Choriste du mois


Partagez | 
 

 05 • It is better to offer no excuse than a bad one.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 05 • It is better to offer no excuse than a bad one.   Mer 21 Nov - 20:29

Victor s'assit seul à la terrasse du café et sorti son téléphone portable. Il avait une impression étrange concernant cet interview auquel il avait accepté de participer. Il n'était pas de nature très paranoïaque malgré les coïncidences qui avaient pu mal tourner pour lui, cependant, il avait comme un mauvais pressentiment cette fois. Il essayait de se résonner parce que le jeune homme qui l'avait contacté - Clayton - n'avait pas l'air d'être bien méchant, du moins dans son timbre de voix. Il n'aimait pas avoir des aprioris sur les gens ; c'étaient aussi eux qui l'avaient conduit en prison l'an passé, et même s'il avait été innocenté depuis, il avait l'impression que si il n'avait pas déjà eu de casier, il n'aurait pas eu ce problème et on l'aurait plus facilement cru innocent. De plus, il aurait peut être pu éviter d'avoir à faire ses travaux d'intérêts généraux. On pouvait dire que de devoir nettoyer de fonds en combles l'hôpital n'était pas son passe temps favoris. Surtout quand des blessés arrivaient dans les urgences et que le sang coulait, laissant beaucoup de traces. Il n'était pas chochotte comme une fille pourrait l'être mais il devait avouer que voir une personne se vider de son sang et de devoir nettoyer derrière lui retournait l'estomac. Il paraissait que lorsque les médecins allaient pour la première fois au bloc opératoire, très peu était le nombre d'entre eux qui n'étaient pas tombés dans les pommes, et pourtant, ils étaient prévenus et préparés psychologiquement, après tout, c'était le métier auquel ils étaient destinés. Mais Victor lui n'avait rien demandé, il voulait juste dessiner des maisons ou divers bâtiments. Jamais il n'aurait pensé être obligé de travailler dans un hôpital... Au service urgences où les gens pouvaient arriver dans n'importe quel état.

Le jeune homme rangea son téléphone dans sa poche - n'ayant aucun message - et il regarda autour de lui si il ne voyait pas un homme chercher quelqu'un. D'ordinaire, discuter de son métier (architecte, pas son temporaire métier d'homme de ménage) ne le dérangeait pas. Il aimait ça et même s'il n'était pas un grand bavard, il pouvait en parler longtemps. Mais depuis qu'il n'avait plus techniquement de travail en tant qu'architecte, il avait toujours peur de faire une gaffe sur ce qu'il faisait maintenant. Il n'avait pas “honte” de dire qu'il faisait du travail d'intérêt général mais s'il pouvait éviter d'en parler, ça l'arrangeait. Il fallait avouer que raconter comment il en était arrivé là n'était pas son plat préféré. C'était un peu un coup à sa fierté de s'être laissé berné puis de ne rien avoir pu faire une fois qu'il l'avait appris car il était trop tard. Sa naïveté l'emportera... Levant les yeux vers le serveur qui approchait il commanda un café, peut être cela ferait-il venir Clayton ? S'il y avait quelque chose que VI n'aimait pas faire tout seul, c'était bien de boire de l'alcool. Il avait toujours l'impression qu'il passerait pour un alcoolique. S'il pouvait éviter d'avoir à rajouter ça sur sa liste ça serait pas mal. N'allez pas croire cependant qu'il ne buvait pas en soirée - bien au contraire. C'était plus rigolo à plusieurs.

Lorsque le serveur s'en alla, Victor jeta un nouveau coup d'oeil aux alentours. La terrasse était plutôt vide pour ce jeudi soir. A croire que les gens sortaient soit très très tard, soit très très tot... Ou pas du tout. Il se souvenait qu'à l'époque du lycée, lui, était très souvent dehors le jeudi soir. Combien de fois son oncle et sa tante ne lui avaient pas fait la remarque d'un air plus ou moins amusés. Resongeant au lycée, il se senti très vieux d'un coup. Surtout à voir sa voisine de table qui paraissait avoir difficilement plus de 16 ans. Il passa une main dans ses cheveux en tournant ses yeux vers le serveur qui lui amenait son café. Il le remercia en lui donnant la monnaie avant de regarder sa montre. Où était donc Clayton ? Victor était presque sur de ne pas s'être trompé ni de jour ni d'heure... Serait-ce Clayton qui aurait oublié ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05 • It is better to offer no excuse than a bad one.   Mar 27 Nov - 3:03

« Merde merde merde ! »
Cette saloperie de caméra caché ne valait définitivement pas un clou ! Maintenant qu'il avait réussi à s'en sortir avec le micro, accroché à son col et correctement connecté à la cassette, c'est la caméra qui faisait des siennes. Impossible de la faire tenir correctement à la poche avant de sa veste et pourtant, c'était le meilleur emplacement possible pour un cadre frontal et bien serré sur le type qu'il devait rencontrer... maintenant. Il était déjà en retard, pas de quoi mettre en confiance le garçon ! Pourtant Clayton s'en était déjà servi de ce genre de chose, il n'avait jamais eut de soucis avec ça. Foutu documentaire !
Au bout de quelques minutes, la caméra était en place, se confondant parfaitement avec un stylo rangé là négligemment. Il avait dépensé une petite fortune pour ce bijou de technologie, une fortune qu'il était loin de posséder, il avait regretté, s'en était mordu les doigts en constatant le désastre de ses fiances, puis s'en était remis jusqu'à se féliciter complètement de son achat. Certes l'image n'était pas d'une qualité excellente mais ce n'était pas ce qu'on demandait à ce type d'appareil de toute façon. Tant qu'on distinguait les expression du visage de l'interrogé, c'était tout bon.

Ni une ni deux, il prit un bus et parvint au cœur du vieux quartier quelques minutes plus tard. Le temps d'arriver au piano bar, il avait déjà un quart d'heure de retard, intolérable, surtout quand il avait lui même demandé ce rendez vous.

Il s'était fait passé pour un étudiant en architecture, après avoir eut le numéro du jeune homme dans les registres de Yale après avoir découvert qu'il faisait des travaux d’intérêt généraux à Lima. Tout avait commencé par ce projet pour l'université, un documentaire. Clayton détestait les documentaires, ce qu'il voulait faire lui, c'était de la fiction, rien d'autre, rien de plus passionnant ! C'était d'ailleurs dans ce domaine qu'il excellait, mais s'il lui fallait un documentaire, alors un documentaire ce serait ! C'est ce cher Billy, Billy Scottson, cet ignare du cinéma qui lui avait parlé en passant de ce monsieur Webb en pénitence à Lima, et tout de suite, Clayton vit ce projet de documentaire aussi passionnant que la reproduction des tortues prendre un nouveau tournant. Le témoignage d'un mec qui avait surement connu le milieu carcéral, qui avait surement bien déconné dans sa vie, c'était parfait. Mais bien sûr, hors de question de le confronter directement. D'une part ça enlevait tout le piquant de l'affaire, mais en plus, Victor n'aurait certainement jamais répondu à ses questions. D'où l'étudiant en architecture...
Clayton était rusé, un peu calculateur peut être, en tout cas il savait mentir, et c'st avec un naturel déconcertant qu'il s'approcha de Victor, une fois qu'il l'eut repéré.

« Monsieur Webb c'est ça ? » lui dit il en lui tendant la main. Bien sûr que c'était lui, il l'avait vu en photo sur les registre de Yale. « Clayton Wolfson, enchanté. Je vous prie de m'excuser de mon retard, les transport en commun à Lima ne sont pas très violent une fois la nuit tombée à Lima... » Il jeta un regard aux alentours puis ajouta « Tout comme les habitants je crois ! » Son ton avenant et un brin amusé avait pour but de détendre l’atmosphère tandis que Clayton, d'un geste discret dans la poche de sa veste pour en tirer un paquet de cigarette, alluma la caméra.
« Vous en voulez une ? » Lui proposa t'il en lui tendant le paquet ouvert. Un mec comme lui devait certainement fumer.
« Je suis désolé si ma demande pouvait paraître un peu mystérieuse, ce n'était pas du tout le but, j’espère d'ailleurs que je ne vous dérange pas ! En fait je suis étudiant en architecture à l'Osu et en m'informant sur le parcours disponible à Yale, j'ai repéré votre nom. Lima est une petite ville, on apprend très vite la venue d'un tel ou un tel. Alors voilà, je voulais avoir votre avis sur le programme là bas. Combien de temps vous y avez étudié vous ? » Il devait l'amener à parler de son sujet tout en douceur ! Il avait toute la soirée de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05 • It is better to offer no excuse than a bad one.   Mer 28 Nov - 3:14

La soirée s’annonçait amusante et Mackenzie était particulièrement excitée. En effet, Harper Pritchard lui avait donné rendez-vous afin de discuter d’un programme d’entrainement progressif qui aiderait la gymnaste à se remettre en forme après plusieurs mois d’inactivité. On lui avait enlevé son attèle au dos, il y avait déjà quelques semaines et elle se sentait enfin prête à le refaire travailler et le rendre plus fort. Toute sa vie, elle avait fait de l’activité physique pour ses entrainements et devoir arrêter tout d’un coup avait été difficile. Non seulement pour sa carrière terminée abruptement, mais aussi mentalement. La brunette s’ennuyait de bouger, de se défoncer, de sentir l’adrénaline en elle et même de transpirer. Elle devait se refaire des muscles et perdre tout le poids accumulé. Harper qui était une excellente athlète et la meilleure coureuse du lycée lui avait offert son aide et Kenzie avait immédiatement accepté. Cela signifiait la fin de la larve sur le canapé et le retour à la vie active. Elle ne ferait plus jamais de gymnastique, mais cela ne signifiait pas qu’elle ne pouvait pas exceller dans une autre activité ou sport.

La jeune fille entra dans le piano-bar et se dirigea vers la terrasse où se trouvait déjà quelques personnes. La température était douce malgré ce début du mois d’avril et il était agréable de pouvoir s’assoir à l’extérieur. Cela annonçait l’arrivée prochaine de l’été! Kenzie alla s’assoir à une table et commanda un chocolat chaud au serveur. Elle regarda l’heure à sa montre. Harper ne devrait pas tarder, de toute façon, elle-même était en avance, car elle détestait être en retard. Le serveur lui apporta sa boisson qu’elle paya. Elle trempa légèrement ses lèvres dans le liquide encore brûlant, puis déposa la tasse sur la table en regardant la vapeur qui s’élevait dans les airs. Elle croisa ses bras et s’accota à la table en attendant sa copine. Elle ne connaissait pas beaucoup Harper et leur rencontre avait été plutôt particulière, mais elle semblait gentille avec un tempérament fort et Mack avait hâte de mieux la connaitre et cette soirée était tout désignée pour cela. À part Gabriel, l’ancienne athlète n’avait pas beaucoup d’amis…Elle prit une gorgée de son chocolat, légèrement refroidie et écouta malgré elle, la conversation entre deux jeunes hommes dans la vingtaine assis à la table voisine. Ils discutaient d’architecture et de Yale et fit réaliser à Kenzie qu’elle n’avait aucune idée de ce qu’elle ferait une fois son lycée terminé. Elle y avait réfléchit un peu, mais pas très sérieusement, mais il le fallait bien, car le choix d’une formation allait arriver rapidement…

Quoi qu’il en soit, la coureuse avait maintenant dix minutes de retard et cela ne semblait pas être son genre. Elle semblait plutôt à son affaire et du genre ponctuel. Makenzie prit son téléphone dans sa poche et vérifia que son rendez-vous ne lui ait pas envoyé de message pour l’avertir d’un retard ou d’une annulation, mais il n’y avait rien. La jeune fille décida de lui en envoyer un pour s’assurer que tout allait bien et qu’elle était bien en route. Elle tapa son message, mais avant qu’elle ne puisse appuyer sur « Envoyer », une main qu’elle n’avait pas vu s’approcher, s’empara de son cellulaire! Seul un "Hé!" sortit de sa bouche et par réflexes, la lycéenne resserra son étreinte sur son portable, mais le voyou plus fort qu’elle, l’entraina avec lui. Kenzie lâcha finalement son téléphone, mais la chute était déjà amorcée et elle s’écrasa lourdement sur le sol. Elle ne put amortir sa chute avec ses bras et son front cogna sur le bitume.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05 • It is better to offer no excuse than a bad one.   Mer 5 Déc - 0:26

Victor avait terminé son café lorsqu'un jeune homme s'approcha de lui et l'interpella avant de lui tendre la main. « Oui c'est moi. » lui répondit-il en lui serrant la main. Le jeune homme en face de lui lui paru plus vieux qu'il ne l'avait imaginé. A sa voix au téléphone il lui aurait donné tout juste vingt ans, allez, vingt-deux peut être. Il effaça son impression de sa tête pour écouter les excuses de Clayton. Il était vrai que Lima n'était pas des plus actives tous les soirs, et par ailleurs, il avait investi dans un vélo - trouvant ce moyen de transport plus pratique que ceux en communs. Au moins, il n'avait pas à attendre son bus pendant vingt minutes et il pouvait conduire son vélo même s'il était un peu imbibé d'alcool. « Ca ne fait rien. Je sais ce que c'est. Je suis passé au vélo d'ailleurs, ça évite les mauvaises surprises ». Victor fixa le paquet de cigarettes que lui tendait Clayton et il fit un geste négatif de la tête et de la main. « Non merci. J'essaie d'arrêter. » Oui, Victor était tombé dans la grande mode du moment qui consistait à dire qu'on essayait d'arrêter de fumer mais on arrêtait vraiment de fumer que pour une à deux semaines avant de reprendre. Il lui était venue l'envie d'arrêter en sortant de prison et lorsqu'il était revenu sur Lima. Voyant son oncle plutôt malade et sa tante qui le priait d'arrêter de fumer, il s'était dit qu'il leur devait au moins qu'ils ne s'inquiètent pas pour sa santé. Pour le moment - depuis deux semaines - il avait tenu ! Mais il était vrai que voyant des personnes fumer autour de lui ça lui donnait envie de reprendre.

Le jeune blond s'appuya sur le dossier de sa chaise et écouta Clayton lui expliquer la raison de cet entretien. Victor était plutôt curieux de savoir pourquoi il avait demandé une telle rencontre. Il esquissa un sourire lorsque le jeune homme évoqua l'architecture et Yale. Jamais lorsqu'il était plus jeune homme aurait pensé un jour pouvoir intégrer une école telle que celle là. L'Ivea League paraissait bien loin vu sa situation et pourtant, il était parvenu à décrocher une bourse et le droit d'entrée lors de sa dernière année de lycée. Il avait adoré les quatre ans passés là bas. L'esprit universitaire était encore plus présent que l'esprit d'un lycée. La preuve en était qu'il portait aujourd'hui sur lui un sweat shirt à zip sur lequel était écrit YALE au centre. « Ah tu as bien raison de t'intéresser à Yale si tu fais de l'architecture. C'est une très bo-... ». Victor n'eut pas eu le temps de finir que la jeune fille assise sur la table à côté de lui tomba vers lui après avoir crié. N'étant pas doté de super pouvoirs quelconques, il ne parvint pas à la rattraper avant qu'elle ne s'écrase au sol. Ne se préoccupant plus trop de la conversation avec Clayton, Victor décala sa chaise et se pencha vers la jeune femme. « Hey ». Il avisa sa tête qui semblait avoir cogné le sol violement. Il avait toujours entendu dire qu'il ne fallait pas faire de mouvements brusques dans ces cas là car on pouvait faire plus de mal que de bien. Il se contenta alors de poser une main sur sa tête pour regarder si ses yeux étaient ouverts et si la pupille semblait encore suivre les mouvements « Vous m'entendez ? ». Il avait retenu ce genre de conseils de son travail d'intérêt général qu'il effectuait en ce moment même dans le service d'urgences de l'hôpital. Il s'était tellement ennuyé la semaine dernière qu'une des infirmières lui avait expliqué les premiers trucs qu'ils vérifiaient quand quelqu'un arrivait mal en point. Victor se redressa vers Clayton qui semblait être pétrifié. « Tu veux pas essayer de le rattraper ? » Le jeune homme désigna le voleur qui s'enfuyait toujours en courant dans la rue. Il ne pouvait pas se douter que Clayton avait un autre moyen moins fatiguant pour arrêter le voleur... N'attendant pas de réponse, Victor avisa les gens qui étaient autour d'eux dans le bar et lança d'une voix forte « Est-ce qu'il y aurait un médecin ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 05 • It is better to offer no excuse than a bad one.   

Revenir en haut Aller en bas
 

05 • It is better to offer no excuse than a bad one.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 5
-