Choriste du mois


Partagez | 
 

 02. I know what you did last Thursday

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 02. I know what you did last Thursday   Mar 6 Aoû - 22:31

La porte du bâtiment principal claqua derrière Norah avec un peu plus de force que prévu, ce qui fit légèrement sursauter la jeune femme et amusa la bande d’élèves nonchalamment installés près de là.
Certainement des dernière année à en croire l'assurance toute arrogante qu'ils se permettaient d'afficher. Ils la détaillèrent en riant, trop heureux de déceler chez un professeur une trace de faiblesse et Norah sentit le regard des garçons glisser sur ses jambes nues tandis qu'elle les dépassait pour rejoindre le parking.
Elle n’accéléra pas le pas et se contenta de les regarder d'un air narquois. Elle n'arrivait pas d'une des banlieues les plus difficiles de Cleveland pour se laisser impressionner par une bande d'adolescents atteints du syndrome des hormones en folie. Ceux-là étaient d'ailleurs bien plus inoffensifs que les gaillards qui jouaient avec ses frères quand elle était petite et qui n'auraient jamais ose dire un mot plus haut que l'autre devant elle. Ils avaient bien tenté quelques allusions lorsque ses formes s’étaient arrondies mais s’étaient heurtés à l’indifférence de la jeune femme et à l’hostilité de sa fratrie.
Norah dégageait depuis toute petite une forme d’autorité qui laissait souvent ses interlocuteurs circonspects. Elle n’était pas de celles qui se vantaient d'en savoir plus que d'autres, n'affichait pas sa réussite avec ostentation mais son calme et son assurance manifestes forçaient le respect. Elle avait compris très tôt qu'elle cumulait les atouts mais qu'on lui ferait sans doute payer cher d’être à la fois belle et intelligente, c'est pour cela qu'elle refusait les compromis, et continuait de porter ses tailleurs sexys et ses talons en classe tout en dissertant avec passion sur les difficultés du prétérit. Ses collègues de travail s'en offensaient d'abord toujours un peu puis finissaient par s'habituer, et si ce n’était pas le cas, et bien la jeune femme ne le remarquait même plus. Elle se disait quelque part que ses deux emplois reflétaient finalement parfaitement la complexité de la femme qu'elle était et que c’était sans doute pour cela qu'elle avait autant de mal à décrocher du strip-tease, outre la sécurité financière à laquelle elle s’était habituée et qui demeurait de toute façon indispensable à la survie de sa famille.

Rajustant son sac sur son épaule, elle atteint le centre du parking et repéra une collègue à qui elle adressa un petit signe affectueux. C'est en se décalant pour éviter une voiture immatriculée "QUEEN C" qui démarrait en trombes qu'elle remarqua l'ambulance.
Surprise, Norah fronça les sourcils. Elle trouvait étrange qu'elle soit garée de ce coté de McKinley puisque c’était d'ordinaire près du gymnase que les paramédics s’affairaient, victimes du zèle d’athlètes sous-entrainés  ou de celui des cheerios un peu trop désireuses d'impressionner le quaterback. La petite brune n'avait pourtant pas eu l'impression d'un affolement dans les couloirs et était donc étonnée de constater qu'un accident ait eu lieu sans qu'elle s'en aperçoive.
Incapable de résister à la curiosité, elle se rapprocha doucement.

Elle réalisa bien vite que l'attroupement autour du véhicule se dispersait. Un ambulancier refermait les portes sur une civière vide, ce qui indiquait que le départ était imminent et que manifestement, la situation n’était pas si grave, ou tout du moins résolue. L'homme tourna la tête vers elle et son regard gris-vert la transperça.
Il fallu quelques secondes à Norah pour le reconnaitre et identifier cette impression de familiarité qui l'envahissait. C'est quand il lui sourit, rendant improbable toute possibilité d’échapper à la rencontre, que la jeune femme fit la connexion.

Lima, le Cabaret, un jeudi quelques semaines plus tôt. Des bris de verre et un peu plus d’affolement que d'ordinaire. Dominic, le videur, essayait de contenir un client visiblement bien trop éméché pour comprendre que cela ne le dispensait pas de respecter les distances de sécurité obligatoires avec les danseuses. La cheville de Norah avait pris un coup dans la bousculade et elle attendait que les secours appelés en renfort prennent le temps de jeter un coup d’œil.
Une main bronzée se saisit de son pied avec délicatesse et un regard gris-vert chaleureux se posa sur elle.


Deux choix s'offraient maintenant à Norah : sourire et aborder le secouriste ou bien se détourner et poursuivre son chemin comme si de rien n’était. L'air avenant de l'homme lui indiquait déjà qu'il fallait qu'elle se décide vite et elle tenta immédiatement de bifurquer derrière une voiture. Sans succès.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. I know what you did last Thursday   Mer 7 Aoû - 12:57

Ignorant les regards curieux des élèves et du personnel du lycée, Keegan s’affaira à ranger l’équipement qu’ils avaient utilisé pour leur intervention. Lorsqu’un coup d’œil attentif lui assura que tout était en place, il se retourna et sourit aux badauds qui s’étaient attroupés et qui se dispersèrent rapidement en comprenant que rien de plus intéressant ne se dérouleraient sous leurs yeux. Il put alors sauter au bas du véhicule et refermer derrière lui. Il ne lui restait plus qu’à attendre sa coéquipière, restée en retrait pour arranger les derniers détails avec l’infirmière de WMHS.

Il fut surpris de trouver une distraction bienvenue sous la forme d’une jeune métisse connue. Encore nouveau à Lima, il connaissait peu de monde mais oubliait difficilement un visage, fut-il celui d’un patient, qu’il soit outrageusement maquillé, mutilé ou déformé par la douleur.

    En retrait de la foule, assourdi malgré tout par la musique du cabaret, Key s’accroupit auprès d’une danseuse à la peau mate et lui sourit. « J’ai entendu dire que talons aiguilles et bousculades ne faisaient pas bon ménage… Laissez-moi jeter un coup d’œil à cette cheville, ok ? » Manipulant délicatement l’articulation, il l’interrogea patiemment sur la douleur que cela entrainait.

Ce fut automatique, il lui sourit, désireux d’apaiser un caractère qu’il savait… farouche. Sa fuite ne le surprit pas plus que cela et il réagit promptement. Il avait assez de temps devant lui et était d’assez bonne humeur pour essayer d’amadouer un félin sauvage. Allongeant le bras, il l’attrapa par le poignet et tira un petit coup, la saccade étant suffisante pour la déstabiliser et l’arrêter. Il glissa un bras autour de sa taille pour l’aider à garder son équilibre avant de se dégager complètement et de la relâcher.

« Est-ce que vous tenteriez de m’éviter ? » lui demanda-t-il avec humour, les yeux pétillants d’amusement malgré tout.  Il ne pensait pas avoir à prendre l’hostilité – ou tout du moins la froideur – de la jeune danseuse comme un affront personnel. Mais, sait-on jamais… « Devrais-je m’en offenser ? » Il s’appuya contre la voiture derrière laquelle elle venait d’essayer de disparaître et croisa les bras devant lui non pas pour renforcer sa carrure naturellement impressionnante et mettre en avant ses biceps (quoi que c’était un effet secondaire qui ne pouvait jamais le desservir), mais pour indiquer subtilement que ses mains n’iraient pas se balader ou que ce soit de manière impromptue.

Il pencha la tête, fouillant dans ses souvenirs. Malgré le tailleur, particulièrement flatteur, elle restait inimitable et facilement remarquable. « Norah… C’est cela ? »

     « Vous pouvez m’appeler Key, » lui avait-il dit pour tenter d’effacer une partie de cette tension qu’il ressentait sous ses doigts expérimentés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. I know what you did last Thursday   Jeu 8 Aoû - 22:46

Norah grimaça sous l’étreinte des doigts du secouriste et ne put s’empêcher de lâcher un sifflement de douleur.
"C'est là que ça fait mal" lui precisa-t-elle tandis qu'il l'interrogeait du regard en continuant de manipuler sa cheville.
Essayant de concentrer son attention sur autre chose, elle parcourut le club du regard. Le show devait continuer malgré l'accident et certaines de ses partenaires s'agitaient encore sur une table réservée pour un groupe un peu plus loin... Une pression supplémentaire sur son pied la fit baisser les yeux et croiser à nouveau ceux de Key.
"Est-ce qu'elle est foulée ?"


Lorsque sa fuite fut interrompue par l'intervention de l'ambulancier, Norah éprouva un grand sentiment d'impuissance. Elle ne se sentait pas souvent mise en danger, préservant farouchement son jardin secret et sa double activité, et elle n’hésitait pas a mentir ou à couper tout lien avec ceux qui se posaient trop de questions. Mais l'homme qui la retenait par le poignet l'avait presque vue dans le plus simple appareil et avait soigné sa cheville dans un lieu qui ne laissait aucune place à l’équivoque.
Elle frissonna presque lorsque ses mains enserrèrent sa taille et il lui fallut quelques secondes pour retrouver ses esprits et sa contenance lorsqu'il la relâcha.
Massant son poignet, plus par réflexe que pour pallier à une quelconque douleur, elle leva enfin les yeux vers lui et ne décela dans son regard ni curiosité déplacée ni jugement de valeur. Simplement une étincelle d'amusement et une franche sympathie.

Je voulais éviter la voiture, commença Norah. Et peut être vous aussi par la même occasion, poursuivit-elle avec une once d'ironie dans la voix.
Elle dévisageait maintenant franchement son interlocuteur et apprécia sans rien dire son physique athlétique et rassurant. Si c’était pour porter secours à "une" élève qu'il avait été appelé, Norah n'imaginait que trop combien la jeune fille avait du se réjouir. Et s'il s'agissait d'"un" élève... Et bien pourvu qu'il ait été gay !
Sans doute par mimétisme ou peut être par provocation, elle croisa les bras à son tour et demanda d'un air de défi :

-Et moi, devrais-je m'offenser du fait que vous me poursuiviez dans un parking sans raison ?

Elle le regarda la jauger à son tour et se retint de tressaillir en l'entendant l'appeler par son prénom.
Sans la douceur de son attitude, elle aurait fichu le camp depuis cinq bonnes minutes, pensant avoir à faire a un stalker ou à un prétendant zélé.

-C'est ça,
soupira-t-elle à contrecœur, Key...

"Je voudrais essayer de marcher" enchaina la jeune femme sans attendre la réponse du professionnel. Elle tenta de se lever mais se trouva rassise de force par des mains d'acier. Elle foudroya le paramédic du regard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. I know what you did last Thursday   Mar 20 Aoû - 19:54

    Le sifflement de douleur de sa patiente lors de ses manipulations confirma à Keegan une entorse. Il adoucit sa prise et suréleva le pied de la jeune danseuse en glissant son genou sous son mollet. « Oui, vous avez une légère entorse. Rien de grave, vous avez encore une bonne mobilité, mais votre cheville ne va probablement pas tarder à gonfler. » D’une main, il ouvrit le sac de premiers secours qu’il avait déposé à ses côtés et fouilla dedans. De l’autre, il appuya contre la cuisse non surélevée de la jeune femme pour l’empêcher de se relever. Insensible au regard noir que cela lui valut, il se contenta de sourire et brandir le sac de glace qu’il recherchait. « Ce serait assez masochiste de votre part, surtout avec ces talons. Croyez-moi sur parole, vous souffrirez bien assez plus tard, en attendant… » Il entoura la cheville blessée de glace, la maintint d’une main, et récupéra un bandage de l’autre, qu’il utilisa pour maintenir le sac bien en place, comprimant légèrement sans forcer. « Ce n’est pas trop serré ? » s’enquit-il. L’objectif c’était de supporter les ligaments et empêcher un gonflement excessif, pas de couper la circulation du sang…


« You hurt me, » dit-il sur un ton léger, en posant une main sur le cœur. Il était rassuré de la voir se détendre assez pour daigner lui répondre sans tourner de nouveau les talons. Et il ne devait pas l’insupporter tant que cela, si elle se souvenait de son nom… « Je suis simplement surpris de vous revoir… » C'était assez rare dans une assez grande ville comme Lima, il ne pouvait qu'en tirer profit, il aimait toujours reprendre des nouvelles de ses patients (tant qu'ils n'avaient pas été d'insupportables geignards, oui, cela sentait le vécu). « …ici, en particulier, » avoua-t-il en balayant le parking et le lycée s’élevant derrière du regard. Non pas qu’il avait de quelconques préjugés sous-entendant qu’une danseuse de cabaret ne pouvait pas se promener sur le parking d’un lycée mais… euh… enfin, disons que c’était assez surprenant quoi, ce n’était pas le genre d’endroit où il aurait cru la revoir, voilà tout. Il y avait ça et puis…

Son regard s’attarda sur la tenue de la jeune femme.  Non pas sur ce que dévoilait la jupe courte (contrairement à la plupart des adolescents les dépassant), sur le galbe des jambes mises en valeur par les talons hauts, ou sur le décolleté dévoilé par le chemisier, mais justement sur le fait qu’il s’agissait d’un chemisier et d’un tailleur tout ce qu’il y a de plus professionnellement respectable (enfin presque). « Ce tailleur vous va bien, » souligna-t-il (parce qu’après ce court blanc, mieux valait être honnête que de laisser planer le doute sur ses intentions). « Mieux que les paillettes… »

     Il releva les yeux. « Plus de danse pour ce soir, je le crains. Il vous faut du repos, de la glace, un bandage pas trop serré… » Etant accroupi aux pieds de la jeune femme qui était assise sur une chaise, Keegan releva la jambe jusqu’à ce qu’elle dépasse son épaule. Ce n’est pas la tenue légère – et pailletée – de Norah qui aurait restreint ses mouvements. « … et, de préférence, surélever votre cheville pour qu’elle soit toujours plus haut que votre cœur. Dans l’idéal, je vous déconseillerais toute activité physique intense pendant au moins 48h. »  

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. I know what you did last Thursday   Mer 9 Oct - 20:30

Norah esquissa un sourire léger devant la repartie impeccable de son interlocuteur. Elle allait même commencer à se détendre quand il remarqua en manquant de diplomatie qu'il était étonnant de la croiser là. Comprendre dans l'enceinte du lycée McKinley, et certainement dans cette tenue. Il croyait quoi, que l'établissement offrait des lapdances aux meilleurs élèves de chaque promo à la fin des semestres ? Ou qu'elle avait été convoquée par le professeur d’éducation sexuelle afin de livrer son expérience des "lieux à risques" ? Mieux encore, par le conseiller d'orientation scolaire, pour montrer l'exemple à ne pas suivre.
La jeune femme soupira avec agacement et prit appui de sa main droite sur le capot d'une voiture voisine.

-Ah bon ? Vous vous attendiez à me voir éviter les lieux réservés aux moins de 18 ans ? Ou peut-être que vous insinuez que je ne suis autorisée à me déplacer qu'en tenue légère, même le dimanche quand je sors promener mon chien ? Je ne sais pas ce que vous cherchiez "particulièrement" à mettre en lumière, mais oui, je me promène dans des lieux respectables en tenue respectable. J'y travaille même, ajouta-t-elle dans un élan de justification qu'elle regretta presque immédiatement.
Peut-être avait-elle réussi trop longtemps à tenir à l'écart les deux mondes opposés qui constituaient son quotidien pour accepter de les voir s’entremêler si facilement.

"Faites moi confiance, avec ce qui vient de se passer, il va falloir qu'ils me supplient pour que je revienne travailler avant 48h !" répondit la jeune femme tandis qu'elle regardait le paramédic terminer de s'occuper de sa foulure. Elle avait approuvé son bandage mais lorsqu'il suréleva un peu plus sa jambe, elle perdit l'équilibre même sur sa chaise et se rattrapa de justesse au bras de l'ambulancier. "Il ne manquerait plus qu'une deuxième chute..." maugréa la danseuse. Elle n'avait qu'une seule envie : quitter le cabaret au plus vite, rentrer chez elle, prendre une bonne douche chaude et se glisser entre ses draps avec un bon livre pour se remettre de ses émotions.
"Pas de radio donc ?" s'enquit-elle avec l'inquiétude de celui ou celle qui avait hâte d'en finir.


-Merci, lâcha-t-elle finalement après le compliment maladroit. J'ai cette chance là, je porte aussi bien la micro robe à paillettes que le tailleur sophistiqué. Il en faut pour tous les goûts des clients me direz-vous, termina-t-elle avec provocation.


Dernière édition par Norah Mann le Lun 28 Oct - 22:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. I know what you did last Thursday   Jeu 10 Oct - 16:35

Il y a quelques années de cela, un membre d’une délégation diplomatique souhaitant se faire mousser lui avait affirmé qu’il était bien plus facile de faire la guerre plutôt que la paix. Le lieutenant (à l’époque) lui avait répliqué, non sans mépris, qu’il n’avait clairement jamais mis le pied sur un champ de bataille. Néanmoins, avec le recul, cette pique dédaigneuse recelait une once de vérité : il était toujours plus facile d’offenser quelqu’un que d’obtenir son amitié. Et s’il l’avait oublié, Key en avait là le parfait rappel.

Il retint une grimace, se redressa légèrement et écarta les bras, mains levées, en signe d’apaisement. « D’accord, d’accord… Je ne voulais rien insinuer de tout cela. Il s’agissait uniquement de constatations. Je suis désolé si cela vous a… heurté. Ce n’était pas mon intention, » lui assura-t-il calmement. Pour avoir fait face à bien des comportements hostiles dans le cadre de ses emplois, il avait l’habitude de rester maître de lui-même pour ne pas envenimer ce genre de situations. La douleur et la peur, mais aussi l’embarras chez certaines personnes, déclenchaient souvent une réaction défensive… offensive. Apparemment, Keegan avait touché un point sensible, sans le savoir. Et quel était exactement le problème, au juste ? Il mit un peu de temps à le comprendre.

    Keegan aida la jeune danseuse à retrouver son équilibre et lui sourit, compréhensif de son besoin de quitter les lieux et d’en finir pour la soirée. « Non, pas de radio nécessaire. Si la douleur persiste ou s’aggrave dans les jours à venir, en revanche, n’hésitez pas à consulter. » Il rangea d’une main son matériel et jeta un coup d’œil par-dessus son épaule. Sa coéquipière semblait également prête à sortir de là. Il releva les yeux sur Norah en abaissant doucement sa jambe. « En attendant, avez-vous besoin  d’aide pour rentrer chez vous ? jusqu’à votre voiture, peut-être ? »


La tête inclinée, il réalisa ce qu’avait sous-entendu son interlocutrice. « Vous travaillez au lycée… » Son regard alla du superbe tailleur de Norah aux bâtiments derrière elle. Ce n’est pas le petit personnel qui aurait besoin de cette tenue. « … en tant que professeur ? » Il l’observa avec attention et fut conforté dans sa déduction. Son sourire s’agrandit, infusé d’une pointe de curiosité. « Quelle matière ? »

Devant sa méfiance persévérante, Keegan choisit de rééquilibrer le partage des informations : « Vous savez, avant d’être ambulancier, j’étais officier dans la NAVY. » Il haussa les épaules et se décolla de la voiture sur laquelle il s’était appuyé, les mains dans les poches. « La plupart des gens ont tendance à penser que quelqu’un qui a blessé… et tuer… ne peut pas aider et soigner. » Peu de choses l’agaçaient autant que ce genre de raisonnements archaïques.   Il croisa le regard de Norah tandis qu’il pesait ses mots, y influant toute son ouverture d’esprit. « Je trouve que c’est assez réducteur… pas vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. I know what you did last Thursday   Ven 1 Nov - 1:23

Ce n’était que la deuxième fois que leurs chemins se croisaient mais Norah avait parfaitement compris que Keegan était quelqu'un de bien. Sous tous rapports.
Bien dans sa peau, bien dans sa tête, bien de sa personne. Elle le regardait interagir, se mouvoir, l'avait vu se comporter de manière identique, aussi naturel et à l'aise avec elle dans deux environnements radicalement opposés, et elle n'arrivait pas à relever de points négatifs.
Il avait certes manqué un peu de délicatesse, mais à le voir se défendre si vigoureusement, la jeune femme devinait que rien de dépréciatif n'avait été intentionnellement sous-entendu.

"Euh, en fait... Je me déplace à pied" expliqua Norah, que l’absurdité de la situation faisait maintenant largement sourire. "Je n'habite pas si loin mais quelque chose me dit que ça va me prendre un peu plus de temps que d'habitude aujourd'hui. Je pourrais peut-être demander à quelqu'un de m'appeler un taxi" acheva-t-elle en se redressant et en cherchant Dominic du regard. "De toute façon, il faut que je récupère mes affaires et que j'enfile une tenue... Plus adaptée. Sauf si vous voulez être rappelé dans quelques heures pour agression sur femme seule !"
La danseuse souriait toujours malgré des appuis instable et une douleur persistante dans la cheville.
"Et en plus toute cette glace m'a donné froid" lança-t-elle en frissonnant.


-Ok, je mets ça sur le compte de la surprise. Et j'accepte ces excuses informelles.

Elle l'observait pendant qu'il la détaillait avec attention et sourit en coin quand elle comprit qu'il était arrivé à sa conclusion.

-Anglais. Littérature, grammaire et traduction le jour... La nuit vous savez déjà. Uniquement le jeudi et le samedi soir donc, le reste du temps je corrige des copies.

Norah, même si elle restait sur la défensive, avait dépassé le stade de la vexation et commençait à se détendre suffisamment pour user d'un peu d'humour.
Elle ne s'attendait cependant pas à ce que Keegan se lance à son tour dans la confession d'une "double vie".
Il en parlait avec le même calme et la même nonchalance apparents mais la jeune femme pouvait noter l'intensité de son regard, comme si l'approbation qu'il attendait allait lui conférer son statut d'alliée.

-Je crois que beaucoup de personnes ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Je ne dirais pas qu'il s'agit de la majorité de la population, mais je pense malheureusement qu'il est difficile de trouver sa place quand on n'entre pas dans les cases que les gens créent pour vous. Bon ou méchant, tuer ou soigner, se déshabiller ou faire l'appel en classe... Mais en même temps, j'étais prête à vous réduire à l'état d'enquiquineur pervers et vous m'aviez presque rangée dans la catégorie gogo-danseuse écervelée non ?

Le parking commençait à désemplir, tous les élèves ayant rejoint leur bus ou leurs voitures, et l'ambulance assurait maintenant à la discussion entre Norah et le paramédic un arrière-plan quelque peu atypique qui attirait les regards des derniers retardataires.

-Votre partenaire va finir par se demander ce que vous fabriquez non ? Vous n'avez pas de nouvelle urgence à couvrir ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. I know what you did last Thursday   Sam 9 Nov - 18:02

    Keegan hocha sagement la tête et se releva, son large sac sur une épaule. « La plupart du temps, j’aspire plutôt à ne pas revoir même le plus agréable de mes patients dans le cadre de mon travail… alors, dans le cas, d’une agression, n’en parlons même pas… » La tête inclinée et le visage expressif, on pouvait facilement lire sur son visage ce qu’il ressentait à une suggestion pareille. Il se reprit rapidement néanmoins, quand sa coéquipière l’appela, et il adressa un large sourire à Norah avant de partir. « Prenez soin de vous mademoiselle. Bonne fin de nuit. »


La manière dont Norah accepta ses excuses, avec beaucoup de fierté, ne put que le faire sourire. Il avait toujours beaucoup d’estime pour les femmes de caractère – comme sa bien-aimée Oxanna – si ce n’est un brin de méfiance lorsque s’y mêlait arrogance et suffisance. Or, et c’était tout à son honneur,  cela ne semblait pas être le cas de son interlocutrice et cela la rendait d’autant plus charmante.

Sa vivacité d’esprit n’y était pas non plus pour rien. Il se retrouva à hocher pensivement la tête lors de sa réponse. Les ‘cases’ de la société étaient bien trop étriquées  à son goût et il ne regrettait jamais de ne pas pouvoir se conformer à leurs dimensions, mais l’air en dehors pouvait parfois être… électrique. « Oui, en effet, »  dit-il, pensif. Il leva une main à sa mâchoire et en frotta la barbe naissante, tandis qu’un bref éclat de rire lui échappait. « Ecervelée… ce n’est pas le mot que j’aurais utilisé. Plutôt… farouche. »  Et à son sourire, il était facile de comprendre que ce n’était pas une insulte.

Keegan jeta un coup d’œil par-dessus son épaule pour vérifier que sa coéquipière n’était pas de retour lorsqu’elle fut mentionnée, mais en son absence il retourna son attention sur Norah avec un petit sourire moqueur : « Oh, je vois, vous voulez vous débarrasser de l’enquiquineur pervers, c’est cela ? »  Il ne l’avait pas mal pris, mais il ne manquerait pas de s’en souvenir, c’est sûr ! Ce n’est pas tous les jours qu’il recevait d’aussi jolis compliments et il pouvait déjà imaginer ce que Warren trouverait à y ajouter. Il ne le laisserait pas l’oublier, mieux valait éviter de lui raconter cette histoire !

Il inclina la tête et répondit plus sérieusement : « C’est la fin de notre service et Evelyn voulait en profiter pour voir son neveu je crois, mais vous n’avez pas tort, je ferais mieux d’aller la chercher avant que le central appelle et nous demande de restituer l’ambulance ‘dans son état d’origine’. »  Et oui, il y avait une histoire derrière ce commentaire distrait, mais c’était top secret, un secret juré sur l’honneur des ambulanciers américains ! Motus et bouche cousue ! Il adressa un dernier sourire à Norah en lui tendant la main : « Ce fut un plaisir de vous recroiser Norah. Prenez soin de vous. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. I know what you did last Thursday   Dim 24 Nov - 21:13


Heureuse de confronter ses idées à quelqu'un en mesure de les accepter et de les partager -sa vie sociale se partageant essentiellement entre ses élèves, les clients du cabaret, ou son chat, le choix ne faisait généralement pas embarras- Norah rit à son tour de bon cœur au rappel de l'appellation cliché dont la jeune femme avait affublé le paramédic.

-Ok, ok, je suis peut-être allée un peu trop loin... Je sais que vous ne m'en tiendrez pas rigueur. Et si c'est le cas et que vous voulez me réclamer des comptes... Vous savez où je travaille, et plutôt deux fois qu'une !

Replaçant son sac sur son épaule, elle échangea une poignée de mains franche et chaleureuse avec l'ambulancier.

-J'ai été ravie de vous revoir Keegan, contrairement à ce que mon comportement a pu vous faire croire. Je n'ai simplement pas l'habitude de mêler tous les... milieux auxquels j'appartiens, expliqua-t-elle en choisissant ses mots et en haussant les épaules pour bien souligner que plus qu'une question de fierté, sa maladresse était une preuve d'ignorance. Je vous souhaite bon courage pour la restitution de l'ambulance alors, et n'hésitez pas une prochaine fois que vous passez devant McKinley et qu'Evelyn souhaite apercevoir son neveu. Je serais heureuse de vous offrir un café ou toute autre boisson infecte que la salle des profs recèle... Le cabaret reste l'autre option mais cela risquerait d'accentuer votre réputation d'enquiquineur pervers ! conclut Norah dans un sourire, le coeur un peu plus léger de pouvoir partager son secret avec quelqu'un qui ne comptait ni la faire chanter, ni se servir d'elle. Peut-être que si l'ex-officier se décidait en effet à repasser elle lui en raconterait plus sur ce qui l'avait amenée à choisir cette double vie. Ce serait une première pour la jeune femme que son interlocuteur avait, à raison, qualifiée de "farouche".

Elle lui adressa un petit signe de la main en se retournant alors qu'elle se reprenait à pied le chemin de son appartement, zigzaguant pour éviter les derniers lycéens discutant près du portail, et profitant que la première vague de froid ne se soit pas encore abattue sur Lima.

"Merci pour tout" souffla Norah alors qu'une de ses partenaires lui apportait un plaid pour qu'elle se couvre avant de retrouver la chaleur des loges. Elle lui glissa dans l'oreille que son garde du corps préféré lui avait appelé un taxi et qu'il ne devrait plus tarder. L'administration ne lui compterait pas d'heures à rattraper et réglerait même son trajet, pourvu qu'elle ne fasse pas d'histoires. La jeune femme hocha la tête et se tourna une dernière fois vers Keegan. "Je serais prudente et j'éviterais les talons, la marche à pied et les agresseurs pendant une durée convenable" ne put-elle s'empêcher de glisser dans un dernier sourire à l'ambulancier. "Bonne fin de nuit à vous aussi."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 02. I know what you did last Thursday   

Revenir en haut Aller en bas
 

02. I know what you did last Thursday

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 3 :: Episode 2
-