Choriste du mois


Partagez | 
 

 05. From the ashes I will rise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Age : 26 ans
Occupation : Co-directrice de la LPA et coach des Second Chances
Humeur : Déterminée
Statut : Célibataire
Etoiles : 1304

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Brave - Sara Bareilles
Glee club favori : Second Chances
Vos relations:
MessageSujet: 05. From the ashes I will rise   Sam 17 Nov - 19:58

Assise sur le rebord de l'estrade, Cassandra fixait l'horizon d'un regard empli de mélancolie. Elle détaillait l'annexe de l'église comme si c'était la dernière fois, comme si elle n'était plus digne de la moindre chose qui faisait l'essence même de ce lieu. Les souvenirs défilaient dans son esprit, les bons comme les plus mauvais, et ce fut avec une amertume certaine qu'elle réalisait la véritable valeur de ces instants. Sa mère lui avait souvent répété qu'il fallait chérir le présent plutôt que le passé, mais force était de constater que désormais elle n'avait plus aucun contrôle sur sa vie. Les évènements s'enchainaient tandis qu'elle, impuissante, se laissait entrainer par l'inertie de son existence. Elle avait beau se persuader que chaque défaite était le fruit du jugement irréprochable de Dieu, une partie d'elle demeurait fortement désillusionnée par ces choix divins qui régissaient sa vie. Oui, peut-être qu'après tout les Second Chances n'étaient pas destinés à gagner, peut-être même n'étaient-ils pas destinés à être, mais Cassie n'était pas disposée à affronter cette vérité. Son but, dès le départ, avait été précis et jamais ô jamais il n'avait été question de remporter un quelconque trophée si ce n'était le prix de l'amitié et de la solidarité. Joindre la compétition avait même été un des nombreux caprices de Joanna, qui devait à ce moment dormir tranquillement sur ses deux oreilles tandis que Cassandra, elle, se posait les véritables questions. Devait-elle continuer comme elle l'avait toujours planifié, en semant l'amour de la musique sur son passage et en enseignant à chacun les valeurs qui lui tenaient à cœur, ou devait-elle considérer cette défaite comme une manifestation de Dieu ? Peut-être la réservait-il à de plus grandes choses. Mais quelles étaient-elles ? Pour une fois dans sa vie Cassandra se sentait perdue mais personne n'était apte à lui montrer la voie... après tout c'était le rôle qu'elle s'était toujours attribué.

Son regard embrumé fut immédiatement attiré par ce rayon lumineux qui venait de traverser les vitraux de la porte d'entrée. Un sourire discret vint aussitôt illuminer son visage, tandis qu'elle se levait avec aplomb et légèreté. Ce n'était pas la fin. C'était seulement le commencement. Emportée par sa renaissante assurance, elle se dressa au centre de la scène, où la musique résonnait déjà.

Kelly Clarkson - Catch my breath

I don't wanna be left behind
Distance was a friend of mine
Catching breath in a web of lies
I've spent most of my life
Riding waves, playing acrobat
Shadowboxing the other half
Learning how to react
I've spent most of my time ♫

Dans un élan d'audace elle s'élança à travers le bâtiment, rayonnante de confiance comme autrefois. Ses pas faisaient un bruit sourd alors que sa voix lui paraissait plus zélée que jamais. De chaque côté de son sillage disparaissaient les mines déconfites de ses adversaires. Megan Morgan, Summer Davis, tous ceux qui n'avaient jamais cru en ses capacités mais qui, un jour ou l'autre, seraient forcés de constater que sa détermination était bien plus forte que leur mauvaise foi.

Catching my breath, letting it go, turning my cheek for the sake of this show
Now that you know, this is my life, I won't be told what's supposed to be right

Catch my breath, no one can hold me back, I ain't got time for that
Catch my breath, won't let them get me down, it's all so simple now ♫

Arrivée à la porte, elle se retourna avec fougue et découvrit alors que le décor s'était entièrement transformé. Elle marchait alors fièrement le long d'un des couloirs qui menaient à la scène, les yeux de centaines de spectateurs posés sur elle et subjugués par sa prestation. Jusqu'ici elle ne s'était jamais imaginé la sensation que lui procurerait cette attention, mais elle arrivait pourtant parfaitement à la ressentir, comme si elle avait déjà vécu cette scène dans une autre vie. Ce n'était pas pour les autres qu'elle chantait, c'était pour elle. C'était pour se prouver à elle-même que baisser les bras était un moyen de donner raison à ses détracteurs. Tout le monde s'était moqué d'elle à la naissance des Second Chances, et pourtant ils étaient arrivés avant les détenteurs du titre cinq années plus tôt. Ils avaient surpris, et Cassie était déterminée à les surprendre encore maintes fois.

Addicted to the love I found
Heavy heart, now a weightless cloud
Making time for the ones that count
I'll spend the rest of my time
Laughing hard with the windows down
Leaving footprints all over town
Keeping faith kinda comes around
I will spent the rest of my life

Catching my breath, letting it go, turning my cheek for the sake of this show
Now that you know, this is my life, I won't be told what's supposed to be right

Catch my breath, no one can hold me back, I ain't got time for that
Catch my breath, won't let them get me down, it's all so simple now ♫

Finalement parvenue jusqu’à la scène, elle chercha brièvement du regard ceux qui l’avaient toujours supportée. Sa famille, ses amis, même ceux qu’elle n’avait jamais considéré comme tel. C’était pour eux qu’elle devait s’accrocher. C’était leur soutien infaillible qu’elle devait récompenser d’une victoire et non le travail qu’elle s’efforçait elle-même de fournir. Quelle égoïste ferait-elle si elle s’appropriait la victoire de sa chorale. C’était une chose digne de Bryan Ryan plutôt que d’elle. Ce grossier personnage lui manquait presque, maintenant qu’il avait disparu de la circulation, et elle ne pouvait s’empêcher d’imaginer quelle aurait été l’issue de cette compétition si les évènements s’étaient enchainés d’une autre manière. Aurait-elle accepté de lier sa dévotion à la sienne pour parvenir à ses fins ? Certainement pas, gagner n’avait jamais été dans ses objectifs. Mais elle aurait respectueusement félicité le directeur des Awesome Voices pour sa qualification aux Nationals. Megan n’avait fait que récolter les fruits d’un travail qu’elle n’avait pas fourni et c’était foncièrement la seule chose qui suscitait l’indignation chez Cassandra.
Fixant le plafond avec humilité, elle dédia le reste des paroles à celui à qui elle devait tout.

You helped me see
The beauty in everything

Catching my breath, letting it go, turning my cheek for the sake of this show
Now that you know, this is my life, I won't be told what's supposed to be right

Catching my breath, letting it go, turning my cheek for the sake of this show
Now that you know, this is my life, I won't be told what's supposed to be right

Catch my breath!

Catch my breath, no one can hold me back, I ain't got time for that
Catch my breath, won't let them get me down, it's all so simple now (it's all so simple now!)

Catching my breath, letting it go, turning my cheek for the sake of this show
Now that you know, this is my life, I won't be told what's supposed to be right

Catch my breath, no one can hold me back, I ain't got time for that
Catch my breath, won't let them get me down, it's all so simple now ♫

Les yeux fermés, elle se laissa bercer par les dernières notes de musique. Lorsque la dernière s'évanouit dans l'immensité de l'annexe, elle les ouvrit enfin et, de retour à la réalité, esquissa un sourire qui aurait fait frissonner Megan Morgan. Quoiqu'en disent les mauvaises langues, les Second Chances étaient à cet instant plus forts que jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. From the ashes I will rise   Jeu 29 Nov - 21:09

« J’adore t’écouter chanter. »

Avec un sourire, Christabella sortit de sa cachette, derrière un des piliers de l’Eglise, et adressa à sa meilleure amie un regard d’excuse. A la base, elle n’avait pas prévu de jouer les voyeuses en espionnant Cassandra, mais lorsqu’elle s’était glissée dans l’Eglise, la voix de son amie l’avait interpellé, et elle n’avait osé l’interrompre. Alors elle s’était fait aussi discrète que possible, savourant la douce voix de Cassie qui, perdue dans sa chanson, n’avait apparemment pas remarqué qu’elle avait un public. En longeant une rangée de bancs en bois, Christabella rejoignit son amie, ses pas résonnant dans le silence de l’Eglise. Elle avait passé la journée à réfléchir à ce qui s’était passé ces derniers jours, et à la défaite des Second Chance aux Sectionals. Les longs mois qu’ils avaient passés, tous ensembles, à répéter et à travailler, ne les auraient finalement pas menés vers les Nationals. Les visages de bon nombre de membres des Second Chance s’étaient marqués par une profonde déception, à l’annonce des résultats, et c’était légitime. Ils avaient beau s’être réunis, à la base, pour l’amour de la chanson et du don de soi, à partir du moment où il y a compétition, il y a forcément le désir de gagner. Des mois après avoir intégré la chorale, Christabella avait la tête pleine de chansons, de souvenirs, mais cette compétition l’avait toujours laissé assez perplexe, comme au temps du lycée. A l’époque, les New Direction et les Awesome Voice s’étaient lancés dans une lutte acharnée pour la victoire, mais n’ayant jamais été animée par le désir de vaincre, c’était quelque chose d’assez incompréhensible pour la jeune femme, que de vouloir gagner. Elle s’était pliée au rythme des répétitions sans broncher, et même avec plaisir, elle avait pris des leçons de chant pour parvenir à un niveau convenable, et elle avait casée cette activité dans son emploi du temps pourtant déjà bien chargé. Ses journées étaient bien remplies, entre ses cours à l’OSU, ses révisions pour les matières qu’elle étudiait par correspondance, son emploi au cinéma et les réunions avec les autres choristes. Elle s’était investie, comme tout le monde, mais cela n’avait jamais été pour un quelconque trophée. Non, elle avait rejoint les Second Chance pour être avec Cassandra. Et voir que son amie avait été touchée par cette défaite lui avait fait mal au cœur. Elle s’était longuement creusé la cervelle pour trouver un moyen de réconforter Cassie, ce qui l’avait par ailleurs rendue assez distraite en cours.
Oui, si elle avait rejoint la chorale de Cassandra, c’est parce qu’après avoir été éloignée d’elle pendant des années, pour des raisons aussi diverses que variées, Christabella n’avait pu que constater que le lien si fort qui les liait s’était peu à peu étiolé, ce qui était normal, toutes deux ayant empruntées des chemins différents. Mais pour Christabella, Cassie resterait toujours sa meilleure amie, et en revenant s’installer à Lima, elle était bien décidée à retrouver celle qui comptait tant pour elle. Si Cassandra l’avait accueillie à bras ouvert, Christa n’était pas aveugle, et elle n’avait pu que constater qu’une ombre ternissait quelque peu ce tableau idyllique de retrouvailles, une ombre qui répondait au prénom d’Ashandra. Pourtant, jamais Christa n’avait voulu que les choses se passent mal entre Ashandra et elle, bien au contraire. Après tout, c’était un peu de sa faute si son amitié avec Cassie s’était fragilisée. En sortant avec Ezrael, pour commencer, Christabella s’était éloignée de son amie, qui avait trouvée refuge auprès d’Ashandra, et jamais Christa n’aurait ne serait-ce que songer à reprendre sa place de force. Ce qu’elle aurait voulu, c’est faire connaissance avec Ashandra, se lier d’amitié avec elle, se découvrir des points communs. Pour une raison obscure, Ashandra ne partageait pas les mêmes désirs. Christabella ne se souvenait que trop bien de cette rencontre, à l’Eglise, au terme de laquelle elle s’était retrouvée les quatre fers en l’air. A partir de ce moment, elle n’avait pu s’empêcher de penser qu’Ashandra n’était pas très stable. Pas forcément une mauvaise personne, plutôt quelqu’un qui avait un petit problème, et qui s’était attachée à Cassandra comme l’aurait fait une moule à son rocher. Seulement voilà, Cassandra était bien trop bonne pour ne pas repousser Ashandra si jamais celle-ci se mettait à sombrer en l’entrainant avec elle. Inquiète pour son amie, et assez agacée par ce qui s’était passé ce jour-là, Christabella n’avait pas hésité longtemps, et avait rejoint les Second Chance, avec un but bien précis : veiller sur Cassie. Fort heureusement, elle n’avait pas vraiment eu se soucier d’Ashandra, celle-ci se faisant de plus en plus discrète à mesure que le temps passait. Et Christabella avait pu passer du temps avec sa meilleure amie.

Aujourd’hui, cette dernière affrontait une défaite et ce n’était jamais évident, pour personne. Mais en voyant le sourire qu’elle affichait, Cassie venait de trouver la force de passer outre cet échec, pour mieux se relever. Parvenue à ses côtés, Christabella croisa les mains dans son dos et pinça les lèvres avec l’air d’une enfant prise en faute. « Pardon, je t’ai entendue et je ne voulais pas t’interrompre. » s’excusa-t-elle. Le soleil qui filtrait à travers les vitaux rebondissait sur la chevelure de son amie, la nimbant de lumière et lui donnant l’air d’un ange. D’une certaine façon, Christabella comprenait qu’Ashandre se soit autant attachée à la jeune femme, lui vouant presque un culte. Cassandra avait un air de pureté que Christabella n’avait jamais vu ailleurs, et quand elle baissa les yeux sur sa propre personne, elle se trouva bien moins rayonnante que son amie. Avec le retour des beaux jours, Christa avait opté pour un simple jean et des baskets, avec une chemise large, et pour se protéger de la brise encore fraiche qui soufflait sur Lima, elle avait enfilé un gilet en laine à grosses mailles. La seule touche de féminité résidait dans une paire de boucles d’oreilles pendantes. Et pourtant, elle se sentait insignifiante, ce qui, curieusement, ne la dérangeait pas. Cassandra avait toujours eu cette envie de faire connaitre ses idées, de partager ses principes, alors qu’elle-même s’était toujours contentée de suivre le mouvement. Elle était, d’une certaine façon, bien plus posée que Cassandra, qui pourtant n’était pas particulièrement impulsive, juste plus… passionnée.

« Je savais que je te trouverais ici. Est-ce que tu vas bien ? J’avais peur que tu n’aies mal pris le résultat des Sectionals. » s’enquit Christabella en penchant la tête de côté.
Revenir en haut Aller en bas
Age : 26 ans
Occupation : Co-directrice de la LPA et coach des Second Chances
Humeur : Déterminée
Statut : Célibataire
Etoiles : 1304

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Brave - Sara Bareilles
Glee club favori : Second Chances
Vos relations:
MessageSujet: Re: 05. From the ashes I will rise   Sam 15 Déc - 14:35

La voix, bien que naturellement douce, de Christabella lui arracha un sursaut incontrôlé. Curieusement la perspective de chanter devant cette foule animée ne l'avait pas effrayée, mais la réalité de ce public au singulier l'avait mise dans un état de confusion certain. C'était idiot de sa part, mais elle craignait que Christa ne lui en veuille d'avoir donné plus de passion à cette représentation inopinée qu'à celle qui leur avait coûté leur qualification. La rage de vaincre n'était de toute évidence pas une source suffisante et légitime de son point de vue, elle puisait au contraire sa détermination de cette foi incommensurable qui l'animait même dans les moments où elle avait l'impression d'être la seule à y croire encore. Peut-être s'était-elle égarée après tout, peut-être que le chemin tracé par Joanna n'était pas celui que sa chorale était destinée à emprunter. Elle en avait payé le prix fort, et même si elle avait préparé ses choristes à la défaite, cette expression de déception déguisée qu'elle avait lue sur leur visage avait achevé de lui briser le cœur. Ce n'était certes pas son but à elle de gagner, mais force était de constater qu'avec le temps son objectif avait changé : plus que de partager ses idéaux et son amour pour la musique, il s'agissait d'un devoir de rédemption pour tous ces gens qui lui avaient accordé une confiance plus ou moins aveugle. Son amertume n'en était que plus grande mais pas assez pour empoisonner sa conviction.

Machinalement Cassie baissa les yeux à la vue de son amie. Elle savait qu'elle y lirait davantage de confiance que de honte, mais c'était la potentialité d'y entrevoir autre chose chez elle qui lui intima ce geste inhabituel. De tous, c'était peut-être Christabella qui avait nourrit le plus d'espérances à son égard. Cassandra s'était même longtemps préparée à l'éventualité qu'elle rejoigne Ezrael chez les Awesome Voices plutôt qu'elle. Elle ne lui en aurait pas voulu, mais elle n'avait jamais abordé les motifs de son choix de peur de la froisser ou d'être elle-même froissée. Cassie avait même cette curieuse impression que Christa s'était sentie obligée de chanter à ses côtés pour se racheter de ses erreurs passées. C'était honorable de sa part, mais égoïste de la part de Cassie, qui avait profité de ces regrets qui n'avaient cessé de hanter son amie depuis le lycée. Cette possibilité souligna encore davantage l'absurdité de cette lutte dans laquelle s'étaient engagées Christa et Ashandra. Elle ne méritait certainement pas ce surplus d'attention.

Lorsque Christabella parvint à ses côtés, Cassie releva la tête, un sourire de fausse assurance plaqué au visage. Elle se devait d'être forte pour les autres, parce qu'il en avait toujours été ainsi. Si par malheur un jour quelqu'un réalisait ses angoisses, elles finiraient par se propager comme une funeste épidémie. C'était ce dont elle était persuadée du moins.
Non insatisfaite de voir son amie dans un moment comme celui-ci, elle entreprit de s'asseoir sur un des bancs de la première rangée, et invita Christa à faire de même. Elle avait envie de parler, et Dieu savait que lorsque ces deux là se mettaient à engager une conversation, des cierges avaient le temps de brûler. "Je vais bien." répondit-elle en se remémorant avec amusement cette fois où c'était Ezrael qui l'avait surprise en train de chanter dans l'auditorium. Elle espérait simplement que l'issue de leur tête à tête serait plus joyeuse que celle-ci. "Peu importe le résultat au final, nous avons gagné." assura-t-elle. Elle savait bien que cet argument ne serait pas suffisant pour remotiver ses troupes, mais il le serait peut-être pour Christa, qui à priori partageait des idéaux semblables aux siens. "Nous avons réuni des personnes tellement différentes et avons réussi à leur inculquer un objectif commun. Et voilà qu'après cette défaite ils partagent tous le même sentiment. C'est certes un sentiment de tristesse, mais à mes yeux il vaut de l'or. Qui l'aurait cru ?" expliqua-t-elle avec passion, le regard perdu dans le vide. Dieu merci l'optimisme de Grace était communicatif et elle avait vite fait de rendre cette défaite moins amère à ses camarades de chant. Cassie n'était pas encore prête à affronter la réalité de leurs ressentiments. "Crois-tu que j'ai raison ? Ou alors je me voile la face pour échapper à mes responsabilités ? J'espère que ce résultat ne t'aura pas trop affectée en tout cas." Cassie pensait surtout qu'elle ne regrettait pas de l'avoir choisie elle plutôt qu'Ezrael, mais elle se retenait de le dire. C'était de la franchise dont elle avait besoin, pas de la pitié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. From the ashes I will rise   Jeu 27 Déc - 13:58

Que Cassie sursaute en s’apercevant qu’elle avait eu un public pendant sa petite représentation n’avait rien de surprenant, et Christabella s’en voulut quelque peu d’être restée cachée dans son coin, comme une petite voyeuse. Elle ne faisait d’ordinaire pas montre de curiosité mal placée, mais face à une Cassandre absorbée par sa chanson, Christa n’avait pu se résoudre à l’interrompre, aussi était-elle restée à l’abri derrière son pilier. Mais en constatant que Cassandre baissait les yeux presque immédiatement lui fit légèrement hausser les sourcils. Se sentait-elle mal à l’aise, ou bien s’apprêtait-elle à se mettre en colère parce qu’on l’avait espionné ? Christabella connaissait Cassie depuis… mentalement, elle fouilla dans sa mémoire, à la recherche de la toute première fois où elle avait vu Cassandra, et se rendit compte que ça lui était impossible. Elles avaient beau avoir fréquenté deux établissements privés catholiques, elles n’allaient pas dans le même, pourtant, leurs parents s’étaient connus, le père de Cassandra étant lui aussi pasteur, tout comme le père de Christa. En fait, il semblait à Christabella qu’elle et Cassie se connaissaient depuis presque toujours, sans pour autant avoir développé ce lien si particulier durant les années lycée. Se retrouver dans un lycée public leur avait permis de se rapprocher, au en réfléchissant, durant toutes ces années, jamais Cassie ne s’était fâchée contre Christabella. Certes, elle lui avait déjà fait quelques remontrances, notamment au moment où Christa s’était mise à fréquenter Ezrael, mais au final, leur relation n’avait jamais été houleuse, ce qui l’amena à penser que c’était autre chose qui forçait Cassie à baisser les yeux de la sorte. Mais elle avait déjà fait preuve d’assez de curiosité comme ça, et si Cassie se sentait gênée ou contrariée, elle la laisserait lui en faire part.
Le sourire que lui adressa son amie lui parut quelque peu forcé, et les sourcils de Christa se froncèrent brièvement, avant qu’elle n’affiche à son tour un léger sourire, plus sincère et plus naturel, et en quelques pas, elle rejoignit Cassandra pour s’asseoir à ses côtés sur le banc en bois. En prenant une grande inspiration elle s’appuya contre le dossier, et son corps se détendit presque imperceptiblement. Christabella avait passée pratiquement toute sa vie dans une Eglise, et même si ses années à l’université l’avait quelque peu éloigné de cet univers si particulier, il continuait à faire partie d’elle. Depuis qu’elle était revenue vivre à Lima, elle avait pu renouer avec Dieu, et elle assistait à chaque office du père Hamilton, puisqu’elle n’était plus la bienvenue dans l’Eglise de son père. Sa situation familiale l’avait pourtant poussé à remettre en question ses croyances. Pourquoi Dieu la privait-elle de sa famille ? Pourquoi avait-Il laissé son propre père la mettre à la porte ? Beaucoup de questions l’avaient taraudée, pendant de longues semaines. Aujourd’hui, elle n’était plus aussi tournée vers la religion qu’avant, mais elle aimait toujours autant être dans une Eglise. L’odeur si particulière qui y régnait avait le don de l’apaiser, et aujourd’hui c’était toujours le cas. Les souvenbirs douloureux de ses parents la mettant à la porte et la reniant ne parvenaient pas, cette fois-ci, à entacher cette sensation de paix et de sérénité qu’elle ressentait.

Le visage à demi tourné vers Cassandra, mais le regard perdu dans le vide, elle écoutait son amie d’une oreille attentive alors que celle-ci lui assurait que tout allait bien, et que l’important n’était pas de savoir qui avait pu remporter les Sectionals, mais plutôt d’être parvenu à réunir des personnes d’horizons très différents vers un même objectif. A ces mots, Christabella acquiesça doucement. En rejoignant les Second Chance, elle avait pu faire la connaissance de personnages aux multiples talents, et au cœur généreux et emplis d’amour à offrir aux autres. D’un naturel sociable et attentif, Christa avait pu s’apercevoir que bon nombre des membres cherchaient à donner un sens à leur vie quelque peu chaotique, et qu’ils s’étaient tournés vers la chorale de son amie dans ce but. Avaient-ils réussis à mettre de l’ordre dans leur vie, Christabella l’ignorait, mais elle était certaine que cette année passée à travailler tous ensembles avait fait beaucoup de bien. Malheureusement, elle craignait que cette défaite ne détruise l’équilibre que certains avaient réussis à atteindre. Fort heureusement, elle-même s’était vite remise de son sentiment premier de déception. « C’est vrai que perdre n’est jamais agréable. » admit-elle volontiers lorsque Cassandra voulut savoir si elle n’était pas trop triste de ne pas avoir franchi le cap des Sectionals. « Je ne suis qu’une humaine, après tout, et bien que dénuée de combativité et d’esprit de compétition, je n’aime pas non plus l’échec. Je ne te mentirais pas, au moment des résultats, j’étais déçue. Mais pas que pour moi. » Elle glissa un sourire à Cassandra. « Tu sais, j’ai rejoint la chorale pour des motifs bien éloigné de cette compétition. » ajouta-t-elle d’un ton plein de sous-entendus. « Alors, gagner les Nationals ne faisait pas partie de mes priorités. J’espère que tu ne m’en voudras pas de te dire ça Cassie. » s’inquiéta-t-elle en se penchant vers son amie. « J’ai aimé travailler et répéter en me disant qu’il y avait une compétition à remporter, mais cela n’avait pas tant d’importance que cela, à mes yeux. Tout ce que je voulais, c’était pouvoir te retrouver. Tu m’avais tant manqué. » confessa-t-elle avec émotion.

Elle laissa un petit instant de silence s’écouler, le temps de se passer la langue sur les lèvres et de déglutir. «Si tu veux mon avis, ton principal devoir à présent, c’est de faire comprendre aux membres que ce petit échec est peut-être un signe que les Second Chance n’ont pas à participer à ce genre de compétitions. Les Awesome Voice, par exemple, étaient prêts à mordre. Ezrael m’a raconté qu’ils avaient un rythme infernal, et je pense que c’est une preuve que leur chorale est faite pour ce genre de choses. Se préparer, faire des sacrifices, travailler encore et encore… Les Second Chance n’avait pas ce but, au départ, je me trompe ? » Avec un léger haussement d’épaules, Christa poursuivit : « C’était un essai, et ce ne fut pas concluant, voilà tout. Comme quand je faisais des expériences au labo. Parfois, deux éléments se mélangent parfaitement, parfois non. L’essence même des Second Chance n’est pas faite pour se lier à la compétition. » conclut-elle joyeusement. Sa main trouva celle de Cassie et elle la serra brièvement. « Tu n’as rien à te reprocher Cassie. Rien du tout. » assura-t-elle doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Age : 26 ans
Occupation : Co-directrice de la LPA et coach des Second Chances
Humeur : Déterminée
Statut : Célibataire
Etoiles : 1304

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Brave - Sara Bareilles
Glee club favori : Second Chances
Vos relations:
MessageSujet: Re: 05. From the ashes I will rise   Sam 12 Jan - 2:59

Assise près de Christabella, Cassandra se surprit à se détendre, comme si le temps venait de s'arrêter. Elle ne serrait plus les genoux comme à son habitude, même si ses jambes s'étaient croisées spontanément pour qu'elle puisse garder une posture convenable. La proximité de son amie lui procurait toujours cette sensation de plénitude, l'impression de pouvoir se livrer sans artifices, sans peur d'être jugée. Elle gardait pourtant une certaine pudeur, une pudeur réciproque qui faisait la particularité de leur entente. Cette retenue était cependant dérisoire comparée à celle dont elles faisaient preuve devant les autres, aussi Cassie se considérait-elle libre de ses réactions. Elle s'en voulait presque d'avoir baissé les yeux plus tôt, alors qu'elle savait pertinemment que le regard de Christa ne refléterait en aucun cas le sien. Pas au départ du moins. Aujourd'hui la brune avait ce don surprenant de l'intimider d'une certaine manière. Bien plus que de l'intimidation, c'était une sorte de respect très modeste qu'elle éprouvait à son égard. Cassandra mieux que quiconque savait comme son amie avait souffert et, même si elle n'osait pas se projeter à sa place - l'envie, en plus d'être un péché, n'était pas un sentiment très approprié - la voyait avec un œil nouveau. D'un point de vue strictement objectif, Christabella rayonnait, et ce malgré la cruauté dont la vie avait fait preuve envers elle. Peut-être qu'au final, son avis comptait bien plus que ceux des autres. Peut-être qu'elle avait voulu l'épater et que cette défaite avait mis à mal ses objectifs. C'était drôle, mais voilà qu'à présent c'était à Cassie d'essayer de prouver quelque chose. Elle accorda une pensée à sa sœur, qui avait eu l'habitude de bannir ses ambitions alors qu'elle la mettait dorénavant sur un piédestal qu'elle ne méritait pas.

Malgré cette nouvelle ombre sur le tableau de son existence, Christa gardait un positivisme apparent qui rassura aussitôt Cassandra. Détendue, elle se permit même l'audace d'ôter son serre-tête pour le déposer délicatement sur ses genoux. Avec impatience, elle guettait la moindre réaction de la part de son interlocutrice, quitte à se montrer un peu trop insistante. Le besoin de savoir était grand, et il était vrai qu'hormis l'avis plus que teinté d'optimisme de Grace, elle ignorait l'impact qu'avait pu avoir ce verdict sur ces personnes auxquelles elle avait l'impression d'avoir implicitement promis tant de choses. L'opinion de Christa serait pour elle un moyen de s'assurer que tout n'était pas perdu et que cette défaite n'était que la première d'une longue liste. C'était après tout de ses erreurs que l'on apprenait, elle était bien placée pour le savoir.
La réponse de son amie ne fut pas exactement celle qu'elle attendait - même si elle implorait sa sincérité plutôt que de la pitié, une partie d'elle persistait à croire qu'elle n'avait pas à s'en faire - pourtant le ton affectueux qu'elle employait parvenait à adoucir la dureté de cette simple vérité. Puis, comme si une partie alerte d'elle avait compris la détresse de Cassie, Christa lui confia ce qu'elle s'était acharnée à vouloir entendre de la bouche de chacun des choristes, sauf la déclaration des véritables raisons de sa présence. Cet aveu lui arracha un sourire niais qu'elle n'arrivait pas à effacer. Au fond, la part égoïste de son être qu'elle faisait taire avait toujours espéré qu'elle avait choisi sa chorale plutôt que les Awesome Voices parce qu'elle comptait plus aux yeux de Christabella qu'Ezrael. Elle savait bien que ce n'était pas forcément le cas et qu'elle ne l'avait même pas implicitement fait croire, mais elle s'attachait à cette croyance. "Et je suis tellement contente d'avoir pu te retrouver ici." avoua-t-elle à son tour. Cassie était consciente qu'elle n'avait peut-être pas accordé autant d'importance qu'elle aurait dû à Christa durant tout ce temps mais la position délicate dans laquelle la mettait l'animosité entre elle et Ashandra la poussait à s'orienter vers l'une ou l'autre. Si cela ne tenait qu'à elle, elles passeraient tout leur temps ensemble, toutes les trois, mais elle ne se permettait pas bien longtemps d'imaginer une telle utopie. Encore un détail délicat à régler à propos de son futur mariage. Il n'était pas question de choisir entre elles deux pour jouer le rôle de demoiselle d'honneur. Elles auraient droit toutes les deux d'assister Grace dans ses démarches tyranniques d'organisation.

La fin de sa confession ne fit qu'attiser le dilemme qui secouait son esprit. Christa pensait exactement comme elle, elle était sa bonne conscience, tandis que Joanna lui soufflait de l'autre côté de son épaule qu'il n'était pas question de jeter l'éponge. Elle n'avait pas totalement tort non plus dans un sens. Si les Second Chances se contentaient de faire leur œuvre de charité dans leur coin, ils se condamnaient à faire du sur place jusqu'à ce que la lassitude les sépare. Joanna avait cette manie d'aviver en Cassandra une ambition trop exacerbée à son goût. "Je ne sais pas, j'aimerais que ce soit si simple. Je pense que les avis divergent aussi par rapport à ça dans notre petit groupe. Il est vrai que l'objectif que je nous avais fixé a été rempli mais s'il laisse place à la déception, c'est peut-être qu'il n'était pas le bon." avisa-t-elle en hochant les épaules. Elle se souvenait vaguement de ses rêves d'adolescente, d'être remarquée et de partir en tournée avec Hillsong United. Au fond c'était ce qu'elle voulait pour sa chorale. Elle voulait leur prouver à tous qu'ils avaient l'étoffe de rayonner et la capacité de transmettre ce sentiment aux autres.
Cassie accueillit cependant la démonstration de soutien de son amie avec gratitude. Lorsqu'elle lui affirma qu'elle n'avait rien à se reprocher, elle opina délicatement, comme pour lui prouver qu'elle accordait de l'importance à son opinion. "Nous avons encore le temps de réfléchir à tout ça. Du moins je l'espère." dit-elle, avec une once de d'incertitude cependant. "Toi ça va ?" demanda-t-elle alors. "Tout s'est passé tellement vite, je n'ai pas eu le temps d'apercevoir ta famille dans le public. Tu les avais invités ?" Elle savait comme ce sujet était épineux, mais elle savait également que taire son chagrin n'était pas le meilleur moyen de s'en débarrasser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. From the ashes I will rise   Lun 11 Fév - 15:39

Il avait fallu beaucoup d'efforts à Christabella pour parvenir à voir à nouveau les choses du bon côté, après la déception et la douleur que ses parents avaient engendrés chez elle en la jetant dehors. C'était dans sa nature d'être positive, d'accepter ce que la vie lui offrait et de s'en contenter avec bonne humeur. Elle ne s'était jamais compliquée la vie, et même lorsqu'elle avait éprouvé l'envie de découvrir le monde que ses parents refusaient de laisser entrer chez eux, et qu'elle essuyait un refus, elle gardait espoir. Le rejet de ses parents avaient mis à mal cette qualité, lui faisant voir, pendant de longs et tristes mois, les choses en noir. Elle s'était battu très dur pour ne plus se laisser noyer sous les pensées négatives et le pessimisme, c'était un combat de tous les jours, et aujourd'hui, elle était à nouveau parvenue à retrouver sa vision positive des choses, non sans mal, mais elle y était arrivée. C'est pour cette raison qu'elle pouvait à nouveau rester dans une Église sans penser à son père qui lui avait interdit de remettre les pieds dans celle où il faisait son office, et elle pouvait également croire en l'avenir, même s'il aurait lieu sans sa famille à ses côtés. Elle s'était remise, même si ce n'était pas totalement, de ce cruel rejet.
C'était une belle qualité que de voir le bon côté des choses, mais Christa n'en avait pas forcément conscience. Elle ne se rendait pas compte du pouvoir que cela lui donnait. Bien sûr, elle avait encore quelques angoisses, elle ne savait pas si elle devait poursuivre ses études en génie génétique, ou abandonner au profit d'une filière qui lui plaisait davantage, par exemple. Mais les inquiétudes, elle les transformait en défis à relever, et s'en amusait. Ce n'était pas de l'insouciance, juste une capacité hors du commun à ne pas se laisser freiner par les embûches que la vie mettait sur son chemin. Et l'échec des Second Chance n'allait certainement pas l'empêcher d'être heureuse et de passer du temps avec les personnes qu'elle appréciait. Ce qu'elle voulait dire à Cassandra, c'est qu'elle trouvait que c'était très simple, au contraire. Si elle souhaitait que les Second Chance participent à nouveau à la compétition l'année prochaine, il leur faudrait s’entraîner davantage, avec dans l'esprit la victoire, et ne pas se contenter de chanter pour véhiculer un message et pour accompagner des œuvres de charité. Si au contraire, elle estimait qu'ils s'étaient trompés, il n'y avait plus qu'à retrouver le but premier de la chorale, à savoir aider son prochain et chanter pour trouver la paix. Bien sûr, s'ils participaient une nouvelle fois à la compétition, ce ne serait pas sans risque. Il y aurait, comme Christa l'avait précisé quelques instants auparavant, de nombreux sacrifices, et s'ils échouaient, la déception n'en serait que plus grande. Cela pouvait également créer des tensions entre les membres. Et s'ils s'écartaient de la compétition, les Second Chance ne serait qu'une chorale parmi tant d'autres, à peine plus importante. Si on lui demandait son avis, Christabella aurait choisie de ne pas participer à la compétition de l'année prochaine. Elle aimait retrouver les membres des Second Chance, pour chanter, bien sûr, mais également pour bavarder, pour voir du monde, et pour faire le bien autour d'elle. Elle s'en contentait sans mal. Mais elle choisit de garder tout cela pour elle. C'était à Cassandra de décider, et à ce moment précis, Christa se différencia de Joanna qui n'avait pas hésité à pousser Cassandra dans une voie hasardeuse, alors qu'elle-même ne souhaitait pas influencer son amie. Un simple sourire, rassurant et chaleureux, fut la réponse aux hésitations de Cassandra.

Aurait-elle de toutes façons souhaité s'attarder sur la question, qu'elle ne l'aurait pas pu, Cassandra abordant alors un sujet bien différent, et bien plus délicat. Le visage de Christabella perdit de sa bonne humeur, ses yeux pétillants et bienveillants se voilèrent par une certaine tristesse et elle pinça légèrement les lèvres, comme pour retenir un sentiment douloureux qui voudrait sortir de force. Elle pencha la tête de côté, son regard se perdant dans les grains du bois qui constituait le banc, comme si c'était là la chose la plus passionnante au monde. « Je les avais invités. » admit-elle. Bien sûr qu'elle les avait invité, en une énième tentative pour renouer le contact avec sa famille, qui lui manquait tous les jours. Elle continuait à espérer que, si ses parents refusaient de la voir, ses frères et sœurs y seraient peut-être plus enclins. Ils s'étaient soutenus, elle avait toujours été proches de ses sœurs avec qui elle partageait les problèmes propres aux jeunes filles et pour lesquelles leur mère n'avait jamais été très réceptive, leur enjoignant toujours de se tourner vers la prière, quoi qu'il arrive et ce même quand il s'agissait simplement de corps qui se transforme et qui provoque quelques inquiétudes. Elle avait toujours pu compter sur ses frères pour lui donner un aperçu du monde auquel eux avaient droit, puisqu'ils étaient des hommes. Et elle espérait, encore, que ces années de complicité n'avaient pas disparus. Mais le jour des Sectionnals, personne n'était venus. Elle avait eu beau scruter la salle à s'en faire mal aux yeux, elle s'était vite rendue à l'évidence, une nouvelle fois, ils la repoussaient. Bien sûr, cela lui avait fait mal, mais une certaine lassitude commençait à s'emparer d'elle, voir même, une horrible sensation d'habitude. Au fond d'elle-même, elle ne s'attendait plus à rien, elle avait accepté l'idée qu'elle n'avait plus de famille. « Tout comme je les avais invités à venir passer les fêtes de fin d'année avec moi, tout comme je les avais invités à ma remise de diplôme.. comme à chaque fois que j'essaie de reprendre contact avec eux, en somme. Je me heurte toujours à un mur. Et je crois que le mur me ferait moins mal, même si je me jetais tête la première dessus. » lâcha-t-elle sans réfléchir. « J'ai croisé ma mère et ma sœur le mois dernier. Elles ne m'ont pas vus, ou n'ont pas voulu me voir, mais moi j'ai bien remarqué qu'Amélia était enceinte. Son premier enfant. Elle n'a que dix-huit ans. Et je ne verrais ni ce bébé, ni ma petite sœur devenir maman. » La petite sœur de Christa, Amélia, s'était mariée en Septembre dernier, avec un homme que son père lui avait plus ou moins choisi, et bien sûr, Amélia n'avait pas bronché. Elle n'avait pas dû broncher non plus lorsque son mari avait dû exiger d'elle qu'elle reste à la maison, alors qu'Amélia était bourrée de talents et aurait pu avoir un brillant avenir. Et elle n'avait pas dû broncher lorsqu'elle s'était vu refuser le droit d'attendre avant d'enfanter. C'était la vie à laquelle toutes les sœurs de Christabella avait eues droit. Cassie devait se souvenir de la toute jeune sœur de son amie, elle comprendrait pourquoi la voix de Christa se teintait d'indignation, à la fois parce qu'elle ne verrait pas son neveu ou sa nièce, mais également parce que c'était bien trop tôt pour avoir des enfants.
En levant les yeux, Christabella fixa la statue du Christ sur sa croix. « Je n'ai toujours pas compris pourquoi Il me faisait subir une telle épreuve. » chuchota-t-elle. Était-ce du ressentiment dans sa voix ?
Revenir en haut Aller en bas
Age : 26 ans
Occupation : Co-directrice de la LPA et coach des Second Chances
Humeur : Déterminée
Statut : Célibataire
Etoiles : 1304

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Brave - Sara Bareilles
Glee club favori : Second Chances
Vos relations:
MessageSujet: Re: 05. From the ashes I will rise   Dim 17 Fév - 13:21

Malgré la cruauté dont pouvaient faire preuve les enfants, Cassandra se surprenait parfois à rêver d'un retour en arrière, rien que pour pouvoir bénéficier des commodités que cela impliquait. Les peines et les préoccupations des jeunes personnes lui paraissaient dorénavant tellement dérisoires, et c'était amusant de remarquer qu'il fallait être adulte pour le réaliser. Le temps n'agissait pas seulement sur les corps et les esprits mais aussi sur les conséquences que pouvaient engendrer les actes et la rancœur qui en découlait. Cassie était de ces enfants qui cultivent eux-mêmes des tourments réservés aux adultes, certainement parce qu'elle avait baigné dans la maturité de sa famille et avait fini par en mimer les moindres aspects, mais pourtant les soucis qu'elle s'infligeait au lycée n'étaient que la version édulcorée de ce qu'elle devait endurer aujourd'hui. Parfois elle en avait assez de devoir agir avec une mesure justement démesurée, de peur d'être infidèle aux espérances de son entourage. Chacun de ses gestes, chacune de ses décisions, devaient être judicieusement pensés afin de provoquer un résultat bien spécifique. Pour elle choisir de continuer ou d'abandonner la compétition n'était pas si évident, parce qu'elle n'était pas certaine de ce que tout cela impliquait. C'était sûrement le prix à payer lorsqu'on choisissait de devenir une personne influente, dont les responsabilités allaient bien au delà de soi. Ou peut-être était-ce tout simplement difficile lorsque les sentiments des autres importaient plus que ses propres sentiments. Il était là, son choix.

Pour cette raison dériver sur le désarroi de Christa lui avait semblé indispensable. Loin de vouloir écarter ses propres problèmes pour souligner ceux des autres, Cassandra pensait au contraire que ses ennuis étaient trop dérisoires pour que l'on s'épanche dessus. Il en avait toujours été ainsi. Pourtant Dieu savait qu'à ce moment crucial de sa vie elle avait besoin de s'appliquer davantage à réparer les débris de son instable destin plutôt que de se pencher sur ceux de ses amis. Elle trouvait cependant incorrect le fait de parler de la chorale alors qu'elle n'avait besoin d'aucune confession de la part de Christabella pour savoir qu'elle souffrait de l'intérieur. Jamais elle n'avait pu se vanter de connaitre les moindres prérogatives de l'amie parfaite, pourtant une part d'elle savait que c'était la manière la plus convenable d'agir. Christa avait apaisé ses doutes, c'était maintenant à elle de prendre la relève.
Le visage rembruni de son amie lui fit d'abord regretter d'avoir abordé un sujet qu'elle savait délicat, mais Cassandra se devait de passer outre cette extrême compassion au risque de dévier sur des conversations futiles qui, bien qu'agréables, ne feraient jamais avancer les choses. Paradoxalement son altruisme s'apparentait presque à un égoïsme refoulé qui la forçait à disséquer le malaise des autres pour en oublier le sien - peut-être qu'inconsciemment c'était le cas - mais la vérité était qu'elle ne pourrait de toute façon jamais se sentir totalement épanouie si elle savait qu'une de ses meilleures amies ne pouvait partager ce même bonheur. Là ce serait faire preuve d'égoïsme. Machinalement son expression à elle aussi devint plus grave, avec une lueur de commisération caractéristique qui brillait au coin de ses yeux. L'aveu de Christa lui fit d'autant plus mal qu'elle ne s'y attendait pas. Cassie pensait que tous ces maux avaient fini par lui ordonner d'abandonner, au risque de la voir submergée d'une infinie tristesse, pourtant elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'à sa place elle aurait fait la même chose. C'était bien présomptueux de se projeter à sa place, parce que jamais Cassie ne pourrait prétendre à un chagrin aussi grand que celui que motivait le rejet de sa famille, mais c'était plus fort qu'elle. Sa main enveloppa instinctivement celle de son amie, et ce geste naturel lui rappela la première fois qu'elle s'était retrouvée cette année. C'était la même scène, encore et toujours, et cette réalité lui faisait mal parce que c'était celle que devait endurer Christabella tous les jours, au moins à un moment.

Sans le faire exprès Cassie relia tout ceci à l'incident du parvis de l'église, qui alimentait encore les discussions des paroissiens les plus récalcitrants, mais elle préféra chasser cette scène de son esprit. Elle n'avait pas pu en témoigner de ses yeux, pourtant elle la voyait se dérouler dans son esprit comme si c'était le cas. "Tu n'en sais rien, peut-être que ton frère était là, quelque part, mais qu'il a préféré s'éclipser plus tôt pour ne pas te déconcentrer." dit-elle pour la rassurer, même si une immense partie d'elle savait que c'était faux. Les Gillespie étaient cruels et indignes de leur rang, bien-pensants et leur nom apparaissait très certainement à la définition du mot réactionnaire. Cassandra s'en voulait de penser de la sorte, parce qu'il s'agissait quand même de la famille de Christa et d'une famille respectée à Lima, mais c'était ce qui rendait leurs réactions encore plus outrageuses.
La suite des confessions de Christa lui provoqua un pincement au cœur qui l'amena à serrer sa main encore plus fort. Ce bébé Amelia n'en voulait pas, et un jour elle finirait par se tourner vers la seule personne capable de comprendre ses pensées jugées subversives : sa sœur forcée à l'exil. Cassandra en était persuadée.

Dans ces moments d'incertitude et de douleur, Dieu était celui vers qui l'on se tournait. Christa se tournait en effet vers lui, mais pour remettre en question les choix qu'il avait bien pu faire. Cassie connaissait ce comportement, c'était typique d'un questionnement de la foi et plus que jamais Christabella avait besoin de s'accrocher à l'Amour que Dieu pouvait lui porter, malgré les épreuves qu'il lui faisait subir. "Il est difficile de voir clairement les choses lorsqu'on est trop proche d'elles. Peut-être qu'il est trop tôt pour comprendre. Je ne sais pas pourquoi il nous arrive parfois des choses affreuses mais je persiste à croire qu'il en ressortira quelque chose de bon. J'en suis persuadée." assura-t-elle en fixant elle aussi la statue qui leur faisait face. "La semaine dernière quand je me suis rendue à la bibliothèque pour faire la lecture aux aveugles, j'ai entendu une de leurs conversations et la plupart semblait ne jamais vouloir changer leur condition. Ils disaient que ce n'était pas un handicap, c'était une autre perspective de la vie. J'ignore combien de temps il faut pour s'adapter, mais ça viendra. Et tu sais que tu auras toujours une famille : la chorale, l'église, chez nous. La voilà peut-être, ta nouvelle perspective." conclut-elle sagement en tournant sa tête vers elle et opinant imperceptiblement. "Ils finiront par réaliser comme ta présence leur est indispensable. C'est leur perte, pas la tienne."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. From the ashes I will rise   Ven 5 Avr - 12:23

La preuve que Christabella et Cassandra avaient bien changées se trouvaient là, à cet instant précis, au moment où Christa se demandait à voix haute pour quelles raisons Dieu lui faisait subir de telles épreuves. Elle savait que la vie n'était facile pour personne, mais jusqu'à cette année elle n'avait jamais eu à se demander pourquoi telles ou telles choses lui arrivaient. Pourquoi ses parents l'avaient rejetés, et de façon si cruelle qui plus est. Pourquoi ses frères et sœurs avaient tous pris le parti de la repousser, alors qu'ils s'étaient tous soutenus pendant des années contre l'autorité et la sévérité des parents Gillespie. Christa ne comptait plus le nombre de fois où ils s'étaient couverts les uns les autres, où ils s'étaient arrangés pour rendre leur vie un peu plus facile ou tout du moins, moins difficile, avec de petits détails qui pouvaient paraître insignifiants, mais qui les avaient quand même grandement rapprochés. Jusqu'à ce que les frères et sœurs de Christa deviennent des adultes et s'éloignent d'elle. Et aujourd'hui, tous semblaient avoir oubliés ce qui les avaient autrefois tous liés. Alors Christabella demandait pourquoi, oui, pourquoi elle devait subir cela. Elle ne s'était jamais mal comportée. Elle n'avait jamais cédé au pêché de la chair, elle ne fumait pas, ne buvait pas, ne se droguait pas et n'avait certes pas l'intention de le faire un jour. Elle mangeait sainement, était polie avec tout le monde, allait à l’Église régulièrement et il lui semblait bien qu'elle n'hésitait jamais à venir en aide à son prochain. Elle avait pourtant l'impression de mener une vie correct. Alors pourquoi devait-elle passer par une telle épreuve ? La douleur, puis l'intense solitude qui l'accompagnaient depuis que ses parents l'avaient mise à la porte, elle qui avait toujours vécu entourée d'une dizaine de personnes, étaient des plus pesantes, et elle ne comprenait pas. Au fond d'elle... elle trouvait cela assez injuste. Et c'était la preuve qu'elle avait changée. Quelques années auparavant, elle aurait courbé le dos et accepté son sort. Aujourd'hui, elle se posait des questions.
Et la preuve que sa meilleure amie n'était plus la même lui parvint rapidement. Au lieu de s'offusquer devant les interrogations à la limite du blasphème de Christa, Cassie tenta de lui expliquer sa vision des choses. Autrefois, elle aurait peut-être intimé à Christabella de ne pas remettre en question les actes de Dieu, sans chercher à comprendre, mais aujourd'hui, elle semblait plutôt croire que les raisons des actions divines que tous subissaient un jour ou l'autre, finiraient par trouver une explication, et qu'un jour, elle saurait pourquoi elle devait traverser cette épreuve. C'était si facile, de penser de cette façon, et Christabella se serait volontiers laissé porter par les convictions pures et dévotes de son amie. A dire vrai, elle avait envie d'y croire elle aussi. Une petite voix au fond d'elle lui soufflait qu'elle n'en serait certainement pas là aujourd'hui, si ses parents ne l'avaient pas jetée dehors. Elle était devenue ce que beaucoup d'adolescents voulaient à tout prix lorsqu'ils étaient tous coincés au lycée, et dans l'impossibilité de prendre leur propre décision : elle était indépendante. Était-ce ce que Dieu voulait d'elle, en mettant sur sa route les douloureuses épreuves qu'elle avait dû traverser ? Qu'elle grandisse enfin pleinement ? N'aurait-Il simplement pas pu patienter ? Ou était-ce vraiment nécessaire de précipiter ainsi les choses ? Avec un froncement de sourcils, Christa se força à chasser toutes ces pensées de son esprit. Trop de questions, elle allait finir par devenir folle.

Alors elle se concentra sur Cassie. Sur le contact de sa main, un geste apaisant et réconfortant, qui lui faisait le plus grand bien en ces moments de doutes. Sur le son de sa voix, si douce et pleine de confiance envers les actes de Dieu. Christa leva à nouveau son regard vers la statue qui se dressait devant elle. Malgré tout ce qu'elle avait subi cette année, et malgré cette désagréable sensation qu'elle n'avait pas mérité tout ceci, elle ne parvenait pas à totalement se détourner de Dieu. Parce qu'au fond d'elle-même, peut-être avait-elle les mêmes convictions que son amie. Un jour, elle saurait vraiment pourquoi tout ceci lui arrivait.
Les dernières paroles de Cassie lui arrachèrent un sourire qui la détendit pleinement. Une nouvelle fois, Cassandra venait de la rassurer. Pourtant, au départ ce devait être le contraire qui aurait dû se produire. Alors Christabella entrecroisa ses doigts avec ceux de Cassie, lui glissa un sourire tendre et complice, et posa sa tête sur l'épaule de son amie.

« Tu seras toujours comme une sœur pour moi. » chuchota-t-elle. « Et je serais toujours là pour toi. »

Alors elle ferma les yeux, et se mit à prier.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 05. From the ashes I will rise   

Revenir en haut Aller en bas
 

05. From the ashes I will rise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 5
-