Choriste du mois


Partagez | 
 

 05 - [Barnetts'] - Toxic Waltz at the Barnett's

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 05 - [Barnetts'] - Toxic Waltz at the Barnett's   Mar 4 Déc - 23:16

Quand Laura avait su que ses amis avaient répondu à son invitation par l’affirmative, elle s’était sentie remplie d’une joie indicible. Ayant eu des difficultés à creuser son trou à Lima, Ohio, cela lui faisait vraiment chaud au cœur de voir des visages amis. Ça serait en plus l’occasion de leur montrer sa maison nouvellement acquise avec ses parents…

Ses 4 invités se présentèrent vers 21h, un jour où ses parents étaient tous les deux en déplacement professionnel. Dave, grand, cheveux bruns aux épaules, canons d’avant-bras à clous et T-shirt à l’effigie de Slayer ; Jenna, serre-taille noir, mini-jupe noire, rangers, cheveux rouges jusqu’à la ceinture et qui sortait avec Dave depuis bientôt 2 ans et demi ; Jeff, petit et trapu, un cou de taureau, cheveux blonds à la moitié du dos et en sweat Accept ; et Paul, cheveux courts, t-shirt Children of Bodom, une ceinture de balles à la taille. Tous étaient les membres d’un groupe qui l’avaient recrutée il y a de cela 2 ans, quand ils cherchaient un nouveau guitariste soliste. Quand elle les accueillit, tous les 5 s’installèrent autour de la table basse du salon et rattrapèrent le temps perdu.

Vers 22h, Jeff retourna à sa voiture, et, avec l’aide de Paul, revint les bras chargé du carburant de tout fan de heavy metal : 6 packs de 12 cannettes de bière. Assorti aux pizzas que Laura avait achetées, aux cookies qu’elle avait cuisinés et la salade de fruits que Jenna avait préparée, ils se mirent à table, débouchèrent leurs boissons et mirent un premier CD dans la chaine Hi-Fi de Laura.

« Hey, t’as des câbles jack en rab, Laura ? »
C’était Paul. En tant que batteur du groupe, c’était souvent lui qui fournissait le plus d’efforts durant une répétition ou un concert, et c’était aussi celui à tenir le moins bien l’alcool avec Laura. Et 5 bières commençaient à lui faire de l’effet…
« Cherche dans mes housses, pourquoi ? »
« Devrait y avoir moyen de booster un peu le niveau de sortie, on va brancher ta chaine sur tes amplis ! »
« Arrête, j’ai des voisins moi ! »
« Rhooooh, t’en fais pas, pour tes voisins, lança une Jenna encore à peu près nette mais déjà entamée, canette à la main. Ils ont déjà dû se carapater en nous voyant arriver ! » ajouta-t-elle avant de partir d’un grand éclat de rire et de retomber assise sur le canapé, soutenue par son copain Dave.
« Vas-y Paul, renchérit Dave, on va faire écouter à notre petite Laura comment ils montent le son dans les festivals, en Europe ! »

Déjà à sa 4ème bière, Laura ne répliqua pas. Elle commençait à devenir euphorique, riant n’importe comment à tout et n’importe quoi. Dave et Jenna lui avaient raconté leur voyage en Allemagne au festival de Wacken de cette année, pour leurs 2 ans de relation. Alors quand ils avaient suggéré de lui faire écouter sa musique « comme dans les fest’ en Europe », comment refuser ?

Paul avait fini par réussir à monter les amplis en série, pour maximiser le niveau de sortie, et à les relier à la chaine Hi-Fi. Laura lui tendit alors son exemplaire d’Evisceration Plague de Cannibal Corpse et appuya sur la touche play.

Quand la ligne de guitare attaqua le riff principal de la chanson Priests of Sodom, un observateur extérieur aurait pu croire qu’un avion de combat avait essayé de passer le mur du son dans le salon de Laura, et quand les blast beats commencèrent à pleuvoir sauvagement, les carreaux se mirent à trembler. Dès la deuxième chanson, Scalding Hail , Laura et Paul commençaient à balancer la tête en rythme, bière à la main, pendant que Jeff chantait les paroles.

« ‘ttendez, les gars, vais essayer un truc » lança Laura, de plus en plus euphorique à sa 6ème bière. Coupant la chaine, elle attrapa sa Jackson Kelly, sa pédale de distorsion et brancha un câble jack supplémentaire. Puis elle refit un aller-retour par sa chambre, récupérant ses 2 autres guitars qu’elle distribua, la Rhandy Rhoads à Dave et la BC Rich à Jenna.
« OK, comme au bon vieux temps ! Paul, fais péter Exodus ! »

Laura prit la partie lead, tirant les accords de puissance d’une de ses chansons préférées, The Toxic Waltz sa main droite étouffant légèrement la vibration des cordes pour créer un palm-muting. Dave suivit au riff suivant, Jenna jouant sur une guitare la ligne de basse, non sans difficultés à cause de la différence d’écart entre les cordes, étant habituée à des cordes très espacées et épaisses sur sa basse. Jeff se joignit à la danse, entonnant les paroles de Paul Baloff, chanteur d’Exodus de l’époque.

Tous poussèrent leurs voix en une sur le sur les refrains. " Everybody’s doing the TOXIC WALTZ ! ", puis plus loin "Come on and do the TOXIC WALTZ !". Puis Laura attaqua le premier solo, de Gary Holt, ramenant la barre du vibrato dans sa main droite ‘un habile mouvement du petit doigt, avant de se lancer dans les complexes mouvements de doigts qu'exigeait ce solo.

« HELL YEAAAAAAAAAAAAAAAAH ! » lança Jenna en levant sa bière comme pour trinquer, l’autre main faisant le signe des cornes. Malgré ses allures un peu crevette, elle tenait remarquablement la bière, elle en était déjà à sa 9ème et tenait encore des propos à peu près cohérents.

Laura entendit, vaguement, que quelqu’un frappait à sa porte. Un peu surprise, elle se dirigea vers la porte, d’un pas un peu vacillant à force de remuer la tête en rythme. C’est donc décoiffée, la guitare en bandoulière et euphorique, qu’elle ouvrit la porte.

La personne qui se tenait de l’autre côté lui permit de dégriser tout de suite…

Spoiler:
 
[url][/url]


Dernière édition par Laura C. Barnett le Jeu 13 Déc - 17:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05 - [Barnetts'] - Toxic Waltz at the Barnett's   Dim 9 Déc - 19:14


A party? Count me in...
Contrairement à la plupart de ses collègues, cela ne dérangeait pas le moins du monde Warren de travailler la nuit et encore moins de faire des heures supplémentaires. En même temps, quand le blond rentrait, il n'y avait personne pour se plaindre qu'il était en retard, pas de regard noir ou même de "où étais tu passé?". Non, tout ce qui attendait Warren, c'était les messages de sa grande soeur Amélia sur son répondeur, des bières dans le frigo et son lit plus que confortable. Sans compter que Warren avait appris depuis longtemps qu'il n'était pas fait pour la vie de couple, oui à bientôt trente ans, le shérif adjoint avait été déjà marié et les choses s'étaient plutôt mal terminées. Donc non, la vie de couple, pas fait pour Warren. La vie de célibataire endurci qui ne devait rendre de compte à personne? C'était beaucoup plus son style. Quoi qu'il en soit, il travaillait encore tard ce soir, il avait décliné l'invitation de Seth pour aller boire des bières. Depuis qu'il avait repris du service il y a quelques semaines de cela, après s'être fait tiré à l'épaule, Warren avait en tête de rattraper le temps perdu. Il n'aimait pas être mis sur la touche, cela lui donnait l'impression d'être inutile et s'il y avait bien quelque chose que Warren n'était pas... C'était inutile. Cependant, Lima n'aurait peut être pas besoin de lui ce soir, la ville était plutôt calme, comme pouvait le constater Warren en faisant le tour des rues dans sa voiture de service. Comme il était certain de ne pas se faire épingler par son supérieur, il ne portait pas son uniforme, non, il avait opté à la place pour un jean taille baisse, son préféré celui avec les trous dedans, un t-shirt à l'effigie de Mettalica et ses boots pour surmonter le tout. Franchement, si ce n'était pas pour son insigne qu'il avait réussi à épingler à son t-shirt et son arme de service bien rangée autour de sa taille, on aurait eu du mal à le prendre pour un policier. Le blond avait fait un effort et avait attaché ses longs blonds dans un semblant de queue de cheval, mais bon, cela ne collait pas vraiment avec le fait qu'il était en train de mâcher un chewing-gum tandis qu'il tournait aux angles de rues de Lima. De toute façon, Warren ne pensait pas vraiment qu'on aurait besoin de lui ce soir, non, calme plat... C'était déprimant d'un certain côté, mais bon, il ne pouvait pas se mettre à prier pour un cambriolage ou un truc du genre... Ce serait vraiment mal pas vrai? ... Oui. Définitivement, se dit-il après quelques minutes. Il poussa un autre soupir et s'apprêtait à rentrer au poste quand enfin sa radio fit ce bruit caractéristique.

"Delacroix... Allô tu m'entends? Ces trucs marchent vraiment mal..."

"Je te reçois cinq sur cinq Matthew." répliqua Warren dans un sourire, s'emparant de la radio. "Dis moi que tu as quelque chose parce que je m'ennuis tellement que je pourrais me mettre à tirer dans un truc là tout de suite..." avoua Warren en s'arrêtant à un feu rouge.

"Et c'est toi qu'ils ont nommé shérif adjoint hmmm? Si ça ne tenait qu'à moi, tu ne serais pas autorisé à avoir une arme Delacroix."

"Oh ferme là... Pourquoi tu utilises la radio? Tu as encore oublié la combinaison de ton casier?" plaisanta le blond, se grattant le menton.

"Hey, c'était juste une fois okay? Bref, on a eu un appel pour tapage nocturne dans le quartier résidentiel. Probablement quelques ados qui font la fête, tu veux bien être gentil et aller les effrayer avec ton mètre 90?"

"Je fais 1m93." rectifia Warren. "Et oui je peux tout à fait faire ça."

Warren remit le micro à sa place et re-démarra sa voiture, en sifflant. Juste quelques ados qui font la fête, avait dit Matthew. Pas de quoi s'inquiéter. Les choses avaient bien changé car quand Warren était lui-même adolescent, ce n'était pas juste la musique qui était un peu trop forte non...Il voulait tout essayer, tout tenter, et ce, même si ça impliquait d'ingurgiter il ne savait trop quoi ou même avoir une seringue dans le bras. Pour ce qui était de vivre sa jeunesse à fond... Le blond en avait bien bien profité. La maison fut facile à trouver car les lumières étaient allumées et la musique retentissait fort. Au moins... Ils avaient de bons goûts se dit Warren en reconnaissant une de ses chansons préférées. Il alla rapidement taper à la porte et tomba sur une jeune fille, qui avait probablement bu de l'alcool, qui avait une guitare attachée autour d'elle. Le bruit Warren aurait pu le laisser passer mais l'alcool c'était autre chose.

"Bonsoir... Je pense que vous savez déjà pourquoi je suis là?" Warren tapota son insigne bien visible et sans qu'on le lui ait demandé, il rentra à l'intérieur de la maison. Aussitôt, le silence se fit, les adolescents voyant son insigne et... zut son arme il avait oublié de la retirer. Bon tant pis... "Qui est responsable ici?" demanda Warren alors que son regard tombait sur les bières, au moins, ces jeunes-là étaient plus sages que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05 - [Barnetts'] - Toxic Waltz at the Barnett's   Mar 11 Déc - 0:28

« Euh… oui, oui, entrez… »

Laura eut à peine le temps de bredouiller une réponse construite qu’un véritable colosse pénétra dans sa maison. Mais un colosse atypique. Ce dernier aurait pu être n’importe quel policier en service de nuit et en civil. Jean, T-shirt, le badge bien en évidence et l’arme à la ceinture. C’étaient toutefois les détails le rendaient atypique. Quel policier portait des jeans troués en service ? Mais surtout, c’est le T-shirt qui avait attiré son attention. D’une part car il était à hauteur de son visage, mais surtout, une graphie et une effigie particulière ornaient ce T-shirt.

Un M et un A stylisés en pointes, formant un nom que tout fan de métal se devait de connaitre. Le passage obligé de tous les guitaristes dans son genre. Un groupe né en 1981 en Californie, chargé d’histoire, qui était la figure de proue de son genre, avait arpenté le monde et joué devant les plus grandes foules.

Metallica.

Le colosse se présenta dans le salon, où étaient encore les autres. L’harmonique artificielle sauvage que Dave tenait au vibrato mourut quand son attention se porta sur le policier. D’un geste rapide, il coupa les micros de la guitare, tandis que Jenna posait sa bière sur la table basse et mettait la chaine Hi-Fi en sourdine. Puis vint la question fatidique, celle qui est obligatoirement posée dans ces situations.

« Qui est responsable ici ? »

Laura se mettait à réfléchir à toute vitesse, au bord de la panique. C’était sa maison, mais elle était encore mineure, c’étaient ses parents qui réglaient les contraventions. Ses parents qui lui avaient confié la maison pour la semaine. Si elle leur ramenait la contravention à leur retour, jamais ils ne la laisseraient seule à nouveau… Il y avait toujours la solution de payer en espèce, mais vu le montant de l’amande pour tapage nocturne, cette éventualité s’évanouissait…

Jeff prit la parole le premier, coupant Laura qui commençait à esquisser une réponse.
« Bah, c’est moi le plus vieux, donc ça doit être moi le responsable, non ? Et en plus, c’est moi qui ai payé les binouzes, j’ai encore le reçu de carte bleue dans mon portefeuille... »

Jeff avait 26 ans, Jenna et Dave 25, Paul seulement 23, il finissait ses études cette année. Avec ses 17 ans, Laura était, de loin, la benjamine du groupe.

« On prend en général un pack par personne, mais on limite notre p’tite Laura à un demi-pack, ajouta Paul. On veut pas que ses parents nous engueulent si on la leur rend trop torchée. Tu feras comme tout le monde, dit-il ensuite en s’adressant à Laura, qui battait en retraite vers le comptoir de la cuisine, préparant sa réplique. T’attendras tes 21 ans pour te mettre une mine toute seule en toute responsabilité ! »
« C’est d’ailleurs bien chiant quand c’est un pack de 6. Laura prend les 3 auxquelles elle a droit, mais après, 3 binouzes pour 4, c’est soit une binouze de pas assez, soit un buveur en trop… T’as eu une bonne idée en les prenant par 12… » ajouta Jenna, au risque de passer pour une alcoolique finie, mais c’était bien là le cadet de ses soucis.

Laura eut alors une idée, pendant que ses amis lançaient leurs réflexions sur le sujet de sa consommation de bière. Son regard tomba sur le four, où finissaient de cuire une fournée de cookies maison, sa fierté personnelle. Elle avait une fois à Thanksgiving apporté un saladier entier en répétitions. Le saladier avait été vidé en moins d’une heure. Personne n’y résistait, et elle avait une fois réussi à obtenir de Dave qu’il lui paye une pédale d’effets à près de 200$ contre un plein saladier de ses cookies et de lui reprendre un solo très dur à jouer.

C’était un pari ô combien risqué, mais qui pouvait s’avérer payant. Et puis sinon, eh bien il repartirait en ayant mangé un bon cookie.

Elle sortit l’assiette du four, prenant de l’autre main la salade de fruits de Jenna, elle aussi cuisinière remarquable. Ses recettes de tartes et préparations aux fruits avaient toujours un franc succès. Laura s’approcha du groupe, qui avait dévié le sujet de la bière vers le T-shirt de leur invité.

« Franchement, j’adore votre T-shirt, c’est une marque de goût… » disait Dave.
« Tu dis ça alors que c’est toi qui nous tanne pour jouer du Megadeth ! » répliqua malicieusement Jenna en lui donnant une tape sur l’épaule.
« Dave Mustaine a quand même été chez Metallica à un moment. Et puis… »
« … et puis tout fan de Metallica le reste à vie, termina Laura en se glissant entre le policier et Jeff. Je manque à toute bienséance, monsieur, asseyez-vous et prenez donc un cookie, dit Laura en posant la salade de fruits sur la table basse où se trouvait une pizza encore chaude. Sauf si vous préférez une part de pizza ? »

« Parce que tu connais des mots comme ‘bienséance’, toi ?» se moqua amicalement Jenna.
« Tout ça pour dire, continua Laura en ignorant la remarque de son amie bassiste, que la maison est la mienne, mais que c’est Jeff qui est responsable du groupe et Paul, le rigolo en ceinture de balles là-bas, indiqua-t-elle de la main, qui a monté le volume à travers mes amplis de gratte. »

« Je me souvenais plus que t’avais des 100W… » se justifia Paul, un brin penaud. « Et puis quelle idée d’entamer direct au Cannibal ? J’aurai jamais dû t’en faire écouter, c’est pas de ton âge… » lança-t-il en rigolant.
« En fait c’est mon cousin Mick qui m’en a fait écouter en premier, j’avais 13 ans », riposta Laura avec un sourire. Puis se tournant vers le policier, avec son regard le plus enjôleur et son plus beau sourire :
« Prenez donc une bière, monsieur. Tout fan de ‘Tallica aime une bonne bière et manger un bon petit truc avec des amis fans, pas vrai ? »

Et, imperceptiblement, ses mains formèrent les premières notes en son clair la ligne de Kirk Hammett sur One...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05 - [Barnetts'] - Toxic Waltz at the Barnett's   Lun 17 Déc - 20:46

Warren avait bien conscience du froid que son arrivée venait de jeter. En même temps avec son mètre 93, le blond n'avait pas vraiment besoin de dire ou de faire quoi que ce soit pour pouvoir être intimidant. Il suffisait juste qu'il rentre dans une pièce et qu'il fronce les sourcils pour qu'on voit tout de suite qu'il n'était pas d'humeur à rigoler. Cependant, cette première impression était tout à fait fausse et ne collait pas du tout avec le caractère du shérif adjoint, non, en temps normal, Warren était quelqu'un de plutôt souriant et de sociable. Mais, car évidemment il y avait un mais, il ne fallait pas trop embêter le grand blond car, c'était bien un défaut chez lui, il avait tendance à démarrer au quart de tour et à s'énerver pour un rien. Si, si, il était du genre à s'énerver quand à la station de police, quelqu'un osait se servir dans sa tasse à café ou... Non, c'était peut être exagérer un peu, et puis, cela était arrivé une seule et unique fois et seulement parce que Warren avait été coincé dans les bouchons matinales de Lima en se rendant à son travail. Bref, Warren respirait la joie de vivre 364 jours par an, sauf bien évidemement quand on ne le laissait pas boire son café. Oui, en plus de cela il était un accro de la caféïne, tout ça c'était la faute d'Amélia qui lui avait offert une vraie machine à café noël de l'an dernier. Le plus âgé du groupe prit la parole en déclarant être le responsable et Warren eut un sourire en voyant que ce dernier ne s'offusquait pas du tout de la question, à son âge, il aurait très certainement piqué une crise. Le shérif adjoint les écouta pendant quelques instants déblater sur la bière avant qu'il éclate de rire. "C'est bon je vous crois." lança le blond. "Franchement, on m'a juste appelé parce que vous faisiez un peu trop de bruit, essayez d'être un peu plus discret à l'avenir... Ou au moins de prévenir les voisins, okay?" Et voilà Warren qui était en train de donner des conseils. Ça lui faisait vraiment bizarre de faire "profiter de son expérience" dira t-on, aux plus jeunes, surtout qu'il s'était bien assagi depuis le temps.

Fini les nuits folles dans le vieu carré ou même les soirs où lui et ses grands frères prenaient d'assaut le bar local et finissaient par dormir sur le comptoir ou à même le sol parce qu'ils étaient bien trop bourrés pour rentrer chez eux. La vie de Warren avait été alors beaucoup plus différente et beaucoup plus incertaine alors... Donc de l'expérience pour faire des conneries... Warren en avait... Beaucoup même. Il les écouta avec toujours ce sourire aux lèvres parler de leur consommation de bière et Warren pensa en rigolant intérieurement qu'il y avait bien longtemps que la bière ne lui faisait pas d'effet, non lui, il était passé à autre chose depuis longtemps, son alcool de prédilection étant la tequila. Mince... Il ferait très certainement un mauvais père. Oula, d'où est-ce que cette pensée venait? Warren n'avait jamais vraiment voulu d'enfant et à dire vrai, il ne s'était jamais posé la question. Même quand il avait été marié, lui et sa femme de l'époque n'avait considéré cette possibilité. Ils étaient beaucoup trop occupés à s'insulter, se disputer très violemment, au point même de se jeter la vaisselle l'un sur l'autre et... « Franchement, j’adore votre T-shirt, c’est une marque de goût… » Cette phrase le sortit de ses pensées et Warren baissa le regard vers son t-shirt avant de répliquer. "Merci, même si les jeunes de votre âge ont tendence à écouter des trucs moins... disons... nuls quoi." termina le shérif avec un sourire aux lèvres. La jeune fille qui lui avait ouvert la porte il y a de cela quelques minutes refit son apparition et demanda à Warren s'il voulait manger quelque chose. Hmmm... maintenant qu'il y pensait, il n'avait absolument rien dans l'estomac. "Déjà ne m'appelez pas monsieur... C'est Warren, shérif adjoint au passage, et vous avez de la chance d'être tombé sur moi... Je suis plutôt cool..."

Et puis il y avait de la pizza alors très honnêtement, Warren se fichait du reste, il avait faim, il y avait de la nourriture et on lui en proposait, il était bien trop poli pour refuser. Oui, c'était une excuse totalement bidon mais bon, prendre une part de pizza entouré d'adolescents qui n'étaient pas des futures délinquants et qui pour une fois avaient de bons goûts musicaux semblait être quand même plus intéressant que de rentrer chez lui et de s'effondrer de fatigue sur son canapé. Il haussa les épaules avant d'aller s'asseoir à même le sol, en face de la pizza. Elle lui proposa une bière mais il fit non de la tête, enfournant déjà l'équivalent de trois part de pizza dans sa bouche. "Non merci.." dit le blond avant de prendre une deuxième bouchée. "Je crois bien que la bière ce n'est plus de mon âge." conclut Warren avait de continuer de manger, honnêtement, il aurait pu tout manger dans son élan mais ce fut avant de reconnaître les notes de musiques. Warren eut un sourire aux lèvres avant de commencer à chanter, sa voix était grave et son accent plus qu'audible dans chacun des mots.

I can't remember anything
Can't tell if this is true or dream
Deep down inside I feel to scream
This terrible silence stops me
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05 - [Barnetts'] - Toxic Waltz at the Barnett's   Ven 21 Déc - 0:19

Cinq minutes plus tôt, elle se serait crue en difficultés pour tapage nocturne. Maintenant, le sheriff-adjoint Warren, car tel était son nom, ses amis et elle étaient assis autour d’une pizza, mangeant, buvant et devisant comme si ils s’étaient connus depuis toujours…

Quand elle avait été préparer les cookies, elle avait surpris de loin leur conversation. Il est vrai qu’elle n’avait pas pensé à prévenir les voisins. Mais bon, apparemment il était prêt à se montrer concilient. Même si ça ne lui épargnerait pas une amande, elle s’en souciait moins, d’un coup. Elle avait un peu de mal à définir le sentiment qui l’habitait, chaque fois qu’elle posait les yeux sur le groupe. Elle se sentait heureuse. A la fois heureuse et spéciale. Heureuse de voir que non, elle n’était pas aussi seule qu’elle le pensait, certaines fois. Spéciale, car elle savait pertinemment que son style musical était l’un des moins communément admis en société.

Dites à quelqu’un que vous aimez des groupes aux noms aussi colorés que Sodom, Autopsy, ou même tout simplement Death, et vous étiez immédiatement mis au ban de la société comme un pestiféré.

Elle s’était rassise au sein du groupe. Warren s’était assis par terre, et commençait à taper dans la pizza. Manifestement, le dernier repas était bien loin. En tout cas, il avait un solide appétit. Il avait raison, il était plutôt sympa. N’importe quel autre policier serait monté sur ses grands chevaux, les traitant de tous les noms et ne perdant pas une seconde à dresser la contravention. Mais pas lui. Il les avait gentiment prévenus qu’ils avaient poussé les watts un peu loin, et de faire attention la prochaine fois.

Il déclina la bière, à la surprise de Laura. "Je crois bien que la bière ce n'est plus de mon âge." dit-il pour se justifier. Mauvaises expériences avec la bière dans le passé ? Plus d’effets ? Ou tout simplement pas à son goût… Elle pouvait comprendre, elle avait elle-même mis plusieurs mois avant d’en apprécier le goût amer.

Et il continuait de manger de bon appétit, alors que Laura continuait de gratter les notes ciselées de One. Ca n’avait pas été le premier Metallica qu’elle avait appris, mais c’était à coup sûr une de ses préférées. Son arrière-grand-père était mort en Allemagne en 1945, victime d’un obus d’artillerie et avait agonisé pendant des heures. Chaque fois qu’elle jouait cette chanson, elle essayait de s’imaginer les souffrances que ça pouvait représenter.

Et comme pour donner plus de poids à ses pensées, Warren commença à chanter, d’abord à voix basse, les premières lignes de chant, de sa voix grave et teintée d’un accent qu’elle n’aurait su définir. Européen ? Peut-être. Sud des USA, Nouvelle-Orléans ? Pourquoi pas.

A ces mots, Jenna se joignit à Warren pour la suite du couplet, de sa voix soprano qui faisait merveille sur les morceaux symphoniques et en tandem avec la voix de Jeff, plus proche de la voix originale de Metallica, et capable des hurlements ou growls les plus extrêmes.

Now that the war is through with me
I’m waking up I cannot see
That there’s not much left of me
Nothing is real but pain now.


Pédale de distortion enclenchée, accords de puissance.

Hold my breath as I wish for death
Oh please God help me


Retour au son clair.

Back in the womb it’s much too real
In pumps life that I must feel
But can’t look forward to reveal
Look to the time when I’ll live
Fed through the tube that sticks in me
Just like a war-time novelty
Tied to machines that make me be
Cut this life off from me


Après le second solo de Kirk Hammett, Laura s’arrêta.
« On aurait eu tous nos instruments avec nous, on vous aurait fait une bien meilleure performance. Paul est un vrai magicien derrière ses fûts. Il est capable de ces trucs… »
« Comme toi à la guitare ou Jenna à la basse. Tiens d’ailleurs, montre lui un peu ce qu’on t’avait fait jouer pour te faire entrer dans le groupe ! »
« T’es taré ? Ca fait super longtemps que j’y ai plus retouché, va falloir que je me ré-échauffe… »
« Bah, tu vas y arriver », ajouta Jenna en tendant la BC Rich, qui avait le bon accordage pour la chanson.

Un accordage 6 demi-tons plus graves, en Si. Celui utilisé dans la plupart des styles extrêmes. Et à musiques extrêmes, allaient souvent de pair un jeu très complexe, qui paraissait un véritable mur de son totalement inaudible.

Et pourtant, Laura l’avait sentie passer, cette chanson. Le titre Frantic Disembowelment laissait déjà pas mal à désirer, mais quand il fallait la jouer, c’était un véritable supplice pour Laura. Elle se pencha vers son ampli et mit en marche le métronome intégré. 250 battements par minute, une des cadences les plus rapides qu’elle ait jamais eu à tenir. Dave lança d’un coin de l’œil un regard à Jeff, lui intimant silencieusement de ne pas chanter les paroles, de peur d’effrayer leur hôte.

Laura compta 8 coups de métronome puis débuta. Elle se remémora son audition, il y a de cela 2 ans. Paul derrière sa batterie, Jenna grattant furieusement sa basse de son médiator de 1,5 mm d’épaisseur tenu entre des doigts tout fins, les doigts de Dave qui volaient au-dessus du manche en une coordination parfaite, et Jeff qui observait dans un coin. Le morceau ne durait même pas 3 minutes, mais il contenait au moins autant de notes que si il en avait duré 6 à la moitié du tempo. Les actions des doigts devaient être d’une grande précision, et la vitesse un élément clé.

Une fois le morceau terminé, Laura avait un début de crampe dans le pouce droit, à force d’avoir serré le pick. Elle posa la guitare et coupa l’ampli, puis se tourna vers Warren.

« A la base, ils voulaient me faire jouer un morceau qui aurait nécessité une 7 cordes, mais comme j’en avait pas, ils m’ont fait jouer celui-ci. » Laura jeta un regard circulaire, finissant par se poser sur l’horloge accrochée au mur. « Si vous voulez, je peux vous faire un café, ou autre chose… »
« Ton père a pas une bouteille de whisky ou de tequila quelque part ? » demanda Dave.
« Non, on touche pas aux alcools forts, sinon là je me ferai vraiment arracher la tête. » puis se retournant vers Warren, à nouveau : « Va quand même falloir qu’on paye notre amande, nous, hein ? Mes parents ont laissé un carnet de chèques, dit-elle en se levant pour aller le chercher ainsi qu’un stylo. Combien est-ce qu’on vous doit ? »

Elle allait s’en souvenir, de cette soirée…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05 - [Barnetts'] - Toxic Waltz at the Barnett's   Ven 18 Jan - 13:27

Le blond l'avait peut être oublié mais... Il était de service. Certes, cette partie-là de la soirée n'irait probablement pas dans son rapport. Okay, elle n'irait pas dans son rapport, il écrirait juste qu'il n'y avait pas de fête, que c'était une fausse alerte et qu'il avait continué vers le parc, histoire de voir s'il pouvait prendre en flagrant délit les quelques rares dealers de Lima. Cependant, il ne fallait pas se leurrer, Lima était une ville très tranquille. Trop tranquille selon le shérif adjoint. "Quoi te faire tirer dessus le mois dernier ne t'as pas suffit?" Lui avait répliqué Amelia au téléphone, pendant leur conversation téléphonique quotidienne. "Tu sais, il doit y avoir quelque chose qui cloche chez toi Delacroix." Peut être, peut être pas, Warren savait bien que c'était complètement inutile de se disputer avec Amy au téléphone. Il le savait depuis longtemps qu'il était accro à l'action, heureusement d'ailleurs pour exercer un tel métier. Il avait été dans l'armée après tout, il avait été sur le front et quand beaucoup rentrait à la base avec de lourdes expressions sur le visage, Warren souriait. Oui, plus jeune il avait eu ce tempérament de tête brûlée, une chose utile quand on était un soldat, car dans le fond, Warren ne s'était pas battu pour défendre sa chère patrie, mais bien pour sa vie et pour son propre plaisir. Il savait bien que de tels propos lui aurait valu des séances chez un psychologue et il s'était bien gardé de dire tout ceci, il avait accepté les médailles avec un sourire aux lèvres. Les ordres... Beaucoup moins... Ce qui expliquait ce que Warren fabriquait à Lima. Et parfois, il se disait qu'il aurait pu jeter son dévolu sur une autre ville. Mais après il pensait à ses amis et à Glenn et il se disait que ce n'était pas si mal en fin de compte. Penser à Glenn maintenant n'était peut être pas la meilleure des choses à faire, quoi que Warren pouvait toujours lui envoyer un sms pour savoir ce qu'il était en train de faire...

Le shérif adjoint était distrait, si bien qu'il ne remarqua pas que c'était déjà la fin de la chanson, il secoua la tête, finissant ce qu'il restait de la pizza, écoutant les adolescents parler autour d'eux."Croyez moi, c'est déjà bien comme ça... Et puis les concerts de rock à Lima sont plutôt rares et cette soirée est sûrement ce qui s'en rapproche le plus.."les rassura Warren car l'hôte de la soirée se plaignait de ne pas avoir tous les instruments pour faire que ce moment soit une soirée mémorable. Warren lui, tout ce qu'il avait c'était une guitare mal accordée qui traînait toujours dans son salon. Il se souvenait que sa grande soeur Amelia avait voulu prendre des cours et dès qu'elle rentrait, elle apprenait à Warren tout ce qu'elle venait de voir, apprenant ainsi à son petit frère à jouer. Il se souvenait aussi que ça avait le don de mettre Alba en colère car elle ne comprenait pas pourquoi est-ce que ces deux-là étaient aussi complices... Warren était tellement perdu dans ses pensées qu'il remarqua à peine qu'ils étaient déjà en train de jouer un nouveau morceau, il émergea vers la fin quand la blonde lui demanda s'il voulait du café. Il manqua d'éclater de rire, son regard toujours sur le carton de pizza, vide à présent. (Et il avait toujours faim... ) "Un conseil, ne jamais proposer du café à quelqu'un à une heure pareille. Je risque de rentrer chez moi. Et de repartir pour faire un jogging."

Warren adorait le café, mais il devait cependant se contenter d'une tasse par jour, déjà qu'il avait du mal à tenir en place sans café, les choses pouvaient rapidement tourner au cauchemar... "Non ça va, pas d'amende pour cette fois, on va dire que je suis vraiment très très gentil et vraiment très, très coulant."Warren ne voyait pas vraiment l'intérêt de leur en donner une, en plus, ils étaient plutôt sympas et accueillants. "Je veux dire, croyez le ou non, j'ai eu votre âge..."Mon dieu ce n'est pas comme ça que les personnes âgées commencent leur phrase? Si. Zut, Warren tais toi. "Et votre petite soirée n'est quasiment rien comparé à tout ce que j'ai pu faire... à votre avis pourquoi est-ce que je suis devenu shérif adjoint?" Warren eut un autre rire, se disant que sa vie pouvait faire un très bon roman. C'est vrai ça, rien ne laissait présager que Warren allait finir dans les forces de l'ordre, absolument rien, petit il avait l'habitude d'ignorer toute forme d'autorité qui n'était pas celle de ses parents. Adolescent, il avait constitué une source d'inquiétude pour tous ses proches et ce n'était que très récemment qu'il avait réalisé quel tête de mule il avait été. "Bref, un bon conseil, profitez en, essayer de ne pas finir derrière les barreaux comme moi parce que ce genre d'erreurs vous suit toutes votre vie." Et sur ce dernier point, Warren s'y connaissait. Un peu trop bien.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05 - [Barnetts'] - Toxic Waltz at the Barnett's   Ven 1 Fév - 16:10

« Et puis les concerts de rock à Lima sont plutôt rares et cette soirée est sûrement ce qui s'en rapproche le plus… »

Sur ce point, Laura ne pouvait que se ranger du côté de son invité. Quelques concerts de rock en plus, ça apporterait de l’animation en ville. Les rares fois où elle avait pu être au milieu d’une fosse dans un grand concert resteraient à jamais dans sa mémoire, la sensation d’unité et de communion quand 50000 personnes se joignent à leur groupe favori pour scander un refrain ou acclamer des musiciens talentueux. C’était ce genre de sensation qu’elle aimait ressentir, et celles qu’elle voulait, à terme, transmette à son tour.

-Eh ben voilà, Laura, maintenant tu sais comment occuper tes soirées, lança Paul. C’est comme ça que j’ai commencé avec mon premier groupe, à Bountiful, Utah, on faisait la tournée des bars et des fêtes. On a même fait un mariage une fois !
-‘tain, j’aurais adoré voir ça !

Laura sourit en coin à la remarque de Warren sur le café. Ils devaient sans doute en faire une consommation industrielle, dans la police. Elle revint s’asseoir avec un stylo et le carnet de chèques en main, et son invité prononça des paroles qui changèrent le cours de la soirée. Bien qu’habituée depuis maintenant plus de trois ans et demi aux sons considérés dissonants, Laura trouvait tout à fait étrange les dernières paroles du sheriff-adjoint. Surtout, elle ne savait pas trop comment y réagir.

Pas d’amende.

Elle n’allait pas s’en plaindre, naturellement. Qui irait payer une amende de bon cœur ?

« Eh bien… Je ne sais pas trop comment réagir à ça, à part vous remercier du fond du cœur… Et vous assurer que ça ne se reproduira plus. En général, quand je suis seule, je mets qu’un seul des deux amplis, mais bon… » répondit Laura en reposant à sa place le carnet de chèque qu’elle avait pris en prévision de la prune. Celui-là avait décidé d’être coulant pour cette fois. Ca l’arrangeait bien, elle n’avait aucune envie d’expliquer à ses parents pourquoi elle avait déboursé une grosse centaine de dollars en une soirée où elle était supposée ne pas s’être attiré d’ennuis.

Et manifestement, même si il disait être gentil et coulant sur ce coup (ce que la lycéenne était prête à croire), le sheriff adjoint avait eu son lot de soirée hors de contrôle, car il leur dit ensuite que leur petit excès de son n’était rien comparé à ce qu’il avait pu voir. Et d’après Laura, il devait être capable de faire preuve d’autorité si nécessaire.

"Bref, un bon conseil, profitez-en, essayer de ne pas finir derrière les barreaux comme moi parce que ce genre d'erreurs vous suit toutes votre vie."

Elle ne chercha même pas à savoir comment ce grand gaillard avait pu finir en prison. Ca ne la regardait pas, et surtout elle ne voulait pas lui faire déterrer de mauvais souvenirs, elle voyait clairement qu’il gardait un souvenir marqué de cette période. Et qu’il souhaitait à tout prix l’effacer de sa mémoire et de sa vie.

« Rassurez-vous, on fait tout pour éviter ce genre d’endroit » dit Laura en posant la BC Rich à côté d’elle. Cette brave gratte avait moins d’un an, mais elle l’avait soumis à un traitement tel qu’elle en paraissait au moins 4 ou 5. Et malgré un entretien attentif, les frettes et la touche commençaient à donner des signes de faiblesse. Il faudrait qu’elle trouve un endroit où la faire réparer… Pour ça, elle irait voir au Grampohone Record, d’autant qu’elle avait besoin de cordes et de produits d’entretien.

Dave regarda sa montre, puis prit la parole.
« Avant qu’on y aille, on voudrait encore une fois vous remercier, pour ne pas nous coller une amende… Si vous avez besoin de quoi que ce soit, hésitez pas à faire appel à cette petite, elle est du genre fiable… »

« En général, avant de se quitter, on joue une chanson du groupe que chacun porte sur son T-shirt. Laura, à toi de choisir un Metallica approprié pour notre hôte. Si ça ne vous dérange pas, bien sûr. » s’empressa d’ajouter Jenna à l’attention de Warren, craignant qu’il ne se lasse ou ne veuille tout simplement pas.

Laura se disait bien que cette chanson pourrait bien coller à ce qu’elle pouvait voir du sheriff adjoint. Un homme qui avait beaucoup voyagé, qui en avait vu, mais qui savait rester humble et fidèle à lui-même… Oui, cette chanson devait pouvoir coller. Elle prit sa Kelly sur les genoux et le pick coincé entre les cordes derrière le sillet, et entama doucement une chanson du Black Album de 1990, Wherever I May Roam.

Mais surtout, elle ne pouvait s’enlever de la tête les paroles de Warren sur les concerts… « Time to go digging… » pensa la lycéenne, un sourire se dessinant progressivement sur son visage. « Time to rock and roll… Anywhere I may Roam… comme dans la chanson »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05 - [Barnetts'] - Toxic Waltz at the Barnett's   Jeu 7 Fév - 23:13

Cette soirée prouvait à Warren que tout espoir n'était pas perdu pour la jeunesse de Lima. Et cela lui prouvait également il était tout à fait capable de prodiguer des conseils comme un vieillard de 80 ans et que par conséquent, il ferait un bon père comme sa grande sœur Amelia le suggérait si bien. Sauf que Warren n'avait pas encore décidé s'il voulait des enfants ou pas. Après tout, il était encore jeune, oui 28 ans, c'était encore jeune, plus ou moins célibataire et plus ou moins bisexuel. Autant dire que son champ de possibilité était plus que large, trop large même. Il n'avait jamais considéré fonder une famille, okay, il avait été marié, mais ça avait été une grosse erreur alors il avait préféré oublier, ranger le tout dans un placard et surtout ne jamais l'évoquer. Les enfants, après avoir vécu dans une fratrie de quatre, Warren avait juste compris que c'était encombrant, demandait beaucoup de temps et beaucoup d'énergie. Pour l'instant, être un oncle lui allait très bien, sa grande sœur Alba avait un enfant et son frère Peter deux. Lors des réunions de famille des Delacroix, les enfants avaient pour habitude de sauter sur leur tonton Warren et de ne le lâcher que quand ce dernier s'effondrait, fatigué par ses neveux et ses nièces. Donc oui, à distance, les enfants il trouvait cela mignon, mais il se voyait mal père et encore moins en charge d'adolescents comme ceux qu'il avait en face de lui. Au moins, se dit Warren, ils ont de bons goûts musicaux, ça rattrape tout.

« Vous avez intérêt à me remercier, qui sait, je ne serais peut être pas aussi coulant la prochaine fois... » plaisanta le shérif adjoint en s'étirant les jambes, manquant de renverser ce qui se trouvait sur la table basse. Oui, le blond avait l'habitude de jeune gens beaucoup moins coopératif, il y a quelques moi de cela quand il avait dû faire une descente au lycée McKinley, personne n'avait déni être sympathique ou prévenant avec Warren. Il savait que son job imposait parfois des contraintes pour les autres mais ce n'était pas non plus particulièrement plaisant pour Warren. Surtout quand certaines personnes, du genre Madeleine ou Tim, s'amusait à compliquer son travail. Comme si Warren n'avait pas autre chose à faire de sa journée que de fouiller des casiers non mais vraiment... être shérif adjoint avait parfois des côtés négatif et dont personne ne voulait entendre parler. La vie aurait été tellement plus simple si Warren se contentait de parader dans son uniforme, ses lunettes de soleil en permanence sur son nez. Warren eut un sourire en entendant qu'ils allaient lui dédier une chanson. Il y avait bien longtemps que ça n'était pas arrivé, quand Jolene possédait encore son karaoke et que Warren débarquait à l'improviste, ça arrivait tous les soirs, mais le souvenir de son ex-femme était bien loin à présent et ce fut un véritable sourire qui apparut sur les lèvres de Warren quand il entendit les premières notes de sa chanson préférée de Metallica résonner dans la pièce, bien entendu, il allait chanter.

"And the road becomes my bride
I have stripped of all but pride
So in her I do confide
And she keeps me satisfied
Gives me all I need

And with dust in throat I crave
Only knowledge will I save
To the game you stay a slave"


Cette chanson, c'était beaucoup de souvenir pour Warren, des souvenirs de chez lui, de ses parents, de son grand frère Louis, décédé maintenant, qui lui avait fait écouter sa première chanson de Metallica.

Sujet terminé
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 05 - [Barnetts'] - Toxic Waltz at the Barnett's   

Revenir en haut Aller en bas
 

05 - [Barnetts'] - Toxic Waltz at the Barnett's

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 5
-