Choriste du mois


Partagez | 
 

 02. [Ainsworth's] I'm on a hunt, I'm after you...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 02. [Ainsworth's] I'm on a hunt, I'm after you...   Mar 13 Aoû - 23:51


02.  I'm on a hunt,

I'm after you...

"Hmmm... Warren? ... Je te dérange peut être?"

À l'entente de son prénom, le blond avait légèrement redressé la tête, quelques mèches de cheveux lui tombant sur le visage. Il trouva assez d'énergie pour offrir un sourire au policier qui se tenait dans l'embrasure de sa porte avant de se demander pourquoi cette question. Oui, peut être que se tenir la tête posée sur son bureau avec ses cheveux pour le protéger du reste du monde, n'était pas la meilleure idée qui soit. Il aimait se dire que cette technique le rendait invisible et que de ce fait, personne ne pouvait le voir et encore moins le déranger. Mais bon... Cela ne marchait déjà pas quand il avait cinq ans alors cela ne risquait pas de fonctionner maintenant. Il avait tout de même le droit de rêver? Et de prier pour que toute la paperasse qui s'était accumulée sur son bureau s'envolerait d'un simple claquement de doigts. Non mais franchement, depuis quand est-ce que signer des rapports et mettre des tampons sur telle ou telle lettre s'était devenu sa vie... Depuis quand? Depuis qu'il était devenu shérif tout simplement. Et puis, c'était aussi de sa faute s'il y avait une montagne de travail assez conséquente sur son bureau. Ou plutôt de la faute de Glenn, Warren avait dû mal à avoir des horaires fixes et à ne pas se trouver des excuses pour aller voir l'autre homme depuis son retour, chose d'autant plus difficile à faire quand on savait qu'ils ne s'étaient pas vus de tout l'été. De toute façon, c'est Lima, il ne se passe jamais rien, c'était ça l'excuse préférée de Warren alors il avait retardé les choses se disant que cela ne lui prendrait que quelques minutes pour régler tout ça.

Et pourtant, quelques semaines plus tard, voilà où il en était. Il avait grimacé il y a quelques heures de cela en voyant les piles de dossiers sur son bureau et il avait failli renverser son si précieux café. Mais non, il avait avalé son café, puis un autre, avant de s'y mettre... Ou pas. Dès le premier rapport, il avait senti son esprit dériver et ses yeux se fermer. Pourquoi est-ce qu'on lui avait donné ce job déjà? Ah oui, il était censé être compétent. Peut se s'endormir en lisant les rapports municipaux, depuis quand est-ce que c'est une compétence... Excellente question. Il avait essayé de se bouger, autant mentalement que physiquement, faisant dangereusement geindre la chaise de bureau qui ne semblait pas du tout faite pour son physique. Le dossier suivant était un peu plus intéressant, plus une note de sa supérieure directe qui lui rappelait de la soirée qui allait être organisée au gymnase du lycée à l'occasion d'Halloween, comme si Warren pouvait oublier ce genre de détail. Il avait prévu de si rendre avec Glenn et dans sa tête, le blond avait déjà imaginé des milliers de scénarios où les choses se terminaient ... mal. Mais en même temps, que pensait Sue, qu'en invitant une seule des autres chorales les choses se passeraient bien? Sa supérieure directe ne pouvait pas être blonde à ce point là. Même lui n'était pas blond à ce point là. Peu importe, Matthew était là, sur le point d'entrer dans son bureau, probablement pour le sauver. Warren ne put s'empêcher de grimacer en voyant qu'il lui apportait encore un dossier. Non, c'était pour l'achever visiblement.

"On se détend." lui dit le policier qui avait remarqué l'air de son supérieur. "Ce sera sûrement plus intéressant que tout... ça."

"Ah ouais? Prouve le. Tu as trente secondes." annonça Warren en se redressant et en croisant les bras. Se croyant impressionnant, mais Matthew l'avait vu jouer au poker en utilisant des cookies comme jetons. Donc non, il n'avait plus du tout de crédibilité auprès de sa subordonnée.

L'autre policier, trop habitué à... Warren tout simplement, se contenta de rouler des yeux et reprit la parole. "Tu te souviens du cambriolage qui a eu à la galerie des Preston il y a de ça quelques semaines? Et du fait qu'il n'y a pas de caméra de surveillance et donc que ça va être très difficile de déterminer qui a bien pu faire le coup?" Le blond hocha la tête, dans une ville telle que celle ci, ce genre d'affaire ne s'oubliait pas. "Eh bien l'équipe de nuit avait relevé des empreintes plutôt fraîches sur une des portes et on a bien vérifié qu'elles n'appartiennent à aucune des deux propriétaires et..."

"Et?"

"Et je crois que ça va te plaire, elles appartiennent à un certain Timothy Ainsworth."

"Oh Matthew... Tu aurais dû commencer par ça, ça aurait été tout de suite mieux." dit Warren en se levant et en ouvrant son tiroir pour attraper son arme de service, il avait trouvé une autre excuse pour s'échapper du poste de police et ne pas faire ce qu'il devait faire. Quoi de mieux que de passer les menottes à Ainsworth? Ce n'était pas comme si depuis que Warren était policier dans la ville il avait tout fait pour lui taper sur le système. Non, et ce n'était pas comme si Warren était rancunier et qu'il se permit de griller tous les feux rouges en se dirigeant vers l'adresse indiquée... Non, cela aurait été tellement stupide...  

"Et en plus... c'est au 8ème étage." murmura Warren en descendant de sa voiture quelques minutes plus tard, s'étant garé devant l'immeuble. Oh s'il pouvait courir une vingtaine de kilomètres tous les jours, il pouvait tout à fait grimper huit étages sans broncher et dans son uniforme pas vrai? Rien était de trop quand il s'agissait de Timothy et sans être un brin essoufflé, il appuya sur la sonnerie. Il devrait peut être arrêter de sourire autant, oui, sans doute, c'était juste une journée comme les autres, et tant pis s'il avait un sourire digne d'une publicité colgate alors que la porte s'ouvrait et qu'il disait des mots qu'il avait rêvé de dire depuis longtemps.

"Timothy Ainsworth, vous êtes en état d'arrestation."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
MessageSujet: Re: 02. [Ainsworth's] I'm on a hunt, I'm after you...   Mer 4 Sep - 18:53

D'ordinaire Timothy n'était pas exactement le surveillant le plus performant de l'état. Et c'était un euphémisme, mais depuis que Mad s'était félicitée de lui montrer les prouesses de Cameron Diaz sur grand écran, il avait fini par se persuader qu'il existait véritablement pire qu'eux dans la matière et que ce film était peut-être bien un affront à leur inestimable incompétence. Mais lorsque les nuits s'écourtaient, les journées paraissaient interminables et la vision de ces adolescents beuglards ne faisait que lui taper davantage sur le système. Sue Sylvester avait encore eu une formidable idée : organiser un bal pour Halloween. Enfin organiser était un bien grand mot. Elle avait simplement imposé l'idée à Figgins qui, du haut de sa forte personnalité avait accepté, et avait laissé le soin aux autres de s'en occuper. Tim devrait surveiller, les élèves du comité d'organisation se chargeaient eux-mêmes de la déco et de la logistique tandis que sa Majesté n'avait qu'à se tourner les pouces bien tranquillement sur le trône doré qu'elle avait fait transporter jusqu'à la salle de répétition. Tim était lessivé et il priait à chacun de ses pas pour ne pas croiser l'imposante carrure de Liberty. Il la soupçonnait de l'épier quelque peu pour le réprimander sur son travail. Ou sur son manque de travail. Madeleine avait la bonne gâche, elle lui inspirait une peur bleue. Logique. Mais cette pauvre Liberty était aussi discrète qu'un éléphant dans un magasin de porcelaine. Un avantage pour Tim, qui malgré ses sens altérées par son manque de sommeil, parvenait à la repérer au détour d'un couloir.

Cette nuit encore il avait fait un cauchemar terrible. Toujours le même à vrai dire. Il courrait vêtu d'une robe bleue et blanche dans un labyrinthe, pourchassé par des cartes munies de lances. Oui, il avait puisé tout droit dans son imagination pour tous les détails. C'était tellement embarrassant qu'il prétextait seulement être insomniaque lorsqu'Anna lui demandait si tout allait bien. De toute évidence non, mais le ridicule de sa tenue n'était pas la seule raison qui l'empêchait de révéler la vérité. Tout était lié et si jamais il décidait de se confier, il y avait des chances pour qu'elle décide de rempiler à la Pension, mais cette fois il n'aurait plus aucun droit de visite. Tim ignorait de quoi son subconscient voulait véritablement le punir. D'avoir arraché une rose ou d'avoir été au mauvais endroit au mauvais moment et d'avoir creusé lui-même la tombe de sa culpabilité en refusant de passer immédiatement aux aveux ? Dans un cas comme dans l'autre il était dans l'incapacité de faire marche arrière sous peine de se passer lui-même les menottes. Et il avait la terrible impression que tous ces rêves étaient prémonitoires. A chaque reprise les cartes se rapprochaient un peu plus. Encore quelques nuits tourmentées et il finirait véritablement la tête coupée.

Tim déambulait alors dans les couloirs tel un zombie. Pas le genre de zombie cliché qu'on voit dans les mauvais films d'horreur, plutôt un zombie un petit peu conscient comme on en trouve dans ce remake de Twilight façon "l'amour nous rend vivant". "Timothy !" Pas assez alerte de toute évidence. L'accent baleine de Liberty lui perça les tympans et le fit passer de l'état de mort-vivant à soldat aux aguets. C'était elle qui décrétait avoir un accent baleine, loin de lui l'idée de se montrer médisant ou discriminant. Il fit volte face en tournant ses talons sur le sol et la gratifia d'un sourire hypocrite. "Liberty ! C'est marrant... de te croiser ici." dit-il sur un ton bien trop affecté. Une réplique débile et dépourvue de sens qui ne faisait que trahir ses torts. "Tu ferais mieux de rentrer moustique, t'as l'air tout palot." dit-elle en grimaçant. Depuis quand était-elle si perspicace ? "J'ai pas eu ma dose de sang cette nuit." répondit-il spontanément, avant de lui obéir. "Et me prends pas pour une idiote, je sais que ce sont les filles qui se nourrissent de sang !" cria-t-elle.

Une fois parvenu à son appartement, Tim s'échoua sur le canapé comme un pantin désarticulé. Anna était certainement encore à la Galerie et en aurait pour longtemps... à réparer ses dégâts. Ces derniers temps ils ne faisaient que se croiser et c'était une aubaine parce qu'au moins il n'était pas tenté de mettre l'histoire sur le tapis. Dire qu'il avait même pesté avec elle contre les failles du système de sécurité. Sérieusement, une petite caméra n'était pas au delà de leurs moyens.
On tambourina subitement à la porte. Ce n'était personne qu'il connaissait. Il avait fini par analyser les coups que chacun de ses proches pouvait bien faire subir à cette porte. Et là elle avait pris cher. Cela n'annonçait rien de bon. Il se leva presque à reculons et s'empressa d'ouvrir. Une masse corporelle le menaça aussitôt. Liberty ? Pensait-il. Puis il leva les yeux et constata la présence de ce cher shérif. En état d'arrestation. Son cerveau se gela un instant. Puis ses mécanismes primaires de survie - c'était dans le package adolescent rebelle - prirent le dessus. "Désolé Warren, ça marche pas comme ça. J'y connais pas grand chose, mais il te faut pas un mandat d'arrêt ou un truc comme ça ? Et tu dois me lire mes droits. Ou juste les énoncer si tu sais pas lire, c'est pas grave... Merci CSI et toutes ses déclinaisons." En vérité il était mort de trouille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. [Ainsworth's] I'm on a hunt, I'm after you...   Mar 10 Sep - 12:17

Peut être que Warren n'aurait pas dû sourire autant. C'est vrai, cela n'était pas très professionnel. Mais au diable le professionnalisme, car oui, le blond était du genre rancunier et depuis le moment où Timothy l'avait appelé pour le faire venir au lycée sous un faux prétexte, juste pour lui faire perdre son temps...  Eh bien il avait gagné sa place sur la liste de gens que Warren devait à tout prix éviter. Oh pour l'instant, cette liste était très restreinte et elle se composait uniquement de Ainsworth et de sa collègue, Madeleine Wild. À croire que tous les surveillants du lycée McKinley avaient secrètement décidé de se liguer contre lui. Une chose complètement ridicule car il ne faisait que son job à l'époque où il s'était mis à dos les deux employés du lycée, comme si fouiller dans les casiers des élèves était quelque chose que Warren faisait par plaisir... Non, il n'avait fait que suivre les ordres de son supérieur. À présent, c'était lui le shérif. Et, il savait très bien qu'il n'était pas l'homme le plus patient du monde et encore moins lorsque cela concernait son travail, mais ces deux-là avait tendance à l'irriter profondément... Alors se retrouver là avec une raison valable d'emmener Ainsworth au poste, c'était Noël et Thanksgiving en même temps, il n'y avait pas vraiment d'autre mot pour le décrire. Cependant, Warren ne s'attendait vraiment pas à ce que Timothy le suive bien sagement, à dire vrai, il aurait été un peu déçu si cela avait été le cas. Car Warren avait beau haïr le jeune homme (et encore, c'était sans doute un terme un peu trop faible) même lui n'était pas blond au point de voir que  Timothy et lui se ressemblaient sur bien des points.

Pas de doute que le surveillant du lycée se serait très entendu avec une version plus jeune de lui-même. Oui, le Warren qui avait visité la plupart des cellules du poste de police dans sa ville natale et qui était bien connu de tous les officier. C'était même ironique qu'il soit devenu un policier lui même, mais que pouvait-il dire, quelques années à saluer le drapeau américain et visiblement, toutes ses erreurs ne comptaient plus et son casier était de nouveau d'une blancheur immaculée. Aussi, Warren se contenta d'hausser un sourcil, toujours le sourire aux lèvres, n'étant pas le moins du monde impressionné par les propos de Timothy. Cela aurait sans doute fonctionné avec un autre policier mais le blond pouvait tout de même voir que le jeune homme était légèrement inquiet, ce n'était pas courant de voir le shérif débarquer sur le pas de sa porte, qu'on soit un Ainsworth ou pas.  "Ravi de constater que tu n'as pas perdu ton sens de l'humour Ainsworth." répondit simplement le blond, croisant les bras. "Heureusement pour toi, tu as raison juste sur un point. Juste un léger détail vraiment... " Ceci étant dit, Warren sortit ses menottes de la poche intérieure de sa veste, les faisant tournoyer à l'aide de son index, jouant avec nonchalamment alors que son regard était toujours sur Timothy.

Warren Delacroix, tu es vraiment enfoiré...Pourquoi est-ce que dans de tels moments il entendait la voix de sa grande soeur Amelia dans sa tête... Peut être parce qu'elle se serait mieux comportée là tout de suite, mais qu'on ne le prive pas du peu de pouvoir qu'il avait, sinon le boulot de shérif devenait véritablement barbant. "Je suis censé te lire tes droits lorsque et quand je te passerai les menottes. Ce que, comme tu peux le constater, je n'ai pas encore fait." Warren jouait sur les mots, mais il était tout à fait dans son droit, après tout, si le jeune homme se retrouvait avec un avocat, ce dernier ferait de même donc... Autant en profiter. Et oui, la montagne de muscles qu'il était avait dû étudier un minimum pour pouvoir passer le concours de la police avant d'obtenir son poste à Lima, et c'était certainement les pires semaines de sa vie. Il savait très bien que sa place n'était pas derrière un bureau avec des tonnes de bouquins en face de lui et non, ce n'était pas parce qu'il était stupide, c'était juste que ça ne l'intéressait pas vraiment et que par dessus tout, il manquait de concentration. Warren était un accro de l'adrénaline et il le savait et il était vraiment rare de croiser ce genre de personnes là dans les amphithéâtres. Mais il avait bossé, pendant deux longs mois pour pouvoir passer l'examen dans les plus brefs délais, et, c'était là que les choses se corsaient pour Timothy, il n'était pas prêt d'oublier les quelques paragraphes du code pénal et des lois en vigueur en Ohio qu'il avait dû mémoriser. Et si Timothy pensait que Warren s'était déplacé pour rien... Il n'avait pas été bien difficile d'obtenir un mandat d'arrêt contre lui, visiblement, la personne qui s'en était chargée désirait bien se faire voir auprès de sa patronne, histoire de montrer que sous l'administration Sylvester, les choses étaient bien faites, un plus pour Warren donc."Si tu crois que je me suis tapé huit étages juste pour apprécier ta douce compagnie, je veux dire, je pourrais t'apprécier mais... Non en fait, pas la peine d'essayer de faire semblant, ça va nous faire perdre notre temps à tous les deux."

Warren sortit autre chose de la poche de sa veste, à croire qu'il était devenu magicien, le mandat d'arrêt que Matthew avait fait demander dès que les empreintes avaient été identifiées comme étant celles de Timothy, comme quoi parfois, les employés de Warren pouvaient être efficace. Il le montra au jeune homme avant d'ajouter: "Au cas où ce ne serait pas vraiment clair et que tu aurais du mal à lire ce qu'il y a écrit en bas à droite, tu es le principal suspect concernant l'infraction qui a eu lieu à la galerie Preston il y a quelques semaines de cela. Donc tu peux soit me suivre au poste tranquillement soit... Je crois que c'est ta seule option."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
MessageSujet: Re: 02. [Ainsworth's] I'm on a hunt, I'm after you...   Ven 11 Oct - 18:11

Warren sur le pas de sa porte était une sorte d'allégorie pas très subtile d'un passé que Timothy croyait enterré depuis longtemps. Durant son adolescence il avait côtoyé un bon nombre de membres des forces de l'ordre et il avait même tenu tête au shérif de l'époque, le père de Taleen, qui contrairement au Delacroix n'avait pas un physique de surfeur australien. Tim ne reniait pas les erreurs qu'il avait bien pu faire, ni les heures passées sur un banc de prison en attendant de voir apparaitre le visage déçu de sa mère. Il ne reniait pas les erreurs qu'il continuait de faire et qui l'aidaient à avancer dans cette vie qui lui semblait gagner chaque jour un peu plus de sens, et ce malgré la mauvaise foi dont il faisait preuve naturellement. Le souvenir du soir où il s'était introduit à la galerie le hantait sans arrêt parce qu'il s'en voulait d'avoir alimenté sa culpabilité en omettant de dire la vérité à Anna. Mais c'était bien la seule chose dont il se sentait coupable. C'était la seule faute qu'il avait faite depuis longtemps. Ce dont il avait foncièrement peur ce n'était pas de perdre la face devant Warren, c'était de voir Anna le sortir de là avec la même expression de désillusion peinte au visage que celle de sa mère quelques années plus tôt. Parce que s'il y avait une chose dont il était certain, c'était qu'il ne sortirait pas vainqueur de cet entretien avec le shérif. Et entretien n'était sûrement pas le bon mot à employer dans ce cas de figure.

Timothy ne portait pas forcément Warren dans son cœur et la réciproque était malheureusement vraie. Cela n'avait aucun rapport avec le fait qu'il prétendait représenter l'ordre dans cette ville, Tim avait fini par régler les problèmes qu'il entretenait avec l'autorité - d'ailleurs il était ami avec Oxanna et elle s'en sortait professionnellement parlant bien mieux que ce pauvre Warren - mais il avait ses raisons. Les mêmes qui le poussaient à faire semblant de haïr des personnes comme Glenn ou Santana : il n'aimait pas les relations à sens unique. La haine au même titre que l'amour devait être un sentiment partagé, sinon il perdait tout son sens. Et si au départ il n'avait fait que s'amuser avec les nerfs du shérif, il avait fini par se perdre dans ce jeu de rôle et par se persuader que c'était bien plus que de la simple taquinerie. Warren était sans doute aussi rancunier que lui et n'avait pas apprécié être sollicité pour une affaire d'attaque terroriste bidon. Comme si la ville de Lima nécessitait son intervention autre part que pour des canulars ou remplir des contraventions. C'était pas Flint, Michigan, c'était Lima, Ohio bordel. Et cette injustice que trahissait la satisfaction luisant dans les yeux du shérif taquinait la part insurgée qui n'avait jamais cessé de brûler en lui.

Le ton condescendant, l'attitude détachée, l'expression de satisfaction malsaine : Warren était le cliché du policier de bas étage pour qui le sadisme rendait la vie un peu moins pathétique et un peu plus cohérente. Il illustrait ses propos en sortant de sa poche ses menottes et en s'amusant avec comme pour prouver quelque chose. Pour prouver qu'il avait le contrôle. Classique. Malgré toute son inquiétude, Tim ne se laissa pas intimider. Il en avait vu des guignols dans le genre. Toute sa vie. Il le gratifia seulement d'un sourire hypocrite lorsqu'il le félicita sarcastiquement pour son sens de l'humour et fit mine de ne pas remarquer le joujou du shérif.
Bien évidemment Warren se justifia et, à vrai dire, Tim n'avait pas espéré autre chose. Il avait sorti des banalités pour le contrer, feignant s'y connaitre à peu près alors qu'il ne connaissait que l'envers du décor. Le protocole c'était bon pour les autres, lui il le subissait seulement. Il avait peut-être espéré un maigre instant avoir raison, mais de toute évidence si Warren avait été promu c'était qu'il connaissait un temps soit peu les ficelles du métier. "J'espère bien que c'est pour une autre raison que pour apprécier ma douce compagnie, parce que j'aurais dû te claquer la porte au nez. Ma compagnie n'a rien de doux. T'as qu'à demander à qui tu voudras." Répondre n'était pas nécessaire, mais c'était plus fort que lui. Tim n'acceptait pas de se soumettre à l'ordre établi. Il n'avait pas tout à fait réglé ses différents avec l'autorité, finalement.
Ses yeux s'ouvrirent comme des soucoupes et son cœur manqua un battement lorsqu'il vit Warren fouiller une nouvelle fois dans sa poche. Il n'allait quand même pas l'abattre pour ça ? Ce serait une mort carrément nulle. L'apparition du mandat d'arrêt le rassura, ironiquement. Il l'attrapa et parcouru les lignes principales, tandis que Warren lui faisait la transcription. "C'est un gros tas de conneries ton torchon." vociféra-t-il en lui tendant à nouveau la feuille. "Donc s'il y a un cambriolage chez moi et qu'on retrouve mes empreintes, ça fait de moi un suspect ?" conclut-il sur un ton de défiance qui trahissait néanmoins ses craintes. "Bien sûr qu'il y a mes empreintes à la Galerie, elle appartient à Lexie et Anna, avec qui il se trouve que je suis en couple depuis pas mal de temps. Je vois pas ce que ça prouve. Mais soit, je vais te suivre et tu passeras pour un incompétent, au même titre que ton équipe de soi-disant experts." dit-il en claquant la porte derrière lui. Pour une fois qu'il se savait innocent il n'avait plus de raison de fuir cette confrontation. Encore moins d'en avoir peur. "Vous avez dû trouver les empreinte de Joachim Jones aussi je suis sûr. Ah mais oui, c'est parce qu'il travaille là bas ! J'espère qu'on lui a pas passé les menottes quand même. Oh et cette pauvre Madeleine Wild aussi. La prochaine fois je mettrai des gants pour aller travailler à McKinley, sait-on jamais."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. [Ainsworth's] I'm on a hunt, I'm after you...   Mer 13 Nov - 20:29

C'était fou mais... plus il regardait Timothy est plus Warren avait l'impression d'être confronté à une version de lui-même plus jeune et plus... brune en quelque sorte. Oh, pas de doute qu'il y a quelques années, quand l'ex-shérif de Lima passait encore toutes ses journées et toutes ses soirées à traîner dans le Vieux Carré de la Nouvelle-Orléans, il aurait certainement eu quelqu'un comme Timothy à ses côtés. Lui aussi avait eu quelques démêlés avec la police locale, tout comme Timothy qui avait un casier plutôt plutôt bien... rempli dira t-on. Plus d'une fois, Warren avait fini en cellule lui-même et toujours dans ces moments-là il choisissait d'utiliser son fameux coup de téléphone pour appeler un des autres Delacroix, soit Amelia, soit Peter, les seuls en mesure de vraiment comprendre et de ne pas trop le réprimander en quelque sorte. Mais ce n'était pas une époque où Warren écoutait beaucoup, non en fait, il se foutait royalement de tout, tout simplement. Heureusement, il avait eu la présence d'esprit d'ouvrir les yeux alors que ses études secondaires prenaient fin et que tout le monde faisait des plans pour l'année prochaines et pour l'université. Un futur qui était en quelque sorte interdit pour Warren. Qui aurait prédit qu'il se trouverait là aujourd'hui, à devoir arrêter un jeune homme qui lui ressemblait sur bien des points? Timothy lui en voudrait probablement, cela n'avait rien avoir avec les petites piques qu'ils se lançaient d'ordinaire, ou juste Timothy qui appelait la police histoire que Warren se déplace (et oui, le blond avait encore cet incident au travers de la gorge), non là c'était beaucoup plus sérieux et pas de doute que le jeune homme ne l'oublierait pas. Mais là encore, depuis quand le blond se souciait-il des états d'âme du Ainsworth?

Ils ne se connaissaient pas et puis Warren était déjà persuadé qu'il ne l'aimerait pas, oui, il était du genre à juger les gens assez rapidement, alors autant ne pas se montrer compatissant. Oui, en temps normal, Warren était le genre de policier conciliant et ce, même si son apparence général renvoyait l'idée qu'il n'était qu'un abruti d'1m94 qui passait sa vie dans une salle de sport ou même à compter toutes les calories qu'il ingurgitait. Non... Warren se contentait de faire des pompes avec son petit ami assis sur son dos, voilà tout. Quoi qu'il en soit, Timothy n'avait rien fait pour qu'il soit patient ou même souriant avec lui, le blond était du genre rancunier, et ça n'avait franchement rien avoir avec le Ainsworth, ça ne datait pas d'hier. Mais le jeune homme en rajoutait une couche, encore une, essayant de lui soutirer des informations et contestant déjà le déroulement de l'enquête. Vraiment... Il n'avait pas compris quel genre d'homme était Warren. “Encore une fois Ainsworth... Ne me dis pas comment faire mon boulot.” répondit simplement le policier en fronçant les sourcils, pas du tout effrayé par les dires de Timothy ou même son air passablement énervé. Pour le blond qui n'en était pas à sa première arrestation, le Ainsworth faisait rebelle de bas étage, tout simplement. Juste un cliché dans les règles de l'art et derrière ces mots-là il essayait de se cacher et quelque part de se protéger. Cacher quoi? Bonne question, quoi qu'il en soit, s'il se mettait en travers du chemin de Warren pendant l'enquête, les choses risquaient de très mal se finir.  “Je veux dire... Je t’avais déjà prévenu une fois, à croire que ça n’a pas du te servir de leçon... Je vais devoir me répéter mais bon... est-ce que tu me vois en train de te dire comment surveiller une bande de mioche? Et puis non, on ne va pas faire comme si tu avais le métier le plus difficile du monde.”

Sarcastique au possible, Warren haussa les sourcils avant d'ouvrir les deux premiers crans des menottes, s'approchant du jeune homme. Là, il ne jouait plus et la vie et passion de Timothy Ainsworth... Il s'en moquait complètement. À dire vrai, il se sentirait beaucoup mieux une fois qu'il saurait Timothy derrière les barreaux d'une cellule. “Bon maintenant ce serait génial si tu pouvais coopérer, que je puisse te passer les menottes et te lire tes droits... Et que je te ramène au poste et...” Et ensuite quoi? Photo, interrogatoire, la routine, l'autre devait être habitué pas vrai, Warren n'allait pas en plus lui faire un dessin. “J’allais te promettre que tout va bien se passer mais... vu que je ne t’apprécie pas, pas la peine de faire semblant.” Il haussa les épaules avant de lui passer les menottes, roulant des yeux face à l'air du jeune homme. “Allez... c’est juste une mauvais moment à passer.” ne put s'empêcher d'ajouter Warren en le guidant vers la cage d'escalier.  “Tu as le droit de garder le silence. Dans le cas contraire, tout ce que vous direz pourra et sera utilisé contre vous devant un tribunal. Vous avez le droit de consulter un avocat et d’avoir un avocat présent lors de l’interrogatoire. Si vous n’en avez pas les moyens, un avocat vous sera désigné d’office, et il ne vous en coûtera rien ... " Combien de fois Timothy avait dû entendre ces mots? Probablement trop, se dit Warren cependant alors que le jeune homme se retrouvait sur la banquette arrière de sa voiture de police, il se disait qu'au moins il avait une piste.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
MessageSujet: Re: 02. [Ainsworth's] I'm on a hunt, I'm after you...   Ven 29 Nov - 0:08

Inconsciemment, Timothy avait cette tendance à toujours agir de façon à repousser les échéances. Le plus difficile pour quelqu'un qui s'escrimait à conserver une fierté à la limite de l'artificiel n'était sans doute pas de réaliser ses torts mais plutôt d'accepter cet instant où ils apparaitraient comme une évidence aux yeux des autres. Mais le pire dans cette histoire c'était sans doute que pour une fois dans sa vie il faisait preuve d'une bonne foi dont lui-même était stupéfié et il lui était tout autant difficile de laisser filer ce moment où, pour une fois, c'était à lui de constater l'air penaud de son interlocuteur et ses tentatives désespérées pour s'accrocher aux rideaux de son orgueil. De toute évidence Warren était aussi présomptueux que lui, sauf que dans son propre cas Timothy aimait gonfler son égo face aux autres pour masquer un manque de confiance en lui qu'il avait trainé pendant longtemps. L'issue il la connaissait : il devrait se plier aux exigences du shérif et dire amen à chacune de ses déclarations. Pourtant il demeuré persuadé qu'au fond Warren se délectait bien de cette insubordination que sa stature devait sans doute terrasser dans la plupart des cas. Tim était conscient que Lima n'était pas la ville la plus palpitante pour les forces de l'ordre, surtout depuis que Sue Sylvester inspirait la terreur depuis son trône à l'hôtel de ville. Mais ce n'était pas par diligence qu'il le contestait, c'était simplement pour prouver que malgré la crainte irrationnelle qui lui remuait les entrailles il était pour une fois innocent.

Nier les faits ne faisait que braquer davantage sur lui le projecteur de sa culpabilité, aussi avait-il décidé de céder pour une fois à sa modestie en se livrant au shérif. Peut-être que Warren verrait là un signe indéniable de son honnêteté et déciderait à son tour de laisser sa fierté de côté avant de s'enfoncer encore davantage dans les méandres de son incompétence. Tim rêvait bien entendu, il savait mieux que quiconque à quel point Warren avait visualisé ce moment depuis la toute première fois qu'il avait bien pu le croiser lors de ses fréquentes descentes au lycée, preuve incontestable de l'ennui qui devait sans doute accabler le commissariat de Lima, réduit à s'orienter vers des adolescents pour pimenter son insipide quotidien. Tim détestait cette façon de faire, moins parce qu'il avait une quelconque affection pour les libertés de ces jeunes que parce qu'il se projetait des années en arrière, lorsqu'il était lui-même l'objet de leur pitoyable intérêt. Avec Madeleine ils n'avaient cesse de s'opposer à la fouille des casiers sous prétexte qu'ils n'avaient aucune habilitation légale à procéder à de telles inspections. Encore une fois il n'avait aucune idée de ce qu'il avançait - et il était plus que persuadé que Mad était dans le même cas que lui - pourtant leur objection avait suffit à repousser les truffes affutées des quelques chiens qui égayaient certainement leurs journées. Pour cette raison Warren ne passerait jamais à côté de l'occasion de pouvoir lui passer les menottes, aussi grande était la menace de sa future disgrâce aux yeux des bons citoyens de Lima, lorsqu'ils réaliseraient que la police laissait sa rancune lui dicter sa conduite plutôt que son bon sens.

Tim prit conscience qu'il était allé trop loin lorsque, à son tour, Warren repoussa encore un peu plus les limites de l'antipathie. Sa remarque sur son travail lui arracha un rire moqueur qui trahissait toute la mauvaise foi dont pouvait bien faire preuve son interlocuteur en feignant l'avoir mis en garde à plusieurs reprises. Bien sûr, c'était comme lorsque la mégère du coin râlait à sa fenêtre lorsqu'elle entendait rebondir un ballon devant sa cour. Sauf que lorsque le ballon tombait sur sa pelouse, elle n'avait pas le cran de se précipiter dehors pour l'anéantir à coup de pique à glace. C'était rien de plus que du vent. "Je t'en prie Warren, ce sont des clichés." dit-il sur un ton mielleux et plus affecté qu'il ne l'était en réalité. "Moi qui me suis gracieusement gardé de te demander où on peut trouver les meilleurs donuts en ville." ajouta-t-il pour parfaire l’illustration de la complexité de son métier à lui aussi. Sa répartie ne l'empêcha pas de frémir au contact froid des menottes sur ses poignets. Même pas il avait laissé une note du genre "ne m'attends pas pour diner, je serai en garde à vue" sur le réfrigérateur. Pourtant c'était typiquement le genre de phrase préenregistrée qu'il avait bien pu avoir sur son portable lorsqu'il était plus jeune. Lui qui avait réclamé ses droits ne les écoutait pas, confiant de l'issue de cette enquête. La nullité de la police avait sans doute des limites que son raisonnement, aussi futile pouvait-il être, ne permettait pas de franchir. Lorsque quelqu'un de plus avisé que Warren lui dirait qu'il n'avait aucun motif légitime de le garder et de l'interroger il finirait bien par être libéré. Et il avait hâte de pouvoir esquisser son sourire le plus hypocrite lorsque ce moment arriverait enfin. Silencieux, il suivit le shérif jusque dans la rue et n'émit aucune protestation lorsque, sans ménagement, il lui baissa la tête pour l'aider à entrer dans l'habitacle. Une foule de curieux s'était déjà arrêtée pour témoigner de la scène. Encore une fois le quartier n'était pas habitué à ce qu'on arrête devant leurs yeux un méchant délinquant. Tim laissa planer un silence de méditation avant de reprendre, quelques instants plus tard, alors que Warren bifurquait au coin de la rue. "Dis, il faut combien d'erreurs de ce genre pour entacher une brillante carrière comme la tienne ? Remarque c'est peut-être pour ça que t'es venu à Lima au départ, pour fuir une misérable condition de flic raté. Ici tout le monde s'en fout de ta vie d'avant, je suis sûr qu'on peut même entrer dans la police aussi facilement que dans le corps professoral de McKinley. Mais je dis ça..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. [Ainsworth's] I'm on a hunt, I'm after you...   Ven 6 Déc - 15:22

Dehors, Warren fut plutôt surpris de voir qu'une simple arrestation étonnait autant les gens. Mais là encore, on était à Lima, cela n'avait rien à voir avec la Nouvelle-Orléans, où les moeurs plus que douteuses des gens obligeaient la police locale à faire des arrestations répétitives et dans des endroits bien précis de la ville. Warren lui avait été arrêté une bonne dizaine de fois et il avait été de plus en plus blasé à chacune de ses arrestations, plus personne ne s'arrêtant vraiment pour se demander pourquoi ou comment, les gens trop occupés... Il avait franchement envie de dire à cette petite foule qu'il n'y avait strictement rien à voir mais autant partir, et puis de toute façon, sa répartie il préférait la garder pour Ainsworth. Il le fit donc monter dans sa voiture de service, non sans ménagement, et Warren préférait tout simplement utiliser l'excuse "je ne contrôle pas ma force" plutôt qu'autre chose. Il grimpa dans la voiture et démarra en silence. Peut être que c'était fini, peut être qu'il lui avait enfin cloué le bec, peut être que le jeune homme n'avait rien à dire... Ou peut être qu'il attendait tout simplement le bon moment. Oh si Timothy savait... Si Warren se trouvait là aujourd'hui, à lui pourrir littéralement sa journée, c'était tout simplement le fruit du hasard. Il n'aurait jamais pensé qu'à un moment dans sa vie il se lèverait tous les matins pour enfiler un uniforme de policier, ni même qu'un jour il se retrouverait en charge de tout un département. Oui, c'était ça sa vie, le fruit du hasard le plus total, une blague échangée avec sa grande soeur, qui s'était empressé d'aller voir en ligne ce qu'il fallait vraiment pour être flic. "... Tu sais déjà tirer et faire la plupart des trucs demandés... Non mais vraiment, tu n'as qu'à passer l'examen écrit et prier pour que ça passe." Et, comme le disait si bien Amelia, c'était passé et c'était pour cette raison et pas une autre que Warren se trouvait là aujourd'hui. Toute une série de coïncidences et non, ce n'était pas sa première enquête et d'habitude, il écoutait son instinct, ses tripes. Et dès sa première rencontre avec Timothy, avant même que celui-ci ouvre la bouche en fait, Warren avait su que non, il y avait quelque chose qui ne collait pas.

Il n'avait cependant pas la trempe pour mener un réseau de contrebande d'objet d'art volés, on lui avait sûrement demandé de le faire. Oui, il était proche de la victime, il pouvait arrondir ses fins de mois en touchant sa part du butin, c'était un crime sans conséquences dans le fond et même sa petite amie, il pouvait la consoler pas vrai? Tout allait pour le mieux du moment que Timothy pouvait régler ses problèmes à lui et puis il était en couple avec Anna depuis longtemps d'après lui... Peut être qu'il préparait son coup depuis tout ce temps là, il avait eu le temps de trouver un intermédiaire et un acheteur, quelqu'un qui pouvait le débarrasser le plus rapidement possible de la preuve flagrante que constituait le tableau. Warren en était là de ses déductions (aussi tirées par les cheveux soient-elles), quand la voix de Timothy s'éleva une nouvelle fois. Et, probablement pour la première fois, l'autre homme réussit à vraiment le faire rire. Quelle carrière? La brillante carrière de Warren avait débuté à Lima et s'arrêterait probablement à Lima. Rien de plus, hors de question de faire ça toute sa vie, au bout d'un moment il devait arrêter toutes ces bêtises et sérieusement songer à faire autre chose. Mais bon... il ne répondait pas vraiment à la question du jeune homme. Il s'arrêta à un stop et jetant un regard dans le rétroviseur central, il rencontra celui de Timothy. "Oh je ne t'ai pas dit? Avant j'étais dans l'armée... Donc je t'aurais probablement mis une balle juste entre les deux yeux. dit enfin Warren avec un sourire aux lèvres. Pas de doute que ce Warren là ne se serait pas posé de question, en même temps, on ne lui demandait pas vraiment de poser de questions, juste de viser, de tirer, de se baisser à temps et surtout de rester en vie. "Heureusement depuis j'ai mûri..." ajouta simplement Warren avant de redémarrer la voiture.

Il alluma la radio et régla le volume fort, signe plus qu'évident que la discussion était terminée. Arrivé au poste de police, il se gara à la place qui lui était réservée et fit sortir Timothy avant de le guider à l'intérieur de la station de police. "C'est le moment où on est censés te trouver une jolie cellule hmm?" commenta Warren en adressant un regard à ses collègues, la plupart ne prêtant vraiment pas attention à la scène, c'était un commissariat après tout, voir quelqu'un avec des menottes, ce qui était moins courant en revanche, c'était de voir le shérif guider personnellement les gens jusqu'aux dites cellules. Il le fit pourtant et le guidant jusqu'à une cellule libre et il lui enleva ses menottes avant de refermer la grille derrière lui. "On devrait t'interroger dans l'après midi, d'ici là... Je pense que tu sais quoi faire... " Warren haussa les épaules avant de se disparaître, heureusement, le Ainsworth n'avait pas l'alcoolique notoire de la ville comme compagnon de cellule. Et ça, c'était déjà un plus.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 02. [Ainsworth's] I'm on a hunt, I'm after you...   

Revenir en haut Aller en bas
 

02. [Ainsworth's] I'm on a hunt, I'm after you...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 3 :: Episode 2
-