misunderstanding EmptyDim 29 Juil - 22:58

Leur reflet dans le miroir et les mains du jeune homme caressant sa soyeuse chevelure avec tendresse, la proposition de la chanson d'amour. Même si elle avait aussi constaté à quel point cela tombait sous le sens, elle se rappela vite qu'elle n'était pas l'initiatrice de cette idée. C'était bien Wyatt. Il avait remarqué le premier que rien ne pouvait être plus adéquat qu'une histoire à l'eau de rose et que le public ne verrait que du feu à cette mise en scène. Une mise en scène. Ce n'était que cela, rien de plus, mais la brunette éprouvait plus de difficulté qu'avant à le voir comme tel. S'il avait eu l'intention de faire ressortir le côté ''couple'', n'était-ce pas parce qu'il trouvait qu'ils allaient bien ensemble? Elle savait pourtant qu'elle ne devait pas rentrer dans son jeu les yeux fermés et qu'il ne s'agissait que d'une prestation. La douceur dont il faisait preuve n'était en fait que l'illustration du rôle qu'il allait de ce fait devoir interpréter, il se mettait à l'avance dans la peau de son personnage. Cependant, même en étant certaine qu'elle n'était pas la source de toutes les convoitises, elle ne se privait pas d'imaginer que les gestes de Wyatt pouvait traduire autre chose qu'un simple exercice de préparation. Et dire qu'elle avait fait tant d'effort pour nier son attirance pour le beau docteur, ils étaient finalement vain. S'il savait. Il n'avait jamais été question de romance entre eux, mais son charme ne la laissait pas indifférente, à son plus grand désespoir. Restait à savoir s'il en allait de même pour lui, mais même si c'était le cas, elle aurait tellement peur devant cette nouveauté qu'elle était persuadée que rien ne marcherait. D'ailleurs, elle craignait que son manque d'expérience en matière de relation amoureuse ne fausse tous les projets mis en place, et s'il y avait bien une chose qu'elle ne désirait pas, c'était de décevoir son partenaire. Lui qui ignorait tout à propos du néant de sa vie sentimentale. Elle éprouva un mal fou à se décider de quitter son emprise, tant elle s'y sentait bien et en sécurité. Elle ne se reconnaissait pas. Cette jeune femme qui aurait dû tout tenter pour s'échapper restait immobile, appréciant la pression de ses paumes sur ses épaules. Plus surprenant encore, quand Wyatt enroula l'une de ses mèches brunes autour de ses doigts, elle rechercha discrètement leur contact sur son visage. Elle se prit soudain à maudire son coach. Est-ce qu'il avait voulu la tester? Était-il déjà en train de parier sur le temps qu'elle tiendrait aux côtés de ce charmeur avant de craquer? À tous les coups, oui, et Ruby entendait d'ici son petit rire sadique. Pourtant, il ne devait pas avoir choisi la choriste simplement pour se réjouir de la voir se mordre les doigts, il aimait bien trop la victoire. Bryan Ryan devait réellement voir en ce duo une chance d'emmener sa chorale aux Sectionals et malgré les apparences, la confiance qu'il leur avait accordée était réelle. Il était préférable de le voir dans ce sens. Le déclic se fit enfin et, embarrassée, elle décida de se retirer lentement, ne comprenant pas vraiment ce qu'il venait de se passer. Retrouvant son sérieux, elle attendit un moment qu'il réagisse, le temps pour lui de la fixer de ses yeux verts, face à face.

Ruby était bien trop déboussolée pour suivre le jeune homme lorsqu'il entreprit de lancer sa chanson. Un seul pas suffirait pour qu'elle perde l'équilibre et se retrouve par terre, il valait mieux ne rien risquer. Portant néanmoins davantage son attention sur lui que sur les premières notes, elle comprit que marcher était le cadet de ses soucis. Rien que de le voir s'approcher, le bras tendu près à l'attirer contre lui, la brunette se sentit chavirer. Quelle honte d'être consciente qu'elle ne valait pas mieux qu'une panoplie de filles sensible à ce genre de séduction et de ne rien pouvoir faire contre. Sa démarche était élégante, son regard était profond, son sourire ravageur et ses paroles flatteuses. Il devait se douter de l'effet qu'il produisait, on ne pouvait pas ignorer être séduisant à ce point. Il semblait aussi à la jeune femme qu'il appréciait notamment accentuer cette partie de sa personnalité en sa compagnie. En revanche, pourquoi, elle l'ignorait. Même si, bien au fond d'elle, elle cachait un espoir qu'elle ne souhaitait pas admettre. S'il se comportait ainsi sur scène, Ruby imaginait déjà les groupies hurler de désespoir au bas de la scène, toutes désireuses de prendre la place de la jeune étudiante qui ne manquerait pour rien au monde d'attiser leur jalousie en jouant le jeu de l'amour du mieux qu'elle le pouvait. Elle savait bien que c'était en donnant au public l'envie de vivre la même histoire que le duo parviendrait à plaire. Grâce à toute sa concentration et sa bonne volonté, ne souhaitant pas ressembler à toutes ces femmes en chaleur qui baveraient devant le beau roux lors du festival, elle réussit à se focaliser sur la musique qui s'échappait des enceintes. Réajustant une mèche de ses cheveux ondulés derrière son oreille, elle prit finalement la main de Wyatt puis posa ses deux prunelles brunes dans les siennes tandis qu'elle se sera contre torse, se retrouvant physiquement plus proche de lui qu'elle ne l'avait jamais été – embrassade exclus. Elle s'étonna d'avoir retenu ce que son partenaire venait de lui demander. « Aucune, j'adore Taylor Swift. », répondit-elle, si heureuse de le voir sourire qu'elle ne pouvait s'empêcher d'en faire autant. Elle n'arriva cependant pas à dire quoi que ce soit de plus. La choriste se laissa entraîner dans un début de slow, collée au buste du beau roux et ne quittant pas son irrésistible regard. Plus le temps passait et plus elle avait l'impression qu'elle avait ses chances, qu'elle ne lui était finalement peut-être pas si indifférent. À cette distance l'un de l'autre, aucun doute cette fois qu'il devait ressentir son pouls rapide résonner dans leur poitrine à tous les deux, ainsi que l'évolution de ces battements qui s'accéléraient à mesure que la main de Wyatt descendait dans le creux de ses reins. Un frisson lui parcouru le corps. C'était trop embarrassant. La musique, il fallait repenser à la musique. Une fois imprégnée de la mélodie, elle s'attarda sur les paroles dont l'une des phrases fut reprise par son ami. You know, this could be something... voilà qui était rassurant et qui aidait grandement la brunette à s'apaiser. Ne sachant trop comment réagir et plus troublée encore qu'auparavant, elle émit un petit rire niais en baissant les yeux, puis les replongea derechef dans ceux du jeune homme. En rassemblant tout le couplet, il se fit comme un flash. Tout cela pouvait parfaitement correspondre à leur situation, leur premier rendez-vous au cinéma. Cette chanson... Non, impossible, ce n'était pas pour ce qu'il s'était passé l'autre soir ou pour l'impression qu'elle avait pu donner. Pourtant, les pièces manquantes du puzzle s'ajoutaient petit à petit devant elle, impuissante devant cette réalité flagrante.

Décidée à contrer la tentative de séduction de Wyatt – car elle avait le sentiment de n'être qu'une jeune fille émotive et seulement bonne à rester en extase devant un prince charmant à la manière des films Disney -, elle entreprit de sincèrement se ressaisir afin que son jugement ne soit pas influencé par ses émois. Se tenant toujours dans les bras du jeune homme, la tâche s'avérait assez ardue. Elle jeta furtivement un coup d’œil sur les murs, les meubles. Cette salle était comme sa deuxième maison, « Et chez soi, il n'y a pas de raison d'être aussi empruntée », se dit-elle. Elle écouta attentivement la chanson qui défilait et qu'elle trouvait fort bien choisie, puis enfin voulu répondre à son partenaire pour lui faire part de son opinion. Elle fut cependant coupée dans son élan, tournoyant alors sur elle-même et atterrissant sur ses deux pieds comme par miracle. Elle rit de bon cœur, un peu étourdie. « Ça on garde! ». Une fois séparés, une seconde suffit pour qu'elle reprenne ses esprits. « Ton manque d'expérience? Tu ne te produis peut-être pas sur scène très souvent mais tu as déjà compris tout ce que le public attendait! Je suis peut-être encore plus novice que toi en ce moment même. Alors l'expérience ici, on peut l'oublier. ». Redevenant peu à peu elle-même, sa posture se fit plus décontractée. Son souffle se régularisait pendant que Wyatt se dirigeait vers sa veste pour en sortir un bout de papier, qu'il tendit à la jeune femme. Celui-ci contenait les paroles imprimées ainsi que quelques notes illisibles que le jeune homme disait avoir rajoutées après coup. Elle déplia la feuille un peu froissée, la lissa entre ses doigts, puis sourit. « J'ai connu la chanson il y a un moment, mais ça ne me fera pas de mal de relire les paroles, merci d'y avoir pensé. ». La remarque du gynécologue sur son écriture de médecin l'amusa, ayant songé à la même chose dès qu'elle vit l'assemblage de traits qui correspondaient apparemment à des mots. Plissant les yeux pour tenter de déchiffrer quelque chose, elle abandonna très rapidement. Quelle ironie. Proposer quelque chose pour rendre cette scène plus vivante? Déjà qu'elle n'avait jamais vécu ce genre de situation dans la vraie vie, il allait être difficile de le simuler. C'était tellement plus simple lorsqu'elle était seule sur son piano. Il lui suffisait de sourire bêtement à l'auditoire pour faire passer le message et conquérir leur cœur. Maintenant qu'ils étaient deux, il lui fallait se rappeler de prestations télévisées qu'elle estimait réussies. Elle décida d'énoncer les règles de base. « Alors... je ne t'apprends rien en te disant qu'il faut que notre complicité soit flagrante. Pour ça il ne faut surtout pas lésiner sur les jeux de regard, la proximité des deux choristes, même s'il faut penser à utiliser tout l'espace scénique. ». Elle marqua une pause, feignit la réflexion, mais secoua finalement la tête. « Ça nous avance pas vraiment hein? Je suis désolée, je n'arrive pas à te lire en effet, avoua-t-elle malgré ses efforts, avec un petit rire gêné. Du coups je ne sais pas bien ce que tu attends de moi. Tu as préparé bien plus de choses puisque tu connaissais déjà le thème sur lequel on allait travailler. Mais si tu veux vraiment mon avis, ça m'étonnerait que l'on puisse inclure énormément de pas de danse dans cette balade, il faut vraiment que ce soit joué. Et pour ça... » Elle mit directement les notes de Wyatt dans ses mains. « ...j'attends que tu me traduise tout ça. Ensuite on redémarre la musique et on suit tes idées de la manière la plus spontanée possible. ». Pour ce qui était de la spontanéité, elle se doutait sans réellement savoir pourquoi qu'il serait absolument parfait. Reprenant la musique qui avait largement défilé, elle rattrapa les paroles en cours de route en se balançant, ne tenant plus face à cette attente interminable qui l'empêchait de profiter des talents de son coéquipier qui semblait si sincère et motivé qu'elle se demandait presque si cette chanson si savamment choisie ne cachait pas quelque chose. « I think of you and everything's okay, I'm finally now believing. ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
04. Music can create a misunderstanding Empty
MessageSujet: Re: 04. Music can create a misunderstanding   04. Music can create a misunderstanding Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

04. Music can create a misunderstanding

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 4
-