Choriste du mois


Partagez | 
 

 05. Beat them all !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 05. Beat them all !   Sam 3 Nov - 19:47

La mairesse examina avec attention le bâtiment qui, devant elle, s’élançait vers le ciel. C’était pas souvent qu’elle mettait un pied dans cette partie de Limace City, seulement lors des élections ou, faits exceptionnels, pour quelques occasions extraordinaires comme mettre l’antre grotesque du Grand Raté sur écoute — et cela aurait fonctionné si ces micros n’avaient pas été fabriqué en Chine ! Depuis ce calamiteux coup fourré, elle s’était jurée de ne pas affronter Bryanna sur ses terres, de peur de foutre sa carrière politique en l’air ainsi que tous ses merveilleux espoirs de réussite.


Ce lendemain des Sectionals était cependant un jour bien différent des autres. The Loser of Lima avait pris ses clics et ses clacs et était retourné chialer dans les jupes de sa môman (quel nul !), et un nouveau leader avait été soigneusement nommé par la personne la plus ingénieuse et intelligente qui ait foulé cette bonne vieille Terre : la Grande Sue Sylvester ! Non sans graisser la patte à plusieurs demeurés du Conseil municipal qui se doutaient qu’une chose pas très nette se tramait dans leurs dos, elle avait réussi à asseoir SON sous-frire dans le fauteuil de leader. Fallait dire qu’il n’y avait pas beaucoup de monde à se bousculer au portillon, une chorale à Lima, qui pouvait s’en préoccuper ? Un nom complètement has-been, une équipe de bras cassés, un répertoire à faire endormir les participants d’un bal musette, on imaginait tout de suite un écriteau accroché à la porte de la salle de répétition sur lequel il était écrit “Fuyez ! Il est encore temps !”. Et en plus il en existait déjà trois autres ! Quelques noms circulaient dans les couloirs de l’hôtel de ville, des inconnus en grande partie : Rodney Fox, un vieux débris qui avait cette immense chance d’être sourd, Edna Emerson, une femme bien trop ambitieuse qui serait devenue un gros caillou dans le soulier de la mairesse, ainsi qu’un certain Richard Le Boucher. A l’oreille, ça sonnait bien ; elle s’imaginait un meurtrier en série musclé comme une armoire en métal, échappé d’une quelconque prison secrète américaine. Leur rencontre fut bien décevante, un nabot se présenta au bureau, cul-de-jatte et chauve — c’était le seul point positif... Il ne restait plus que Vadim Fedortchouk, un terroriste russe en fuite, à la rigueur militaire. Il fut malheureusement rattrapé par des ex-membres du KGB alors qu’il était en Allemagne.

Le destin s’acharnait sur les Horror Voices, et celui-ci murmurait à l’oreille de la mairesse que le seul moyen de rompre cette terrible malédiction, c’était de dissoudre immédiatement et définitivement cette secte de ratés ! Cependant Sue Sylvester va à l’encontre de la destinée (c’est bien connu) ! Elle s’enferma, nuit et jour, dans son bureau, pesant le plus consciencieusement possible le pour et le contre, tentant de faire le tour de cette question qui la démangeait depuis si longtemps : devait-elle ou non supprimer la chorale A Vomir, même si l’Ennemi Public N°2 avait disparu ? Finalement elle préféra infiltrer le groupe en la personne de Megan Morgan, une harpie et éphémère usurpatrice des Charts. Le plan était tout tracé : amener ces ménestrels boutonneux sur la première marche du triomphe — quitte à faire connaître Lima de part le monde, détruire les chorales qui échouaient dans leur quête de succès, avec en bouquet final, l’implosion en plein vol des AV ! Quel beau programme en perspective ! Mais pour le réussir au mieux, il fallait se mettre dans la poche la pin-up défraîchie sans lui mettre la puce à l’oreille !


Après avoir mainte fois reconsidérer le fait d’entrer dans ce bâtiment miteux, elle s’y engouffra, se dirigeant le plus rapidement possible à l’étage occupé par les énergumènes. Elle n’avait qu’une trouille, qu’elle arrive en plein milieu d’une répétition, s’affichant à coup sûr devant tous ces ratés. Ce ne fut pas le cas ; à vrai dire c’était un lendemain de “victoire” pour ces derniers. Ils devaient tous être dans le même lit, à moitié dénudés, sentant à dix kilomètres à la ronde l’alcool bas de gamme, avec un tigre et un bébé (à moins que ce soit…). Bref, comme elle l’imaginait, la salle était complètement vide, hormis la Cruche Sulfureuse qui répond au nom de Megan Morgan. S’affichant avec son plus beau sourire, la mairesse s’approcha de la plantureuse cougar. « Félicitations ! » Pour une fois dans sa longue et majestueuse vie, la sincérité encensait ses propos. « Je sais bien que Bryan n’était qu’un misérable raté de la vie ! S’il savait… » Mais il allait le savoir ! Elle engagerait les plus grands détectives privés du monde pour qu’ils découvrent son adresse ; puis une petite carte postal “Il fait bon vivre à Lima !” pour lui informer de la situation bien plus glorieuse de sa chorale et hop ! le tour est joué ! Manquerait plus qu’il soit suicidaire ! Un de plus ou un de moins, qui verra donc la différence ? Pas Sylvester en tout cas ! Bon débarras ! Un soupir de Miss Toxine Botulique la rappela à la réalité. « Alors ? J’espère que la préparation est intensive? Parce que la bataille va être rude ! » L’ex coach lança un regard vers la porte. « Sans te mettre la pression, et puis ça tu connais vu ta prestigieuse carrière, tu sais que les U… Urban Mimes ce sont en grande partie les boutonneux de Moumoute d’il y a plusieurs années ? Les mêmes qui ont ridiculisé cette chorales… » Elle marqua une pause afin de laisser la pièce s’emplir de cette angoisse si délicieuse qui fait douter les gens aussi vite qu’il faut pour dire Supercalifragilisticexpialidocious. « Bien !, s’exclama la mairesse, voyant le visage ignare de la nouvelle leader, je vois que tu y as réfléchi ! Et elle ne put chasser l’idée qu’en choisissant cette potiche, elle avait fait une immense erreur. Tentant de reprendre pied face à ce très gros imprévu, elle enchaîna de la manière la plus habile qui soit : « J’ai personnellement assisté à votre sacre aux Sectionals, mais j’ai remarqué quelques petites imperfections qui pourraient vous compter la première place aux Nationals. Si j’étais à ta place, un avis extérieur, impartial et professionnel qui plus est, ne serait pas de refus ; n’est-ce pas ? »


Dernière édition par Sue Sylvester le Mer 21 Nov - 16:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. Beat them all !   Dim 4 Nov - 14:54

« STOOOOOOOP ! Juste… taisez-vous ! »


Le cri de Megan arrêta net le massacrant duo auquel s’adonnait joyeusement Rose Kitteridge et Diana Hart. Les deux pimpantes et joyeuses jeunes femmes se regardèrent un instant, interloquées, leurs quatre énormes globes oculaires ronds comme des soucoupes. Bien sûr, Megan aurait dû s’en douter. Elles étaient sûres d’être sur la bonne voie et d’enfin pouvoir prétendre à un… compliment ? Stupides, stupides, stupides. Megan lâcha un long soupir exaspéré et leur ordonna de retourner à leurs places. Elles obtempérèrent sans sourciller, ça avait vraiment du bon d’être la manitou-toute-puissante, même s’il fallait subir des voix nasillardes à longueur de journée, le moins que l’on puisse dire c’est qu’à cette place ses désirs devenaient des ordres. Megan laissa un silence pesant s’installer dans le local. Puis, bras croisés, elle effectua quelques pas, lentement, de façon à se mettre devant ses choristes qu’elle dévisagea de son regard noir.

« La défaite. C’est ça qui nous attends aux nationales. Vous savez pourquoi ? Parce que nous sommes arrivés deuxièmes aux régionales et que la chorale qui s’est placée devant nous est notre adversaire au prochain concours. Ils partent avec un avantage. »


Elle les fixa, chacun d’eux dans les yeux et vit dans leurs prunelles de merlans frits qu’ils n’avaient, soit rien saisi, soit rien écouté. Quelle bande de bras cassés ! Et ça s’étonnait que Ryan se soit fait la malle ? Qui pouvait les supporter pendant une période aussi longue ? Et dire que c’était son destin… après avoir connu la gloire, le succès, le feu des projecteurs, Megan Morgan se retrouvait dans une salle même pas chauffée avec un groupe d’amateurs qui se voyaient déjà superstars et qui n’avaient pas été foutus d’arriver premier contre des adolescents boutonneux, des nones et des loosers attardés ! En quelle langue fallait-il qu’elle leur parle pour qu’ils saisissent la gravité de la situation ?

« Bon, on va faire plus simple. Ça va être un massacre. Je ne sais pas comment Ryan vous a éduqué, mais il a mal fait. On est pas là pour apitoyer les gens. On est pas là pour dire combien le ciel est bleu, le soleil brille et les oiseaux chantent ! Donc à partir de maintenant, on change de registre. Les love song et compagnie, au placard ! Next ! Out ! Vous avez compris ? J’en ai marre d’entendre la playlist du chihuahua de Schuester qu’il garde séquestré dans la cave de la maison qu’il squatte en attendant de se trouver un carton décent dans lequel faire la manche ! Je veux de la haine, de la rage de vaincre ! DE LA HAINE ! Je veux qu’on sente que vous pourriez tuer pour gagner ! C’est votre exercice pour la prochaine séance. Je veux de l’inspiration, je veux des nuits blanches, je veux de la testostérone et de la sueur pour cette chorale ! Maintenant, foutez-moi le camp. Sinon votre niaiserie et votre médiocrité pourrait contaminer ces lieux irrémédiablement tels les morpions dans la culotte antique de Sylvester ! »
Megan tourna le dos. Elle entendit un grand fracas, des chaises poussées, des tables renversées et lorsqu’elle se retourna, tous avaient disparu comme s’ils n’avaient jamais existés. Si seulement ! Megan n’aimait pas cet endroit. Il était gris, triste et décoré par quelqu’un qui n’avait visiblement aucun gout ni esprit stratège. Il fallait faire peur, intimider ces gens, qu’ils répondent aux ordres en moins de temps qu’il ne faut pour les dire ! Megan était fatiguée. Elle détestait perdre, elle savait que pour réussir, il fallait avoir l’attitude. Entre Ainsworth qui voulait se la jouer racaille des bacs à sable en discutant le moindre de ses décisions et en appelant les autres à se rebeller, Halloway qui, même si elle avait du potentiel, ne cessait de geindre, Kattenhorn et Gallagher qui se faisaient les yeux doux au fond de la salle… il ne restait que Ruby Caldwell pour relever le niveau ! Encore, celle-ci n’était pas au maximum de ses possibilités. Elle restait bien trop timide pour exploser… Bref, Megan ne savait pas où donner de la tête et songeait à ajouter aux micros un gadget capable d’envoyer des décharges électriques, apparemment, ça stimulait le cerveau.
Elle allait se diriger vers le placard, derrière la porte, où elle dissimulait avec soin plusieurs bouteilles d’alcools forts pour les moments durs comme ceux-ci, quand son regard tomba dans l’encadrement où une grand-mère anorexique se tenait, le sourire qu’elle arborait lui donnait une moue plus sinistre qu’autre chose. Sue Sylvester de bon matin ! Décidément ! Dire que le concours ne datait que d’hier ! Elle n’avait pas perdu de temps… Megan savait qu’une visite de la mairesse n’annonçait jamais des bonnes nouvelles. Elle avait failli à sa tâche, elle avait perdu contre ce gay refoulé de Finn Hudson ! C’était certains que Sylvester n’allait pas en rester là.

« Madame la maire ! Justement, j’ai glissé quelques mots sur vous à mes choristes pendant notre répétition de ce matin ! »


Quelques mots sur sa culotte infestée par les MST, plus précisément, mais ça, elle s’abstint de le notifier. L’acariâtre morue fit un pas et entra dans la salle de répétition, son sourire toujours si angoissant aux lèvres. Etrangement, Megan préférait lorsqu’elle affichait son visage aigri et dénué de toute émotion. Ce devint encore plus étrange lorsqu’elle la félicita. Etait-ce de l’ironie ? Dans tous les cas, lorsqu’elle affirma que Ryan était un raté, Megan ne put s’empêcher de sourire et d’approuver d’un hochement de tête. Mais Sylvester ne la laissa pas sur la satisfaction d’être meilleure qu’un looser de la vie, elle enchaina, lui rappelant une nouvelle fois que rien était gagné. Ah ? Les larbins d’Hudson étaient autrefois ceux de Schuester ? Et ils avaient gagnés ? Étonnant alors que ceux de cette année aient misérablement fini à la dernière place…

« Après la défaite cuisante de Schuester à ces selectionals, je pense que nous pouvons le considérer comme une menace définitivement… morte et enterrée si vous voulez de quoi je veux parler. Quant aux… Urban Hymns, je ne les sous-estime pas, bien au contraire, soyez-en sûre. »


Un long silence suivit son propos. Bien qu’elle détestait l’avouer, Sylvester et elle avaient quelques points communs. Ce gout pour la terreur, la mise en scène et les manigances en particulier. Ces similitudes effrayaient la jeune femme. La chose qu’elle voulait sans doute le moins au monde était de devenir mairesse d’une ville dont tout le monde se foutait au point de ne pas apparaitre sur les GPS. Quel destin moins glorieux pouvait-on donc craindre que celui de Sue Sylvester, mairesse de Lima dans l’Ohio ? Néanmoins, Sylvester était quand même à un niveau au-dessus de celui de Shuester, Hudson ou Loosandra. Elle avait le pouvoir. Bon, un pouvoir certes limité, mais le pouvoir quand même. Lorsqu’elle lui proposa… enfin, qu’elle l’obligea à accepter son… aide ? Megan ne put refuser.

« N’est-ce pas ? Je serais ravie d’avoir les conseils d’une femme aussi avisée que vous ! Après tout, c’est bien où l’où nous sommes rencontrées, non ? Les compétitions ! Sachez que cet échec d’hier soir ne se reproduira plus. Oh, non ! Ce matin même les Awesome Voices se réunissaient pour un débriefing extraordinaire ! Nous changeons de… registre. Je ne sais pas trop ce que Bryan Ryan faisait avec cette chorale, vraiment n’importe quoi ! Ainsworth qui décrochait tous les solos… alors que vous avez bien la performance de Ruby hier ? »


Megan se tût, très fière de son petit effet. Rappeler assez sournoisement qu’elles s’étaient rencontrées pendant un concours de cheerleading que Megan avait remporté, Sylvester ne s’y tromperait pas. Néanmoins, elle commençait à sentir l’agacement de la mairesse qui ne pouvait pas en placer une. Prudemment, Megan la laissa dire ce pourquoi, visiblement elle était venue : critiquer sa chorale.

« Donc, où péchons nous ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. Beat them all !   Sam 22 Déc - 16:04

Quel moulin à parole cette Vélane ! A croire que la superbe de la mairesse ne faisait plus autant d’effet que lors de leur première rencontre dans le bureau de l’hôtel de ville ! Agacée par le flot incessant de mots sans aucune importance, Sue souffla bruyamment durant la piètre explication du semi-échec de la veille. C’était bien joli tout ce blabla mais pour l’ex-coach, le verre paraissait plus plein que vide, contrairement à l’autre gourdasse ! Qui aurait cru qu’en si peu de temps cette donzelle eût relevée la chorale de bras cassés ? Pas l’ex-coach en tout cas ! Quand elle avait placé cette pimbêche en tant que leader des Horror Voices, deux alternatives lui effleuraient l’esprit : l’aura de cette ratée aurait amené les A Vomir bien plus bas qu’ils ne l’étaient déjà, ou inversement, la réputation et la poisse des ménestrels de Bryhanna aurait eu raison de la motivation de cette chanteuse pour adolescentes prépubères, qui aurait fini au fond du trou. Quoi qu’il en soit, le résultat aurait été le même : catastrophique ! Certes elle avait eu chaud au cul, les fanatiques du divin n’étaient vraiment pas loin derrière — à croire qu’ils avaient dû payer des croyants pour prier à leur place durant les répétitions et la compétition ! Qui qu’il en soit, elle avait rempli les premières exigences du cahier des charges, et en un rien de temps en plus ! Car le temps était l’ennemi le plus imortant qu’il fallait maîtriser au plus vite.

Plus les semaines passaient et plus les chorales s’installaient dans le paysage culturel de la ville ; et le principal problème, c’était qu’à force les habitants de Lima allaient être habitué à ce climat trop festif et trop conflictuel - bien que ce dernier point favorisât depuis toujours l’excellente politique de Sylvester. Souhaitons donc que la Bombe M à retardement trouve rapidement le chemin de la réussite... et celui de l’égocentrisme ! Et pour l’instant, elle ne s’était pas trompée ; elle avait bel et bien foulé la route du nombrilisme ! Depuis l’arrivée de la mairesse dans le bercail des AV, leur leader n’avait cessé de monopoliser la conversation. Sue était certes une experte en show-biz, au monde des strass et paillettes. Le spectacle, elle avait ça dans le sang ! La novice comme Gangam avait logiquement saisi l’occasion pour poser toutes les questions qui lui passaient par la tête, soulevée ses craintes, cherchant les conseils d’une spécialiste. Mais y a des limites quant même ! D’un geste, elle arrêta le monologue de la pipelette. « Ma parole ! T’es une vraie brasseuse d’air ! S’il y a canicule, je t’appellerais quand ma clim tombera en panne ! » Elle lâcha un petit rire, afin de montrer, pour une fois, qu’il n’y avait aucune vile arrière pensée derrière ses propos. « Déjà, et je me répète, je tiens à te féliciter de ton travail ! Faut dire que l'autre raté de Bryan était un véritable incompétent, il n’a inculqué à ses boutonneux que la stratégie du loser et de l’échec ! Je ne pensais absolument pas que tu remonterais aussi vite le niveau des Awom... Voices. C'était très loin d'être gagné !» L’ex coach sourit une nouvelle fois. Elle avait débuté par la partie la plus plaisante à entendre ; et comme toujours avec Sylvester, il y avait un mais. “Le mieux, c’est l’ami du bien” ne dit-il pas l’adage populaire ?

Naturellement, une tonne d’imperfections et de petits détails, bien que trop subtils pour le commun des mortels, n’avait pas arrêté de la titiller l’ancienne entraineuse lors de la représentation des crétins de Morane. « Personnellement, je pense qu'il faudrait mettre plus en avant la petite Romy ! Faut pas se voiler la face, c’est un peu grâce à elle que vous êtes aux Nationals ! »

Sylvester balaya la salle du regard. Un fauteuil confortable, il devait bien y en avoir ici ! Ryan avait dépensé tellement de pognon dans du matériel sophistiqué... Et on voyait le résultat ! Il avait quant même pensé au bien-être dorsale de ses suppôts en installant en retrait quelques poufs qui témoignaient d’un goût médiocre pour la décoration d’intérieur. Installant son délicat postérieur sur le tissu douteux, elle ne put s’empêcher de faire quelques remarques désobligeantes. « Tu n’as jamais pensé à changer cet intérieur ? Le problème doit sûrement venir de là ! Une décoration ambitieuse, des couleurs dynamiques, et c’est la réussite d’une personne ou d’un groupe qui est en boostée ; j'ai lu ça dans je ne sais quelle magasine féminin pour potiches. » Après avoir considéré qu’il faudrait littéralement tout jeté par la fenêtre et refaire à neuf, elle planta son regard dans celui que la bombasse anorexique. « Donc oui ; Rudolph a vraiment fait une prestation éblouissante, contrairement à un certain Baby Ryan et l’autre Thym O’Tee. Ces deux-là, faut les foutre au fond, derrière des plus grands qu’eux histoire qu’on ne les voit pas trop. Je ne sais pas ce que tu en penses, mais fais gaffe ! Ryan Junior, c’est une taupe au service de son oncle ! A mon avis il a essayé de saboter votre passage pour te faire échouer !!! Je l’ai tout de suite vu ! »

C’était bon, Sylvester se lâchait ! Il fallait dire que en terme d’espionnage, de discrétion et de sabotages dévastateurs, la mairesse s’y connaissait ! Et là, son radar de mouchards s’était mis en alerte rouge à sa vue, et pas d’erreur possible ! Bryan était toujours de la partie et sa fuite n’était qu’une parade pour revenir encore plus fort après la chute Megan. Quel enflure... mais tellement bien joué ! Mais Sue n’allait pas se laisser faire ! C’est pourquoi elle était prête à tout pour gagner cette finale, quoi qu’il en coûte.

« Mis à part ce climat de suspicion auquel j’en suis sûre tu y remédieras de façon la plus rapide et surtout la plus juste, j’ai une idée brillante pour engranger quelques précieux points durant les Nationals. Il faudrait que Macadam chante en string. Tu sais, ton policier. » Elle marqua une pause, comme si elle attendait une réaction, quelle qu’elle soit, de la part de l’ex de ce dernier. Mais rien ne semblait l’ébranler à son nom. « Quand je dis en string, c’est seulement en string hein ! En somme, presque nu. A mon avis, les jurés féminins ne pourront que vous donnez gagnant contre ces tarlouzes d'Urban Mimes !», dit-elle, les joues empourprées. « Je n’y vois aucun inconvénient. Mais toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 05. Beat them all !   

Revenir en haut Aller en bas
 

05. Beat them all !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 5
-