Choriste du mois


Partagez | 
 

 05. Déjà vu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
MessageSujet: 05. Déjà vu    Ven 26 Oct - 13:21

L'ennui avait toujours eu le don de lui faire ruminer ses échecs. Il y avait sans cesse ce goût amer de la vie qui le rendait aigri avant l'heure, comme si les évènements s'enchainaient de façon à laisser une empreinte indélébile sur son comportement. Peut-être était-ce pour cette raison qu'il préférait vaquer à n'importe quelle occupation plutôt que de s'abandonner aux malheurs de son existence. Il planait au dessus de lui une implacable ironie qui chassait de sa vue les êtres qu'il appréciait le plus et s'entêtait à lui prouver que ceux qu'il détestait ne le quitteraient jamais. Il avait plié sous la menace du chantage et avait enfin rejoint la chorale de Bryan Ryan, nouvellement reformée, et voilà que ce dernier avait disparu de la circulation, encore une fois, l'abandonnant à son sort. Timothy avait beau se demander ce qui l'accrochait à cette chorale maintenant qu'il était sous la direction d'une garce finie, il savait au fond pertinemment que c'était dans le seul but de trouver le salut d'antan. Celui qui lui avait démontré des années auparavant qu'il pouvait avoir de l'importance sans forcément la réclamer. Mais pourquoi les gens lui faisaient-ils faux bond ? Leah avait quitté la ville, au même titre qu'Oxanna, les seules à qui il aurait pu confier ses ressentiments. A l'inverse, le fantôme de Robbie revenait sans cesse le hanter, alors que son vœu le plus cher était de le voir disparaitre à jamais. Le karma était réellement vicieux, parce que par dessus tout il lui avait envoyé un cousin dont il avait toujours ignoré l'existence et qu'il se sentait obligé de détester. Sûrement était-ce une malédiction de laquelle il n'avait pu échapper et qui le rendait incapable de discernement. Ceux qui partaient ne valaient pas la peine, c'était ceux qui restaient qui importaient.

Assis au centre de l'amphithéâtre, Tim fixait l'horizon comme s'il y voyait le futur. Coïncidence ou pas, il ne voyait que du vide, et cette impression d'être insignifiant l'oppressait de plus en plus. Pourquoi cherchait-il à faire ses preuves là où il n'en avait pas besoin ? Il avait un travail - misérable certes mais qui lui octroyait assez de revenu pour vivre - un toit sous lequel vivre et quelqu'un, même plusieurs personnes, qui l'appréciaient à sa juste valeur. Peut-être s'était-il trop habitué à ce que les bonnes choses aient une fin. Pourtant son avenir semblait se concrétiser dans son esprit : il ne voulait plus coller des heures de retenue aux élèves mais les guider. Les guider coûte que coûte, jusqu'à ce qu'ils réalisent que leur futur n'était pas à négliger. Il n'avait fait cette confidence à personne, pas même à Anna. Il savait bien qu'on se moquerait de sa nouvelle lubie, parce qu'au final il n'avait la tête d'aucun emploi. Sans doute se méprenait-il.
Un bruit dans les coulisses le tira de ses rêveries. Lisa entra en scène, suivie de ses camarades New Directions. Cette vision lui arracha un sourire narquois, à la limite du mépris, comme si l'espace d'un instant il était redevenu un Awesome Voices de l'époque du lycée. Il n'était pas censé être là. Madeleine devait sans doute le maudire mais il en avait cure. Leur dernière altercation avait eu un impact bien plus grave que les crises qu'ils avaient surmontées auparavant. Il y avait sans doute une chose sur laquelle ils pourraient s'entendre : celle-ci pourrait bien être leur dernière.

D'un pas feutré il s'éclipsa, avant qu'on l'accuse d'espionnage ou de sabotage. Comme si ces gamins avaient la moindre chance de remporter les Sectionals. Il fallait croire que Will Schuester ne grandissait jamais, lui, et que sa manie d'enseigner le rêve américain demeurait une de ses priorités. A peine eut-il le temps de refermer la porte derrière lui qu'on l'accosta sans aucune retenue. "Bordel t'étais là, on te cherche partout depuis 30 minutes." avisa Samuel. A savoir depuis à peine dix minutes. Le temps lui paraissait anormalement long lorsque Sam était dans l'obligation de travailler, ce qui lui arrivait occasionnellement dans le mois. Tim eut à peine le temps d'entreprendre d'ouvrir la bouche que son ami l'assomma encore de ses paroles délirantes. "Jamie a apparemment fait une connerie et c'est à toi de t'en occuper." Impassible, Tim le fixa un instant sans ciller. Il aurait pu rebrousser chemin sans même lui décocher un mot mais il réalisa alors qu'il était en position de force dans cette histoire. "Bah voyons. J'ai rien à voir avec ce gosse, et maintenant faut que je joue le rôle du père..." rétorqua-t-il alors que son choix était déjà fait. Son orgueil le tuerait sans doute un jour. "Je commence à croire que cette histoire de parenté est pas totalement fausse. Regarde, il vient à peine de débarquer qu'il se fait déjà remarquer. Puis vous vous ressemblez pas..." "C'est bon j'y vais. Surveille la Harpie pour moi."

Trainant des pieds, Tim se dirigeait vers le bureau du Principal. Il espérait au fond de lui que c'était son adjointe qui avait pris l'affaire en charge, parce que par dessus tout il ne se sentait pas capable de subir la condescendance de Figgins. Sans frapper il pénétra dans le bureau et, à son grand soulagement, n'y trouva que son "cousin" assis calmement sur l'une des chaises. "Dis-moi tout de suite pourquoi je suis là, qu'on en termine au plus vite." ordonna-t-il sans même lui accorder un regard. Il était de ceux qui ne méritaient pas sa compassion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ► And now he's so devoid of color, he don't know what it means
Age : 21 ans
Occupation : Assistant Manager au Gîte Preston, pigiste et barista au Lima Bean à temps partiel.
Humeur : Rasséréné
Statut : En couple avec Harper Pritchard.
Etoiles : 2567

Piece of Me
Chanson préférée du moment : LANY - ILYSB
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
MessageSujet: Re: 05. Déjà vu    Lun 10 Déc - 19:04

Jamie se laissa tomber avec une nonchalance feinte, dans le siège de plastique orange que lui avait indiqué Madeleine avant de reprendre la direction du bureau des surveillants. Intérieurement, il se pissait dessus. Il ne craignait absolument pas Figgins (après tout, ce type avait le charisme d'une huître hors saison) ; toutefois, il appréhendait sourdement les directives que celui-ci pourrait avoir l'audace de prendre à son encontre. Que se passerait-il s'il était expulsé de McKinley High ? Il n'avait ni les notes, ni la situation financière nécessaires pour postuler auprès d'un nouveau lycée à cette période de l'année. Par ailleurs, il imaginait difficilement les explications qu'il pourrait fournir aux sœurs Preston. Elles n'étaient aucunement responsables pour lui, mais les quelques principes qu'il détenait le laissait redevable envers elles. Celles-ci l'avaient hébergé sans poser la moindre condition ; elles s'étaient impliquées dans sa situation au péril de leurs rapports avec son cousin et lui avait prêté un soutien aussi inédit qu'inattendu. Comment pourraient-elles réagir en apprenant qu'il consommait des pétards sans grande modération, sur ses heures de cours de surcroit ! Il doutait que quelques malheureux joints arrachent Lexie de ses gonds ; en revanche, il redoutait plus sérieusement les répercussions qu'une expulsion même provisoire pourrait avoir sur la confiance qu'Anna lui confiait aveuglément. Anna qui avait été la première à lui tendre la main lorsqu'il était arrivé à Lima quelques semaines plus tôt. Anna qui avait placé un toit au-dessus de sa tête et une assiette devant lui chaque soir, sans jamais rien demander en retour. Prendrait-elle l'incident comme un affront ? Une marque d'irrespect ? Jamie savait que son père aurait accueilli la nouvelle ainsi : une démonstration d'irrespect, d'arrogance et d'insolence qui caractérisaient son fils depuis plusieurs années. Une confirmation. Il aurait été sanctionné quelques jours et comme ses parents n'étaient jamais réellement parvenu à intérioriser une attitude parentale conventionnelle, il aurait à nouveau foulé les rues de Lima en liberté, après une longue série de sermons aussi pénibles les uns que les autres, qui lui seraient très largement passés au-dessus de la tête. La relation qu'il entretenait avec son père et sa mère s'était considérablement dégradée en passant à travers les mailles de son adolescence fracturée de toutes parts. Et s'il les aimait énormément, cet amour était indubitablement voilé d'épaisses couches de colère, de frustration et de ressentiment associées aux déracinements inexpliquées et répétitifs qu'ils lui avaient imposé durant les années qu'aucun enfant ne passait à fermer ses cartons. La communication s'était rompue lorsqu'ils vivaient dans le Colorado et, aucun d'entre eux n'était parvenu à rétablir le climat paisible et chaleureux qu'ils avaient connu en émigrant pour la première fois aux États-Unis.

Jamie se rembrunit légèrement lorsque la conseillère d'éducation lui indiqua de patienter encore quelques minutes supplémentaires parce qu'ils tentaient de contacter un adulte responsable. Il eût envie de lui répondre qu'en tant que majeur, il pouvait parfaitement se représenter lui-même, mais se ravisa avant que les mots gorgés de provocation ne franchissent ses lèvres desséchées. Au fond du gouffre, il était inutile sinon stupide de continuer à creuser. Il se contenta de hocher distraitement le menton avant de se laisser glisser de quelques millimètres, les chevilles croisées. L'adolescent se demanda qui pouvaient-ils bien tenter de joindre, finalement. Il avait pris soin de griffonner quelques faux numéros sur les informations associées à ses parents et, avait indiqué celui de la Pension dans les personnes à joindre en cas d'urgence. Il doutait que les sœurs soient chez elles au beau milieu de l'après-midi ; et il était inutile de songer une seule minute à Santana. Elle serait capable de se montrer pour l'enfoncer un peu plus. Ça laissait ... Timothy ? L'une des personnes les moins disposées à lui venir en aide. Parfois, le nouveau Titan se demandait si les choses auraient été très différentes s'ils avaient grandi ensemble, comme une famille normale. Il se posait des questions sur l'enfance qu'avait traversée son cousin ; cherchant à savoir si elle différait de la sienne, ou non. Mais ils ne se connaissaient pas. Il était à l'image d'un gosse abandonné, s'interrogeant sur l'identité de ses géniteurs. Jamie avait mis son cousin sur un piédestal durant toute la marche qu'il avait réalisée pour atteindre l'Ohio ; et avait rapidement déchanté face à l'accueil glacial qu'il s'était vu réservé. On ne rencontre pas ses "héros", tout le monde sait ça, avait-il songé avec une touche d'amertume en déposant son barda au pied du lit que lui avait proposé Anna.

La porte du Bureau s'ouvrit subitement, l'arrachant à son engourdissement d'un sursaut brusque. Il redressa légèrement le menton pour découvrir la présence tant attendue de Timothy ; celui-ci ne lui accorda pas même un regard. « Dis-moi tout de suite pourquoi je suis là, qu'on en termine au plus vite. » ordonna-t-il d'une voix tranchante. Jamie croisa les bras, froissé par l'attitude de son cousin. Jamie n'avait jamais compris les raisons qui poussaient Timothy à se montrer aussi méfiant, froid, distant et par-dessus tout, aussi peu enclin à accepter l'histoire qu'il avait présentée à chacun en arrivant à Lima. « Joints, casiers ... Tu dois connaître. » répondit-il, acerbe. Il avait conscience de jouer sur les stéréotypes que pouvait inspirer l'apparence du surveillant ; toutefois, il avait décidé de jouer aux plus cons. « Pourquoi t'es là ? Dans mes souvenirs, tu veux rien avoir affaire avec moi. Tu peux encore partir, Figgy est toujours au téléphone. Je crois qu'il commande thaï ». ajouta-t-il en penchant légèrement la tête sur le côté pour évaluer l'avancée des occupations du principal. Il planta ses pupilles océaniques dans celles de son cousin en se mordant machinalement la joue ; intérieurement, il espérait qu'il n'en fasse rien. Chose que sa fierté lui refusait d'admettre. « Vous êtes parents ? » demanda subitement la CPE en surgissant de l'arrière-salle remplie d'archives en tout genre, avant de les dévisager l'un après l'autre par-dessus la monture de ses lunettes, un stylo à la main. « Le directeur ne va pas tarder à vous rejoindre, je vous laisse noter votre nom sur la feuille, je dois faire des photocopies » ajouta-t-elle à l'adresse du surveillant, en se dirigeant prestement vers la porte d'une démarche chaloupée.

Ils se retrouvèrent seuls.


Dernière édition par Jamie Ainsworth le Dim 17 Fév - 13:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
MessageSujet: Re: 05. Déjà vu    Lun 24 Déc - 1:05

Timothy avait été bien trop préoccupé par l'importance de son entrée en scène - il savait comme le choix des mots déterminait avec plus ou moins de précision l'allure que prendraient les évènements - pour réaliser à quel point ce spectacle lui semblait familier. Aussitôt eut-il daigné gratifier son cousin d'un regard qu'une sensation de déjà vu le troubla bien plus que l'impact de ses propos ébranlait sa victime. Le bleu des yeux de Jamie lui rappelait curieusement le sien, au même titre que cette lueur d'insolence non dissimulée qui illuminait sans cesse le moindre recoin de son visage. S'il n'avait pas décidé de contester la véracité des faits énoncés par l'adolescent, sans doute aurait-il eu la preuve irréfutable que le lien qui les unissait était bien plus étroit qu'il ne le prétendait. Mais seulement, revenir sur sa parole était un acte dont il n'avait jamais pu se vanter, l'humilité était la pire de ses ennemies. Il préférait alors s'enfermer dans ce déni perpétuel qui lui dictait son avenir. Il en était de même pour tout le monde, Tim honorait chacune de ses rencontres de ses jugements hâtifs et indubitables. La première fois qu'il avait rencontré Ryder, il l'avait trouvé bien trop ringard pour l'apprécier à sa juste valeur. Aujourd'hui il se rendait compte qu'il avait plus de points communs avec lui qu'il n'en aurait jamais avec Samuel, mais son orgueil lui intimait de ne jamais mettre en doute ses toutes premières impressions. Peut-être en était-il de même pour Ryder, peut-être passaient-ils à côté d'une amitié solide et durable, mais il se rassurait en se persuadant qu'il avait lui-même choisi cette situation.
Voir Jamie assis avec autant de conviction sur cette chaise que lui en affichait à cet instant lui remémorait avec sournoiserie les erreurs qu'il avait bien pu faire. Comment pouvait-il nier que le noir de ces cheveux n'avait absolument rien à voir avec le sien ? Comment pouvait-il nier que cette manie de s'attirer des ennuis était un trait héréditaire dont ils avaient tous les deux hérités ? Il le pouvait parce que sa fierté l'avait toujours emporté sur sa raison. Mais ce qu'il ne pouvait nier en revanche, c'était la précision avec laquelle il avait eu l'impression de se voir lui-même convoqué pour une bêtise qu'il aurait commise cinq ans plus tôt.

Impassible comme toujours, il ne laissa rien transparaitre de ses doutes, et ne se départit pas de cet agacement apparent qui tendait le moindre de ses muscles. Il fixa Jamie comme son père n'avait jamais pu le faire dans un moment pareil. Et pourtant il ne prenait pas cette histoire à cœur, il lui semblait simplement que c'était l'attitude à adopter pour faire comprendre à son cousin qu'il espérait seulement le voir s'en aller et ne plus avoir affaire à lui. L'insolence de ses propos aurait dû le laisser indifférent, mais elle lui semblait être une tentative vaine de partager un passé commun qu'ils n'avaient pas. "Détrompe-toi, moi j'étais pas assez con pour laisser ça trainer dans mon casier." répondit-il sans même réfléchir. Comme toujours lorsqu'il répondait spontanément, il débitait des inepties aussi grosses que lui, et nul doute que cette fausse révélation finirait par lui retomber dessus un jour. Tim s'en mordait déjà les doigts.
La suite des propos de Jamie anima en lui des sentiments aussi forts que contradictoires. Une fugace indignation tout d'abord, aussitôt chassée par une hilarité contenue. Pourquoi cette remarque sur le thaï avait autant manqué de le faire rire ? Sûrement parce que c'était une remarque qu'il aurait pu faire et dont il aurait aimé le féliciter. Puis il réalisa que la relation qu'ils entretenaient était faite de tout sauf de complicité, aussi le gratifia-t-il d'un rire jaune et bref. "Je suis là parce que tu a mentionné mon nom ? Peut-être. J'avoue que je doute un peu, c'est une situation inconnue pour moi." ironisa-t-il. Si Jamie voulait jouer à ce jeu il allait être servi.

Son cœur fit soudainement un bond inattendu dans sa poitrine. Depuis tout ce temps cette vipère de CPE les espionnait depuis l'arrière salle. En apparence Tim gardait cet air confiant, même s'il se sentait affreusement idiot. Elle ne les avait peut-être pas entendus après tout, autant feindre l'ignorance. "Je suis parent, apparemment, mais lui non." répondit-il du tac au tac alors que l'intruse s'éclipsait déjà en lui marmonnant quelques indications. Lorsqu'elle referma la porte derrière elle, il s'assura qu'elle s'était assez éloignée pour reprendre la discussion là où elle en était. "T'es con ou quoi, tu pouvais pas me prévenir qu'elle était là ?" l'incendia-t-il alors qu'il savait très bien que sa réputation était le cadet des soucis de Jamie. "En fait t'es un gros mytho envoyé pour me pourrir la vie, c'est ça ? J'ai pas besoin de toi pour ça, tu peux te trouver une autre victime." Sa paranoïa atteignait des sommets avec cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ► And now he's so devoid of color, he don't know what it means
Age : 21 ans
Occupation : Assistant Manager au Gîte Preston, pigiste et barista au Lima Bean à temps partiel.
Humeur : Rasséréné
Statut : En couple avec Harper Pritchard.
Etoiles : 2567

Piece of Me
Chanson préférée du moment : LANY - ILYSB
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
MessageSujet: Re: 05. Déjà vu    Sam 19 Jan - 0:02

Les minutes s'écoulèrent rapidement et bientôt, Tim marqua une entrée pressée, détachée et profondément indifférente à sa présence. Leurs pupilles à l'azur pourtant si semblable ne daignèrent pas même se rencontrer. Jamie n'eût guère besoin de s'imaginer la suite des évènements. Il vivait à Lima depuis plusieurs semaines à présent et, l'attitude premièrement alambiquée de son cousin, ne lui dissimulait plus aucune surprise désormais. Il la connaissait comme s'il l'avait élaborée de ses propres mains. L'adolescent identifiait sans beaucoup de peines, les rictus particulièrement éloquents que lui réservait le surveillant. Toutefois, il n'accepterait pas de s'incliner sous l'évidence du message que ceux-ci voilaient à peine : il était l'indésirable numéro un. Croisant les bras, Jamie se composa un masque mêlant assurance et toute la morgue dont il était capable, feignant l'indifférence que l'opinion de Timothy ne lui inspirait pas. Cependant, la présence offensive de celui-ci commençait déjà à lui hérisser désagréablement l'échine. Il ne comprenait pas, cette aversion à sens unique.
Il s'était rappelé très tardivement l'existence d'une potentielle branche familiale en Ohio. Simon Ainsworth n'évoquait jamais son frère, à vrai dire. Jamie avait seulement supposé que la situation de son oncle était sensible et, qu'il serait inutile, voire imprudent, de l'aborder sans raison valable. Il n'avait disposé que de quelques semaines pour se dresser un tableau idéal de la vie qu'il pourrait mener à Lima. Il avait dû réprimer son fatalisme naturel pour céder place à l'espoir persistant qu'il retirait d'une perspective de véritables relations familiales. L'Optimisme poignardera l'espérance des infortunés. Tim n'avait strictement rien du cousin accueillant qu'il s'était premièrement représenté. Quant à sa tante, il était inutile de songer à la contacter pour le moment. Finalement, Lima était-elle réellement le meilleur choix à concrétiser durablement ? Il doutait, parfois. Peut-être avait-il eu tort d'essayer. À l'heure actuelle, il doutiat sérieusement que le temps puisse avoir une action positive sur ses rapports avec Tim.

Un sourire flotta doucement sur les lèvres du Titan, lorsque son cousin répliqua distraitement à ses maigres insinuations. « Parce que tu étais si intelligent, railla-t-il sans le moindre ménagement, simulant parfaitement les accents d'une admiration fictive. Quel soulagement ! Au moins un Ainsworth qui ira loin dans la vie. Tu pourras raconter à tes gosses que la clé du succès au final, c'est de tout garder dans son caleçon ! ». Il cilla à peine. Quelques fractions de seconde s'écoulèrent, puis, il détourna le regard en direction de l'arrière-salle. Il n'était jamais aussi acerbe d'ordinaire. Particulièrement bavard, le sarcasme était son unique défense face aux menaces extérieures et, il avait appris à l'utiliser sans modération, dans les situations les moins appropriées, comme aujourd'hui. Tim avait-il conscience de tirer sur la corde sensible ? Mystère.
Jamie se tassa sur son siège en sentant ses jambes s'engourdirent doucement sous son poids. Un sentiment d'inactivité se répandit promptement dans sa peau, comme une colonie de fourmis et, ranima efficacement son irritation. Il avait horreur d'attendre, sans rien faire. Et déjà, il se sentait divisé entre le désir grandissant d'envoyer le surveillant se faire voir chez les Turcs et, l'envie curieuse d'entretenir une véritable conversation avec lui. Un échange civilisé. Cette dernière partie semblait toutefois hautement compromise par la situation qui les encadrait. Il aurait sans doute été préférable de convoquer Santana, finalement. Certes, il aurait récolté plusieurs heures d'interminables moqueries, de jubilations et autres comportements santaniques incompréhensibles aux yeux des êtres normaux ; mais rien qu'il ne puisse endurer à la place de cette confrontation aussi fortuite qu'indésirée. « Erreur administrative, je suppose. Ainsworth, c'est tellement commun aux États-Unis, répliqua-t-il ironiquement lorsque le premier du nom évoqua la possibilité que lui, Jamie, ait appelé à son aide. Je n'en doute pas, ajouta-t-il narquois. En tout cas, du côté responsable, songea-t-il mentalement en poussant un soupir inaudible. Combien de fois Tim s'était-il retrouvé à la place qu'il occupait actuellement ?

Jamie se fendit d'un sourire en coin, satisfait, lorsque la CPE réapparût subitement dans la pièce. L'expression qui chassa momentanément l'air confiant du surveillant était sans prix. Elle ne dura pas plus d'un quart de seconde ; Tim repris prestement contenance. Le Titan ignora sa remarque avec l'habileté d'un sourd et se focalisa sur l'inégalité de ses ongles, comme s'ils avaient présenté un intérêt majeur. Ils se retrouvèrent rapidement seul. « Oh, désolé, j'ai manqué une note ? C'était le moment où j'étais supposé surveillé tes arrières ? » souleva-t-il, avec le plus grand sérieux du monde.
Jamie arqua un sourcil, très haut. Il inspira profondément, sans parvenir à réprimer l'indignation qui grandissait dans sa poitrine. Il quitta sa chaise et se planta à quelques pas de son cousin, offusqué : « Pourquoi tu refuses d'accepter l'éventualité que je puisse dire la vérité ? C'est si difficile d'y croire ? T'as des problèmes de confiance, une enfance difficile peut-être ? T'aurais besoin d'en parler ? » persifla-t-il sur un ton lourd de reproches et de sarcasmes. Et tant pis pour les civilités.


Dernière édition par Jamie Ainsworth le Dim 17 Fév - 13:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
MessageSujet: Re: 05. Déjà vu    Sam 2 Fév - 1:45

Timothy ne tarda pas à reprendre de la contenance. Ses traits crispés par la vision d'une présence fortuite se détendirent aussitôt que son regard croisa de nouveau celui de Jamie. C'était un jeu d'enfant de chasser les quelques doutes qui pouvaient bien torturer son esprit vagabond, il n'avait qu'à se concentrer sur cet éclat de suffisance qui animait les propos de son prétendu cousin. Jamais un Ainsworth ne pourrait feindre une telle confiance, lui-même n'en avait pas été capable. Jamie en revanche semblait maîtriser cet art à la perfection, si bien qu'il se demandait si finalement ce n'était pas son caractère naturel plutôt qu'une parade pour se protéger des difficultés du monde extérieur. De toute façon la question ne se posait même pas : qui hormis un être transpirant l'assurance pouvait prétendre quitter sa famille pour s'aventurer dans un terrain inconnu ? Ce morveux se trouvait définitivement assez intéressant pour débarquer la bouche en cœur chez des gens qu'il n'avait jamais vus auparavant et être persuadé d'être accepté. Cette attitude hautement présomptueuse suffisait à éveiller en Tim des mécanismes de déduction qu'il était le seul à posséder. Jamie Ainsworth n'était qu'un imposteur, et ni ces yeux ni cette insolence n'y changeraient quelque chose. Tim se permit alors de le toiser de toute sa hauteur, comme il le faisait avec tous les gens qu'il méprisait... la liste était incroyablement longue. Mais ce qui l'énervait le plus à son propos, c'était l'audace avec laquelle il s'introduisait dans sa vie en revendiquant la légitimité de son appartenance. Il avait sans doute amené avec lui à Lima son lot de problèmes qu'il avait soigneusement enfermé dans son sac à dos ridiculement petit. Comme si quelqu'un pouvait prétendre pouvoir confiner sa vie entière dans si peu d'espace... c'était encore une fois extrêmement arrogant de sa part. Et d'un coup, il remettait en question toute la souffrance que Timothy avait bien pu affronter au cours de sa courte existence. Il n'était sûrement pas prêt à l'avouer, mais Tim aimait avoir le monopole de l'affliction. Il se complaisait presque à se dire que ce qu'il avait bien pu endurer était incomparable et qu'on devait sans doute le respecter pour ça. Ce n'était pas le cas de Jamie en tout cas. Il se tenait devant lui en agitant devant son nez sa tragique histoire... c'était ce que Tim présumait du moins.

Les sarcasmes de Jamie étaient bien trop aiguisés pour son propre bien. En plus de faire montre de son outrecuidance il faisait preuve d'une causticité qui témoignait de son expérience. Voir qu'il avait réponse à tout mettait Timothy encore davantage hors de lui, comme s'il ne pouvait accepter de se laisser submerger par la vivacité de son interlocuteur. S'il ne portait pas tant de haine en lui, il aurait sans doute remarqué que le sarcasme était une arme dont il avait lui-même usé à maintes reprises lorsqu'il s’était senti en danger. La marque de fabrique des Ainsworth, très certainement... ou alors tout simplement le mordant britannique. Cela faisait beaucoup de coïncidences, mais Timothy avait choisi de les ignorer à partir du moment où Jamie avait décidé de parler de sa famille comme s'il y connaissait quelque chose. Clairement il avait dépassé les limites. "Vu où je suis aujourd'hui, je serais toi je me ferais du soucis. Tu as le choix entre revoir ton avenir à la baisse ou le suicide." répondit-il en feignant une compassion qu'il ne ressentait de toute évidence pas. S'il voulait jouer au plus con il serait servi. Et Timothy était bien trop fier pour lui laisser le dernier mot. C'était puéril de sa part mais c'était la seule façon pour lui d'imposer son autorité. "Tellement commun que ça ne m'étonne pas qu'on puisse avoir le même nom." ironisa-t-il à son tour. Le regard fixé sur Jamie, Tim entreprit de se diriger vers le siège du Principal et s'y installa en toute impunité. Les coudes posés sur le bureau, il fit craquer ses doigts un par un avant de joindre ses mains, pour bien signaler qu'il détenait tous les pouvoirs ici et que peu importe comme la répartie de Jamie était coriace, il détenait les clés de son avenir incertain.

"Laisse tomber, t'as perdu ta chance de me mettre dans ta poche à partir du moment où tu as expliqué la raison de ta venue à Lima. Si on était vraiment de la même famille, t'aurais quand même pu choisir quelqu'un d'autre à emmerder, ici c'est pas très exotique." avança-t-il avec un sérieux déconcertant. On aurait même pu croire qu'il le plaignait vraiment d'être un piètre stratège. Vraiment mauvais même, alors qu'il avait le culot de s'aventurer sur le terrain tortueux de la famille Ainsworth. Ce n'était pas tant le sujet en soit qui était tabou - quoiqu'un peu quand même - mais la façon dont il l'avait amené, avec cette même insolence qu'il n'avait cessé d'utiliser tout au long de leur entretien. "Des problèmes de confiance ? Une enfance difficile ?" reprit-il en se levant d'un bond, les mains posées à plat contre le bois lisse du bureau. "Va bassiner quelqu'un d'autre avec tes conneries d'accord ? Si tu disais la vérité tu saurais comme notre famille est merdique. Mais t'en sais rien, parce que t'as jamais entendu parler de moi, tout comme j'ai jamais entendu parler de toi. Tu n'appartiens pas à cette famille tu comprends ? Sinon t'aurais pas fui ta misérable existence pour venir t'encombrer de la mienne ou de celle de ma mère. Tu sais quoi, j'espère que tu te feras expulser de ce bahut et qu'Anna décidera de balancer ton pauvre sac à dos par la fenêtre. D'une pierre deux coups comme ça."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ► And now he's so devoid of color, he don't know what it means
Age : 21 ans
Occupation : Assistant Manager au Gîte Preston, pigiste et barista au Lima Bean à temps partiel.
Humeur : Rasséréné
Statut : En couple avec Harper Pritchard.
Etoiles : 2567

Piece of Me
Chanson préférée du moment : LANY - ILYSB
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
MessageSujet: Re: 05. Déjà vu    Dim 17 Fév - 15:35

James enfonça ses poings dans les poches de sa veste afin de soustraire le tremblement qui les agitait au regard aiguisé de Timothy. Il s'accorda une profonde inspiration le plus inaudiblement possible afin de les réprimer, un tic nerveux agitant le coin de sa paupière droite, sans toutefois s'esquiver aux pupilles inflexibles de son cousin. Malgré les apparences, Jamie était un garçon sensible — voire émotif. Et, il avait cette incorrigible habitude de se laisser lentement submerger par ses émotions, notamment lorsqu'il se retrouvait contrarié par les évènements. Il pouvait aisément se remémorer cette année où il avait décidé de peindre une toile pour la fête des mères. Il devait avoir douze ans à peine et tenait un pinceau comme un piètre artiste. Il avait renversé la peinture sur une bonne partie du nouveau tapis du salon et son père l'avait sévèrement admonesté pendant une bonne dizaine de minutes. Et l'enfant s'était tellement acharné à réprimer les protestations et les sanglots qui le prenaient à la gorge qu'il s'était déclenché une crise d'asthme nerveuse. Simon Ainsworth, qui avait recommencé à suivre des cours de comédie dans l'espoir qu'un jour sa carrière d'acteur puisse prendre un nouvel élan de ce côté de l'Atlantique, avait estimé qu'il simulait une hyperventilation pour se soustraire à une punition 'parce que c'est évident que tu cherches à faire pareil que papa, mais ça ne prendra pas' avait-il ajouté en redoublant d'énervement. C'est Isabelle qui, en rentrant à cet instant-là, avait eu le réflexe de chercher de la ventoline dans la trousse à pharmacie et l'avait emmené dans sa chambre. S'était ensuivie une nouvelle dispute entre mari et femme qui l'avait laissé sous ses couvertures, chevrotant.
C'était arrivé à plusieurs reprises et à diverses occasions au fil des années. Les Ainsworth avaient plus d'un sujet de divergences — notamment autour de l'éducation qu'ils étaient censés promulguer à leur fils et, quant aux déménagements répétitifs qu'ils réalisaient en Amérique. Même Isabelle avait commencé à se fatiguer de tous ces déplacements, à un certain point. Mais jamais, jamais aucune crise n'était survenue devant quiconque qui ne fût son père ou sa mère. Et il était hors de question qu'aujourd'hui illustre une exception. Il était presque certain que Tim serait capable de pousser à son avantage. Alors, il inspira profondément encore une fois en s'évertuant au calme, malgré l'électricité palpable qui flottait dans l'air.

Le temps commençait à se faire long.
Tandis que Timothy commençait à prendre ses aises en s'installant dans le siège de cuir du Principal, Jamie lança un nouveau coup d’œil par-dessus son épaule sans l'apercevoir. Où était-elle passée, cette fichue caricature Bollywoodienne ? Il se mordit machinalement la joue avec désappointement. Il aurait préféré écourter cette conversation avant qu'ils n'en viennent à se dire des choses que lui-même était certain de regretter plus tard. À croire que l'administration elle-même s'était concertée pour laisser éclater la Bombe A(insworth) une bonne fois pour toutes. « De la part d'un surveillant de lycée de seconde zone, parler d'avenir à la baisse, c'est assez ironique » répliqua-t-il sur le ton d'une simple constatation. Il jouait son avenir sur l'avis de Timothy, il en avait pleinement conscience. Toutefois, il ne pouvait décemment pas s'écraser devant lui sous prétexte que celui-ci lui était hiérarchiquement supérieur. Qu'en serait-il dans une poignée de mois, lorsqu'il aurait quitté le lycée ? Il aurait la nouvelle tâche de se réaffirmer auprès de lui et, de lui arracher au moins une parcelle de respect qu'il ne possédait pas même aujourd'hui. Il était peut-être fier et trop présomptueux sur ce coup-là, mais il imaginait difficilement comme les choses auraient pu en être autrement. « Cut the crap, tu ne m'as laissé aucune chance, contra-t-il en fronçant les sourcils. Et puisque nous sommes de la même famille, pourquoi me serais-je adressé à quelqu'un d'autre ? ». Timothy semblait encore et éternellement plongé dans cette certitude où lui, James Ainsworth, serait venu à Lima dans le but ultime de mettre le bordel dans son existence. Un peu paranoïaque.
Les deux cousins se retrouvèrent tous les deux debout l'un face à l'autre, séparé par l'unique barrière d'un bureau Ikea qui ne repousserait sans doute ni l'un, ni l'autre. « C'est parce que je sais à quel point elle est merdique que je suis là, figures-toi ! explosa-t-il subitement en choisissant d'ignorer la remarque concernant Anna. Mon père, il parle jamais de vous, c'est comme si vous n'existiez pas. C'est même à se demander s'il est pas fils unique ! Alors, quoi ? Pourquoi tu penses que je suis là ? Pour soutirer de l'argent et prendre la poudre d'escampette ? Pour foutre le bordel dans l'unique milieu familial potentiel qu'il me reste ? Je sais, j'ai compris que tu ne voulais pas de moi dans les parages ! On ne se connaît pas et peut-être qu'on ne s'entendra jamais. Mais ne viens pas me dire que j'ai perdu mes chances, parce que tu ne m'en as laissé strictement aucune ! Aucune ! Et c'est la seule chose que je t'ai demandé. ».
Il s'interrompit, la poitrine se soulevant rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
MessageSujet: Re: 05. Déjà vu    Ven 1 Mar - 1:51

Timothy était habitué aux dialogues de sourds. Il avait également la manie de toujours vouloir avoir le dernier mot, quel qu'en soit le prix, même s'il savait pertinemment que son raisonnement ne tenait plus debout. Il avait pourtant l'impression d'avoir épuisé les ressources presque illimitées de sa mauvaise foi alors que Jamie semblait lui aussi camper sur des positions auxquelles, foncièrement, Tim adhérait. Il était difficile lorsque l'opiniâtreté et l'orgueil alimentaient nos moindres réactions de faire preuve d'indulgence, et encore plus difficile de mettre fin à un débat stérile lorsque les deux partis se savaient aussi bornés l'un que l'autre. Tim avait aussi cette manie de s'entourer de personnes qui, comme lui, aimaient se complaire de leurs bons raisonnements, même lorsque ceux-ci ne l'étaient justement pas. Anna était certainement le premier exemple qui lui venait à l'esprit. Le choc de deux caractères si similaires et résolus à la fois ne pouvait être qu'explosif et lorsque détonation il y avait, tout le monde en souffrait. Ce n'était pourtant pas pour cette raison que Tim s'acharnait à vouloir prouver une sagesse d'esprit qu'il savait inexistante. Il lui semblait avoir déjà laissé trop de personnes enjamber la barrière de sa vulnérabilité, si bien que désormais il se sentait étouffer sous le poids de l'angoisse. L'angoisse d'être perçu tel qu'il était réellement, l'angoisse qu'un jour sa docilité lui retombe dessus sous la pression de la trahison. On l'avait trahi trop de fois. Trop de fois on avait profité de cette infime partie de son être qui s'accordait à croire qu'on pouvait le voir comme lui ne s'était jamais vu : comme quelqu'un d'important. Il était beaucoup plus facile de vivre dans l'ignorance plutôt que dans les regrets. Même si Tim soignait son côté rancunier, il demeurait très affecté par les départs successifs des personnes qu'il appréciait. Peut-être que sa conscience lui soufflait justement de ne pas laisser Jamie s'approcher trop près de peur de le voir s'en aller à son tour. Après tout il était aussi volage que les goûts de Madeleine Wild en matière de mode. Il valait mieux prévenir que guérir. C'était son dicton à cet instant.

Debout face à Jamie, Tim avait l'impérieuse envie de faire voler le bureau qui séparait leurs corps dans l'espoir de lui faire savoir qu'il y avait des limites à ne pas franchir. Jamie avait beau extrêmement lui ressembler, il n'était qu'une version inexpérimentée de lui-même, une pâle copie de la personne qu'il était à son âge, et quoiqu'il en dise il n'avait pas le dessus. Pourtant, piqué par son impulsivité, Timothy n'avait pas fait preuve de beaucoup plus de maturité que son prétendu cousin. Le voir debout face à lui, avec cette même expression de fausse placidité, lui renvoyait une image drôlement ridicule de lui-même. Leurs poitrines se soulevaient au même rythme, nul doute que le sang battait dans leurs tempes à la même allure également et que les mêmes pensées obscures accaparaient leurs esprits respectifs. Tim soupira, exaspéré par la parodie à laquelle ils s'adonnaient avec eux pour jouer leurs propres rôles. Il espérait sincèrement que personne n'était témoin de cette scène, au risque de ne plus jamais pouvoir se regarder dans un miroir sans se trouver extrêmement cliché. Mais il ne l'était pas. Au même titre que Jamie les gens ignoraient à quel point l'aigreur de ses ressentiments était légitime. "Si tu crois que j'aspire à rester surveillant toute ma vie, tu te plantes comme tout le reste. J'ai d'autres occupations, d'autres projets, et contrairement à certains je préfère ne pas vivre aux crochets des autres." s'enquit-il. C'était puéril, il s'adressait à un adolescent. Lui-même à son âge vivait aux dépens de sa famille. Sauf qu'Anna n'était pas de sa famille, et qu'il profitait de sa charité comme lui n'en avait jamais profité. Jamie n'était peut-être pas si orgueilleux après tout. Pas autant que lui du moins.

La suite du plaidoyer de Jamie le fit doucement rire. Il entendait déjà les violons résonner derrière les vitres et les quelques spectateurs sortir leurs mouchoirs. Pauvre petit, on ne lui avait laissé aucune chance. Timothy ne se gêna pas pour échapper un rire jaune. "C'est bien ce que je dis, t'as perdu ta chance à partir du moment où tu as expliqué la raison de ta venue à Lima." répéta-t-il pour souligner la finesse de sa prose. Il hocha alors inlassablement la tête en guise de négation, tandis que Jamie continuait à s'apitoyer sur son pauvre sort. "La même." dit-il lorsque Jamie avoua que son père n'avait jamais parlé d'eux. Il y avait peut-être une raison à ça après tout. "Justement je me demande pourquoi t'es là. Sérieusement regarde-toi, t'es un putain de personnage de Disney. Tu débarques chez une famille que t'as jamais vu de ta vie, avec tes petits yeux pétillant d'espoir, et tu t'attends à ce que je t'offre ma chambre en plus ? Ma mère a tourné la page Ainsworth depuis plus de dix ans déjà. Si tu es vraiment qui tu prétends t'es qu'un mauvais souvenir qu'on voudrait voir s'envoler." argumenta-t-il sans même dévier le regard. Ses sourcils froncés trahissaient la plaie pas encore tout à fait cicatrisée de sa relation avec son père. Jamie lui rappelait trop un passé qu'il croyait disparu à jamais. Pourtant il une partie de lui savait que lui aussi venait de franchir une limite. Il ne s’en voulait pas d’avoir été trop dur parce que c’était la meilleure façon de parvenir à ses fins, mais après tout Jamie n’était qu’un gosse perdu. "Mais vas-y, explique-moi pourquoi je devrais te donner ta chance... Je suis curieux de le savoir." conclut-il en se rasseyant sur la chaise de bureau, en hochant les épaules. Il n'était plus d'humeur à rire avec Samuel de toute façon, autant en terminer maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 05. Déjà vu    

Revenir en haut Aller en bas
 

05. Déjà vu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 5
-