Choriste du mois


Partagez | 
 

 05. What you think about this love ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 05. What you think about this love ?    Dim 16 Sep - 23:13

Ce qui ressemble à l'amour est toujours de l'amour



Une simple brise parcourait les rues de Lima ce matin là. Le ciel était d'un bleu turquoise à te faire sortir dehors sans même un regard par la fenêtre. Un temps idéal en somme pour une petite balade. Quoi que, depuis plusieurs mois, cette "petite balade" était devenue quotidienne pour Sean. Une sorte de rituel du matin. En matinée, les rues de Lima était désertes. Les gens avaient un train de vie assez lent, même en plein milieu de la semaine. On était Vendredi, il était 8h30 et pourtant, la ville semblait encore bien calme. Et qui dit une ville calme, dit forcément pas de travail pour Sean. Alors, le garçon avait décidé de partir vers les enceintes de McKinley High. Le seul endroit où il y fait bon vivre en cette heure matinale de la journée. Depuis quelques temps maintenant, le petit blondinet aimait passer ces matinées dans les gradins du terrain de foot. Un moyen pour lui de se divertir un peu et de se changer les idées. Dans son ancienne vie, Sean faisait beaucoup de sports, dont notamment du football américain. Même si il n'était pas super bon, il aimait se dépenser sur le terrain et le fait de revenir dans une enceinte tel que le stade, lui rappelait cette époque où il pouvait pratiquer autant de sport qu'il le voulait. C'était sûrement la seule satisfaction qu'il avait trouvé au fait d'être riche. Si on ne compte pas le fait qu'il pouvait manger tout ce qu'il voulait bien sûr. En plus du club de football, Sean pratiquait du base-ball, du hockey ainsi que de la boxe. La boxe a vrai dire, lui servait plus de défouloir qu'autre chose mais c'était aussi un bon moyen d'imaginer la tête de ses parents en face de lui. Au moins, dans ce club de boxe, il pouvait frapper librement quelques chose qu'il ne risquait pas de blesser, sans pour autant être en face de la personne qu'il souhait voir à la place du sac de frappe. Une sorte d'alternative à la réalité en quelque sortes. Le sport lui avait entre autre permis d'échapper à sa vie, l'espace d'une heure, d'un match voir même de quelques secondes. Et avec le temps, ce qui ne devait être qu'une simple alternative s'est transformé en une passion. Une passion qui aujourd'hui, était malheureusement en stand-by ! Et pour cause, plus de sous, donc plus de sport et plus de passion. A vrai dire, ça lui manquait beaucoup. Bien sûr, il continuait régulièrement de tuer le temps en faisant des pompes, des abdos,etc ... mais ce n'était pas la même chose que la pratique d'un sport collectif. Pas les mêmes valeurs non plus. Peut être que c'est en voyant le superbe vert de la pelouse du stade que Sean arrivait à compenser son envie de faire du sport. Nul ne pouvait le savoir.

Ce matin là donc, Sean était assied sur un des nombreux bancs qui composaient les gradins et regardaient avec envie les joueurs de l'équipe des Titans en train de s’entraîner. Il ne comprenait pas vraiment le fait de s’entraîner à cette heure aussi matinale, mais en tout cas, il l'approuvait ! Sean était comme un enfant déballant ses paquets de Noël lorsqu'il regardait ces garçons qui s’entraînaient. D'ailleurs ce jour là, il eu même l'opportunité de toucher un ballon. C'était pour leur redonner la balle, certes, mais c'était déjà ça. Comme il commençait à faire un peu froid, Sean décida pour se réchauffer de répéter ses différentes partitions qu'il emmenait toujours avec lui. McKinley High était bien calme le matin, et même pour Sean qui n'était plus au lycée, ces allures " Resident Evil " faisait un peu peur. Comment un aussi grand lycée pouvait t'il être aussi vide ? Il n'avait croisé quasiment personne. Si ce n'est deux professeurs se rendant sûrement à ce qui devait être leur "rituel du matin". Pourtant, le petit blondinet aurait aimé croisé quelqu'un. Une fille qu'il n'avait pas vue depuis maintenant deux semaines. Deux semaines qui semblait une éternité pour lui. Adrianna Marquez. Le petit blond avait littéralement craqué sur cette fille. Belle, drôle, intelligente ... Et pourtant, qui aurait crû il y'a quelques mois qu'il serait tombé amoureux, lui qui était si déterminé à vivre une vie simple, lui qui s'était mis dans la tête que personne ne voudrait d'un SDF. Et bien, au diable les préjugés comme dirait l'autre ! Si on lui avait posé la question du ceux pourquoi il était venue à McKinley ce matin, il aurait sûrement répondu " Pour voir s’entraîner l'équipe de football" . Ouais, mon oeil ! Plus pour voir une certaine jolie fille au yeux magnifique. A vrai dire, au moment même où il avait poser ses fesses sur l'estrade, il savait très bien que son but était de retrouver Adrianna. Maintenant, il savait aussi que ça avait peu de chance d'arriver. Et ceux parce qu'il n'avait presque aucun moyen de la joindre. A cette pensée, Sean s'arrêta un moment. Il secoua alors la tête comme pour chasser ce souvenir où il se voyait en train de courir en vain pour demander le numéro du portable de la jeune fille. C'est à ce moment là, qu'il entendit des bruits de pas à quelques mètres de lui. Ca y'est ! McKinley venait de se réveiller. Au bruit que faisait les chaussures de cette personne sur le sol des gradins, Sean supposa que c'était une fille. Son coeur se mit alors à battre dix fois plus vite. Est-ce qu'une divinité quelque part la-haut avait entendu sa prière ? Est-ce que par un pur hasard, Adrianna s'avançait vers lui ? Il fixa l'entrée du stade d'un regard pénétrant attendant d'apercevoir ( peut-être ) le visage de celle qu'il aimait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. What you think about this love ?    Ven 21 Sep - 21:40

Un magnifique ciel bleu matinal surplombait la petite ville de Lima, Ohio. Doucement, les habitant commençaient à s'animer. Certains émergeaient doucement du sommeil, se préparant à une nouvelle journée de travail, d'autres rentraient chez eux après une nuit éprouvante, d'autres enfin, déjà bien réveillés, commençaient leurs activités matinales. Ici et là, des voitures commençaient à circuler, encore rares et discrètes. En revanche, ceux que l'on repérait du premier coup d'oeil étaient les bus jaunes et les quelques voitures qui se dirigeaient tous vers une même destination : McKinley High School. Le lycée était l'endroit de la ville qui semblait le plus vivant à cette heure matinale. Les élèves se garaient ou descendaient du bus en parlant avec animation pour certains, encore à moitié endormis pour d'autres. Des cris se faisaient entendre depuis le terrain de sport, sur lequel l'entraînement des Titans avait déjà commençait. Le tout donnait un aspect de fourmilière à la vieille bâtisse. Chacun à sa place, agissant avec les autres, sachant exactement ce qu'il avait à faire. Et pourtant, en y regardant de plus près, on pouvait apercevoir quelques créatures solitaires qui semblaient étrangères à l'agitation ambiante.

Parmi elle, une jeune fille assez discrète. Elle avait de courts cheveux châtain et de grand yeux noisettes. Elle semblait un peu en dehors du reste du monde. Seule, elle marchait un peu à l'écart de cette agitation matinale qui, en fait, la mettait mal à l'aise. Elle avait besoin d'être seule. Elle s'éloignait légèrement de l'entrée du lycée pour se diriger, tranquillement, vers les terrains, un peu plus loin. Après tout, elle n'avait pas cours avant deux heures. La seule raison pour laquelle elle était là aussi tôt était son absence de permis de conduire. Elle n'avait pas l'âge de le passer en France et n'avait eu ni le temps ni l'envie de tenter l'expérience aux Etats-Unis.

En marchant vers le stade, elle resserra sa veste autour d'elle. Elle ne s'habituerait sans doute jamais à ce côté de Lima : le froid. Paris n'était pourtant pas la ville la plus chaude du monde mais l'Ohio était pire ! Définitivement pire ! Elle n’accéléra pourtant pas le pas. Cette petite balade matinale lui faisait du bien. Elle avait de moins en moins de mal à s'intégrer à la ville, à cette atmosphère si différente de ce qu'elle connaissait mais pourtant, de temps à autre, il lui arrivait encore d'avoir besoin d'un peu de solitude pour se perdre dans ses pensées. C'était dans ses moments-là qu'elle appréciait le plus les matins frais de Lima, mine de rien. Peu de gens sortaient à cette heure-là, préférant se réfugier à l'intérieur. Bon, d'accord, c'est ce qu'elle faisait. Les autres avaient l'habitude et pouvaient rester dehors sans sembler craindre le froid. Qu'à cela ne tienne, elle était allée faire un tour du côté du terrain de sport. A cette heure elle était pratiquement sûre de trouver les footballeurs en train de s'entraîner mais n'en avait cure. Après tout, ils ne faisaient que rarement attention à elle.

Alors qu'elle passait près des gradin, il lui sembla reconnaître la silhouette de Sean. Le garçon et elle était devenus très proches depuis son arrivée en ville. Il était, en fait, ce qui se rapprochait le plus d'un meilleur ami pour la jeune fille bien qu'elle n'eu pas encore atteint le niveau de connivence qu'elle avait avec Sebastian (avait eu, corrigea-t-elle avec une pointe de tristesse). Malgré tout, parler avec le jeune homme et se confier à lui était devenu un réflexe pour elle et, parfois, il lui semblait qu'il était le seul avec qui elle arrivait vraiment à sentir qu'elle était bel et bien "chez elle". Elle décida en une nano-seconde de monter sur les gradins pour aller le rejoindre. Il semblait songeur, tout comme elle quelque minutes plus tôt. Pourtant, il tourna la tête vers elle alors qu'elle s'approchait. Juste un sourire. "Hi Sean. Tu vas bien ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. What you think about this love ?    Mar 25 Sep - 15:58

Eh bien ça pour une surprise, s'en était une de taille. Vérité McFillan, celle qu'il considérait comme sa "meilleure amie". Ou du moins, celle qui se rapprochait plus de cette définition là. Elle venait d'apparaître devant l'entrée des gradins. Vérité semblait être surpris de le voir ici. Ce qui était logique en même temps. Personne n'avait réussi à savoir où se trouvait le blondinet et à quel moment précis car il était tout le temps en mouvement. Essayait de le trouver était simple mais quand ? Là était la question ! Vérité venait de réussir sans le savoir un tour de force ! Et à vrai dire, Sean en était plutôt content. Il avait vraiment besoin de se confier à quelqu'un en ce moment. Véri' semblait la personne la plus apte à l'écouter. Le garçon aimait beaucoup lui parler. Parfois de tout et de rien, peu importe ! Elle écoutait vraiment tout. Ce sentiment d’intéresser quelqu'un faisait plaisir au garçon. A vrai dire, personne dans le monde de la rue ne lui faisait vraiment confiance au point de pouvoir se confier entièrement. Et réciproquement, Sean ne faisait pas confiance à grand monde. Il est vrai que parfois, certains clients en manque d'amour ou de solidarité venait le voir pour se confier à lui. Mais ça ne restait que des clients. Bien sûr, il prenait beaucoup de plaisir à les écouter, mais à qui pouvait t'il réellement faire confiance au point de se livrer entièrement ? On pouvait compter ces personnes sur les doigts d'une main. Vérité en faisait partie ! Et bien entendu c'était la première ( ou le premier doigt ). Le petit blondinet laissa Vérité s'approcher tout en lui adressant un sourire qu'elle lui renvoya tout naturellement. Une certaine alchimie avait prit entre les deux personnes. Sean avait trouvé quelqu'un sur qui compter. Une personne qu'il pouvait enfin se permettre de considérer comme importante à ses yeux.


Alors que Vérité s'approchait de lui, elle entama la conversation d'un air calme. Sean semblait reconnaître dans le son de sa voix qu'elle était contente de le voir. Peut-être était t'il en train de se tromper, mais en tout cas, lui l'était. « Oh Vérité ! Bah ça pour une surprise. Je ne m'attendais pas du tout à te voir ici. Disons que les gradins sont habituellement calme à cette heure-ci.» Ah ça pour être calme, il l'était ! Il n'y avait personne si ce n'est eux deux. Les joueurs de foot quand à eux, étaient en train de remballer leur matériel d'entrainement. Une légère brise vint rappeler à Sean la dur réalité de l'Ohio et de son froid hivernal. Ce dernier eu un léger frisson et poursuivit. « Bah écoute, ça va comme on peut. Je n'ai plus beaucoup de client ces temps-ci. Pas mal de mes habitués ont beaucoup de boulot, d'autres ont déménager .. Bref la ville bouge quoi ! Le problème, c'est que je vie au rythme de la ville et du coup .. Enfin, c'est pas bien grave écoute. Et toi comment vas tu ? » Sean n'osait pas vraiment exprimer entièrement son mal-être. Bien sûr qu'il était dans le pétrin le plus total, mais le fait de l'avouer était pour lui impossible. Le blondinet détestait afficher sa détresse. C'est d'ailleurs pour ça qu'il arborait un sourire en permanence. Comment en vivant dans la rue ne pouvait t'il pas être dans le caca ? Il avait peut être choisie cette vie mais avait'il penser que ça serait aussi dur ? Non certainement pas. Malgré tout et pour essayer de masquer son désarroi, Sean ravala sa salive et d'un large sourire en direction de Vérité lui dit. « Tu sais Véri' , ça me fait super plaisir de te voir ! Si il y'a bien une personne qui peut me comprendre c'est toi .. et à vrai dire, en ce moment je me sent un peu seul. Je ne dis pas que mes clients sont méchant .. mais .. ce n'est pas la même relation que j'ai avec toi. Je suis content de leur donner le sourire, mais .. je ne sais pas, ce n'est pas pareil. » Au fond de lui, Sean le savait très bien. Il avait beau le cacher du mieux qu'il pouvait. Son désarroi, sa peine, sa solitude était lisible sur son visage. Et cette fois-ci, sa guitare ne le sauverait pas.


A cet instant, il ne put s'empêcher de penser à Adrianna. Leur rencontre n'avait certes pas était de très longues durée, mais elle avait était intense. L'espace d'un instant, Sean avait comblé sa solitude et tout ses problèmes. Tous étaient partit en un regard. Elle lui avait fait le même effet que Vérité mais d'une autre manière. Vraisemblablement, il était tombé amoureux. Amoureux d'une fille qu'il venait à peine de connaître, une réaction de gosse quoi ! Certes, mais pour Sean, cette " réaction de gosse" était parfaitement logique. Cela faisait des années qu'il n'avait pas connu cette sensation. Elle était arrivé au moment où il en avait le plus besoin et s'était malheureusement volatilisé en moins de temps qu'il faut pour le dire. Depuis ce jour, plus de nouvelles. Sean ne savait simplement qu'elle faisait partie de l'équipe des Cheerios et qu'elle était dans ce lycée tout comme Vérité. Soudain, comme par magie, son cerveau fit un petit "tilt". Si elle était dans le même lycée que Vérité, les deux filles devait sûrement se connaître. Après tout, le lycée c'est un peu comme une sorte de fourmilière géante où tout le monde se connait, tout le monde se cherche, tout le monde se détruit, tout le monde cherche la réputation qu'il ou elle mérite non ? Dans la tête de Sean, plein d'idée se mirent alors à jaillir. Ca serait trop longue pour toutes les décrire, mais une chose est sûr, c'est qu'elle regroupait toute Adrianna et Vérité. Prenant alors son courage ( et peut-être son destin ! ) à deux mains, le blondinet sortit alors cette petite phrase. « Dit Vérité, tu ne connaîtrais pas une Adrianna Marquez par hasard ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. What you think about this love ?    Dim 30 Sep - 23:39

Il y avait une lueur de tristesse dans le regard de son ami que Vérité ne su interpréter. Mais elle ne chercha pas à le brusquer. Il lui dirait ce qui n'allait s'il en avait envie. A vrai dire, elle n'eu pas à attendre longtemps. Il lui suffit d'écouter Sean dire qu'il avait moins de client pour qu'elle comprenne. Elle savait que Sean vivait à la rue, qu'il survivait uniquement en chantant. Et il était vrai que, de plus en plus, les gens prenaient moins le temps d'écouter les artistes de rue. Et elle n'avait aucun mal à se représenter ce qu'une perte de clients pouvait représenter pour le jeune blond. Elle lui aurait bien proposé de venir s'installer chez elle mais ... A vrai dire, elle avait peur qu'il ne prenne sa proposition pour un acte de pitié. Après tout, il avait choisit cette vie. Mais cela la blessait quand même de le savoir seul dehors, sans aide et sans nul part où aller. Elle se contenta donc de se rapprocher de lui et de passer son bras autour du sien. Ici, aux Etats-Unis, ce geste était extrêmement intime et elle savait que ses gestes purement français, ce besoin qu'elle avait d'être proche physiquement des autres pouvait être mal vu. Mais elle ne connaissait pas d'autre façon de le consoler. Et puis ce n'était pas comme si la moindre ambiguïté était possible n'est-ce pas ? Après tout, les mecs, c'était pas vraiment son truc et ça, Sean le savait parfaitement.

Elle sourit, un peu tristement il faut l'avouer, lorsque Sean lui révéla ce qu'elle savait déjà, à quel point elle comptait pour lui. Mais pourtant, il avait toujours l'air tellement triste ... "Toi aussi tu es très spécial pour moi. Je veux dire, tu es le seul qui me donne l'impression que cet endroit et vraiment celui où je vis et pas juste un lieu inconnu dans lequel je erre en essayant de me faire une place. Quand je te parle j'ai vraiment l'impression d'être chez moi." Comme quand je parlais avec Seb ... faillit-elle rajouter. Mais elle se retint à temps. Elle n'avait parlé de lui à personne. Elle n'osait pas. Comment leur expliquer qui il était, ce qu'il représentait pour elle ? Comment faire comprendre à quel point il lui manquait, chaque jour, au point de presque créer une douleur physique ? Non, vraiment, elle ne le pouvait pas. Alors elle vivait avec ça en elle et ne le révélerai à personne. Elle était comme ça : farouche et secrète. C'était peut-être ce qui lui permettait d'être tellement à l'écoute, quand les autres avaient besoin d'elle.

La phrase suivante de Sean la tira de ses pensées. Adrianna ? Oui, elle la connaissait un peu. Elle l'avait déjà croisé quelque fois dans les couloirs et il lui semblait, sans qu'elle sache vraiment pourquoi, que la jeune femme ne l'appréciait pas trop. Bon, ce n'était pas étonnant vu que peu de gens au lycée lui portaient un amour inconditionnel (forcément nouvelle, française et lesbienne assumée ça faisait un peu trop pour la profonde Amérique puritaine) mais parfois, elle avait l'impression qu'Adrianna avait une raison personnelle de lui en vouloir. "Je vois qui c'est mais je ne crois pas lui avoir déjà parlé. Pourquoi, tu as un problème avec elle ?" Elle fronça les sourcils. Qu'on s'en prenne à elle d'accord, elle avait l'habitude, mais si quelqu'un essayait de toucher à ses amis, là elle pouvait mordre !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. What you think about this love ?    Sam 13 Oct - 15:25

Quand Vérité vint passer son bras autour de celui de Sean, ce dernier lui rendit cette attention par un sourire sincère. La jeune fille était quelqu'un de vraiment attachante, et Sean avait beaucoup de mal à résister à ce petit sourire. Si charmant et si irrésistible. Comment voulez vous résister à ça ? Sean avait beau être triste au fond de lui, en quelques secondes, sa meilleure amie venait de lui redonner le sourire. Bien sûr, cela n'enlevait en rien sa peine, qu'il s’efforçait de garder en lui depuis maintenant quelques minutes, mais le simple fait de savoir qu'il pouvait compter sur quelqu'un de proche, d'important pour lui, le réconfortait fortement. C'est sûr que ce n'était pas grand chose, ce n'était pas comme si elle venait des régler ses problèmes d'argent et de lui donner un logement, mais quelque part, rien que par ces simples mots, ces simples gestes, elle lui ôtait l'espace d'un court instant et par la seule force d'un sourire, tout ses moindres problèmes. Personne jusqu'à présent ne s'était réellement soucié des problèmes qu'il pouvait avoir, ou tout simplement, de lui même. Les gens avait beau être les personnes les plus attachantes au monde, elle restait néanmoins des personnes normales et une personne normale aujourd'hui à obligatoirement une part d'égoïsme au fond de lui. Au fond, quand on y pense, ses clients venait essentiellement pour les musiques qu'il produisait et non pour le personnage en lui même. C'est peut être ça qu'il manquait à nôtre petit blondinet. Ce besoin d'attention particulier ! En même temps, il est normal qu'on vienne le voir pour sa musique, le contraire serait inquiétant. Mais, Sean était un gars comme tout les autres, et dans sa tête, quelque part, il avait encore ce besoin d'attention. Pas un besoin maternelle, un simple besoin d'attention, quelqu'un qui puisse le comprendre, l'écouter et le conseiller. Malheureusement, la société d'aujourd'hui lui paraissait bien trop individualiste pour pouvoir s’intéresser à d'autre personnes. Et ça, c'est ce qui avait le don d'énerver le garçon. Le fait de voir passer tout les jours des gens qui ne s'arrêtent même pas pour l'écouter, par simple respect de son travail, l'irritait au plus haut point. Pourtant, il ne pouvait pas se permettre de broncher et ne s'en serait jamais permis de toute manière mais un paquet d'insultes lui venait à l'esprit à chaque fois qu'il croisait une personne de ce style. Sean encaissait sans arrêt, se retenant sans cesse d'envoyer toutes ses insultes au visage de ces personnes. La vérité … Il n'y a rien de plus douloureux que d'entendre la vérité en face. Peut-être qu'un jour, le garçon réussirait à la dire. Mais pour le moment, il se contentait d'observer.Quand Vérité lui répondit, Sean ne pu s'empêcher de sourire. Cette fille était vraiment une perle rare et heureusement qu'il était tombé dessus en premier. Le garçon resserra l'étreinte du bras de la jeune fille sur son propre bras. Comme pour lui dire de ne pas partir, qu'il voulait qu'elle reste, qu'il était bien. Le blondinet, regarda alors Vérité et lui répondit.

« Ça me fait plaisir ce que tu me dis là Véri'. Sincèrement, c'est adorable. Ça fait plaisir de voir que je peux compter sur quelqu'un. Mais, je comprend pas quand tu dis que tu « erre en essayant de te faire une place » Je veux dire, tu n'as pas réussi à t'intégrer au lycée ? Pourtant, je ne sais pas moi, tu est belle, intelligente, adorable, tu as absolument tout pour toi. Si tu n'arrives pas à t'intégrer, alors qu'est que ça serait pour un gars comme moi. Tu me diras, j'ai eu aussi beaucoup de mal à m'intégrer quand j’étais au lycée. Même si c'était beaucoup plus simple, vu que j’étais dans un lycée de riche, j'ai quand même mis .. quelque chose comme un an avant de vraiment sentir que c'était .. mon lycée quoi ! »


Oui, malgré les apparences, le blondinet avait eu beaucoup de mal à s'intégrer dans ce milieu si hostile et malsain qu'est le lycée. C'est vrai que comparé au autres riches, lui était vraiment … beaucoup plus riches. Enfin, disons que la notoriété de ses parents le plaçait dans les yeux de tout le monde comme quelqu'un de très riches, d'arrogant voir même de méchant. Pourtant, la réalité était tout autre, mais que voulez vous, la bêtise des riches, trop aveuglé par leur argent pour voir la réalité en face. Heureusement que Sean avait quitté ce monde là et en y repensant, il était plutôt heureux de son choix. L'argent, tout bien réfléchi, c'était pas pour lui, ni le milieu « branché » voir « bourgeois » d'ailleurs. Mais revenons donc au sujet. Sean, ne comprenait pas. Pour lui Vérité était un peu comme un ange tombé du ciel et le fait qu'elle ne s'intègre pas dans son lycée, bien qu'il savait ce que c'était, il ne le comprenait pas. Le garçon aurait était à McKinley un an plus tôt, mais il se serait jeté sur Vérité pour devenir ami avec elle mais apparemment l'inconscience frappait de plus en plus tôt. Ou alors, c'était peut être elle qui ne souhaitait pas s'intégrer, mais si c'était le cas, ça étonnerais beaucoup le garçon. En attendant la réponse de son amie, Sean s'essaya à une petite blague.

« .. En tout cas, je ne savais pas que je ressemblais autant à un Français, ça doit être un compliment, Aha »

C'est vrai que Vérité ne lui avait presque jamais parlé de son pays. Elle était Française. Plutôt rare au États-Unis me direz vous, mais tant mieux, la diversité n'est t-elle pas une valeur fondamentale ? En tout cas, le garçon était bien content de connaître quelqu'un ayant des origines différentes que l'Amérique. Il n'avait jamais rencontré de française ou françaises jusqu'à présent et ne savait donc pratiquement rien sur ce pays, si ce n'est que sa capitale était « la merveilleuse Paris » comme lui disait un de ses fidèles clients. D'ailleurs, il était peut-être temps de réparer cette erreur.

« Au fait Véri', tu ne m'as jamais vraiment parler de ton pays natal. Et vu ma culture géographique, j'en connais pas vraiment beaucoup sur la France, tu pourrais m'en parler un peu ? »

Quand la jeune fille demanda à Sean si il avait un problème avec Adrianna, le garçon eu d'abord le réflexe de sourire. Elle avait le don de lire dans les pensées des gens apparemment. Non pas que c'était un problème en soie, mais la chose était tout de même compliqué. Sean, maintenant dans une position délicate n'avait plus qu'à lui avouer son attirance pour la jeune fille. Comment allait bien pouvoir réagir Vérité, là était le vrai problème. Rien n'indiquait qu'elle aimait cette fille, et elle pouvait prendre mal le fait que Sean en soi amoureux. Malheureusement, il était trop tard pour espérer changer de conversation, son amie attendait maintenant une réponse.

« Aha, non, non pas du tout ! … Enfin si, un peu quand même. Disons que … soupir Je crois que je suis tombé amoureux de cette fille Véri'. Et … je ne sais pas si c'est vraiment bien pour moi, on ne vie pas du tout dans le même monde et … bref, pour elle, je dois être qu'un simple SDF, même pas fichue de se trouver un boulot à dix neuf ans. Je ne suis même pas sûr qu'elle se souvienne encore de mon visage. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. What you think about this love ?    Lun 29 Oct - 22:32

Grillée ! Elle savait que sa langue finirai par la trahir. C'était vrai, elle avait l'impression de ne pas être chez elle à McKinley, de ne pas être dans son élément. Le choc culturel associé à sa différence et au manque de tolérance des autres élèves la blessaient parfois. Elle était forte mais pas invincible. Et il lui arrivait de lâcher prise, de temps en temps. De se dire que cette vie, ce n'était pas celle dont elle rêvait. Qu'elle aurait préféré rester en France, malgré ses rêves de grandeur, de paillettes, de succès ... Elle savait qu'il n'y avait qu'ici qu'elle pourrait les réaliser et, en même temps, tenir sa promesse mais elle n'avait pas pensé que ça se déroulerai ainsi. Dans ses rêves, elle débarquait aux US à vingt ans, après avoir eu son bac et une bourse d'étude, puis elle travaillait comme une dingue dans le monde du spectacle, uniquement des petits rôles, avant de réussir à se faire un nom. Elle n'avait pas un instant imaginé qu'elle aurait deux ans d'avances sur son programme et qu'elle serait forcé de finir sa scolarité dans un lycée homophobe, voire carrément xénophobe !

Elle n'avait pas envie d'embêter Sean avec ses petits problèmes de lycéenne un peu paumée mais, pourtant, elle savait que parler lui ferai du bien. Elle ne pouvait pas toujours tout garder pour elle, sinon elle risquait d'exploser. De se mettre en colère ou alors de fondre en larme (peut-être même les deux en même temps !) Et elle préférerai éviter de se faire remarquer pour ça ... Piquer une crise en plein milieu du lycée quand, en plus, on n'y ai pas forcément aimé, n'est pas vraiment conseillé pour améliorer sa situation.

"C'est pas vraiment ça le problème ... Mais je suis un peu trop différente je crois ... Non seulement le fait que j'arrive lors de la dernière année ne m'aide pas des masses vu que les groupes sont déjà formés mais si on rajoute mon accent français et mon homosexualité ... Disons que ça ne plait pas aux gens. Entre ceux qui ne comprennent pas ce que je dis et ceux qui me balancent des slushies à la figure en m'insultant, je ne suis pas forcément bien lotie. Mais bon, c'était pareil en France jusqu'à ce que je rencontre ma première copine donc bon, j'ai l'habitude !" Elle s'accorda une courte pause pour réfléchir. "Quoique ... Au moins les français ont la délicatesse de ne pas lancer de boisson à la tête des gens." Ajouta-t-elle en riant.
Pourtant, ce qu'avait dit Sean l'avait fait tiquer. Autant lui ne pouvait comprendre pourquoi elle avait des difficulté d'intégration, autant elle se demandait comment ça se faisait que lui aussi ait eu du mal à se faire des amis au lycée. "Je pourrai te retourner la question tu sais ? Tu es l'une des personnes les plus gentilles que je connaisse, je ne vois pas pourquoi on aurait pu refuser de te parler ..."

Oh ! La bouche de la jeune femme forma un joli "O" lorsque le jeune homme lui demanda de parler de son pays. Il avait conscience que là, on risquait d'en avoir pour des heures ? Parce que bon, elle y avait passé les dix-sept premières années de sa vie et elle adorai la France. Donc bon, lui décrire le pays en long, en large, et en travers ça risquait de prendre un peu beaucoup de temps. Mais, pourtant, la question lui fit plaisir car elle n'avait pas encore pu en parler vraiment jusqu'à présent. Alors qu'on lui demande carrément d'aborder le sujet ça lui plaisait énormément !

"Hum ... Par où commencer ? Bon, déjà, je suis née et j'ai vécu à Paris jusqu'à mon déménagement. Comme mon père est un avocat assez doué on habitait dans un des quartier chic. Mais la ville toute entière est magnifique ! Où qu'on aille, on s'en prend plein les yeux ! Culturellement, c'est très riche grâce aux musées (que j'ai tous visité d'ailleurs) et puis tous les quartiers semblent nous raconter une histoire. Et puis il y a des tonnes de boutiques partout alors forcément pour une shoppeuse dans mon genre c'est le paradis ! Sinon ... Le Sud est merveilleux aussi. Bien plus naturel, rural et ... je sais pas comment l'expliquer mais ce qui m'a marqué le plus là vas c'est les odeurs. Tout y sent terriblement bon !" Elle s'interrompit quelques secondes pour reprendre son souffle. Elle pourrait parler de son pays natal pendant des heures mais elle commençait à se dire qu'elle allait ennuyer Sean si elle continuait comme ça.

Lorsqu'elle eu finit son speach, elle écouta attentivement ce que son ami avait à dire sur Adrianna. Ah. Bon, ok. Donc, il était amoureux de la petite brune. Elle pouvait le comprendre, la jeune fille était diablement jolie. Après, elle restait une Cheerios. Vérité avait très vite appris à se méfier des Cheerios et des Titans. Généralement, elle n'était pas amie avec ceux qui dirigeaient l'école. Mais bon, si Sean s'était épris d'elle, il devait bien y avoir une raison. "Alors là mon grand je t'arrête tout de suite ! Tu n'es pas un pauvre type, loin de là ! Tu es un type génial ! Compris ? Enfin, ça explique au moins ta présence dans le lycée à cette heure ... Tu voulais la voir hum ? Tu sais, je la connais pas trop et je suis pas la mieux placée pour donner des conseils en amour mais si elle te plait vraiment essaie de lui parler. Tu n'as rien à perdre après tout. Et puis, qui sait, peut-être même que tu pourrais avoir une bonne surprise non ?" De toute façon, si Sean ne s'en occupait pas, Vérité était tout à fait capable de le forcer à aller voir la jeune fille ! Hors de question qu'elle laisse son meilleur ami passer à côté d'une possible belle histoire !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. What you think about this love ?    Mar 20 Nov - 13:08

Quand le garçon entendit la réponse de son amie, à vrai dire, il ne fut pas si étonné que ça. La connerie humaine ! Il avait l'occasion de la côtoyer depuis plusieurs jours déjà et chaque jour, la conscience collective ou l'égocentrisme humain avait le don de l'énerver. Au fur et à mesure qu'on lui donnait la possibilité de se faire un opinion, ce dernier se dégradait de plus en plus et bien qu'il continuait à croire en l'Homme de tout son être, le jeune homme ne pouvait que simplement constater les dégâts. Des dégâts constatables sur lui, mais sur la population entière également. Alors, quand Vérité vint à lui dire que c'est avant tout sa différence qui expliquait le rejet de son entourage au lycée, Sean fit un faux sourire, tout en secouant la tête comme pour dire que pour lui, tout ça, c'était du grand n'importe quoi. Comment pouvait-on juger quelqu'un de par ses différences ? Il savait très bien que le jugement par rapport à la classe social était de plus en plus courant vu qu'il le subissait tout les jours, mais le jugement par rapport aux différences d'autrui... Les différences chez une personne n'étaient-elles pas censées la rendre unique ? Justement différentes des autres ? La différence est censé attirer et non pas repousser. Du moins, pour le jeune homme en tout cas. Se passant la main dans les cheveux, et d'un air toujours aussi choqué, le jeune homme voulut rassurer son ami et la réconforté avec ses quelques mots.

« Écoute ma belle Véri'. Je ne veux pas que ça continue comme ça. Je ne comprend pas pourquoi il y'a ce rejet des autres envers toi. Tu est .. je ne sais pas, mais à mes yeux, tu est tellement parfaite et pour tout te dire, avant d'apprendre à te connaître un peu plus et de savoir ton orientation sexuelle, tu me faisait littéralement craqué. Et tu me fais toujours craquer d'ailleurs. Mais je respecte totalement tes orientations et je les comprends. Au contraire, je trouve que c'est justement ça qui te rend unique et tellement attachante. Il ne faut pas que tu t'arrêtes sur ce qu'il pense eux, mais sur ce que tu penses toi. Et puis ton accent français est juste à tomber ! Alors, je n'accepterais pas qu'on te lance des slushies à la tête plus longtemps. J'aimerais être là pour leur dire leur quatre vérités, mais malheureusement, le lycée c'est terminé pour moi ! Mais si ça recommence, je veux que tu saches que je n'hésiterais pas à venir au lycée pour les remettre en place. Je suis là pour toi ma Véri' et moi je crois en toi ! »

A ce moment là, Sean était bien remonté ! Remonté contre tout ces imbéciles qui pouvait juger ne serait-ce que par le physique et par les rumeurs qui circulent. Limite, il en voulait au monde entier. Bien entendu, ce n'était que passager, mais Sean était bel et bien énervé. Il pouvait supporter toute cette haine envers lui, mais envers ses propres amis, ça, il ne le pouvait pas ! Afin de se calmer, le petit blondinet serra fort son poing. Si fort qu'il en devint presque aussi rouge qu'une tomate. Sa colère s'apaisa quand Vérité lui demanda pourquoi lui aussi avait eu du mal à s'intégrer. A vrai dire, le garçon avait rayé cette partie de sa vie. Depuis son arrivé à Lima, il avait décidé de ne plus se souvenir de son passé, de tirer un trait sur son enfance, si douloureuse pour lui. Pourtant, pour son amie, il était prêt à y repenser au moins une fois.

« Ce n'est pas qu'on refusait de me parler, c'est plutôt moi qui avait du mal à parler au autres. Disons que mes parents étaient les personnes les plus riches de la ville et … j'était vu comme quelqu'un de méprisable, comme l'intrus. Le regard des autres me faisait plus mal qu'autre chose et aller au lycée était comme une torture pour moi. Enfin bref … Tout ça pour te dire que je comprend ce que tu ressens et que je conçois que ça soit difficile, mais c'est parce que je ne veux pas que tu fasses les mêmes erreurs que moi que je te dis tout ça Vérité ! Je tiens beaucoup à toi. »

Sean fit alors un sourire à son amie et resserra un peu plus son bras autour du sien. Quand elle se mit à parler de son pays, le garçon se prit à rêver. Au dire de la jeune fille, la France semblait être un pays fabuleux et il ne pouvait que la croire et même l'envier ! On pouvait même voir ses yeux briller. Il écoutait attentivement tout ce que lui disait Vérité, passionner par cette description si sincère de son pays natal. Quand elle s'arrêta pour reprendre son souffle, le garçon se mit à rire. Tout son amour envers la France commençait même à l'étouffer dis donc !

« Aha, et bah Véri', je pensais pas que tu aimais autant ton pays natal. Ca fait plaisir de voir à quel point tu aimes ton pays. Au point même de t'étouffer d'ailleurs. Je pourrai t'écouter pendant des heures comme ça si je le pouvait. »

Quand le sujet dériva sur Adrianna, Sean baissa à nouveau sa tête. Il entendait tout ce que son amie lui disait, mais il ne pouvait pas approuver ces dires. Oui, il était amoureux d'Adri' mais était-ce vraiment une bonne idée de lui avouer ses sentiments ? N'allait-il pas se ridiculiser plus qu'autre chose ? Peut-être que pour une fille comme elle, menant une vie de luxe, ne voudrait jamais d'un gars comme Sean, menant au contraire, une vie de pauvre. Comment pourrait-il subvenir à ces besoins si jamais elle acceptait de se mettre en couple avec lui ? Tant de questions qui restait malheureusement sans réponse et qui en plus de ça, lui faisait peur.

« C'est gentil ce que tu me dis là, ça me touche vraiment ! Non, non, je ne venais pas pour la voir … enfin, inconsciemment sûrement mais je venais surtout pour prendre un peu l'air ici et … réfléchir un petit peu. Je lui ai déjà parlé, je l'ai même consoler mais … je ne sais pas, on est pas du même monde elle et moi Véri' ! C'est une fille super riche et moi, tu sais très bien dans quel situation je suis. Ce n'est pas que j'ai peur de me ridiculiser ( un peu quand même … ) mais, je n'ai pas envie d'être déçu ! Je n'ai pas envie qu'elle se moque de moi. Que les gens que je ne connaît pas le fasse, c'est une chose mais que la personne que l'on aime, s'y mette aussi, s'en ai une autre. »

Le garçon termina sa phrase en soupirant. D'un petit geste, il donna un coup de pied dans un caillou se trouvant juste à coté de lui et le regarda descendre doucement les nombreuses marches des gradins. La vie de Sean était en ce moment comme ce caillou, en pleine pente ! Qui aurait cru un jour, qu'une histoire d'amour le tracasserait autant ?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 05. What you think about this love ?    

Revenir en haut Aller en bas
 

05. What you think about this love ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 5
-