Choriste du mois


Partagez | 
 

 05. Born to be bad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 05. Born to be bad   Ven 21 Sep - 22:07

Je crois que j'essayai juste de m'évader. Je passai des journées plutôt classiques dernièrement, "métro-boulot-dodo" était clairement devenu la raison n°1 de me lever chaque matin et mon style de vie désormais. Cela commençait toujours de la même façon : je me réveillais aux alentours de 6h30 et me préparais pour me rendre aux cours vers 8h et commencer la journée de travail avec le sourire... Mais dernièrement il me manquait souvent, le sourire. Il faut dire que les apparitions de Rachel à la télévision se faisaient de plus en plus envahissantes ces derniers jours et que notre dernière entrevue avait été bien plus électrique que le plus puissant coup de tonnerre que cette terre a pu connaître. Le choc avait été si puissant et la colère s'était tellement emparé de moi que... Les mots sortirent tout seuls. Et que se passerait-il si je devais revivre la même scène ? Aurai-je réagi de la même façon ? Me serai-je excusé auprès de Rachel ? Je ne pense pas non, avec du recul, je me rend compte que ce n'est plus à la petite Rachel que j'avais pu parler mais bien à la grande star de renommée que le public aime tant et qui la connait pourtant si mal.
Mais notre "chère" ancienne amie semblait ne plus devoir rien du tout à son ancien club de chant, c'est tout bonnement comme si elle nous avait oubliés ! Et je pense que, plus dur encore que d'encaisser sa nouvelle vie, j'ai eu bien des difficultés à accepter ce détachement par rapport à son passé qui lui a pourtant tout donné. C'était sûrement ce pourquoi la plupart de mes cours devenaient tristes ces derniers jours... Jusqu'à ce jour.

Levé habituel, arrivée habituelle, première leçon dans la veine de ce que j'avais donné d'habitude, repas du midi plutôt monotone avec des conversations que j'écoutai en demi-teinte mais sans trop y faire attention. Je sentais déjà l'ennui et le désarroi dans ma journée alors qu'elle avait à peine commencée ! Mais trêve de lamentations, je me mis alors à l'écart des autres professeurs dans le but de confectionner une nouvelle chorégraphie pour ensuite l'appliquer sur une chanson que je ferai répéter aux Urban Hymns prochainement. Mais comment travailler quand vous avez l'impression que tout votre univers se ligue contre vous ? Tâche plutôt ardue vous en conviendrez... Je laissa donc mes croquis en suspens et parti prendre l'air dans un coin du parking en espérant y trouver dans le même temps un peu d'inspiration. Mon esprit était cependant beaucoup trop embrouillé pour me concentrer efficacement et je tarda alors à remarquer la jeune fille qui était adossée contre le mur près de la sortie que je venais d'emprunter... La pauvre j'avais failli l'assommer avec cette porte.

-Oh euh, désolé je ne t'avais pas vu, j'espère que je ne t'ai pas fait mal ?

Elle était plus jeune que moi assurément mais possédait un certain style qui me plaisait bien, un petit côté dans le genre anticonformiste mais sans en faire trop. Je remarqua alors avec un peu de retard ce qu'elle tenait entre ses mains... Cela avait tout l'air d'une vulgaire cigarette mais j'avais bien deviné qu'il s'agissait de plus que ça. Hey j'ai été jeune aussi... Mais ce n'était pas mon problème majeur en ce moment alors je laissa le tout passer pour cette fois.

-Finn Hudson
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. Born to be bad   Sam 22 Sep - 0:03

Gillian avait besoin d'une pause. Une grande pause, une énorme pause. Une pause d'une journée, d'un mois, d'un an. Un pause dans sa vie. Elle voulait s'asseoir quelque part, puis oublier qu'elle s'y était assise et oublier ensuite qu'elle était en train de vivre, pour se relever seulement quelques années plus tard, quand toutes les histoires qu'elle était en train de vivre, ses cauchemars personnels, comme elle les appelait, soient passés, enterrés, morts. Il y avait d'abord eu cette histoire avec les New Directions. Une vaste blague. Un puits sans fond de malheur. Elle ne voulait pas, oh bon Dieu non qu'elle ne voulait pas perdre ses journées dans ce glee club qui ne lui laissait pas de place. Elle savait qu'elle en aurait eu une, si elle en avait eu l'envie, mais la vérité était qu'elle n'en voulait pas, qu'elle aurait préféré mourir que de se laisser embobiner par les paroles pleines de sagesse d'un professeur qui avait fait son temps. Elle détestait qu'on lui donne des ordres, c'était un fait avéré. Mais si en plus, elle n'avait pas décidé elle-même de qui pourrait lui dire quoi faire pour son avenir, pour sa vie, elle n'arriverait pas à rester de marbre. & elle n'y arrivait plus. Non pas seulement à cause du glee club, malgré ce qu'elle faisait croire à tous ceux qui l'entouraient. Elle n'aimait pas s'étendre sur ses sentiments, se confondre en paroles, essayer d'expliquer ce qu'elle ressentait. Elle n'aimait pas devoir expliquer à quelqu'un qu'elle était amoureuse d'un homme qui la voyait comme la soeur qu'il n'avait jamais eu. Comment voulez-vous qu'elle l'explique à qui que ce soit, alors qu'elle-même n'arrivait pas à se le dire? Elle essayait de se forcer de croire que les sentiments qu'elle éprouvait pour Declan pourraient être un jour partagés. Elle s'efforçait de croire qu'il finirait par la préférer à Rainbow, cette petite peste de Rainbow. Mais ce qu'au fond d'elle, elle pensait, et qu'elle ne s'avouerait jamais, était qu'elle n'avait aucune chance de passer de rang de meilleure amie à celui de petite amie. Parce que Declan ne l'avait jamais vue comme cela, il n'avait jamais prêté attention à cela. Comment faire alors que la fille qui tente de vous faire comprendre qu'elle vous aime vous a vu grandir, a connu toutes les phases de votre enfance, de votre adolescence, et puis enfin de votre maturité d'adulte, et inversement? Rien sans doute ne pouvait être pire que cela. Elle serait obligée de poursuivre toute sa vie un amour déçu. Voilà la raison pour laquelle elle n'osait pas lire au fond d'elle-même, voilà pourquoi elle n'aimait parler de ce qu'elle ressentait, parce que l'idée que Declan puisse ne jamais l'aimer finirait par ressortir, lui bloquant ainsi tout moyen de sortir de cet enfer. Mais pour le moment, elle avait une autre idée en tête, elle avait autre chose à faire pour aller mieux. Une chose qui ne pouvait lui apporter qu'un bonheur éphémère, mais qui lui apporterait tout de même une étincelle de bonheur.

Elle avait récupéré la drogue d'un ami faisant partie du même groupe écologiste qu'elle. Elle n'était pas forte, à peine assez pour être considérée comme illégale, mais il lui avait dit qu'elle la rendrait bien pour une heure ou deux. C'était bien suffisant pour elle, bien suffisant pour ce qu'elle avait à digérer. Adossée au mur du parking, l'expression toujours aussi neutre, Gillian tirait sur son joint. Voilà maintenant quelques minutes qu'elle y était, elle prenait son temps. & elle était bien. Elle n'avait plus cette envie douloureuse de fondre en larmes, en sachant que de toute manière, elle avait l'âme trop fière pour le faire, elle n'avait plus envie de s'enfuir de sa vie actuelle. Elle était juste bien ... Même lorsqu'elle pensait à Declan et à son possible refus d'amour. Elle s'en fichait. Elle ne voyait que ce qu'elle était en train de faire et rien d'autre, que ce sentiment de béatitude qui rythmait maintenant son après-midi. La O'Connor était encore consciente de ce qu'il se passait autour d'elle, bien sûr, ce n'était qu'un joint, mais elle se sentait bien. Elle savait que maintenant, elle pourrait envisager son avenir avec plus de clarté, moins de peur. Mais ce dont elle ne se doutait pas, c'était que ce sentiment n'était qu'une illusion, qu'il s'évaporerait aussitôt qu'elle ne sentirait plus les effets de ce qu'elle avait entre les mains. Doux bonheur éphémère ... N'était-ce pas semblable à l'amour, finalement?

Ses pensées pourtant très profondes s'interrompirent alors que le bruit de la porte résonna. Elle faillit d'ailleurs en ressortir un peu cabossée, mais elle retint du plat de la main le battant. Il n'aurait plus manqué qu'elle s'assomme avec la porte, et sa journée aurait été parfaitement conclue. Prête à invectiver le ou la responsable de cet incident, elle s'arrêta net quand elle le vit. Une jeune homme plus âgé qu'elle, sans doute de pas plus de vingt-cinq ans, elle l'aurait parié, brun. Dans la brume dans laquelle se trouvait son cerveau, elle arriva à le trouver d'allure sympathique, aussi, elle ne fit pas de remarque agressive.

" Oh, t'inquiète pas, je n'ai rien ! "


Après quelques secondes où l'homme sembla observer la jeune fille au moins autant qu'elle l'observait, il se présenta. Finn .. Elle avait déjà entendu ce prénom là quelque part, mais ne se souvenait absolument pas où. Ca ne devait donc pas être très important ! Elle lui offrit un sourire. Elle n'avait pas forcément l'habitude de rencontrer des gens sur ce parking, c'était un changement qu'elle aimait bien. Enfin, pour le moment.

" Gillian O'Connor ! "


La jeune fille, avant de réentamer la conversation - ce qu'elle ne tarderait sûrement pas à faire, ne voulant pas que sa distraction du jour parte de si tôt - se contenta d'observer celui qu'elle avait en face d'elle. Il n'avait pas non plus l'air en très grande forme. Grande euphémisme. Si elle était paumée, lui était perdu en plein milieu d'un labyrinthe sans fin. Elle se demanda brièvement pourquoi un homme comme lui pouvait avoir l'air aussi triste et préoccupé. Sûrement pour les mêmes raisons qu'une fille comme elle : la vie et ses déboires. C'est pourquoi elle s'avança vers lui, lui tendant le joint, après en avoir pris une dernière taffe.

" Tu devrais en prendre. Tu en as besoin au moins autant que moi. "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. Born to be bad   Sam 22 Sep - 13:20

Je savais qu'en acceptant ce poste de directeur de la chorale je ne pouvais pas outrepasser certains élèves non sérieux. Que le monde n'était pas uniquement fait que de gentils petits moutons et qu'il fallait toujours compter sur des vilains petits canards auxquels j'appartenais autrefois et auxquels j'appartiendrai toujours aujourd'hui si je n'avais pas rejoint le Glee Club. Car il me faut l'avouer, cette chorale m'a peut-être beaucoup amoché mais elle m'a aussi beaucoup donné. Du fameux capitaine d'équipe pour ensuite le membre de chorale j'étais finalement devenu l'un de ses plus précieux membres jusqu'à ma chute qui me fit arriver là où j'en suis aujourd'hui... Mais je ne regrette rien finalement.
Cette fille me rappelait un peu Puck. Peut-être cela était-ce dû au fait que je ne l'avais pas revu depuis un moment maintenant mais il était certain qu'il y avait du "Puck" en elle. Cet esprit aux allures si dociles et pourtant si sauvage devait certainement être ce qui plaisait aux filles chez mon ancien camarade... Et maintenant que j'y étais confronté je les comprenais un peu, c'était tentant d'outrepasser les règles qui nous dirigeaient depuis notre naissance. De tout plaquer et de vivre de rien, c'était même devenu le mode de vie de Puck pendant un bon moment de sa vie... Mais aujourd'hui plus que nous tous il devait en être sorti brisé lui aussi.

La jeune fille me rassura alors : elle n'avait rien. Il fallait dire que je n'y était pas allé de main morte avec cette porte et que mon esprit n'avait pas du tout envisagé le fait que quelqu'un pouvait se trouver derrière. Par chance la jeune fille avait pu stoppé l'immense obstacle qui se ruait vers elle avec ses petites mains. Réflexes étonnants pour quelqu'un qui devait être sous l'effet de la drogue... J'en déduisis alors qu'elle venait soit de commencer, soit qu'il s'agissait de quelque chose de doux...
Elle se présenta alors à son tour : Gillian O'Connor. D'instinct je tenta de me remémorer son dossier que j'avais forcément dû consulter en quête de membres pour le groupe... Le seul mot qui me revenait en tête était "catastrophique". Était-ce pour cela qu'elle n'avait pas retenu mon attention ? Car elle avait une attitude trop désinvolte pour une chorale ? Non c'était autre chose... Elle faisait DÉJÀ partie d'une chorale. Étrange, l'aurait-elle rejointe contre son gré ? Encore quelque chose en commun...

-Et ben, enchantée de te rencontrer, c'est toujours un plaisir de discuter avec un membre du New Directions

Je sentais déjà que ma réponse l'avait piquée... Peut-être même irritée ou alors était-ce le résultat de son joint... Qu'elle me tendit gentiment par la suite. J'en aurai peut-être besoin mais ce n'était clairement pas bien vu en de telles circonstances, je resta alors figé un petit instant en la regardant, peut-être qu'en prenant ceci je me sentirai comme elle, peut-être que moi aussi je m'évaderai de mes soucis du quotidien. Mais je revins à la réalité et réalisa que faire une telle chose dans le lycée et surtout en tant que directeur de chorale serait très mal vu...

-Hum c'est gentil mais, c'est pas trop mon truc et puis si les gens me voyaient avec je n'imagine même pas les répercussions que cela aurait sur mon groupe.

Je jeta alors un petit regard aux alentours, beaucoup d'élèves, peu de professeurs mais certains étaient tout de même présents. Cette pauvre Gillian ne se rendait peut-être pas compte du danger de rester ici, je veux dire l'avertissement, l'exclusion, tout ça... Je l'aida alors à se décoller un peu du mur et marcha un moment avec elle histoire de quitter les regards potentiels de certains. Je me surpris alors à aimer ça en quelque sorte... Je veux dire, prendre soin de quelqu'un.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. Born to be bad   Sam 22 Sep - 15:43

Gillian, toujours adossée contre le mur, observait encore le jeune homme qui lui parlait. Si elle devait donner un seul adjectif sur ce à quoi il ressemblait, elle aurait sûrement utilisé le mot "incertain". Il avait l'air de ne plus vraiment savoir où il en était, pour des raisons que la jeune fille ignorait, et qu'elle ne saurait sans doute jamais. Il avait l'air un peu comme elle, en réalité, ce qui lui prouvait, malgré tout, que malgré le temps qui passait à une vitesse assez alarmante, rien de ce que l'on pouvait ressentir comme peine et douleur ne changeait. Après tout, ces sentiments étaient universels, et on n'arrêtait jamais de les éprouver. Ses pensées là n'étaient, en outre, pas très positives et encourageantes, mais Gigi ne pouvait s'empêcher de se demander si elle aussi, elle en serait encore là dans quelques années, à se demander si son histoire avec Declan, ou quiconque d'autre que son coeur aurait choisi à ce moment-là, pourrait aboutir à quelque chose de positif ou non. En attendant d'en arriver là, elle comptait bien faire de sa vie quelque chose de mémorable, et qu'elle ne pourrait pas regretter. Outrepasser les règles convenues pour se donner quelques instants de plaisir, comme aujourd'hui, voilà ce qu'elle ferait dès qu'elle en aurait l'occasion. Parce qu'après tout, c'était la seule chose qui valait vraiment le coup, qui permettait de mettre de côté tous les problèmes de l'existence, comme ces foutues chorales qui prenaient son temps sans le lui rendre, ou bien ces stupides histoires d'amour qui, en plus de cela, n'en étaient même pas vraiment. Alors, pourquoi s'en priverait-elle sous prétexte que c'était interdit, qu'elle dépassait les bornes? Toujours, dès qu'elle avait voulu s'exprimer sur un sujet, on avait trouvé ça gênant, on avait voulu la brider, l'empêcher de dire ce qu'elle avait à dire, de se battre pour les causes qu'elle savait justes. On s'était moquée de ses sentiments, de ses batailles, et elle devait écouter ce que les autres avaient à dire sur comment elle devait mener sa vie? Gillian n'était pas comme cela, elle ne le serait sans doute jamais. Elle était faite d'un autre bois. Elle agissait sans l'avis des autres, sans se demander si ce qu'elle faisait était bien ou mal, interdit ou autorisé, si cela serait bien vu ou mal vu.

Alors, que cet homme la voit dans cet état, un joint à la main, ne lui posait aucun problème. Pourtant, il devait forcément faire partie des membres du personnel éducatif du lycée, sinon il ne serait pas là: on avait tellement de mal à quitter le lycée que ceux déjà partis devaient forcément ne pas avoir envie d'y retourner. Sauf si la personne se trouvant sur place travaillait là. Avec cette pensée, la O'Connor se dit qu'il n'avait vraiment pas l'air de ressembler à un professeur. Il ne devait sûrement pas faire le ménage non plus, ça ne semblait pas être le genre. Alors que faisait-il? Professeur de sport, peut-être? Sauf qu'elle avait le seul professeur de sport de tout le lycée, et qu'il ne ressemblait définitivement pas à ça . Dommage d'ailleurs, elle irait en cours avec un peu plus d'entrain. La phrase du dénommé Finn la fit redescendre sur terre au moins aussi efficacement qu'un seau d'eau glacée. Pourquoi parlait-il du glee club, soudainement? & d'ailleurs, comment savait-il qu'elle faisait partie de cette chorale. Gillian se fit automatiquement soupçonneuse. Qu'un inconnu vienne lui réciter son curriculum vitae, ce n'était pas vraiment dans ses habitudes, loin de là.

" Comment tu ...? "


La brune se coupa dans sa phrase, un éclair de mémoire la traversant. Finn Hudson. Finn Hudson. Finn ... Elle le tenait ! Mr Schuester l'avait cité quelquefois lors des cours de la chorale qu'elle ne suivait que d'une oreille, sans vraiment écouter ce qui se disait. Il était celui qui s'occupait de l'autre chorale, les Urban Hymns, si ses souvenirs étaient exacts, et il avait aussi fait partie des New Directions. Leur professeur en parlant souvent comme d'une de ses plus belles réussites, ce qui tirait souvent à Gillian une moue ironique. Elle ne s'attendait pas à ce qu'il soit comme cela, qu'il ait l'air aussi ... comme il était. Encore dans le flou, Gillian n'arrivait pas à mettre de mots sur ce qu'elle pensait.

" Alors tu seras déçu. Je ne me considère pas du tout comme un membre des New Directions. "


Ce qui était vrai. Elle se sentait plutôt comme une fille en heure de colle qui devait regarder certaines personnes pas très nettes pousser la chansonnette dans une salle pleine d'autres personnes pas très nettes. Elle se forçait à chanter quand on l'y obligeait, mais prenait rarement, voir pas du tout, de plaisir dans l'action. Chez elle, si, elle aimait chanter. Mais auprès de ces gens là, elle aurait tout fait sauf ça. Finn sembla hésiter une demi-seconde devant le joint qu'elle lui tendait, ce qui eut pour effet de la faire sourire. Elle n'était pas du genre à forcer les gens à quoi que ce soit, mais lui semblait avoir besoin d'aide autant qu'elle devait sans doute en avoir besoin vu de l'extérieur. Haussant les épaules, elle se contenta de fumer encore sur ce qu'elle avait entre les mains.

" Tu sais, des fois, aller contre l'avis des gens peut s'avérer bénéfique, crois-moi, j'en connais un rayon sur le sujet. "


Comme en écho à ses paroles, Finn décida qu'il était temps pour eux de s'éloigner de tous les gens entrant et sortant du parking ou du lycée. Même si elle n'avait pas plus que cela envie de s'éloigner, elle se prit à accepter l'aide que lui proposait le jeune homme, s'appuyant sur son bras pour se relever, puis marchant à ses côtés vers un endroit dépourvu de monde. Il n'avait peut-être pas tort, il était plus intelligent de rester là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. Born to be bad   Dim 23 Sep - 17:57

Nous marchions, nous marchions encore et encore, comme si nous avions déjà oublié ce après quoi nous essayions de fuir. Ce n'était pas un quelconque travail, un petite corvée, une soit-disante personne, c'était nos propres vies. Autant vous dire que la chose n'était pas aisée et c'est après avoir dévalé pendant environ 5 minutes que nous nous arrêtâmes net non loin de la sortie du parking, dans une fine ruelle, là où aucun problème ne s'était encore immiscé. Autant en profiter du moins que l'on puisse. Nous n'étions pas épuisés, nous n'étions pas essoufflés mais sans vraiment comprendre je me relaissa tomber contre le mur de la ruelle en souriant à Gillian. C'est drôle d'ailleurs... Je l'appelais comme par son prénom intérieurement comme si c'était déjà une bonne amie, il faut dire que cela faisait un moment que je n'avais pas rencontré de nouvelles têtes, surtout de fille et si jeune. Je pourrai dire sans trop me tromper qu'en la regardant fixement je me revoyais lorsque j'étais jeune : insouciant, puissant, incontrôlable. Un vrai petit délinquant juvénile en quelque sorte, mais n'est-ce pas ce que recherchent tout les gens âgés ? A rajeunir ? Revenir à l'époque de leurs 20 ans ? Voir plus loin encore ? Mais l'on échappe pas à l'âge hélas... Et je pense que je m'en rendais compte maintenant, plus jeune j'aurai couru jusqu'à cette ruelle, j'aurai dialogué avec cette fille, aurai joué avec jusqu'à la conclusion. Mais j'étais un vieux de la vieille... N'allez pas y comprendre que je me considérai comme un vieux croulant mais j'avais déjà 23 belles années derrière moi... Enfin belles... Disons une bonne dizaine dont je me serai bien passé.
Je repensais alors à ce que venait de m'adresser Gillian avant que l'on parte s'isoler... Sa phrase trottait encore dans ma tête comme un marteau piqueur qui ne cessera de creuser dans mes méninges... "Contre l'avis des gens"... Ce n'était pas vraiment moi... Mon style était plutôt le "mouton qui se fond dans la masse", celui que l'on entend pas trop vous voyez ?

-Je repense à ce que t'as dit là... C'vrai qu'en ce moment j'aurai bien besoin de tout envoyer bouler tu vois ! Je pense qu'il n'y a qu'à niveau professionnel que j'assure un tant soi peu dernièrement... Niveau amical c'pas trop la joie, niveau famille c'est l'horreur et alors au niveau sentimental je t'en parle même pas...

Et je ne rigolai plus vraiment tout à coup. Comme si la réalité m'avait frappé d'un seul coup de poing... Mais un coup démentiel, le genre de coup dont vous ne vous relevez pas indemne, qui vous laisse des séquelles pendant un bon moment. Vous avez tous subi ce poing j'imagine donc vous voyez parfaitement de quoi je parle. M'enfin bon, "Stayin alive" qu'ils disaient dans les 70's mais je suis même plus très sûr d'y arriver en ce moment. Rassurez vous je n'envisage pas le suicide, je considère de toute façon que la vie vaut toujours la peine d'être vécue qu'importe ce qu'il s'y passe. Et regardez ma journée n'est pas si terrible, j'ai quand même rencontré quelqu'un qui a l'air aussi paumé que moi. Mais je parle, je parle et je ne l'écoute pas la pauvre elle qui a l'air dans une si mauvaise passe. Je suis alors assis contre ce mur comme adossé à mes responsabilités et que je perdais encore pied... A fixer l'objet de destruction massive en face de moi sous la simple forme d'une fillette.

-M'enfin je t'ennuie avec mes histoires. Scuse moi je te souhaite un bon rétablissement.


J'étais alors sur le point de me lever quand elle m'agrippa la main ce qui me recloua au sol immédiatement. Elle avait besoin d'aide, j'avais besoin d'aide. Nous avions besoin de soutien mutuel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. Born to be bad   Lun 24 Sep - 14:43

Gillian marchait, sans vraiment savoir où elle allait. La seule chose sûre était qu'elle quittait les environs du lycée, qu'elle partait de cette atmosphère malsaine et tendue. Quelque part, elle était en train de fuir, ce qui, en tant normal, l'aurait déçue d'elle-même. Mais pas maintenant, alors qu'elle était encore dans un état second, puis alors qu'elle luttait contre ce qu'elle vivait. Rien ne lui convenait, sa vie lui semblait faite de faux semblants et de remarques acerbes, ce qui ne lui convenait vraiment qu'à moitié. Elle s'éloignait donc avec Finn, homme qu'elle ne connaissait pas, et qui, à l'heure actuelle, aurait pu tout aussi bien vouloir l'assassiner en l'emmenant dans un coin sombre qu'elle n'aurait pas plus réagi. Mais la seule chose qu'elle voulait voir arriver, maintenant, c'était cette pause. Une pause dans le temps, un éclat de bon moment passé, qui pourrait lui donner la force de continuer comme si de rien n'était à faire comme si sa vie valait vraiment la peine d'être vécue dans le détail. & cette pause, Finn pouvait la lui apporter, et c'est la seule chose qu'elle voyait, à l'heure actuelle.
Ils s'arrêtèrent cinq minutes plus tard dans une rue dont Gillian n'avait pas le souvenir. Elle n'avait jamais dû aller dans ce coin là de Lima. Se laissant elle aussi tomber contre le mur en face de Finn, elle lui rendit son sourire, écrasant son mégot au sol. Hésitante, elle se demanda si elle finirait par s'en faire un autre, puis songea que ce serait sûrement le cas dans quelques minutes. Elle n'avait pas vraiment l'habitude de fumer. Disons que ça lui arrivait de temps en temps. Quand on avait des amis plus proches des hippies qu'autre chose, on prenait des habitudes pas forcément louables. C'est d'ailleurs un de ces amis-là qui l'avait fournie, voyant qu'elle en aurait sans doute besoin. Ce qu'il y avait d'étrange avec Gigi était qu'elle pouvait ne rien toucher pendant quelques mois, puis, comme aujourd'hui, fumer trois quatre joints sans vraiment se rendre compte de ce qu'elle faisait. Elle savait qu'elle ne devrait pas, mais cela faisait un bon moment qu'elle avait arrêté de se demander si ce qu'elle faisait était bien ou mal: elle le faisait, voilà tout, & c'était bien suffisant. Elle savait qu'elle n'avait pas toujours été dans le droit chemin, et aujourd'hui prouvait bien ce fait, mais elle n'avait jamais regretté aucun acte qu'elle ait commis, légal ... ou un peu moins légal. Non, ce qui minait Gillian, c'était surtout les actes qu'elle ne commettait pas. Comme assumer devant Declan, comme lui dire ce qu'elle ressentait, de peur d'être rejetée. Il faudrait bien qu'elle s'y résolve un jour, elle le savait, mais elle avait peur. Tout ça parce qu'elle avait peur. & elle savait, au fond d'elle, qu'elle avait raison d'avoir peur, même si l'espoir du contraire demeurait, comme un parasite l'empêchant d'avancer. C'est pourquoi une pause était la bienvenue. & qu'elle soit en présence de quelqu'un qui avait l'air encore plus perdu qu'elle n'était pas plus mal. Ce que lui dit Finn n'était qu'une demi confidence, étant donné qu'il ne donnait aucun détail, mais elle ne pût s'empêcher de se sentir étonnamment touchée, alors que ce n'était pas du tout du genre de la brune. Peut-être parce qu'elle se demandait si dans quelques années elle tiendrait le même discours devant un jeune qui vivrait la même chose qu'elle actuellement. Mais elle ne voulait pas ressentir autant de tristesse et de colère, elle voulait le bonheur, mais l'injustice faisait qu'il ne frappait pas toujours aux bonnes portes.

" Tu devrais essayer de décrocher un peu. Arrêter de penser à ce que t'as raté ou ce que tu as maintenant. Juste ... Ne penser à rien, ou à ce que tu peux faire pour améliorer ta condition. A force d'essayer, ça devrait pouvoir marcher ... "


Gillian alla se placer à côté de Finn, elle ne savait trop pour quelle raison. Elle ne savait pas non plus si son discours était destiné au jeune homme où bien à elle-même ... Une sorte de leitmotiv qui, si elle se la répétait assez, finirait par rentrer et lui faire voir la vie plus en couleur. Elle était une sorte de boule de colère perpétuelle. La fureur avait parfois du mal à sortir, et elle restait à l'intérieur de son corps, détruisant chaque parcelle de joie qu'elle pouvait trouver. Elle était amère, voilà ce qui la caractérisait le mieux. Amère, monotone et perdue. Elle voulait plus, dans sa vie, sans savoir vraiment ce que signifiait "plus". Sortant de ses pensées, Gillian eut juste le temps de voir Finn se lever, et de lui agripper la main pour qu'il reste. Elle ne le connaissait pas depuis longtemps, depuis très peu, en vérité, mais en ce moment, la seule chose qu'elle savait était qu'elle avait besoin de lui tout autant qu'il avait besoin d'elle.

" Reste, s'il te plaît ... "


Elle avait sans doute l'air ridicule, dans l'état dans lequel elle se trouvait. Mais elle assumait ce fait, même si elle eut tôt fait de lui lâcher la main. Elle n'aimait pas passer pour quelqu'un qui avait besoin d'aide, que ce soit vrai ou non n'avait pas vraiment d'importance. Pour s'occuper, elle entreprit de sortir son tabac et tout ce qui allait lui servir à rouler. C'était reparti pour un tour. Elle tenta tout de même un regard amusé vers Finn.

" Ne t'inquiète pas, je ne te proposerais pas cette fois ! Mais si t'en veux demande hein ..."


Il fallait qu'elle se sorte de l'eau, ce n'était pas son genre de se laisser abattre par la vie. Elle était forte, une battante, et c'était maintenant qu'il fallait qu'elle le prouve.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. Born to be bad   Mar 25 Sep - 21:46

C'était un drôle d'instant, je voulais partir mais une grande partie de moi réclamait de rester dans le même temps. Comme si je ne savais même plus ce que je voulais, comme si j'hésitai à nouveau... Je devenais vraiment incapable de tout et maintenant incapable même de savoir quoi faire. Pitoyable vraiment. Il y a plusieurs années j'aurai su qui j'étais, ce que je voulais, ce que j'allais faire et là ? Quoi ? Que voulez-vous, je n'étais plus moi même, comme si Finn Hudson avait été remplacé par un mollusque dont tout le monde se fout désormais. Mais j'avais ainsi un bout d'objectif, me retrouver moi-même... Quand à savoir si cela était encore seulement possible ou si je le voulais vraiment...
Je regardai Gillian, assise contre le mur où je me trouvai quelques secondes plus tôt, elle m'avait retenu tout de même et ce n'était pas quelque chose d'anodin. Je trouvai presque cela mignon venant de sa part, je ne la connais pas encore très bien mais j'imagine que pour elle ce devait être spécial. Elle commença ensuite à rouler à nouveau sa mixture miracle... Je l'enviai presque, elle avait au moins quelque chose pour échapper à toute cette pression... Quelque chose à quoi se rattacher, comme si ce petit bout de papier était devenu un confident.

-Ok je... J'vais rester si sa peut te faire plaisir.

Lui faire plaisir ? Je me souciai plus d'elle que de moi à présent. Mais c'était tout un scénario qui se mettait alors en place dans ma tête, si nous pouvions nous échapper de nos problèmes, envoyer tout valser, fuir encore et encore. Que je la soutienne et qu'elle me conforte, car c'est certainement ce dont j'avais le plus besoin... Du soutien mutuel. Si autrefois j'avais encore une flopée de camarades pour m'épauler, aujourd'hui aucun d'entre-eux ne pouvait m'aider et tout simplement parce qu'ils connaissaient tous Rachel. Mais Gillian elle y était étrangère et c'était peut-être ma raison de rester, je voulais l'aider mais pas pour n'importe quelle raison, elle était charismatique comme fille, on avait envie de la connaître, de lui parler et de connaître tout ses hauts de coeur. D'une certaine manière... Je me sentais vraiment comme inspiré par elle. Moi aussi j'aimerai pouvoir m'échapper de la réalité de temps en temps... Je me laissa retomber alors à côté d'elle contre le mur, pris son joint dans ma main en tremblant rien qu'au contact avec elle. J'alluma le bout et tira un bon moment dessus. Je ne me souviens pas si j'avais déjà ressenti cela avant, un petit temps tout allait mal et quelques secondes plus tard j'étais bien. Je relâcha énormément la pression, sourit à Gillian avant de lui envoyer la bouffée de manière très douce à son visage... Damned, j'avais déjà oublié ce pourquoi j'allai mal juste avant... Je me laissa alors reposer, ma tête sur l'épaule de Gillian...

[HRPG : c'est court mais c'est le 4ème RP que je fais de ma soirée]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. Born to be bad   Mer 26 Sep - 19:30

Le temps semblait s'être suspendu, comme si, lui aussi, attendait de savoir si Gillian allait encore se retrouver seule ou non. Comme si cela avait de l'importance pour l'univers d"avoir la réponse à ce genre de questions. Mais non, tout cela ne se produisait que dans sa tête: pour une raison qu'elle ignorait, savoir si cet homme qu'elle venait de rencontrer allait rester à ses côtés ou repartir était important. C'était même, actuellement, la seule chose dont elle se souciait. Elle avait toujours su faire semblant: semblant d'aller bien, semblant d'être forte et d'avancer quand même alors qu'elle aurait dû reculer ... Mais la vérité, c'était qu'elle se retenait. Elle ne voulait pas paraître faible, alors elle ne pleurait pas. Jamais. Mais parfois, comme aujourd'hui, la pression en devenait tellement forte qu'elle sombrait, sans même s'en rendre compte, dans un état que l'on aurait pu considérer comme pitoyable, si on l'avait vue. & pourtant, elle le savait, quand elle devrait repartir, rentrer chez elle, reprendre sa vie où elle l'avait laissée, personne ne pourrait deviner la journée qu'elle avait passé. Elle était comme cela, n'aimant pas montrer ses faiblesses, et vivant, malgré tout, très bien comme ça. C'est pourquoi, lorsque le temps sembla reprendre son cours, elle lâcha la main de Finn. Elle n'avait pas le droit de lui demander de rester, tout comme elle n'avait pas le droit de lui demander de lui parler, ou même de l'accepter telle qu'il la voyait actuellement. Assez gravement atteinte, elle s'en doutait. Mais elle n'était pas encore au bord du gouffre, prête à tomber dedans dès qu'il y aurait un souffle de vent, elle en était consciente. La preuve: elle arrivait à rire, à discuter, à vivre. Lorsqu'elle ne le pourrait plus, la situation commencera à se faire réellement grave, mais jusque là, il ne devrait pas y avoir de problèmes. Du moins, elle l'espérait. Elle se posait beaucoup trop de questions sur qui elle était, qui était celui qui l'avait conçue, sur Declan ... & c'était bien connu, les personnes les plus malheureuses ne sont pas celles qui s'interrogent le moins.

La jeune fille accorda toutefois un sourire reconnaissant à Finn lorsqu'il se rassit à ses côtés. Malgré la différence d'âge qui les séparait sans doute - bien que Gilian ne sache pas précisément quel âge avait son interlocuteur - elle se sentait bien avec lui, pas vraiment comme une fille parlant à une "autorité supérieure" mais plutôt d'égale à égale. Ce n'était sans doute pas vraiment surprenant, le jeune homme devait avoir l'âge de Declan, approximativement, ce qui rendait même leur entente plus normale que s'il avait eu dix-huit ans.

" Merci. J'espère que tu as du temps, parce que si tu comptes attendre que je veuille que tu t'en ailles, t'en as pour un bout de temps ! "


Le silence s'étendit donc, un silence non pesant, mais plutôt agréable, pendant lequel la brune entreprit de finir de préparer, et d'allumer son joint. Une fois qu'elle eut tiré sa première bouffée, elle se sentit mieux. Les effets se dissipaient plutôt rapidement, malgré tout, mais c'était un bien tout de même guérisseur. Avant qu'elle ait le temps de se rendre compte de ce qu'il se passait, l'objet qu'elle tenait entre les mains disparu, Finn ayant décidé de franchir le pas. Gillian sourit, mais ne dit rien. L'aventure était plutôt tentante, lorsque l'on avait besoin de ce genre de choses pour appréhender sa vie différemment, elle était bien placée pour le savoir.
Délicatement, elle récupéra son joint, tandis que Finn posait sa tête sur son épaule. D'une manière qu'elle ne pouvait expliquer, elle se sentait troublée, son coeur battant plus vite qu'il n'aurait dû. Elle se sentait bien, mais peut-être un peu trop bien pour que ce soit seulement l'effet de la drogue. Ce qui était drôle, c'était que, dans l'univers détaché du monde commun dans lequel ils étaient tous les deux en ce jour, elle savait précisément pourquoi elle était ainsi. Dans toute la douleur que l'on pouvait voir dans ses yeux, dans la perdition dans laquelle il semblait être, il était la seule personne à laquelle elle avait envie de se raccrocher, parce qu'il pouvait la comprendre. Même Declan aurait été en décalage avec elle actuellement, et pour cause, il était l'objet de ses problèmes intérieurs. Il n'aurait jamais pu les soigner. Alors que le Hudson, si.
Doucement, après avoir tiré une autre bouffée sur son joint, elle alla le placer directement au coin des lèvres de Finn. La rue était calme et vide, et le silence était comme religieux, si tant est qu'elle ait jamais eu une quelconque religion.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. Born to be bad   Dim 7 Oct - 20:34

Oui j'étais au bout du rouleau. Oui je dois toujours m'y trouver au moment où je vous parle. Non j'ignore si j'irai mieux un jour ou l'autre, seul le futur nous le dira après tout. J'étais bien venu jusqu'au lycée ce matin comme à mon habitude et j'avais effectivement planché sur différentes chorégraphies et chansons pour la chorale, ça je m'en souviens parfaitement. Après je me souviens d'une fille, une magnifique jeune fille qui par le plus grand des hasards se trouvait aussi perdue que je ne l'étais en cet instant, qui ne savait plus si elle désirait avancer ou juste rester là, dans un coin de sa vie. Oui nous nous étions mis à l'écart des autres, désireux de vouloir s'isoler comme si elle et moi n'étions que des monstres incompris mais même si nous étions effectivement différents, nous étions ensemble. Après c'est le flou total, je peine déjà à me souvenir de son prénom. Je me souvenais, la fumée, la sensation... Cette sensation lorsque ma tête se reposait contre la sienne... Et celle lorsque nos lèvres se sont rassemblées. Oui je l'ai embrassé, à plusieurs reprises même. Oui je ne voulais plus avancer, je ne voulais que rester sur le côté de la route à ses côtés, loin de l'avance qu'avaient tout les autres sur nous et nous resterions seuls dans un coin isolés du reste du monde à nous réchauffer l'un l'autre tant que nous le pouvions encore avant que nos soucis ne nous rattrapent. Le seul problème... C'est que j'avais oublié tout ça.

J'étais dans le flou... Ou si je ne l'étais pas je n'allais pas tarder à y être. En fait à ce moment là je ne me souviens vraiment plus trop ce que je faisais. J'étais là, Gillian aussi et nous étions seuls, dans cet espace réduit et à l'abri des autres. Nous étions tout les deux dans un moment de faiblesse et nos coeurs battaient la chamade, je sentais effectivement encore le mien mais aussi celui de Gi', nous étions presque en symbiose, drôle de sentiment certainement pas étranger à la drogue. Je l'avais regardé un nombre incalculable de fois aussi... Et un peu sonné j'avais déclaré :

-Tu... T'es formidable comme... Comme fille...

Je me souvenais de cela, mais aussi de la fraîcheur de son doigt posé sur mes lèvres avant que la chaleur des siennes ne viennent les réchauffer. Allez savoir si le geste venait de sa part ou de la mienne... Peut-être des deux. Toujours est-il que je pensais encore à Rachel, même en ce moment et Gillian ne devait sûrement pas oublier ses problèmes à son tour. Et nous nous étions quittés forcément... Mais impossible de me souvenir comment cependant...

Mais le pire... Était que j'ignorai le lendemain qui était cette fille.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 05. Born to be bad   

Revenir en haut Aller en bas
 

05. Born to be bad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 5
-