Choriste du mois


Partagez | 
 

 06. You, me, and some gossips (plus a bottle of wine) [McAllistair's]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 06. You, me, and some gossips (plus a bottle of wine) [McAllistair's]   Dim 30 Déc - 17:31

Chaque jour semblait encore plus difficile que le précédant, contrairement à ce que Santana avait pu penser. Après la rupture, après les cris et les insultes, après avoir quitté Brittany et Aaron, un Liam endormi au creux des bras, après avoir pleuré à s'en faire mal durant une nuit entière, après avoir erré le lendemain, l'air hagard, Santana s'était dit que la douleur qui semblait irradier de son cœur à l'intégralité de son corps allait finir par passer. Elle s'était lourdement trompée. Elle avait les lèvres en sang à trop les mordre pour ne pas pleurer. Les cernes qui soulignaient ses yeux rougis résistaient à toute tentative de camouflage. Elle avait mal à la gorge à force de retenir les sanglots qui secouaient sa poitrine et elle n'avait pas mangé plus de trois pommes depuis quatre jours. Le soir qui avait suivi la dispute, la jeune femme avait réussi à convaincre Anna de garder Liam et Santana s'était réfugiée dans la petite maison aux allures de squat que ses parents n'utilisaient plus depuis de nombreuses années. Elle s'était assise sur le sol crasseux, entre un vieux carton plein de poussière et des planches de bois entassées de façon périlleuse, ruinant sa jolie robe blanche qui lui avait coûté des mois d'économie, cette robe qu'elle s'était offerte pour plaire à Aaron. Et, tandis que les larmes roulaient librement sur son visage dénué de maquillage, elle avait ouvert la bouteille de vodka bas de gamme qu'elle s'était procurée quelques heures auparavant et avait passé la nuit à boire et à pleurer, hurlant de temps en temps, se servant de tous les objets à sa disposition afin d'exprimer la colère et la tristesse qu'elle éprouvait. Elle avait naïvement pensé qu'une nuit seule à laisser exprimer ses émotions suffirait pour oublier la douleur et aller de l'avant. Elle n'était pas une fille fragile qui se laissait dépérir à cause d'une relation qui avait mal tourné. Elle était forte, volontaire, une battante, elle se sortirait de cet état de deuil aussi vite qu'elle y était rentrée. Sauf qu'elle était bien plus faible que ce qu'elle avait imaginé.

Elle essayait de faire bonne figure, elle se maquillait avec soin, souriait, plaisantait comme elle avait l'habitude de le faire. Elle taquinait ses collègues, critiquait ses colocataires, mais personne ne semblait dupe. On lui jetait des regards intrigués voire compatissants et les plus courageux lui demandaient si elle allait bien. Elle ne disait rien, à personne. Elle évitait les questions comme la peste. Même Liam semblait réaliser que quelque chose n'allait pas : il ne râlait plus quand elle mettait trop de temps à faire son biberon, se contentant de la fixer de ses grands yeux expressifs. Il posait sa petite main sur la joue de sa mère avant de nicher sa tête dans le cou de Santana. C'est dans ces moments là que la jeune femme avait le plus envie de pleurer. Elle se rendait compte que Liam était tout ce qui lui restait. Elle venait de perdre sa meilleure amie et celui qu'elle considérait comme le pilier de sa vie chaotique. Quinn était trop occupée avec Beth et sa grossesse, et Santana ne se voyait pas craquer devant n'importe quelle autre personne. Alors elle avait pris sur elle. Elle pleurait la nuit, quand tout le monde dormait. Elle avait cessé de se forcer à manger, se nourrissant exclusivement de fruits et de barres de chocolat. Et elle tentait d'ignorer du mieux qu'elle le pouvait la douleur qui oppressait sa poitrine en permanence et les larmes qui emplissaient ses yeux dès qu'elle tombait sur quelque chose qui lui faisait penser à Aaron, ou dès qu'elle composait le numéro de Brittany par habitude.

Santana devait se reprendre en main, même si cela lui semblait insurmontable. Cela faisait maintenant près de deux semaines qu'avait eu lieu la dispute, et son régime lui avait permis de perdre les kilos en trop qu'elle avait gardé après la naissance de son fils. Elle avait enfin retrouvé son corps de jeune fille et elle savait que c'était le bon moment pour donner une nouvelle chance à sa carrière de mannequin. Et qui mieux que Glenn pouvait l'aider à refaire d'elle une figure emblématique de la mode ? Santana avait enfilé son jean le plus skinny afin de montrer son tout nouveau corps sans avoir à y faire référence et l'avait agrémenté d'un bustier Chanel, une pièce unique que la maison de mode lui avait offert pour ses vingt ans, dans lequel elle ne rentrait plus quelques semaines auparavant et qui épousait maintenant sa taille parfaite. Elle avait tiré ses cheveux en arrière et avait pris un soin tout particulier à se maquiller. Puis elle avait laisser Liam dans les bras d'une Anna visiblement peu enchantée de jouer une nouvelle fois le babysitter avant de quitter la pension. Elle se trouvait maintenant devant l'appartement de Glenn et frappa promptement. Lorsque la porte s'ouvrit, elle entra avant même d'y être invitée, s'exclamant : « Arrête tout ce que tu étais en train de faire, ta bitch préférée est là et elle a besoin de toi. » Elle déposa un baiser sur chacune des joues de son ami puis enleva son manteau qu'elle déposa sur l'accoudoir du canapé. « T'as du vin blanc ? Du Martini ? » s'enquit-elle en se dirigeant vers la cuisine, sachant pertinemment que Glenn la suivrait. Elle avait besoin d'un peu d'alcool si elle voulait tenir toute la soirée sans pleurer ni même évoquer le sujet Aaron/Brittany. Parce qu'il était hors de question qu'elle en parle. Elle voulait juste oublier, et Glenn allait l'aider à le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. You, me, and some gossips (plus a bottle of wine) [McAllistair's]   Sam 26 Jan - 2:11

Ce soir, Glenn expérimentait quelque chose dont il n'avait pas l'habitude. Il avait la flemme. Et, aussi étonnant que celui puisse paraître, il n'avait presque jamais la flemme. Il était bien trop agité de nature pour pouvoir trouver le temps de ne rien faire mais il semblait que ce soir soit une exception. Le blond avait encore un vêtement à finir et un modèle à dessiner mais il n'avait absolument aucune envie de le faire. En fait, il était très content, avachi sur son canapé, en train de zapper machinalement d'une chaîne à l'autre, perdu dans ses pensées. Parce que le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il avait pas mal de chose à penser. Même si sa vie était assez calme en ce moment, une grande inconnue persistait encore : Warren. Ou plutôt, sa relation avec Warren. Depuis ce jour où il était aller chez le policier à l'improviste, bien des choses avaient changé et le jeune homme ne savait plus vraiment où ils en étaient. Oh, la visite s'était très, très bien passé et il devait avouer qu'il avait vraiment adoré flirter avec le shérif adjoint aussi facilement. Il avait appris quelques trucs sur lui au passage et … ils s'étaient embrassés ! Et ça n'avait rien à voir avec les derniers baisers qu'il avait reçu, de tel ou tel mec dont il ne se souvenait jamais du nom. Non, ça avait été … parfait en fait. Et, pour tout dire, Glenn ne désirait que recommencer. Seulement depuis, Warren et lui ne s'était pas revu, chacun complètement overbooké pour diverses raisons. Ce qui ne les empêchait pas de s'envoyer des sms à longueur de journée (et franchement, il ne se rappelait plus de combien s'était amusant de flirter par textos interposés). Malgré tout, ce n'était pas assez pour savoir s'ils étaient presqu'ensemble, complètement ensemble ou pas du tout. Et s'il y avait un truc que Glenn détestait, c'était l'incertitude.

Ces préoccupations sur sa vie sentimentale plus le travail qui ne cessait de s'accumuler, entre la boîte et Sue Sylvester, finissait par l'épuiser. C'est pourquoi, après être rentré assez tard du boulot (en fait, ça faisait à peine une demi heure qu'il était rentré), il avait enfilé la chemise qu'il avait ''oublié'' de rendre à Warren, et qui lui servait maintenant de pyjama de cas de force majeure (vu que la chemise en question était bien trop grande pour lui), avec un short en jean super confortable, puis il s'était servit un verre de vin qu'il avait bu d'une traite avant de s'en servir un autre. Son verre à la main, il avait kidnappé un grand pot de mousse au chocolat (la seule chose, avec le fondant au chocolat, qu'il était capable de faire sans mettre le feu à sa cuisine) et s'était rendu dans le salon, bien décidé à comater devant la télévision en faisant une overdose de chocolat. Après tout, ça faisait environ deux semaines et demi qu'il était de nouveau au régime barre énergétique/redbull alors il avait bien le droit de se faire plaisir le seul soir où il n'avait pas à rester à l'atelier, à ne dormir que quelques minutes grappillées par ci par là, debout entre deux portants.

D'ailleurs, il venait de trouver un truc marrant à la TV. Il ne savait pas du tout de quoi il s'agissait et il ne pigeait absolument rien de ce qu'il voyait mais le simple fait de voir deux dindes se crêper le chignon tout en se balançant les pires vacheries concernant leur look respectifs. Ce que Glenn trouvait assez exagéré quand une des deux portait un leggins en cuir effet mouillé déchiré de partout avec un top couvert de sequin et une veste à franges tandis que l'autre s'était arrangé pour dénicher une robe bustier moulante extrêmement courte qui lui donnait l'air d'un cachalot accompagné de cuissardes jaune criard.

Il était en train de regarder la guerilla de la basse-cour, complètement sonné par la quantité d'inepties qu'il entendait à la seconde quand on frappa à la porte. Le blond s'étonna, puisqu'il n'attendait personne, avant de hausser les épaules et d'ouvrir la porte, pour tomber nez à nez avec Satan en personne. Un grand sourire se dessina sur son visage en voyant son amie, encore plus splendide que dans son souvenir, sur le pas de sa porte. Franchement, cela faisait asse longtemps qu'ils ne s'étaient pas vu. Comme d'habitude, Santana n'attendit pas d'être invitée pour entrer, reprenant immédiatement ses marques, sans oublier la bise rituelle. Avec sa verve habituelle, il répondit du tac au tac.

-Tu sais très bien que je suis toujours à ta disposition ô Satan de mon cœur, même aussi tard ! Et tu sais où trouver le vin.

Le ton était acerbe et sarcastique mais c'était comme ça que c'était entre Santana et Glenn. Ils se balançaient des piques à qui mieux mieux, et pas toujours avec la plus grande délicatesse, mais ils savaient tous les deux que ce n'était qu'un jeu entre eux. Il suivit son amie dans la cuisine où celle-ci entreprit de passer son frigo et ses placards en revue. Glenn se contenta de sortir un verre pour la brune, le sien étant toujours dans le salon, avant de reporter son attention sur elle, admirant sa tenue.

-Je dois dire que cette tenue est sublime et te met magnifiquement en valeur. Comme quoi, mes leçons ont fini par porter leurs fruits. Comme je suis fier !

Il fit mine d'écraser une larme d'émotion avant de s'agiter de nouveau, mettant de nouvelles bouteilles au frais. Il était certain que beaucoup d'alcool allait être consommé ce soir là, comme c'était presque toujours le cas avec Santana. Ou Madeleine. Bref. Ils n'étaient pas connu pour leur modération à toute épreuve. Saisissant la bouteille de Chardonnay bien fraîche qu'il avait entamé un peu plus tôt, il empli le verre de son amie avant de se diriger de nouveau vers le salon.

-Que ce soit pour échanger des ragots ou pour parler de trucs sérieux, on sera de toute façon mieux sur le canapé. Quoi de neuf d'ailleurs ? Et comment va le bout'chou ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. You, me, and some gossips (plus a bottle of wine) [McAllistair's]   Dim 10 Mar - 18:37

Ce que Santana aimait tout particulièrement concernant son amitié avec Glenn, c'était qu'aucun d'eux ne s’embarrassaient de formalités ou civilités polies pour s'adresser à l'autre et chacun d'eux savait user de leur goût pour la critique facile et de leur talent pour les remarques acerbes en sachant pertinemment qu'ils ne se blesseraient pas mutuellement. Glenn était la seule personne avec laquelle Santana pouvait ne pas mâcher ses mots, et elle savait que son ami ne s'offusquerait pas de ses réflexions comme le feraient la plupart des gens qu'elle connaissait. Plutôt que de se vexer et la traiter de méchante, Glenn se contenterait de lui jeter au visage une remarque tout aussi bien sentie. Ce fut pour cette raison que la jeune femme lui adressa son sourire le plus sarcastique à l'évocation de son surnom de toujours, Satan, avant d'ouvrir un à un les placards de son ami. Elle en sortit bien vite un paquet de gâteaux secs qu'elle ne mangerait probablement pas, mais il fallait bien qu'elle sorte victorieuse de ce petit combat avec la cuisine de Glenn qui – sans aucune surprise – connaissait un rangement qui défiait toute logique, comme le prouvait la moutarde trônant presque fièrement près du pot beurre de cacahouète qui, après vérification, était vide. Un nouveau sourire sourire éclaira les traits de la jeune femme suite aux paroles de son ami – cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas tant sourit en si peu de temps – et elle laissa claquer la porte du placard avant de faire un tour sur elle-même. Elle posa une main sur sa hanche et marcha lentement vers Glenn, ses anciennes habitudes apprises en Europe sur les défilés revenant avec une facilité déconcertante, lui prouvant ainsi qu'elle n'était pas si rouillée que ça, après tout. Elle s'arrêta devant son ami qui refermait le frigidaire, une bouteille à la main. « Je sais, je sais, je suis complètement hot, si belle que tu te demandes si tu n'es pas en train de rêver. » Elle se pencha vers lui, un sourire mutin aux lèvres. Elle le laissa remplir son verre et s'élança à sa suite lorsqu'il quitta la pièce. Bien vite, une grimace étendit les lèvres de la jeune femme et elle attendit que Glenn lui fasse face avant d'ajouter, ignorant ses questions : « Par contre, McAllistair, c'est quoi cette tenue ?! Je ne sais pas trop si tu es parfaitement habillé pour être la star d'un char de la Gay Pride ou si tu avais dans l'idée de devenir SDF. » Elle laissa son regard descendre le long de la chemise informe jusqu'au short en jean que même elle n'oserait porter avant de reposer son attention sur le visage de son ami. Une moue dubitative étirait sa bouche lorsqu'elle ajouta : « Tu peux m'en parler, tu sais ? Tu n'as pas besoin de te faire du mal en portant des immondices. Je suis là pour toi. »

Elle prit un air dramatique tout en se laissant choir sur le canapé. Elle prit soin de boire une gorgée de vin – qui était parfaitement frais – avant de répondre aux questions de Glenn. « J'ai connu mieux, mais je n'ai pas spécialement envie de m'étendre sur le sujet. Si on pouvait oublier l'espace d'une soirée que j'ai un fils qui m'attend à la maison, ce serait également parfait. J'ai besoin de ton aide. » Elle fit un geste de la main pour qu'il se rapproche, comme si elle s'apprêtait à lui confier le secret de l'univers. Mais elle se contenta de finir son verre avant d'arracher la bouteille des mains de Glenn. Le verre manqua presque de se renverser mais Santana était, par expérience, habile face à ce genre de situation, et elle but une grande gorgée avant de rire doucement. « Ce vin est une tuerie. J'oublie toujours à quel point tu es le meilleur bar de la ville. » Santana arrivait presque à oublier le drame qui avait eu lieu quelques semaines auparavant. La douleur tapie dans sa poitrine était toujours présente, insidieuse, et elle savait qu'elle ne la délogerait pas de sitôt. Mais Santana était persuadée que la présence de Glenn pouvait lui être bénéfique. Il lui offrirait autant d'alcool qu'elle le souhaiterait et bien vite ils en viendraient à parler de gossips et leur mauvaise langue respective les amuserait tous les deux. Santana savait qu'elle était venue pour une raison bien précise, mais le mannequina pouvait bien attendre un peu. Cela faisait bien trop longtemps qu'elle n'avait pas vu Glenn, et elle avait besoin de sa dose de bitchiness. Surtout en ce moment. « Dis-moi tout ! » s'écria-t-elle. « Je veux tout savoir. Tout ce que j'ai manqué, tous ces secrets honteux que tu caches. Tout tout tout. Fais-moi rêver, donne moi de quoi me moquer jusqu'à la fin des temps. » Santana s'adossa confortablement contre le dossier du canapé et attendit patiemment tout en sirotant son vin. Elle espérait que, sans le savoir, Glenn la sortirait de ces idées noires qui la poursuivaient sans relâche depuis deux semaines.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. You, me, and some gossips (plus a bottle of wine) [McAllistair's]   Jeu 27 Juin - 3:19

Santana et Glenn avait été au lycée ensemble lorsque les McAllistair était revenu à Lima mais ils ne s'étaient jamais vraiment parler à cette époque. Santana était en lice pour devenir la nouvelle Queen B du lycée et lui même était en disgrâce auprès des cheerios après un malheureux incident à la cantine qui avait finit en bataille de nourriture. De plus, Glenn était assez en marge, ni populaire, ni loser, se maintenant entre les deux, marginal sans vraiment l'être. Ce n'était que des années plus tard, à Paris qu'ils avaient vraiment sympathiser. Ils fréquentaient le même milieu et s'était mutuellement reconnu comme expatriés de Lima, Ohio. Et puis, ils partageaient le même goût pour les commérages et les remarques désobligeantes et s'amusaient à assassiner oralement toute personne osant leur porter préjudice. Ils leur arrivait même de participer aux mêmes fêtes, s'amusant à faire tourner en bourrique tous les mecs qui s'y trouvaient, étant bien assez à eux deux pour pouvoir le faire. Ils s'étaient donc considérablement rapprochés, gardant contact même une fois que Glenn se fut de nouveau envolé, à la découverte des capitales mondiales de la mode. Une fois revenu à Lima, ils s'étaient de nouveau retrouvés et le blond avait découvert l'existence du petit Liam qui promettait d'être exactement comme sa mère. Pour le plus grand bonheur de Glenn !

En attendant, l'heure n'était pas aux souvenirs mais aux commérages et surtout, au bitchage. C'était un art, oui un art, dans lequel ils excellaient tous les deux au point qu'ils ne communiquaient entre eux que de cette façon. C'était quelque chose que Glenn adorait. Même s'il ne se gênait jamais pour dire à quiconque ce qu'il pensait au moment où il le pensait, sans vraiment se soucier de blesser son interlocuteur et sans jamais réfléchir aux conséquences. Une des seules formes de sport que Glenn maitrisait était la course et ce n'était pas pour rien. Il y avait eu des moments où la fuite était la seule solution pour ne pas se faire assassiner inopinément par une foule en colère armée de fourches et de torche … okay il exagérait mais l'idée était là. Il tira la langue à Santana lorsque celle-ci critiqua sa tenue. Oui, il n'était pas aussi chic que d'habitude mais il avait bien le droit de faire une pause dans le glamour de temps en temps. On ne pouvait pas avoir l'air parfait tout le temps, c'était impossible même pour lui.

-Je te signale ma belle que c'est un cas exceptionnel. J'ai pas arrêter de bosser ces deux dernières semaines et crois moi, j'avais besoin de laisser la perfection de beauté. C'était soit ça, soit l'urticaire. Et on sait tous ce que je pense des boutons.

Glenn hocha la tête quand elle lui parla de Liam. Il sentit là un certain malaise, après tout il la connaissait assez pour pouvoir deviner certaines choses à son propos. Mais il sentait aussi que ce n'était pas le moment d'en parler et qu'elle était là pour une distraction ou quelque chose dans le genre. En tout cas, Glenn était tout à fait prêt à lui fournir ce dont elle avait besoin. Il avait son lot de choses à dire après tout et il savait que ce qu'il allait lui révéler la ferai réagir. Il ne savait pas comment, les voies de Satan étant impénétrables, mais il n'avait pas de doute quant à l'effet que cela allait faire. Et puis, il avait lui aussi besoin d'en parler, de parler de Warren et de ce qu'il s'était passé (et de ce qui ne s'était PAS passé). Même si c'était lui qui avait pris les devants à chaque fois, depuis la première arrestation, il lui arrivait de douter. Et une bonne séance de commérage sur l'adjoint du shérif était surement salvateur ! Et puis il voulait lui parler de ce que la maison où il travaillait voulait faire et des discussions à propos d'un voyage d'affaires à Paris.

-Un peu que ce vin est une tuerie ! Si tu savais le prix qu'il a payer, je pense que la personne à qui je l'ai piqué, sans faire exprès, doit encore pleurer dessus. D'ailleurs, en parlant de vin, il faudra que tu goutes à mon Tropitini ! J'ai mélangé tous les fonds de jus qui me restait avec du martini blanc. C'était PAR-FAIT !

Tout en parlant, ils s'assirent sur le canapé, Santana contre le dossier, Glenn tourné vers elle, un coude sur le dossier et les jambes croisés. Une position un peu bizarre comme le jeune homme en avait l'habitude. Un silence s'installa pendant que le blond rassemblait ses pensées. Il vida son verre d'un trait avant de se resservir, savourant le goût si particulier du vin.

-Mes secrets les plus honteux, tu commences fort Satan. Et bien déjà, tu vois cette chemise que je porte, et que je te demanderai de ne plus dénigrer je te rappelle que je connais l'existence d'un certain pyjama, bref, cette chemise appartient … au shérif adjoint de Lima, en personne ! Et je te jure que je n'ai pas développé une obsession bizarre et que je l'ai volé; C'est lui qui me l'a donné. Je sais plus si je t'avais parler du flic qui m'arrêtait tout le temps. Le beau blond hyper sexy ? Et bien j'ai décidé de passer à l'offensive et crois moi, il était [i]plus[i] que réceptif … Mais avant d'aller plus loin, si tu me donnais les dernières nouvelles de ta vie et de la pension ? Ça fait quelques temps que je n'y suis pas passé. Avec le gala et le défilé qui se profilent et ce projet qu'on me propose … D'ailleurs, si tu es gentille ET que tu m'honores comme je le mérite, il se pourrait que j'arrive à te dégoter un petit Yves Saint Laurent ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 06. You, me, and some gossips (plus a bottle of wine) [McAllistair's]   

Revenir en haut Aller en bas
 

06. You, me, and some gossips (plus a bottle of wine) [McAllistair's]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 6
-