Choriste du mois


Partagez | 
 

 06. We are the voices of the underground

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sunny Palmer
MODO ; We are young
So let's set the world on fire
Age : 18 ans
Occupation : Modératrice à mes heures perdues
Humeur : Curieuse
Statut : Aussi célibataire qu'un surimi perdu dans l'océan
Etoiles : 3212

Piece of Me
Chanson préférée du moment :
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
06. We are the voices of the underground Empty
MessageSujet: 06. We are the voices of the underground   06. We are the voices of the underground EmptyLun 11 Fév - 17:15

La chaleur étouffante qui avait accueillie Sunny ce matin-là, lorsqu'elle avait accompagnée sa mère faire quelques courses, avait curieusement mis la blonde d'excellente humeur. Tout le monde transpirait à grosses gouttes, se plaignait de la brûlure du soleil et se traînait lamentablement, mais Sunny avait retrouvé sa bonne humeur, à présent que les examens étaient passés. Il ne restait plus que quelques semaines de cours avant les grandes vacances, et ils étaient nombreux à sécher. D'ailleurs, Sunny avait allègrement profité de la permission de ses parents pour faire l'impasse sur ses cours de math de la matinée, pour n'aller qu'à ses cours de l'après-midi, et cela avait contribué à la rendre joyeuse. Ses boucles blondes remontés en un vague chignon qui laissait échapper plusieurs mèches qui encadraient son visage, Sunny était descendue de la voiture de sa mère en début d'après-midi, le sourire aux lèvres. D'ordinaire, elle venait elle-même au lycée, que ce soit en empruntant la voiture de l'un de ses parents, ou en bus scolaire -beurk-, mais aujourd'hui, elle avait fi de l'opinion qu'aurait ses camarades à son sujet, et s'était laissée conduire. La fenêtre ouverte et la brise jouant dans ses cheveux, Sunny avait chanté pour accompagner la chanson qui passait à la radio, tout en s'empressant de la télécharger sur son téléphone pour pouvoir la réécouter à loisir. En foulant l'herbe de la pelouse qui bordait l'entrée de McKinley pour rejoindre l'entrée de l'établissement, Sunny avait ses écouteurs aux oreilles, portée par « Locked out of heaven » de Bruno Mars. Il faisait vraiment très chaud, et les Cheerios avaient élues domicile sur la pelouse pour se faire bronzer en piaillant bêtement, mais même ce spectacle affligeant ne parvint pas à entacher la bonne humeur de Sunny, qui passa près d'elle sans leur jeter un regard. Elle-même espérait bien prendre quelques couleurs durant l'été, et elle avait elle aussi cédé à l'appel des tenues courtes et légères. En jupe courte, sandales à talons compensés et petit haut à bretelles, elle avait tout de la lycéenne populaire, et pourtant, elle était bien loin de l'être. Personne ne se précipita pour lui ouvrir la porte lorsqu'elle gravit les marches pour entrer dans le couloir principal, personne n'accourut en l'interpellant avec joie. Habituée à la solitude, Sunny en avait pourtant quelque peu souffert cette année, plus que d'habitude. Mais elle était pourtant parvenue à se faire quelques amis, lui faisant penser que ses camarades ne se ressemblaient pas tous, au final. Malheureusement, la plupart d'entre eux quittaient le lycée, comme Gigi, qui allait cruellement lui manquer tant elles étaient devenues proches, et Jamie, avec qui elle s'entendait tellement bien qu'elle avait parfois l'impression que la barrière de leur différence sexuelle avait été largement dépassé. Jamie était comme un frère pour elle, qui était fille unique, et par moment, elle avait l'impression que Jamie la prenait un peu pour un pote que pour une amie avec des seins. C'était assez plaisant, et ils allaient beaucoup, beaucoup lui manquer.

Indifférente au bruit qui régnait dans le couloir, ses écouteurs vissés aux oreilles, Sunny rejoignit son casier dans lequel elle récupéra ses affaires, bien qu'elle sache que c'était plus ou moins inutile, et se hâta vers la salle de classe où devait avoir lieu son cours... pour tomber sur une note expliquant que la leçon aurait lieu sur le terrain de sport. Déjà, quelques retardataires, comme elle, tournaient les talons pour se diriger vers l'extérieur, et Sunny les suivit. Il n'était pas rare qu'à cette époque de l'année, les professeurs laissent les élèves les plus jeunes et qui n'avaient pas de dossier d'université à remplir, profiter du soleil pendant qu'ils ouvraient un débat sur un roman qu'ils avaient étudiaient, par exemple, et Sunny approuvait totalement ce genre de méthode. Elle retrouva le soleil avec plaisir, et s'installa à l'écart de ses camarades, alors que leur professeur distribuait des bouteilles d'eau pour tout le monde, et brandissait un exemplaire d'un roman dont Sunny ne parvint pas à lire le titre, de là où elle se trouvait. Conscient que peu d'élèves l'écouterait, le professeur se lança dans un long monologue, et seuls quelques élèves s'intéressèrent à ce qu'il disait. Les seules choses que Sunny retint, c'est qu'il s'agissait d'un roman de Maxime Chattam, et plongeant le nez vers son téléphone, la blonde s'empressa de fouiller sur le net pour en découvrir plus à ce sujet.
Un main se tendit pour saisir un de ses écouteurs et l'arracher de son oreille, la faisant sursauter. « Et elle écoute quoi la fouine ? » Forcément, il fallait que deux brutes sans cervelles choisissent aujourd'hui pour venir lui gâcher sa bonne humeur. « Rien que tu ne sois en mesure d'apprécier. » asséna-t-elle sèchement en récupérant son écouteur d'un mouvement vif, et elle s'écarta du duo à la tête creuse qui ricanaient, le front couvert de sueur et puant la transpiration. Mais dans son mouvement, elle ne vit pas qu'elle s'apprêtait à se rasseoir sur un autre élève, et au moment où elle se baissait, sa hanche percuta la cuisse de l'élève en question, et elle se recula prestement. « Ah, pardon! » souffla-t-elle, confuse, mais sans même relever la tête, et elle se contenta de poser ses fesses sur l'herbe, de tendre les jambes devant elle et se remettre son écouteur, le nez baissé vers l'écran de son téléphone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
06. We are the voices of the underground Empty
MessageSujet: Re: 06. We are the voices of the underground   06. We are the voices of the underground EmptyMer 13 Fév - 19:21

Plus les semaines passaient et moins Gabriel éprouvait l'envie de se rendre au lycée. Les examens avaient tous eu lieu et le jeune garçon avait bien du mal à comprendre l'intérêt d'aller en cours pour revoir des choses qu'ils avaient étudié durant l'année ou commencer à attaquer le programme de la future rentrée. Gabriel avait eu des résultats plutôt moyens dans la plupart des disciplines, ayant pourtant révisé comme un forcené pour s'assurer la moyenne, et son cerveau avait emmagasiné tellement de données qu'il n'y avait plus la place pour une seule information, et certainement pas au sujet d'un livre qu'il ne lirait jamais et dont il n'avait que faire. Il retint un soupir agacé tandis qu'il s'asseyait sur le sol, prenant soin de mettre une distance respectable entre lui et ses camarades. L'idée de faire cours au milieu du terrain de sport ne l'enchantait guerre. Déjà parce, la saison de football étant terminée depuis de bonnes semaines, il n'avait pas remis les pieds sur le stade par pur choix personnel. Il ne pratiquait pas ce sport pour le plaisir – même s'il ne détestait pas faire partie des Titans – et s'éloigner de l'année harassante qu'il avait vécu durant la période sportive était la seule chose qu'il voulait. Son corps était encore marqué de quelques bleus, trophées reçus lors de leur dernier entrainement, et Gabriel voulait à présent savourer le fait qu'il rentrait chez lui sans avoir l'impression d'être entré en collision avec un camion. De plus, sa relation avec le soleil n'était pas des plus amicale, et passer une heure et demi en plein milieu d'un terrain de football sans une once d'ombre à l'horizon lui assurait, sans aucun doute, une migraine dont il aurait bien du mal à se séparer. Gabriel se maudit silencieusement pour avoir laisser sa casquette dans le coffre de sa voiture, et à la place il glissa la capuche de son sweat sur sa tête, se moquant bien de ce que les autres élèves pouvaient penser de son geste curieusement en inadéquation avec la canicule. Il préférait avoir l'air ridicule plutôt que de supporter les railleries de son père qui se ferait un malin plaisir d'évoquer sa petite santé lorsqu'il le verrait prendre un Advil pour faire passer la douleur.

Gabriel s'installa le plus confortablement qu'il put, croisant ses jambes en tailleur avant de sortir son carnet de croquis et un crayon à papier de son sac. Il fouilla durant quelques minutes avant de jurer entre ses dents lorsqu'il réalisa qu'il avait également oublié son iPod. Tant pis, il n'aurait qu'à tenter de faire abstraction de la voix monotone de son professeur et des gloussements insupportables de ses comparses féminines. Il ouvrit le cahier à une nouvelle page immaculé et laissa glisser le crayon sur la feuille tout en mordillant inconsciemment le cordon de son hoodie. Bientôt, les voix autour de lui ne furent qu'un simple murmure lointain et il se laissa glisser dans une quisa étude familière, sa main se mouvant habillement sur le carnet. Il n'avait pas dessiné depuis près de deux semaines, ne trouvant pas le temps entre les examens et les révisions. Une joie indescriptible prit possession de lui, ses gestes devenant naturels et précis. Il espérait tout de même que personne n'aurait l'idée de le regarder. Il avait réussi à garder sa passion pour le dessin secrète, mis à part Louise personne n'était au courant de son petit passe-temps et il tenait à ce que cette situation ne change pas. Bien vite, le dessin commença à prendre forme : les visages prenaient vie sous son crayons, les corps apparaissaient progressivement, et Gabriel ne s'arrêta pas un seul instant pour tenter de visualiser les personnes qu'il était en train de dessiner. Peu importait si les détails n'étaient pas exacts, aucune des cheerleaders présentes sur son croquis ne viendrait lui en tenir rigueur, de toute façon.

Il s'apprêtait à parfaire la chevelure d'une des cheerios quand la voix d'un de ses camarades de football s'éleva jusqu'à lui, brisant sa bulle de sérénité. Gabriel releva la tête, cherchant du regard d'où venait les rires gras et stupides, quand ses yeux se posèrent sur des cheveux blonds et une main qui récupérait rageusement son écouteur des doigts du footballeur. Gabriel plissa les yeux et attendit, près à aller défendre la jeune fille si ses deux camarades, comme à leur habitude, en venaient à devenir lourd et insistant. Mais la jeune fille se redressa avant de s'éloigner du petit groupe, et Gabriel retourna à son croquis. Il eut à peine le temps de se saisir de son crayon lorsque quelqu'un entra en collision avec sa cuisse, frôlant sa main qui glissa sur la feuille, laissant derrière elle un trait grossier et très certainement irrécupérable. Le jeune homme redressa la tête, prêt à lancer une remarque bien sentie à celui qui venait de gâcher son dessin, mais il s'arrêta net, la bouche légèrement entrouverte et l'insulte restant bloqué dans sa gorge lorsqu'il réalisa qu'il s'agissait de la fille de tout à l'heure. Celle-ci s'excusa à peine, plongeant les yeux dans l'écran de son téléphone. Gabriel fronça les sourcils. Il était persuadé de l'avoir déjà vu. Bien vite, les souvenirs refirent surface. « Sunny, c'est ça ? » dit-il le plus silencieusement possible. « Tu te souv... » Gabriel s'arrêta, réalisant qu'avec sa musique au creux des oreilles la jeune fille n'avait à priori pas réalisé qu'il lui parlait. Gabriel sentit ses joues se colorer légèrement et il s'éclaircit la gorge avant d'effleurer du bout de ses doigts l'épaules de sa camarade. « Hey. » murmura-t-il en lui adressant un signe de la main qu'il savait complètement ridicule, et il résista difficilement à l'envie de cacher son visage, honteux de sa propre maladresse. Il se contenta de sourire probablement bêtement tout en cachant avec le plus de discrétion possible son carnet de dessins, espérant que Sunny ne l'ai pas remarqué avant qu'il ne le glisse sous sa cuisse.
Revenir en haut Aller en bas
Sunny Palmer
MODO ; We are young
So let's set the world on fire
Age : 18 ans
Occupation : Modératrice à mes heures perdues
Humeur : Curieuse
Statut : Aussi célibataire qu'un surimi perdu dans l'océan
Etoiles : 3212

Piece of Me
Chanson préférée du moment :
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
06. We are the voices of the underground Empty
MessageSujet: Re: 06. We are the voices of the underground   06. We are the voices of the underground EmptySam 16 Fév - 13:49

L'intervention des deux sportifs n'était même pas parvenue à entamer la bonne humeur de Sunny, qui était bien décidée à profiter du temps radieux et de l'approche des vacances. Qu'importe si elle était entourée de gros débiles en manque de neurones, le soleil brillait, il faisait chaud, et elle n'était pas coincée dans une petite salle mal aérée. Et surtout, elle avait l'habitude, malheureusement, de subir les taquineries fort peu subtiles de ses chers camarades. Ils se croyaient drôles, les pauvres, mais Sunny n'avait que du mépris à leur offrir, et encore, aujourd'hui ils n'en étaient même pas dignes. C'est pourquoi elle avait choisi de s'éloigner, plutôt que de s'engager dans une joute verbale à laquelle les deux footballeurs n'auraient de toutes façons rien compris. Qu'ils se trouvent quelqu'un d'autre à ennuyer, aujourd'hui, Sunny voulait juste savourer cette belle journée. Maintenant qu'elle était à nouveau installée sur l'herbe, les rayons du soleil caressant sa peau et faisant briller sa blonde chevelure, elle se sentait un peu mieux que ces derniers jours, qu'elle avait passé enfermée dans une morosité et une certaine déprime. Mais l'approche des vacances en aurait réjoui plus d'un, et Sunny était de ceux-là. Ses doigts glissant sur l'écran tactile de son téléphone, elle parcourait le site web de l'auteur dont leur professeur de littérature avait choisi de leur parler aujourd'hui. Ses romans étaient pour la plupart des policiers, et Sunny hésita un moment, avant de télécharger la version ebook directement vers sa boite mail. Elle n'aurait qu'à les installer sur sa tablette pour les lire à loisir un peu plus tard. Cela lui rappela l'inspecteur qu'elle avait débusqué, en train de l'espionner, quelques mois auparavant. Comme il le lui avait expliqué, il avait entendu parler d'elle, elle ignorait comment d'ailleurs, et s'était montré plus qu’intéressé par le talent indéniable de Sunny pour fouiner. A tel point qu'il lui avait proposé un stage d'été au poste de police, ce qui avait d'ailleurs bien fait rire Sunny. Elle voulait devenir journaliste, pas enquêtrice. Mais elle avait depuis pris le temps d'y réfléchir, et aujourd'hui, elle se demandait si elle ne devait pas profiter de l'opportunité qui s'offrait à elle. De toutes façons, elle n'avait pas grand chose de prévu pour l'été.

Les paroles de « This is the New Year » résonnant dans ses écouteurs la coupant du monde, c'est à peine si elle s'intéressait à ses camarades, qui pour la plupart, étaient plongés dans des conversations qui ne devaient être que futiles, alors que d'autres, comme elle, profitaient du soleil pour faire la sieste. C'était là tout le plaisir d'aller au lycée durant les dernières semaines : outre le beau temps, les professeurs se souciaient peu de savoir qui les écoutaient. Ils étaient déjà bien heureux de voir que certains assistaient à leurs « cours » et qu'ils n'étaient donc pas venus pour rien. Seuls les élèves de dernière année, qui préparaient leur entrée à l'université et se devaient d'avoir un dossier scolaire irréprochable, gardaient leur sérieux. Sunny les plaignait. De loin, mais elle les plaignait. Une main vint alors lui effleurer l'épaule, et Sunny se retourna d'un bloc, persuadée qu'elle avait à nouveau affaire à un footballeur qui l'aurait choisie pour tester ses techniques de drague. Les sourcils froncés et les lèvres pincées, son regard se posa alors sur un sportif, en effet, mais qui lui souriait timidement, et elle se détendit alors. D'un mouvement, elle ôta ses écouteurs, et haussa un sourcil interrogateur. « Oui ? »

Elle réalisa alors qu'elle s'était plus ou moins laissé tomber sur celui qui, peu de temps auparavant, l'avait tiré d'un très mauvais pas. Alors qu'elle s'était faufilée dans les vestiaires, à la recherche de photos compromettantes piochées dans le téléphone d'un mec un peu trop infidèle, elle avait manqué se retrouver prise au piège avec l'équipe des Titans au grand complet, et Dieu seul sait ce qu'ils auraient fait subir à celle qui prenait un malin plaisir à leur pourrir la vie à grands coups d'articles dénonciateurs et de vérités qui font mal. Mais Gabriel avait été le premier à tomber sur elle, et il n'avait pas hésité une seule seconde : il lui avait permis de se dissimuler dans un vieux placard. Un placard moisi et si malodorant qu'ils avaient bien cru mourir d’asphyxie, mais l'intention était là, et sans son intervention, Sunny en était consciente, elle s'en serait très mal tirée. La jeune journaliste était tout de même très reconnaissante envers le jeune homme. Maintenant qu'elle l'avait reconnue, elle lui adressa un franc sourire. « Tiens, salut. Je ne t'avais même pas remarqué. » Elle replia ses jambes sur le côté, délaissant son téléphone dont elle enroula les écouteurs, et se pencha vers Gabriel. « Excuse-moi de m'être laissée tomber sur toi. Je ne t'avais pas vu. J'essayais de m'éloigner de la bêtise humaine. » Et d'un mouvement de la tête, elle désigna les deux footballeurs qui jetaient des mottes de terre sur les premiers de la classe, sagement assis près du professeur, en riant d'un air stupide. Sunny secoua la tête d'un air navré en les contemplant, avant de reposer les yeux sur Gabriel. « Je ne crois pas t'avoir remercié pour l'autre jour. C'était très aimable de ta part. » Sunny eut un sourire. « Et c'était drôle. » ajouta-t-elle en repensant au fou rire qui les avait secoué pendant de longues minutes, après qu'ils aient réalisés à quel point le placard dans lequel ils étaient dissimulés sentait mauvais. D'un nouveau mouvement du menton, Sunny désigna le carnet à croquis que Gabriel dissimulait sous ses jambes. « Tu fais quoi? » voulut-elle savoir avec curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
06. We are the voices of the underground Empty
MessageSujet: Re: 06. We are the voices of the underground   06. We are the voices of the underground Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

06. We are the voices of the underground

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 6
-