Choriste du mois


Partagez | 
 

 05. keep calm and be friendly !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 05. keep calm and be friendly !   Jeu 1 Nov - 19:31

Les prunelles sombres de Vivaldine suivaient la danse de la craie sur le tableau. Cela faisait un peu moins de deux heures que son professeur écrivait inlassablement la leçon et si la jeune fille, à l’instar de tous ses autres camarades, commençait à avoir quelques crampes à la main, le vieil homme moustachu semblait être aussi endurant que doué pour rendre ses cours inintéressants. Quand, enfin, il posa le point final du chapitre consacré à la seconde guerre mondial, on put entendre dans la salle s’élever plusieurs soupirs de soulagement. Le repos fut d’une courte durée puisqu’avec une lenteur calculée, leur tortionnaire se retourna, balaya la salle de son regard sévère, puis d’un ton totalement neutre, déclara :

« Pour la semaine prochaine, vous me ferez un exposé en binôme sur un pays européen et ses conditions de vie pendant la seconde guerre mondiale. Cette note comptera coefficient double dans votre moyenne générale. Devant moi il y a deux sachets. Celui de droite contient les noms des garçons de classe que les filles piocheront, dans celui de gauche, les différents pays que ces messieurs tireront au sort. A la première plainte, je colle zéro au groupe c’est compris ? J’attends un dossier de dix pages sur mon bureau à neuf heures tapantes ! Les derniers arrivés en cours nous feront en plus de cela une présentation orale, je vous conseille donc vivement d’arriver à l’heure. »

Un silence de mort suivit sa déclaration. Était-il, ne serait-ce que légal, de proférer autant de choses horribles en moins de trente secondes ? Si les têtes de nombreux lycéens avaient rencontré leurs tables avec violence en signe de désespoir profond, le visage de Vivaldine, quant à lui, semblait avoir perdu toute couleur. Travail de groupe, en voilà une expression qu’elle détestait plus que tout. Bien que Di était une jeune fille plutôt sociable qui savait se faire assez vite appréciée, elle exécrait mêler les études et les amis, pour la simple et bonne raison qu’ils étaient sa pire source de distraction. Et c’était encore pire s’il s’agissait d’un garçon.
Plus les jours défilaient, plus Di voyait la fin de l’année approcher, ce n’était que son avant-dernière année au lycée, mais elle était bien consciente que les universités regardaient l’ensemble du parcours scolaire, elle ne pouvait pas se permettre une mauvaise note à ce stade de sa scolarité. Les examens arrivaient par paquets, les professeurs se lâchaient sur les devoirs. Ça, son travail, les entrainements de cheerleaders, le Celibacy Club, le club de théâtre, Di n’était vraiment pas sûre de finir l’année en un seul morceau. Il ne lui manquait plus que ça ! Un dossier à faire avec un parfait inconnu qui, chanceuse comme elle était, serait comme la plupart des garçons, submergé par ses hormones. Génial.
Ce fut donc sans grand entrain que la jeune fille se dirigea vers le bureau et qu’elle tira du petit sachet de tissu un morceau de papier. Déchiffrer l’écriture illisible ne fut pas une mince à faire, mais à force de plisser les yeux et de demander conseil à sa voisine qui semblait être dans la même situation de galère qu’elle, Di réussit à lire le nom de Gabriel Mason.

Il lui fallut quelques secondes pour pouvoir associer ce nom à un visage. Gabriel… cela devait faire cinq bonnes années qu’ils étaient dans le même lycée et pourtant, jamais ils ne s’étaient adressés la parole, se contentant de sourires furtifs en guise de reconnaissance dans les couloirs. C’était étrange quand elle y repensait, de croiser, de voir les même personnes tous les jours et de ne strictement rien savoir sur eux. Mais Di l’avouait volontiers, elle n’avait jamais été très douée pour faire le premier pas. Elle avait toujours prôné la transparence et ce statut lui convenait tout à fait, mais depuis qu’elle avait intégré les Cheerios, c’était comme si un monde nouveau et radicalement différent tentait de fusionner avec le sien. Elle était amie avec des filles comme Nina Stewart, discutait parfois avec Crystal Clarke, elle se faisait slushiée aussi, par des pom-pom girls avec qui elle n’avait eu pour seul tort que de pénétrer l’univers. Souvent, sa condition de lycéenne banale et invisible lui manquait. Elle était presque certaine que son nouveau binôme ressentait la même chose, n’était-ce pas son nom que l’entraineur de football hurlait dans tout le stade lorsqu’il ratait une passe ? Di en aurait mis sa main à couper, oui, ce garçon faisait partie des Titans. Et il n’y avait rien à y faire, pas plus qu’elle n’était à sa place chez les Cheerios.

Vivaldine sortit de ses pensées lorsqu’elle se rendit compte qu’elle avait presque réduit en charpie le petit papier. Bien sûr, c’était à elle d’aller vers lui… Elle prit une grande inspiration, bloqua fermement ses genoux et avala sa salive avant de se diriger d’un pas qui se voulait tranquille, vers son futur binôme. Elle resta deux secondes plantée devant lui, mais avant qu’il se rende compte de la gourdasse à qui il avait à faire, elle ouvrit la bouche, priant Dieu pour qu’un son en sorte :

« Euh… Hey ! C’est moi qui ai… tiré ton nom au sort ! On est ensemble… euh… » S’injuriant mentalement de tous les noms, elle tenta un petit sourire pour rattraper ces présentations désastreuses. « … Pour l’exposé ! Moi c’est Vivaldine, mais peut-être que tu le sais déjà. Dans tous les cas tu peux m’appeler Di, comme tout le monde. Tu… as tiré quel pays ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. keep calm and be friendly !   Dim 4 Nov - 15:26

Le temps passait à une lenteur douloureusement insupportable et Gabriel avait depuis bien longtemps arrêté d'écouter le cours, choisissant de griffonner dans le coin supérieur de sa feuille pratiquement vierge. Pourtant, l'histoire était l'une de ses matières favorites, et la seconde guerre mondiale l'une des périodes qu'il affectionnait tout particulièrement étudier. Mais le professeur, un homme qui dans une autre vie avait probablement été un bourreau renommé, faisait de ces deux heures d'histoire une torture pour tout être normalement constitué. Et l'ennui que ressentait Gabriel en ce moment même l'obligeait à se forcer pour ne pas poser sa tête dans le creux de son bras afin de faire une sieste. Les entrainements de football l'épuisaient et les efforts qu'il devait faire une fois chez lui afin de ne pas se laisser submerger par le flot continu de devoirs et de leçons à apprendre lui laissaient peu d'heures de sommeil pour se reposer. Il avait beau faire de son mieux, recopier chaque cours avec applications, refaire les exercices encore et encore, il se rendait compte que, plus le temps passait, plus ses lacunes en anglais se faisaient ressentir. Ses notes en littérature étaient en chute libre depuis le début de l'année scolaire, et s'il continuait ainsi, l'histoire suivrait le même chemin. Pourtant, en ce moment même, Gabriel n'arrivait pas à se résoudre à suivre le cours avec application. Il fit danser son crayon sur sa feuille, ajoutant des ombres à la base de son dessin. Bien vite, il réussit à faire abstraction de ce qui l'entourait, se concentrant uniquement sur ce qu'il était en train de dessiner. Cependant, son petit instant de paix fut vite écourté lorsque le mot 'binôme' parvint à ses oreilles.

Gabriel releva brusquement la tête, toute son attention pour son professeur enfin retrouvée. Plus l'homme parlait, plus Gabriel sentait son visage se décomposer. Le jeune garçon avait toujours tout fait pour éviter n'importe quel travail en groupe. Il aimait sa solitude et surtout, il détestait devoir parler avec d'autres personnes, très souvent des lycéens avec qui il ne partageait rien de plus que l'obligation de se rendre au lycée. Il n'était pas fait pour ça. Il préférait bien plus travailler seul, ne devoir compter que sur lui même et ne pas avoir à tenir une conversation polie et inutile avec de parfaits étrangers. Gabriel avait ses quelques amis, il n'avait certainement pas besoin de se forcer à apprécier les autres. Se fondre dans la masse, rester transparent le plus possible, voilà ce qui le caractérisait, surtout depuis qu'il avait passé sa première journée dans une école américaine, il y avait de cela cinq ans. Il n'était pas ici pour créer des amitiés futiles mais pour apprendre. Bien entendu, depuis son arrivée au lycée, cela devenait de plus en plus difficile, surtout avec la veste des Titans sur le dos. Les gens lui disaient bonjour dans les couloirs, les filles tentaient d'engager la conversation, et Gabriel commençait à être à court d'excuses. Il n'avait jamais été très à l'aise avec les personnes du sexe opposé, et ce n'était pas maintenant que les choses allaient s'améliorer. Surtout pas lors d'un exposé d'histoire avec une fille dont il n'avait probablement jamais entendu parlé.

Le jeune homme regarda le professeur aller de table en table, les lycéens piochant avec une appréhension certaine le papier qui allait régenter leur vie pendant une semaine. L'homme à la moustache impressionnante s'arrêta en face de lui, et tandis que Gabriel plongeait sa main dans le sachet, il pria intérieurement pour tomber sur la France. Lorsqu'il déplia le petit carré, un soupir s'échappa de ses lèvres. La chance lui avait pour une fois souri, et même s'il devait passer du temps avec une écervelée qui ne connaissait rien à l'histoire mondiale, il aurait au moins de quoi faire un dossier correct. Il posa le papier portant le nom de son pays d'origine et attendit avec une certaine nervosité que la fille avec qui il allait devoir travailler se décide enfin à se faire connaître. Regardant autour de lui, il fit mentalement la liste des filles présentes. Il les connaissait toutes, probablement mieux que quiconque, et il était hors de question qu'il travaille avec la démoniaque et intellectuellement limitée CeCe Clark ou la mythomane Nina Stewart qui ne manquerait probablement pas de lancer les pires rumeurs sur lui dès qu'elle se serait rendu compte de son existence. Andie n'avait pas l'air trop méchante mais elle était loin d'être la plus intelligente de la classe. A la limite, s'il devait choisir, il préfèrerait passer du temps avec Harper Pritchard qui semblait, elle, plus cultivée que la moyenne, ou encore Vérité avec qui aucune attirance ambiguë ne viendrait troubler leur travail et avec laquelle il pourrait au moins parler un peu français. Il ne voulait juste pas se retrouver en binôme avec...

Une ombre passa devant lui et Gabriel leva la tête. Vivaldine Fawkes. Il ne voulait pas se retrouver en tête à tête avec Vivaldine. Mais vu que cette dernière se tenait debout devant son bureau, il se dit que la chance avait visiblement tourné. Son cœur manqua un battement tandis que la douce voix de la jeune fille parvenait à ses oreilles. Forcément, le sort avait décidé qu'il passerait une semaine à travailler sur un devoir avec la seule fille du lycée à qui il rêvait de parler sans jamais oser le faire. S'il pouvait, Gabriel s'enfuirait en courant. Il préfèrerait même se retrouver sur le terrain de football avec son coach lui hurlant des insultes que d'être là, devant elle, à devoir lui parler comme si elle n'était pas la fille pour laquelle il avait un faible depuis quelques années. Essayant d'être le plus discret possible, Gabriel prit une profonde inspiration et, tentant de ne pas rougir, s'éclaircit la gorge. Vivaldine semblait attendre sa réponse, et plus les secondes passaient, plus il devait apparaître comme un garçon stupide. Il fit abstraction du sourire adorable de la jeune fille et du fait que son cœur semblait prêt à se décrocher de sa poitrine. « Enchanté. » bredouilla-t-il, maudissant son accent qui semblait être encore plus prononcé que d'habitude. « Moi c'est Gabriel, mais je suppose que tu le sais déjà, vu que tu as pioché mon nom, et que... » Il était en train de se ridiculiser, et malgré lui il n'arrivait pas à reprendre le contrôle de son propre cerveau. « Bref, je... J'ai eu la France. Comme pays. Pour l'exposé. » Gabriel se gifla mentalement face à sa propre stupidité. S'il avait un jour espérer pouvoir faire connaissance avec Vivaldine, il venait de ruiner toutes les chances qu'il avait pu avoir pour qu'elle le voit autrement que comme un imbécile qui ne savait même pas aligner une phrase sans avoir l'air d'un débile profond. Il ferma les yeux un instant, tentant de mettre de l'ordre dans ses idées. « Si tu n'as rien de prévu, on peut se voir après les cours. » ajouta-t-il sans la regarder, la voix désormais moins tremblante mais l'accent encore horriblement présent. « Il n'y a personne chez moi, mais si tu préfères aller à la bibliothèque, ou dans un café, pour travailler bien sûr, pas... Enfin bref, c'est toi qui vois. » Gabriel repoussa l'envie de se taper la tête contre la table. Il se contenta de discrètement cacher son dessin et d'attendre la réponse de la jeune fille. Tout en priant pour qu'elle ne l'ait pas encore mis dans la catégorie des mecs stupides qui peuplaient ce lycée.
Revenir en haut Aller en bas
 

05. keep calm and be friendly !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 5
-