Choriste du mois


Partagez | 
 

 06. Oxanna Prescott - She's like the light in my life

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 06. Oxanna Prescott - She's like the light in my life   Ven 28 Déc - 20:26

"Passe une bonne journée..."Chaque matin, alors qu'elle le conduisait elle-même pour les cours, Oxanna lui répétait cette même phrase. Et chaque journée se déroulait de la même façon pour Jackson: il tentait de se faire oublier le plus possible. Bien que quelques fois, vouloir paraître invisible lui portait préjudice. Par chance, il y avait toujours un des surveillants pour l'empêcher de finir dans la poubelle du lycée chaque matin dès son arrivée. En revanche, ce qui échappait à Jackson, c'était bien pourquoi il s'occupait uniquement de son cas. C'est vrai, d'autres auraient eu certainement bien besoin de lui également, en revanche, eux n'étaient pas épargnés et finissaient chaque matin dans la benne à ordures. Non pas qu'il les jalousait, bien au contraire, mais pourquoi l'aider lui et pas les autres? Pourquoi le fait que d'autres aient des ennuis semblait passer au dessus de la tête du jeune surveillant? Ne les voyait-il pas? Tout cela lui semblait bien confus, en revanche, une chose à laquelle il n'échappait pas, c'était bien le lancé de limonade traditionnel. Le premier jour qu'il avait eu à passer au lycée, il ne s'était pas méfié, ne se doutant pas un seul instant des pratiques habituelles à McKinley. Et ça n'avait pas raté. En tant que petit nouveau, il avait été bien vite mis au parfum jus de raisins et à présent, il prenait ses précautions en emportant avec lui quelques vêtements de rechange, pour le cas où. Et plus jamais il ne portait des couleurs claires. Il évitait également de regarder dans les yeux quelques uns des élèves populaires. Bien que ces derniers profitaient largement de ce comportement pour le bousculer et créer un conflit dans les couloirs les menant aux cours. Quoiqu'il fasse, il avait des ennuis ici... Sauf quand son surveillant, comme il l'appelait, pointait le bout de son nez. Il ne le connaissait pas plus que cela, et bien que ce dernier semblait agir pour son bien, plus d'une fois il avait tenté d'échapper à sa vigilence. Cependant, l'adulte finissait toujours par le trouver, à un moment ou à un autre pour le sortir d'un mauvais pas, ce qui, selon Jackson, devait aussi interroger les élèves qui s'en prenaient à lui-même car ils pouvaient s'en prendre à n'importe qui d'autre sans rencontrer le moindre ennui. En revanche, s'en prendre à Jackson signifiait "soucis en perspectives". Du coup, quelques élèves le surnommaient "Traitement de faveur", quand d'autres lui assuraient qu'il aurait son tour tôt ou tard... Qu'il n'y aurait pas toujours quelqu'un pour avoir les yeux sur lui. Mais jusqu'à présent, toutes leurs tentatives de faire de la vie de Jackson un enfer, comme ils le disaient, s'étaient vouées par de fructueux échecs. Excepté pour le lancé de limonade et de glace pillée. Mais soit. Jackson s'en moquait bien et faisait en général comme si tout ça lui passait complètement par dessus de la tête. Avec un peu de chance, d'ici quelques temps, une autre nouvelle tête ferait son arrivée et aurait droit à ces pratiques à sa place... En attendant, il fallait qu'il prenne son mal en patience.

La fin des cours venait de retentir. Et comme chaque fois, avant de retrouver sa soeur qui l'attendait patiemment devant le lycée, il avait pris le chemin des toilettes des garçons pour rapidement changer de vêtements. Evidemment, en journée il préférait éviter ce genre d'opération, ça n'aurait fait qu'encourager un de ces petits malins à recommencer l'expérience pour le ramener à la case départ. A peine changé, il referma sa veste, glissa son sac à dos sur l'épaule droite et pris le chemin de la sortie, pour chercher des yeux la voiture d'Oxanna, généralement garée au même endroit chaque après-midi. Ce moment était sans doute celui de la journée qu'il appréciait le plus : elle venait le chercher pour l'emmener plus loin que cet endroit qu'il détestait plus que tout. Là, sa journée allait enfin commencer à devenir meilleure. Et enfin, il retrouvait un sourire à son égard, alors qu'il prenait place sur le siège passagé à ses cotés en lui assurant que tout s'était bien passé pour lui. C'est vrai, il ne mentait pas, d'un point de vue objectif, cela aurait pu être bien pire, sans les multiples interventions de son surveillant. Mais il ne voulait pas la mettre au courant de cela, ayant conscience que son job devait lui causer assez de soucis comme ça pour qu'il en rajoute une couche. Du coté d'Oxanna, elle l'avait toujours connu réservé, à parler très peu de lui. Elle ne devait donc pas s'attendre à ce qu'il lui parle de ses déboires, et du coté de Jackson, cela l'arrangeait bien. Il n'aimait pas donner l'impression de se plaindre, et encore moins à sa soeur. Il attendait seulement de voir quand sa promesse qui disait qu'il allait se plaire à Lima allait enfin se concrétiser, parce que pour l'instant, on ne pouvait pas dire qu'il se réjouissait à l'idée d'être ici. Et il se demandait bien ce que sa soeur trouvait d'agréable à cette ville. Mais ça aussi, il le gardait pour lui.

De retour à la maison, Jackson avait pris le chemin de sa chambre pour y ranger son sac de cours, et glisser sous le lit le sweat noir trempé, jusqu'à ce qu'il sèche. Il le mettrait ensuite à laver dans le bac à linges sales de la salle de bains. En attendant, il avait quelques devoirs à faire, du moins à terminer, car il avait pris soin de commencer en pleins cours de maths, un cours où il remportait toujours de bonnes notes, ce qui lui valait en plus le surnom d'intello... Et le port de lunettes ne l'aidait pas à enlever cette étiquette. S'il était obligé d'en porter, c'était uniquement pour les cours, à peine sorti du lycée, le premier geste qu'il avait était de les retirer. En revanche, il s'était vu contraint de les remettre à peine ce fut il penché sur son livre d'espagnol, sencé l'aider pour le travail que lui avait demandé son professeur. L'espagnol... Une matière qu'il n'appréciait pas réellement, et il se demandait bien à quoi elle allait pouvoir lui servir car il n'envisageait pas pour le moment de s'installer autre part qu'à Lima. C'était là qu'était sa vie à présent. Ici, en Ohio, et non ailleurs. Il mettait dès lors moins d'entrain sur ce cours que sur les matières qu'il trouvait plus importantes. Et quelque part aussi, pour montrer aux autres qu'il n'était pas sencé être le meilleur dans toutes les matières que le lycée lui proposait. Il avait fait ce qu'il pouvait. C'était déjà pas mal. Sa seule envie du moment avait été de refermer au plus vite son livre pour se connecter sur l'ordinateur de son bureau et prendre des nouvelles de ses camarades restés à Los Angeles à un peu plus de trois-milles kilomètres de là. Malheureusement, aucun d'eux n'étaient connectés pour l'instant, et ça le contrariait quelque peu. Pouvoir leur parler lui aurait certainement fait beaucoup de bien, mais bon, ce serait pour une autre fois. Dépité, il coupa son ordinateur et relu le devoir qu'il venait tout juste de terminer, conscient qu'il aurait pu faire mieux, mais tant pis. Il laissa pour de bon ses lunettes et quitta son bureau pour s'allonger quelques minutes sur son lit pour réfléchir un peu à tout et à rien et se plonger dans son petit monde bien à lui, petit monde dont la voix de sa soeur l'extirpa bien trop rapidement à son goût en se faisant entendre derrière sa porte. Elle faisait attention à ce qu'il ne reste pas trop longtemps seul, et il ne pouvait lui reprocher sa bienveillance à son égard, bien au contraire. Ca lui avait permis d'éviter de ruminer bien des choses et de rendre le poids qu'il portait beaucoup moins lourd. Il se leva cependant avec nonchalance de son lit pour se diriger vers la porte et lui ouvrir suffisamment grande au cas où elle voudrait entrer avant d'aller vers son bureau pour ranger son livre, son stylo et sa copie tout en engageant la conversation. "Je viens juste de terminer. Tu veux que je t'aide à quelque chose?" Il n'était pas rare en effet qu'elle le réquisitionne pour l'une ou l'autre tâche ménagère. Et vu qu'il vivait sous son toît à présent il trouvait tout à fait normal de l'aider. Ou d'être là pour elle quand elle en avait besoin tout comme elle le faisait à son égard depuis plusieurs mois à présent, depuis qu'ils s'étaient rencontrés, plus exactement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OXY ∞ Home sweet home.
Age : 24 ans
Occupation : Détective à la Police de Lima
Humeur : Enfin heureuse
Statut : En couple avec Keegan
Etoiles : 2957

Piece of Me
Chanson préférée du moment : death cab for cutie ; transatlanticism
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
OXY ∞ Home sweet home.
MessageSujet: Re: 06. Oxanna Prescott - She's like the light in my life   Mer 9 Jan - 10:53

« Passe une bonne journée… » Comme chaque matin, le cœur de la blondinette se serra lorsque Jackson passa le hall et disparut à l’intérieur du bâtiment. Elle avait conscience que la situation pouvait être déstabilisante pour son demi-frère. Il venait de perdre ses parents, et elle l’obligeait à déménager loin de tout ce qu’il avait toujours connu. A se séparer de ses amis. A rejoindre un nouveau lycée, faisant ainsi face à de nouveaux camarades. Il souffrait déjà beaucoup, et Oxy n’arrangeait rien pour le moment. Toutefois, elle savait que sur le long-terme, ce déménagement serait des plus bénéfiques. Jax ne saisissait encore pas, et lui faisait bien souvent payer cette incompréhension par ses lourds silences. Mais Oxanna le savait intelligent. Au fil du temps, quand tout irait mieux pour lui, il saurait. Tant pis, si sa sœur devait prendre sur elle et accepter son comportement parfois plein d’amertume. Du moment qu’elle était consciente d’avoir pris la bonne décision, elle pouvait patienter jusqu’à ce que Jackson ouvre les yeux. Pour l’instant, Oxanna allait encore devoir passer une nouvelle poignée d’heures à s’en faire pour Jax. C’en était carrément devenu la routine. Elle avait eu la chance de rester dans la même ville jusqu’à l’université – et là encore, elle n’était pas partie bien loin, s’inscrivant à Columbus. Elle ne savait donc pas ce que l’on ressentait en étant un « nouvel élève » dans un lycée. Du moins, pas de ce point de vue précis. En revanche, durant sa propre adolescence, elle avait vu pas mal de jeunes fraichement débarqués à McKinley se faire harceler un paquet de semaines avant qu’on ne se décide à les laisser tranquilles. Bien sûr, elle s’était prise d’affection pour certains, et les avait défendus. D’autres arrivaient à s’imposer sans qu’on ne leur tende la main. Mais Jackson ? Il était bien trop affaibli par le décès de ses parents pour répondre aux attaques. C’était la raison pour laquelle Oxanna avait chargé son ami et désormais surveillant de toujours protéger son petit frère. Timothy et Oxanna se connaissaient depuis l’époque du lycée justement, et avaient gardé contact même après avoir obtenu leurs diplômes. Aujourd’hui, Tim était pion à McKinley afin de financer ses études de psychologie. Au moment d’inscrire Jackson, la jeune femme avait tout de suite pensé à lui pour la remplacer dans son rôle de protectrice. Du moins, durant les intercours, quand la masse d’élèves se retrouvait au self, dans les couloirs ou tout autre endroit susceptible de devenir un enfer pour Jax. Parce qu’il était nouveau. Parce que les rumeurs disaient qu’il n’avait plus de parents. Et que certains ados étaient bien trop stupides pour ne pas s’en amuser. Oxanna serra le poing à cette pensée, mais se força à se concentrer sur autre chose. Car fatalement, cela la ramenait à sa propre enfance, quand on lui demandait pour quelle raison elle n’était pas comme tout le monde, n’ayant qu’un père, et aucune maman. Maintenant que Jax se trouvait hors de sa portée, la blondinette démarra sa Mini noire – toujours la même voiture qu’à l’époque, elle y tenait beaucoup – et entreprit de retrouver son paternel. Elle ne travaillait pas aujourd’hui, alors autant en profiter pour voir comment le meilleur détective privé de la région, John Prescott, se portait. Après un arrêt au Starbucks où elle récupéra deux cafés ainsi que quelques muffins, Oxy se gara devant les bureaux où elle avait passé tant d’heures à jouer les fouines…

La journée se déroula tant bien que mal. Prescott père n’ayant aucun dossier urgent à traiter, ils avaient longuement discuté – et surtout de Jackson – avant de rejoindre un restaurant pour le déjeuner. Ils s’étaient quittés en milieu d’après-midi. Comme il restait une heure avant de récupérer Jax, la profiler fit quelques courses dans le but de préparer un bon petit plat pour ce soir dès qu’elle serait rentrée à la maison. Auparavant, jamais elle n’aurait imaginé se servir autant de sa cuisine : sans vraiment détester cette activité, ce n’était pas son truc et elle n’en avait absolument pas le temps. Du coup, elle se contentait de plats surgelés, de barquettes pour une personne à faire réchauffer deux minutes au micro-ondes. Ce train de vie lui convenait parfaitement bien. Mais depuis que Jackson avait emménagé avec elle, il avait fallu qu’elle fasse des efforts. Hors de question qu’il prenne des habitudes alimentaires aussi terribles : elle voulait qu’il mange sain et équilibré. Du coup, elle avait commencé par acheter un ou deux bouquins de recettes pas très compliquées. Après quelques grosses catastrophes derrière les fourneaux, Oxy avait fini par montrer un certain talent, et même à apprécier cuisiner. Aujourd’hui, elle s’améliorait encore, loin d’être parfaite, mais n’en était plus à déclencher l’alarme incendie par inadvertance, parce que son plat venait de brûler dans le four. Après avoir sélectionné ses achats et réglé à la caisse, la blondinette mit le sachet en papier dans le coffre de la voiture et retourna sur le parking du lycée. Il restait encore quelques minutes avant que les élèves ne se précipitent dehors. Apercevant une silhouette familière un peu plus loin, Oxanna quitta l’habitacle et rejoignit son ami le surveillant. Ce dernier lui apprit qu’il essayait de ne pas quitter Jackson des yeux, et que c’était presque indispensable, sans quoi il aurait déjà eu des soucis avec certains de ses camarades. Tim tenta de la rassurer, mais elle bouillait de l’intérieur. Décidément, les ados étaient toujours aussi cruels entre eux. Une chose qui, malheureusement, ne changerait sans aucun doute jamais. Combien de temps encore Jackson allait-il devoir supporter ce manège ? Lorsqu’elle demanda des noms précis à Tim, ce dernier lâcha un rire franc : il connaissait Oxy et savait parfaitement ce qu’elle ferait d’une telle information. Il lui intima de rester en dehors de ça pour le moment, qu’il avait la situation en main, et qu’elle pouvait lui faire confiance. Oxanna hocha la tête. Oui, elle avait confiance en lui. Ils se saluèrent finalement et se séparèrent, non sans s’être promis de boire un café très bientôt. Retrouvant son véhicule, Oxy patienta encore un peu, et bientôt, des dizaines de lycéens se déversèrent sur le parking. Parmi la foule, elle reconnut Jackson. Un sourire éclaira son visage. Elle le retrouvait enfin.

De retour à la maison, son petit frère monta dans sa chambre pendant qu’elle rangeait les courses dans les divers placards de la cuisine. Alors qu’il faisait ses devoirs, elle-même s’installa derrière l’écran de son ordinateur portable afin de consulter ses mails professionnels. Son patron du Bureau de Columbus lui avait envoyé le rapport d’autopsie de la jeune femme morte l’avant-veille, Annabel Spencer, et qu’elle soupçonnait être la victime d’un tueur en série. Le big boss lui demandait également de lui envoyer le plus rapidement possible ses premières conclusions sur le profil de l’assassin. Oxanna poussa un soupir, se disant qu’elle aurait une grosse journée demain, et finit par éteindre son PC. N’ayant pas entendu Jackson depuis un moment, elle se décida à le rejoindre dans sa chambre. Une fois à l’étage, elle frappa à sa porte. Il ne tarda pas à lui ouvrir, et elle s’enquit aussitôt. « Tu as besoin d’un coup de main sur une matière en particulier ? » Jax lui apprit qu’il venait de terminer et demanda à son tour si elle avait besoin d’aide. Ca ne l’étonnait pas. Son demi-frère avait très rarement du mal pour ses exercices ou ses leçons. En général, il se débrouillait tout seul. Elle l’avait toujours soupçonné d’être un garçon très intelligent, et c’était aussi ce que Kate lui avait un jour confié lors d’une conversation entre femmes. Entre mère et fille, plus précisément. Ignorant la douleur dans sa poitrine – elle ne pouvait se montrer faible devant Jax – la blondinette hocha la tête, un sourire malicieux étirant ses lèvres. « Qu’est-ce que tu dirais de m’accompagner pour préparer le dîner ? Je te fais ton plat favori, ce soir, » ajouta-t-elle comme si elle avait besoin de le convaincre. Pourtant, elle savait qu’il accepterait. Et justement, cinq minutes plus tard, ils étaient tous deux vêtus d’un tablier, s’affairant devant le plan de travail. Oxanna ne voulait pas gâcher ce moment de complicité qu’ils partageaient, mais elle n’arrivait pas à sortir les mots de Tim de sa tête. Jax vivait apparemment des instants difficiles à McKinley, et elle devait lui faire comprendre qu’il pouvait lui en parler ouvertement. « Il faut que je t’avoue quelque chose, » lâcha-t-elle après avoir pris une grande inspiration, espérant qu’il ne s’offusquerait pas face à la vérité. « Je sais ce qui se passe au lycée. Je suis sûre que tu déjà remarqué qu’un surveillant en particulier ne te lâche pas d’une semelle… C’est un ami, » avoua Oxy. Elle ne laissa pas à son demi-frère l’occasion de réagir et enchaîna aussitôt, préférant tout expliquer avant qu’il n’ait une chance de lui en vouloir. Peut-être qu’en ayant tous les éléments en main, il comprendrait ses choix. « Crois-moi, je ne l’ai pas fait pour te fliquer ou parce que je te pense totalement incapable de te défendre. Mais… Moi aussi je suis allée au lycée, et je sais à quel point les autres peuvent être implacables avec les nouveaux élèves, d’autant plus dans ta situation. » Elle se garda bien de préciser laquelle, sachant que Jax comprendrait parfaitement à quoi elle faisait allusion. Combien de fois lui avait-on déjà balancé le mot orphelin à la figure, comme une insulte ? « J’espère que tu ne m’en veux pas. Je veux juste m’assurer que tout va bien quand je ne suis pas avec toi. » Elle plongea son regard dans celui de Jackson. « Ecoute, je peux comprendre que tu veuilles garder tout ça pour toi, et si tu ne souhaites pas en discuter avec moi, alors je respecterai ta décision. Mais j’espère que tu sais que quoi qu’il arrive, tu peux tout me dire. » Une pause. Un court silence. « Tu le sais, Jax, n’est-ce pas ? » insista-t-elle, le cœur serré, appréhendant sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. Oxanna Prescott - She's like the light in my life   Mer 23 Jan - 20:01

HJ: Je suis vraiment désolée pour cet énorme retard. (Non non, je ne t'avais pas oubliée Wink ) J'espère que mon RP te plaira. hartyr


Jackson, en venant vivre auprès d’Oxanna, s'était rapidement rendu compte qu'elle n'était pas un maître en la matière lorsqu'elle se trouvait derrière les fourneaux. Et ce malgré le dicton qui dit: " Quand on veut, on peut. " Le premier jour, la jeune femme s'était mise en tête de lui préparer des crêpes pour le goûter, afin de lui faire plaisir car elle savait qu'il s'agissait d'une des choses dont il raffolait. Au moment de passer à table, à la simple vue de la crêpe qui se trouvait dans son assiette, Jackson avait déjà compris, mais sa demi-soeur avait l'air tellement radieuse à l'idée de lui faire plaisir qu'il avait préféré se taire sur ses appréhensions, lui avait adressé un sourire, s'était assis face à elle et avait pris ses couverts en silence pour commencer à manger. Et autant dire qu'il aurait tout donné pour que le regard de sa soeur ne soit pas rivé sur lui au moment où il avait porté la fourchette à ses lèvres, guettant sa réaction. Par je ne sais quel miracle, il avait sû rester impassible, et avait commencé à mâcher doucement, en lui faisant oui de la tête pour la rassurer. Mais quand elle avait goûté sa part, elle lui avait aussitôt ordonné de reposer ses couverts. Et les crêpes avaient toutes finies dans la poubelle. Peu de temps après, Oxanna était au téléphone pour commander des pizzas. Au fil du temps, sa demi-soeur s'était améliorée dans la préparation des repas, bien que lorsqu'elle tentait quelque chose de nouveau, Jackson avait toujours certaines appréhensions. Mais dans l'ensemble, tout se passait nettement mieux à présent. Même si, de temps en temps, pour l'embêter, il s'autorisait à grimacer un peu à la première fourchette, rien que pour le simple plaisir de la voir s'inquiéter au quart de tour. Et ça marchait à chaque fois. Il lui arrivait en effet de temps en temps d'être d'humeur blagueuse. Et vu que ça arrivait peu souvent, Oxanna ne pouvait pas le blâmer. C'était un avantage. Elle ne lui en voulait pas non plus de le voir tenter de se retenir de rire de ses réactions, du moins faire mine de, car cela finissait toujours par des éclats de rire entre les deux. C'était des moments privilégiés entre eux, comme il en existait bien trop peu. Pourtant, ils étaient souvent amenés à se retrouver l'un avec l'autre. Oxanna y veillait soigneusement. Comme maintenant où elle l'invitait à cuisiner avec elle. Et bien évidemment, Jackson n’aurait pour rien au monde évité de lui accorder ce plaisir. Pour toute réponse, il lui avait adressé un large sourire pour lui confirmer son accord, avant de la suivre vers la cuisine. C’était parti pour un bon poulet sauce aigre-doux avec du riz. Et peut-être pour un autre de ces bons moments de complicité avec sa grande sœur. Il faut dire que après la journée de cours qu’il venait de passer, cela lui ferait beaucoup de bien. Il avait bien besoin de souffler un peu après tout, et seule sa sœur parviendrait à lui faire penser à autre chose.

Alors qu’il rejoignait la cuisine, il avait pu voir qu’Oxanna avait tout préparé avant de venir le chercher. Et il ne pu s’empêcher de lui adresser un sourire en s’apercevant qu’elle ne s’était pas trompée sur le plat qui avait sa préférence. Malgré que cela ne faisait pas si longtemps qu’ils habitaient tout les deux sous le même toit, elle semblait le connaitre par cœur. Et savait donc quoi faire pour lui faire plaisir. Et il allait de soi que ses petites attentions savaient pertinemment toucher le coeur du jeune garçon. C'est d'ailleurs avec un sourire qu'il s'empara du bocal d'ananas posé sur le plan de travail pour l’ouvrir et commencer à découper en morceaux les rondelles de fruits, alors que sa sœur reprenait la parole, le faisant s’arrêter presqu’aussitôt. Le regard rivé sur sa planche à découper, il avait eu juste le temps d’ouvrir la bouche, prêt à riposter, ce qui n’avait pas échappé à Oxanna. Alors c’était donc ça. Il comprenait maintenant nettement mieux pourquoi il voyait constamment Tim dans les parages à McKinley, et ce, peu importe où il allait, même si envers et contre tout, il lui était déjà arrivé de vouloir le semer sans succès. Il comprenait que sa sœur veuille l’aider en lui évitant des déboires et il lui en était quelque part reconnaissant de vouloir le protéger de la sorte. Cependant, il ne savait pas trop comment il devait prendre tout ça, et quelque part, il s’en sentait vraiment frustré.

« Si je ne te dis rien, tu auras juste à faire une enquête... Tu es douée pour ça » C'était sorti tout seul sur l'instant, mais quelque part, elle aurait très bien pu prendre ça comme un reproche, ou comme un certain compliment. « Je t'ai dit que je détestais cet endroit. A Los Angeles, c'était pas comme ça. Orphelin ou pas, j'aurais gardé mes amis et tu n'aurais pas eu à me faire surveiller. Tu savais vers quoi tu m'emmenais, que j'avais pas forcément besoin de ça, mais sous prétexte que ce soit pour mon bien, tu l'as fais quand même... Alors que j'aurais été mieux en restant là-bas. Et toi aussi. Tu avais ton boulot et la carrière que tu voulais, ici tout est plus compliqué. Mais je sais pas pourquoi tu veux qu'on reste ici. S'il te plait, dis pas que c'est pour moi comme chaque fois car je te supplierais de revenir d'où on vient, sinon. » Il tenta de se reprendre un peu, pour rien au monde il ne voulait lui faire mal en disant quelque chose de déplacé qu'il pourrait penser sur le moment même. « Si je voulais pas discuter de ce qui se passait au lycée, c'est parce-que je savais que rien ne changerait. Que ça ne sers à rien de le faire. Tu me dis toujours que notre vie est ici à présent. C'est ce que tu as décidé. Je sais que tu as voulu bien faire, mais si tu veux encore faire quelque chose de bien, tu peux dire à Tim de surveiller quelques autres élèves aussi. Y'a pas que moi qui ai besoin d'être pisté pour éviter des ennuis. Et y'a pas de raisons pour qu'il y ai que moi qui profite de traitements de faveurs. Mais bon, je t'apprends rien, après tout, tu sais comment ça se passe au lycée, c'est vrai. » Jackson détestait les injustices, et c'est vrai qu'il avait été témoin de bon nombre d'entre elles à McKinley. Si sa soeur pensait à raison qu'il avait besoin d'aides, elle savait également que d'autres étaient dans le même cas. Alors, pourquoi ne pas faire pareil pour eux? Ne serait ce même qu'une seule fois... « Tu peux me dire ce qu'il y a de bien à être ici? Une raison pour toi et une raison pour moi... Parce que j'ai beau chercher, je trouve pas... » Il croisa son regard un instant avant de le détourner pour passer ses nerfs sur sa rondelle d'ananas qu'il termina de couper en morceaux, bien que sous l'énervement qu'il ressentait et sur son sentiment de frustration, un fraction de seconde de distraction avait suffi à ce qu'il s'entaille un doigt de sa lame. Immédiatement, il jura intérieurement contre lui même, abandonna ce qu'il faisait et alla passer sa main sous l'eau froide pour stopper l'écoulement et ne pu s'empêcher d'être encore un peu plus énervé contre lui même sur le moment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OXY ∞ Home sweet home.
Age : 24 ans
Occupation : Détective à la Police de Lima
Humeur : Enfin heureuse
Statut : En couple avec Keegan
Etoiles : 2957

Piece of Me
Chanson préférée du moment : death cab for cutie ; transatlanticism
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
OXY ∞ Home sweet home.
MessageSujet: Re: 06. Oxanna Prescott - She's like the light in my life   Mar 5 Fév - 10:48

Assumer ses responsabilités et surtout, ses propos tout autant que ses actes était une chose importante pour Oxanna Prescott. Son père ne l’avait pas élevée à fuir les problèmes quand ils se présentaient, ni à éviter les obstacles que la vie mettait en travers de son chemin en prétendant qu’ils étaient inexistants. Depuis son plus jeune âge, la blondinette se montrait franche, droite, parfois un peu trop rentre-dedans, mais c’était sa personnalité et elle ne changerait pour rien au monde. Lorsque les mots dépassaient sa pensée, elle savait s’excuser. Quand ils blessaient involontairement, elle demandait encore pardon. Toutefois, il était hors de question pour elle de simplement les retirer et tant pis si la personne en face n’était pas d’accord, ou lui en voulait pour son manque de tact. Oxy avait appris à ne plus s’en offusquer, depuis le temps. Toutefois en cet instant précis, son estomac se nouait d’angoisse face à la réaction de Jackson. Ce que les autres pensaient d’elle ne lui importait que peu, mais les choses étaient différentes avec son demi-frère. Elle l’aimait, plus que tout au monde, et ne supporterait pas qu’il lui en veuille pour s’être montrée sincère, alors qu’elle lui expliquait la présence de Tim à chaque détour de couloir. Elle ne pouvait vraiment plus garder ça pour elle. Oxanna avait la fâcheuse impression de lui mentir à chaque fois qu’elle croisait son regard. D’aucuns aurait pu parler d’un petit mensonge par omission. Mais la blondinette détestait ce mot qui, à ses yeux, n’était rien de plus qu’une excuse de lâche. Elle allait sûrement regretter d’avoir abordé le sujet ce soir. L’ambiance était pourtant détendue, et Oxy adorait cuisiner en compagnie de Jax. Mais tant pis. C’était devenu insupportable, comme un poids lui compressant la poitrine, qu’il était vraiment indispensable de retirer. Maintenant que les mots étaient sortis, se frayant un chemin jusqu’aux oreilles de Jackson, sa demi-sœur attendait, silencieuse, dissimulant tant bien que mal la peur qui l’assaillait de toutes parts.

Jackson ne fronça pas les sourcils, du moins, pas tout de suite. Il se contenta de lui répondre une phrase bien sentie. Son ton était neutre mais Oxanna pouvait presque deviner sa frustration. Il n’avait pas tort et elle en était parfaitement consciente. Si les choses allaient trop loin au lycée, Jackson refusant toujours de lui parler, alors elle utiliserait ses connaissances sur place pour découvrir les petits malins qui s’amusaient à faire de sa vie un enfer. Et elle ne mettrait pas longtemps avant de leur renvoyer l’ascenseur. Oxy eut toutefois du mal à entendre ce genre d’accusations de la part de Jax et se contenta de baisser le regard, presque honteuse. Car dans le fond, si elle se trouvait à la place de son frère, et son père à sa place à elle, la blondinette n’aurait absolument pas accepté une telle situation. Elle n’aurait pas voulu que John Prescott se mêle de ce qui ne le regardait pas. Ceci étant dit, à l’âge de Jackson, elle avait un gros avantage sur lui : une personnalité bien plus agressive, à même de faire payer au centuple le moindre slushy qu’on lui balançait au visage. Lui, nouveau à Lima et orphelin de surcroît, ne faisait pas le poids face aux terreurs de McKinley.
Jax continua sur sa lancée, lâchant tout ce qu’il avait sur le cœur depuis leur déménagement. Il expliqua combien il aimait Los Angeles, que cet endroit était sa maison, tout ce qu’il avait toujours connu, qu’il y avait ses amis et son école. Lorsqu’il prononça le « sous prétexte que », Oxanna eut beaucoup de mal à ne pas réagir. Il avait tort, il avait foncièrement tort. Pensait-il vraiment qu’elle avait voulu imposer cela pour une autre raison ? A fortiori une raison qui n’avait rien à voir avec lui ? Comment en était-il arrivé à ça ? Elle serra les poings, se retenant de le secouer et de lui répéter, encore et encore – jusqu’à ce qu’il comprenne enfin – que depuis la mort de ses parents, elle ne pensait plus qu’à lui. Lui, et toujours lui. Elle se levait le matin pour Jackson. Elle réfléchissait à ses mots, à ses actes, pour Jackson. Elle songeait à quitter le FBI, qui la mettait trop en danger, pour Jackson. Elle respirait pour Jackson. Elle vivait pour Jackson. Dire qu’il doutait encore que leur nouvelle vie à Lima soit pour son bien, pour qu’il puisse se reconstruire…

Et comme à son habitude, son petit frère, toujours altruiste, évoqua les autres lycéens. Timothy devrait s’occuper d’eux aussi et pas seulement de Jackson. Il ne voulait pas d’un traitement de faveur, il voulait qu’on le laisse se débrouiller comme les autres ou alors qu’ils aient le droit à la même considération. Oxanna retint un sourire. Il l’étonnerait toujours. Ils étaient en pleine discussion sérieuse sur les chamboulements de leur existence et il fallait qu’il s’inquiète pour ses camarades. Elle le savait comme ça, c’était d’ailleurs l’un des traits qu’elle aimait le plus chez lui, seulement, pas à ce point. Finalement, Oxy soupira. Là-dessus, il avait raison, même si ça ne lui plaisait pas. Que faire ? Dire à Tim de ne plus le surveiller et le laisser seul face aux remarques acerbes et autres ennuis ? Ignorer sa demande quitte à ce qu’il le remarque et lui en veuille encore davantage ? Oxanna ne savait pas si elle était prête à ce que Jackson la déteste pour le protéger, surtout en sachant qu’il y aurait peut-être d’autres solutions. Elle devrait y réfléchir, et à tête reposée. En attendant, elle ouvrit la bouche pour répondre à la dernière question de Jackson, bien décidée à le convaincre. Mais avant qu’elle n’ait pu prononcer un mot, son demi-frère se coupa. Aussitôt, il se rendit vers l’évier et laissa l’eau froide couler sur son doigt. Silencieusement, Oxanna rejoignit la salle de bains pour revenir une poignée de secondes plus tard, une trousse de secours dans les mains. Déposant celle-ci sur le plan de travail, elle l’ouvrit et s’empara du désinfectant. Doucement, elle attrapa le poignet de Jackson, espérant qu’il se laisserait faire malgré son état de nerfs plutôt avancé – elle le lisait sur l’expression crispée de son visage. La douleur de la coupure n’était rien comparée à l’agacement causé par leur discussion.

« Tu ne le vois pas encore, mais la bonne raison, en ce qui te concerne, est ton bien-être, » commença-t-elle à expliquer, alors qu’elle s’occupait de sa plaie, passant le produit à l’aide d’un coton aussi délicatement que possible. « Je ne te reconnaissais plus, là-bas. Tu te renfermais un peu plus chaque jour, et je ne savais pas comment faire pour que tu souffres moins. Et puis, je me suis finalement dit qu’un changement d’atmosphère te serait bénéfique. Qu’il te permettrait de recommencer sur de nouvelles bases, en quelque sorte. J’ai conscience que ça a été dur, de te séparer de tes amis ainsi que de tes repères. Mais je ne pense pas que rester à Los Angeles, où le moindre coin de rue te rappelle un souvenir avec tes parents, eût été mieux pour toi. » Elle posa le désinfectant et s’empara du bandage pour le découper. « Je ne te dis pas de les oublier, tu t’en doutes bien, Jackson. C’est juste que… te reconstruire sera moins difficile ici. On vient à peine d’arriver, c’est normal que tu ne te sentes pas encore à ta place. Mais tu verras, très bientôt, tu apprendras à aimer Lima. » Elle esquissa un petit sourire encourageant. « Et puis, désormais, je ne suis plus la seule membre de ta famille à proximité. John était très impatient de te rencontrer. » Oxanna enroula doucement le tissu blanc autour du doigt de Jackson. Lorsqu’elle eut terminé, elle posa ses mains sur les épaules de son demi-frère et plongea son regard dans le sien, avant de pousser un soupir. « Je sais que je ne suis pas parfaite, Jax. Je vais probablement te décevoir ou t’agacer un bon bout de temps encore en prenant, parfois, les mauvaises décisions, ou des bonnes qui ne te plairont pas. Mais il y a une chose que je refuse catégoriquement te voir remettre en question. Tu veux connaître ma raison de vouloir déménager à Lima ? C’est toi, Jackson. Pour ton bonheur à toi. Il faut que tu me fasses confiance quand je te dis que venir habiter ici était la meilleure solution. Accroche-toi à ça, jusqu’à ce que tu cesses d’en douter. » A nouveau, elle ne le quitta pas des yeux, espérant transmettre toute sa sincérité dans son regard mais surtout, voir de la compréhension dans celui de l’adolescent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 06. Oxanna Prescott - She's like the light in my life   

Revenir en haut Aller en bas
 

06. Oxanna Prescott - She's like the light in my life

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 5
-