Choriste du mois


Partagez | 
 

  04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
 04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart. Empty
MessageSujet: 04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart.    04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart. EmptyMar 24 Juil - 1:16

Encore sonnée par les révélations que Lexie Preston venait de lui faire entre deux fournées d’amandes au chocolat, Ecaterina vagabondait dans la maison sans trop savoir quoi faire, le visage fermé. Une bousculade près de l’escalier la fit redescendre de son nuage fort inconfortable et tournant son visage pour distinguer celui de l’impoli qui venait de lui foncer dedans sans ménagement, elle n’eut pas le courage de le réprimander, ayant l’étrange sensation d’avoir soudainement perdu la parole. Debout, les bras ballants, Cat fronça les sourcils. Elle ne pensait pas que cette nouvelle aurait eu cet effet sur elle. Tout ce qu’elle attendait, c’était que Seth comprenne qu’elle n’était plus à lui, qu’elle ne l’avait jamais été au fond. Elle savait qu’il n’était pas loin, il profitait de cette soirée qu’elle, son ex-petite amie, avait organisée pour lui. Elle n’avait pas voulu le laisser seul parce qu’elle connaissait son histoire, qu’il avait longtemps été trop seul dans son enfance, isolé des autres dans cette maison majestueuse et tout ce luxe étouffant. Pas tout à fait comme elle, mais presque. Elle savait ce que ça faisait de passer des anniversaires à ne rien faire d’autre que de se triturer l’esprit, à la seule différence que Seth avait trouvé refuge dans les comics et Cat dans l’écriture. A regarder de plus près, ce n’était pas bien différent : tout comme eux, ils se ressemblaient bien plus que ce que l’on pouvait imaginer, Ecaterina était juste moins transparente que Seth l’était. Elle ne savait pas comment le jeune homme avait pris cette invitation, mais avait deviné par sa démarche gauche et son regard fuyant que ça n’avait pas dû le laisser indifférent. C’était un espoir de plus qu’elle lui avait donné, elle n’y avait même pas songé, encore une preuve évidente de ses lacunes effarantes en matière de relation. Ils s’étaient recroisés à de nombreuses reprises à la LPA, cherchant toujours un moyen d’échanger des tours de garde avec les autres bénévoles pour ne pas avoir à s’affronter. Ils pouvaient faire tout ce qu’ils voulaient, la tension entre eux était palpable au point d’éveiller les soupçons de leur entourage. Ecaterina aurait aimé discuter avec Seth, il lui manquait. Ils s’étaient côtoyés tous les jours pendant des années, fréquentant le même campus, les mêmes endroits en dehors avant que leur relation ne prenne un autre tournant et qu’elle devienne plus sérieuse, moins amicale. Cette distance atroce qu’ils avaient instaurée après leur dernier échange était aussi insurmontable que ces cinq ans qu’elle avait passés loin de Gale, mais c’était sans doute mieux ainsi. Seth avait cette capacité étonnante de faire douter la jeune femme, elle ne s’en était jamais aperçue avant ce soir ; il avait plus de pouvoir sur elle que n’importe qui.

Passant une mèche de cheveux en arrière, Ecaterina embrassa la pièce d’un regard absent. Ses pupilles claires se posèrent sur quelques visages qui la regardèrent en retour, se demandant où elle avait bien pu passer tout ce temps. La blondinette se fichait pas mal de leur questionnement, elle donnait plutôt l’impression de ne plus être là, d’avoir été aspiré par ses pensées. Que devait-elle faire maintenant ? Elle avait cru se sentir plus légère un peu plus tôt, mais la perspective de mettre un terme définitif à toute cette histoire avec Seth avait fait s’envoler cette sensation qu’elle avait trouvé tellement agréable. Elle devait faire quelque chose, elle savait ce qu’elle avait à faire et elle allait le faire ce soir. Cat improviserait, elle n’avait pas le temps de préparer un long discours pour le préserver, elle était prise au dépourvu. C’était une bonne chose, car il s'avérait que c’était toujours dans ce genre de moment qu’elle s’en sortait le mieux. Se mordant la lèvre, Ecaterina se risqua à se hisser sur la pointe des pieds. Seth était grand contrairement à elle, elle arriverait facilement à le repérer, ce qui ne tarda pas, d'ailleurs. Non loin du bar, accoudé nonchalamment au comptoir, il semblait terminer son verre. La jeune femme descendit de son piédestal et se fraya derechef un chemin déterminé entre les petits groupes qui lui gâchait la vue, jouant de ses épaules délicates pour passer. Son cœur se mit à battre plus fort, mais elle jura de ne plus y prêter attention. Une fois qu’elle arriva à proximité du bar, elle s’arrêta, jouant par habitude avec le vieil anneau qu’elle portait au doigt. Seth étant de dos, elle le couva du regard un instant. Ils se s’étaient pas parlés depuis longtemps, elle avouait avoir une certaine appréhension ce qui la fit sourire, un peu honteuse d’être mal à l’aise avec lui. Se mordant la lèvre, elle fit quelques pas de plus et se postant juste derrière lui, elle n’hésita pas : elle passa ses petits bras autour de sa poitrine et vint plaquer ses mains détendues sur son buste. Elle se hissa de nouveau sur la pointe des pieds, posa son menton sur son épaule et lui murmura tout près de son oreille :

« Tu as une minute à m’accorder ? J'aimerais t’offrir mon cadeau. » Elle défit son étreinte en descendant d’un cran et attendit qu’il se retourne pour lui offrir un sourire timide. Ce changement brutal de comportement devait sans doute le surprendre mais elle n’avait pas envie de s’expliquer. Ils auraient tous le loisir de le faire plus tard en privé. Et puis, il n’y avait rien de répréhensible. Ils étaient amis, Cat estimait ce genre d’attention normale pour des gens aussi proches qu'eux, elle n’avait pas à se justifier auprès de quiconque. Regardant Seth droit dans les yeux, elle se redressa puis enfin lui tendit la main pour qu’il la prenne. Prenant la situation à bras le corps, la blonde l’emmena jusqu’à l’escalier où le ruban rouge qu’elle avait elle-même installé avait miraculeusement disparu. Elle ne s’en retourna pas davantage, elle savait que tout ce qu’elle avait prévu ce soir ne se déroulait pas comme elle l’avait souhaité et montant les escaliers sans attendre plus longtemps, elle tint plus fermement la main de Seth dans la sienne, retrouvant cette sensation qu’elle connaissait par cœur. Ecaterina ne lui lança aucun regard, elle se contenta de le conduire tout naturellement. Arrivés en haut de l’escalier, elle vrilla lentement à gauche et se dirigea vers sa chambre. Elle redouta de trouver des individus dans son lit mais lorsqu’elle passa la tête par l’entrebâillement, elle constata que la voie était libre et elle entra, lâchant la main de Seth qui entra lui aussi. Elle referma la porte à laquelle elle s'adossa aussitôt. Passant sa langue sur ses lèvres, elle trouva instinctivement le regard du professeur face à elle. Mettant un certain temps avant d’oser parler, la jeune femme se contraint néanmoins à le gratifier de toute sa bienséance et d’une petite voix, elle lui dit « Assieds-toi. » Elle désigna sa chaise de bureau de la main. Une fois qu’il fut assis, elle le regarda avec tendresse, reprenant dans un rire gêné « Ça fait longtemps, c’est étrange. » Elle pencha la tête en portant nerveusement sa main à son front « Je ne sais même plus si je t’ai souhaité un joyeux anniversaire, je dois avoir l’air tellement cruche. » Cat baissa brusquement les yeux en même temps que sa main et observa avec attention le bout de ses chaussures alors que le silence s’installait de lui-même, inévitable. Elle ne savait pas comment s’y prendre, mais elle ne pouvait plus faire marche arrière.


Dernière édition par Ecaterina S. Robertson le Dim 18 Nov - 23:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
 04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart. Empty
MessageSujet: Re: 04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart.    04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart. EmptyMar 24 Juil - 12:48

Balayant les visages inconnus et plus connus du regard tout en progressant parmi les groupes ammassés dans le passage, Seth affichait un sourire timide mais béat. Il avait eut tort de se faire tant de soucis pour son anniversaire et pour cette soirée en général. Il avait préféré laissé la vedette à Charlie mais avait su profiter de ce moment de gloire dont il avait oublié l'existence. Oui cette fois pas de cake clown ou de costume rose de zero Seth mais juste une soirée dont il profitait parfaitement. La maison était aussi belle que ce qu'il avait imaginé, Charlie aussi folle que Cat l'avait décrite et l'anniversaire aussi cool que tout le monde se tuait à le répéter. Seulement maintenant, après avoir fait les 400 coups à travers la maison avec sa Gangsta co-star, il était temps pour lui de se ressourcer un peu en matière solide.
Il arriva près du bar puis fouilla dans les bols et les plateaux dispersés, parfois même renversés un peu partout, laisant à l'abandon des miettes parmi lesquelles il n'y avait plus grand chose à piquer. Seth se rappelait des soirées étudiantes et en particulier de cette frénésie avec laquelle tout le monde se jetait sur les saladier, conscient qu'il n'y en avait plus pour longtemps, comme si un compte à rebours ne laissait aux invités qu'un laps de temps bien précis pour avoir un espoir de manger quelque chose. Au passage il frappa dans la main d'un inconnu qui la lui tendit pour une obscure raison avec un grand sourire, que Seth lui rendit puisqu'il n'avait sûrement pas quitté le sien depuis dix bonnes minutes. Il se fit bousculer deux trois fois pendant les fouilles également mais sans jamais poser de problème, car il n'y avait aucun problème ce soir.
En vérité, les soucis qu'il avait rencontré jusqu'ici avaient été rangé dans un coin bien sombre de son esprit sous l'effet de la boisson. Il avait les doigts légèrement engourdis, les lèvres qui le picotaient un peu et l'impression de progresser au ralenti. Il se sentait déjà un peu mieux qu'une demi heure avant. C'était certainnement l'influence de Charlie tout cet alcool. Cette fille avait subi une véritable transformation entre l'avant et l'après champagne, quoiqu'elle l'avait déjà bien entamée avant. Son tee shirt s'en souvenait et il se sentait même entièrement collant, mais il n'en avait cure, il souriait voilà tout. Il entendit d'ailleurs miss Brown crier à l'autre bout de la maison et laissa échapper un rire franc avant qu'il ne se rende compte qu'il était seul comme un con accoudé au bar. Cette fille était vraiment géniale se disait Seth, et de toute façon, dans l'état où il était, tout le monde était génial, mais il était sincèrement content de voir Ecaterina en colocation avec une fille comme Charlie.
Où était elle passée d'ailleurs Ecaterina ? C'était la question qui le taraudait encore depuis le début de la soirée. Il ne l'avait pas recroisée depuis son entrée dans la maison mais ne s'inquiétait pas outre mesure étrangement, il se disait qu'au départ il la croiserai aussi au pire. Ce qui le gênait un peu plus c'était 1. la présence de Gale Hemmens qu'il percevait comme un brouillard noir, épais et plombant, 2. sa rencontre au détour d'une pièce avec Lexie Preston. C'est bien la dernière fille à laquelle Seth s'attendait ici, et malheureusement, elle était à moi de 50 mètres de tout les protagonistes de sa petite histoire qu'il lui avait lamentablement confié... Mais là encore, il ne s'en souciait plus trop.
En somme, Seth Catalano se sentait bien, seul accoudé au bar sans rien dans les main, et souriait encore et encore, et de toute façon il avait le droit, c'était son anniversaire.

Plongé dans un néant de pensée, occupé a observer Anna Preston jouer avec son verre tout en discutant, il fut surprit par un sursaut. Cat venait de l'étreindre dans le dos en posant sa tête sur son épaule. Il sut sans se retourner qu'il s'agissait d'elle. D'abord parce que ses épaules lui arrivait à la moitié du torse pratiquement, quoiqu'il éxagérait peut être un peu, et parce qu'il le savait tout simplement. Il sentit son souffle sur son oreille et bizarrement, la seule chose qu'il se dit, c'est qu'elle ne devait pas sentir autant l'alcool que lui. Il lui sourit en posant sa main sur la sienne tout en se retournant. « Oui bien sûr. » L'attitude de Cat après des semaines sans s'adresser un mot sans y être obligé était surprenante et pourtant, Seth se sentit encore plus détendu. Ce naturel avec lequel elle était venue vers lui avait chassé toute gêne en lui, et peut être que son ivresse y aidait un peu. Il trouvait tout le monde absolument génial ce soir mais Cat était bien plus que ça. Un sursaut dans la poitrine, une satisfaction sans nom le fit sourire encore un peu plus.
La jeune femme s'empara de sa main et l'atira vers l'escalier. Avant de monter, Seth jeta un regard à la pièce qu'ils quittaient tout les deux et n'éspérait qu'une chose, que Gale ne les voit pas monter. Oui, il voulait ménager Hemmens de ce coup du sort malgré tout. Il n'était pas certain de ce qui allait se passer mais évidemment qu'il envisageait un tas de possibilité, son optimisme étant à son maximum ce soir. Pour autant, il suivait Cat sans trop se poser de question jusqu'à sa chambre. A cet instant, il en était presque sûr, elle était saoule finalement. Il préféra laisser le bénéfice du doute à cette situation mais hônnetement de son côté, il n'en avait plus beaucoup et ne s'en réjouissait pas forcément. Ne vallait il pas mieux qu'ils parlent avant tout ? Sa main dans la sienne lui donnait seulement envie de la retrouver comme avant, sans commettre de nouvelle erreur, mais pour l'heure, c'est Cat qui avait la situation en main.
Elle ne s'était pas encore retournée vers lui jusqu'à ce qu'ils entrent dans sa chambre, dont elle avait vérifié la disponnibilité. Elle referma la porte derrière elle puis lui dit de s'asseoir en lui indiquant sa chaise de bureau. En s'éxécutant, Seth continuait de lui sourire mais avec cette fois un air un peu plus perplexe et interrogateur. Les signaux qu'elle envoyait se contre disaient et Seth ne savait que croire, que faire ou que penser de ce qui allait se passer. Ecaterina rompit le silence finalement, et Seth comprit qu'il s'agissait d'une discussion, d'une simple discussion et en fut rassuré. « Oui c'est vrai... » Il baissa la tête en signe d'acquiescement. Cela faisant même bien trop longtemps qu'il ne s'était pas réellement parlé. Puis Cat lui souhaita à sa manière le joyeux anniversaire. « Je ne sais plus, tu viens de le faire en tout cas. Tu l'avais déjà fait en m'invitant. Merci pour tout ça d'ailleurs, tu sais que j'ai un peu peur des anniversaires habituellement... Mais je me souviendrais de mes 24 ans, au moins autant que de mes 10 ans. » Il rit timidement, un rire qui s'éteignit dans le silence et qui le laissa quelque peu démuni. L'alcool ne faisait plus beaucoup d'effet bizarrement en sa présence. Il ne savait pas s'il devait en dire plus, s'il devait attendre, s'il en faisait déjà trop. Il avait peur d'être maladroit comme d'habitude mais pensait que pour le moment, il s'en sortait pas trop mal. Cat l'avait abordé de manière si naturelle que les choses se déroulaient de la même façon.
Revenir en haut Aller en bas
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
 04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart. Empty
MessageSujet: Re: 04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart.    04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart. EmptyMar 24 Juil - 21:19

Le menton baissé, jouant avec la pointe d’une mèche de cheveux entre ses doigts tatillons, Cat se risqua à regarder Seth par-dessous ses longs cils, souriant à ses propos qu’elle savait sincères. Il n’avait pas besoin de lui dire qu’il la remerciait, Ecaterina était certaine qu’il appréciait beaucoup son geste. C’était leur particularité, leur petit truc à eux. Il était inutile qu’ils se parlent pour se dire les choses. Tout était une question d’attitude, on appelait ça la complicité. C’était quelque chose sur laquelle ils n’avaient jamais eu à travailler aussi bien lorsqu’ils étaient amis que quand ils étaient en couple, elle leur était totalement innée et cela même avant qu’ils envisagent d’être ne serait-ce que des amis. En le détestant au tout début, Ecaterina avait instauré cet échange savoureux de piques et il y répondait parce qu’elle lui donnait matière à utiliser toute son ironie naturelle : il avait trouvé une adversaire à sa taille (c’était une façon de parler) comme si leur compatibilité était plus qu’évidente. Beaucoup de personnes de leur entourage jalousaient cette complicité, car d’après eux, c’était le ciment d’une relation saine. Être complices comme ils l’étaient, c’était agréable à bien des égards. Lorsqu’ils se retrouvaient entourés de tout un tas de personnes devant lesquels ils ne pouvaient pas se permettre d’interagir à leur guise, un simple coup d’œil suffisait. Il était clair que l’année qu’elle avait passée en étant la petite-amie officielle de Seth Catalano n’avait pas été la plus difficile de sa vie. C’était d’ailleurs le contraire, Cat s’était sentie bien durant toute cette période. Tout avait été facile entre eux, trop facile. On pariait sur leur mariage, sur un futur auquel ils n’avaient même jamais songé tous les deux et de son côté, elle s’en voulait d’avoir laissé croire à une majorité de gens ancrés dans leur cercle d’amis qu’elle porterait le nom de Seth ou qu’ils repartiraient un jour en Californie pour élever leurs têtes blondes alors qu’elle avait toujours su qu’elle n’était pas amoureuse de lui. Enfin si, elle l’avait été pendant longtemps, elle n’avait plus le droit de prétendre le contraire, mais elle ne l’était plus. Bien que les choses semblaient mal engagées tant elle peinait à trouver la façon la plus appropriée de mettre le sujet sur le tapis, cela faisait plaisir à la blondinette de retrouver ses bonnes vieilles habitudes, ils s’étaient ignorés pendant un temps, néanmoins cela n’empêchait pas que ce lien entre eux ne s’était pas effrité, il restait intact. Seulement, Ecaterina le savait : elle avait la lourde tâche d’y mettre un terme dès maintenant, pour de bon. Elle ne savait pas si elle parviendrait à rester hermétique aux signaux que Seth lui enverrait dans le futur, mais elle était déterminée à essayer encore une fois. Elle devait penser un peu à elle, cesser d’arrêter de vouloir préserver les autres au détriment de sa propre santé mentale. Elle admettait ne pas vivre cette situation aussi bien qu’elle le prétendait, elle commençait doucement, mais sûrement à s’enfermer dans ce triangle amoureux qui la rendait folle au sens large du terme ; bien qu’elle le redoutait plus que tout, Ecaterina devait faire un choix. Elle se montrerait plus ferme, c’était nécessaire. Si elle devait faire tout ça dans la rudesse ? Elle n’en avait pas la force. Elle était incapable de s’adresser à Seth avec virulence, leur relation était avant tout basée sur la douceur, elle l’avait toujours été et cette séparation définitive se ferait de la même manière. Ecaterina ne voyait pas les choses autrement.

Un silence menaçait de retomber. Cat ne lui laissa pas le temps de s’installer : elle releva la tête, la mine contrite, lâcha sa mèche de cheveux puis d’une voix toujours aussi faiblarde, elle commença en fixant le mur droit devant elle, enfonçant davantage son dos nu dans la porte sur laquelle elle était adossée « Je n’ai jamais autant peiné pour te trouver un cadeau d’anniversaire. Le type qui s’occupe de l’étage comics à la librairie m’a conseillée sur plusieurs albums, mais il est parti dans un monologue sur l’intérêt des prequels comics. Birthbright, Man of Steel… tout ce que je voulais c’était un numéro de Superman que tu n’avais pas déjà, j’ai eu l’impression d’atterrir sur une autre planète. Alors, j’ai… » Elle s’arrêta subitement, consciente que ce début de monologue mettrait Seth sur la voie. Ecaterina agissait toujours de cette manière quand elle était très nerveuse ; elle parlait trop, ne prenant même pas le temps de respirer entre deux phrases. Se mordant la lèvre avec force, elle devait en venir aux faits, ceux qui lui donnaient envie d’éclater en sanglots. Lentement, elle tourna la tête vers le jeune homme « J’ai discuté avec Lexie. » annonça-elle, sérieuse. Elle remarqua que Seth s’apprêtait à relever et derechef, elle se dirigea vers lui à grands pas pour lui poser ses deux mains sur le visage de façon à ce que seuls ses pouces n’atteignent ses lèvres, pensant que ça suffirait à le faire taire. Elle prit une inspiration douloureuse, le regardant droit dans les yeux en lui caressant délicatement la bouche « Non, s’il te plaît, laisse-moi parler. Si tu m’interromps, je ne vais jamais réussir à aller jusqu’au bout, Seth. » Pour une fois qu’elle était quasiment à sa taille, elle en profita pour furtivement poser son front brûlant contre le sien et poursuivi en se redressant, récupérant ses mains avec précaution « Je suis heureuse que tu vois d’autres personnes, j’avais peur que tu sois sérieux quand tu disais que tu viendrais me chercher si je ne revenais pas vers toi. C’est une fille bien, Lexie. Si tu veux mon approbation, même si je sais que tu n’en as pas besoin, je te la donne : fonce, tu mérites d’être avec quelqu’un de bien. » Elle ébaucha un sourire, mais sa gorge se serra et elle émit un léger rire qui sonnait faux pour se donner bonne contenance « Elle m’a raconté ta visite mémorable à la galerie, j’espère que tu n’as pas été blessé. » Ecaterina fit de nouveau glisser son regard sur Seth qui la regardait, lui aussi. Elle ferma doucement les yeux, sentant les larmes lui monter aux yeux « Je t’en prie, ne me regarde pas comme ça. » Le pire, c’était que le plus difficile restait à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
 04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart. Empty
MessageSujet: Re: 04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart.    04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart. EmptyVen 17 Aoû - 21:01

Personne n'aurait ignoré le caractère presque solennel de cette discussion, pas même Seth, et cela le perturbait. Si Ecaterina l'avait approché de manière tout à fait spontanée, l'emmener ici, dans sa chambre en lui demandant de s'asseoir tandis qu'elle restait à l'autre bout de la pièce rendait sa démarche beaucoup moins naturelle. Le jeune homme sentait qu'il se passait quelque chose sans vraiment savoir de quoi il s'agissait. L'esprit toujours un peu grisé, le rendant plus sensible à la gêne de son amie mais un peu moins clairvoyant sur ce qui se déroulait, il tentait de ne pas se poser de question inutile, de ne pas appréhender les choses et laisser Cat continuer afin de s'éviter une angoisse certainement inutile.
Alors que le silence se faisait, Seth ne savait quoi faire de lui, de ses mains, comment se comporter. Il jeta un œil au visage un peu triste de miss Robertson, puis reporta son attention sur le sol de sa chambre. A califourchon sur la chaise de son bureau, il posa d'abord le menton sur ses main ramenée sur e dossier, puis releva la tête jugeant sa posture trop désinvolte peut être. Pinçant les lèvres, agitant les doigts, roulant des yeux il se trouva au bout du compte à court de mimique si bien qu'il ressentit finalement cette pression dans l'air avant que Cat ne se décide à reprendre la parole. Elle lui raconta toutes les peines qu'elle eut à lui trouver un cadeau. Elle parlait vite, un peu machinalement comme si ce discours s'était répété dans son esprit de nombreuses fois. Seth sourit poliment, et bien qu'il fut attendri par les propos de la jeune femme, n'afficha pas plus d'enthousiasme. Manifestement l'euphorie n'était pas invitée ici... Elle s'arrêta subitement et Seth ne put s'empêcher de la regarder avec un peu plus d'insistance. Il aurait voulu lui dire de continuer, voyant doucement se profiler la nature de ce qui allait se produire. L'inquiétude le gagnait mais Ecaterina semblait déjà défaite et loin de lui l'idée de vouloir la brusquer. Elle retourna finalement lentement son visage vers lui et lui avoua d'une voix chevrotante avoir parler avec Lexie.
Lexie Preston ! Cette seule et même personne à qui il avait demandé de tenir sa langue. Vu la folle furieuse qu'elle paraissait être Seth se dit qu'il avait été bien idiot de lui faire confiance. L'amertume lui serra instantanément la gorge à la simple énonciation de ce prénom dans la bouche de Cat et il ne put s'empêcher de froncer les sourcils en baissant les yeux. En voulait il à Lexie ? Peut être un peu, autant qu'il était parfaitement conscient que ce n'était pas légitime. Dans tout les cas, il n'aurait pas voulu mentir à Cat et lui cacher une chose pareille, jamais il ne l'aurait fait si elle le lui avait demandé. Il s'en voulait surtout à lui même et s'ans attendre il voulut se justifier. « C'est pas... » Ecaterina s'étant rapprochée de lui à la hâte, elle lui prit le visage et lui posa les deux pouces sur les lèvres pour l'empêcher d'aller plus loin. Elle lui interdit d'aller plus loin, visiblement en peine avec ce qu'elle avait à dire et Seth prit le parti de se taire comme elle le voulait. Pour une fois il n'irait pas contre sa volonté, il devait la laisser faire et sentait qu'elle voulait le faire. Il ne voyait que trop clairement ce qui se déroulait et d'aucune façon il ne désirait que les choses se passent ainsi mais ils y étaient. Elle posa furtivement son front sur le sien. Leur peau étaient brûlantes et il s'en rendit compte encore quand ses doigts quittèrent ses lèvres pour aller chercher ses mains. Ce qu'il redoutait qu'elle pense lui était bien venu en tête. Elle était persuadée à présent qu'il était passé à autre chose. Cela lui faisait elle du mal ? Le regrettait elle ? Ou au contraire se sentait elle soulagée et libérée ? Les choses n'étaient pas encore certaines, tout n'était pas encore terminés. Ils étaient là, l'un en face de l'autre, à quelques centimètres, il pouvait même sentir son souffle sur son visage. Il lui paraissait inconcevable qu'elle ignore encore qu'il existait bien cette tension entre eux, une attraction dont il était persuadé qu'elle ne s'évanouirait jamais.

Il sourit poliment, les lèvres closes et tremblantes, avec une pointe de tristesse à l'évocation de cette mésaventure à la galerie Preston. Il leva les yeux vers elle qu'il venait de baisser pour réprimer ce qui embuait déjà ses yeux. Ce regard lui fit mal à elle aussi mais il ne pouvait pas en cacher davantage. Il baissa à nouveau la tête pour fixer le sol quelques instants. « T'en fais pas, je me suis pas plus ridiculisé que d'habitude. Enfin je crois... J'espère ! » Il rit de lui même puis s'arrêta subitement pour laisser passer un silence dont il avait besoin. Il serra les mains de Cat encore dans les siennes un peu plus fort et se décida à lever les yeux pour parler après s'être mordu la lèvres avec force. Il alternait pourtant ce ton mélancolique et cet air plus enjoué pour garder un semblant de contrôle sur ses émotions. « Cat... Tout ça tu sais, j'aurais voulu te le dire moi même et te donner ma propre version des faits. Lexie m'a l'air un peu tarée sur les bords, et bien alcoolisée, elle a du te faire un sacré récit de cette histoire ! » Il fixa le vide en s'imaginant quelles horreurs la rouquine avait bien pu lui raconter. Pourvu qu'elle ne lui ait rien détailler sur la nuit qu'ils avaient passé ensemble... Non, il se raisonna en se disant qu'une amie ne ferait pas ça, pas en parlant de son ex. Il espérait seulement qu'elle s'en était voulu un peu, c'était le pire qu'il pouvait lui souhaiter. « Ce que je veux dire c'est que, c'est un gros malentendu, un terrible malentendu je... Lexie ne m'intéresse pas et personne d'autre d'ailleurs... »
Il ne pouvait plus lui dire, il avait déjà essayé auparavant. Lui ressentait tout ce qui les liait mais il n'avait peut être tout simplement pas envisagé que ce n'était plus le cas pour elle. Aveuglé par cette conviction qu'ils étaient faits l'un pour l'autre, il n'avait pas prit le temps de s'arrêter et de s'attarder à ce qu'elle voyait de son côté. D'un autre côté il ne parvenait pas à ignorer tout ce qui pour lui faisait sens, il prenait seulement conscience que ce n'était pas acquis. Il se leva de la chaise, se disant que debout, elle verrait peut être un peu moins son visage qui n'était pas encore inondé par les larmes miraculeusement. Il se tint face à elle sans lâcher ses mains qu'il tenait fermement toujours. Il leva les yeux au plafond puis revint vers elle. « C'est dingue c'est comme si on était en train de rompre, ça y ressemble en tout cas... Alors qu'on est même plus ensemble ! » Il tentait désespérément de sourire mais ces derniers s'effaçaient de son visage aussitôt qu'il relâchait l'effort. « Ce que je t'ai dis la dernière fois, je le pensais vraiment, et je le pense encore... Mais je ne suis plus très sûr de vouloir te l'imposer. Je ne suis plus très sûr que tu veuilles encore que je te l'impose, mais pour ça, j'ai besoin de savoir ce que tu attends de moi, ce que je suis censé faire. J'ai besoin que tu me dises vraiment si au fond de toi tu es certaine de ne plus m'aimer parce que... » Il ne voulait pas pleurer, les choses prenaient un accent déjà trop dramatiques, un registre qu'il ne maîtrisait pas vraiment et s'effondrer à ses pieds même s'il en mourrait d'envie ne lui permettrait pas d'aller plus loin. Pourtant il avait peur de cet instant de vérité, celui où il ne pourrait plus la fuir mais seulement affronter le fait que tout était définitivement fini entre eux. Il en était presque convaincu déjà. « Parce que j'ai l'impression que c'est ce que tu es en train de me dire. C'est précisément ce que t'es en train de me dire alors dis le moi vraiment et ensuite... Ensuite je te ferais le résumé du dernier Daredevil comme un amie le ferai avec sa meilleure amie parce qu'il se passe vraiment des trucs de dingue dans le dernier numéro, vraiment ! » Il rirent franchement tout les deux, toujours avec tristesse mais pourtant d'un rire sincère puis il s'approcha, comme s'il allait l'embrasser mais il lui murmura seulement. « Dis le moi s'il te plaît. »
Revenir en haut Aller en bas
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
 04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart. Empty
MessageSujet: Re: 04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart.    04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart. EmptySam 18 Aoû - 22:48

Ecaterina avait la sensation de revivre la même scène qui avait eu lieu des semaines plus tôt dans l’appartement de Gale, lorsqu’ils avaient rompu. A la différence que ce n’était pas lui qui se trouvait en face d’elle, mais Seth. Elle se souvenait que lors de cette soirée, elle n’avait pas su garder son sang-froid. Elle avait craqué, coupable et blessée. Cat ne s’y été pas attendu, sûre d’être la seule à avoir des faits difficiles à lui avouer, mais elle s’était trompée. Les propos du blond lui avaient éclaté à la figure comme un ballon. Ce soir, elle était bien préparée, prête à affronter la réalité. Elle savait qu’elle pouvait assurer malgré les picotements dans sa gorge, et la certitude atroce que davantage encore, les choses ne seraient plus comme avant entre eux. Tout comme Gale, Seth aussi avait eu une aventure avec l’une de ses amies proches. L’ironie de la situation l’obligeait à penser que c’était elle qui poussait ses ex-petits amis dans leurs bras, elle faisait les choses encore plus mal qu’elle ne le croyait, et c’était douloureux parce qu’évidemment, c’était inconscient. Elle acceptait qu’ils voient d’autres femmes, qu’ils vivent d’autres histoires, mais c’était différent de savoir qu’ils aimaient passer du bon temps avec des filles qui étaient proches d’elle, qu’elle connaissait bien et qu’elle aimait beaucoup. Ecaterina avait confiance en elles, c’était rare venant d’elle. Les autres filles, les étrangères qui ne faisaient pas partie de son entourage, elle les aurait acceptés sans souci. Cat n’était pas de mauvaise foi, elle était prête à prendre sur elle quand elle jugeait que c’était nécessaire, et si elle avait dû supporter l’image d’un Gale en couple à son retour de Cincinnati, elle l’aurait subi en silence. Seulement, Quinn et Lexie, c’était plus pénible à avaler. Elle en voulait plus à Quinn qu’à Lexie (d’ailleurs, elle n’en voulait pas du tout à cette dernière) peut-être parce qu’elles avaient repris contact des mois avant son retour officiel en ville, et que jamais Quinn ne lui avait parlé de Gale, alors qu’elle en avait eu tout le loisir au cours de leurs conversations téléphoniques. Gale avait eu beau lui dire que cette erreur n’était que le fruit du désespoir et de la solitude, elle n’y croyait pas. Elle avait essayé d’y croire, vraiment, pendant toute la longue période où ils ne s’étaient pas vus, où elle lui en avait voulu à lui aussi, mais Cat était loin d’être idiote. Cet argument n’avait pas pris, c’était un aveu qu’elle avait du mal à encaisser. Elle ne savait pas quand elle l’accepterait, probablement que ça faisait d’elle une hypocrite de se sentir aussi mal par rapport à ça alors qu’elle-même avait mis les deux pieds dans l’infidélité, mais en attendant, elle n’était pas prête à le pardonner. Quinn l’avait regardé dans les yeux sans jamais évoquer cette histoire, la blondinette avait été crédule en pensant que sa relation avec Gale était amicale, alors qu’ils avaient franchi le pas sans qu’elle ne le sache. Cat se sentait trahie. Ce n’était pas une tromperie, bien sûr. Elle n’avait pas l’audace de voir les choses de cette manière, mais ça n’en était pas moins insupportable. Son amitié avec Quinn en avait pris un coup, la jeune femme ne se sentait même pas capable de l’affronter, car elle savait qu’elle ne réussirait pas à être courtoise, elle était trop en colère pour ça. Tout ceci, c’était sans doute de la jalousie, Ecaterina ne savait pas définir ce sentiment, elle savait juste que ce n’était pas plaisant. Elle était néanmoins obligée de s’y faire, puisque le mal était déjà fait, et qu’elle ne pouvait plus revenir en arrière pour tout réparer. Concernant Seth et Lexie, Ecaterina était sincère quand elle lui dit qu’elle lui donnait son approbation si c’était ce qu’il attendait pour franchir le pas. Ça la blessait un peu, mais c’était plus de la honte qu’autre chose ; elle avait naïvement cru que, oui, Seth avait encore des sentiments pour elle, cette histoire lui prouvait que ce n’était pas le cas. C’était ce qu’elle avait attendu depuis longtemps, qu’il vive sa vie et qu’il cesse de s’accrocher à elle pour qu’ils tournent la page tous les deux, mais même si elle se sentait libérée, les choses n’en restaient pas moins compliquées. Les événements qui se profilaient seraient difficiles eux aussi à surmonter, elle n’avait plus le choix, pourtant. C’était elle qui devait s’y coller, elle était la seule à pouvoir le faire.

Les yeux clos, Cat se somma intérieurement de garder la tête froide, mais ses yeux s’embuèrent sous ses paupières, et elle mit plus de temps avant de les rouvrir. Elle venait de ne faire qu’une infime partie du chemin en avouant au jeune homme qu’elle savait pour lui et Lexie, elle n’avait pas le droit de flancher maintenant, elle ne s’en donnerait pas le temps. Debout face à Seth qui lui était assis, elle l’écouta se justifier. Elle s’y était attendue, elle le connaissait. Elle ne l’interrompit pas et posa une nouvelle fois ses mains sur son visage, faisant glisser le bout de ses doigts le long de son ovale puis sur son nez et son front, suivant délicatement ses traits en se disant que c’était sans doute la dernière fois qu’elle oserait le toucher de cette manière sans ressentir un sentiment de culpabilité, et esquissa un faible sourire, percevant l’amertume dans sa voix, elle fronça les sourcils.

« Je n’avais pas à le savoir. C’était un concours de circonstances, une conversation qui a pris un autre virage. Ne lui en veux pas d’avoir été honnête avec moi. Moi, je ne lui en veux pas, je t’en veux pas à toi non plus. » Elle opina brièvement du chef, sincère, puis récupéra ses mains pour se redresser, le laissant se lever de la chaise. Elle inspira une profonde bouffée d’air, blasée. Elle finit cependant par baisser les yeux pendant qu’il lui prenait les mains et qu’il glissa une boutade sur leur rupture qui n’en était pas une ; cela la fit sourire « Ouais, je suis douée pour les ruptures. J’envisage d’écrire un bouquin là-dessus, j’ai beaucoup de conseils à prodiguer. Si tu as des idées de titre à me soumettre, je suis preneuse. » Dans le ton de sa voix aussi, l’amertume était perceptible, mais elle n’eut pas le temps d’esquisser un autre sourire pour garder la face que déjà Seth reprenait la parole.

L’attente devait être insupportable pour le jeune homme, Ecaterina s’en voulut d’être aussi énigmatique. Pourtant, elle ne put se résoudre à rompre son mutisme soudain. Il lui tendit une perche et en relevant la tête, le regardant droit dans les yeux, Cat remarqua pour la première fois l’espoir qui teintait ses pupilles. Elle se demandait comment elle avait pu passer à côté de ce détail pendant tout ce temps, c’était tellement perceptible qu’elle se sentit mal à l’aise. En effet, c’était entièrement de sa faute, Cat avait pendant trop longtemps laissé traîner les choses en ne lui disant jamais clairement qu’elle n’était plus amoureuse de lui, elle avait même ravivé tous ses espoirs en cédant à ses avances et maintenant, voilà où ils en étaient. Sa gorge se serra, elle ouvrit légèrement la bouche pour respirer plus aisément, et laissa un rire s’échapper quand il évoqua la possibilité de lui résumer les dernières aventures de Daredevil – elle se rendit compte que ses tentatives douteuses pour la faire rire quand elle était au plus mal lui avaient beaucoup manquées, et qu’elles fonctionnaient toujours aussi bien. S’apprêtant à rétorquer, elle détourna les yeux et fut surprise de constater qu’il s’approchait dangereusement d’elle, comme s’il allait l’embrasser. Son attitude ne collait pas avec ses propos, et vrillant le visage pour feinter le baiser qu’elle pressentait, elle s’apaisa quand il lui murmura tout simplement à l’oreille, la suppliant de lui dire qu’elle ne l’aimait plus. Il avait bien saisi la situation, elle était au moins ravie de voir qu’ils étaient toujours sur la même longueur d’onde, et fermant doucement les yeux, elle laissa sa joue frôler la sienne, posa sa main sur sa nuque et murmurant à son tour, elle répondit :

« Je ne peux pas te le dire, Seth. Je ne peux pas te le dire parce que ce n’est pas vrai. » Cat pinça les lèvres, se reculant d’un pas en prenant le temps d’exercer une autre pression contre sa nuque brûlante et le regarda avec quiétude « J’aurais aimé te dire que je ne t’aimais plus, mais ç’aurait été un mensonge, et tu sais à quel point je suis mauvaise pour ça. Bien sûr que je t’aime, Seth. » Elle porta ses yeux sur le sol, appuyant son discours par des gestes calmes de la main. Ses yeux s’embuèrent davantage « Par contre, c’est vrai, je ne suis plus amoureuse de toi. Je l’ai été, je te le jure, Seth. Pendant longtemps, pendant toute notre relation et sans doute encore un peu après, mais les choses ont changées. J’ai rompu avec Gale, tu le savais ? » Elle cilla en relevant les yeux, lut dans son regard qu’il était au courant. Gale lui avait dit qu’ils avaient discutés, elle s’était demandé de quoi ils avaient bien pu débattre, elle avait maintenant sa réponse et s’humectant les lèvres, elle reprit, la voix tremblotante « Je ne savais pas ce que je voulais, j’étais perdue. Avec toi d’un côté, lui de l’autre, j’ai eu du mal à le gérer. Je pensais que les choses allaient se passer aussi facilement qu’elle se passait avec toi, mais je me suis trompée et je me suis laissée atteindre par le souvenir de ce qu’on avait vécu toi et moi, j’ai cru que j’avais fait le mauvais choix. » Par habitude, elle glissa une mèche de cheveux derrière son oreille, sentant sa bouche s’assécher au plus qu’elle débitait ce qu’elle avait sur le cœur depuis des mois « Depuis que je suis seule, j’ai eu le temps de réfléchir, de remettre de l’ordre dans tout ça et je sais enfin ce que je veux, et… ce n’est pas toi. » S’apercevant de la brusquerie de ses paroles, elle se mit à pleurer et leva le menton, secouant la tête en tentant de ne pas sangloter « Je ne voulais pas te le dire de cette façon. » Ecaterina s’approcha de lui pour le prendre dans ses bras, et le serra plus fort qu’elle ne l’avait prévu « Mais tu m’as demandé de te dire ce que je ressentais, je suis désolée. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
 04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart. Empty
MessageSujet: Re: 04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart.    04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart. EmptyLun 20 Aoû - 1:05

C'est les lèvres au creux de ses oreilles que Seth attendait la réponse d'Ecaterina, la réponse à cette question qui serait déterminante de tout le reste à ses yeux. Il la connaissait déjà, au fond de lui il savait de quoi il était question, mais tant qu'elle ne l'énonçait pas à voix haute, c'était comme si ce fait n'existait pas. La proximité qu'il partageait à cet instant était des plus agréables, pourtant il savait qu'il ne fallait pas en profiter, ce n'était pas de circonstance. Mais il n'était pas sans ignorer le caractère presque sensuel de la situation, une sensualité douce amère de celle qui baigne deux amants qui se séparent. La situation lui rappelait d'ailleurs très singulièrement leur précédente rupture à Cincinnati, la vraie parmi toute les demi ruptures ! La décision prise de n'être plus que deux amis, tout ça dans un accord parfait et mutuel. Cette fois par contre, il serait bien que les choses fonctionnent comme ils le prévoient se disait Seth. C'est pourquoi ils en étaient là. Ils savaient qu'entendre Ecaterina lui dire sincèrement que tout était fini pour elle le blesserait comme jamais, mais peut être n'avait il pas assez souffert la première fois pour pouvoir tourner la page complètement.
La joue de la jeune fille vient frôler la sienne, sa main glissa sur sa nuque et Seth sentit au creux de son oreille le souffle de Cat lui murmurer qu'elle l'aimait encore. Pleurait elle où était elle au bord des larmes, il n'en savait rien, il sentait juste cette tension dans ses muscles et sa voix chevrotante qui l'annonçait prête à succomber. Pourtant il ne put s'empêcher de froncer un sourcil l'espace d'un instant comme s'il était un réalisateur devant son actrice fétiche venant de se tromper dans le script. Pourquoi lui disait elle ça ? Pourquoi les choses en était elle alors à ce points là ? Il garda le silence en quête de réponse et laissa son amie faire un pas de recul pour la regarder dans les yeux avec un peu plus de distance. Cette fois elle lui dît très clairement, « je t'aime Seth ». L'effet que pouvais avoir ces quelques mots étaient incroyable. Il esquissa un faible sourire mais qui restait entamé par la confusion qui régnait. Il était persuadé que s'il avait été Lexie « Freaky » Preston devant son soap de l'après midi, il aurait crié à Cat de l'autre côté de l'écran de se décider une bonne fois pour toute !
Peut être voyait il les choses trop simplement après tout. Peut être s'aimer ne suffisait pas pour se donner à l'autre. Il avait du mal à le concevoir, il avait rarement été de ceux qui ne suivaient pas pleinement leurs sentiments et leurs passions, à tort parfois. Cat repris la parole et cette fois il vit les larmes qui s'encombraient au creux de ses yeux. Faisant fi de ses propres interrogations, il lui prit les mains et pinça les lèvres à son tour pour éviter qu'ils ne se retrouvent à fondre en larme tout les deux. Elle évoqua sa rupture avec Gale et Seth s'enquît de répondre « Oui j'ai appris, il m'a bien fait saisir le message d'ailleurs... » Il roula des yeux en se remémorant cette altercation dans la cabine puis jugea qu'il ne servait à rien de donner plus de détails. « Je suis... » Pouvait il vraiment le dire ou bien aurait il l'air complaisant ? « Désolé d'ailleurs, que ça n'ait pas marché entre vous. Je ne porte pas Gale dans mon cœur mais quand même... » Il était sincère, il en était sûr. Cette rupture l'avait d'abord réjoui mais il réalisa seulement maintenant qu'il s'était réjoui de ce qui devait faire le malheur de son amie. Il lui avait toujours souhaité d'être heureuse, avec qui que ce soit, même s'il croyait peut être encore un peu qu'il était celui qui la rendrait la plus heureuse. Pourtant quand Cat continua, il se rendit compte un peu plus qu'il avait tout sauf fait son bonheur depuis leur arrivée à Lima, qu'elle traînait le boulet qu'étaient ses sentiments comme un poids depuis certainement le début de l'année. Il avait été égoïste, il le savait mais il réalisa cette fois à quel point. À cette idée il prit son visage entre ses mains et en s'abaissant un peu tout en penchant la tête, il vit la première larme qui coulait sur sa joue.

Elle poursuivit, imperturbable comme si au moindre arrêt elle ne pourrait plus parler du tout puis elle le dit enfin. Ce n'était pas de lui qu'elle voulait. Au moins il en avait eut pour ce qu'il avait réclamé. Le message était clair et sans appel. La brusquerie de Cat lui fit faire une légère grimace qui traduisait mal le coup qu'il venait de recevoir. Elle se mit cette fois à pleurer vraiment et sans hésiter ils se prirent dans les bras tandis qu'elle s'excusait. Il posa son menton sur le haut de sa tête et lui caressa les cheveux, totalement libéré de cette douleur qu'il l'avait pris la seconde d'avant. « Hey, ça va aller, t'as pas à t'excuser. Tout va bien. J'ai eut ce que j'avais demandé, le client est roi non ! » Il tentait l'humour pour faire passer ces larmes dont il se sentait responsable. Finalement, l'avoir là dans ses bras lui faisait tout de même très mal en sachant que maintenant, rien ne serait plus comme avant et ne pourrait jamais l'être, mais peu importe se disait il. Il l'avait là tout contre lui avec l'assurance que ce qu'ils avaient vécu tout les deux, ça ça ne disparaîtrait pas, et qu'il leur restait encore de beaux moments à passer tout les deux. Alors il avait décidé de mettre tant bien que mal les regrets et l'amertume de côté pour être là avec elle. « Ne sois pas désolée s'il te plaît, c'est à moi de l'être. Tu m'as juste dit ce que tu ressentais. Avec franchise au moins, il y a pas à dire ! » Il s'écarta pour la regarder droit dans les yeux, le sourire aux lèvres, sans rompre totalement leur étreinte. « J'ai ignoré tes sentiments depuis tellement longtemps maintenant... Mais je te promet que ça n'arrivera plus. Je t'aime aussi Cat, sûrement plus que n'importe qui, et pour ça, je ferais tout pour que la version amicale de nous 2.0 fonctionne. Elle va fonctionner du tonnerre tu verras, si bien qu'on pourra pas rêver meilleurs potes que toi et moi ! J'avais oublié ce que ça faisait de t'avoir, et je crois qu'en fait je suis pas prêt de pouvoir m'en passer encore de si tôt. Alors sèche tes larmes et allons fêter mon anniversaire ! »
Il la prit par le cou pour l'entraîner en dehors de la chambre. La légèreté était de mise. Elle n'était pas vraiment spontanée mais ce soir il devait faire un effort. Il se morfondrait sur son sort certainement le lendemain matin mais pas ce soir ! « Ah et j'attends quand même un meilleur cadeau, parce que c'était pas génial ce que tu viens de me faire là ! » Il feignit de lui donner un coup de poing sur la joue avant de s'arrêter net devant la porte de la chambre de Cat. Quand ils sortiraient d'ici, tout serait terminé. Cette idée le replongea un peu dans une mélancolie désagréable et il se tourna vers Cat, le cœur serré. «  Est ce que tu veux qu'on fasse comme dans ces films débiles que t'adore regarder avec ton pot de glace, dans le genre on recommence à zéro ? Tu sais bien ! » Il s'écarta d'un pas et lui tendit la main tout en retenant un fou rire ou une crise de larme, il ne savait pas lui même. « Salut je m'appelle Seth et j'ai besoin d'une amie, rien de plus vraiment rien de plus ! »
Revenir en haut Aller en bas
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
 04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart. Empty
MessageSujet: Re: 04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart.    04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart. EmptyLun 20 Aoû - 15:42

Sentant le poids s’alléger dans sa poitrine, alors que ses larmes se mirent à couler le long de ses joues, Cat raffermit son étreinte impulsive autour des épaules de Seth pour le consoler, cherchant à lui faire comprendre que, malgré son violent exposé, elle ne l’abandonnerait pas, jamais. C’était implicite, elle ne se sentait pas apte à rajouter de la mièvrerie dans ses propos, elle se trouvait déjà assez ridicule comme ça pour vouloir aggraver son cas, et la théâtralité de cette scène dont elle était pourtant l’actrice principale la mettait dans un certain embarras. Être aussi solennelle ne lui ressemblait pas, elle soupçonnait d’ailleurs Seth de vouloir décharger l’atmosphère avec ses plaisanteries subtilement glissées entre chacune de ses phrases. Le nez enfoui dans le creux de son cou, elle respira instinctivement son odeur, ne pouvant s’empêcher de pleurer. Elle le faisait parce qu’elle savait qu’elle avait été dure, trop brusque dans sa façon d’exposer son ressenti à son ami, mais ce dernier la connaissait. Il n’était pas sans savoir qu’il lui arrivait fréquemment d’exprimer tout haut ce que les autres pensaient tout bas avec le minimum de diplomatie, il ne lui en avait jamais tenu rigueur, peut-être parce que c’était naturel, qu’elle ne cherchait pas à se donner un genre et à blesser son entourage en manifestant ses pensées les plus acerbes. Elle pensait sincèrement que la franchise était la clef de relations saines, loin d’elle l’idée de faire du mal aux gens. Néanmoins, elle regrettait sincèrement de manquer autant de délicatesse, mais était-ce important ? Dans le cas présent, la jeune femme en doutait. Le plus important, c’était que Seth ne la repoussa pas, bien qu’elle venait de lui dire enfin qu’elle n’était plus amoureuse de lui et que, même si elle avait mis de l’ordre dans ses émotions, profitant de son célibat pour faire le point, ce n’était pas lui qui ferait son bonheur. Au contraire, il la tenait dans ses bras, tentant de la réconforter en lui assurant que tout allait bien, qu’il avait eu ce qu’il voulait alors que ce n’était pas elle qui avait le plus besoin d’être consolée. Aussi, elle lui fut reconnaissante de ne pas objecter ce contact. Elle n’aurait, en plus, pas supporté de le voir pleurer, car cela l’aurait obligée à renouer avec son ennemie jurée : la culpabilité. Elle commençait tout juste à le comprendre, elle n’avait pas à se sentir coupable d’aimer quelqu’un d’autre. Ecaterina avait fait ce qu’elle avait à faire, elle se donnait les moyens d’avancer une fois pour toutes, et aurait le droit d’extérioriser toute l’affection, tout l’amour et le désir qu’elle avait pour Gale. Elle s’en était empêchée pendant un sacré bout de temps, incapable de mettre exactement un nom sur ce qu’elle éprouvait pour Seth, ce qui la faisait reculer. Quelque part, elle s’était sentie redevable à son égard. Seth lui avait donné son amour, alors qu’elle, tout ce qu’elle lui avait accordé, c’était une attitude comparable à de l’indifférence. Il avait fallu qu’ils ne soient plus ensemble, qu’elle soit en couple avec un autre, pour qu’elle veuille être proche de lui d’une manière qui lui était totalement prohibée. Mais ce soir, elle avait su clarifier la situation, s’en dépêtrer pour de bon, sans chercher à rejeter la faute sur quiconque, juste en admettant qu’elle s’était égarée. Seth était son ami, son meilleur ami. Elle n’oublierait jamais qu’il avait été son premier petit-ami, qui l’avait fait grandir, découvrir et même s’épanouir, qu’il l’avait aidé à croire davantage en elle, elle espérait qui lui resterait fidèle amicalement parlant, car de son côté, elle ne le laisserait pas tomber et si leur première tentative de rester de simples amis avait échouée, c’était probablement parce qu’elle n’avait jamais eu la volonté de se donner les moyens de faire une croix définitive sur leur histoire, elle avait aimé être avec lui plus qu’elle ne l’avait imaginé. Cependant, cette fois, elle savait que c’était la bonne ; il n’y avait pas d’autre issue envisageable de toute façon.

Seth lui conseilla de sécher ses larmes, Cat s’exécuta en passant une main fébrile sous ses yeux partiellement démaquillés, ce qui ne changea pas le fait qu’elle sentait qu’elle avait besoin de se laisser aller à quelques pleurs de plus pour se sentir totalement en paix avec cette histoire, pour évacuer toute la pression accumulée pendant de longs mois. Toutefois, elle ne rechigna pas à le suivre, sentant ses longs doigts se refermer autour de sa nuque pendant qu’ils marchaient jusqu’à la porte. La bouche pâteuse, les joues collantes, Cat ne pipa mot, lui emboîtant simplement le pas. Elle sortit de sa chambre, s’apprêta à refermer la porte quand il plaisanta sur le cadeau douteux qu’elle venait de lui faire. Encore sous le coup de l’émotion, elle releva un regard abattu vers lui et en désignant le centre de la pièce du doigt, elle pépia :

« Oh non, je…, ton cadeau est – il est dans le tiroir de mon bureau. Je peux aller le chercher si tu… » Elle qui avait l’habitude de déceler ses plaisanteries en un claquement de doigts, elle venait de littéralement tomber dans le panneau. Fatalement, elle se sentit idiote d’être aussi sensible – l’après-coup, sans doute. Fermant les yeux quand son poing vint délicatement lui frôler la joue, elle ébaucha un sourire honteux. Le cadeau pouvait attendre, elle avait saisi, et refermant la porte, elle concéda d’une voix remplie de larmes « On se fera un dîner en petit comité la semaine prochaine, dans ce cas. Si tu peux tenir jusque-là parce que ton cadeau est sans doute le meilleur que tu n’as jamais eu. » voulut-elle plaisanter, mais elle s’aperçut que sa tentative de faire de l’humour ne sonnait pas juste. Ils avancèrent cependant jusque l’escalier, et avant que Seth n’ouvre la bouche, elle reprit avec douceur, le retenant par le poignet « Je ne regrette pas ce qui s’est passé entre nous. Je regrette la mauvaise tournure que les choses ont prise ces derniers mois, évidemment, mais si on me donnait l’occasion de te tourner encore une fois en ridicule devant ta classe de civi espagnole, je le referais, sans hésiter si ça me permettait de revivre ce qu’on a vécu. » Ecaterina le regarda un long moment puis lui lâcha le poignet. Sentant ses yeux se remplirent de nouveaux de larmes, elle secoua la tête pour la baisser aussitôt. Seth pressentit sans doute le flot qui menaçait parce qu’il tourna de nouveau la situation en dérision, l’obligeant à rire légèrement, ses yeux fixant toujours le sol. Elle les remonta graduellement, remarqua la main de Seth tendue devant elle, et releva entièrement le menton cette fois, elle affronta son regard en lui serrant la main, les paupières légèrement plissées, feintant la suspicion « Enchantée, Seth. Moi, c’est Cat. J’ai juste besoin d’un gringalet qui atteint les boîtes de conserve sur la plus haute étagère du supermarché. » Elle plissa davantage les yeux, faisant couler son regard sur sa tignasse indisciplinée « Jolies bouclettes. » Ils se serrèrent chaleureusement la main puis Cat lui repoussa le visage en se mordant la lèvre, réprimant un rire qui n’arrivait pas à se frayer un chemin entre le goût des larmes qui perdurait dans sa bouche. Seth s’engagea pour descendre l’escalier, elle, elle resta sur la première marche « Seth, je… je vais rester un peu seule. » Elle repoussa une mèche de cheveux en arrière, tentant de faire bonne figure ; ses cordes vocales semblaient être obstruées, lui donnant une voix étouffée, chagrine. Ecaterina se retourna, remonta la seule marche qu’elle avait descendue, et pivota de nouveau pour le regarder. Elle désigna son visage du bout de l’index, roula des yeux avec condescendance en prenant une expression faussement prétentieuse « J’ai besoin de me refaire une beauté, c’est vraiment urgent. » Elle baissa la main, fronça les sourcils, les traits de son visage ne trompant personne. Ecaterina voulut le rassurer, retenant ses sanglots – ce qu’elle réussit à faire admirablement d’ailleurs « Profite de ta fête sans moi, ça ira. » Ecaterina opina du chef, indiqua l’escalier d’un coup de menton « File, c’est ton anniversaire. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
 04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart. Empty
MessageSujet: Re: 04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart.    04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart. EmptyLun 20 Aoû - 22:40

Ecaterina semblait encore bien plus émue que lui peut être après cette discussion. Il ne voulait pas qu'elle en garde une quelconque tristesse. Il était abattu lui aussi, au fond de lui, mais voulait faire son possible pour que les choses ne restent pas sur cette note. Oui, pour une fois Seth tiendrait tête à ses émotions, car apparemment, la première fois, céder à son sentimentalisme ne lui avait pas réussi. Le simple fait que Cat ne soit pas complètement réceptive à son humour le mettait sur la piste. Tant pis, il n'en démordrai pas ! Il esquissa un sourire complice quand ils se rendirent compte tout les deux qu'elle était tombée dans le panneau. Quand elle le retint par le poignet, il cru que pour elle aussi, passer cette porte symbolisait un passage à quelque chose de nouveau. Une drama queen en puissance n'en aurait pas pensé moins mais Seth ne pouvait s'empêcher de mettre du sens dans ce geste aussi insignifiant. Savoir qu'elle ne regretterait rien de leur histoire le rassura, énormément. Il pouvait rester serein face au passé. D'autant plus que la blondinette semblait avoir retrouver son sens de l'humour ! « T'essaierai même pas une approche un peu plus classique ? J'avais juste envie de m'effondrer dans l'amphi et de mourir entre les chaises, t'imagine à côté de quoi tu serais passé ! » Il arqua un sourcil pour feindre la déception et la rancœur puis reprit un sourire chaleureux en lui serrant les mains à son tour. Il les lâcha pour finalement se présenter à nouveau, comme dans les films niaiseux qu'affectionnait Cat, précisément. Elle se présenta à son tour tandis qu'ils semblaient tout deux lutter pour garder leur sérieux. « Oh je vois ! Marché conclu alors, j'ai besoin d'un interprète pour faire comprendre au nains de jardin de la voisine de dégager de l'immeuble ! » Ils se serrèrent la main encore quelques secondes, jusqu'à ce que Cat ne fasse une remarque sur ses boucles. « Eh ouais Raiponce, on fait rien de mieux en Californie ! » Il leva les yeux au plafond pour prendre un air prétentieux puis ils se lâchèrent les mains quand Cat lui repoussa le visage en pinçant des lèvres. Seth rit timidement puis s'engagea dans l'escalier. « T'as pas peur que Charlie ait perdu le contrôle de la maison, elle avait déjà plus trop le contrôle d'elle même quand je l'ai vu la dernière fois ! » Il s'arrêta, voyant que Cat ne le suivait pas, puis se retourna, la trouvant immobile sur la première marche de l'escalier.
Elle voulait rester seule. Il la comprenait, il avait lui aussi très envie de rentrer. Il la regarda un instant puis pinça les lèvres en tentant de ne pas prendre la même voix triste de Cat. « Ok, je comprends, t'en fais pas ! » Malheureusement, la remarque de son amie l'avait lui aussi replongé un peu au fond de son moral. Il esquissa tout de même un sourire pour se donner bonne figure. Elle remonta la seule marche qu'elle avait descendu puis se retourna tandis qu'il ne l'avait pas encore quitté des yeux. Quand elle lui annonça le besoin d'une refonte du maquillage, il rit franchement, un peu trop peut être. « Oh je vois, l'étage est tout à toi alors, en espérant que personne ne t'intercepte au passage ! » Elle garda toujours ce même air un peu triste qu'elle peinait à cacher malgré tout. Elle lui assura que tout irait bien et lui dit de descendre. Elle avait certainement un besoin urgent d'être seule. Peut être ne s'en était il pas rendu compte mais elle pouvait être sur le point de fondre en larme. Il continua à la regarder quelques marches plus bas. Ils se rappela le jour de son emménagement à Lima, dans la cage d'escalier de l'immeuble ils avaient eut également une scène d'adieu similaire. À la différence que celle ci était tout en retenue et moins passionnée. Pourtant, la seule chose qu'ils voulait, c'était monter ces quelques marches qui le séparaient d'elle et l'embrasser encore une fois, une dernière fois si c'était possible. Jamais plus il n'en aurait l'occasion maintenant s'il ne saisissait pas celle ci. « Je crois qu'on a un problème à régler avec les escaliers... » Il serrait la rampe entre ses doigts avec nervosité sans perdre Cat du regard.

« Bonne nuit Cat... » Il voulut lui dire autre chose mais il n'y avait rien à ajouter. Pas de dernier baiser non plus, avec eux ces dernières fois avaient tendance à se répéter et ce n'était jamais pour leur bien. Cette fois, ce serait vraiment la fin. Sentant les larmes remonter dans sa gorge avec force, il lui adressa un dernier sourire puis pivota sur sa marche pour descendre celles qui le menèrent au rez de chaussée. Il retenait encore ses pleurs mais une tristesse lourde et pesante lui restait sur le cœur. Il déambula quelques instants parmi les invités encore déchaînés dans le salon, enveloppé d'une musique épaisse et rythmée qu'il n'essayait même pas d'identifier. Cat lui avait dit de profiter de cette soirée, mais pour lui il était trop tard maintenant, il n'était plus du tout d'humeur et ne le serait plus ce soir. Il reposa la bière qu'il avait attrapé au passage puis se mit à chercher Charlie des yeux.
Il parcourra la maison de long en large mais ne put mettre la main dessus, dans l'état où elle était elle pouvait être sous la table mais il n'avait pas l'intention de jouer au détective pour découvrir un cadavre alcoolisé dans un recoin de la maison. Il alla chercher son manteau et rencontra Lexie au passage. Lui en voulait il ou n'avait il seulement pas la force de lui adresser un mot à elle comme à n'importe qui d'autre ? Peu importait. Il s'empara de ses affaires puis ouvrit la porte avant de se retourner. « Lexie si tu vois Charlie, remercie là encore de ma part pour cette soirée... » Sans attendre sa réponse il franchît la porte d'entrée et s'adossa contre celle ci avant de se laisser glisser sur le sol pour laisser les larmes lui venir et pleurer sans retenue. Il ramena sa main sur son front pour pouvoir cacher son visage au cas où un importun déciderai de sortir. Il resta là quelques minutes sans jamais cesser ses pleurs. Il ne pensait à rien, il avait juste besoin d'être seul. Demain, il en était sûr tout irait mieux...
Revenir en haut Aller en bas
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
 04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart. Empty
MessageSujet: Re: 04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart.    04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart. EmptyMer 22 Aoû - 0:18

La fête d’anniversaire de ses meilleurs amis était en train de prendre un tournant auquel Ecaterina ne s’était pas attendue. Elle avait organisé cette fête en pensant qu’elle ne lui amènerait que des soucis, mais curieusement, elle était en train de devenir déterminante dans la suite de sa petite vie ; ce qu’elle venait de faire, cet acte courageux d’enfin tourner la page pour de bon après de longs mois à repousser l’échéance, confuse face à ses sentiments, était très important pour elle. Elle n’aurait plus jamais à craindre de blesser son ami parce qu’il savait exactement ce qu’elle ressentait, elle n’avait pas cherché à le ménager, et ce n’était pas plus mal, elle avait très bien agi. Elle qui déplorait d’être incapable d’un peu de douceur, trouva en revanche que cette fois, cette lacune habituelle lui avait rendu un grand service, lui évitant de tourner autour du pot alors que les choses étaient très simples en définitive : elle aimait Seth, beaucoup. Comme un ex-petit ami qui l’avait aidé à se construire, mais avant tout, comme un ami cher pour qui elle donnerait sans aucun doute sa propre vie. Aimer quelqu’un ne voulait pas forcément dire que l’on en était amoureux, Seth avait tendance à l’oublier, et cette fois, elle savait qu’il avait compris la nuance, elle ne lui avait pas laissé le choix, l’accablant d’un discours qu’elle n’avait même pas eu le temps de préparer, surprise pas la révélation de Lexie. Elle n’était pas tellement triste à l’idée que tout soit terminé, ce n’était pas la même chose qu’avec Gale. Elle se laissait aller à quelques larmes qui lui permettaient juste de faire redescendre toute la pression accumulée, elle sentait qu’elle avait besoin de rester seule pour sangloter à sa guise, sans craindre qu’on l’entende ou qu’on lui demande si tout allait bien : tout allait très bien, Seth était libre, elle l’était, elle aussi. Lorsqu’elle dit à Seth qu’elle avait besoin de rester seule, il comprit, ne cherchant pas à la faire changer d’avis. Il la gratifia d’un regard qui en disait long, descendit les escaliers et lui souhaita bonne nuit. Ecaterina le remercia d’un signe de tête, attendit que sa silhouette disparaisse de son champ de vision et éclata en sanglots, laissant partir sa tête en arrière et posant ses deux mains en coupe sur son nez. Pour lui, les choses ne seraient pas faciles. Elle le savait émotif, pas du genre à se cacher quand il avait envie de verser une larme. Contrairement à elle, s’il se mettait à pleurer, ça ne serait pas pour se dépêtrer de la contrainte qu’avait été ses sentiments pendant ces derniers mois, c’était parce qu’il était malheureux, et cette pensée fit pleurer plus fort la jeune femme qui, même si elle était sûre que les choses se tasseraient, ne pouvait totalement se faire à l’idée qu’elle était responsable de la mauvaise nuit qu’il passerait.

Les lèvres pincées sous ses doigts, Ecaterina tourna les talons. Elle n’avait pas l’intention de retourner fêter l’anniversaire de ses amis. La soirée avait été rude, elle était épuisée, moralement plus que physiquement. Bien qu’elle se sentit nettement mieux malgré ses larmes qui continuaient à mouiller ses joues bouillantes, elle ne pouvait se permettre d’aller pleinement profiter des festivités après cette discussion, elle n’en avait pas envie. Ce qu’elle voulait, c’était se démaquiller, ôter sa robe qui lui parut soudain trop étroite, comme une cage de tissu qu’elle dont elle voulait absolument sortir, ses chaussures, se tresser les cheveux et se glisser dans ses draps pour réfléchir à la suite des événements, retournant dans tous les sens la façon dont elle envisagerait sa relation avec Gale, le facteur Seth n’existant plus. Se dirigeant vers sa chambre, elle entra, pleurant toujours. Elle referma la porte, se déchaussa d’un coup de pied, puis fit glisser la fermeture de sa robe qui descendit le long de ses jambes nues. Elle la laissa au sol, alla tirer un tiroir de sa commode pour prendre un sweat bleu pastel qu’elle enfila. La tête hors de son col, elle se retrouva face à son reflet dans le miroir et cette image de jeune femme larmoyante lui déplut. Se laissant aller à un dernier sanglot, elle ferma les yeux très forts, se mordant la lèvre d’un même chef, puis secoua la tête avec autant de virulence pour retrouver une expression normale, détendant son visage contorsionné par ses pleurnicheries. Elle allongea sa manche, se sécha les joues et les yeux, et enfin, passa ses deux mains assurées dans ses cheveux soyeux, les étalant de part et d’autre de ses épaules couvertes avant de les attacher en queue de cheval haute, à l’aide d’un bracelet qu’elle portait au poignet droit. Ecaterina se lança un dernier regard dans le miroir, glissa ses pupilles sur son lit qu’elle distinguait dans le reflet et fronça les sourcils. Ce dont elle avait besoin, ce n’était pas de dormir, c’était de prendre l’air. Fouillant dans son tiroir à l’aveugle, elle ne s’inquiéta pas d’enfiler un vieux short en jean qu’elle avait emprunté à Charlie, oubliant un temps que le thermomètre était en dessous de zéro à l’extérieur, et ressorti de sa chambre pour descendre les escaliers et aller récupérer ses clefs de voiture : la fête continuerait sans elle.

- Topic Terminé -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
 04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart. Empty
MessageSujet: Re: 04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart.    04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

04. [Brown/Robertson] Let's have the time of our lives | Don't let it break your heart.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 4
-