Choriste du mois


Partagez | 
 

 06. Of roommate, litterature and friendship [McAllistair's]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 06. Of roommate, litterature and friendship [McAllistair's]   Sam 2 Mar - 17:49

En ce moment, la vie de Glenn était, comme qui dirait, sans dessus-dessous. Entre son boulot, Warren et surtout son boulot, il n'avait plus le temps de rien, surtout que le fait d'habiter seul commençait à lui peser aussi bien à cause du loyer qui avait augmenter que de la solitude. Le blond n'avait pas souvent vécu seul et il n'était pas vraiment fait pour ça. Il était quelqu'un de sociable qui avait besoin d'être entouré. C'est donc pour ces deux raisons qu'il avait publié une annonce dans le journal afin de trouver un colocataire digne de ce nom. Franchement, il ne voyait pas de meilleurs solutions. Tous ses amis avaient leur propre chez eux et il ne connaissait personne ayant besoin d'un logement en ce moment, donc il ne restait plus que l'option d'un inconnu. Ce qui ne dérangeait pas du tout Glenn, loin de là. Après tout, il n'y avait rien de mal à rencontrer d'autre gens, bien au contraire, et c'était une chose qu'il adorait faire. Et qui savait, peut-être qu'il allait rencontré une personne formidables ? Et c'était exactement ce qu'il s'était passé même si ça avait plutôt mal commencé.

Le jour J, une tripotée de candidats potentiels s'étaient amener jusque chez lui, causant un énorme bordel et pas mal de plaintes de la part de ses voisins. Parce qu'évidemment, il n'avait absolument rien prévu ou organisé, ayant complètement oublié de le faire, sans compter que c'était la première fois qu'il faisait ce genre de choses. Il avait quand même réussit à maitriser tout ce beau monde et à faire passer les auditions. Enfin, il ne savait pas le vrai nom de ce genre de chose mais pour lui, tout ce pataquès ressemblait énormément à un casting. D'ailleurs, il s'était beaucoup amusé à torturer psychologiquement les gens qui venaient le voir et il comprenait mieux à présent pourquoi les juges des télé-crochets adoraient démolir leurs candidats. Cela avait un côté extrêmement drôle et cathartiques. Malheureusement, même s'il s'amusait follement, la personne idéale qu'il recherchait ne montrait pas le bout de son nez. Certains arrivaient très près de cet idéal mais il manquait toujours un petit quelque chose. Après tout, ils allaient habiter ensemble alors il fallait bien qu'ils puissent s'entendre au mieux et ce pour un laps de temps assez longs. Et personne ne semblaity correspondre !

C'était alors que son tour était arrivé. Glenn l'a reconnue tout de suite, depuis leur première rencontre lors de la conférence sur le Portrait de Dorian Gray qui s'était terminée avec le brune et lui-même dehors après avoir été virer, pour avoir exprimer leurs opinions, autrement plus justes que celles des autres. Ah, elle était belle la liberté d'expression et le respect du premier amendement ! Quoiqu'il en soit, ils s'étaient parler un peu plus avant de se séparer, se disant surement qu'ils ne se reverrait jamais. Pourtant, ils s'étaient bien revu, encore une fois à une conférence sauf que cette fois leurs avis avaient été différent, ne rendant le débat que plus intéressant. Après ça, c'était comme si ils faisaient exprès de se croiser dans tous les évènements littéraires de la ville, plus nombreux que ce qu'on pouvait bien croire. Parfois ils partageaient le même point de vue, parfois non mais leurs conversations étaient toujours intéressantes. Ils se parlaient toujours facilement et ils ne leur était jamais venu à l'idée d'échanger leurs noms. Aussi fut-il très surpris en découvrant qui était Lynn Sawyer. Et avec elle, l'audition s'était très bien passé et elle était devenu sa colocataire. Et aujourd'hui, c'était le jour de son emménagement. Glenn attendait sa venue avec impatience et était même préparé à l'aider à monter des trucs et à défaire de carton, ce qu'il détestait faire en temps normal.

Il attendait depuis des heures et était presque sur le point de se ronger les ongles (!!!) quand enfin l'interphone sonna. Glenn répondit rapidement puis ouvrit la porte lorsque le coup de sonnette retentit. Lynn était devant lui, tout sourire. Il l'invita à entrer en lui retournant son sourire.

-Salut Lynn ! J'étais impatient de te voir ! J'espère que tu te plairas ici, en tout cas, je sens qu'on ne va pas s'ennuyer !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
Age : vingt-quatre ans • née le vingt-et-un décembre.
Occupation : a travaillé pendant cinq ans au hummel's garage. vient de demander des congés d'un ans pour aller étudier à new york la littérature. elle vient juste de passer son 'bac' en candidat libre. a étudié deux ans à new york. vient de se faire transférer à l'université de lima pour terminer son cursus. littérature, option cinéma. elle a fait quelques stages dans un journal en tant que pigiste.
Humeur : motivée pour avancer et prendre un nouveau départ (encore). in the end everything will be okay; if it's not okay, it's not the end.
Statut : célibataire depuis peu.
Etoiles : 1070

Piece of Me
Chanson préférée du moment : astronaut • simple plan
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
MessageSujet: Re: 06. Of roommate, litterature and friendship [McAllistair's]   Sam 23 Mar - 8:03

La décision de passer son examen de fin de lycée avait été la décision la plus difficile que Lynn ait eu à prendre. Enfin la plus difficile... L'une des décisions les plus difficiles de sa vie jusqu'à présent. Elle avait beaucoup réfléchit car se remettre à étudier voulait dire passer moins de temps au garage et par conséquent être payée beaucoup moins. Elle qui n'avait jamais été très brillante au lycée, elle se doutait qu'elle avait beaucoup de travail à faire pour se remettre à niveau et ensuite poursuivre son apprentissage jusqu'au jour J. D'ailleurs si elle n'avait pas rencontré Louise, une amie qui était autrefois une petite qu'elle gardait pendant que ses parents travaillaient, par hasard dans Lima et qu'elle lui avait proposé de faire des séances de révisions ensemble, elle ne savait pas si elle aurait tenu le chox et le rythme. Elle savait qu'elle aurait peut être du arrêter de travailler complètement pour se consacrer à 100% à l'examen mais l'arrêt complet du travail aurait voulu dire qu'elle avait un toit gratuit au dessus de sa tête. Ce qui n'était pas du tout le cas en ce moment. Son collocataire était parti un an avant, la laissant seule pour payer le loyer et finir le mois devenait de plus en plus dur pour la jeune New Yorkaise de vingt-trois ans. Maintenant qu'en plus elle ne travaillait qu'à mi-temps, survivre était casiment impossible. C'était le coeur un peu serré de ne pas avoir trouvé d'autre collocataire, que Lynn avait pris une autre décision : se trouver un logement moins cher. N'ayant pas non plus beaucoup de temps à consacrer à ses recherches, et n'ayant plus internet chez elle pour économiser le prix de la ligne, Lynn avait cherché dans les journaux locaux et les petites annonces. Sélectionnant plusieurs annonces qui avaient l'air correctes, Lynn avait commencé les visites mais aucun ne voulaient de son dossier - qui fallait l'avouer vu sa situation n'était pas très bon.

Un peu désespérée, Lynn avait été - très peu convaincue par l'issue - à une dernière visite. Qu'elle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle reconnu le propriétaire. Malgré le fait qu'ils ne se connaissaient pas énormément - à vrai dire elle ne connaissait même pas son prénom jusqu'à présent - et qu'ils n'étaient pas forcément toujours du même avis sur tout, Lynn appréciait beaucoup le jeune homme qui avait un vrai dialogue et un vrai avis littéraire, ce qu'elle admirait étant elle même une grande lectrice. L'audition (si on peut appeler ça comme ça) s'était très bien passée et malgré sa situation précaire, Glenn avait semblé vouloir lui donner une chance. Il ne le savait peut être pas encore (bon elle lui avait dit plusieurs fois) mais elle lui en devait une (voir deux ou trois) et elle espérait un jour pouvoir lui revaloir ça. Ils avaient convenu d'une date d'emménagement qui était après la fin des examen de la jeune fille - déjà qu'elle avait pris une journée off pour faire les visites, elle ne voulait pas se mettre encore plus en retard.

Le stress des examen et le relâchement du lendemain avaient fait que la miss s'était mise en retard dans ses cartons. C'était difficile de quitter et d'emballer les souvenirs qu'on avait pu accumuler pendant cinq ans dans un petit appartement. De plus, c'était l'une des rares "maisons" où Lynn s'était sentie chez elle pendant si longtemps. Elle savait que la suite allait probablement être aussi sympathique que là mais elle avait ce pincement au coeur qui la fit rester à contempler son appartement vide pendant quelques minutes encore avant de fermer définitivement la porte et de se rendre avec ses affaires chez Glenn, enfin, chez son nouveau chez elle. Glenn lui ouvrit la porte avec un sourire qu'elle fit aussi. « - Hey ! Je suis désolée j'ai eu du mal à fermer tous mes cartons ! C'est fou ce qu'on accumule en quelques années. Je ne pensait pas avoir autant d'affaires. » Elle ajouta d'un ton rapide pour ne pas lui faire peur. « Y en a beaucoup qui sont partis à la poubelle je te rassure ! ». Elle posa son premier carton au sol dans un coin. « Je peux poser ça là ? ». Elle fit une pause avant de lui répondre. « Je dois t'avouer que j'étais un peu impatiente de déménager aussi. Je te remercie encore une fois de... de m'avoir choisie si on peut dire. » Elle rigola légèrement parce qu'elle n'aimait pas trop ce terme mais il se prêtait bien à la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. Of roommate, litterature and friendship [McAllistair's]   Dim 30 Juin - 16:18

Ce n'était pas la première fois que Glenn avait une colocataire. En fait, lorsqu'il était revenu à Lima après sa vie effrénée à travers le monde, il avait retrouver Edena et son fils et avait emménager avec elle dans cet appartement. Ils étaient restés ainsi pendant un ou deux an avant que la jeune femme ne décide de s'en aller, pour se rapprocher de sa famille. Glenn s'était donc retrouvé seul tout d'un coup, à devoir payer l'intégralité du loyer. Dans la mesure où il gagnait bien sa vie, sans parler d'un partie de son héritage dont il pouvait disposé, cela ne lui avait pas causé plus de problème que la réduction de son budjet shopping, ce qui n'était pas plus mal. Il avait plutôt bien aimé sa vie en solitaire. Il pouvait se promener nu s'il en avait envie et, en fait, faire ce qu'il voulait sans rendre de compte à personne. Non pas qu'il le faisait même en présence d'autrui mais c'était le principe. Il n'avait aucun problème de loyer, s'entendait plutôt bien avec ses voisins qui avaient maintenant l'habitude de sa folie douce et semblaient s'amuser de ses frasques, voire le trouver adorable (selon les dires de Mr et Mme Johnson, ses voisins de palier qu'il aidait occasionnellement -et qui lui avait plus d'une fois prêter leur extincteur après un essai culinaire foireux de Glenn). En clair, Glenn n'avait pas besoin d'un colocataire, quel qu'il soit, étant parfaitement capable de se débrouiller seul pour le loyer, les charges etc. Non, ce n'était pas pour une raison matérielle qu'il s'était décidé à passer l'annonce dans le journal, c'était simplement parce qu'il s'ennuyait tout seul et qu'il trouvait son appartement trop grand pour une seule personne. Surtout quand l'appartement en question pouvait accueillir deux autres adultes sans aucun problème. Il en avait simplement assez d'être tout seul et c'était dit qu'avec un peu de chance il se trouverait un colocataire sympa. Comme il avait été naïf. Le jour où il avait reçu les candidats resterait à jamais graver dans sa mémoire comme le jour où il avait rencontré la fange la plus bizarre des habitants de Lima, Ohio. Il désespérait de ne jamais trouver la personne idéale quand Lynn était apparue, telle l'ange de la miséricorde. Il ne connaissait pas encore son nom à l'époque, et elle ne le savait surement pas, mais dès qu'il l'avait vu il avait su qu'elle serait sa colocataire. Il savait qu'avec elle tout se passerait comme sur des roulettes et au moins, ils pourraient avoir des conversations intéressantes.

A peine eut-il ouvert la porte et laisser entrer Lynn qu'il sut que la jeune femme était nerveuse. C'était compréhensible dans la mesure où elle renonçait à ce qu'elle connaissait et se lançait dans l'inconnu sans filet. Glenn avait expérimenté ce sentiment un nombre incalculable de fois, parfois de son propre fait d'autre fois non, et même lui avait été nerveux quelques fois, alors que ce n'était pas du tout dans sa nature. Il était plutôt du genre à accepter ce qui lui arrivait tout en s'imposant suffisamment pour tout tourner à son avantage. Il écouta Lynn qui lui parlait de son déménagement.

-Oh tu n'étais pas obligé de jeter quoique ce soit. C'est chez toi maintenant, tu fais ce que tu veux … et puis ce n'est pas moi qui vais te juger. Quand il s'agit de déménager, j'engage toujours des professionnels sinon je perds tout.

Ce qui était vrai. Glenn ayant une notion tout à fait personnelle du rangement et du tri, il n'était pas rare que les objets les plus incongru se retrouvent ranger ensemble sans raison particulière. Comme pour les limites de vitesse, le blond ne considérait l'organisation que comme une méthode, une suggestion, pas vraiment efficace mais qui était là pour laisser une porte de secours aux indécis. Oui, il avait une vision particulière de la vie. Mais bon c'était ce qui faisait son charme, enfin il voulait bien le croire. Lynn déposa son carton par terre puis le remercia, une énième fois de l'avoir accepter. Glenn sourit et secoua la tête.

-C'est moi qui devrait te remercier pour m'avoir libérer de la bande de ploucs qui a répondu à mon annonce. Franchement, j'étais à deux doigts de m'arracher les cheveux et ça ne m'arrive jamais d'habitude ! Bref, tu as d'autres cartons ? Je vais t'aider à les monter puis on boira un verre et on discutera un peu. A moins que tu veuilles visiter l'appart encore une fois et t'installer ?

Le naturel revenant au galop, le blond s'était remis à parler trop vite utilisant parfois ses mains, et était déjà presque sur le palier, prêt à aller chercher le reste des cartons. Il avait hâte d'en finir avec ça pour passer aux réjouissances, à savoir, une belle bouteille de vin et un toast aux nouveaux colocataires.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 06. Of roommate, litterature and friendship [McAllistair's]   

Revenir en haut Aller en bas
 

06. Of roommate, litterature and friendship [McAllistair's]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 6
-