Choriste du mois


Partagez | 
 

 02. Shake your groove thing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 02. Shake your groove thing   Sam 7 Sep - 14:28

«J’arrive tout de suite, attends-moi devant la porte.» conclut le gynécologue en raccrochant son téléphone qu’il remit dans sa poche. 890, City center, Lima OH 45802, ce n’était qu’à quelques blocs de l’immeuble où répétaient les Awesome Voices dans le centre, il ne mettrait pas dix minutes à faire l’aller-retour. Wyatt sortit des vestiaires où il était venu trouver un peu d’intimité pour répondre à l’appel de Grace alors qu’il était en train de répéter pour son duo avec Ruby pour retrouver la jeune femme et s’excuser quelques minutes, le temps de faire l’aller-retour jusqu’au nouveau lieu de répétition des Second Chances. D’ordinaire, ce n’était pas le genre du médecin de ne pas couper son téléphone lorsqu’il était à la chorale. La clinique avait pour consigne stricte de ne pas le déranger sur ses horaires de chant et l’hôpital pouvait bien aller se faire voir. La reprise des répétitions était son seul moment de détente et de plaisir ces derniers temps. L’ambiance à l’appartement avait changé pour le pire et le gynécologue se trouvait impuissant face à une Charlie qui se murait dans le silence et niait toujours lorsqu’il essayait de pousser le sujet les rares fois où ils se croisaient et où il n’avait pas qu’une seule idée en tête : retrouver son lit. La dernière fois, il était rentré chez eux pour trouver ledit lit vide, et lorsqu’il avait entendu la porte d’entrée s’ouvrir dans un état de semi-conscience, Charlie n’était jamais venue le retrouver. Le choriste s’était alors relevé en sursaut au milieu de la nuit en ne trouvant pas la chaleur familière de sa petite amie à ses côtés et l’avait découverte dans la chambre d’amis avec Ecaterina Robertson. Il avait dû filer pour l’hôpital avant le petit-déjeuner et n’avait jamais eu d’explication concernant cet épisode. Tout cela pesait de plus en plus lourd sur ses épaules, et les finances de la clinique continuaient à stagner au plus bas, si bien que le chant et la danse étaient devenus de véritables catarsis que sa profession ne devait pas venir troubler. Toutefois, Grace n’était pas une patiente comme les autres, et il gardait un œil sur elle au-delà des limites de simple gynécologue. La jeune femme avait une psyché délicate et il voulait pouvoir être présent à ses côtés au moindre problème, mais s’il était parfaitement honnête, il s’était rapidement pris d’affection pour cette tête blonde qui ne semblait jamais tout à fait toucher le sol. Il n’était pas rare qu’il prenne le temps de l’appeler pour prendre de ses nouvelles et s’assurer que tout allait bien, et en peu de temps il semblait avoir gagné la confiance de la jeune femme.

«Ruby ?» appela-t-il depuis la porte. «Je dois m’absenter quelques minutes, je n’en ai pas pour longtemps mais j’aurai une faveur à te demander... Je suis désolé. Je fais vite !» lança-t-il avant de disparaître dans le couloir pour descendre récupérer sa voiture au sous-sol. Cette fois-ci Grace l’avait appelé pour lui annoncer que ses partenaires de chant venaient de l’abandonner et qu’elle ne pourrait plus chanter à la soirée disco que leurs chorales allaient partager. Le ton de sa voix trahissait son trouble et avant de réfléchir à ce qu’il disait, le médecin lui avait proposé de se joindre à Ruby et lui. Après tout, pourquoi ne pas tirer profit de cette alliance ? Il devait avouer ne pas avoir de souvenir de la voix de Grace sur scène mais il ne doutait pas qu’elle soit talentueuse et suffisamment dévouée pour trouver sa place dans leur groupe dans le très bref temps qui leur était imparti. Quelques minutes plus tard il garait la Maserati devant l’immeuble luxueux sur les marches duquel elle l’attendait et sortit du cabriolet pour lui faire signe. «Tout va bien se passer, tu vas voir.» lui murmura-t-il dans l’ascenseur en posant sa main dans le creux de ses reins pour la pousser vers le studio, de retour au quartier général des AV. Et force était de constater qu’il n’avait pas menti. Ruby avait été aussi compréhensive qu’attendu et ils avaient immédiatement travaillé à recomposer le duo pour en faire un trio. À la fin de leur première séance déjà, personne n’aurait pu se douter qu’il s’agissait d’un arrangement de dernière minute et Wyatt constatait avec plaisir que l’excellente alchimie qui existait entre lui et Ruby était aussi valable avec la fille du pasteur.

***

«Je peux te parler une seconde ?» Penché sur ses patins pour parler à l’oreille de Ruby, Wyatt saisit sa main pour la tirer derrière lui et trouver un peu de calme. Les Awesome Voices venaient à peine de descendre de l’estrade et Megan avait déjà roulé jusqu’aux vestiaires pour s’y changer en quatrième vitesse pour son duo avec la coach vocale des Second Chances. Bien sûr, elle avait les moyens d’avoir deux costumes... Avant de s’enfoncer dans les coulisses improvisées, le gynécologue coula un regard en direction de la scène pour constater avec surprise que sa petite-amie n’y était pas alors que déjà la musique avait commencé à retentir dans la salle survoltée où l’obscurité était tombée, zébrée de flashs stroboscopiques déconseillés à tout épileptique qui se respecte. Elle n’avait jamais répondu à son message. Est-ce que tout allait bien ? Soudain le gynécologue fut pris d’inquiétude à l’idée que quelque chose ait pu se produire pendant qu’il était en train de chanter ses adieux à Bryan Ryan et à tous les choristes qui avaient déserté sur un air de disco. Il resta un instant supplémentaire à fixer la scène où Grace avait commencé à chanter, souriante, puis lorsque vint le premier refrain il aperçut enfin le profil de Charlie qui se glissait à l’autre bout de la scène. Rassuré par cette image, le médecin marmonna un bref «Pardon.» à Ruby avant de l’entraîner vers leurs vestiaires. Il essaya la poignée qu’il trouva verrouillée, de toute évidence Miss Morgan tenait à son intimité ou à ses secrets de beauté. Poussant un soupir il glissa un peu plus loin dans le couloir pour finalement s’arrêter à deux pas de l’issue de secours. Ses yeux verts trouvèrent ceux de sa partenaire et il lui offrit un sourire plein en pressant tendrement sa main une dernière fois pour la complimenter avant de la relâcher. «Belle performance Miss Caldwell. Vous avez définitivement réussi à voler la vedette à Megan Morgan. Si avec ça les nouvelles recrues n’accourent pas !»

Malgré le ton de plaisanterie de sa voix, Wyatt savait que c’était un sujet qui tenait encore plus à cœur à Ruby et il comptait lui aussi beaucoup sur de futures vocations découvertes ce soir. Le but de la soirée était de remonter dans les suffrages du public et de rembarrer la décision arbitraire de Sue Sylvester tout en s’amusant avec dérision, et si leur coup d’envoi était un repère, ils étaient en excellente voie. Le gynécologue était en outre persuadé que leur trio ne ferait que confirmer cette impression. Silencieux un instant, il s’éclaircit la gorge en baissant les yeux, embarrassé par le sujet qu’il voulait amener sur le tapis. Ils avaient donné rendez-vous à Grace à leurs vestiaires une fois sa collégiale terminée et il préférait terminer avec Ruby avant que la plantureuse fille du pasteur n’arrive. Il se fit donc violence malgré son malaise et retrouva le regard de la jolie brune. «Je suis désolé de ne pas avoir été un bon ami ces derniers temps...» avoua-t-il d’un ton navré. «J’ai remarqué que tu n’avais pas l’air sereine depuis quelques jours, et je n’ai fait qu’empirer les choses en t’imposant Grace à deux jours du spectacle.» C’était un euphémisme. Ruby était d’un naturel plutôt réservé. La jeune femme avait des opinions bien arrêtées, notamment lorsqu’il s’agissait de leur chorale, mais elle n’avait que rarement le courage de prendre la parole toute seule. C’était entre autre pour cela qu’elle lui avait demandé son aide avant la finale de l’année précédente pour tenter de ressouder leur groupe autour de leur nouvelle directrice. Lorsqu’il lui avait présenté Grace en lui demandant si elle acceptait de joindre la Second Chances à leur numéro, Wyatt savait au fond de lui qu’elle ne lui aurait jamais refusé cette faveur, malgré la dose de stress supplémentaire que cela impliquait. Le médecin secoua la tête alors que ses lèvres se courbaient en un léger sourire en coin qui trahissait ses nerfs. Il glissa sa main dans sa poche pour en tirer un petit bracelet en argent où trônait une améthyste d’un violet vibrant qu’il avait choisi en l’honneur de la passion qu’ils partageaient au sein de leur chorale et qu’il présenta à la jeune femme dans le creux de sa paume. «Ce n’est pas grand chose... Mais j’ai pensé à toi en le voyant dans la vitrine, et je me suis dit que je pouvais toujours essayer de me faire pardonner de cette manière.» finit-il taquin avant de prendre le poignet de la choriste pour y accrocher le bijou. «Je ne sais pas ce que j’aurais fait sans toi Ruby...» Une fois le fermoir fixé, il posa sa main sur la joue de la jeune femme en une caresse puis laissa retomber ses bras le long de son corps. «C’est grâce à toi qu’on est là aujourd’hui.»

Un bruit dans le couloir l’avertit de la présence de quelqu’un et il se tourna pour trouver la porte de leurs vestiaires finalement ouverte, et le regard interrogateur de Megan posé sur eux. Par chance, la directrice se passa de commentaire et se contenta de tourner les talons pour filer en direction du couloir adjacent sans doute pour trouver Joanna maintenant que l’on n'entendait plus la mélodie de Mika leur signalant l’arrivée imminente de Grace Hamilton. Se détachant de Ruby, il patina jusqu’aux vestiaires pour se débarrasser de ses petites roues pour retrouver la terre ferme dans ses chaussures de cuir noir d’un sobre assez peu disco. La situation financière du gynécologue ne lui permettait pas exactement de se permettre des folies en matière de costumes, il avait donc proposé à Ruby de conserver leur tenues de scène pour limiter les frais et n’avait investi que dans le strict nécessaire. Il finissait de lacer ses chaussures lorsqu’il vit Grace apparaître dans le cadre de la porte, tout de rose vêtue, moulée dans une tenue qu’il n’aurait jamais pu imaginer pour la chorale qui était jadis rattachée à l’église de Lima, et il regretta un instant de ne pas avoir pu voir Charlie dans cette combinaison plus longtemps. La bonne nouvelle était qu’avec cet accoutrement, le gynécologue pouvait voir que le ventre de Grace n’était plus aussi rebondi que lorsqu’elle était venue le trouver à l’hôpital. Il avait toujours quelques doutes concernant le bon déroulement de son traitement qui passait essentiellement par de la discussion et quelques hormones censées réguler son corps, mais la jeune femme avait l’air beaucoup plus équilibrée que lors de leur première rencontre. «Prêtes à enflammer le dance floor ?» leur lança-t-il avec humour, ses yeux chauds glissant entre Ruby et elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« You just see the surface »
Age : 25 ans
Occupation : Jeune entrepreneur , Membre des Awesome Voices
Humeur : Vivante
Statut : En couple avec Ryder Crawford
Etoiles : 3260

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Try - P!nk
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
« You just see the surface »
MessageSujet: Re: 02. Shake your groove thing   Ven 13 Sep - 19:06

L'idée en elle-même n'était pas nécessairement pour lui déplaire. Une union pouvait relancer chaque chorale sans porter préjudice à l'une ou l'autre. Pourtant, voir son partenaire favori ramener cette jolie petite blonde après s'être absenté sans s'expliquer pendant plusieurs minutes n'avait pas franchement réjoui Ruby. Depuis sa rencontre au Breadsticks avec Charlie Watson-Brown (l'horripilante petite-amie du docteur) provoquée par celle-ci en s'étant fait passer pour son bien-aimé une journée après l'anniversaire de la victime, le moral de cette dernière était au plus bas et la jeune femme se posait désormais bon nombre de questions aux réponses peu évidentes. Un doute permanent planait lorsqu'elle était en présence de Wyatt concernant la sincérité dont il avait fait preuve durant un an. Comment avait-il pu omettre de mentionner qu'il était en couple alors que son comportement envers elle avait toujours été on ne peut plus enjôleur? Pensait-il vraiment les compliments qu'il lui avait fait? Était-il aussi persuadé qu'il le prétendait qu'elle était une personne admirable? Rien n'était moins sûr désormais. Et pourtant, plutôt que de s'éloigner de lui comme lui avait vivement conseillé Charlie sous peine de représailles, elle continuait de fréquenter le beau roux et ne parvenait pas à éradiquer l'emprise qu'il avait sur elle. Non pas pour défier la Brown, mais parce qu'il lui était tout simplement impossible de résister à ses charmes et que les sentiments qu'elle éprouvait pour lui avaient malheureusement eu le temps de s'enraciner fermement, de telle sorte qu'elle n'arrivait pas à se libérer. Les yeux de la brunette brillaient toujours autant lorsqu'elle le retrouvait, mais la réalité venait assez rapidement ébranler ses ardeurs et ternir son regard qu'elle baissait mécaniquement pour éviter de prendre part à une bataille qu'elle était certaine de perdre. Pieds et mains liés, elle demeurait malgré tout impuissante devant le sourire irrésistible du choriste. Ce qui l'avait empêchée de refuser la faveur qu'il lui avait demandé. Celle-ci portait le nom de Grace Hamilton. Ce petit bout de femme avait apparemment été abandonnée par ses partenaires pour la performance qu'elle devait assurer à la soirée. Wyatt avait tellement tenu à l'inclure dans leur petit groupe habituellement fermé que Ruby n'avait pas osé contester et s'était même montrée compatissante, le tout en arborant son éternel sourire. Un masque qui lui avait permis de dissimuler sa jalousie. La blondinette était d'une délicatesse incroyable et paraissait aussi sage qu'un ange. En la voyant arriver tenue par Wyatt, la brunette n'avait pu s'empêcher de penser qu'il s'agissait d'une fille de plus tombée dans le piège du gynécologue. Elle avait presque eu de la peine pour elle, jusqu'à ce qu'elle constate que l'alchimie qui opérait entre son partenaire et Grace équivalait presque celle que la jeune Awesome Voices partageait usuellement avec le jeune homme. Et cela était inacceptable.

Ses forces avaient beau l'abandonner, Ruby trouva suffisamment d'énergie pour patiner hors de la scène et chercher un endroit où s'agripper afin de se reposer. Essoufflée après cette représentation mouvementée et particulièrement bien accueillie par le public, la jeune femme n'avait qu'une hâte: retirer ces chaussures à roulettes qui fragilisaient son équilibre malgré les progrès qu'elle avait fait grâce aux heures de répétitions passées à imiter la technique impeccable de Wyatt. En appui sur ses genoux légèrement fléchis, Ruby releva la tête afin de rechercher le jeune homme et constata avec joie qu'il la suivait depuis le départ. Son cœur s'emballa dès qu'il approcha son visage d'elle pour mieux se faire entendre au travers de la musique assourdissante qui sortait des amplis. Ne s'attendant pas à ce qu'il souhaite lui parler en privé, elle bredouilla doucement. « Euh oui. Oui bien sûr. » Étonnée lorsqu'il lui attrapa la main pour la conduire dans les coulisses, elle perdit sa stabilité anciennement retrouvée et lâcha un petit Oh avant de réussir à se laisser guider sans difficultés. Arrivés devant la porte des vestiaires, ils s'arrêtèrent un instant. Wyatt semblait préoccupé. Inquiète, la brunette orienta son regard dans la même direction que lui, tentant de distinguer quoique ce soit dans l'obscurité découpée par les lasers colorés. Ne comprenant d'abord pas ce qui le dérangeait, elle regretta finalement de s'être montrée curieuse en apercevant entre deux flashs la Second Chances en combinaison rouge qui s'avançait sur l'estrade. La jeune femme baissa les sourcils, contrite, avant de se détourner de cette image qui lui nouait la gorge. C'était la première fois qu'elle voyait les deux amants sur le même plan, à quelques mètres l'un de l'autre. Le courage seul n'avait pas été suffisant pour l'empêcher de fuir la scène, il lui avait fallu également une bonne dose de masochisme. Quand la douleur qui avait frappé sa poitrine s'estompa, le jeune homme s'excusa, ce qui alarma aussitôt Ruby. Était-il au courant? Cela ne l'aurait pas étonnée. Tout portait à croire que les menaces de Charlie lors de leur rencontre au Breadsticks n'avaient pas été des paroles en l'air. Préférant ignorer cette possibilité, elle lui adressa seulement un mince sourire en guise de réponse.

La jeune femme n'eut pas le temps de reprendre ses esprits que Wyatt l’entraîna vers les vestiaires dont la porte était visiblement verrouillée. Aussitôt, le docteur l'attira dans un endroit plus isolé, près de la sortie de secours. Tout cela ne présageait rien de bon. Que pouvait-il bien lui vouloir? Des explications sur l'excursion au Breadsticks et sur son mutisme concernant ses sentiments? N'était-ce pas plutôt à elle de poser les questions qui la préoccupaient? La musique paraissait sourde à côté du vacarme occasionné par les battements de son cœur. Mais alors que Ruby fixait le médecin avec de grands yeux apeurés, rien de ce qu'elle craignait ne se produit. Arborant une expression enjouée, Wyatt la félicita de sa prestation qu'il jugeait apparemment réussie. Soulagée, la jeune femme troqua son air surpris par un sourire en coin. « Oh tu sais, je dois tout à mon fabuleux partenaire qui s'est également révélé être un excellent professeur en matière de patinage. » répondit-elle sur le même ton complice pendant qu'elle attrapait son bras de sa main opposée. « En tout cas c'est ce que je souhaite. Que des talents cachés se manifestent. » Et il le savait. Après leur défaite aux Nationals et la saisie des quartier généraux, peu des membres des Awesome Voices avaient répondu à l'appel lorsque Megan avait pris la décision de ressouder la chorale. Autrement dit, Wyatt et elle. Par chance, Ezrael Ashmore était de retour à Lima. Il avait fait partie des premières personnes à les avoir rejoint à l'époque où Ruby était encore scolarisée au lycée McKinley. En tant que rescapés, leur mission était de redonner vie à la chorale en recherchant avec véhémence de nouveaux artistes capables de leur faire atteindre les sommets. La victoire ne devait plus leur échapper.

Les paroles de Wyatt prirent la brunette de court. S'il y avait bien une chose à laquelle elle ne s'était pas attendue, c'était que le jeune homme se confonde en excuse pour ne pas avoir agi en bon ami ces derniers temps. Ce n'était pas à lui que ce reproche aurait dû être fait. Le comportement de Ruby envers lui avait été quelque peu été affecté par les récents évènements. Plus distante, elle n'avait pas osé sortir de son appartement pendant plus d'une semaine et contrairement à ce qui aurait dû se produire, ses retrouvailles avec le médecin avaient été assez banales. Pas de profusion de joie ou de sourire extra-large. La honte et le chagrin avaient entaché le plaisir qu'elle avait eu de le voir à nouveau. Cela ne signifiait pas qu'elle n'avait pas été heureuse, mais quitte à choisir, elle aurait sans doute préféré se terrer plutôt que de prendre le risque d'exposer son mal-être. Heureusement, cet embarras ne s'était exprimé que pendant les premières minutes passées en sa compagnie avant de s'évaporer presque complètement. L'observant d'un air incrédule, Ruby s'apprêta à objecter mais fut coupée dans son élan. En réaction aux explications de Wyatt, la jeune femme fronça légèrement les sourcils. Il avait donc remarqué que quelque chose n'allait pas. Cependant, à en croire sa façon de s'exprimer, rien ne laissait supposer qu'il connaissait les raisons des tourments de la brunette. Elle tenta alors de dissimuler le trouble occasionné par ses paroles et secoua frénétiquement la tête. « Je t'en prie ne t'inquiète pas pour moi, je vais bien. Et Grace est une personne adorable, tu as bien fait de vouloir l'aider en l'intégrant à notre prestation. Ça m'a fait plaisir de pouvoir lui prêter main forte. » Il lui adressa un sourire nerveux, puis plongea sa main dans sa poche. La jeune femme suivit son geste, et en voyant son poing s'ouvrir sur un magnifique bracelet en argent orné d'une améthyste étincelante, elle écarquilla les yeux. Son regard se posait alternativement sur le bijou et le docteur. « Attends, tu... ce n'est pas pour... » balbutia-t-elle à demi voix. Wyatt l'interrompit et confirma qu'il s'agissait bien d'un cadeau. Sa surprise était telle que ses membres ne répondaient plus. Elle laissa alors son ami fixer autour de son poignet le petit objet, mais les paroles qu'il prononça la firent redresser la tête. Elle le dévisagea tristement. À combien de femmes avait-il déjà sorti le même discours? Son honnêteté ne pouvait qu'être remise en cause désormais. Il avait assez joué de la naïveté de la brunette, et même si elle ne demandait qu'à le croire, elle ne désirait pas essuyer une nouvelle déception en s'y risquant.

Et pourtant, certains signes ne trompaient pas. Quelque soit son scepticisme, Wyatt semblait réellement tenir à elle. Autrement le jeune homme n'aurait pas fait tant d'efforts pour se faire pardonner. Un simple sourire de sa part aurait suffit à faire oublier à Ruby les mésaventures qu'elle avait vécues, mais au lieu de cela, il avait souhaité agir de manière beaucoup plus symbolique. Une pierre violette, la couleur des Awesome Voices. Ce qui les avait réunis et leur avait permis de tisser ce lien compliqué, difficile à définir, et dont on ne pouvait pourtant pas nier l'authenticité. Bien qu'ils aient de nombreuses fois eu l'occasion de clarifier leur relation, ils avaient toujours entretenu cette ambiguïté malgré eux. Et apparemment, cela n'était pas près de s'arrêter. « Il est parfait. » prononça-t-elle pensive. Si elle parlait à l'origine du bracelet, elle se rendit compte que ce terme valait aussi bien pour la personne qui lui avait offert. Au même moment, Wyatt effleura tendrement sa joue, forçant la jeune femme à le regarder droit dans les yeux. Une nouvelle fois, ses mots se voulaient réconfortants. « Wyatt... » La voix de la choriste s'éteignit en un souffle. Son regard s'adoucit davantage. Elle était à deux doigts de tout lui confier, du début jusqu'à la fin. Alors qu'il laissait retomber sa main contre lui, une Megan dubitative surgit des vestiaires et les dévisagea tous les deux avant de s'éclipser. Le gynécologue tourna alors les talons et prit la place de leur directrice afin de se déchausser, ne laissant pas le temps à Ruby de lui faire part des péripéties qu'elle avait récemment vécu et lui évitant ainsi de commettre une erreur. Une fois entrée dans la petite pièce qui leur était réservée, elle soulagea ses pieds et enfila à contre cœur ses talons. Unn bonbon rose apparut soudain dans l'encadrement de la porte. Ruby leva son pouce en direction de Grace pour la féliciter de sa performance sur Relax de Mika, la gratifia d'un clin d’œil et offrit à Wyatt une rangée de dents blanches. « Je dirais même prêtes à enflammer la foule! » Puis elle fit finalement signe à la blondinette de la rejoindre. Attrapant le costume de Megan qu'elle avait repéré dès son entrée dans les vestiaires, la jeune femme le présenta à la Second Chances avec une mine navrée. « J'espère que ça ne te dérange de le porter, nous n'avons pas vraiment investi dans les accessoires pour notre deuxième prestation. Histoire de ne pas détourner l'attention du public de notre talent évidemment. » plaisanta-t-elle. « Mais je suis persuadée que cette tenue t'ira comme un gant! » Bien qu'elle surveillait Grace de près après avoir remarqué sa proximité avec Wyatt, la brunette comptait mettre sa vigilance de côté pour la soirée. Leur numéro promettait d'être amusant à exécuter et elle ne souhaitait pas tout gâcher en restant sur ses gardes. Il restait quelques minutes aux choristes avant de monter sur scène. « Alors, qu'est-ce que ça te fait de rejoindre les Awesome Voices le temps d'une chanson? » demanda-t-elle souriante à la jeune choriste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
We don't own our heavens now.
We only own our hell.
Age : 23 Ans
Occupation : Bénévole à la LPA - Cantinière à l'OSU Lima - - Bloggeuse culinaire de bas étages
Humeur : You can be Alice I'll be the Mad Hatter
Statut : Vestale
Etoiles : 7393

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Marina and the Diamonds - Lies
Glee club favori : Second Chances
Vos relations:
MessageSujet: Re: 02. Shake your groove thing   Lun 30 Sep - 21:08

La lumière ruissela sur sa seconde peau de latex dans une dernière fulgurance de fuchsia. Les cris crépitèrent dans l’obscurité rongée de paillettes. Elle adressa un sourire éclaboussant au public, et quoiqu’il soit relativement la marque de son soulagement, c’était bien plus dû à l’arrêt soudain de la brûlure qu’elle estimait très largement au troisième degré qu’infligeait un spot mal réglé à sa nuque qu’au plaisir sans limite que leur performance vrillée de note stéroïdées à l’hélium accordait encore à ses oreilles bourdonnantes. Néanmoins, cela fit illusion.

Quelques pas si confiants qu’on aurait presque pu ne pas croire qu’elle devrait certainement investir dans une semelle orthopédique pour le reste de sa petite vie, et ses échasses strassées la portèrent jusqu’aux coulisses. Déjà l’euphorie faisait place à l’errance hystérique de l’enchaînement. A la recherche de quelque chose dont elle ne connaissait pas exactement la nature, son esprit éliminait soigneusement les paroles et chorégraphies si longuement apprises, autodestruction presque mécanique. Le délestage effectué, elle agitait ses lèvres, suivant, en filtre à la réalité qu’elle contemplait placidement, les lignes qu’elle voyait défiler, la mémoire en diaporama, projetée sur son cristallin, les paroles qu’elle devait chanter marquant d’un coup de hanche absolument pas adapté à la démarche hâtive qu’elle s’attachait à prendre, comme si l’attitude allait amener l’occupation.

Dorothy repulpée, Disco Black Swan, l’énorme Flamand Rose natif de Fukushima qu’elle était devenue au fil de la chorégraphie avançait patte après patte le long d’une route que les rollers des Awesome Voice avaient gravée sur le sol des back-stage.

Porte. Vestiaire. Cheveux.

Roux.

Θ

Une paire de lunette noire, un foulard emmêlé dans les cheveux et une falaise, avec un tournant qui leur aurait assuré le combo d’une vue splendide sur une baie azurine et d’une chute, quoique libre, plus que probablement mortelle, une balade à la mandoline, une décapotable hybride, et Grace aurait presque pu jurer qu’elle était, à son insu, ainsi que cela arrive à tant de gens au quotidien, en plein tournage d’une publicité pour du shampoing anti-pelliculaire. Ou du papier hygiénique parfumé à la tomate séchée, à la rigueur.

Evidemment, l’ambiance italisante s’était autodétruite au premier feu rouge et sa traditionnelle petite vieille, pur produit d’Ohio, qui semblait s’être donné pour défi de placer un maximum de vulgarité dans les quelques minutes que son statut de piétonne montée sur déambulateur lui infligeait pour traverser une simple rue. Le sommet de poésie auquel Sapho à l’odeur de naphtaline se livrait obligea Grace à perdre volontairement l’usage de la surdité. Préférant aux charmes des sonnets sifflés entre deux rangées de dents en plastiques, et de loin, la jeune fille très droite sur son siège couinant, les mains sur les genoux à défaut de les avoir sur le ventre, attitude qui, elle l’avait vite détecté, lui attirait des regards pas forcément très favorables du gynécologue, préférait utiliser sa concentration à glisser un regard sur son conducteur.

Elle le guettait. Elle cherchait. Le moindre détail de son visage, la plus infime ombre d’expression, la blonde créature passa la moitié du trajet à l’inspection minutieuse des frémissements de ses pores. L’autre fut consacrée au calcul fastidieux des nombreuses éphélides qui ornait le visage de l’homme. Elle ne savait plus, pas, exactement pourquoi elle le faisait, pourquoi elle s’astreignait à cette tâche de rousseur, pourquoi elle égrenait inlassablement ce chapelet hypodermique, mais la somme colossale à laquelle elle arrivait après la simple inspection du front du Pillsbury l’avait suffisamment absorbée pour qu’elle en oublie ces questions.

Quatre-vingt-trois. Quatre-vingt-quatre. Quatre-vingt-cinq. Au moins autant de raisons de l’aimer plus fort, et de n’en rien paraître. C’était tacite. C’était caché. C’était peut-être la chose la plus réelle à laquelle elle pouvait encore espérer. Elle s’adaptait comme elle pouvait aux règles du jeu, plus très sûre du nombre de vie dont elle disposait encore.

Elle arrêta ses comptes en même temps que lui arrachait sa clef à la voiture et lui adressa un sourire reconnaissant, mémorisant le chiffre, pas encore très décidée quant au choix de sur quelle joue se porteraient ses futures observations.

Θ


Elle avait été relativement surprise qu’il ne lui mette pas de sac en papier sur la tête pour lui faire pénétrer les lieux, songeant qu’elle-même n’aurait sans doute jamais osé faire découvrir un membre d’une chorale adverse l’appartement des Faithorns pendant une de leur répétition, à moins de lui avoir préalablement fait respirer une bonne dose de chloroforme, l’avoir enfermé dans un coffre de voiture insonorisé pendant tout le trajet et s’être assuré de lui avoir fait signer un contrat engageant, si fuite il devait y avoir, une disparition dans un monastère chrétien au Japon, transport assuré par les services de sécurité du couple presque-retraité que Grace envisageait en toute logique être dissimulé dans l’ensemble du personnel de leur immeuble, voire quelques habitants.

Certes, elle devait considérer les Second Chances et les Awesome Voices comme Unis, têtes vocalisantes et siamoises d’un même corps révolté. Mais tout de même. Les capacités démoniaques de Sylvester ne devaient pas être sous-estimées, et si Grace voyait d’ordinaire Dieu dans les moindres évènements de sa vie, il devait désormais partager la vedette avec une version vaguement paranoïaque du Diable.

«Prêtes à enflammer le dance floor ?»

Enflammer. Disco. Burn, Baby, Burn. Baby. Bébé. Faux. Stop. Baby. Boom. Bam. Bing. Big Bang. Feu. Potence. Punir. Bûcher. Diable. Sorcière. Wicked. Vieille. Sue Sylvester. Brûler. Feu. De joie. Oh Joy. Jésus.

Ce lien pyromaniaque établi, Grace s’autorisa un vigoureux hochement de tête approbateur. Sourire sucré.

-Embrase-moi.

Petit silence. Rêveur. Trop hormoné pour être awkward. De son point de vue. Rire enfantin. Rejeté de cheveux. Surréaliste petit coup de hanche sur celle de Ruby. Trop de Boogie. Discoverdose.

-J’ai prié pour vous., annonça-t-elle comme si l’enchaînement était logique, pointant d’un doigt méfiant leurs patins, avec sur le visage son sourire si typique du « Ne me remerciez pas de vous avoir épargné une mort douloureuse et multi-rediffusée sur les réseaux sociaux, je suis là pour ça. »

Elle passa une main rapide dans ses cheveux, avant d’accorder un sourire entendu à Ruby en attrapant la tenue que celle-ci lui tendait, sautillant sur un pied jusqu’à le petit coin du vestiaire qu’elle avait désigné comme sien, s’astreignant à l’épreuve délicate d’arracher ses chaussures à l’altitude impressionnante.

-J’en prendrai grand soin., assura-t-elle en solennité. Je ne voudrais pas risquer de me faire sauvagement assassiner pour avoir abîmé une précieuse relique par son fan club…, précisa-t-elle en fixant les vêtements d’un regard vaguement inquiet, un sourcil arrondit.

Et dire que la Morgan lui avait presque proposé un poste de trésorière dans cette petite association à but strictement glorificatif. La simple hésitation de Grace face à ce privilège indubitable avait immédiatement conclu leur unique échange pendant toute la période de fréquentation de la blonde du QG de sa chorale.

Prenant soin de ne laisser que son dos apparaître aux potentiels yeux qui auraient pu se poser sur elle, trois bonnes minutes de mouvements saccadés relativement contorsionnistes furent exigées de la jeune fille pour s’extirper de son costume, un petit soupir de soulagement accompagnant la libération.

Elle remonta le short , qui n’aurait pas pu trouver de nom plus approprié, le long de ses jambes à peine débarrassées de la combinaison moulante, et en pleine retrouvailles avec un flux sanguin dont elles avaient été dangereusement privées depuis une bonne demi-heure. Ses mains effleurèrent des fesses dont elle avait depuis peu appris à jauger la fermeté. Une découverte de plus à imputer à son court séjour en terre AV. Ses doigts remontèrent en pianotant jusqu’à son ventre, elle tenta, sourcils froncés, une nouvelle fois de le compresser, sans succès. De profil, elle s’examina un instant, pensive. Elle le contractait déjà. Si, au début, ça n’était venu que lorsque cette zone de son anatomie était en vue de quiconque d’un minimum observateur, le réflexe s’était installé progressivement, par précaution, puis par angoisse, jusqu’à ce que plus une once de conscience ne régule ses muscles abdominaux. L’habitude prise, sa technique de chant n’en avait que médiocrement pâti.

Si cet enfant, ou plutôt ce non-enfant, comme elle lui, se, devait de l’envisager pour Wyatt, était pour elle et un signe du pouvoir divin au sens le plus concret et naïf qu’elle lui avait toujours attribué, et ce qui la liait le plus étroitement au médecin, celui-ci l’avait amenée à réfléchir à l’implication de son imagination dans son existence.

Et pourtant.

Le volume que prenait cette idée n’avait diminué que de deux centimètres, cinq contractés, depuis le Jour. D’abord, Grace l’avait appelé. Elle lui avait exposé les faits, enthousiaste et excitée, alors qu’elle tentait de lui faire comprendre qu’il s’était peut-être trompé. Que c’était bien réel. Ensuite, avec les réponses multiples et patientes, elle avait appris à garder ça secret. Officiellement, c’était parce qu’il l’avait raisonnée. Officieusement, elle avait l’impression particulièrement floue et refoulée de lui organiser une espèce de surprise-party utérine dont la concrétisation du fœtus serait le point d’orgue.

Ses lèvres convulsant encore les paroles qu’elle connaissait pourtant par coeur, elle étendit ses bras au-dessus de sa tête, grimaçant au petit bruit que ses épaules émirent, s’abaissant lentement, faisant jouer cuisse et bassin dans de petits rebonds, s’assurant de ses possibilités de mouvements dans le tissus étroit, puis, satisfaite de la résistance et de la bonne tenue du costume, elle se redressa d’une ondulation rapide. Deux larges boucles d’oreille dorée mordillèrent ses lobes d’oreilles dans la seconde qui suivit, avant qu’elle ne sorte de sa loge au luxe relatif. Ce qui devait indéniablement être un sous-vêtement de mauvais goût reconverti pour la scène scintilla en haut de ses cuisses alors qu’elle rejoignait en bondissant ses partenaires d’un soir.

-Alors ? Je fais une infiltrée crédible ?

Si le ton était rieur, l’inquiétude n’en était pas moins réelle. Grace ne voulait pas choquer, tout comme elle ne se serait pas baladée dans des ruelles crasseuses et isolées en Inde, voire même à Akron, avec les épaules découvertes, elle ne se permettrait jamais de monter sur scène avec des Awesome Voice sans être absolument sûre d’être parfaitement dissimulée. Indétectable. C’était son petit côté CIA qui s’exprimait.

« Alors, qu'est-ce que ça te fait de rejoindre les Awesome Voices le temps d'une chanson? »

Elle eut le regard humide d’un jeune chiot au poil soyeux, qu'elle braqua successivement sur l'un puis sur l'autre.

-C'est bien. Très bien. Génial. Incroyable. Enfin, pas comme les Second Chances. C'est différent. Mais c'est bien. Il faut être tolérant, avec la différence. C'est Jésus qui l'a dit. Et avec vous, ce n'est pas dur. Pendant les répétitions, vous avez été …

Elle chercha les mots justes. Et tenta de récupérer ses poumons encore à l'agonie de sa tirade.

-… adorables. Et talentueux. Pour des choristes païens.

Sourire candide.

- Mais surtout adorables. Merci.

Si elle semblait s’adresser principalement à Ruby, ses yeux glissèrent presque par instinct sur le plus roux des deux. Cette discussion lui avait permis une petite mise à jour et un ajout d’une trentaine de taches à ses compteurs.

Alors que ses yeux passaient d’un Awesome Voice à l’autre, Grace frissonna. Ca recommençait. Comme la première fois qu’elle avait été mise en contact avec le duo. Elle avait immédiatement sentit cette… chose. Ce petit truc. Cette légère vibration. Ce magnétisme qui ne trouvait pas d’explication logique.

Naturellement, hypothèse qui lui semblait la plus probable au regard de son expérience, elle l’avait soupçonnée un bon moment d’être enceinte de lui. La poitrine qui redéfinissait la notion d’opulence de la jeune femme n’ayant bien évidemment fait que confirmer ses préoccupations. Pourtant, Grace avait fini par s’extraire cette idée de la tête. Evidemment, elle n’avait pas exactement été dans la position d’exiger que Ruby urine sur un test de grossesse en sa présence et celle d’un huissier assermenté. Mais quand on était… enfin, avait presque été comme il convenait qu’elle s’envisageât, enceinte, il y avait certaines choses qu’on savait. On reconnaissait une sœur de nausée par un instinct secret. Et selon ses oracles gastriques, Grace savait que la brune n’était pas prête d’être mère. Elle avait ainsi pu toute à son aise, passées les obligatoires quelques heures d’approche, d'adaptation et de ressenti psycho-foetal, souligner son adoration, parfois presque déplacée, pour Ruby, soliste que son intérêt pour les chorales l’avait poussée à découvrir puis suivre les vibratos au fil des concours, que même, et c’était déjà quelque chose, la rousseur du Pillsbury n’avait pas réussi à éclipser de sa mémoire déstructurée.

Ses yeux s'attardèrent sur les poignets de la jeune femme qu'elle s'était mise à détailler. Sa voix se fit gazouillement.

-Ton bracelet est superbe., nota-t-elle d’un large sourire, songeant néanmoins dans ses médiocres connaissances minérales que si la pierre avait été bleue, il n’aurait pas pu être plus parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. Shake your groove thing   Jeu 10 Oct - 23:51

La réaction de Ruby n’avait pas été exactement celle qu’il avait attendue. Elle avait insisté une fois encore sur le fait qu’elle avait aidé Grace de bon gré, et avait promis de manière assez peu convaincante qu’elle allait bien. Comme l’occasion n’était pas exactement propice pour les confidences, le gynécologue s’était fait le serment de revenir à l’assaut une fois leur numéro accompli et la pression retombée. Mais lorsqu’il avait fermé le bracelet autour de son poignet, Wyatt aurait pu jurer que c’était une expression de tristesse qui avait passé sur son visage. Il n’avait pas imaginé qu’elle lui sauterait au cou en lui jurant que tout était pardonné et qu’ils continueraient à chanter comme avant et mieux encore, bien sûr... Seulement il y avait quelque chose dans la vulnérabilité de la jolie brune qui avait mis à vif tous ses nerfs en un battement de cils. Peut-être était-ce parce que son geste était inattendu. Ou bien parce qu’elle n’avait pas l’habitude de recevoir de cadeau sans occasion officielle. Auquel cas il était sans doute temps pour Wyatt de s’intéresser de plus près à sa vie amoureuse pour apprendre une chose ou deux à son petit-ami concernant l’attention qu’il devait porter à une jeune femme aussi précieuse et sensible. Au final l’apparition de Megan avait été une bonne chose. Achevant de lasser ses chaussures, il chassa ces pensées de son esprit pour faire le vide et se concentrer sur sa deuxième prestation de la soirée. Ce n’était pas le moment de penser à la possibilité que Ruby soit avec un homme qui ne la méritait pas, il aurait dû s’affairer à repasser mentalement les paroles de la chanson, pas à vouloir sauver sa camarade choriste de tous les salauds de ce monde.

Il se releva pour aller refermer la porte derrière Grace et manqua de trébucher en entendant sa réponse à ses encouragements. Le choriste arqua un sourcil interloqué en se retournant pour dévisager brièvement la blonde qui ne semblait pas s’embarrasser le moins du monde de ses déclarations on ne peut plus ambiguës, et il secoua la tête avec bienveillance lorsqu’elle se mit à rire de manière complice en poussant Ruby avec sa hanche. Le moins qu’on puisse dire c’était que Grace Hamilton était unique en son genre, et il n’était pas tout à fait accoutumé à son usage bien particulier de la langue anglaise. Mais une fois de plus l’autre Awesome Voices avait su noyer le poisson en enchaînant avec une remarque beaucoup plus adéquate qui arracha à nouveau un sourire au médecin. Une fois la porte verrouillée pour empêcher les curieux de tenter leur chance pour un coup d’œil rapide dans les vestiaires, il retourna s’asseoir sur le banc qui longeait le mur et adressa un sourire en coin à la fille du pasteur grâce à qui les Awesome Voices étaient sans nul doute dans les bonnes grâces divines. Coulant son regard en direction de Ruby, il haussa les sourcils comme pour partager avec elle le fait qu’il avait eu davantage confiance en sa technique acquise au cours de leurs longues heures de répétitions plutôt qu’en l’influence d’une force supérieure pour les garder tous les quatre droits sur leurs roulettes. Le pari de faire toute une chorégraphie incluant même un porté alors que trois des participants n’avaient que peu ou pas d’expérience en matière de glisse n’avait pas été une mince affaire, mais il y avait une raison derrière le nom de leur chorale, et cela ne s’arrêtait pas à leurs voix.

Ses yeux suivirent un instant la silhouette sautillante de Grace avant de venir se planter sur le sol entre ses pieds lorsqu’elle commença à retirer ses chaussures. Il n’avait pas eu l’occasion de reparler de “Grille-Pain” avec la jolie blonde depuis qu’ils avaient commencé les répétitions, de même qu’il n’avait pas pu se résoudre à en parler à qui que ce soit d’autre. Partager ce genre d’information c’était briser à coup sûr le secret médical, mais ce fardeau —aussi charmant soit-il— était lourd à porter sur ses épaules déjà plus que chargées. En réalité, sa meilleure option aurait été d’en parler à Peter. En tant que neurologue il pouvait compter dans la catégorie collègue et non comme simple ami, et il aurait peut-être pu lui apporter quelques réponses d’ordre médical en plus de son soutien moral. Cependant, il aurait fallu pour cela qu’il réussisse à croiser le jeune homme qui semblait l’éviter comme la peste depuis leur petite sortie au Piano-Bar. Les premiers jours, Wyatt avait mis cela sur le compte du hasard, puis de l’embarras ou d’une gueule de bois particulièrement carabinée pour laquelle il le blâmait, mais le temps passant, il était devenu clair que le hasard n’avait rien à voir avec le fait que leurs chemins ne se rencontrent plus. Son programme surchargé par les préparatifs du grand retour des Awesome Voices ne lui avait pas permis de traquer le père célibataire pour venir récolter l’audition qu’il lui avait promise, mais le gynécologue espérait que son collègue aurait la curiosité de pointer son nez à la soirée dont la promotion était largement passée par Internet. Même cinq minutes avec sa gamine, rien que pour montrer un peu d’intérêt pour les activités de la chorale. Forcé était pourtant de constater qu’il n’avait pas repéré sa tête blonde dans le public lors de la collégiale. Toutefois le gynécologue ne perdait pas encore espoir, la foule était relativement dense dans la salle, suffisamment dense pour qu’un grand timide dans son genre se cache derrière une perruque afro géante pour observer en douce.

Une fois de plus perdu dans ses pensées, son regard croisa celui de Grace au moment où elle terminait ce qui semblait être une forme de compliment pour la chorale de Megan Morgan et ses yeux se plissèrent avec complaisance avant de trouver ceux de Ruby. Bien plus que Megan, c’était Ruby qui était, pour lui, le véritable cœur des AV. Son énergie et son talent, mais aussi et surtout son humilité et son envie de partager la musique, avec les autres choristes comme avec le public parfois peu accueillant de Lima. Aux antipodes du comportement suffisant de la relève officielle de Bryan Ryan, elle n’avait jamais perdu espoir dans leurs chances de gagner, puis de renaître et d’attirer à nouveau des chanteurs en herbe qui seraient bientôt de nouvelles starlettes locales. Tout ce qu’elle entreprenait elle le faisait avec franchise et détermination en dépit de sa timidité attachante. Elle faisait partie du cercle très réduit des personnes pour qui Wyatt avait de l’admiration et du respect et sa présence était devenue essentielle dans l’équilibre précaire de ses semaines. Ses pupilles tombèrent alors sur le bracelet qui pendait à la base de sa paume et sa poitrine se serra à l’idée qu’il ait pu abuser de sa générosité. Absorbé par les ennuis qui s’accumulaient à la clinique, il avait fini par faire du tort à deux des jeunes femmes qui comptaient le plus pour lui et aucune d’elles n’avait osé se plaindre.

Avant qu’il n’ait le temps de ressortir les violons de l'apitoiement, Grace l’arracha à son état mélancolique en attirant l’attention sur ledit bracelet et immédiatement le gynécologue se dressa sur  ses pieds pour détourner son intérêt. Il avait fait des progrès certains avec la jeune femme. Il était à peu près sûr qu’elle n’imaginait plus qu’ils allaient se marier, et si l’arrondit de son ventre trahissait encore les séquelles des dérives de son esprit débridé, le gynécologue aimait croire qu’il n’aurait besoin de personne pour régler sa grossesse nerveuse à en juger par les progrès notables dans son comportement ces derniers jours. Il n’en demeurait pas moins que leur relation dans un cadre strictement professionnel et amical était encore fragile, et il ne pouvait pas mentionner Charlie sans engendrer une réaction de malaise palpable chez la blonde. Aucune raison donc d’y ajouter un sentiment de rivalité avec Ruby alors qu’elles semblaient bien s’entendre. «Je pense qu’il va être temps de se mettre en place !» lança-t-il d’une voix forte, se dirigeant droit vers les deux choristes, il posa délicatement ses mains sur leurs épaules pour les pousser vers la sortie. Sortant dans le couloir mal éclairé entouré des deux charmantes choristes en tenues pailletées, il salua d’un signe de tête l’un des ingénieurs son qui observa avec incrédulité le trio. Oh, il ne doutait pas qu’ils avaient fière allure...

Se glissant derrière les rideaux dans les coulisses pour attendre la fin du numéro de Joanna et Megan, Wyatt savoura une fois de plus le ridicule de la situation. Leur choix de chanson était ridicule, leur chorégraphie était hilarante, et l’introduction de Grace dans leur petit duo ne faisait que rendre le tout encore plus subversif. Il réfréna l’envie de jeter un coup d’œil dans le public pour essayer d’y trouver Charlie et serra ses mains en deux poings devant lui. Rien que pour une nuit il aurait voulu lâcher prise et se laisser aller. Il aurait toute la soirée pour discuter avec sa petite amie. Dans quelques minutes la musique commencerait. Ruby entrerait en scène avec Grace, puis ce serait à lui. Dans quelques minutes il n’aurait plus à se concentrer que sur les déhanchés invraisemblables et les refrains entraînants. L’intensité de la lumière diminua, les premières notes de leur mélodie résonnèrent et son rythme cardiaque s’apaisa sous l’effet de la confiance aveugle qu’il avait dans ses partenaires. «Montrez leur.» souffla-t-il avec un sourire, restant légèrement en retrait pour les rejoindre comme convenu après leur entrée magistrale.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« You just see the surface »
Age : 25 ans
Occupation : Jeune entrepreneur , Membre des Awesome Voices
Humeur : Vivante
Statut : En couple avec Ryder Crawford
Etoiles : 3260

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Try - P!nk
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
« You just see the surface »
MessageSujet: Re: 02. Shake your groove thing   Dim 2 Fév - 23:23

Était-ce l'énergie thermique libérée par les corps surmenés des choristes présents dans le vestiaire qui provoquait cette chaleur étouffante, où était-ce simplement une illusion que causait le trac de Ruby? La jeune femme avait toujours eu tendance à angoisser un tant soit peu avant de monter sur scène malgré l'assurance qu'elle acquérait une fois devant le public. Pourtant, ce soir, c'était différent. Elle ne craignait pas de ne pas être à la hauteur, ni que ses partenaires ne se montrent pas assez convaincants. En fait, c'était peut-être en cela que résidait le plus gros du problème. Tous les trois avaient dû travailler leur définition du deuxième degré pour obtenir un résultat pareil. Le choix de la chanson qu'ils devaient interpréter s'était peut-être fait initialement à deux, mais l'ensemble de la prestation n'aurait jamais été aussi affriolant si l'ajout de Grace dans leur petit groupe n'avait pas eu lieu. Et c'était finalement ce que la brunette appréhendait. Non pas qu'elle redoutait que l'image de son célèbre duo avec Wyatt soit effacée par la performance exceptionnelle qu'ils s’apprêtaient à effectuer à trois, mais plutôt que cette dernière se trouvait être beaucoup plus pimentée que prévue depuis que le docteur avait décidé d'intégrer la Second Chances parmi leurs rangs. Ce numéro avait été dès le départ placé sous le signe de l'auto-dérision, et au fur et à mesure des répétitions, l'alchimie qui opérait entre les différents partenaires – qui n'avait pas échappé à l’œil suspicieux de Ruby – autorisa ceux-là à inclure certains mouvements plus osés auxquels l'Awesome Voices n'était pas forcément très préparée psychologiquement. Certes, les exécuter au QG s'était révélé plus amusant qu'elle ne l'aurait cru, et si sa pudeur l'avait d'abord empêchée de prendre part à cette mise en scène cocasse, elle s'était finalement laissée entraîner dans ce jeu de séduction exagéré. Cependant, risquer une telle interprétation face à une audience comprenant la pire garce qu'elle n'ait jamais rencontrée – aussi connue sous le nom de Charlie Watson-Brown, ou accessoirement la petite amie psychopathe de l'homme qu'elle aimait – pouvait s'avérer très, très dangereux. Peut-être que si plus de temps s'était écoulé entre sa rencontre avec la Second Chances à la jalousie démesurée et cette soirée d'Halloween, Ruby aurait déjà pansé ses plaies, et cette confrontation inévitable, même indirecte, aurait certainement eu peu d'influence sur son état d'esprit. Et si cette hypothèse était tout de même peu probable, s'en persuader l'aidait à retrouver l'espoir d'un jour remonter la pente.

Wyatt. Les événements récents ayant particulièrement affecté le morale de la jeune choriste, il lui avait été difficile de soutenir et même croiser le regard émeraude de son camarade dans lequel elle adorait pourtant tellement se perdre. Depuis maintenant des semaines, son esprit était torturé par la vision du couple dont elle avait trop longtemps ignoré l'existence. Pour une raison qu'elle ignorait, imaginer Charlie dans les bras du docteur était bien plus aisé que de se figurer un avenir incluant le jeune homme et elle-même. Quand bien même elle souhaitait songer à un scénario les réunissant, l'amante surgissait quoi qu'il arrive pour lui arracher ce destin qui ne lui appartenait pas. Ne lui appartiendrait pas. Ce sentiment qu'elle souffrait était rendu d'autant plus insupportable que Wyatt ne réagissait pas. Sans doute ne se rendait-il compte de rien, Ruby tentant de dissimuler au mieux la peine qui la rongeait derrière ses sourires. Il semblait tout de même peu probable que l'amenuisement de l'enthousiasme dont elle faisait d'ordinaire preuve pendant les répétitions des Awesome Voices lui ait échappé. Paradoxalement, ce qui permettait à la brunette de s'accrocher restait de côtoyer son partenaire régulièrement. Les premières minutes passées à ses côtés étaient peut-être une (douce) torture mais l'attention qu'il lui portait l'aidait à rapidement oublier ses tourments. Comment allait-elle réussir à tourner la page s'il continuait à être aussi attentionné?

Tirée de ses rêveries par une réflexion inattendue, Ruby fit mine de ne pas avoir entendu l'étrange réponse qu'apporta Grace à l'encouragement de Wyatt. Bien que très attachante, cette tête blonde suscitait son incompréhension. Derrière ses allures de jeune femme innocente et chaste, Ruby avait perçu une pointe d'extravagance relativement curieuse. Cette personnalité insolite avait le don de perdre la brunette qui ne savait plus tout à fait où donner de la tête en sa compagnie. D'autant plus que Grace semblait entretenir une relation assez mystérieuse avec le gynécologue. Lui-même n'avait pas l'air saisir ce qui se tramait dans l'esprit de la Second Chances lorsqu'elle énonçait des répliques plutôt équivoques sorties de nulle part, même si celui-ci s'arrangeait pour n'en rien laisser deviner. Grace était peut-être trop naïve pour s'en rendre compte, mais la brunette connaissait maintenant son partenaire depuis assez longtemps pour comprendre que la présence de la jeune femme le laissait par moments décontenancé. Comme cette fois, où l'expression hébétée du choriste trahissait son état. Mais finalement amusé par les agissements de la petite nouvelle, un sourire bienveillant se dessina sur ses lèvres, bientôt suivi de celui de Ruby qui osa relâcher un instant sa garde. Car elle avait bien l'intention de surveiller les moindres faits et gestes de Grace dont la proximité qu'elle s'autorisait avec Wyatt ne lui plaisait guère. C'était idiot, mais si elle n'était pas en mesure de conquérir le jeune homme, alors elle ne voyait pas pourquoi quelqu'un d'autre y parviendrait. Non pas qu'elle s'estimait plus désirable mais qu'elle refusait d'imaginer une situation aussi injuste et humiliante. Elle préférait encore que Charlie revendique haut et fort son couple plutôt que de plonger plus profondément dans les abysses des déboires sentimentaux.

Les flatteries de Grace concernant leur accueil chaleureux étirèrent les lèvres de Ruby en un large sourire. Décidément, cette jeune fille se révélait particulièrement douée pour provoquer des réactions controversées chez la soliste. Cette dernière suivit progressivement le regard de la blondinette qui se posa sur le bracelet pendant à son poignet. La Second Chances ne manqua pas l'occasion de signifier la splendeur du petit bijou. Aussitôt, Wyatt bondit sur ses pieds, faisant ravaler à Ruby l'enthousiasme qui l'avait alors animée à son évocation. Elle leva un sourcil interrogateur à son intention, mais au vu de la tentative du jeune homme pour détourner la conversation, elle comprit qu'il n'était pas dans son intérêt de s'y appesantir et se contenta d'un simple « Merci » de courtoisie. Finalement, les deux choristes se laissèrent emporter par le docteur vers l'arrière de la scène, la brunette avançant à petits pas de peur de trébucher dans les câbles traînant à leurs pieds. Seules les paillettes de leur courte tenue leur permettait de ne pas se perdre dans l'obscurité grandissante des coulisses.

Le rythme cardiaque de la brunette s'accéléra soudainement, lui provoquant des vertiges. Ce n'était pas le moment de tourner de l’œil, seulement un stress incontrôlable s'empara d'elle alors qu'un voile opaque commençait à troubler sa vue. Reprends-toi Ruby. Reprends-toi. Quelle image allaient-ils renvoyer, eux formant ce trio invraisemblable et farfelu et s'apprêtant à enchaîner des déhanchés ridicules devant un Piano-Bar bondé? La jeune femme tenta tant bien que mal de retrouver une respiration régulière et espéra que le manque d'éclairage dissimulait ce malaise dont elle avait honte. Qu'avait-elle à craindre après tout? Les années 80 n'étaient-elles pas l'époque des folies et de l'abandon total? « Oh mon Dieu. » La musique démarra, annonçant déjà le ridicule de la performance qu'ils s'apprêtaient à offrir au public. Sans même entendre les dernières paroles de Wyatt ni jeter un dernier coup d’œil à ses partenaires pour la rassurer, Ruby se retrouvait déjà propulsée sur scène accompagnée de Grace, leur visage illuminé d'un sourire extra-large, s'approchant du bord avec une démarche exagérée tout en balançant leurs bras d'avant en arrière. Face à une audience en délire, les deux jeunes femmes tournèrent rapidement la tête l'une vers l'autre. « Shake it, Shake it! » L'adrénaline commença à circuler dans les veines de la brunette, de son cœur à ses jambes, s'emparant bientôt de son être tout entier. Que c'était bon! Pourquoi s'était-elle inquiétée au juste? Elle allait sans doute passer l'un des moments les plus épiques de toute sa vie! Adressant un clin d’œil à sa camarade de jeu, elle se retourna au final vers le public lorsque les paroles débutèrent pendant que chacune roulait du bassin au rythme de la musique, comme possédées par la fièvre du samedi soir.

« Shake your groove thing, shake your groove thing, yeah, yeah
Show 'em how we do it now
Shake your groove thing, shake your groove thing, yeah, yeah
Show 'em how we do it now, show 'em how we do it now »


Quel tableau! L'espace d'un instant, Ruby imagina Jordan, présent dans l'assemblée, découvrir une facette de son amie qu'il ne lui connaissait pas. Qu'elle ne se connaissait pas elle-même d'ailleurs. Wyatt s'avança au milieu des deux jeunes femmes alors qu'elles terminaient leur introduction enflammée, puis, dans un mouvement synchronisé, elles portèrent une main au fessier du jeune homme en affichant une expression à peine désolée. Le premier couplet débuta, entreprit par le docteur qui semblait avoir décidé d'oublier sa fierté pour la prestation. Ruby chantait avec lui un vers sur deux. Elle vint se positionner face à lui, manquant d'exploser de rire quand son regard croisa celui de son partenaire. Elle attrapa ses épaules, se serra à lui sans même se poser de question, se retourna deux fois vers l'assemblée en faisant voler sa longue chevelure ondulée, puis les deux choristes chaloupèrent ensemble, réveillant leur complicité redevenue évidente, avant que la jeune femme ne regagne sa place pour reprendre le refrain sans se départir de la cadence effrénée qui animait son corps.

« Shake your groove thing, shake your groove thing, yeah, yeah
Show 'em how we do it now
Shake your groove thing, shake your groove thing, yeah, yeah
Show 'em how we do it now »


Cette chorégraphie allait l'achever, au sens figuré du terme. Prise dans son élan, elle ne s'étonnait même pas de mettre autant d'entrain dans cette mise en scène plus que suggestive et totalement risible. Désormais au tour de Grace de partager le numéro avec Wyatt, Ruby recula légèrement derrière eux et se déhancha de plus bel, jouant excessivement de sa sensualité tout en observant les pas exécutés par les deux jeunes gens. Étrange. Elle ne se rappelait pas que l'ardeur dont la blondinette avait fait preuve pendant les répétitions était si avivée. Plus qu'étrange, cela en devenait inquiétant, et cette proximité éveilla en la brunette un sentiment de jalousie intense qu'elle ne contrôlait que grâce à sa certitude d'être bien plus convaincante dans les bras du gynécologue. Sa certitude... ou son espoir?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 02. Shake your groove thing   

Revenir en haut Aller en bas
 

02. Shake your groove thing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 3 :: Episode 2
-