Choriste du mois


Partagez | 
 

 05 - What's wrong with you?! PV Louise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 05 - What's wrong with you?! PV Louise   Dim 9 Déc - 7:04

Gillian fut soulagée d'entrer dans les couloirs de McKinley, sans doute pour la première fois de sa scolarité.Elle avait passé un week-end mouvementé, autant le début que la fin. S'il avait bien commencé, du moins pour la jeune femme, il ne s'était pas brillamment terminé, créant même un gouffre encore plus profond qu'il ne l'était entre elle et ses mères. Pourtant, elle ne voyait pas vraiment le problème à être ce qu'elle était. Elle ne comprenait pas les gens qui la jugeaient alors qu'elle essayait juste de se battre au maximum pour les causes qu'elle défendait, les causes qu'elle avait à cœur de protéger et d'amener le plus loin possible. Depuis quelques mois, elle avait pris la direction d'un club écologiste, ce qui n'avait fait qu'augmenter son intérêt pour la chose : plus elle prenait de responsabilités, plus elle voulait aller loin. C'est d'ailleurs aussi cela qui l'avait conduite directement au poste de police, et qui avait engendré la colère de ses parents. Rien de grave, bien entendu, mais elle avait fini en garde à vue, suite à une altercation avec un membre de la sécurité du magasin devant lequel elle manifestait, qui avait fini par une vitre brisée, et un appel aux autorités. Pour Gillian, ce n'était pas très grave, ils commençaient à la connaître, dans le coin, et c'est exactement ce qu'elle recherchait : se faire entendre coûte que coûte, où que cela mène. Et ça marchait plutôt bien … Selon elle, ce qui n'était ni l'avis de la police, ni celui de ses parents et responsables, et encore moins celui de ses amis les plus proches.

En soi, après des excuses arrachées de force pour le gérant du magasin, elle n'avait rien eu de spécial à faire pour rentrer chez elle, mais depuis que c'était fait, elle passait un très mauvais moment. Elle avait été privée de sortie, ce que ses parents n'avaient pas faits depuis des années, pour essayer de lui montrer que la situation était grave. La seule chose qu'elle y avait vu était un refus d'accepter sa liberté, et son énervement n'en avait été que plus intense. Comment ses mères osaient-elles faire une telle chose, alors qu'elles devraient soutenir leur fille dans ses combats ?! Pour la jeune femme, cela sonnait comme une trahison. Aussi, évitant au maximum les discussions avec ses génitrices (laquelle quelle soit, d'ailleurs), elle s'était enfermée dans sa chambre, comme une adolescente normale, avec comme seule compagnie son téléphone portable et son Ipod. Long. Voilà le seul adjectif qu'elle trouvait à redire sur ce week end. Elle n'en pouvait plus de ne pouvoir sortir, même pour aller rendre visite à Declan, à côté. Elle aurait pu sortir par la fenêtre, si seulement ses mères n'avaient pas, aussi, pensé à cette éventualité.

Le lundi matin, lorsqu'elle dû partir en cours, ce fût donc pour son plus grand bonheur, lasse de tourner et virer comme un lion en cage. Elle était une fille d'extérieur, rester coincée entre quatre murs n'était pas dans ses habitudes. Bonheur. On pouvait qualifier ce jour comme un véritable bonheur pour la jeune femme, une sorte de liberté sous conditions, comme si elle avait été véritablement arrêtée et mise en prison. Cela y ressemblait beaucoup, de toute manière.

S'approchant de son casier, Gillian l'ouvrit d'un tour de main, puis entreprit de prendre les livres dont elle avait besoin. Le seul point négatif était qu'aujourd'hui, pour ne pas rentrer chez elle, elle devrait assister à tous les cours, ce qui ne lui était pas arrivé depuis … Au moins deux mois. En refermant la porte de son casier, la brune se rendit compte qu'elle n'était plus seule dans ses environs immédiats : effectivement, Louise, une de ses amies, semblait se diriger droit vers elle, ce qu'elle n'arrivait pas à caractériser de bonne ou de mauvaise nouvelle. En son for intérieur, elle espéra que la Grayden ne soit pas encore au courant de l'histoire du samedi précédent. Elle n'avait pas lu le journal, mais avec un peu de chance, ils n'auront pas mentionné son nom. L'air de rien, elle s'approcha de Louise.

« Salut Louise ! Comment ça va ? »


Bien qu'elle n'ait elle-même aucun problème avec ses actes, elle savait que son amie les désapprouvait. Voilà d'ailleurs la première source (et une des seules) de conflit entre elles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
LOU ∞ Laugh, Love, Live.
Age : 17 ans.
Occupation : Lycéenne & Bénévole au refuge pour animaux.
Humeur : Enjouée.
Statut : Célibataire mais amoureuse...
Etoiles : 350

Piece of Me
Chanson préférée du moment : agnes obel ; riverside
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
LOU ∞ Laugh, Love, Live.
MessageSujet: Re: 05 - What's wrong with you?! PV Louise   Dim 9 Déc - 15:45

8:20.

Comme tous les matins de semaine, la brunette, fin prête pour reprendre les cours, descendit les escaliers et déposa son sac dans le hall avant de rejoindre la cuisine. Rien de tel qu’un bon petit-déjeuner pour faire face à une nouvelle journée pleine de prise de notes et d’interros surprise. Bien évidemment, les parents de Lou n’échappaient pas à la routine non plus. Elle trouva son père plongé dans le journal, une tasse de café fumante posée devant lui. Quant à sa mère, elle pianotait sur sa tablette afin de connaître le CA des restaurants pour le service de la veille au soir. Sa main gauche tenait un bol de thé vert.
Louise déposa un baiser sur leurs joues pour les saluer et se servit un verre de jus d’orange ainsi que des tartines de confiture. Au moins une chose changeait d’un matin à un autre : le contenu de son petit-déj. Il s’agissait de son repas favori et elle était capable de manger n’importe quoi – du salé ou du sucré, voire un mélange des deux. Pancakes, bacon, œufs brouillés, céréales, charcuterie, fromage… Tout y passait ! Elle avait presque un placard rien que pour elle dans la cuisine pour stocker ce qu’elle était susceptible d’avaler selon son humeur à la sortie du lit.

8:45.

Il ne restait que quinze petites minutes avant que le premier cours ne commence. Louise se hâta de quitter son véhicule et grimpa les marches menant à l’entrée, puis aux couloirs de McKinley. Elle se sentait d’humeur furibonde depuis que la nouvelle était tombée. Dire qu’elle avait failli ne jamais rien savoir ! Normalement, l’adolescente se tenait au courant de l’actualité mais elle avait eu un week-end extrêmement chargé – entre le refuge, la visite au studio de Mr Jayson et tout le reste. Du coup, elle était complètement passée à côté de cet événement survenu samedi dans un certain magasin de Lima. Sans son père, qui en avait parlé par hasard avant qu’elle ne parte pour le lycée, Louise n’aurait jamais su.

Elle avait retrouvé le journal – ses parents les gardaient quelques jours après leur parution, avant de les recycler – et avait parcouru l’article qui ne laissait planer aucun doute. Même sans aucun nom, Louise savait qui était responsable de cette manifestation. Bien déterminée à ne pas laisser son amie s’en sortir aussi facilement, l’adolescente se fraya un chemin parmi les autres élèves avec la ferme intention de la trouver avant que la sonnette ne retentisse. Elle jouait des coudes pour se dégager le chemin, insensible aux insultes des autres – de toute façon, elle ne pouvait pas les entendre alors c’était bien le cadet de ses soucis.

Puis, elle la vit près de son casier. Lorsque Gillian l’aperçut, un sourire se dessina sur ses traits de jolie brune alors qu’elle approchait. Une fois à sa hauteur, elle la salua d’un air complètement innocent. Pensait-elle vraiment que Lou ne savait rien ? « Tu me demandes sérieusement comment je vais ? » s’indigna-t-elle en lui lançant un regard noir. Et non, la question n’avait rien à voir avec son éventuelle incapacité à lire sur ses lèvres, bien au contraire. Elle l’avait parfaitement comprise. N’étant pas du genre à faire des scandales en public, Lou prit Gillian par la manche de sa veste et l’entraina d’une main ferme dans une salle de cours. Cette dernière était encore vide : les profs aussi attendaient sagement la sonnerie caractéristique avant de quitter leur endroit dédié, où ils buvaient le café ensemble en râlant sur les rebelles de leurs classes.

Lorsque toutes deux furent enfin seules, sans que personne ne puisse les entendre, Louise relâcha Gillian et entra dans le vif du sujet. « Qu’est-ce que c’est que ça ? » interrogea-t-elle, toujours aussi sèchement, en faisant claquer le journal sur une table : l’article sur la manifestation était mis en évidence. Même s’il ne donnait aucune identité, il précisait bien qu’une vitre avait été brisée, que des insultes envers la sécurité du magasin avaient fusé, et surtout, que l’une des participantes avait fini en garde à vue. Lou connaissait assez bien Gillian pour savoir que c’était elle et personne d’autre. En ce moment, plus rien ne l’étonnait de sa part, et c’était ce qui la rendait aussi malade, mais aussi ce qui la mettait vraiment hors d’elle. « T’en as pas marre de ces conneries ? Ce sera quoi la prochaine fois ? Agression sur agent de police ? »

Louise avait conscience qu’elle ne prononçait pas très bien les mots quand elle était énervée - car elle débitait sans s’appliquer sur l’articulation. Malheureusement son amie ne connaissait pas le langage des signes et Lou pouvait s’exprimer uniquement par la parole afin de se faire comprendre, ce qui pouvait parfois être frustrant. Depuis le temps, Gillian avait néanmoins appris à saisir sa façon un peu spéciale de parler, alors avec un peu de chance, il ne lui serait pas nécessaire de répéter. Et quand bien même, elle le ferait. Louise refusait de baisser les bras, de laisser une personne à qui elle tenait autant s’éloigner sans rien faire. Récemment, elle l’avait vue changer et certainement pas dans le bon sens. Et parfois, le rôle d’une véritable amie était de savoir élever la voix avant qu’il ne soit trop tard…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05 - What's wrong with you?! PV Louise   Dim 16 Déc - 11:45

Il y a toujours une ligne à franchir, quelque part, dans notre vie. Pour certaines personnes, cette ligne ne se trouve qu'à un certain endroit, le reste de leur vie étant trop loin de ladite ligne pour s'en préoccuper vraiment. Pour d'autres, tout ce qu'ils vivent se trouve étrangement collé à cette ligne. Une ligne de délimitation, une ligne d'interdit, une ligne qui signifie tout, et parfois qui ne signifie plus rien, à force de la frôler, de la franchir, de faire un pas en arrière pour l'éviter, de la franchir à nouveau, et de s'en vouloir de l'avoir fait. & parmi la dernière catégorie de personnes, il y avait les gens vivant le plus dangereusement, ceux qui ne voient pas la ligne. Ou plutôt qui la voit, mais qui sont trop occupés à s'auto-détruire pour penser que la franchir aurait une quelconque espèce d'importance. Dans ce dernier cas, il y avait Gillian. Gillian la grande, l'adulte. Ou du moins Gillian qui pensait l'être. Qui pensait pouvoir prendre des décisions pour elle-même, sans que personne n'ait à redire dessus. Cette Gillian qui attendait avec crainte et déjà un surplus d'énervement qu'une de ses rares amies lui saute dessus pour lui dire, encore une fois, que son comportement était aux limites du raisonnable. Dès qu'elle avait croisé le regard de Louise, la brune avait su que ce ne serait pas simple, qu'elle n'arriverait pas à s'en sortir avec un sourire et une esquive. Louise n'était pas comme les autres, elle, elle se souciait. Peut-être un peu trop. Le sourire de la O'Connor s'évanouit sur son visage, lorsqu'elle comprit que son amie savait. Il fallait dire que son air furibond et son pas précipité pouvait donner quelques indices sur la source de son mécontentement. Gillian grimaça. Elle avait passé son week-end a essuyé les réprimandes de ses mères, elle aurait même préféré une entrevue avec Rainbow plutôt que d'y passer encore. Pourtant, dans la seconde d'intervalle entre le moment où elle avait refermé son casier, et celui où Louise l'avait attrapé violemment par le bras, en lui lançant d'un air sec une réplique à laquelle elle ne trouva pas vraiment de réponse toute faite, elle avait eu le temps de se dire qu'elle ne pouvait pas y échapper. Malheureusement.

« Je … »


Bel effort de défense. Louise n'avait toutefois pas totalement tort. En soi, elle était un peu hypocrite, de croire que personne ne serait au courant, que personne ne se douterait que la fille écolo la plus controversée de tout McKinley n'était pas celle dont le lycée aurait bien pu se passer en ce jour. Vive la publicité qu'elle leur fournissait.

La fierté de Gillian en prit toutefois un sacré coup, quand elle fut amenée de force dans une salle de classe vide, comme une enfant prise en faute. Elle n'en était plus une, il fallait que ses amis le comprenne, et arrêtent de croire qu'elle ne faisait que des choses sans raison d'être. Malgré le fait qu'elle pourrait sérieusement en pâtir, elle ne regrettait en rien son acte. Pour elle, il n'était pas inconsidéré, il avait une valeur, il signifiait quelque chose. C'était la partie que personne ne voyait, comme si elle faisait seulement tout pour dépasser les limites, qu'elle-même ne s'était même pas imposées. Malgré la surdité de son amie, Gillian arrivait très bien à la comprendre, ce qui, pourtant, ne l'arrangeait pas vraiment dans ce cas précis. Le fait qu'elle fasse passer son acte pour un acte de bêtise, comme si elle perdait l'esprit acheva de l'énerver. Pourquoi personne ne la comprenait jamais ? Pourquoi personne ne prenait la peine de lui demander pourquoi elle faisait ça ? Elle ne méprisait tout de même pas toutes les personnes qui l'approchaient pour essayer de la comprendre, si ? Lorsque le journal claqua sur la table, elle poussa un soupir.

« Ce n'est vraiment pas ce que tu crois … »


Ce n'était jamais ce que l'on croyait, même si on s'en approchait dangereusement, n'est-ce pas ? Jamais. Et pourtant … Gillian était quelqu'un d'intelligent. Elle savait quand elle dépassait les bornes, et peut-être qu'avec ce vigile, ç'avait légèrement été le cas, mais pas au point que la presse voulait bien faire croire, ça, elle aurait pu le jurer. & c'est d'ailleurs ce qu'elle s'apprêtait à faire avant que Louise lui coupe l'herbe sous le pied. La lycéenne était quelqu'un de passionné, surtout quand il s'agissait des causes qu'elle défendait. Passionnée et incomprise, voilà précisément comment elle se voyait en cet instant précis.

«Je ne l'ai pas agressé ! Il a porté la main sur moi en premier, je lui ai juste fait comprendre qu'il n'avait aucun droit de me toucher, c'est tout !  »


Consciente que son plaidoyer n'arrangerait pas son cas, elle prit un air exaspéré.

« Ils vendaient des vestes en peaux de renard !  De vrais renards !  »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
LOU ∞ Laugh, Love, Live.
Age : 17 ans.
Occupation : Lycéenne & Bénévole au refuge pour animaux.
Humeur : Enjouée.
Statut : Célibataire mais amoureuse...
Etoiles : 350

Piece of Me
Chanson préférée du moment : agnes obel ; riverside
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
LOU ∞ Laugh, Love, Live.
MessageSujet: Re: 05 - What's wrong with you?! PV Louise   Mer 26 Déc - 15:02

Ce n’est vraiment pas ce que tu crois. Ben voyons. Louise ne savait même plus que croire en cet instant précis. Gillian avait-elle à ce point dépassé les bornes ? S’était-elle à ce point perdue pour cette cause qu’elle pensait simplement défendre ? Etait-elle vraiment incapable de voir quand ses actes envenimaient les choses plus qu’ils ne les arrangeaient ? En quoi agresser un employé de magasin, agent de sécurité de surcroit, lui donnerait davantage de crédit ? Son amie avait très certainement oublié son âge et son statut. Adolescente, lycéenne, elle ne pesait pas lourd dans la balance bien qu’elle veuille réellement le penser. Du moins, pas quand ce genre de manifestations prenait place. Que dirait-on de son comportement ? L’article du journal, bien qu’il relate clairement les faits, semblait avoir pris position. Les mots choisis par la personne l’ayant rédigé ne laissaient planer aucun doute sur la culpabilité de cette « inconnue ». Elle devait savoir qu’on ramènerait forcément cette identité à Gillian O’Connor. Cette dernière était largement trop impliquée dans les mouvements écolos pour qu’il ne s’agisse pas d’une évidence. Louise n’était sûrement pas l’unique habitante de Lima à avoir su lire entre les lignes. Et puis, il y avait aussi les témoins, au magasin comme devant l’établissement de la police. Tout le monde était au courant. Mais cela n’empêchait pas Gillian de garder la tête haute. Courage ou bêtise ? Son amie était bien incapable de se décider. Néanmoins, une chose était sûre : elle ne laisserait pas tomber aussi facilement. Ouvrir les yeux de Gillian avant qu’il ne soit trop tard était devenu sa priorité absolue.

Avec cette passion qui la caractérisait, la brunette se défendit, expliquant que l’agression supposée n’était qu’un tissu de mensonges et que son unique but avait été de se défendre. Bien entendu, Louise la croyait sur parole dans ce cas précis. Son amie pouvait se montrer virulente lors des manifestations, mais jamais elle ne serait capable de lever la main sur une personne qui ne le méritait pas. Et en l’occurrence, l’agent de sécurité ne faisait rien de plus que son travail. « Je sais, » dit-elle en soupirant. Sa surdité ne lui permit pas de réaliser qu’elle avait presque murmuré ces deux derniers mots. Les lèvres de Gillian bougèrent encore, annonçant que ce magasin vendait des vestes en peau de renard. Louise aurait presque pu entendre l’exaspération dans sa voix – si elle en avait été capable. Bien sûr, ce combat était le sien également, et c’était sans aucun doute avec cet argument que Gillian pensait la mettre dans sa poche. Elle savait que Louise adorait les animaux : bénévole au refuge de Lima, elle passait presque toute la journée de chaque samedi là-bas, prenant soin d’eux en distribuant nourriture, soins, caresses et promenades. C’était une cause pour laquelle Louise n’était pas seulement sensible, mais carrément engagée. Pour autant, elle n’en était jamais arrivée à brandir des pancartes devant une boutique vendant ce genre de vêtements. Elle n’était qu’une lycéenne de dix-sept ans, et pensait avoir encore quelques années devant elle avant de pouvoir en arriver à ce stade. « Tu ne peux pas te contenter de boycotter ce genre d’endroits, et de fusiller les porteuses de fourrure du regard quand tu les croises dans la rue, comme moi ? » demanda-t-elle, n’ayant absolument pas décoléré. Puis, Lou soupira à nouveau et sa voix se fit plus calme quand elle ajouta. « Ce n’est pas notre place, Gillian. Je ne dis pas que ton combat est inconsidéré, parce que tu sais que je suis la dernière à le penser. Seulement, on est encore trop jeunes pour qu’il prenne autant d’importance dans nos vies. Tu te rends compte que cet article te fait passer pour une délinquante ? Certes, ton nom n’est pas mentionné, mais tu es loin d’être naïve. Je ne suis pas la seule à avoir compris que c’était toi. » Louise s’était désormais radoucie. De toute façon, elle connaissait assez bien son amie pour savoir que l’engueuler ne résoudrait rien et qu’au contraire, elle se braquerait aussitôt. « Je n’ai pas envie de te voir privée d’un brillant avenir à cause de ton implication dans ces trucs-là. Tu mérites mieux que ça, Gillian. Beaucoup mieux que ça. »

Louise espérait que son amie comprenne ses intentions, tout comme son point de vue. Elle ne cherchait pas à la discréditer, ni à faire croire que les adolescents ne pouvaient rien faire pour défendre une cause qui leur semblait importante. Au contraire. Seulement, si Gillian continuait à arpenter se terrain glissant, elle tomberait un jour. Un agent de sécurité se montrerait davantage décidé à la faire dégager de son magasin, et elle frapperait, par pur réflexe. Ensuite, les médias utiliseraient leur pouvoir pour l’exposer. Et la police n’aurait d’autre choix que de répondre avec exagération, dans le but d’en faire un exemple. C’était peut-être un peu tiré par les cheveux. C’était peut-être faire preuve de paranoïa. Ou peut-être pas.
Quoi qu’il en soit, par amitié pour Gillian, Louise n’avait aucune envie d’en avoir le cœur net.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05 - What's wrong with you?! PV Louise   Sam 19 Jan - 20:06

Le pire, dans la situation actuelle, était de ne pas savoir quoi dire pour se défendre. Lorsqu'il s'agissait de trouver des réponses lors de débats qui importaient pour l'avenir de la cause qu'elle défendait, on avait parfois du mal à faire taire Gillian. Mais là, alors qu'elle devait se justifier sur ses actes, elle n'arrivait pas. Agacée de la situation, de devoir montrer sa bonne foi et ses raisons, alors qu'elle savait avoir raison, elle aurait tout aussi bien préféré pouvoir partir de cette salle, laisser les reproches où ils se trouvaient, et fuir loin, auprès de quelqu'un qui ne lui demanderait pas si elle s'était réellement fait emmener en garde à vue, quelqu'un qui comprendrait qu'elle ne voulait pas forcément en parler. Mais elle comprenait aussi que si elle affirmait ses positions, il fallait bien qu'elle en assume les conséquences, et elles commençaient par les réactions de son entourage. De plus, la O'Connor tenait bien trop à Louise pour lui faire l'affront de partir au milieu d'une conversation, que celle-ci l'énerve ou pas. Mais cela ne l'empêchait pas de trouver que la conversation prenait un tournant bien trop désavantageux pour elle. Elle ne voulait pas se mettre à crier, surtout pas sur la Grayden, mais elle n'aimait pas qu'on lui reproche ses prises de position. Pour la plupart des gens qu'elle connaissait, s'impliquer dans les causes écologistes comme elle le faisait était pure folie lorsque l'on était lycéenne. Pour eux, on ne pouvait prendre au sérieux quelqu'un comme cela. Mais elle voulait être prise au sérieux, elle voulait se battre. On lui faisait trop remarquer qu'elle n'était pas aussi importante qu'elle voudrait être, mais elle voulait y arriver. Elle changerait les choses, la jeune fille le savait. Si elle continuait sur sa lancée, le monde s'améliorerait. De petits efforts pour se battre contre ce qu'elle ne trouvait pas juste valait bien mieux que ne rien faire, et ça, personne ne le comprenait réellement. Pas comme elle le voudrait, en tout cas.

Bien que parfaitement à l'aise avec la surdité de Louise, qui lui permettait de comprendre pratiquement tout ce que la lycéenne lui disait, elle ne saisit pas les mots, presque chuchotés, qui sortirent de sa bouche. En déduisant qu'ils étaient plus pour elle-même qu'à son attention, elle ne s'en préoccupa toutefois pas, consciente qu'il fallait qu'elle défende ses actes. Même si elle faisait le maximum de choses en solitaire, comme si les autres ne pouvaient absolument rien faire pour l'aider dans ses démarches, ce que pouvait penser ses proches était important pour Gillian. Que ses mères ne soient pas d'accord avec elle était monnaie courante ces derniers temps, ou dernières années, mais avoir la bénédiction de ses amis, même si elle n'était pas obligatoire, réconfortait Gillian dans ses choix. La brune savait pourtant que cette fois, il serait très difficile de l'obtenir : apparaître dans le journal avait vraisemblablement était la goutte de trop dans un vase déjà suffisamment rempli. Elle pouvait accepter le fait qu'elle aurait dû être plus discrète et diplomate envers le vigile du magasin, mais pas qu'elle devait arrêter de défendre les causes qu'elle défendait. Elle ne pouvait pas, tout simplement. Ces combats, elle en avait fait pratiquement toute sa vie.

Tout en sachant que Louise était du même côté qu'elle lorsqu'il s'agissait de défendre les droits des animaux, elle se demandait si ce serait suffisant pour la calmer. Apparemment pas. La jeune femme soupira à la réplique de la Grayden. Bien entendu qu'elle pouvait faire cela, se contenter de ne rien dire et de regarder d'un œil empli de rage ceux qui ne respectaient pas ce qu'elle prônait. Mais ce ne serait pas bien, ce ne serait pas se battre. Pour Gillian, ce genre d'attitude n'était pas mieux que ceux qui agissaient contre. Prôner une cause mais ne rien faire pour qu'elle avance, pour que la situation s'améliore ?

«Je sais que je n'ai pas fait que des bons choix Lou, mais non, je ne peux pas faire ça. Ce serait ne rien faire pour ce que je crois juste ! Je ne peux pas, ne rien faire, j'en suis incapable !  »


& de cela, elle en était persuadée. Descendre dans la rue, manifester, montrer son désaccord, elle savait le faire depuis des années. Ses mères avant elle avaient déjà ce gêne de protestation, ce gêne d'envie de montrer ce qu'elles voulaient, et de tenter par tous les moyens de l'obtenir. Gillian ne baissait jamais les bras. Quand bien même on la regarderait de travers après l'épisode fâcheux du week-end, elle ne baisserait pas les bras.
« Si ma place n'est pas là, alors où est-elle ? Je me bats pour être entendue depuis des années, dans diverses mesures, je ne peux pas abandonner sous prétexte que certains diront que je suis trop jeune ! Je ne crois pas qu'il y ait d'âge ou de rang à avoir pour défendre l'environnement dans lequel on vit. Je ne suis pas une délinquante. & un jour, les gens le comprendront. »

Le ton entre les jeunes filles avait baissé, elles parlaient désormais comme elles parlaient toujours. Exposant son point de vue, Gillian grimaça. Un avenir ? Elle savait que de toute manière, elle continuerait dans cette lancée.

« Je ne me fais pas arrêter à tous les coups … C'était un faux pas, ça n'arrivera plus. Mais je ne peux pas arrêter de faire entendre ma voix ! »


Son amie s'inquiétait pour elle, et elle le comprenait. Sûrement qu'elle réagirait pareil, si Louise avait été à sa place et avait fini en garde à vue. Ou peut-être pas … Mais en tout cas, elle ne lui en voulait pas de s'en faire à son sujet. Seulement, elle n'était toujours pas prête à abandonner ce qu'elle défendait.

« Je devrais tout abandonner, à ton avis ? Je n'ai pas encore honte de moi-même, mais si je baisse les bras, ça arrivera, et c'est là que tu devras te faire du souci pour moi.  »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
LOU ∞ Laugh, Love, Live.
Age : 17 ans.
Occupation : Lycéenne & Bénévole au refuge pour animaux.
Humeur : Enjouée.
Statut : Célibataire mais amoureuse...
Etoiles : 350

Piece of Me
Chanson préférée du moment : agnes obel ; riverside
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
LOU ∞ Laugh, Love, Live.
MessageSujet: Re: 05 - What's wrong with you?! PV Louise   Mar 19 Fév - 15:57

Malheureusement, Louise savait que jamais elle ne pourrait convaincre son amie de ne pas descendre dans la rue pour faire valoir ses opinions. Tout bien pensé, elle ne le souhaitait pas réellement. Mais elle déplorait certaines façons de faire qui, à ses yeux, pouvaient se montrer dangereuses pour une adolescente. Il y avait tout de même une différence entre brandir une pancarte en criant des slogans, et détruire du matériel ou s’en prendre carrément à d’autres personnes. Dans cette histoire, Gillian n’était pas entièrement coupable et Louise en avait conscience. Elle n’avait pas volontairement attaqué cet homme, tout n’était qu’un malheureux concours de circonstances. Seulement, certains médias locaux se fichaient de la vérité, qu’ils s’amusaient à modifier comme bon leur semblait, dans le but de mieux vendre, ou de faire une audience plus importante. Et tant pis si une lycéenne était cataloguée de délinquante au passage, tant pis si ce qu’on avait raconté sur elle finissait par lui porter préjudice, lorsqu’il serait temps de choisir une université. Il ne fallait pas croire que les notes et les lettres de motivation étaient suffisantes. Dans les facs les plus prestigieuses, on étudiait les dossiers avec attention. Louise mettrait sa main à couper qu’un beau jour, cette histoire finirait mal. Gillian aurait un casier judiciaire, même minime, et serait obligée de dire au revoir à ses études. Ou, tout du moins, de se rabattre sur une faculté moins intéressante. Simplement à cause d’un journaliste mal intentionné, d’une erreur de jugement, ou d’une manifestation qui aura dérapé. La jeune sourde se sentait incomprise par son amie. Elle ne voulait pas l’empêcher de se battre pour ce qui était juste. Elle s’assurait seulement que ses actes ne jouent pas en sa défaveur d’ici un an ou deux. Gillian était assez intelligente pour le comprendre aussi, mais toutefois bien trop passionnée pour oser ouvrir les yeux. Alors, Louise devait le faire à sa place. C’était à cela, que servaient les amis.

« Je suis d’accord, il n’y a pas d’âge pour se battre, mais… » Elle ne savait pas de quelle façon expliquer son ressenti. Elle ferma les yeux un court instant, regroupant ses forces ainsi que sa volonté, et les rouvrit pour plonger son regard dans celui de Gillian. « C’est maintenant, qu’on se construit un avenir. Quand tu auras fini tes études et trouvé ta voie professionnelle, tu n’en auras plus rien à faire de ce que diront les journaux, tu n’en auras plus rien à faire de passer quelques heures enfermée dans un commissariat. On ne pourra plus t’atteindre. Actuellement, le moindre élément négatif te concernant pourrait un jour te mettre des bâtons dans les roues ! Quand tu le réaliseras, il sera trop tard. » Elle ne voulait pas sembler pessimiste mais se devait d’évoquer ce danger latent. Gillian comptait bien trop à ses yeux pour que Louise n’insiste pas. Généralement, lorsqu’on ne voulait pas de son aide, l’adolescente tournait les talons. Seulement il s’agissait d’une amie proche avec laquelle il lui était impossible de baisser les bras. Tant que Gillian n’aurait pas compris l’ampleur de la situation, la jeune sourde le lui répéterait sans cesse. Quitte à ce que des disputes se mettent en travers de leur chemin. « D’accord, » capitula-t-elle néanmoins pour cette fois. La lycéenne avait dit ce qu’elle avait à dire pour le moment quoi qu’il en soit. Elle avait l’intention de se montrer têtue, mais devait également laisser le temps et le recul nécessaires à Gillian pour réfléchir. « Mettons cette histoire de côté pour aujourd’hui, tu veux ? Mais je t’en supplie, pense à ce que je viens de te dire. » Gillian connaissait Lou, elle savait que tout ce qu’elle voulait, dans le fond, était son bien. Que tout ceci n’était pas simplement pour se montrer moralisatrice, au contraire.

Louise attrapa le journal et l’enfouit dans son sac de cours, avant d’ouvrir la porte de la salle de classe. D’un signe de tête, elle invita son amie à en sortir et la suivit dans le couloir. Toutes deux devraient bientôt se séparer pour se rendre à leurs cours respectifs. Lou commençait par des mathématiques, ce qui lui arracha un grognement de frustration alors qu’elle récupérait son bouquin. Elle était plutôt littéraire : les formules, les calculs et autres théorèmes, très peu pour elle. Finalement, elle referma son casier et fit volte-face. Gillian l’attendait, mais semblait en grande conversation avec une autre lycéenne – sans doute une amie de sa propre classe – et lui tournait désormais le dos. Louise s’apprêtait à couvrir la distance qui la séparait des deux adolescentes lorsqu’une main lui serra violemment l’épaule, la forçant à se retourner. Boyd l’observait, l’air provocateur. Une véritable armoire à glace mais surtout, un caïd de première, qui adorait tourmenter les plus faibles. Il avait pris Louise en grippe dès son premier jour à McKinley, une semaine plus tôt. Parce qu’elle était sourde. La brunette le fusilla du regard, déterminée à ne pas laisser la peur prendre le dessus. Ce n’était pas parce qu’il venait d’un quartier difficile de Los Angeles, et qu’il arborait une vilaine cicatrice dans le cou, qu’elle devait se laisser impressionner. Non, ce sale type ne l’aurait pas cette fois.
Pourtant, elle fut impuissante lorsque, aussi rapide que l’éclair, Boyd sortit un petit klaxon de sa poche et le colla à son oreille avant d’appuyer. Bien évidemment, le bruit ne dura pas plus d’une seconde. Louise ferma les yeux de douleur. Elle ne pouvait peut-être rien entendre, mais les vibrations de son tympan, causé par le klaxon, lui faisaient mal. Aussitôt, elle se recula contre les casiers, les deux mains sur ses oreilles, une larme roulant sur sa joue. Tous les autres l’observaient : ils avaient entendu et se demandaient ce qui se passait. Boyd, pour sa part, riait aux éclats, accompagné de sa « bande » de copains. Sans réfléchir à ce qu’elle faisait, se sentant bien trop humiliée pour écouter sa raison, Lou se redressa et lança son pied dans l’entrejambe de Boyd. L’adolescent se plia en deux. Manque de chance pour la jeune sourde, il songeait déjà aux représailles…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05 - What's wrong with you?! PV Louise   Mar 2 Avr - 17:41

Gillian comprenait très bien où voulait en venir son amie. Et sur le fond, elle était d'accord. Il y avait beaucoup de choses qu'elle ne savait pas faire, mais reconnaître ses erreurs, elle en était capable. Et elle savait qu'en se rebellant comme elle le faisait, elle ne faisait qu'empirer son cas, alors même que les causes qu'elle défendait étaient nobles. Louise avait raison, elle le savait, mais entre le savoir et l'accepter assez pour changer de comportement, il y avait un fossé assez gros qu'elle n'était pas encore prête à franchir. Parce qu'elle ne voulait pas changer pour satisfaire des personnes qui, de toute manière, ne s'intéressaient pas aux causes qu'elle défendait. Elle n'y arriverait de toute manière pas, quand bien même elle le veuille de toutes ses forces. Gillian était quelqu'un de passionné. Il y avait peu de choses pour lesquelles elle se battait, ou acceptait de se battre, mais tout ce qu'elle défendait en descendant dans la rue, en brandissant des pancartes, elle le faisait avec passion, comme si rien ne comptait plus que cela pour elle. Alors oui, parfois elle s'emportait peut-être un peu trop, parfois, elle était tellement dans le feu de l'action qu'elle ne pouvait s'empêcher de mettre tout son cœur dans ce qu'elle faisait. Mais elle ne pouvait pas changer cela, elle ne pouvait pas s'impliquer à demi dans ce qu'elle faisait sous prétexte que certaines personnes risquaient de l'empêcher d'aller où elle voulait. Parce que faire bouger les choses, c'était exactement ce qu'elle cherchait. Bien entendu que des études pour y arriver, dans une grande université, ne se refusaient pas, mais si elle devait oeuvrer sans diplôme, elle le ferait tout autant. Elle ne pouvait pas attendre, se taire pendant quelques années puis enfin l'ouvrir, elle n'y arriverait pas, quand bien même elle essaierait.

« J'y réfléchirais. Je peux au moins te promettre ça. »

Il ne servait à rien de continuer cette conversation, maintenant. Gillian savait très bien qu'elle n'aurait pas dû aller aussi loin avec l'agent de sécurité mais elle restait encore persuadée qu'il l'avait cherché. Et pour le moment, elle n'était pas prête à faire l'effort de se remettre assez en question pour réellement se sentir désolée de ce qu'elle avait fait. Regardant d'un air distrait son téléphone, elle s'aperçut de l'heure qui l'était, et de leurs cours qui allaient bientôt commencer. Mais avant qu'elle n'ait pu en faire la remarque à Louise, celle-ci se préparait déjà pour sortir de la salle de classe vide.

Sortant à sa suite, elle se fit presque automatiquement accoster par Phoenix. Souriant à l'autre brune, elle entama la conversation, après avoir aperçu Louise près de son casier. Phoenix et elle avaient beau se voir souvent, elles avaient toujours quelque chose à se raconter, et pour une fois dans la journée, cela n'avait rien à voir avec son week-end, où le journal. Cependant, un bruit les fit toutes deux sursauter, interrompant la conversation en plein milieu. Gillian se retourna, prête à crier sur l'incapable idiot qui pensait pouvoir se promener avec un klaxon dans tout le lycée impunément, mais elle changea bien vite d'avis, lorsqu'elle vit face à quelle scène elle se trouvait … Et le danger auquel son amie s'exposait en ripostant. Ni une ni deux, la ND franchit à toute vitesse la distance qui la séparait de cet abruti de Boyd qui avait osé s'en prendre à son amie, la colère aidant, et profita du fait qu'il soit momentanément affaibli pour lui coller son poing dans la figure. Elle était peut-être une fille, mais bien trop garçon manqué pour ne pas savoir se battre, et, même si elle savait que son geste avait un prix, elle se consola en se disant qu'au moins, sa cible changerait. Avant qu'il ait repris ses esprits, Gillian se tourna vers son amie.

« Ca va ? Il t'a pas fait trop mal ? »

Mais avant qu'elle ait pu entendre sa réponse, elle sentit une main sur son épaule, qui ne semblait pas des plus agréables. De toute évidence, ça n'était pas sa semaine, pas du tout.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
LOU ∞ Laugh, Love, Live.
Age : 17 ans.
Occupation : Lycéenne & Bénévole au refuge pour animaux.
Humeur : Enjouée.
Statut : Célibataire mais amoureuse...
Etoiles : 350

Piece of Me
Chanson préférée du moment : agnes obel ; riverside
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
LOU ∞ Laugh, Love, Live.
MessageSujet: Re: 05 - What's wrong with you?! PV Louise   Dim 7 Avr - 17:16

Louise détestait se retrouver dans une telle position de faiblesse. Beaucoup de personnes la considéraient déjà comme faible de nature, du fait de son soi-disant handicap. Ces gens s’imaginaient que l’existence des sourds était dangereuse voire impossible à appréhender totalement, pour l’unique raison qu’ils n’entendaient rien. Ils avaient tort, et toute sa vie, l’adolescente s’était battue pour le leur faire comprendre. Au contraire, comme leur ouïe ne fonctionnait plus, d’autres sens se développaient et prenaient la relève. Un exemple simple ? La plupart des êtres humains pouvaient éviter de se faire faucher par une voiture en repérant le bruit caractéristique d’un véhicule à moteur, d’un klaxon ou encore de pneus qui crissent. Le son était l’élément capable de les sauver, car leur vue n’était pas assez forte pour apercevoir la voiture en question avant l’impact. Pour les sourds, c’était l’inverse : leur ouïe étant inexistante, ils se reposaient davantage sur cette fameuse vue, de fait beaucoup plus aiguisée que chez n’importe quelle autre personne. Dans le cas du piéton menacé par une voiture, ils l’auraient repérée, et à temps. Les sourds n’étaient pas plus démunis que les « entendants » face au danger, ils avaient simplement une façon différente de l’éviter. Pour Lou, expliquer et faire comprendre ce genre de choses était un combat quotidien. Et l’une de ses armes était, justement, de ne pas se laisser impressionner par ceux qui, à tort, la pensaient… faible et fragile.

Elle ne devait pas se voiler la face, les choses étaient les mêmes dans les Hamptons. Bien évidemment, on la laissait un peu plus tranquille car sa famille était connue, riche et influente. Ses camarades avaient peur des représailles, surtout que Mr Grayden avait une réputation d’homme impressionnant, et protecteur. Par ailleurs, s’il apprenait que ce Boyd s’en était pris à sa fille aujourd’hui, nul doute qu’il serait vite expulsé de McKinley sans qu’aucun autre établissement scolaire ne veuille de lui. Mais Louise n’était pas du genre à aller pleurer sur l’épaule de son cher paternel. Elle l’aimait, cependant elle se considérait comme bien assez grande pour gérer ses problèmes, quels qu’ils soient. De ce fait, après s’être remise autant que possible de la douleur vrillant ses tympans, la brunette lança un coup de pied bien placé à Boyd. Elle avait l’espoir qu’il comprenne et batte en retraite. Manque de chance, il posa très vite un regard assassin sur son adversaire, lui faisant clairement ressentir son envie de vengeance. Lou se demanda si elle devait prendre ses jambes à son cou avant qu’il puisse se jeter à nouveau sur elle. Etait-elle capable de mener cette riposte jusqu’au bout ou allait-elle jouer les poules mouillées ? Non, sûrement pas. Elle ne ferait pas ce plaisir à Boyd. Avant même qu’elle n’ait pu lui retourner son expression de défi, le sportif disparut de son champ de vision. A la place ? Une lycéenne aux longs cheveux bruns lui tournait le dos, et ne tarda pas à écraser son poing sur la mâchoire de Boyd. Lorsqu’elle se retourna, Louise reconnut aussitôt son amie. Gillian s’approcha d’elle et Lou put aisément lire ses lèvres. « Oui, ça va, mer… » fut tout ce qu’elle eut l’occasion de répondre.

Une main puissante sépara les deux adolescentes. Lorsque Lou releva le visage, elle écarquilla aussitôt les yeux. Le coach Beiste, l’air maussade, les regardait tous les trois, chacun leur tour. Concentrée sur elle, Louise repéra très vite ses premiers mots : apparemment, elle venait de demander à Boyd de rejoindre expressément l’infirmerie. Ce dernier saignait, blessure causée par l’intervention de Gillian. Cette dernière restait figée, la main de Beiste serrant toujours fermement son épaule. « Coach, elle n’y est pour rien, elle a seulement cherché à me défendre. Boyd était en train de… » « Plus un mot. Vous venez toutes les deux avec moi, et je ne veux aucune protestation, c’est clair ? » Lou, vaincue, hocha la tête et jeta un coup d’œil inquiet en direction de Gillian. Dire qu’elle n’avait même pas eu la chance de lui dire merci ! Et qu’à cause d’elle, son amie serait probablement punie, voire mise à pied pour plusieurs jours ! Alors qu’elle s’inquiétait de leur sort, Louise suivait docilement le coach Beiste. Etonnamment, elle ne les emmena pas dans le bureau de Figgins, mais dans le sien. Que se passait-il ? Les explications ne tardèrent pas : elle connaissait l’attitude de Boyd, et se doutait qu’il avait était à l’origine des hostilités. Elle savait aussi que Gillian avait juste voulu protéger son amie. Ainsi, elle promit la chose suivante : pas de punition pour aucune des deux, sachant qu’elle ne cautionnait pas pour autant les coups. La prochaine fois, elles devraient aller chercher un professeur au lieu d’empirer la situation. Quant à Boyd, il recevrait un savon et serait privé de matches pour les prochaines semaines. Ce qui, étant donné l’importance qu’il accordait au foot, l’ennuierait assez pour qu’il ne recommence pas. Satisfaite, Louise remercia chaleureusement le Coach Beiste et quitta son bureau en compagnie de Gillian.

« Tu as une sacrée droite, dis donc ! Je comprends pourquoi cette histoire avec le vigile n’est pas restée sans suite. T’as du lui faire bien mal, » la taquina-t-elle, donnant un coup de coude amical à son amie. Autant qu’elles en rient maintenant que le reste était mis à plat. « Sérieusement, merci d’être là, et de toujours couvrir mes arrières. » Lou esquissa un sourire franc, sincère. « Tu me connais maintenant assez bien pour savoir que je donne très peu ma confiance. Mais toi… Je pourrais te suivre les yeux fermés. Et considérant que je suis sourde, ça représente vraiment beaucoup ! » Louise éclata de rire à sa propre autodérision, mais elle savait que Gillian avait compris l’importance de cette révélation. Oui, cette boule de nerfs qui était devenue son amie au fil du temps, faisait désormais partie du peu de personnes au monde sans qui elle ne se voyait plus avancer. C’était, à ne pas en douter, la raison pour laquelle parfois, elle pouvait se montrer légèrement moralisatrice. Parce qu’elle l’aimait, et ne voulait que le meilleur pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 05 - What's wrong with you?! PV Louise   

Revenir en haut Aller en bas
 

05 - What's wrong with you?! PV Louise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 5
-