Choriste du mois


Partagez | 
 

 05 • let's pretend i'm just a cleaning guy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 05 • let's pretend i'm just a cleaning guy   Ven 26 Oct - 22:12

Enfilant une blouse accrochée à un porte manteau des vestiaires, Victor se demanda à quoi allait ressembler sa première après midi de travaux d'intérêts généraux. Il en avait déjà fait il y a quelques années mais il ne l'avait jamais fait dans un hôpital. Il n'en était pas vraiment fan pour tout dire. L'odeur lui donnait la nausée et toutes les personnes tristes le rendaient un peu triste. Il avait ce côté empathe qui lui faisait ressentir les peines des gens. Bon on était pas dans Charmed hein, il savait bien que les pouvoir surnaturels n'existaient pas, mais parfois certaines personnes pouvaient ressentir des... "Ondes" appelleront les... Et c'était le cas ici. Il jouait l'indifférent dans son expression du visage mais en vrai il ne pouvait rester à regarder une personne gravement malade sans rien pouvoir faire. Pourquoi l'avait-on associé au travail de nettoyage des chambres ici ? Victor soupçonnait sa tante d'avoir été glisser un mot au juge pour éviter que Victor ne soit vu en train de nettoyer les parcs en gilet orange à la vue de tous. Il avait apprit à connaitre sa tante depuis qu'il vivait chez elle et son oncle. Il avait été contraint de venir à Lima chez eux il y a sept ans de cela à la suite d'un quiproquo qui lui avait couté sa place dans son lycée de San Francisco et sa place dans la vie de sa mère et de son beau père. Il savait que sa tante trouvait le travail de ramassage dans le parc très dégradant pour lui et le savoir dans un hôpital la rassurait. V.i boutonna la blouse qui ressemblait plus à un haut de pyjama finalement, il accrocha son badge à la poche et se dirigea vers la sortie des vestiaires. Il s'arrêta avant d'ouvrir la porte et se regarda dans le miroir qui lui faisait face. Il se passa une main dans les cheveux, sachant pertinemment que ça ne changerait rien au look d'homme d'entretien qu'il arborait dans cette tenue.

Il allait ouvrir la porte lorsque celle ci s'ouvrit d'elle même en manquant de l'assommer. Il ne dû son salut qu'à ses réflexes qui le firent faire un pas de côté. Il vit apparaitre dans l'entrebâillement son responsable qui n'avait pas l'air particulièrement content. « Webb qu'est-ce que tu fiches ? Il faut pas deux heures pour mettre une blouse ! Suit moi ». Ne répondant même pas - car c'était inutile d'argumenter que ça ne faisait même pas une minute qu'il était dans les vestiaires - il emboita le pas au docteur Miles. « Ici c'est le service de réa. En général il n'y a pas énormément à faire pour toi. A moins que tu sois du service du matin, au quel cas il faut faire le tour à cinq heures pour vider toutes les poubelles et nettoyer. » Victor acquiesça pour signaler qu'il avait bien compris. Il observait tout autour pendant qu'ils traversaient le service pour atteindre les ascenseurs. Les salariés de l'hôpital regardaient le chef du service passer avec ce nouveau venu dont ils ne connaissaient pas vraiment l'origine. De ce que Victor avait compris, docteur Miles avait juste prévenu qu'un ajout à l'équipe propreté de l'hôpital se ferait cette semaine et qu'il ne serait là qu'à mi temps. Il avait trouvé judicieux d'éviter de prévenir qu'il était là pour des travaux d'intérêts généraux. Ce n'était pas pour autant que Victor ne se sentait pas mal à l'aise, comme si tout le monde savait qu'il avait été libéré de son court séjour en prison et qu'il terminait sa peine ici (du moins pour le moment). Victor n'en avait pas honte, mais il n'avait pas envie d'expliquer que toute l'histoire n'était qu'une erreur.

Les deux hommes entrèrent dans l'ascenseur et Miles appuya sur le bouton du 1er étage. « Pour aujourd'hui, tu vas être aux urgences. En après midi ça devrait être calme mais il y a toujours de quoi faire. Ca sera une bonne école pour le premier jour. » Victor ne dit rien encore une fois mais il pensa très fort que "journée calme aux urgences" avait une très grande probabilité de se transformer en journée catastrophe avec lui vu la chance qu'il avait. Les portes s'ouvrirent et ils descendirent. Miles se dirigea vers une pièce notée "salle réservée au personnel", l'ouvrit avec son badge et laissa passer Victor. « Voici le chariot. Les produits pour nettoyer sont en dessous, les sacs poubelles aussi. Comme tu peux voir le balais et la serpillère sont debout ici... Je pense que tu devrais t'en sortir non ? ». « Ca devrait aller oui. » lui répondit le jeune homme. Faire l'homme de ménage ne l'enchantait pas plus que ça mais bon, c'était toujours mieux que la prison non ? « Avant de commencer, je vais te présenter à l'équipe qui est là aujourd'hui, l'un d'eux te fera visiter avant que tu ne t'atèle à ta tâche. » Ils ressortirent du local et Miles s'approcha du desk de réception. « Hey. Je vous présente Victor Webb. Si l'un / l'une de vous veux bien lui faire faire le tour du service. » Il se pencha pour regarder son bipper qui venait de sonner. « Je dois remonter. » Il regarda Victor qui saluait les infirmier - infirmières d'un signe de tête. « Ca va aller ? Si t'as besoin, tu as mon numéro de bipper ». « Oui je pense. Merci. » Victor le regarda s'éloigner avant de se tourner vers les personnes qui étaient derrière le bureau... Ne sachant pas trop quoi dire ou quoi faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05 • let's pretend i'm just a cleaning guy   Dim 23 Déc - 16:59

Santana sortit de la salle de repos, un cahier à la main. Elle laissa la porte se refermer doucement après elle et se dirigea vers le bureau de l'accueil derrière lequel l'attendaient cinq de ses collègues. « Je l'ai. » chuchota la jeune femme sur le ton de la confidence, secouant l'objet des convoitises sous le nez des autres infirmières. Elle s'installa sur la dernière chaise de libre – celle qui se trouvait au milieu des autres – avant de déposer le cahier sur la table et de l'ouvrir presque religieusement. Elle ignora le regard offensé de Laura qui se détourna volontairement du petit groupe, ainsi que le soupir exaspéré de Matt qui se dépêcha de rejoindre ses homologues masculins. Santana leva les yeux au ciel face au comportement de certains de ses collègues qui manquaient cruellement de sens de l'humour. « Dépêche-toi ! » s'exclama Jenna à sa droite, tandis que Mona, les yeux rivés sur le cahier, tapait lentement des mains, incapable de cacher son excitation. Un sourire amusé étira les lèvres de Santana alors qu'elle se saisissait d'un stylo. « Je déclare la vingt-deuxième réunion des paris ouverte ! » murmura-t-elle, retenant à peine une exclamation enjouée, chose que Maggie fit à sa place, se penchant encore davantage sur l'épaule de Santana. Cette dernière écrivit minutieusement la date et l'heure ainsi que les personnes présentes – pauvre Abbie qui était coincée en chirurgie 2B et qui maudissait probablement le ciel de ne pas être présente à leur sacro-sainte réunion – avant de placer le premier tiret du jour sur la feuille. « On va commencer par redistribuer l'argent de la dernière fois. » ajouta Santana en sortant l'enveloppe glissée à la dernière page du cahier. Lentement, prenant soin de recompter chaque billet et de vérifier le montant fixé par chacune d'elle pour chaque pari, Santana s'efforça de donner aux filles ce qui leur était dû, tout en faisant une pile pour Abbie, qui encore une fois avait raflé une bonne partie des mises. Elle prit son temps, puisque pour une fois les urgences étaient bien calmes et aucune d'elle n'était attendu pour les vingt prochaines minutes.

Elle aimait quand ses journées se passaient ainsi : peu de malades, aucun accident majeur, et du temps libre pour s'adonner à son activité favorite : le commérage. Santana se plaignait souvent de son travail, des heures interminables passées à obéir à des gens qui, sous prétexte qu'ils possédaient une couverture sociale, semblaient penser qu'elle était là pour les servir sans condition ni une once de respect. Elle détestait profondément certains de ses collègues, principalement les médecins qui se sentaient obligés de lui jeter au visage les années d'étude qu'ils avaient effectué, elle haïssait les conditions dans lesquelles tout le personnel infirmier travaillait. Mais il y avait certains côtés de son travail qu'elle adorait, comme ces réunions hebdomadaires. « Qui commence ? » demanda-elle dans un souffle dès qu'elle eut terminé sa distribution de billets. Jenna jeta un coup d'oeil aux alentours, s'assurant que personne ne s'intéressait au petit groupe, avant de marmonner à ses collègues : « Je parie dix dollars que Mike démissionnera d'ici vendredi. » Santana nota la phrase sur le cahier alors que Mona et Maggie débattaient du montant qu'elles souhaitaient parier.

Quatre paris plus tard, Mona avait déjà misé soixante-dix dollars, Maggie, elle, s'était déchargée de cinq billets de dix tandis que Jenna s'était délestée de presque cent dollars. Santana, quand à elle, s'était contentée de sortir quarante dollars de ses gains de la semaine passée. Elle adorait ce petit jeu auquel ses collègues et elle se livraient, mais elle n'avait pas les moyens de dépenser la moitié de sa paye pour ça. Liam n'en avait que faire des paris que sa mère pouvait perdre ou gagner, surtout si cela devait lui coûter son nounours favori. « Un petit dernier ? » souffla-t-elle en s'adressant principalement à Maggie, qui avait toujours le bon mot pour terminer leurs réunions en apothéose. Celle dernière acquiesça, un sourire presque machiavélique sur le visage. « Je parie trente dollars que Miles va coucher avec la nouvelle infirmière avant la fin du week-end. » Une exclamation amusée et ravie parcourut le petit groupe et les jeunes femmes s'empressèrent de faire monter les enchères, jusqu'à ce que Mona se lève brusquement, le regard fixé derrière Santana. La jeune femme se retourna et, d'un geste rapide, ferma le cahier avant de le faire disparaître en dessous du bureau. Elle ne manqua pas le regard satisfait de cette fourbe de Laura mais elle l'ignora, choisissant de se redresser avant d'offrir aux nouveaux venus un sourire professionnel. « Bonjour Docteur Miles. » s'exclamèrent Jenna et Maggie. Mona, blanche comme un linge, se contenta d'un geste de la main. Même si elle n'en laissait rien paraître, Santana n'en menait pas large. Miles était un connard de première et elle savait que, si par malheur le médecin en venait à prendre connaissance de leur petit jeu, elles recevraient probablement toutes un blâme si elles n'étaient pas tout simplement renvoyées. Santana se détourna de ses collègues afin de dissimuler au mieux le cahier et l'enveloppe pleine de billets, remerciant les dieux d'avoir encore une fois choisi de ranger l'argent après chaque pari. Une main sur son épaule lui dit relever la tête. « C'est à ton tour. » lui dit Maggie qui ajouta, devant l'air interrogateur de la jeune maman, « Il faut faire visiter l'hôpital au nouveau, et c'est sur toi que sa tombe, cette fois. Ne t'inquiète pas, je m'occupe de ça. » murmura la jolie rousse en jetant un regard appuyé au cahier que Santana cachait tant bien que mal sous sa blouse.

Soupirant bruyamment, la jeune femme se leva et, après avoir glissé l'objet de leurs méfaits dans les mains de sa collègue, elle se retourna doucement. Si il y avait bien une chose que Santana détestait, c'était bien faire le guide touristique au sein de St Rita. Elle ne connaissait pas une plus grosse perte de temps que d'arpenter les étages et les couloirs en pointant du doigt chaque salle qui était pourtant indiquée par des panneaux visibles. La plupart du temps, elle réussissait à se débarrasser de cette tâche en prétextant un appel urgent, une opération à cœur ouvert à laquelle elle n'avait encore jamais pris part, ou en jetant en pâture les nouvelles recrues, mais le peu de fois où elle n'arrivait pas à fuir la situation, elle tombait toujours sur des imbéciles qui avaient très probablement appris à lire au milieu d'une meute de loups. Son regard se planta dans l'heure gagnant du jour et Santana fronça les sourcils. Elle ne savait ni d'où, ni de quand, mais elle avait l'impression d'avoir déjà rencontrer le jeune homme dont elle avait déjà oublié le nom. Elle lissa sa blouse qui, elle le savait, était une taille trop petite – Santana savait que son uniforme qui ne laissait aucune place à l'imagination et son décolletée légèrement trop plongeant était le seul moyen qu'elle avait trouvé pour qu'on la laisse un minimum tranquille, les gens étant trop obnubilés par sa tenue pour qu'ils la noient sous les critiques et les mots désagréables – et s'avança vers le garçon qui semblait aussi enchanté qu'elle à la pensée de cette visite de l'hôpital. Elle le dépassa sans un mot, souhaitant en finir le plus rapidement possible, courant presque vers l’ascenseur. « On va commencer par le dernier étage. » dit-elle simplement, tandis que les portes s'ouvraient. Elle attendit que le jeune homme la rejoigne et appuya sur le bouton du troisième étage – celui des soins palliatifs. Ses yeux se posèrent sur le nouveau, incapable de se souvenir clairement d'où elle le connaissait. « Tu étais à McKinley, non ? » lui demanda-elle un peu sèchement avant d'ajouter « Excuse-moi, j'ai oublié ton prénom. » Les portes s'ouvrirent et Santana sortit de l'ascenseur sans attendre sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05 • let's pretend i'm just a cleaning guy   Jeu 28 Fév - 0:37

Victor alternait son regard sur les infirmières, les trouvant un peu suspectes, comme si elles avaient quelque chose à se reprocher. Il n'y pretta pas trop attention parce qu'il se dit que ça devait être parce que le docteur qui l'avait amené était réputé de sévère ou quelque chose du genre. Ce qu'il remarqua cependant ce fut avec quel enthousiasme elles se décidèrent à choisir qui allait faire visiter les quartiers à Victor. Il se doutait que c'était une corvée que de montrer toutes les pièces, surtout qu'elles étaient indiquées, mais le fait d'avoir fait le tour une première fois avec des commentaires de quelqu'un qui connaissait permettait de mieux intégrer pour aller plus vite après. La mémoire visuelle de Victor fonctionnait très bien de ce côté là. Il enregistrait très rapidement ce qu'il voyait. D'ailleurs la jeune femme qui s'avança pour l'entrainer vers les ascenseurs lui rappela quelqu'un. « Bonj... » Il n'eut pas le temps de chercher plus longtemps ou de finir de lui dire bonjour qu'elle avait déjà bien avancé et il dû accélérer le pas afin de la rattraper et d'entrer à sa suite dans l'ascenseur. Il se cala dans un coin pour ne pas être trop près d'elle - il ne voulait pas qu'elle croit qu'il la colle. D'ailleurs il ne manqua pas de remarquer que la tenue de l'infirmière était un peu plus serrée que ce qu'elle aurait du être, ou alors il s'imaginait des choses, mais pour le coup, il se dit qu'il avait bien fait de se mettre légèrement à distance, comme ça ça évitait les confusions. Il regardait droit devant lui la porte, et comptait bien éviter de trop parler pour ne pas faire de gaffes dès le premier jour, mais il fut obligé de tourner les yeux vers elle lorsqu'elle lui demanda s'il avait été à McKinley. Il ne l'avait pas remarqué avant mais la jeune femme désignée pour lui faire faire le tour de l'hôpital lui était familier. Il n'était pas très doué avec les prénoms mais il avait le vague souvenir que la jeune fille faisait partie du club du lycée où ils chantaient et dansaient... Ah voilà, le Glee club ! Oui ça lui revenait maintenant, il en était presque persuadé. A l'époque, Victor appréciait pas mal ce club mais ne chantant pas très bien, il n'avait jamais tenté sa chance. Lui son truc, c'était la batterie. Il avait laissé le chant à Ryder et l'autre membre du petit groupe qu'ils avaient essayé de monter. Toujours était-il qu'il hocha la tête, ne se laissant pas abattre par le ton sec de l'infirmière. « Victor. Oui c'est bien ça j'y étais. »

Il sorti à sa suite en levant les yeux au ciel. A quoi bon lui poser une question si c'était pour ne pas daigner écouter la réponse ? Il trouvait le comportement de la demoiselle assez mal poli pour ne dire que ça. Il lui en fallait beaucoup pour s'énerver mais ce n'était pas pour autant qu'il accepterait longtemps se faire considérer comme un moins que rien venu ici que pour perturber la journée des gens. Il n'était pas ici par plaisir, il n'avait pas choisi. Il décida de faire comme si il n'avait pas remarqué ce manque de considération et essaya de briser un peu la glace. Quitte à travailler ensemble, autant que ça se passe le mieux possible non ? « Si mes souvenirs sont exacts, tu faisais parti du Glee Club pas vrai... » Il jeta un regard sur le badge de la jeune femme pour repérer son prénom. « Santana ? ». Ah oui, voilà, c'était donc ça son prénom. Ce fut un peu comme un flash qui lui revint et il se rendit compte que le comportement de Santana n'avait pas tellement changé au final entre les dix secondes où il l'avait vue là et ce qu'il avait pu voir au lycée. Elle avait un peu la même manière de snobber les gens, sauf qu'aujourd'hui, elle n'avait pas le choix que d'avoir Victor sur ses talons.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 05 • let's pretend i'm just a cleaning guy   

Revenir en haut Aller en bas
 

05 • let's pretend i'm just a cleaning guy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 5
-