Choriste du mois


Partagez | 
 

 02. Sing it out. Boy you've got to see what tomorrow brings...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 02. Sing it out. Boy you've got to see what tomorrow brings...   Dim 25 Aoû - 18:58


Les lumières étaient là, au rendez vous, comme tous les soirs. Elles éclairaient tantôt le visage pâle de chanteurs sur la scène, tantôt la salle qui applaudissait, toujours, à tout rompre. Parfois violettes, rouges ou bleus, elles donnaient à l'atmosphère cette dimension théâtrale qu'appréciait particulièrement Andrew. Les clients souriaient, souvent. Parce que les chanteurs étaient de leurs amis, ou parce qu'ils venaient de faire une fausse note. On se moque toujours de celui qui est dans la pire des position, la plus inconfortable, la plus honteuse, quand on sait pertinemment que l'on va passer, que notre tour viendra, plus tard dans la soirée.

Andrew tentait tant bien que mal de se frayer un passage entre les tables envahies des boissons et d'apéritifs, entre les chaises maintenant désorganisées de la salle, et les chanteurs qui riaient entre eux, souvent en groupe, comme si l'épreuve allait être moins douloureuse. Pour eux comme pour les spectateurs. Le parcours du garçon était rodé. Essuyer les tables, accueillir les nouveaux arrivants qui envahissaient le bar-karaoké avec leurs rires, leur proposer la carte des consommations, et programmer sur l'ordinateur les chansons qu'on lui soumettait, par papier ou directement. C'était maintenant la douzième chanson de la soirée, et Andrew soufflait déjà. Parce qu'il y avait du monde ce soir là, mais aussi parce que le niveau des prestations était au plus bas. Il avait eu parfois des surprises, quand des élèves du lycée de Lima venait s’entraîner le soir, chantant tous mieux les uns que les autres. Mais ce soir, pas de futur star des charts, ni d'apprenti baryton. Juste quelques badauds qui s'essayaient à la chanson et vivaient leur instant de gloire. Même s'il semblait critique, Andrew souriait quand il voyait le bonheur qu'éprouvaient ses clients quand ils étaient sur la scène. Il les enviait aussi. Il pouvait bien sûr monter lui aussi sur scène, mais n'avait jamais osé, de peur du ridicule sans doute.

Andrew était donc là, le coude posé sur un coin du bar, l'écran bleuté de l'ordinateur faisant défiler les morceaux qui passaient. Les clients étaient tous servis, avaient tous une dizaine de chansons à interpréter, et lui n'avait plus rien à faire. Sauf ramasser cette serviette, là bas, entre deux pieds de chaise. Ou encore ce ticket de caisse, sur lequel figuraient son nom (merci la puce nominative) et le montant des consommations. Mais le courage lui manquait. Il releva les yeux pour se rendre compte qu'une jeune fille l'attendait. Jolie, dans le style scandinave avec deux grands et jolis yeux bleus et de belles boucles blondes. Il ne l'avait pas aperçu dans la salle du bar-karaoké. Venait elle d'arriver ? Ou était-elle particulièrement discrète ? En tout cas, il était de son devoir de la servir et de l'accueillir. Il se releva, droit et aimable comme le demandait à chaque briefing le patron du karaoké. Un sourire franc bien qu'automatique se dessina sur son visage.

"Bienvenue au Bar-karaoké de Lima, mademoiselle ! Souhaitez vous consulter la carte des consommations ou enregistrer tout de suite un titre pour la soirée?"

Il ne pouvait imaginer la scène qu'aisément. Les verres givrés alignés derrière lui. Sa tenue, sombre et sobre, avec sa chemise blanche, son nœud-papillon noir, son gilet noir, et le torchon de service qui pendait à la ceinture de son pantalon, noir lui aussi. Et en face de cette peinture en noir et blanc, la jolie cliente, lumineuse et solaire, avec ses cheveux blonds et éclatants. Cette pensée lui tira un sourire, tandis qu'un autre duo massacrait Don't Speak de No Doubt. Mon dieu, qu'ils chantaient mal. Andrew avait parfois envie de poser sa tenue et de partir pour ne plus écouter tous ces titres tournés en ridicule. Il devait se reconcentrer pour offrir à la jeune fille un service acceptable. Et ignorer les fausses notes hurlées dans les micro. Il n'avait plus que trois heures à tuer, et avec un peu de chance, si la jeune fille avait l'air à l'aise, le patron lui donnerait les pourboires de la soirée.


Dernière édition par Andrew B. Lockart le Ven 15 Nov - 18:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm obsessed with the mess that's America
Age : 18 ans
Occupation : Etudiante en composition musicale et performance vocale à l'OSU, membre des UH
Humeur : Anxieuse
Statut : Toujours en couple avec son perfectionnisme
Etoiles : 2550

Piece of Me
Chanson préférée du moment :
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
MessageSujet: Re: 02. Sing it out. Boy you've got to see what tomorrow brings...   Dim 25 Aoû - 20:46

Pour une fois, Ingrid avait décidé de sortir le soir, il fallait qu'elle décompresse. Elle avait couché Beth et Prince avant que Quinn ne rentre, comme ça elle serait tranquille et n'aurait plus rien à faire en arrivant à l'appartement. Elle avait eu l'air d'apprécier ce geste, et Ingrid était donc partie après qu'elles aient mangé toutes les deux. La jeune Suédoise avait décidé de faire un tour au bar karaoké parce que pendant les vacances, il n'y avait pas de répétitions des New Directions, et elle avait une folle envie de chanter. Donc, elle s'était bien habillée, un petit peu maquillée, et avait pris la direction de l'endroit où elle pourrait se donner corps et âme à la chanson.

En marchant dans la rue où se trouvait le bar karaoké, elle entendait déjà les gens chanter à travers les murs. Enfin, elle entendait surtout les vibrations des baffles qui amplifiaient la musique et les voix. Elle était sûre de ne pas se tromper d'endroit. Elle n'y était jamais allée, il fallait espérer que ça ne soit pas un endroit trop mal famé, genre rempli de pervers psychotiques ou des gens dans le style. Enfin peu importe, elle ne serait pas obligée de leur parler de toute façon. Elle y allait pour chanter, et uniquement pour chanter. Lorsqu'elle entra, le bâtiment était déjà bondé, tout le monde était assis à une table, et elle se rendit compte qu'il fallait absolument qu'elle s’assoie avant que quelqu'un ne la remarque. Elle parcourut la salle des yeux à une vitesse monstre, et il s'avéra que la table la plus proche d'elle était libre, elle alla donc s'y installer aussi discrètement que possible. Pendant quelques chansons, elle observa le fonctionnement des lieux.

Visiblement, les gens allaient demander au serveur de leur programmer une chanson et se donnaient ensuite en spectacle. Oui, c'était bien le mot, puisque la moitié d'entre eux se prenait visiblement pour des starlettes en jouant avec le public probablement rempli de leurs amis. Ingrid oserait-elle chanter devant tous ces inconnus ? Ce soir, elle ne se sentait pas franchement l'âme d'une rock-star, mais bon, elle avait tellement envie de chanter... Et puis, ça serait un bon entraînement avant les communales. En tant que soliste des New Directions, elle n'aurait pas le choix que d'affronter tous les regards. Ohh et puis après tout, en Suède elle avait déjà participé à des récitals devant le triple du nombre de personne réunies ici, et elle n'avait pas plus stressé que ça, elle avait même adoré. Alors à quoi bon rester tergiverser assise à regarder les autres apprentis-chanteurs passer ?

Elle resta attendre encore quelques chansons à sa table à écouter les prestations des autres (qui soit dit en passant, n'étaient pas forcément des plus agréables à l'oreille), puis son envie et sa hâte de chanter prirent le dessus, et elle se leva avec la ferme intention d'aller voir le serveur afin de programmer un morceau qu'elle puisse chanter. Le choix serait cornélien, puisqu'étant donné l'étendue de sa tessiture, elle pouvait chanter à peu près n'importe quoi. Cependant, il fallait qu'elle trouve une chanson qu'elle connaissait, puisque, même si chanter devant un public ne la dérangeait pas, elle n'avait pas envie de mourir de honte en se trompant dans le rythme ou les paroles. Elle avait beau réfléchir en parcourant le chemin qui la mènerait au comptoir du bar, elle n'avait aucune idée de la chanson qu'elle pourrait chanter.

Elle fit une pause dans sa réflexion en arrivant au comptoir. Elle s'assit sur un tabouret, et attrapa un répertoire plastifié qui se trouvait sur le comptoir, et commença à en parcourir les pages. La longueur de la liste de chansons qu'on pouvait chanter dans cet endroit était impressionnante. Ingrid lisait tout, titre après titre. Soudain, elle eut une révélation en tombant sur la chanson parfaite. Elle avait fait son choix, plus besoin de continuer sa lecture. Elle referma le répertoire et le fit glisser jusqu'à l'emplacement où il se trouvait avant qu'elle le consulte, puis attendit que le serveur vienne la voir. Lorsqu'elle le vit de plus près, elle fut tout d'abord impressionnée par l'épaisseur de ses sourcils, mais elle arriva vite à en décrocher son regard pour le plonger dans les yeux bruns du jeune homme.
- Bonsoir. Euh non, je boirai plus tard merci, répondit-elle avec un sourire. Mais je veux bien enregistrer un titre au programme. J'ai choisi la chanson Skinny Love, de Birdy. Enfin, si c'est possible de la chanter.

Elle adressa un sourire aimable au serveur. Elle avait rajouté la dernière phrase pour la forme, mais il est vrai qu'on ne sait jamais, il y aurait peut-être un problème informatique qui empêcherait qu'elle puisse chanter ce titre, ou autre chose du genre. En attendant, le charmant jeune homme semblait être à sa disposition, donc si il était impossible de passer ce morceau, il saurait sûrement lui en proposer un autre tout aussi seyant. Mais Ingrid espérait vraiment que cela serait possible. Cela faisait très longtemps qu'elle n'avait pas chanté cette chanson, et elle l'affectionnait beaucoup. Elle écoutait d'une oreille la réponse de son interlocuteur, et de l'autre les gens qui passaient. Soudain, ceux qui chantaient semblaient être en proie à une crise d'aérophagie. Leur manque de souffle et la fausseté de leur voix étaient sans doute incomparable, c'était une catastrophe ambulante. "Oh mon Dieu" se dit-elle. Ce n'était pas possible de chanter si mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. Sing it out. Boy you've got to see what tomorrow brings...   Dim 25 Aoû - 22:22

Les baffles vrombissaient, diffusant des ondes sonores que le corps pouvait ressentir. Déformant les voix déjà criardes des chanteurs, assourdissant les graves, déformant les aiguës. Andrew avait toujours eu du mal à écouter convenablement les gens quand il avait de la musique dans les oreilles. Il évitait alors les boîtes de nuit, ne pouvant entamer une conversation sans grimacer devant son interlocuteur, son seul moyen de signifier qu'il n'entendait rien. Il faisait cette même grimace, qui ressemblait d'ailleurs plus à une moue parfois craquante, parfois énervée, quand quelqu'un tentait de lui parler quand il avait ses écouteurs vissés sur les oreilles, écoutant des classiques de la soul afro-américaine. Il tentait bien de leur signifier qu'il était occupé, mais cette grimace était sans doute son seul moyen de défense. Son seul moyen de créer une barrière, un mur entre la musique et l'inconnu. De se créer une bulle d'intimité. La musique était alors une gène, quand elle était trop forte, ou mal chantée, comme c'était le cas ici, ou alors la seule chose à laquelle il voulait goûter, assis dans ce bus, dans ce train, un bon livre entre les mains. Cette même grimace qu'il peignit sur son visage, signifiant, navré, à la jeune femme qu'il n'avait rien entendu. Par chance, le jeune serveur avait réussi, pensait-il, à lire sur les lèvres de la cliente. Il tenta d'ouvrir la bouche pour demander confirmation à la jeune femme quand un des chanteurs qui étaient sur la scène poussa un beuglement bovin qui satura l'ambiance d'une note aussi fausse qu'improbable.

Il était du devoir des serveurs du bar-karaoké d'assurer la cohésion et la bonne marche de la soirée. En organisant les groupes pour que tout le monde puisse chanter à intervalle régulière et ainsi éviter toute protestation. Il fit un clin d’œil à la jeune femme, lui faisant comprendre qu'il revenait dans un instant, et la faisant patienter, il s'empara du micro de la salle et s'avança.

"Merci à Myriam et John pour leur merveilleuse interprétation, très personnelle, de ce classique de No Doubt. Vous pouvez les applaudir. A suivre, La Isla Bonita de Madonna par Chouchou et Louloute, et Try de Pink."

Tournant les talons, il se réinstalla derrière le comptoir, un sourire avenant sur les lèvres, histoire de désamorcer les plaintes que pouvait émettre la jeune femme. Il replaça le nœud-papillon sur son col et entra la nouvelle chanson dans l'ordinateur. Les lumières se firent plus sombres, les écrans firent défiler le texte de la chanson, et les premières vocalises commencèrent, sans doute meilleures que les précédentes. Se retournant, il adressa son plus beau sourire, le regard en coin vissé sur les barres de son, histoire de les baisser si l'actuel chanteur s'essayait à des vocalises. Il passa mécaniquement un coup de chiffon sur le comptoir du bar tout en entamant la conversation qu'il avait commencé avec la jeune blonde.

"Désolé. Skinny Love donc ? Oui je dois l'avoir. Vous désirez chanter quand ? Tous les groupes présents ont déjà chanté une fois. Je peux vous programmer juste après Madonna. Sauf si vous voulez plus de temps, auquel cas, faites moi savoir quand vous voulez passer."

Attendant sa réponse, il plaça le bac à givrage devant lui, et le bol contenant le sirop de glucose. Il fit d'abord tourner le verre dans le sirop, puis dans le sucre pour lui donner cet aspect givré que les gens raffolent chez les cocktails. Il pouvait voir au visage de la jeune fille qu'elle n'était pas très à l'aise, ou peu habituée à ce genre d'ambiance. Le monde peut être, ou alors la pression de devoir chanter devant de parfaits inconnus. Il se saisit alors d'un des nombreux pics en bois qui gisaient derrière lui, et s'appliqua à y glisser des morceaux de fraises, de kiwis, de bananes et melon. Il la tendit à la jeune fille, pensant ainsi la détendre et l'intégrer au mieux dans cette environnement bruyant et nouveau.

"Offert par la maison. Si ça peut vous aider à vous lancer."

Et puis, s'il voulait être entièrement honnête, il pouvait fidéliser plus de clients avec ce genre de cadeaux en début de soirée, et pensait parfois à la santé de ses oreilles. Le stress est parfois assez destructeur, empêchant ce qui se présentait de se laisser aller et de produire des notes justes et audibles. Un gage de tranquillité en quelques sortes. Il déplia le bras, la brochette aux fruits au bout des doigts, et la présenta à la jeune femme.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm obsessed with the mess that's America
Age : 18 ans
Occupation : Etudiante en composition musicale et performance vocale à l'OSU, membre des UH
Humeur : Anxieuse
Statut : Toujours en couple avec son perfectionnisme
Etoiles : 2550

Piece of Me
Chanson préférée du moment :
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
MessageSujet: Re: 02. Sing it out. Boy you've got to see what tomorrow brings...   Lun 26 Aoû - 0:18

Il faisait de plus en plus chaud dans le bar karaoké, au fur et à mesure que l'ambiance s'électrisait, la température montait, à en devenir quasiment invivable. Plus la soirée avançait, plus les personnes présentes semblaient enthousiastes et applaudissaient quiconque passait sur scène. Le souci n'était pas tant les applaudissements, signe éternel de reconnaissance pour un artiste, mais les gens qui frappaient des mains en rythme. Ou justement pas très en rythme en fait. Ils étaient en rythme avec les chanteurs (si on peut appeler comme telles des personnes émettant des bruits de porcelets au bord de l'égorgement), qui eux-même ne suivaient pas le bon tempo, et braillait des fausses notes avec un volume sonore sûrement nettement supérieur au niveau sonore déjà envoyé par les baffles. Ce n'était même plus un massacre, c'était comme le génocide de la seconde guerre mondiale. Sauf que dans ce cas, les oreilles de tout un chacun jouaient le rôle des juifs. Il fallait avouer qu'à cet instant précis, Ingrid aurait préféré mourir afin de cesser de subir ce carnage dont ses oreilles ne se remettraient probablement pas avant des lustres.

Apparemment, ce boucan ne semblait pas non plus au goût du serveur qui lui adressa une moue du genre "je n'ai pas entendu" ou "c'est vraiment très mauvais". Enfin, ne connaissant pas le serveur, Ingrid ne pouvait deviner ce que cette grimace voulait dire et décida de parier sur la première option. Elle s'apprêtait donc à répéter sa requête, mais elle n'en eut pas le temps car le binôme Hitlérien avait fini et le serveur alla annoncer la suite du programme. Paix aux âmes de toutes les oreilles anéanties de cette salle, l'heure de la libération était venue. Le temps que le serveur prépare mentalement la population à écouter quelque chose de meilleur, l'adolescente eut un soupir de soulagement. Cette torture musicale était enfin terminée. L'éclairage devint moins intense, et la jeune fille tendit l'oreille. Visiblement, le duo actuel était meilleur que celui de ses prédécesseurs. Pas de loin, mais dans tous les cas, il était difficile, et même sûrement impossible de faire pire que les deux personnes passées avant. L'interlocuteur de la jeune Suédoise était de retour derrière le comptoir. Visiblement, il avait compris ce qu'elle lui avait demandé précédemment. Plus de temps ? Non, il valait mieux éviter. C'était peu probable, mais si Ingrid attendait son tour trop longtemps, elle risquait de monter en pression et de changer d'avis au dernier moment. Il était donc préférable qu'elle passe rapidement, afin d'éviter un surplus de stress inutile.
- Oui, c'est bien la chanson que j'aimerais chanter. Après Madonna ça me va, merci.

Elle adressa au jeune homme un sourire poli. Cela l'embêtait de modifier l'ordre de passage de gens qui attendaient sûrement depuis un moment, mais en même temps cela l'arrangeait bien de pouvoir passer rapidement. La jeune fille remarqua que le serveur était en train de fabriquer un cocktail. Elle s'était toujours demandé comment les barmans arrivaient à donner cet aspect aux boissons, et elle avait à présent la réponse sous ses yeux. Mais il était sûr qu'étant donné que ceci n'étant pas existentiel, elle l'aurait probablement oublié le lendemain. Par contre, la brochette donnait envie. Vraiment envie. Il n'y avait que des bonnes choses dedans, et Ingrid se serait bien laissée tenter si elle en avait eu les moyens. Non, il ne fallait pas qu'elle y pense. Du moins pas tout de suite, peut-être après avoir chanté. Après tout, on dit "après l'effort, le réconfort" et cette brochette semblait être un réconfort tout à fait convenable. L'adolescente ne put s'empêcher d'écarquiller les yeux de surprise pendant une micro-fraction de seconde lorsque le serveur la lui tendit, lui en faisant cadeau. Elle ne s'attendait pas du tout à recevoir quelque chose en cadeau. Finalement, il était cool cet endroit.
- Merci beaucoup. Ca a l'air super bon !

Le grand brun eut droit à un sourire Freedent en signe de gratitude. Ingrid saisit la brochette avec reconnaissance. Zut. Si elle la mangeait maintenant, elle n'aurait pas le temps de "s'échauffer". Enfin, si on considère les exercices respiratoires sont des échauffements, puisqu'il était évident que faire des vocalises d'échauffement serait particulièrement indiscret. Oh et puis après tout, tant pis si elle n'avait pas le temps de faire ces exercices respiratoires, un bon chanteur se devait d'être capable d'improviser en n'importe quelle situation. Ingrid allait donc se faire combat à elle-même en décidant d'oublier ses précieuses habitudes. Elle reporta donc son attention sur l'appétissante brochette qu'elle tenait dans les mains, et commença à la manger. Elle se délectait de chaque bouchée, appréciant à chaque seconde les exquises saveurs exotiques.
- C'est vraiment délicieux ! lança-t-elle à l'intention du serveur.

Ingrid ne mentait pas, elle avait vraiment adorer déguster ce met. Cependant, elle l'avait tellement aimé qu'il avait été vite engloutie. Et, coup de chance, le morceau en cours n'était pas terminé, et elle avait le temps de faire quelques exercices respiratoires avant de se lancer dans sa chanson. Elle tourna donc le dos à l'aimable jeune homme, faisant mine de regarder les apprentis chanteurs actuels. Elle se concentra sur sa respiration. Inspiration, le ventre se gonfle comme un ballon. Expiration, l'air remonte et le ballon se dégonfle doucement. Inspiration, ventre semblable à celui d'une femme enceinte. Expiration, l'air sort de manière contrôlée. L'adolescente eut le temps de répéter ce schéma de respiration ventrale quelques fois avant que la chanson soit finie. Lorsque ceci arriva, elle se leva de son tabouret, et se tourna à nouveau vers le serveur.
- Je suis prête, lui annonça-t-elle calmement, avec un sourire.

Elle le laissa aller annoncer le changement dans la programmation musicale dans la soirée. S'être incrustée en cours de route était en quelque sorte un inconvénient pour la jeune fille, puisque les personnes présentes ici savaient que lorsque le programme changeait, c'était du à l'arrivée d'un nouveau chanteur ou groupe de personnes. Les âmes curieuses étaient donc déjà toute ouïe à l’affût de la nouveauté. Ce n'était absolument pas le moment pour l'adolescente de se louper. Une fois la programmation annoncée, elle inspira un grand coup pour se donner du courage, et alla se poster face à l'écran géant, devant tout le monde et attrapa le microphone qu'on lui tendait. Elle crut entendre un sifflement, encore un jeune imbécile amateur de scandinaves sûrement. Les premières notes de la musique retentirent, à la fois douces, délicates et captivantes. La concentration d'Ingrid était extrême.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. Sing it out. Boy you've got to see what tomorrow brings...   Lun 26 Aoû - 11:56

Andrew s'était peut être trompé sur la jeune fille. Il n'avait jamais été prompt à se faire une idée sur les gens qu'il venait de rencontrer. Il se laissait le temps avant de porter un jugement. Autant pour se faire des amis, commencer à apprécier quelqu'un, que pour être plus sévère. Il avait toujours eu pour principe de laisser sa chance aux gens. Même s'il pouvait être désagréablement surpris. Mais ce principe se voyait aussi pendant ses services au bar-karaoké. Il essayait toujours de mettre à l'aise de futurs chanteurs, pouvant révéler d'agréables surprises et pimenter la soirée avec de belles découvertes. Il s'était donc sans doute trompé sur le compte de la jeune blonde. Même si elle était de dos, il pouvait voir le lent et régulier mouvement de ses épaules, comme un nageur qui se prépare à une course rapide, ou un sprinteur entraînant son corps à un exercice rapide et intense. Les épaules délicates de la jeune blonde se soulevaient, sa longue chevelure bouclés agissant de concert. Même si Andrew ne chantait pas de façon régulière ou professionnelle, il postait de temps en temps des vidéos de lui sur Youtube, accompagné de sa guitare. Et il reconnaissait dans l'attitude de la jeune femme quelques exercices rapides de concentration qui lui le déstressaient, qui elle devait lui permettre de mieux chanter. On parle parfois de colonne d'air, de fluidité et de régularité du souffle. Un vocabulaire qui était inconnu au jeune homme, qui préférait ressentir les choses plutôt que de se forcer à entrer dans une mécanique complexe qui lui ferait perdre un naturel et une spontanéité qu'il appréciait.

Il lui laissa quelques instants, une fois que la chanson de Madonne fut terminée. Déjà pour ne pas rompre trop vite la salve d'applaudissement qui résonnait dans la salle. Il est vrai qu'après le massacre minutieux et en règle qui avait précédé, ceux qui passerait après ne pouvait que bien chanter. Comparativement bien sûr, on était loin des canons musicaux qu'affectionnait Andrew, ni même d'un tube bien interprété. Ensuite pour lui laisser encore quelques instants. De toute façon, il lui fallait encore l'introduire, lancer des encouragements, récupérer les consommations vides après avoir lancé la chanson de Birdy. Étrange choix de chanson d'ailleurs. Andrew avait toujours aimé, à tord peut être, se faire une vague idée de la personne avec son premier titre interprété au bar-karaoké. Birdy avait, dans l'esprit serveurs, cette connotation fragile et frêle, cette fraîcheur et ce mince filet de voix qui rend une fille tout de suite vulnérable. Et donc adorable. Un peu comme ces chatons qui inondaient encore aujourd'hui les sites internet. Il pouvait regarder la jeune femme d'un œil nouveau, avec ce choix de titre, et s'attendait à une interprétation douce, fragile, sur le fil. Presque en déséquilibre. On dit que les grands tubes le sont toujours, comme Someone Like You d'Adèle, que les spécialistes disent contenir quelques faussetés qui rendent justement la mélodie encore plus touchante. On allait être loin de la puissance de Céline Dion, c'était certain dans la tête du jeune homme. Mais il aimait se faire surprendre. Il tapota en signe d'encouragement l'épaule de la jeune fille, et commença à l'introduire.

"Bravo pour cette belle interprétation de La Isla Bonita. Vos applaudissements sont mérités. Maintenant, une petit pause douceur ce soir. Je vous demande d'accueillir chaleureusement une petite nouvelle au bar-karaoké de Lima. Vous savez comme c'est stressant de passer devant vous, alors je vous demande d'être gentils avec elle. La voici avec Skinny Love de Birdy. Bon courage à elle !"

Il la laissa arriver sur scène, sous les encouragements du publique, et lança la bande son. Les écrans se firent plus clair, paroles noirs sur un fond blanc, avec une image de l'interprète originale. Il en profita pour se munir de son plateau rond et noir, le glissa sous le bras, fusillant au passage du regard l'adolescent qui sifflait la jolie nordique. Un peu de respect diantre ! Il leva le pouce en direction de la belle blonde, et continua son tour de la salle. Une trace de dessous de verre ici, une serviette là, un trousseau de clés oublié ici. Il lui faudrait le garder vers la caisse, au cas où le propriétaire reviendrait lui réclamer. Il était maintenant 22h47. Il finissait dans un peu plus d'une heure et demi son service. Les premières notes du piano débutèrent, douces et légères. Une envolée qu'aimait le jeune homme, adepte de l'instrument. Il acheva son tour de salle, passant rapidement pour fermer la caisse, histoire de ne pas tenter le diable. N'ayant plus rien à faire, toute l'assemblée étant servie et attentive à la prestation qui allait venir, il s'empara d'une chaise vide, au fond de la salle, et commença à écouter cette cliente si mystérieuse. Il fallait d'ailleurs qui lui demandât son prénom, autant pour l'enregistrer dans les fichiers et pouvoir afficher son nom lorsque qu'elle rechanterait, que pour pouvoir l'appeler par son prénom. Il imaginait tout de suite des prénoms à consonances scandinaves, avec énormément de stéréotypes, comme Sunniva, Rebecka, Agneta ou encore Sanna et Igritt. Et cette pensée le fit sourire. Autant de bonnes idées pour des personnages nordiques dans ses MMO préférés. A noter donc. Mais déjà le piano résonnait plus fort, et la jeune fille entrouvrait ses lèvres pour laisser échapper les premières notes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm obsessed with the mess that's America
Age : 18 ans
Occupation : Etudiante en composition musicale et performance vocale à l'OSU, membre des UH
Humeur : Anxieuse
Statut : Toujours en couple avec son perfectionnisme
Etoiles : 2550

Piece of Me
Chanson préférée du moment :
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
MessageSujet: Re: 02. Sing it out. Boy you've got to see what tomorrow brings...   Lun 26 Aoû - 18:16

L'attention de ses auditeurs était tellement importante que la pression qui émanait de la jeune fille était presque palpable. Ingrid laissa la musique l’envahir, elle s’imprégna  de chaque note de piano, elle se laissa emporter par le tempo. Quand elle chantait, elle était toujours loin, très loin, dans un autre monde. Elle chantait toujours avec son coeur et son âme, s'imprégnant des paroles et de l'émotion du morceau. Elle pensait que c'était essentiel pour une performance réussie. Et ce soir, elle devait absolument réussir, car le nombre de paire d'yeux fixés sur elle était important.
- Come on skinny love just last the year
Poor a little salt we were never here ♪


Paroles répétitives, pas le droit à une faute de rythme ou d'intonation.
- My my my, my my my, my my my, my my ♪

Cette chanson était vraiment superbe. Inspiration, descente de la mélodie.
- Staring at the sink of blood and crushed veneer ♪

Rythme plus rapide.
- Tell my love to wreck it all
Cut out all the ropes and let me fall ♪


Un peu plus de puissance que la fois précédente.
- My my my, my my my, my my my, my my
Right in the moment, this order’s tall ♪


La façon de chanter chaque note, chaque syllabe de chaque phrase était entièrement contrôlée. Parfaitement maîtrisée. L’objectif d’Ingrid était de faire vivre à ceux qui l’entendaient, toute l’émotion de la chanson. Elle vivait la chanson, elle était dedans de la tête au pied, vivant chaque seconde, essayant de se mettre à la place de l’interprète originale de la chanson.  Ou plutôt de la personne qui l’avait écrite. C’était une chanson d’amour, sûrement écrite par quelqu’un de relativement instable dans sa tête, ou qui avait connu une forte déception. Peu importe, cette chanson était magnifique, agréable à en tendre et à chanter.
- And I told you to be patient
And I told you to be fine
And I told you to be balanced
And I told you to be kind
In the morning I’ll be with you
But it will be a different kind
Cause I’ll be holding all the tickets
And you’ll be owning all the fines  ♪


Courte pause. Plus de puissance, tout en restant dans la délicatesse qu’imposait la chanson.
- Come on skinny love what happened here
Suckle on a hope in lite brassiere
My my my, my my my, my my my, my my ♪


Chaque note était maîtrisée, Ingrid essayait d’atteindre la perfection. Plus doucement.
- Sullen load is full,  so slow on the split ♪

A nouveau le refrain. Construction répetitive presque jusqu’au bout cette fois.
- And I told you to be patient
And I told you to be fine
And I told you to be balanced
And I told you to be kind
And now all your love is wasted
And who the hell was  I
Now I’m breaking at the britches
And at the end of all your lines  ♪


La musique s’adoucit, la voix de la jeune fille.  Elle chantait dans un souffle léger, plus traînant.
- Who will love you ?  
Who will fight ?
And who will fall far behind ? ♪


Reprise de la mélodie, reprise de la puissance. Enfin si on pouvait appeler ça de la sorte, puisque ce n’était pas une puissante qui aurait pu briser un verre, c’était une puissance fragile, comme un ballon de baudruche en équilibre instable au-dessus d’un clou. Tenir la dernière note pour ne pas qu’il tombe.
- Come on skinny looooove ♪

Plus de douceur.
- My my my, my my my, my my my, my my
My my my, my my my, my my my, my my ♪


La jeune fille se laissa aller à écouter les dernières notes de piano, vivant jusqu’à la fin la musique, profitant de chaque seconde où elle pouvait ressentir l'émotion que lui procurait la chanson. Et elle profitait également de la nouvelle émotion qu'elle ressentait : le plaisir. Elle ressentait un plaisir énorme en cet instant, une satisfaction même. Elle avait bien chanté, elle le savait, et c'était jubilatoire. Elle était fière d'elle, et elle savourait chaque applaudissement avec une jouissance extrême. Mais elle n'en profita pas longtemps et quitta au plus vite "le devant de la scène" et revint s'asseoir devant le comptoir du bar. Chanter ainsi lui avait donné soif, et le cocktail qu'elle avait vu le serveur préparer tout à l'heure lui donnait envie. Elle était beaucoup plus détendue qu'auparavant, et lui adressa un grand sourire.
- Je veux bien le même cocktail que celui que vous prépariez avant de me donner la brochette, s'il vous plait.

Le bar karaoké était un endroit sympathique. Ingrid savait qu'elle allait profiter de sa soirée. Enfin, elle s'était tout de même imposée l'heure de minuit comme heure maximale de retour à la maison. Elle devrait être en forme dès le lendemain au petit matin pour s'occuper des enfants, donc autant prévoir le coup et se coucher tôt. Elle prit son porte-monnaie et farfouilla un peu dedans pour trouver quelques pièces qui lui permettraient de régler sa consommation. Elle donna un peu plus que prévu et annonça à l'intention du serveur :
- Gardez la monnaie pour vous !

Elle-même aurait beaucoup apprécié recevoir un pourboire si elle passait ses soirées à servir des clients pas toujours très aimables, et c'était sans doute une bonne compensation pour ses pauvres tympans qui ne devaient plus très bien fonctionner à force de rester dans cet endroit. Remarque, la personne qui chantait à présent Try, de Pink, se débrouillait bien. Peut-être que l'horrible duo qui était passé plus tôt dans la soirée était une exception.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. Sing it out. Boy you've got to see what tomorrow brings...   Lun 26 Aoû - 19:58

Andrew était sceptique. Admiratif mais sceptique. Elle avait bien chanté, la fille du nord. Vraiment bien. Loin sans doute de l'interprète originale. Avec plus de puissance, moins teintée de ce côté naïf et ingénu que pouvait avoir Birdy. La demoiselle avait plus de puissance, plus de maîtrise, moins dans cette cassure cristalline que pouvait avoir la jeune anglaise. On sentait sans doute plu de professionnalisme chez la blonde, mais loin des stéréotypes mécaniques que l'on pouvait regretter. Elle chantait vraiment bien, et elle était si différente de l'image fragile et en plein doute qu'elle lui avait donné derrière le bar. S'était elle joué de lui ? Ou était elle simplement un grande traqueuse ? En tout cas, c'était une jolie découverte que le karaoké avait faite. Bien sûr, Andrew pensait que le talent de la jeune suédoise devait être connu, sans doute même dans la ville. Le lycée, parait il, regorgeait de talents et fourmillait de glee clubs. Peut être était elle dans l'une de ces chorales. En tout cas, elle revenait vers lui, assoiffée, et il devait lui faire un cocktail.

Il hocha la tête, n'osant rompre l'atmosphère qu'elle avait su créer avec la mélodie de sa voix et les notes exceptionnelles qu'elle avait pu tenir. Il s'empara d'un verre, un de ceux qui sont long, légèrement épais, qu'il conservait au frigo, en dessous du bar. Sortir le verre dans l'ambiance grisante, saturée d'alcool et de baffles assourdissantes, le teinta d'une sorte de buée qui rajoutait à l'effet givré un aspect glacé. Il en avait oublié d'annoncer le chanteur suivant, encore sous le charme de la prestation de la jeune femme. Andrew avait mécaniquement lancé le karaoké de Try, omettant même de remercier la jeune femme, de demander des acclamations pour son tour de chant. Pas besoin d'ailleurs d'en réclamer. Toute la salle, sous le charme, avait applaudit à tout rompre, hurlant et tapant des pieds, l'alcool aidant sans doute. Le verre glissait dans le sirop de glucose. Andrew le mis ensuite sur la planche, recouverte de sucre cristal, épais, blanc et brillant. Le givre sucré cerclait maintenant le rebord du verre, le jeune serveur pouvait se lancer dans la conception du cocktail. Fraise, fruit des bois, un doigt de gin, de l'eau pétillante et de la glace pilée. Il glissa une brochette de fruits et servit le verre à la jeune fille qui lui laissa un généreux pourboire.

Andrew était peu habitué à ce genre de gentillesse. Aujourd'hui, tout le monde était pressé. Pressé de consommer ce pour quoi ils étaient venu. Réclamant une boisson dans l'immédiat. Voulant chanter tout de suite. Partant immédiatement après leurs tours de chant, sans même rester pour celui des autres. S'auto satisfaire de ses prestations sans profiter de celles des autres. Le jeune homme, lui, aimait prendre son temps. S'appliquer. Discuter avec les clients. Faire connaissance. Il aimait rire avec eux, les introduire plus personnellement lors de leur prestation, avec des anecdotes de la fois d'avant, ou d'autres soirées pour les habitués. Mieux connaitre les gens, c'est savoir s'adapter et offrir le meilleur. Celle ci par exemple, aimait le rock et préférait les fraises en bonbon plutôt que de vrais fruits. Celui là ne chantait que de vieux classiques, mais ne buvait que des boissons sans alcool. Cette dernière lui faisait toujours un clin d’œil quand elle arrivait, se mettait au bar, et pouvait rester la soirée à discuter avec le jeune homme, sans même chanter. Elle avait deux chats, fraîchement divorcée, et se sentait seule, sans doute. Alors il décida de prendre le temps avec la jeune blonde. Histoire que sa première expérience des karaokés ne lui laissât un mauvais souvenir. Elle chantait si bien qu'il souhaitait qu'elle revienne. Pour le bien de ses oreilles.

"Merci. Pour le pourboire. Et bravo pour votre prestation, vous...tu chantes vraiment bien."

Le passage du vouvoiement au tutoiement n'était pas chose aisée d'ordinaire chez Andrew. Mais il était tard, sur les rotules après sa journée au Levis Store et son service au bar-karaoké. Il voyait la jeune fille guettait du coin de l’œil la pendule qui tickait et tackait au dessus de l'armoire à boisson. Elle avait sans doute une heure pour rentrer, il devait alors faire vite pour nouer un premier contact. Et puis, l'ambiance aidant, il se permis cette familiarité. Ce passage entre le vous et le tu que leur âge proche l'autorisait. Elle était même sans doute plus jeune que lui, encore lycéenne supposait il.

"Je m'appelle Andrew. Andrew Lockart. Je ne t'avais jamais vu, ni au karaoké ni au Levis Store. Mais je suis heureux de découvrir ce soir une aussi jolie voix. J'espère que tu en fais profiter les gens, c'est du gâchis sinon."

Il avait dit la dernière phrase avec un sourire dans la voix, même s'il tentait désespérément de réprimer un bâillement qui se faisait de plus en plus pressant. Demain, il avait un jour de repos total. Ni Levis Store, ni karaoké. Juste une journée entre lui, son ordinateur, et son lit. Il voyait déjà d'ici sa tête du lendemain, loin de sa coupe gominée de serveur. Ses cheveux indomptables seraient dressés au dessus de son crâne, ses yeux encore endormis mi clos devant son écran qui serait de toute façon trop lumineux le matin, donc vers environ midi. Il porterait un t-shirt difforme, trop ample pour lui, un pantalon s'il ne décidait pas de rester en boxer. Personne ne le verrait de toute façon. Les joies du célibat. En tout cas, son sourire était franc, et tentait de cacher la fatigue accumulée de ces derniers jours.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm obsessed with the mess that's America
Age : 18 ans
Occupation : Etudiante en composition musicale et performance vocale à l'OSU, membre des UH
Humeur : Anxieuse
Statut : Toujours en couple avec son perfectionnisme
Etoiles : 2550

Piece of Me
Chanson préférée du moment :
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
MessageSujet: Re: 02. Sing it out. Boy you've got to see what tomorrow brings...   Lun 26 Aoû - 22:40

Toujours bercée dans l'émotion de sa prestation, Ingrid nageait dans un petit océan semblable au ciel, sautant de nuage en nuage au gré des applaudissements qui ne se turent qu'une fois qu'elle eut complètement disparu de la lumières des spots devant l'écran. Et même ayant quitté le devant de l'écran, l'adolescente était toujours grisée par le moment qu'elle venait de vivre. Elle adorait chanter, et ce morceau avait eu le mérite de lui rappeler qu'elle aimait beaucoup chanter en public. Elle avait littéralement pris son pied. Enfin bref, il fallait qu'elle se re-concentre sur le moment présent, elle papillonnait beaucoup trop, c'était mauvais. Elle ne put s'empêcher de regarder la fascinante manière qu'avait le serveur de faire le cocktail. Ca avait l'air vraiment délicieux. Oh zut, du gin. Bon tant pis, ce n'était pas pour quelques gouttes d'alcool qu'Ingrid allait mourir. Même si boire ne faisait pas partie de ses habitudes, après tout, chanter dans un bar karaoké non plus, et c'était pour le moment une super expérience donc autant la vivre pleinement. Oh une seconde brochette !
- Merci beaucoup !

Ingrid prit le verre avec ravissement évident. Elle savait qu'elle allait se délecter de chaque gorgée du breuvage. Pour une fois qu'elle sortait le soir, il fallait qu'elle en profite un peu. Le reste du temps elle bûchait sur ses cours afin de se donner les moyens d'entrer à Harvard, et elle profitait des vacances pour vérifier qu'elle avait bien acquis tout ce qu'elle avait appris depuis le début de l'année. Et quand elle ne travaillait pas, elle s'occupait de Beth et Prince. En fait, elle avait peu de temps pour elle, et peu de temps à donner aux autres. Donc elle était ravie d'avoir pu faire plaisir au jeune homme avec le pourboire. Enfin elle croyait lui avoir fait plaisir, c'était l'impression qu'il donnait en tout cas. Et si c'était le cas, elle ne pouvait qu'en être ravie. C'était toujours un plaisir pour la jeune fille de faire plaisir aux gens. Elle se sentait utile quand c'était le cas.
- Y a pas de quoi, ça me fait plaisir ! lui dit-elle avec un grand sourire.

Ainsi, il avait aimé sa prestation ? Donner du bonheur, c'était le but d'Ingrid lorsqu'elle chantait, et si c'était atteint, alors tant mieux. Elle pensait que chacun avait le droit à un peu de bonheur au quotidien, et la musique pouvait apporter un peu de joie de vivre dans le cœur de la population, alors autant en profiter. Mais quand il la complimenta, cela replongea l'adolescente dans sa timidité quotidienne, qui amenait avec elle la gêne permanente. Elle était rouge tomate, mais elle arriva tout de même à bafouiller une réponse :
- Je.. oh.. euh.. merci.

Elle n'arriva pas à faire mieux. D'autant plus que son interlocuteur s'était mis à la tutoyer, ôtant ainsi la distance de base entre un employé et un client. Ingrid avait généralement été à l'aise avec les personnes dont c'est le travail de parler, de servir ou de renseigner, tant que cela restait quelque chose de très formel et uniquement dans un but de coopération mais là, le jeune homme venait de briser cette barrière, et cela ne fit que renforcer encore plus sa gêne habituelle. Elle ne savait vraiment pas du tout comment se comporter envers lui, et le silence serait donc sa meilleure arme. Mieux vaut se taire que se mettre à bafouiller ou à dire n'importe quoi. Malheureusement, le brun avait visiblement l'intention d'engager la conversation, et donc Ingrid serait obligée de répondre. Coup de chance pour lui, il avait titillé la curiosité de la Suédoise.
- Oh tu travailles au Levis Store aussi ? s'enquit-elle. Euh pardon... je suis trop curieuse. Moi c'est Ingrid Svensson. En fait je fais partie du Glee Club de McKinley.

A vrai dire, elle avait été enrôlée de force par Sue Sylvester, mais au final, cela était loin d'être déplaisant, bien au contraire. La jeune fille appréciait de pouvoir partager les goûts musicaux et le talent des autres lycéens faisant partie des New Directions. Même si ce n'était pas toujours facile de concilier le Glee Club avec les études et les relations avec les autres personnes du lycée, Ingrid aimait vraiment participer au club. Et elle avait franchement hâte à la soirée d'Halloween organisée par la mairesse. Les New Directions et les Urban Hymns avaient prévu des numéros prodigieux, ce serait un réel plaisir de les faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. Sing it out. Boy you've got to see what tomorrow brings...   Mar 27 Aoû - 16:17

Andrew, one point. Finalement, il n'avait pas perdu son sens de l'observation. Cette fille savait chanter, et elle le savait, puisqu'elle faisait parti d'un glee club. Cette conclusion le fit sourire. Il aimait avoir raison. Enfin se rendre compte qu'il ne s'était pas trompé. C'est toujours rassurant d'être certain de quelque chose, de bien approcher une vérité. Elle était mignonne, avec son fard sur les joues, dû sans doute plus à ses compliments qu'à l'effort qu'elle avait effectué sur la scène brûlante des projecteurs au dessus d'elle. Andrew ne connaissait personne qui pouvait encore rougir de compliments. Pas aujourd'hui, dans cette société où les jeunes ne l'étaient plus, plus tout à fait. Où les vieux ne voulaient pas le devenir. Où tout devait arriver dans l'immédiat et paraître parfait. Maquillage, fard, toujours plus pour toujours plus se faire voir. Et lisse. Lisser les rides, lisser les imperfections qui pourtant font la beauté. La dissymétrie au service d'un visage. Mais elle semblait si naturelle, si fraîche et avenante. Une poupée russe, une de celles du nord que l'on expose sur la cheminée, à défaut de la toucher pour ne pas l'abîmer, détruire la perfection des traits peints et de la porcelaine délicate. Les lourdes boucles blondes rajoutaient à ce tableau cette légèreté qu'il appréciait chez les femmes. Il ne pouvait les aimer que comme ça, cette belle nuance entre la beauté du corps qu'il appréciait comme un esthète et celle d'une relation dont il pouvait se délecter sans ces âpres caprices physiques. Il aimait les femmes, Andrew, sans doute mieux que les autres ne pouvaient le faire.

Ingrid Svensson. Un nom qui le plongea une fraction de seconde dans les plaines lapones, sur un traîneau, à rire au son des clochettes qu'un élan traînerait derrière lui. Il sentait d'ici les meubles en bois, les cabanes au fond des bois, les feux de cheminée qui crépitaient dans un coin de la pièce, et l'odeur d'un chocolat chaud tandis que l'on regardait le lac gelé se craqueler devant les premières chaleurs du printemps qui s'était laissé désirer, une fois encore. Il se rappela aussi une vieille lecture, Millénium de Stieg Larsson, ses trottoirs embourbés de neige fondu, les voitures lourdes et bruyantes pendant les enquêtes d'un binôme aussi étrange que fascinant. Ikéa. Nokia. Autant d'information qui lui vinrent en tête tandis que la blonde terminait sa phrase. Il laissa les flocons de neige de son imagination fonde sur un coin de sa mèche brune et gominée, et la chaleur du karaoké revenir. Le bruit revint, assourdissant, amplifié par des baffles qui hurlaient et souffraient, agonisantes. Il baissa un peu le son, histoire que le rock de la chanson n'assourdisse avec ses graves les clients extatiques. Il focalisa ensuite son attention sur la jeune fille, préférant la compagnie de la belle plutôt que le bruit de la salle.

"Je me disais bien qu'une aussi belle voix ne pouvait pas passer inaperçue. Enchanté en tout cas Ingrid."

Il sentit à la fraîcheur soudaine que les portes du karaoké venait de s'ouvrir. Son collègue venait de rentrer pour les quelques heures qui restaient d'ouverture. Andrew pouvait enfin souffler. Il lui fit un clin d’œil en guise de bienvenu. Il checka rapidement l'état de la salle. Bien sûr, elle avait besoin d'être balayée, mais on ne pouvait décemment le faire en présence d'autant de monde. Aucun détritus ne traînaient et ne polluaient le paysage de la salle. Les dernières consommations commandées avaient été servies, et tous les groupes avaient chanté au moins deux fois dans la soirée. Il pouvait se permettre une pause, la relève était arrivée. Il décida de se faire confiance. Il le pouvait, il portait un nœud papillon après tout. Après ça, on pouvait vraiment se faire confiance et tout se permettre. Se faire confiance et décider qu'il avait aussi deviné que le temps de la jeune fille entre ces murs étaient compté. Finalement, ses parents devaient peut être venir la chercher, une voiture se garant dans la rue. Ou sans doute certains de ses amis allaient ils venir la rejoindre, et elle s'évanouirai dans la foule hurlante et vrombissante de la salle. Alors, il osa. Décida d'oser. S'il le pouvait encore, il se mordrait les lèvres, de peur de passer pour un effronté, ou un énième serveur lourd et entreprenant. Bien sûr, lui savait qu'il n'y avait pas d'arrière pensée, mais qui le savait vraiment ? On voyait juste un serveur tenir la jambe à une jeune fille encore mineure. Il avait souvent eu cet ennui. Cette relation presque schizophrénique avec lui même. Entre un Andrew qui regardait, spectateur, le triste manège qu'il pouvait parfois mener. Timide et réservé, qui s'enfermerait volontiers dans son appartement. Et l'autre, le serveur et le vendeur, la figure publique, qui osait, se permettait les premiers pas quand il rêvait de s'enfuir. Il pouvait s'entendre hurler dans sa tête. Mails il ignora. Et se jeta à l'eau.

"Un petit duo, ça te dit? Ca fait un moment que je n'ai pas chanté, je dois être un peu rouillé, mais avec une telle chanteuse à mes côtés, je suis sûr que l'on peut faire oublier à la salle le désastre de La Isla Bonita. Je veux même bien te laisser choisir le titre."

Pile. Ou face. Andrew s'était lancé, et il devait maintenant attendre la sentence de la jeune femme. Gêné, il passa une main maladroite à l'arrière de son crâne, histoire de se donner contenance, un sourire contrit sur les lèvres. Les dernières paroles de Pink défilaient sur les écrans lumineux de la salle, repris par le chanteur et le cœur de la salle. Quelques notes de piano, un accord de guitare, lointain. Et des lumières qui se rallument, sous les applaudissements du karaoké, séduit définitivement par cette reprise du tube rock.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm obsessed with the mess that's America
Age : 18 ans
Occupation : Etudiante en composition musicale et performance vocale à l'OSU, membre des UH
Humeur : Anxieuse
Statut : Toujours en couple avec son perfectionnisme
Etoiles : 2550

Piece of Me
Chanson préférée du moment :
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
MessageSujet: Re: 02. Sing it out. Boy you've got to see what tomorrow brings...   Mar 27 Aoû - 22:21

Il était sympa au final ce serveur. D'un côté, c'était son boulot, mais de l'autre, il semblait être gentil de nature. Ingrid l'observa plus attentivement, en dehors de ses épais sourcils, il avait les yeux d'un joli marron-noisette aux reflets brillants, et ses cheveux étaient peignés de manière propre. Il avait l'air d'avoir pas mal de volume, même avec cette couche impressionnante de gel. Il devait avoir une sacré tignasse lorsqu'il n'en portait pas, ça devait être drôle à voir, moins à coiffer sûrement. C'était dans ces moments qu'Ingrid appréciait ses délicats cheveux blonds, si facile à coiffer. Elle avait hérité ses cheveux blonds de ses origines. En effet, il y avait très peu de Suédois qui n'aient pas cette pâle, parfois fade, couleur de cheveux. En fait, quand elle y pensait, tout le monde se ressemblait en Suède. Mais c'était cette ressemblance qui poussait les gens à mieux s'observer, pour mieux voir les différences, comme la forme des yeux, du nez, de la bouche. Et au final, chacun était différent, et c'était enrichissant. Cela rappelait que chaque personne sur Terre était unique, avait ses particularités, et son caractère. Parce que oui, il fallait parler à une personne pour la connaître, on ne pouvait pas tout lire sur les traits d'un visage.

Mais même si en Suède c'était nécessaire, ici, Ingrid n'aimait pas dévisager les gens, et de toute façon, c'était généralement mal pris. Dès qu'on s'attardait un peu sur les traits du visage de quelqu'un, cette personne prenait souvent cela pour une provocation, même si à la base ce n'était absolument pas dans l'intention de celui qui regardait. Au départ, l'adolescente avait eu du mal à se familiariser avec la mentalité Américaine, mais après deux mois passés à Lima, ça allait beaucoup mieux. Elle n'appréciait toujours pas le fait qu'il y ait une échelle sociale dont il était difficile, voire quasiment impossible de monter les barreaux. En fait, peut-être que si elle avait été tout en haut de l'échelle sociale, cela ne lui aurait pas posé de souci. Mais il s'avérait qu'étant membre du Glee Club, elle en était tout en bas, ce qui était parfois problématique. Malgré tout, la jeune fille se fichait de ce que pouvaient penser les gens, elle avait quelque chose qui la laissait penser que quelques minutes, ou quelques heures par jour, elle se trouvait bien au dessus de cette échelle, loin dans les nuages. Et cette chose, c'était la musique. C'était la raison pour laquelle elle était venue au bar karaoké ce soir là. Elle avait adoré chanter devant tout le monde, et même si elle était dans sa bulle, ça avait été un bon moment de partage. Elle adressa un sourire gêné à Andrew lorsque celui-ci fit encore l'éloge de sa voix.
- Enchantée aussi.

Oui, enchantée c'était bien le mot. Ce soir elle avait fait la rencontre de quelqu'un de sympathique, donc elle était ravie. Non pas que les gens qu'elle rencontrait habituellement soit antipathiques, mais en général, elle n'arrivait pas à être très à l'aise avec des inconnus. Et là, elle était assez détendue, ce qui était surprenant. Et donc, elle pleinement satisfaite de sa soirée : elle avait adoré chanter, elle avait mangé une délicieuse brochette de fruits, discuté avec un gentil jeune homme et elle s'était sentie à l'aise, ce qui était déjà une grande avancée sur sa métamorphose personnelle. Ingrid avait décidé de commencer à faire des efforts pour s'ouvrir plus aux autres, et à se sentir mieux avec eux, et elle commençait à faire quelques progrès. C'était bon, presque jubilatoire. Ainsi, il lui proposait de faire un duo ? La jeune fille était optimiste à cette idée, mais il fallait qu'elle surveille bien l'heure. Elle regarda sa montre pour être fixée : dans trois quarts d'heures elle devrait rentrer chez elle, ce qui lui laissait un peu de temps.
- Ca serait avec grand plaisir ! lui répondit-elle. Tu vois, j'avais presque oublié cet horrible moment, et tu viens de me le remettre en tête, je ne te remercie pas ! rigola-t-elle. Par contre, je n'ai aucune idée de chanson que l'on puisse chanter. Je vais y réfléchir un peu.

Est-ce qu'elle connaissait des chansons qui se chantaient en duo ? Certainement, mais aucun titre ne lui venait à l'esprit pour le moment. Elle était un peu fatiguée et pourrait sans doute essayer de se creuser la tête des heures durant, elle n'était pas sûre de trouver une quelconque réponse que ce soit. Il faudrait qu'elle ait une illumination... ou qu'elle saisisse à nouveau le classeur où étaient inscrit tous les titres qu'il était possible de chanter. Il n'avait pas bougé de sa place depuis qu'elle l'y avait reposé plus tôt dans la soirée, à croire que tout le monde était inspiré ou avait ses habitudes en ce lieu. Elle attrapa donc le classeur et le feuilleta en guettant le titre qui la ferait tilter. Elle dut presque arriver aux dernières pages avant de trouver la chanson idéale. Elle représenterait en même temps un défi, puisqu'il fallait mettre beaucoup de puissance, bien plus que dans Skinny Love, c'était indéniable. La perspective de mettre ses cordes vocales à l'épreuve lui plaisait bien. Elle referma le classeur d'un geste rapide, et releva la tête vers Andrew avec un grand sourire.
- Heart Attack, de Demi Lovato, ça t'irait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. Sing it out. Boy you've got to see what tomorrow brings...   Mar 27 Aoû - 23:21


Elle avait accepté. Et merde, je fais quoi maintenant ? La nervosité le gagnait. Il n'avait ressenti que rarement cet état de nervosité. De stress. Une boule lui saisit le ventre, tordant sadiquement ses boyaux. Il eu du mal à déglutir, sentant son rythme cardiaque accélérer. Il jeta un coup d'oeil à la salle, extatique depuis le dernier passage, et calcula le nombre de spectateurs. Essaya de calculer. Il abandonna. Ils étaient trop nombreux, et il avait perdu tous ses moyens, ne pouvant faire le vide dans son esprit pour additionner simplement les clients les uns après les autres. Qu'allait on penser de lui, à côté d'une telle voix ? Bien sûr, il chantait bien, mais n'avait pas le niveau pour égaler une puissance et une clarté aussi incroyable. Et puis, Ingrid avait cette présence, cette prestance. Elle attirait la lumière, l'avalait, s'en nourrissait, comme pour la refléter et ne fait qu'un avec la scène. On ne pouvait détacher son regard d'elle quand elle chantait. Elle captivait son auditoire et les emmené avec elle, dans son univers. Il déglutit, enfin. Tentant désespérément de reprendre un rythme respiratoire normal, évitant au passage d'ouvrir la bouche comme un poisson hors de l'eau. Pourtant, il en aurait bien besoin, de cette goulée d'air qui lui manquait tant. Son corps palpitait, à l'idée même de monter sur cette scène, de rencontrer le regard d'Ingrid, de se confronter aux jugements des autres face à une voix aussi magnifique. Il angoissait à l'idée que les projecteurs ne se fixent sur lui. Il pouvait lui arriver n'importe quoi qui pourrait achever de lui faire entrer dans la tête qu'il devait s'enterrer pour qu'on les oublie, lui et sa prestation. Un écran qui bug, des paroles illisibles. Un micro qui ne fonctionnait pas, ou mal. Des baffles saturées qui renverraient sa voix en plusieurs fois. Des aiguës stridents. Et la honte de sa vie.

Cependant, le choix qu'elle avait fait le rassura. Il pu se calmer, un peu, et recouvrer visage humain et contenance convenable. Heart Attack de Demi Lovato. Il avait souvent chanté cette chanson sous la douche, au grand dam de ses voisins qui parfois tapaient contre le mur en signe de protestation. Bien loin de son répertoire habituel qui était pop-rock voire carrément rock, en accord avec le timbre de sa voix, c'était une chanson qu'il appréciait, pour son texte comme pour les notes qu'elle couvrait. Une chanson qu'il pouvait brailler le matin pour se réveiller, la mousse du shampoing plein les cheveux (et les sourcils), son gant de toilette dévalant son corps trempé et sentant le monoi du gel douche. Bien sûr, les conditions n'étaient pas les mêmes. La brosse-canard était remplacée par une jolie blonde talentueuse, et les carreaux de la salle de bain par autant de spectateurs critiques. Il pouvait surtout s'entendre, la réverbération et la cabine exigue de la salle de douche aidant. Ici, pas d'oreillette, juste le son des enceintes saturées qu'il aurait du mal à entendre de toute façon, avec le bruit de la salle et des conversations. Il prit son courage à deux main, et accepta la proposition de la jeune femme.

"Oui, ça me va parfaitement. Je la connais assez pour ne pas la massacrer."

Sourire gêné. Comme si un petit garçon allait chanter avec un star de la chanson. C'était d'ailleurs un peu le cas. Un garçon novice allait chanter en duo avec une chanteuse de chorale sur une chanson qui exigeait de la puissance et une étendue de notes impressionnantes. Il lui faudrait mettre la chanson dans les notes qu'il pouvait atteindre sans trop la dénaturer pour conserver les repères d'Ingrid. Il respira, une fois. Longuement, libérant les moindres parcelles de ses poumons, espérant se découvrir au passage une voix de ténor époustouflante. Que le dieu sourcil lui vienne en aide. Il pianota sur le clavier de l'ordinateur, cliqua sur la chanson, et commença son annonce. Lui, et elle, en duo. Il laissa son collègue fraîchement arrivé lancer le titre, le temps que les deux compères atteignent la scène, louvoyant entre les tables, les chaises, sous les applaudissements d'encouragement fournis de la salle. Ils savaient qu'elle chantait bien, connaissait son talent. Et devait présumer du sien, à lui, aussi bon que celui de la jolie blonde pour qu'elle accepte ce duo. Les lumières se baissèrent un peu, ne laissant seulement la scène d'éclairée, les écrans s'allumant avec "Heart Attack" écrit en gros, gras, et brillant. On ne pouvait pas le louper, ce titre. On savait maintenant à quoi ils allaient s'attaquer. Et la pression revint.

Andrew était mal dans sa peau. Il ne pouvait soutenir le regard des spectateurs, préférant regarder l'écran, Ingrid, ou la porte de sortie. C'était un point fixe comme un autre après tout. Même si ce choix étant tout compte fait révélateur. Courage, fuyons. S'il pouvait. Les premières notes du piano débutèrent, aiguës et claires, presque cristalline, dans une salle étonnamment silencieuse. Il entre-ouvra ses lèvres, rapprocha le micro de sa bouche, et se lança. Il n'avait que quatre phrases, quatre avant qu'elle ne prenne la relève et chante le refrain avec lui. Mais c'était à lui de commencer, et tout le monde était attentif.

"Never put my love out on the line
Never said yes to the right guy
Never had trouble getting what I want
But when it comes to you, I’m never good enough"


Sa voix était là. Au rendez-vous. Il n'avait plus la gorge nouée finalement. Et se sentait presque bien. Bien sûr, il n'avait pu réprimer un tremblement, infime, presque inaperçu. Mais sa voix clair et grave avait pris le dessus. D'abord légèrement rocailleuse, avant de retrouver sa couleur pop et douce originale. Il n'avait pas une de ces grandes voix que l'on pouvait connaître chez les chanteuses, ni une de celles suraiguës de ces nouveaux chanteurs électroniques. Il se situait plutôt chez les chanteurs rock, aimant se balader dans les grave, avec une voix de tête assez puissante pour tenir une note et ne pas passer pour un crétin quand il la tentait. Son tour était terminé, pour le moment et il était fier de lui. Il avait chanté juste, bien même pour un amateur qui ne poussait la chansonnette  que devant son canard ou lors de vidéo anonyme sur le net, armé de sa guitare. C'était au tour d'Ingrid, et il avait hâte de voir comment la voix cristalline et en perpétuel déséquilibre, fragile et si douce, de Skinny Love allait s'attaquer à celle, puissance et forte, de Demi Lovato.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm obsessed with the mess that's America
Age : 18 ans
Occupation : Etudiante en composition musicale et performance vocale à l'OSU, membre des UH
Humeur : Anxieuse
Statut : Toujours en couple avec son perfectionnisme
Etoiles : 2550

Piece of Me
Chanson préférée du moment :
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
MessageSujet: Re: 02. Sing it out. Boy you've got to see what tomorrow brings...   Mer 28 Aoû - 11:20

Cela faisait longtemps qu'Ingrid n'avait pas chanté un duo avec quelqu'un. Au sein des New Directions, c'était généralement elle qui avait les solos, et elle ne chantait pas souvent de duos. Elle avait plus l'habitude des numéros de groupe, mais elle était tellement concentrée sur ses prestations que souvent ces moments devenaient plus un show musical qu'un moment de partage. Or, un duo était forcément un moment de partage puisque c'était juste deux personnes, l'une en face de l'autre, à chanter la même chanson. Souvent il se passait des choses magiques pendant les duos, c'était des moments de partage immense. Les voix s'unissaient, s'harmonisaient pour exprimer la même chose de la même façon, à travers le même morceau. Il fallait qu'un duo soit parfait pour être beau, du moins c'était la définition qu'en avait Ingrid. Elle ne savait absolument pas comment chantait Andrew, mais il était évident que s'il lui avait proposé de chanter ensemble, c'est qu'il se connaissait, et qu'il chantait bien. Et puis de toute façon, il chantait forcément mieux que ceux qui avaient précédemment massacré La Isla Bonita, donc leur prestation serait dans tous les cas meilleure. Et puis, peut-être qu'Andrew avait une voix exceptionnelle et qu'il ne le savait pas encore, ou qu'il n'osait pas se l'avouer ? L'avenir et ce duo le lui dirait.

Quoi qu'il arrive, la jeune Suédoise savait qu'elle allait apprécier ce duo, juste pour l'instant de partage magique et l'atmosphère qu'il créerait. Et puis, elle allait mettre à l'épreuve ses cordes vocales et changer radicalement du style de chanson qu'elle avait chanté plus tôt. La chanson précédente était douce, fragile, elle ressemblait presque à un appel au secours, c'était quelque chose de triste. Mais Heart Attack était quelque chose de plus fort, de plus solide, de plus pêchu. Le rythme était plus rapide, et le sens de la chanson était radicalement différent. Contrairement à Skinny Love qui parlait d'un amour déchu, cette chanson montrait à quel point tomber amoureux pouvait être difficile, mais d'une façon affirmée, sûre, sans regrets. Il lui faudrait croire en la chanson pour bien la chanter, croire en ses paroles. Et dans le fond, ce n'était pas compliqué d'y croire puisque cette chanson représentait relativement bien ce qu'elle pensait. Et visiblement, Andrew la connaissait, tant mieux.

Son sourire gêné était presque... Gênant. Elle ne savait pas comment réagir, mais elle savait que pour enlever la gêne de quelqu'un, rien de mieux qu'un sourire confiant, donc, elle tenta de lui faire un sourire qui pourrait le mettre en confiance. Elle n'allait pas le manger après tout. Et les spectateurs non plus, la preuve, même l'horrible prestation sur la chanson de Madonna tout à l'heure avait eu droit à une salve d'applaudissements et un enthousiasme non feint. Lorsqu'il tapa le titre de la chanson sur l'ordinateur, elle se rendit tout juste compte qu'un autre serveur était arrivé pour le remplacer. En temps normal, elle avait un sens de l'observation aiguisé, mais pas ce soir visiblement. C'était peut-être le tout petit verre de cocktail qu'elle avait bu plus tôt ? Ou la fatigue sûrement. Enfin bref, elle se refocalisa sur ce qui se passait à l'instant précis et se rendit compte qu'il fallait qu'elle traverse la salle pour aller se poster devant l'écran en compagnie d'Andrew. Elle attrapa un micro, et le serra fort dans ses mains, fermant les yeux pour se concentrer. Elle fit quelques exercices discrets de respiration ventrale, et s'attendit à entendre la musique commencer à jouer, et les paroles à défiler sur l'écran.

Elle avait conscience qu'au moins une bonne vingtaine de paires d'yeux était fixés sur eux, et cela lui donnait envie de se dépasser, lui créant, non pas un stress, mais une envie de bien faire supplémentaire. Lorsqu'elle rouvrit les yeux et observa son partenaire de duo, elle se rendit compte que celui-ci n'était pas vraiment à l'aise. Elle tenta de lui faire un sourire confiant, mais il ne le remarqua visiblement pas, continuant à fixer la porte de la sortie. Peut-être était-ce un moyen de se concentrer ? Ou de surmonter la pression qu'il se mettait peut-être. Elle était bien placée pour savoir que le premier passage au karaoké dans une soirée était difficile, elle l'avait très bien remarqué avant son propre passage tout à l'heure. La différence c'est qu'elle avait l'habitude de chanter devant pas mal de monde, et qu'Andrew peut-être pas, sûrement pas en fait, si elle avait bien compris. Si jamais il finissait par la regarder à un moment, elle essaierait de lui faire un petit signe discret pour le mettre en confiance. Après tout, il était sur son lieu de travail et voyait des apprentis chanteurs défiler tous les soirs, les imiter ce ne devait pas vraiment la mer à boire, même si Ingrid concevait que ça soit très difficile.

Les premières notes de piano se firent entendre, donnant le tempo, le dynamisme de la musique d'entrée de jeu. Puis, ce devait être à Andrew de commencer. L'adolescente prêta une oreille attentive afin de trouver les éventuels défauts dans le chant de son partenaire, pour pouvoir l'aider à les compenser le cas échéant, mais seul un léger tremblement sûrement du au stress se fit remarquer. Il chantait bien, très bien même, et sa voix était parfaitement agréable à entendre. Elle n'aurait pas besoin de l'aider, il se débrouillait déjà très bien tout seul. Elle s'était régalée de la voix de son partenaire, maintenant, c'était à elle de chanter.
- When I don't care, I can play'em like a Ken doll
Won't wash my hair, then make'em bounce like a basketball ♪


Elle avait du chanter en voix de poitrine, avec une tonalité plus grave que celle qu'elle avait utilisée pour chanter la chanson de Birdy, car il était évident que les deux interprètes originales avaient une tessiture différente, et Ingrid s'adaptait, ou essayait de s'adapter. Elle se sentait pour le moment à l'aise avec les paroles et la façon dont elle devait les chanter, elle ne devait pas encore mettre de puissance pour le moment, et ça lui allait très bien. A présent, venait le moment où leurs voix allaient se croiser pour la première fois, elle avait hâte de voir si ils arrivaient à les harmoniser.
- But you, you make me wanna act like a girl
Paint my nails and wear high heels
For you, you make me so nervous that I just can't hold your hand ♪

Elle avait à peine le temps de reprendre sa respiration qu'arrivait le refrain. Elle essaya de capter l'attention de son partenaire avec un sourire, mais pas un sourire de mise en confiance, un sourire de joie. Ils allaient s'éclater, c'était évident.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. Sing it out. Boy you've got to see what tomorrow brings...   Mer 28 Aoû - 12:41


Andrew était rassuré. Le micro ne tremblait plus dans sa main. Les écrans avaient perdus leur sourire sarcastique pour redevenir de simple LED affichant un texte. La salle avait perdu ce floue qu'il leur avait donné, consciemment, comme pour occulter la pression qui leur avait donné. Et vint le tour de la jeune fille. Elle avait admirablement chanté, comme à son habitude pensa t il. Elle devait être habituée à ce genre d'exercice, à chanter devant autant de monde, de devoir faire un duo avec quelqu'un qu'elle ne connaissait pas ou peu. Elle avait su prendre les tonalités qui lui allait le mieux, s'adaptant à la musique avec virtuosité. Sa voix de poitrine était aussi impressionnante voire plus que sa voix de tête. Contrastant agréablement avec la pureté et la douceur de Skinny Love, cette chanson montrait la puissance et la clarté du chant d'Ingrid. Et Andrew fut instantanément sous le charme de la demoiselle.

Leur deux voix se mêlèrent à la perfection. Lui et ses graves clairs, elle et sa tessiture large et puissante. Le couplet juste avant le refrain fut l'occasion pour les deux de pouvoir se jauger, de pouvoir se placer l'un par rapport à l'autre. Et surtout de prendre du plaisir. Ingrid illuminait la scène, avec ses cheveux presque dorés et la pureté de sa voix. Le jeune garçon décida alors de se lâcher et de partager la scène avec elle. Il pencha son buste en avant, entrant dans une communion physique et scénique avec la jeune scandinave. Les accords du refrains se firent entendre, plus présents. Quelques coups de batterie, un accord de guitare, et les lumières se rallumèrent, sur eux uniquement, illuminant le duo d'un aura chaud et brillant. Il avait sur tenir la note du dernier couplet, il devait maintenant faire les harmonies pendant qu'elle chantait les aiguës que Demi Lovato avait de puissants. La soutenir, apporter un peu de profondeur dans une mélodie haute et lisse avec des suaves et de la rugosité.

You make me glow
]But I cover up, won't let it show
So I'm putting my defenses up
Cause I don't wanna fall in love
If I ever did that, I think I'd have a heart attack
I think I'd have a heart attack
I think I'd have a heart attack


Les deux voix s'élevèrent, facilement, sans accroche ni fausseté. Elle avec cette technique et cette facilité que le stupéfiait, lui avec une voix de tête qu'il avait pour habitude d'utiliser pour s'amuser ou se moquer. Mais finalement, il redécouvrait sa voix, quelques octaves en dessous de celle d'Ingrid, afin que chacun puisse se différencier, s'entendre, et permettre une harmonie dans le chant qui rendait le titre intéressant et agréable à écouter. Le garçon n'avait donc pas à prendre une voix de tête trop haute pour lui, risquant d'être faux ou criard. Et Ingrid n'avait pas à s'enfermer dans des graves qui ne dévoileraient pas l'étendu de sa voix incroyable. Sachant que c'était à elle d'attaquer le prochain complet, Andrew la regarda, un immense sourire sur les lèvres. Il était vraiment heureux de chanter avec elle, de chanter sur cette scène. De partager ce moment avec elle, et de redécouvrir les joies de partager quelques chose avec quelqu'un. Il ne regrettait pas d'avoir fait le premier pas, d'avoir combattu la petite voix dans sa tête qui lui avait crié de s'enfuir, de partir, d'abandonner cette idée folle. Cette même voix qui s'était tue, l'abandonnant à son plaisir et à sa joie de se produire sur cette scène. Il s'écarta alors, d'un mouvement infime, indiquant qu'il resta là, physiquement, avec elle, mais que c'était à elle de chanter. Signifiant aux spectateurs que la véritable voix de ce duo allait chanter et se dévoiler plein et entière.

La batterie se fit plus douce, la guitare sèche plus présente, la basse rythmant le tout. Elle avait quelques phrases en solo. Lui aussi. Et un refrain à refaire ensemble. Deux voix distinctes qui devaient prouver ce qui les rend unique mais qui allaient se retrouver pour le plus grand plaisir des spectateurs. Et Andrew avait hâte. Hâte de rechanter, il y avait pris goût finalement. Hâte de mêler encore une fois sa voix avec celle d'Ingrid. Hâte d'arriver à la douceur de la fin du titre, et de contraster avec ces aiguës qu'il leur fallait tenir. Si la chanson nécessitait une voix puissante, sa fin requérait une véritable prouesse vocale. Et la force d'un duo était de se soutenir pour y arriver, et de prendre du plaisir, ensemble.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm obsessed with the mess that's America
Age : 18 ans
Occupation : Etudiante en composition musicale et performance vocale à l'OSU, membre des UH
Humeur : Anxieuse
Statut : Toujours en couple avec son perfectionnisme
Etoiles : 2550

Piece of Me
Chanson préférée du moment :
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
MessageSujet: Re: 02. Sing it out. Boy you've got to see what tomorrow brings...   Mer 28 Aoû - 20:18

La façon dont leur voix s'étaient mêlées était très agréable et promettait un cocktail explosif pour le refrain. La jeune fille était ravie de la performance vocale, presque parfaite. Tout s'accordait bien et la façon dont Andrew avait tenu la dernière note était impeccable. De plus, ce dernier semblait plus à l'aise qu'au tout début de la chanson, et s'il se lâchait vraiment, ça allait donner quelque chose bien, de très bien. Il avait une très belle voix et s'en servait plus que correctement. Même s'il ne le savait peut-être pas encore, il avait beaucoup de talent. Et pour un premier duo depuis un long moment, Ingrid était contente, très contente, cela plaçait la barre encore plus haut pour les suivants qu'elle aurait l'occasion de faire. Et c'était ça qui était intéressant, il faudrait qu'elle se surpasse au fur et à mesure, qu'elle donne le meilleur d'elle-même, et c'est ainsi qu'elle ferait des progrès. Il fallait tout le temps qu'elle place la barre toujours plus haut, parfois trop, et à ce moment-là, elle se fracassait lorsqu'elle voulait l'atteindre. Ce qui ne l'empêchait pas de se relever, et de retenter sa chance jusqu'à y arriver.

Il fallait qu'elle s'apprête à chanter le refrain, cela lui demanderait une excellente technique vocale puisque le rythme des paroles accélérait d'un coup, et qu'elle devait envoyer pas mal de puissance sur les mots "glow" et "show", puis calmer un peu le jeu, et redonner toute la puissance sur le mot "attack" trois fois de suite. Il fallait donc qu'elle gère bien sa respiration pour avoir suffisamment d'air pour expulser ce mot puissamment. Il fallait que ça soit une explosion, que ça pulse, d’un coup. Il fallait que tout le monde ait envie de bouger, de danser. En ce qui concernait Ingrid, cette chanson lui donnait envie de prendre sa vie en main, elle lui donnait du courage. Une chanson dynamique comme ça la boostait. Elle était incapable de décrire l’émotion qu’elle ressentait en l’écoutant, et là pour le coup en la chantant, mais cette émotion était très forte. Et leur façon de chanter le refrain fut à la hauteur de ses attentes, elle était comblée. Et même si on aurait dit qu'elle l'avait fait avec facilité, ce n'était pas vraiment le cas, elle avait du pousser un petit peu sur ses cordes vocales pour réussir à sortir des notes aussi puissantes. Il fallait maintenant qu'elle chante moins fort, et plus grave pour le couplet, elle fut gênée lorsqu'Andrew la laissa "seule" devant les gens. Non pas qu'elle soit dérangée par le fait de chanter seule, mais par le geste en lui-même. Cela la mettait un peu mal à l'aise d'être mise en avant de la sorte. Mais peu importe, elle ne devait pas relâcher ses efforts et sa concentration.
- Never break a sweat for the other guys
When you come around I get paralyzed
And everytime I try to be myself
It comes out wrong like a cry for help ♪


Ces paroles lui faisaient penser à quelqu'un, mais elle ne voulait pas se l'avouer à elle-même. Quand elle voyait cette personne, elle était comme paralysée, elle ne bougeait plus, se faisait le plus discrète pour être possible. Et même quand elle voulait être elle-même, elle n'était pas à l'aise, et cela se ressentait. Ce qui était dommage, c'est que le garçon en question était certainement le seul qu'elle aurait aimé inviter au bal d'Halloween, mais elle ne pouvait pas. Même si elle l'avait voulu et qu'elle avait eu le cran de le faire, de toute façon, il avait déjà une petite amie, alors, à quoi bon essayer ? Oulalala, stop, il fallait qu'elle se reconcentre sur la musique. Etant donné le geste d'Andrew de la placer au devant de la scène, elle avait décidé de faire de même, lui aussi méritait d'être devant le public lorsqu'il chantait son couplet, puisqu'il se débrouillait à merveille. Elle l'écoutait chanter et apprécia ce moment. Leurs voix allaient maintenant se rejoindre à nouveau, avec plus d'expérience cette fois. Ils savaient à présent comment se caler l'un sur l'autre.
- But you, you make me wanna act like a girl
Paint my nails and wear perfume
For you, you make me so nervous that I just can't hold your hand ♪

Puis vint le moment du refrain, et ils fallaient qu'ils soient en harmonie, comme la fois précédente, mais il fallait que ça soit encore mieux. Pour cela, Ingrid se prépara mentalement à l'avance, elle s'imprégna des paroles et décida de les chanter avec toute son âme. Après tout, cette chanson la représentait tellement. Elle exprimait énormément de chose qu'elle avait en elle. Alors il fallait que ça soit réaliste, que la chanson soit vécue, vivante.
- You make me glow
But you cover up, won't let it show
So I'm puttin' my defenses up
Cause I don't wanna fall in love ♪


C'était le moment d'envoyer tout ce qu'elle avait dans les tripes, et c'est ce qu'elle essaya de faire.
- If I ever did that, I think I'd have a heart attack
I think I'd have a heart attack
I think I'd have a heart attack ♪


La performance qui allait suivre serait sans doute la plus compliquée de la chanson, maintenant venait la complication. Il fallait avoir du souffle, de la force dans les cordes vocales, et de la conviction. La chanson était presque finie, il fallait laisse le public sur une excellente impression, les bluffer. Ingrid allait chanter comme si c'était la dernière fois qu'elle chanterait, donnant tout ce qu'elle avait au fond d'elle-même, dans son cœur, son corps, et toute son âme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. Sing it out. Boy you've got to see what tomorrow brings...   Jeu 29 Aoû - 17:56

La tâche allait être plus qu'ardue. Il se sentait un peu comme à la fin d'un donjon dans un MMO. Les premiers couplets avec la belle blonde étaient comme autant de petits monstres qui vous mettent sur la voie et vous fait avoir une stratégie, une organisation, une répartition des rôles. Le refrain, c'est un peu comme le boss du premier étage. Oui, Andrew était un geek, et la vie parfois s'apparentait à un grand jeux de rôle sur internet, avec un meilleur graphisme. Le boss du premier étage donc, avec ses complexités, ses difficultés, sa structure différente des couplets et surtout l'effort que l'on doit y apporter. Mais là, Andrew et Ingrid arrivait au boss de fin. Aux dernières notes, celles qui les testeront, celles qui seront les plus ardues à tenir, à sortir, surtout pour le garçon, peu habitué à cette exercice. Il voyait ce couplet, avec ses des grands yeux pervers et sadiques, ses griffes immenses, les attendant, prêt à se régaler de leur défaite. Si Andrew n'avait pas été sur scène, il se serait lissé les sourcils, attendant de voir ce que les deux chanteurs allaient faire de ces notes difficiles à atteindre. Il serait derrière son bar, accoudé, le menton sur ses phalanges, plaignant bien amicalement les deux en train de se faire torturer, attendant la sentence de leur chant. Sauf que lui était sur scène, c'est sa sentence que les spectateurs attendaient, et ça l'angoissa. Deux secondes. Le temps de croiser le regard limpide et profond d'Ingrid qui le rasséréna, immédiatement. Il sentait les tremblements de ses jambes se calmer, et ses doutes se dissiper. Ils allaient le vaincre, ce gros boss de fin, et en beauté. Ça allait exploser de partout, sous les flash des projecteurs. Et ils prendraient du plaisir, surtout.

The feelings got lost in my lungs
They're burning, I'd rather be numb

And there's no one else to blame
So scared I'll take off and run
I'm flying too close to the sun
And I burst into flames


Il avait commencé dans les graves. Autant par facilité que pour ménager son effet. Il savait que la dernière note allait être tendue, forte, et puissante. Il savait qu'Ingrid pourrait le faire. Il sentait qu'il allait savoir le faire. Finalement, la symbiose aidait, et la leur était parfaite. Ils ne se connaissaient pas. Mais à travers cette chanson, ils s'étaient découverts. Finalement, quoi de mieux que quelques notes partagés et une épreuve relevée pour rapprocher deux corps ou deux personnalités. Andrew avait continué plus haut, accompagné de la jeune femme. Et la note vint. Forte. Elle le micro éloigné de ses lèvres, pour ménager les baffles et les oreilles des clients d'une saturation certaine. Lui, en voix de tête, nuançant les aiguës d'Ingrid avec sa voix pleine et masculine. Deux timbres clairs qui allaient parfaitement ensemble, étonnamment pour deux personnes qui ne se connaissaient guère, et qui vainquirent cette note si terrifiante. La tension qui s'était amassée dans les épaules et le cou du jeune homme se libéra. Il connaissait la chanson, et savait le talent de l'interprète originale. Et avait donc angoissé ce moment qui était maintenant passé. Il n'appréhendait plus, ni les quelques phrases en solo qu'il lui restait, plus douces, plus retenues, délicates. Contrastant franchement, presque brutalement, avec la note puissante et haute qu'il avait du faire. Ni avec la fin de la chanson, avec les quelques mesures, les quelques rythmes, les quelques accords de guitare, qu'ils leur restait.

You make me glow
But I cover up, won't let it show

So I'm putting my defenses up
Cause I don't wanna fall in love
If I ever did that
, I think I'd have a heart attack
I think I'd have a heart attack
I think I'd have a heart attack
I think I'd have a heart attack
I think I'd have a heart attack


Il leur restait encore une note, le dernier "attack" à faire, sans doute plus puissant encore celle qui aurait du leur poser souci, celle . A Ingrid de l'effectuer, avec sa voix haute et franche. Lui resterait un octave en deçà, toujours dans ce soucis de nuance. Et il ne savait franchement pas s'il pouvait rivaliser avec la tessiture de la jeune femme. Bien sûr, pour un garçon, ses aiguës étaient étendus, puissants, un peu rocailleurs, comme ses graves. Mais ils n'avaient aucune mesure avec ceux de la jeune suédoise, à l'aise dans ces hauteurs qui lui le menaçaient d'une fausse note ou d'une cassure. D'une fêlure. D'un échec qu'il ne pourrait assumer pour lui comme pour elle. Elle était si talentueuse, Ingrid, et il se devait de l'aider à garder une bonne réputation. Il sera en décaler, reprenant les phrases qu'elle chantera, quelques notes plus bas. Une fin qu'il pressentait plus détendue, plus joyeuse, un vrai moment de partage. Un vrai duo entre deux vrais chanteurs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm obsessed with the mess that's America
Age : 18 ans
Occupation : Etudiante en composition musicale et performance vocale à l'OSU, membre des UH
Humeur : Anxieuse
Statut : Toujours en couple avec son perfectionnisme
Etoiles : 2550

Piece of Me
Chanson préférée du moment :
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
MessageSujet: Re: 02. Sing it out. Boy you've got to see what tomorrow brings...   Jeu 29 Aoû - 20:16

Au bout du compte, la performance finale était aussi impressionnante qu'agréable. Ingrid se surprit elle-même de la facilité avec laquelle elle arriva à sortir ces notes si hautes et si puissantes. Le relief que donnait Andrew avec sa voix plus basse rendait bien, très bien même. Il avait trouvé un moyen de rendre ce duo encore plus intéressant techniquement parlant. La différence vocale entre les deux donnait un effet à la fois de différences, marquant la diversité de la voix de chacun, mais également l'unité, puisque les voix se mêlaient et s'entremêlaient, prononçant les mêmes paroles. C'était comme une éruption volcanique : la lave avait monté dans le volcan, et explosait de part et d'autre de façon différente, ou dévalait le long des pentes de tous les côtés. Ce duo avait été bon, très bon. Et il fallait espérer que le public l'apprécie à sa juste valeur. Si il ne l'aimait pas, c'est qu'il avait les oreilles emplies de bouse. Tout en chantant, Ingrid souriait à Andrew. Pour tout dire, elle avait la banane jusqu'aux oreilles. Elle s'amusait énormément. Et elle était fière d'elle, fière de lui, fière d'eux. Ce duo avait illuminé sa soirée encore plus que sa prestation prometteuse sur la chanson de Birdy. C'était un bonheur immense qui emplissait tout son être, non loin de l'extase.

Lorsque les dernières notes de musique se firent entendre, que l'écran s'éteint, cessant de faire défiler les paroles, que les spots se rallumaient dans la salle, et que le public se lança dans une salve d'applaudissement, Ingrid applaudit en même temps qu'eux, mais elle applaudissait Andrew. Elle s'écarta du devant de la scène et alla avec le public applaudir. Et lorsqu'elle les rejoint et applaudit son partenaire de duo avec eux, tout le monde se leva, et Andrew eut droit à une standing ovation. Soit les gens avaient suivi le modèle de la Suédoise, soit ils avaient vraiment beaucoup aimé, et le serveur avait donc de quoi être fier de lui. Elle le laissa apprécier cette salve d'applaudissement et se glissa discrètement jusqu'au bar en se faufilant parmi les spectateurs et tout en continuant à applaudir.

Elle se rassit sur le même tabouret qu'elle avait précédemment utilisé. Et le collègue d'Andrew vint lui proposer un cocktail, mais elle refusa d'un signe de tête. Elle lui lança en revanche un regard qui lui indiquait de regarder vers Andrew.
- Il chante bien ton collègue ! dit-elle avec un grand sourire.

Il ne fit qu'hocher la tête car il était occupé à essuyer des verres avec un torchon, mais on voyait bien son approbation. De toute façon, il avait plutôt intérêt à aimer la prestation d'Andrew, sinon, elle lui aurait fait un spitch de cinq bonnes minutes vantant la technique vocale de ce dernier et le mérite qu'il avait à chanter devant tout le monde. Oh mais tiens, peut-être l'autre barman du bar karaoké savait-il chanter ! Ingrid se sentait à l'aise dans l'endroit, et sa timidité s'était envolée l'espace d'une soirée. En espérant que ça ne soit pas l'effet du peu d'alcool qu'elle avait ingéré.
- Tu ne voudrais pas essayer de chanter toi aussi ? lui demanda-t-elle, sur un ton qui lui signifiait vivement de le faire.

Mais il semblait réticent, et elle aurait besoin du soutien d'Andrew pour le convaincre. Ne connaissant pas cet homme, elle ne savait pas quel type d'arguments utiliser pour arriver à ses fins. Elle aimerait faire la découverte d'une seconde révélation musicale (après celle d'Andrew) dans la soirée. Peut-être que le second serveur chantait aussi bien. Ingrid attendit le retour de son partenaire de duo, et lui lança un regard lui indiquant qu'il devait l'aider à convaincre son compatriote d'aller chanter une chanson. Mais en fait, elle n'eut pas vraiment besoin de son aide, elle avait trouvé l'argument idéal :
- Regarde, dans le public là bas, il y a une dame qui a crié qu'elle voulait entendre le deuxième serveur chanter, donc toi. Vas-y ! Tu ne voudrais quand même pas que ton patron se rende compte qu'il perd de la clientèle parce qu'un de ses serveurs refuse d'accéder à la demande d'une cliente, assura-t-elle d'un ton sans équivoque. Et puis franchement, je suis sûre que tu vas t'éclater !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. Sing it out. Boy you've got to see what tomorrow brings...   Ven 30 Aoû - 10:25


Tout était terminé. Tout était éteint. Enfin pour Andrew. Puisque les lumières étaient rallumées, et la salle, extatique. Les applaudissements nourris faisaient bourdonner les oreilles du jeune serveur qui glissa son regard vers sa camarade de chant. Mais elle avait disparu. Il paniqua. Etait il vraiment seul, sur cette scène ? Avait il imaginé la jeune femme blonde ? Etait elle un fantasme de son esprit, une image qu'il s'était créé pour se donner courage et contenance ? Qui avait tenu ces notes si belles et aigues ? Si hautes et puissantes ? Non, il décida de se raisonner. Elle devait être descendue, avoir quitté la scène, et il devait faire de même, de peur de passer pour ces stars qui profitent un maximum d'une gloire éphémère sur le devant de la scène.

"Live for the way that you cheer and scream for me
The applause, applause, applause"

Non, il était loin de cet égocentrisme et de cette peur de tout perdre au point de vouloir garder des fans à tout prix, au risque de se perdre soi, et de perdre ce qui fait un talent, une fraicheur, une originalité. Alors il scruta la salle, et il la voyait, elle, toujours aussi rayonnante, l'applaudissant parmi les spectateurs. Mais que faisait elle. Il sentit ses joues rougir, cette sensation de gène et de chaleur étant toujours aussi déplaisante. Mais il décida de désamorcer un quelconque sentiment de malaise. Alors il raccrocha le micro sur son support plastique et entama une révérence exagérée comme pour signifier que les acclamations de la foule le touchaient, mais qu'il ne fallait pas trop le prendre au sérieux tout de même. Il sourit ensuite, sincèrement, et adressa un clin d’œil à la jeune nordique qui s'échappait déjà vers le bar. Finalement, elle aura trouvé sa place, loin de son fauteuil vide du fond de la salle. Elle avait trouvé une scène aussi, sur laquelle elle se savait bienvenu. Et lui avait découvert sa voix. Et ce bonheur que l'on pouvait partager à faire du bon travail, à se retrouver chacun dans une chanson, à aimer cet instant.

Il rejoignit le comptoir du bar, où il retrouva Ingrid en pleine conversation avec son remplaçant. Andrew, taquin, hésita à lui faire croire qu'il était muet, ce qui permettait aux clients fatigués de la fermeture une totale discrétion et de la tranquillité. Mais c'était un peu tiré par les cheveux. Il prit alors le parti de s'accouder sur le bar, à les regarder discuter. Il se sentait bien, épuisé mais bien. Et puis, il ne lui restait plus longtemps à attendre avant la fin de son service. Le jeune homme écouta, heureux, les clients du karaoké réclamer l'autre serveur sur scène, et Ingrid qui ne cessait de la taquiner et de la pousser à y aller. Elle avait du caractère, elle savait ce qu'elle voulait. Et c'était finalement assez drôle de voir une jeune fille frêle pousser un grand gaillard à se produire sur scène. Mais elle avait déjà tout d'une grande, Ingrid. Et Andrew décida de la remercier pour cette soirée formidable.

"Merci, vraiment, pour ce duo, et tes encouragements. C'est la première fois que je m'amuse autant sur scène, et c'est grâce à toi, je pense. Alors, si un jour tu veux remettre ça, voici mon numéro. Et dans tous les cas, tu peux me retrouver ici. Je serai le serveur avec de gros sourcils."

La dernière phrase était prononcée avec ce sourire craquant qu'il pouvait faire avoir sans vraiment savoir comment. Une main tendue vers elle, sa carte du bar-karaoké reposant au creux de sa paume. Andrew voulait vraiment la revoir. Elle représentait en quelque sorte son entrée dans la musique, dans sa musique, à lui, celle qu'il aimait, avec une nouvelle voix, et une nouvelle façon de l'apprécier. Loin du trac, du stress et de l'angoisse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm obsessed with the mess that's America
Age : 18 ans
Occupation : Etudiante en composition musicale et performance vocale à l'OSU, membre des UH
Humeur : Anxieuse
Statut : Toujours en couple avec son perfectionnisme
Etoiles : 2550

Piece of Me
Chanson préférée du moment :
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
MessageSujet: Re: 02. Sing it out. Boy you've got to see what tomorrow brings...   Ven 30 Aoû - 21:46

Le serveur ne voulait décidément pas se laisser convaincre. Pourtant Ingrid pensait avoir utilisé l'argument le plus fort, celui qui l'obligerait à aller sur scène. Mais tant pis, elle ne découvrirait pas un second talent ce soir. Après tout, un c'était déjà bien. Cette soirée avait été bonne, excellente même. Ingrid avait adoré venir ici, chanter, plaire au public, partager un duo avec un gentil serveur qui avait une belle voix, taquiner l'autre serveur. Elle s'était amusée, vraiment.  Et elle avait pris un plaisir incommensurable à manger sa brochette de fruits. Et elle se sentait mieux avec elle-même d'avoir osé parler aux gens sans se mettre à rougir ou à stresser. C'était rare que ça lui arrive, mais ça lui était arrivé. Alors pourquoi ne pas prendre la bonne résolution d'être comme ça tout le temps ? Enfin bon, les bonnes résolutions ne tiennent en général qu'un temps. Donc il ne servait à rien d'en prendre, autant faire au feeling. En tout cas, c'était agréable de ne pas se sentir gênée ou maladroite.

Et puis si elle arrivait à être suffisamment sûre d'elle pour offrir du bonheur aux autres, comme lorsqu'elle s'était éclipsée parmi le public tout à l'heure pour offrir à Andrew des applaudissements plus nourris, et même une standing ovation - enfin celle-la n'était pas prévue à la base, mais tant mieux - c'était bien. Donner du plaisir aux autres n'était pas un ce qu'on pouvait appeler un hobby, mais Ingrid aimait y passer du temps. Elle se sentait toujours bien après avoir fait une bonne action, et n'attendait jamais rien en retour. Son seul remerciement était le sourire des gens, leur bien-être, cela lui suffisait amplement.

Apparemment, Andrew ne prenait pas au sérieux le déclenchement de cette standing ovation. Ou alors il ne voulait pas montrer que ça le touchait. Ce qui était normal, c'était souvent gênant de se retrouver sur une scène, seul, devant un public qui applaudit à tout rompre. Jubilatoire, extatique même, mais gênant. Enfin, au fil du temps on s'y habituait sûrement. Du moins, c'était l'idée que la jeune Suédoise se faisait de la chose. Elle n'avait pas une grande expérience de la scène, pour ne pas dire qu'en dehors des récitals de fin d'année de l'école de musique, elle n'avait jamais chanté en public. Et donc les applaudissements lui faisaient quelque chose à chaque fois. C'était une sensation merveilleuse à laquelle elle ne s'habituait pas. Le second serveur devrait lui aussi essayer, pour voir ce que ça faisait d'avoir un public attentif et enthousiasmé, mais visiblement il n'en avait vraiment pas envie. C'était triste, il passait à côté d'une expérience aussi formidable qu'intéressante au niveau professionnel. En fait, l'argument de carrière était sans doute juste une idée saugrenue sortie tout droit de l'esprit embrumé, et malgré tout fatigué, de la Suédoise. Mais déjà, Andrew l'avait rejointe au bar et la remerciait.
- Merci à toi surtout ! Si tu ne m'avais pas accueillie comme tu l'as fait, rien ne dit que j'aurais chanté. En fait si, j'étais venue là pour ça, mais je ne me serais jamais autant amusée, et je n'aurais pas goûté tes délicieuses brochettes. Ca m'a fait plaisir de partager ce duo avec toi, et je reviendrai avec plaisir ! Tiens, je te donne mon numéro aussi, comme ça, on pourra planifier ça. Attends, donne ta main.

Elle attrapa la carte du bar karaoké et la fourra dans sa poche, puis lui saisit la main avant de griffoner son numéro dessus. Elle s'était trouvé un partenaire de karaoké, cool ! Peut-être le reverrait-elle en d'autres occasions remarque. En y pensant il y avait un évènement qui aurait lieu bientôt, et la mairesse serait ravie qu'elle en fasse la publicité.
- Oh et au fait : n'hésite pas à passer à la soirée 20' au gymnase de McKinley le soir d'Halloween, c'est le Glee Club qui fait l'animation.

Puis elle lui fit un clin d'oeil avant de se retourner et de se diriger vers la sortie. Arrivée devant la porte, elle se retourna vers Andrew et lui fit un signe de la main. Puis elle poussa la porte, et sortit du bar karaoké.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 02. Sing it out. Boy you've got to see what tomorrow brings...   

Revenir en haut Aller en bas
 

02. Sing it out. Boy you've got to see what tomorrow brings...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 3 :: Episode 2
-