Choriste du mois


Partagez | 
 

 03. All Time Low

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
MessageSujet: 03. All Time Low   Lun 18 Nov - 16:02

L'idée avait germé depuis un moment dans son esprit. Si au départ Tim l'avait considérée comme un caprice passager, la vigueur avec laquelle elle s'était imposée au fil des jours avait achevé de le persuader du contraire. La dissolution des Awesome Voices avait été une véritable aubaine, une sorte de signal divin que cette nostalgie à laquelle il s'accrochait n'était qu'un vague souvenir qui n'avait plus lieu d'être. Dans son grand égoïsme il avait accueilli le verdict avec un ravissement à peine dissimulé qui n'avait pas forcément plu à tous ses camarades choristes. Ruby avait dû être dévastée, elle qui caressait enfin le rêve d'être plus qu'une simple tapisserie dans le fond des numéros ambitieux de Bryan Ryan. Cette pensée seule avait suffit à lui faire avaler la pilule avec une facilité déconcertante. Seulement depuis Halloween des rumeurs couraient comme quoi Megan avait réussi l'impossible et constituait selon ses propres règles sa nouvelle armée de choristes. Même si la perspective de gonfler ses rangs pour mieux y faire régner le chaos l'amusait, Tim s'était finalement résigné à vivre cette vie de choriste émérite. Il avait clairement fait son temps et, de toute évidence, l'importance que cela lui procurait au lycée n'était que le reflet de son mal-être de l'époque. Dorénavant il n'avait plus besoin de ce surplus d'attention pour se sentir vivre. En revanche s'il y avait quelque chose lui lui manquait incontestablement, c'était la musique. Pas la musique qu'il jouait occasionnellement dans son salon et qui ravissait Anna autant qu'elle l'agaçait, mais la musique qui transportait les autres en plus de le transporter lui. Certains affirmeraient qu'il ne serait plus vraiment question de passion s'il s'agissait d'un besoin de considération, pourtant Tim ressentait ce désir de partager sa musique parce qu'il avait l'impression d'être sénile lorsqu'il jouait pour lui-même. Ses histoires il les connaissait, il s'agissait justement d'en faire profiter les autres. Et s'il avait perdu de vue ce rêve d'enfant d'écrire ses émotions, il avait toujours cette possibilité de les chanter.

Loin de la frénésie qui animait la Place Bellefontaine, le vieux quartier de Lima continuait de vivre, comme un îlot isolé où se rendaient les plus éclairée, en quête d'un peu de calme. Dans ce coin de la ville, la neige n'était pas entachée par les va-et-vient des habitants et des quelques touristes que Sue avait bien réussi à convaincre par on ne sait quel moyen. Loin d'être immaculée, elle n'en gardait pas moins sa blancheur et faisait le ravissement des quelques enfants qui ne se bousculaient pas au marché de Noël. Tim ne prêtait même pas attention à cet esprit léger que semblaient inspirer tous les ans les fêtes de fin d'année. Pour lui elles n'avaient jamais rimé avec enchantement et bonne famille. Pourtant cette année il n'était pas si aigri à l'idée de devoir traverser cette période. Le mariage de sa mère se rapprochait et, étonnamment, cette pensée le remplissait de joie. Pour une fois il n'aurait plus à faire semblant d'avoir une vraie famille. Il fallait juste espérer que son beau-père ne sorte pas de sa manche une fille ou un fils caché qui vivait, au hasard, en Californie. Même s'il ne le montrait pas Tim avait fini par accepter le lien qui avait bien pu l'unir à Savannah. En revanche il n'était pas certain d'être capable de réitérer cet exploit. Ce serait beaucoup trop lui en demander. Mais si en plus Robbie et Ryder acceptaient son offre, Noël serait définitivement magique.

Parce que oui, aussi incroyable cela pouvait-il sembler, l'idée qui avait envahi son esprit était celle de monter un groupe, comme au bon vieux temps. Il avait eu beau tourner la question dans tous les sens, inclure Robbie dans le projet revenait sans arrêt comme une mauvaise rengaine. Et Ryder, en plus d'être sans arrêt collé à lui, avait quand même servi de guitariste durant la tournée de Rachel Berry - pour ce que ça valait. A trois ils n'allaient pas aller très loin, mais c'était déjà un début. Soufflant dans ses mains congelées, Tim marmonnait depuis une bonne dizaine de minutes le potentiel scénario qui devrait se jouer dans moins de deux minutes. Curieusement plus il se rapprochait du Gramophone Record et plus ses pieds laissaient leur sillage dans la neige. Il allait quand même devoir affronter Robbie et Ryder. Dans quel univers parallèle ce genre de discussion aurait pu avoir lieu ? Robbie à qui il n'avait sans doute pas parlé depuis des années - et leur dernière discussion avait sans doute eu un rapport avec Hallie. Quant à Ryder ils avaient tout de même réussi  à collaborer l'espace d'une semaine mais pas assez pour que Tim ravale sa fierté et avoue qu'il avait eu tort de juger aussi vite un mec aussi cool. Il n'était même pas sûr d'y parvenir un jour - pas dans un état total de sobriété du moins. L'idée était à approfondir.

Enfin il parvint devant la vieille bâtisse. Tim avait toujours du mal à croire que Ryder était le propriétaire d'un magasin aussi dément. C'était sûrement pour cette raison qu'il n'y trainait pas très souvent, malgré son amour pour les guitares en tout genre. Voir l'ex de Savannah débarquer pour lui donner des conseils c'était quand même plutôt embarrassant. Timothy avait l'impression d'être un peu le fantôme de la blonde qui viendrait hanter Ryder jusqu'à ce qu'un des deux décide d'enfin déménager de ce trou paumé. Planté devant la porte, il hésita fortement à entrer, cherchant un prétexte pour reporter la discussion à plus tard. Mais il ne trouvait rien. Lui, le roi des excuses à dormir debout ne trouvait rien. Il devait en avoir vraiment envie de ce groupe. Lorsqu'une clique de jeunes lycéens se décida à entrer, il se faufila derrière eux, incognito. Aussitôt à l'intérieur il s'accapara d'un vinyle derrière lequel il se dissimula. On ne tarda pas à l'apostropher malgré tout. "Besoin d'aide ?" demanda une jeune employée. Il jeta un bref coup d'œil derrière lui, au cas où ce ne serait pas à lui qu'on s'adressait, mais de toute évidence on l'avait grillé. "Quoi ?" demanda-t-il comme si de rien n'était, ses yeux furetant à droite à gauche comme pour rattraper la question de son interlocutrice. "Je vois pas de quoi vous parlez." se défendit-il comme si ce qu'il racontait avait la moindre cohérence. Il déposa le disque n'importe où et se ravisa à grandes foulées vers la sortie. Sauf qu'au moment même où il se décida à regarder devant lui il tomba nez-à-nez avec Robbie. "Tiens salut, c'est marrant de te croiser là." Après tout pourquoi pas ? Ce n'était pas comme s'il mettait les pieds ici tous les jours. "Nouvelle coupe." nota-t-il en pointant du doigt le crâne de Robbie. Il ne pouvait plus faire marche arrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 03. All Time Low   Jeu 21 Nov - 12:00

Dire qu’il n’était pas dans son assiette serait l’euphémisme de l’année. La fatigue qu’il éprouvait s’était transformée en migraine en moins de temps qu’il n’en avait fallu pour le dire et il ne pouvait pas quitter le travail avant une bonne heure, s’il se référait à l’horloge placée au mur. Sa tête lui faisait mal, et les coups mal assurés et craintif qui faisaient résonner la batterie en démonstration n’arrangeaient rien. Son état était semblable à celui avec lequel il avait été si familier quand il était plus jeune : la gueule de bois. Pourtant, il n’avait pas passé la nuit précédente à boire sans modération et à faire la fête dans un club avec une musique bien trop forte. Maintenant qu’il était devenu un père responsable, il évitait ce genre de comportement. Non, non, le phénomène auquel son corps réagissait devrait plutôt porter le nom de… Gueule de Livia. L’hiver apportait son lot de bonnes choses (Noël et ses cadeaux pour ne citer que cela) mais aussi de mauvaises (le froid, les maladies, etc…). Encore en bas âge, Livia était la cible idéale toutes les cochonneries qui flottaient dans l’air, et après avoir incubé un certain temps, elle le faisait savoir à son père. Ne sachant pas encore parler malgré quelques gazouillis indéniables, elle n’avait d’autre choix que de pleurer pour se faire comprendre et après presque six mois de vie commune, Robbie avait fini par déchiffrer chacun de ses pleurs. Il y avait le pleur «papa j’ai faim», le pleur «papa change moi», le pleur «papa j’ai envie que tu t’occupes de moi alors je fais un caprice» et le pleur qu’il avait découvert la veille : «papa je suis malade». Au départ, il l’avait laissé pleurer dans sa chambre, pensant qu’elle avait juste un peu de mal à s’endormir, puis entendant que les pleurs persistaient, il avait laissé Ryder seul devant la télévision pour s’occuper de sa fille. Il avait d’abord essayé un tas de techniques pour la calmer avant de finalement céder et la prendre avec lui dans son lit. Il savait que ce n’était pas conseillé, mais quel genre de père laisserait sa fille s’époumoner sans rien faire ? Il avait enlevé son gros sweat pour éviter d’avoir trop chaud dans la nuit et s’était placer sous ses couvertures. C’était seulement après avoir positionné Livia près de lui qu’il s’était rendu compte qu’elle avait de la température, et c’est ainsi qu’il avait passé la nuit à la surveiller, et à la bercer gentiment lorsqu’elle commençait à se réveiller.

Du coup ce matin, lorsqu’il avait fallu se préparer pour le travail, la motivation était resté avec Livia, au lit. Il avait demandé à Glenn (qui était en mission baby-sitter pour la journée) de venir à l’appartement, alors que communément, c’était Robbie qui déposait Livia. C’était la moindre des choses. Il aurait voulu appelé son patron et se faire porter pâle, mais l’inconvénient de vivre avec Ryder était qu’il pouvait vérifier la véracité des excuses. Il n’avait donc pas eu le choix et avait dû se mettre en route après avoir bu son café, qui n’avait d’ailleurs pas eu le moindre effet. En temps normal, travailler au Gramophone était quelque chose de génial. Les clients étaient généralement agréables à conseiller, et c’était une satisfaction personnelle d’aider une maman  à choisir le cadeau parfait pour son enfant, tout en respectant un certain budget. La musique d’ambiance était toujours bonne et aidait à faire défiler la journée plus vite. A vrai dire, en temps normal, la clientèle était répartie sur l’ensemble de la journée ce qui permettaient aux employés de travailler toute la journée à un rythme décent, sans être submergé par une tonne de travail. Mais aujourd’hui c’était autre chose, surtout qu’en cette période de Noël, les clients abondaient, et tous les employés étaient sur le qui-vive. Fort heureusement pour lui, son client n’était pas très calé en musique et posait des questions basiques auxquelles il pouvait répondre sans trop y réfléchir. Il lui conseilla de prendre ce set de cordes plutôt qu’un autre, expliquant qu’elles étaient plus adaptées à quelqu’un qui jouait de la guitare de manière agressive (ce qui avait l’air d’être le cas avec son client). Il l’amena à la caisse et lui proposa même de faire un petit paquet si les cordes étaient pour offrir. Sérieusement, qui offre des cordes à Noël ? Le client refusa et repartit avec un nouveau jeu de cordes dans sa poche. Il regarda une nouvelle fois l’horloge, et vit que seules dix petites minutes s’étaient écoulées. Il posa ses coudes sur le comptoir de la caisse et enfouit son visage dans ses mains. Ce n’était vraiment pas professionnel mais il laissa un long soupir s’échapper de ses lèvres. Il se croyait indestructible, mais il fallait croire que le virus, ou la bactérie que trimbalait Livia avait finit pas l’atteindre. Il se redressa, passa ses mains sur son visage et chercha Ryder du regard. Il était prêt à se mettre à genou pour que son patron/colocataire l’autorise à rentrer se reposer un peu. Il ne prêta pas la moindre attention à ce qui se passait autour de lui, et avançait d’un pas assuré jusqu’à son but : Ryder.

Il avança et se faufila derrière une adolescente qui regardait les casques de musique et manqua de peu de rentrer dans quelqu’un. Et pas n’importe qui à vrai dire. Il fit un léger pas de recul pour être sûr de ce qu’il voyait et que cette personne n’était pas le fruit de son imagination. Et puis d’ailleurs, pourquoi son imagination déciderait de faire apparaitre Timothy Ainsworth devant lui ? Il se concentra sur ce qu’il disait avant d’arquer un sourcil. Oui comme c’était marrant de le voir là, où il travaillait, et encore plus pendant ses heures de travail. Il aurait voulu rétorquer, mais à vrai dire, Tim n’avait aucun moyen de savoir qu’il avait été embauché ici, donc autant garder le sarcasme pour plus tard, surtout si sa condition actuelle lui permettait un débit moins rapide. Puis il reçut un commentaire sur ses cheveux, et si Tim n’avait pas été Tim et que Robbie n’avait pas été malade, il aurait pu commencer à en parler avant de légèrement dévier la conversation sur quelque chose qui pourrait ramener de l’argent au Gramophone. Mais là il décida d’aller droit au but. Il se cambra légèrement sur le côté pour pouvoir voir sa collègue, qui attendait toujours que Tim lui dise que oui, il avait besoin d’aide. Je m’en occupe, c’est bon. Il la vit partir, et remarqua que Tim n’avait pas l’air très à l’aise ici. Il voulut lui lancer un regard qui parlerait à sa place, mais étant malade il n’était pas bien sûr que l’effet serait au rendez-vous et comme utiliser la technique de Livia (cf : les pleurs) n’était même pas une possibilité, il se résigna à utiliser ses mots. Est-ce que je peux faire quelque chose pour t’aider ? Il toussa légèrement, une première aujourd’hui preuve que son état n’allait pas en s’arrangeant, s’éclairci la gorge et reprit. Et si tu ne veux pas me demander de l’aide à moi, tu peux en demander à Ryder puisqu’apparemment, ma collègue ne te convient pas. Il la désigna du menton, et croisa ses bras sur sa poitrine, attendant la réponse de Tim. Il vit Ryder non loin d’eux et lui fit signe de s’approcher. Trop plein de fierté, Tim ne s’abaisserait surement jamais à lui demander de l’aide, ni à Ryder d’ailleurs. Il serait donc vite parti, et Robbie pourrait enfin s’atteler à quelque chose de plus important : supplier Ryder de le laisser rentrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 03. All Time Low   Sam 14 Déc - 0:29

Le temps des fêtes était toujours le moment le plus occupé de l’année et ce peu importe le genre de magasin. Du petit stand à cravate au grand magasin commercial. Le Gramophone Record ne faisait pas exception. C’était tellement simple et facile d’offrir  et surtout apprécié de recevoir un CD que tout le monde se lançait dans le magasin. Ryder avait vécu cette période de folleries à plusieurs reprises alors qu’il était simple commis et ce n’était pas de tout repos. Il s’agissait de ses premières fêtes en tant que gérant et c’était tout simplement dément. Toute la journée, il courait à droite et à gauche pour répondre aux questions des clients, faire des commandes, régler les problèmes aux caisses, s’assurer que les employés qu’il avait engagé spécialement pour cette période n’étaient pas trop débordés et se débrouillaient bien, faire un peu de ménage dans les rayons au fur et à mesure en plus de toute la paperasse habituelle. Les heures d’ouverture avaient aussi été prolongées afin d’accommoder le plus grand nombre de clients. Ses journées de douze heures, le musicien ne les voyait pas passer.

On était seulement au début décembre et le Grams était toujours rempli. Les choses se calmaient sur l’heure du souper, mais le nombre de clients était tout de même doublé en comparaison du temps normal. Ryd ne voulait pas s’imaginer ce que ça allait être à quelques jours de Noël quand les retardataires allaient se réveiller et commencer leurs emplettes. Valait mieux ne pas y penser immédiatement. Il y avait comme un mélange d’excitation et de joie, mais aussi de stress et d’impatience qui éreintait tous les employés. Un truc ennuyait le gérant plus que tout dès qu’il quittait son bureau dans l’arrière-boutique pour aller à l’avant. "Bonnie, s’il te plait. Mets quelque chose d’autre qui n’a rien à voir avec Noël. J’en peux plus! " Supplia-t-il la jeune fille au comptoir lorsqu’il sortit de l’arrière-boutique. Il parlait bien sûr de la musique qui jouait dans les haut-parleurs à travers tout le magasin. Toute la journée. Pendant douze heures c’était les mêmes chansons chantées par différents artistes qui revenaient. Cela ne faisait que quelques jours, mais déjà les oreilles de Ryder saignaient. Alors juste pour une petite heure, leur donner une petite pause. Il était certain ne pas être le seul que ça ferait du bien. Il adressa un sourire de gratification à la jeune fille lorsqu’elle s’exécuta. Thank god Ça faisait du bien! Bon, maintenant que c’était réglé, il passa aux choses sérieuses.

Le gérant chercha du regard l’employé avec qui il désirait s’entretenir et le trouva près des magasines. "Ehm, Ryan… je sais que t’es occupé le matin du 26, mais es-tu libre l’après-midi?" Le jeune employé fit non de la tête et Ryder retint un juron. Il était légèrement fâché car il avait spécialement demandé à ses employés d’être libres et présents lors de cette journée qui était le fameux Boxing Day. C’était pire que la guerre cette journée-là. Les  gens perdaient la tête pour économiser quelques dollars et il avait besoin d’absolument tout le monde et Ryan était venu le voir pour lui dire qu’il avait un truc personnel cette journée-là et ne pouvait pas se présenter.  Ryder le croyait à peine, car Ryan lui avait souvent menti, mais il ne pouvait tout simplement rien y faire et ça le rendait fou. Le jeune homme se mordit la lèvre en tentant de résoudre son problème d’horaire et d’employés sur sa tablette électronique Lorsqu’on l’apostropha. "Hé Ryder, je trouve pas la commande des nouveautés que tu m’as demandé d’étiqueter. J’ai regardé partout pourtant." Ryd fronça les sourcils. Elle ne devait pas être bien loin. Il alla vérifier dans l’entrepôt en vérifiant l’intérieur de chaque boîte, mais en effet il ne voyait pas celle contenant les nouveautés. Il regarda dans le dossier des livraisons pour vérifier s’ils l’avaient bien reçu et c’était le cas. Jeudi dernier comme d’habitude. Signé par Robbie. "Bon, c’est pas urgent pour aujourd’hui. Va aux caisses, il commençait à y avoir une bonne file. Merci." Son ami avait une dure semaine avec la petite qui était malade et lui-même qui ne sentait vraiment pas bien. Ryder ne voulait pas être un sans cœur et le forcer à venir travailler, mais le fait était qu’il avait trop besoin de l’expertise et de l’expérience de son colocataire, surtout en cette période si faste. Il fallait que toutes les ventes possibles soient réelles et pour cela il avait besoin des meilleurs. Le brun décida de voir comment se passerait la journée et le ferait partir plus tôt. C’est vrai que Robbie faisait piètre à voir et Ryder priait le ciel pour ne pas être incommodé plus aussi et attrapé ce qu’avait Robbie. C’est d’ailleurs dans ces moments-là que Robbie devait regretter de travailler « pour » Ryder, il ne pouvait pas prendre congé.  Le gérant se promit de remercier son meilleur ami comme il se doit une fois que la frénésie des fêtes serait terminée.

Il retourna dans la boutique et repéra Robbie entre deux rangées, il s’avança vers lui. "Rob, tu sais ou se trouve la bo…" C’est à ce moment qu’il reconnu la personne avec qui son colocataire discutait. Timothy Ainsworth. Il fût d’ailleurs surpris de le voir là. Depuis que Ryder gérait le Gramophone, donc depuis l’été, Tim ne s’était jamais pointé ici, alors que dans ses souvenirs de commis adolescent, le Rebelle était un habitué de l’endroit. Ryder et Timothy ça n’avait jamais été la grande joie entre eux pour différentes raisons et principalement parce que leur caractère respectif ne concordait pas ensemble, mais aussi parce que chaque fois que le musicien voyait le surveillant, cela lui faisait immédiatement penser à Savannah. Ryd savait que Tim était toujours en contact avec elle et ça le rongeait. Il était jaloux parce qu’elle avait décidé de couper les ponts avec lui, mais pas avec son ancien demi-frère. Quoi qu’il en soit, les deux garçons avaient quand même réussi à faire une trêve le temps d’une collaboration. Étonnamment, tout s’était très bien déroulé et Ryder avait passé un bon moment, mais après, ils ne s’étaient pas reparlés. "Salut Tim." Il garda un ton et un visage neutres et regarda Robbie pour voir s’il était aussi surpris que lui de voir Ainsworth devant eux. "On peut t’aider?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
MessageSujet: Re: 03. All Time Low   Jeu 26 Déc - 16:09

Comme souvent, les scénarios qui se jouaient constamment dans sa tête se déroulaient mieux que la réalité. Timothy aurait pu apprendre avec le temps que ses idées de génie perdaient de la valeur lorsqu'elles étaient partagées, mais encore une fois il n'était pas de ceux qui tiraient une véritable leçon de leurs erreurs. Droit comme un piquet dans ce magasin qui, par le passé, lui inspirait l'unique espoir de sa vie, Tim se sentait comme un morceau de viande charnu au milieu d'une bande de requins affamés. Il avait la même expression de terreur - pour autant qu'un morceau de viande ressente des émotions - peinte au visage tandis que Robbie, lorsqu'il put enfin jauger sa surprise, exprimait un agacement qu'il était sans doute le seul à lui provoquer. Il devait sans doute assumer que Tim faisait des emplettes tardives de Noël et que son aide ne lui était donc d'aucune utilité. C'était comme si demain, un tatoueur lui faisait la morale sur l'immutabilité d'un tatouage : c'était ironique et hors de propos. Au fond Tim était même persuadé que s'il ne lui était pas rentré dedans, Robbie aurait fait semblant de s'atteler un peu trop soigneusement à une tâche sans importance pour que ce soit honnête - du moins Tim l'aurait fait. En ça il se félicitait de s'être retrouvé malencontreusement sur son chemin, comme si c'était un signe pas si hasardeux du destin, parce qu'après avoir franchi le seuil du magasin il n'aurait pas eu la force de ramper jusqu'à Robbie pour lui faire sa proposition. C'était à se demander par quel miracle la scène avait pu lui apparaitre ingénieuse dans son esprit. Il n'y avait absolument rien de logique ni même de spontané dans son entreprise, tout était le fruit d'une réflexion peu poussée qui lui avait appris, à sa plus grande désolation, qu'il avait réussi à faire des seules personnes qui partageaient des intérêts communs avec lui dans cette ville des ennemis. Depuis quand n'avait-il pas décoché un mot à Robbie ? Cela remontait sans doute au départ d'Hallie, ils avaient dû échanger des banalités qui avaient vite fait de s'envoler de sa mémoire de par la légèreté de leur considération.

Au fond Tim avait pardonné Robbie depuis de nombreuses années. Ou peut-être pas exactement. Sa rancœur avait fini par se transformer en une implacable indifférence que le temps avait achevé de consolider. S'il n'en voulait plus à Robbie c'était simplement parce qu'il s'était résigné à retrouver cette amitié qu'ils avaient bien pu partager. Finalement ils s'étaient éloignés l'un de l'autre, au même titre que ses ressentiments et avaient fini par vivre pleinement des vies dissociables et indépendantes. Et ce jusqu'à ce jour. Jusqu'au jour où Tim avait dû, par un quelconque élan de lucidité, se rendre compte qu'il ne pouvait se reposer à jamais sur des Samuel ou des Nick qui finissaient par disparaitre du tableau de son existence pour se concentrer sur ceux qui, malheureusement pour eux, semblaient coincés dans la monotonie de Lima. Il n'était pas encore prêt à renouer, ni même nouer tout court dans le cas de Ryder, des liens aussi solides que celui qui, pendant longtemps, l'avait enchaîné aux Awesome Voices, mais il leur avait fait l'éminence de vaincre son orgueil, pour l'amour de la musique. Tim était intimement persuadé que, même si pour sauver les apparences les deux comparses feraient semblant de questionner la légitimité de cette union, ils finiraient par craquer de la même façon que lui avait craqué. Tout simplement parce que la perspective de ce groupe était trop belle pour être déclinée à force de mauvaise foi et de fierté mal placée. S'il avait réussi à mettre son orgueil de côté, Robbie pourrait sans doute faire de même. Après tout si quelqu'un avait le monopole de l'hostilité dans leur relation de haine passionnée, c'était bien Timothy.

Le brun s'attarda un peu trop longtemps sur toutes les futilités que lui inspirait la toux de son interlocuteur. Etait-ce un moyen de lui signifier sa présence parasite ? Un signal de détresse qui ferait rappliquer deux énormes armoires à glace pour le jeter dehors ? Ou bien tout simplement la preuve de son misérable état de santé ? Si Tim avait l'embarras du choix, il avait en revanche bien détecté l'amertume dans les derniers propos de Robbie qui, comme à son habitude, n'usait pas de courbettes pour témoigner de son antipathie. "Oh, non c'est pas ça... elle est sans doute très bien votre vendeuse mais j'ai pas vraiment besoin de son aide. Sinon tu penses bien que je serais allé voir chez la concurrence." Première occasion perdue de se taire. De toute évidence ni l'un ni l'autre n'avait changé. Au moins c'était une preuve que, s'ils parvenaient à enterrer la hache de guerre, ils avaient toujours toutes les cartes pour s'entendre.
L'apparition peu fortuite de Ryder eut le don d'achever l'entrain qu'il avait eu lors des élucubrations de son esprit. Il était maintenant planté devant les deux personnes qui le méprisaient sans doute le plus dans cette ville, sans compter Warren, Glenn, Santana et tous les autres. D'un coup il se sentait comme obligé de faire un discours en sous-vêtement devant une assemblée d'inconnus. Et si cette perspective était loin de lui faire peur lorsqu'il était encore jeune, elle l'était à cet instant parce que l'objet de son discours lui tenait particulièrement à cœur. Au moyen d'un sourire contrit il essayait de se redonner une contenance mais il fallait bien avouer que les deux masses qui lui faisaient face n'étaient pas très collaboratives. Évidemment qu'ils pouvaient l'aider, sinon il ne serait pas venu les voir au beau milieu d'une journée d'hiver, poussé par le besoin impérieux de faire amende honorable. Mais ça il se devait bien de le garder pour lui. "Ouais en fait vous pouvez carrément m'aider..." Il jeta un œil autour de lui, comme s'il cherchait l'excuse parfaite pour se dérober. Il savait pourtant qu'il se devait de parler comme on enlevait un pansement, au risque de rester avec la moitié de l'adhésif à l'air et l'autre bien accrochée à sa peau. "Je veux monter un groupe." dit-il à la hâte. "Punk, rock... de la musique quoi. Et je viens pas juste vous tenir au courant hein, je me demandais si... ça serait susceptible de vous intéresser." ajouta-t-il en cherchant bien les mots les plus neutres pour éviter de faire croire que, contrairement aux apparences, il n'avait pas de plan B. Ils étaient les seuls vers qui il avait pensé à se tourner et, aussi difficile était-ce à admettre, son avenir reposait entre leurs mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 03. All Time Low   Mer 8 Jan - 20:22

A l’heure actuelle, Robbie n’était même plus sûr d’avoir la force d’aller jusqu’à sa voiture et de se conduire jusqu’à chez lui. Il n’était pas souvent malade, ayant déjà tout attrapé lorsqu’il était plus jeune et ayant par la même occasion généré tous les anticorps possibles et imaginables, du coup au moindre problème tout prenait des proportions ingérables dans sa tête. Le moindre rhume qui durait plus d’un jour se transformait rapidement en maladie incurable. Sa gorge le piquait un peu plus chaque fois qu’il toussait, si bien qu’il n’était même plus sûr de pouvoir parler sans souffrir de plus belle. Evidemment, le jour où il pouvait perfectionner sa rhétorique cinglante sur Tim, était le jour où il se sentait plus misérable que tout. Il renifla de manière pas vraiment élégante et jaugea la distance de Ryder. Il ne prêta pas attention à ce que lui disait Tim et n’entendit pas le début de sa phrase. Cependant, il était sûr d’avoir manqué quelque chose parce que Tim semblait… Différent. Peut-être s’était-il adoucit avec l’âge, ce qui ne lui aurait fait aucun mal, et Robbie haussa les sourcils lorsqu’il ne décela aucune animosité dans son discours envers l’employée qui lui avait proposé son aide un peu plus tôt. Cette fois c’était indéniable : Robbie hallucinait, ce qui le rapprochait d’un symptôme d’une mort précoce. Il était prêt à commenter mais préféra attendre d’être sûr que Tim avait fini de parler, et ce fut surement la meilleure décision qu’il ait prit aujourd’hui. Au final, la mort était encore loin et Tim n’était pas devenu l’ombre de lui-même. D’un côté Robbie était rassuré, d’un autre il se demandait de plus en plus ce que Tim faisait là. Il croisa les bras et plissa les yeux comme s’il essayait de comprendre le mystère qu’était Timothy Ainsworth. S’il n’était venu que pour dénigrer le travail du Gramophone, il pouvait déjà repartir et Robbie serait plus qu’heureux de piocher dans ses dernières forces pour le raccompagner jusqu’à la porte. Il lui adressa un sourire carnassier et fut content qu’enfin Ryder soit là. Le problème « Tim » ne le concernait plus et il pouvait désormais aller se mettre dans un coin au fond de la pièce réservée aux employés et se laisser mourir, ou juste attendre la fin de la journée. Lorsque Ryder salua leur client, Robbie remarqua quelque chose de presque imperceptible sur Tim. Un changement de position, ou un renfermement au niveau du visage, il ne savait pas vraiment mais il tenait à rester. De toute manière, Tim ne ferait pas long feu face à eux. Il avait beau se sentir en position de force devant un Robbie malade, mais jamais il ne gagnerait maintenant que Ryder était à ses côtés. Ça allait être plaisant.

Il fut long à reprendre la parole, et pendant un instant, Robbie se dit que c’était fini, ne sachant pas quoi dire, il allait repartir, et que les deux colocataires pourraient retourner s’occuper du Gramophone. Il sorti un mouchoir chiffonné de sa poche de pantalon, et tourna légèrement le dos aux deux autres jeunes hommes pour ne pas se moucher face à eux. Malgré tout il entendit ce que Tim dit et s’arrêta en pleine séance de mouchage, faisant si rapidement volte-face qu’il fut étonné de ne pas s’être fait mal. Mais une fois de plus, il s’était trompé et sa peur d’halluciner le hanta de plus belle. Il remit son mouchoir en poche et scanna les raisons pour lesquelles Tim, parmi toutes les personnes qu’ils connaissaient en commun, avait besoin de leur aide. N’avait-il pas d’autres personnes vers qui se tourner ? Il le dévisagea le plus suspicieusement du monde et pensa tout de suite à une chose qu’ils avaient tous en commun. Les Awesome Voices. Ryder comptait rejoindre la chorale, on pouvait considérer que Robbie y avait un pied dedans grâce à Megan et Tim n’y était plus d’après ce que sa cousine lui avait dit. Peut-être que la raison pour laquelle il était là était pour que Robbie et/ou Ryder fassent les yeux doux à Megan et lui chantent ses louanges afin qu’elle le laisse réintégrer la chorale ? Peu importe ce que c’était, rien que le fait de savoir que Tim avait besoin d’eux, de lui, était délectable. A cet instant, rien d’autre ne comptait et il était prêt à mourir heureux.

Mais lorsque la vraie motivation de Tim fut lâchée, Robbie tomba de haut, encore une fois. Décidément, ce garçon était plein de surprises. Il fronça les sourcils, comme si Tim avait parlé en russe et lança un regard inquisiteur à Ryder, qui semblait aussi perdu que lui. Non, Ryder avait plutôt l’air perplexe. Il reporta son attention sur Tim qui parla une nouvelle fois. Nous intéresser ? Il arqua un sourcil ne comprenant vraiment pas où Tim voulait en venir. Ce n’était pas comme s’il leur demandait de former le groupe avec lui, alors quoi ? Est-ce qu’ils étaient intéressés pour être son sponsor et lui fournir le matériel et le promouvoir ? Est-ce qu’ils étaient assez intéressés pour lui prêter le studio rattaché au Gramophone ? Bien vite, Robbie se retrouva avec un mal de crâne intense. Merci Tim. Tu veux coller des affiches pour recruter ? C'était la seule raison plausible que Robbie avait trouver. Ils pouvaient faire ça: coller son affiche quelque part et faire en sorte que tout le monde la voit. Ou ne la voit pas. Enfin bref, peu importe la raison, si tu veux quelque chose du Gramophone, c’est pas avec moi qu’il faut voir. Tim n’aurait quand même pas été jusqu’à croire que Robbie pourrait appuyer sa requête face à Ryder. Sérieusement, l’eau avait coulé sous les ponts, Tim semblait avoir ravalé sa fierté et sa rancœur du bon vieux temps, mais de là à croire que Robbie pourrait l’aider pour quelque chose à laquelle il tenait tant… Non. Il eut presque envie de rire de cette idée si seulement il n’avait pas peur que cela provoque une nouvelle quinte de toux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 03. All Time Low   Lun 27 Jan - 23:15

La présence de Timothy ne tombait pas très bien et Ryder avait bien envie de lui dire de repasser plus tard. Il en avait déjà plein les bras avec la clientèle nerveuse, excitée, impatiente et surtout massive. En plus, la moitié de son personnel présent était des commis temporaires qui avaient été formés à la va-vite et ne connaissaient pas la moitié de leurs tâches. Sans compter son meilleur employé et celui qui l’assistait dans ses décisions était mal en point et ne cessait de tousser. Ryd n’avait donc pas envie d’avoir à faire au surveillant. Il resta donc calme et le toisa du regard. Cela ne servait à rien d’être agressif ou d’élever la voix. Ryder n’avait pas envie de faire une scène devant tous ses clients et ses employés. Il était professionnel et quelle histoire ça ferait!  Par contre, Tim ne semblait pas être là pour mettre le chaos. Il n’avait pas la même allure qu’à l’habitude. Il n’avait pas son petit air fendant qui le caractérisait. Peut-être se sentait-il en infériorité? Ce qui était le cas. Le Rebelle se retrouvait sur le territoire de Robbie et Ryder et côté posture imposante, il ne rivalisait aucunement contre les deux travailleurs du Gramophone, même avec un Robbie grippé. Le gérant resta tout de même sur ses gardes, Tim pouvait être sournois et il semblait avoir une idée derrière la tête. N’empêche que sa présence était intrigante, d’autant plus qu’il semblait être venu pour les voir et leur parler et non pour faire des achats.

Timothy ne garda pas le silence bien longtemps et ce qui leur proposa était pour le moins surprenant. Le musicien s’était attendu à tout, sauf à ça. Un groupe de musique. Est-ce que Ryder avait bien entendu? Tim voulait partir un groupe de musique rock-alternatif? Et non seulement ça, mais il voulait que Robbie et Ryder en fasse partie et c’est ce qui était le plus étonnant. Il pouffa légèrement lorsque son ami blond ne comprit pas la subtilité de Tim. Soit, il ne voulait pas croire que le Rebelle voulait coopérer avec eux, soit son surplus de morve avait atteint son cerveau et il n’arrivait pas à réfléchir convenablement. Ryder avait bien compris ce que tentait de leur dire Tim.  Il ne savait pas où en était la relation entre Robbie et Tim, mais il se doutait bien qu’elle n’était pas encore totalement au point. Une certaine rancœur flottait entre les deux. Quant à sa relation avec son ancien beau-frère, elle était au neutre et très fragile. Il n’arrivait pas à comprendre pourquoi il était venu les voir. Avait-il demandé à plusieurs personnes avant eux et à leur refus s’était décidé à venir leur proposer? Les deux colocataires ne pouvaient pas être ses premiers choix! À moins de vouloir les meilleurs.

Mais l’idée du groupe de musique plaisait beaucoup à Ryder. Énormément même! Il avait toujours eu ce petit rêve farfelu de créer un groupe de musique. Que ce soit un truc sérieux ou juste pour s’amuser. C’était le rêve de tout musicien! Ce rêve s’était renforcé lorsqu’il avait été en tournée avec Rachel. Il avait fait une croix sur la vie de tournée, mais ce qui lui manquait le plus était l’effet de « groupe ». Partager des moments spéciaux avec des gens qui vivent la même chose que vous, qui comprennent ce que vous ressentez et qui souhaitent seulement s’amuser et rigoler. La sensation d’être unis à quelque chose. Ryder avait adoré cet aspect. Mais, chaque fois que le guitariste avait évoqué l’idée avec des amis, que ce soit avec Zack au lycée ou Victor dans les dernières années, l’idée était morte dans l’œuf. Cela ne s’était jamais concrétisé pour diverses raisons.
Il n’en revenait toujours pas de l’initiative de Tim. Ce dernier avait du marcher et même écraser son orgueil pour se présenter devant eux. S’il y avait bien quelqu’un que Ryder n’aurait jamais cru capable d’ignorer le passé, c’était bien Tim Ainsworth. Ryd lui-même ne l’aurait pas fait, alors c’était tout à son honneur. "Rob, je ne crois pas qu’il fait référence aux affi…" C’était trop beau pour durer. Il ne pouvait pas être immobile plus de deux minutes sans être dérangé. [b]"Eehm Ryd, la madame veut savoir si sa commande est arrivée et je sais pas comment aller dans le système."[/color] C’était un nouveau, on ne pouvait pas lui en vouloir, mais le gérant avait d’autres trucs plus intéressants à discuter."Va voir Bonnie, elle va t’expliquer comment aller vérifier. Je suis avec un…" Il leva les yeux vers Timothy se demandant comment il pouvait le nommer."Avec un…ami." Ce mot sonna drôlement dans sa bouche. Utiliser le mot ami pour désigner Tim était bizarre. Il dirigea le nouveau commis vers la jeune fille aux caisses. "Pardon. Je crois qu’on va être plus tranquille dans mon bureau. Suivez-moi." Il fit signe aux deux hommes de le suivre et se fraya un chemin dans la foule. Passant devant les caisses, il signala à Bonnie qu’il ne souhaitait pas être dérangé et qu’elle était en charge pour quelques minutes. Cette histoire de groupe de musique l’intriguait beaucoup trop pour remettre cette conversation à plus tard. Tim avait piqué sa curiosité.

Le gérant laissa passer Tim et Robbie dans son bureau et ferma la porte les coupant du brouhaha de la boutique. Il s’empressa d’enlever les boitiers de CD et autres papiers qui trainaient sur l’une des deux chaises placées devant le bureau. Des boites, des papiers, des vieilles affiches trainaient ici et là. C’était loin d’être accueillant. "Asseyez-vous et désolé du bordel. Ça fait des semaines que je me dis que je devrais le faire et puis bon…" Il passa une main dans ses cheveux, légèrement mal à l’aise. Il s’était plus excusé auprès de Tim, Rob étant habitué à son bureau en désordre. Puis, il prit place devant eux. "Alors, c’est bien ça. Tu nous veux dans ton groupe?" Il ne croyait pas du tout à la supposition de Robbie. Sinon, Tim se serait donné beaucoup trop de mal pour de simples affiches. "Pourquoi? Pourquoi nous?" Il se cala dans sa chaise. Aussi bien connaître ses intentions clairement et se laisser louanger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
MessageSujet: Re: 03. All Time Low   Dim 16 Mar - 17:52

Tim avait à peine considéré les avantages d'une association avec Ryder et Robbie. De toute évidence c'était à lui de se vendre et cette position l'incommodait fortement. Les seules fois où il avait dû faire son auto promotion, c'était soit pour intégrer un Glee Club dont il ne voulait pas à la base, soit pour avancer des qualités qu'il n'avait pas pour un poste dont la compétition était inexistante. Depuis, il se reposait allègrement sur ses acquis, convaincu qu'un jour Megan elle-même viendrait le reconquérir comme Bryan Ryan l'avait fait 2 ans plus tôt. Face à Ryder et Robbie, la lutte était radicalement différente. Ils avaient fini par se satisfaire tous les deux de la stabilité de leur vie, et les convaincre d'embarquer avec lui ne s'annonçait pas une mince affaire. Quoiqu'il en soit, si son choix s'était arrêté sur les deux compères, ce n'était certainement pas par hasard. Les deux avaient le sens du rythme et de l'expérience dans le métier, mais c'était surtout la notoriété du Gramophone Record en ville qui avait achevée de le séduire. Il ne l'avouerait jamais, mais il enviait peut-être un peu Ryder d'avoir su nouer les bonnes affinités pour qu'un beau jour le magasin lui revienne de droit. Et malgré un simulacre de hiérarchie - dans les termes du contrat, sans doute - personne ne remettait en question l'équité des rôles respectifs de Ryder et Robbie au sein des lieux. Si ça ne tenait qu'à lui, Tim se serait contenté d'un arrangement avec Ryder, qu'il savait plus conciliant que celui avec qui, jadis, il avait formé un groupe. Être dans les bonnes grâces de Ryder, c'était s'ouvrir un monde auquel il avait vaguement - et modestement - goûté lorsqu'il avait miraculeusement accepté d'enregistrer un titre pour lui. Il ignorait toujours les desseins auxquels Ryder avait consacré cette curieuse entreprise, mais force était de constater que l'espace d'un instant il était parvenu à enterrer la hache d'une guerre à l'origine toujours inconnue. S'associer avec Ryder, c'était donc s'éviter les honoraires exorbitantes du seul producteur de Lima en gagnant la possibilité d'investir le studio d'enregistrement de l'arrière boutique. Quoique Tim n'appréciait pas forcément cette ambiance intimiste à la limite du voyeurisme, il avait quand même eut l'agréable sensation de faire quelque chose d'important.

Jamais il ne s'était attendu à ce que l'un ou l'autre ne lui rende la tâche facile. Lui-même avait ri au nez de Ryder lorsque, tout penaud, il s'était de façon inopinée pointé devant sa porte. Pourtant il avait eu la naïveté de croire, un instant, qu'il parviendrait malgré tout à déceler dans leur regard une lueur d'enthousiasme, aussi faible puisse-t-elle être. Au lieu de ça il s’était heurté à l'indifférence de Robbie et à une aigreur que son statut de parent pouvait rendre légitime. Malgré tout, avec toute l'objectivité dont Tim savait faire preuve, il trouvait sa réaction déplacée. Sérieusement, il lui offrait une trêve et il avait le culot de refuser son acte de foi. Si l'enjeu n'avait pas été si important, Tim n'aurait pas fait en sorte de dompter son impulsivité et lui aurait clairement fait savoir qu'il n'était pas dans la bonne position pour nourrir une quelconque rancœur à son encontre. La sienne était admissible : Robbie était parti en méprisant leur amitié, puis il avait achevé de la piétiner en chassant sur ses plates bandes. Manquait plus qu'il fasse sensation chez les Awesome Voices pour lui signifier clairement que la guerre était déclarée - et qu'il était peut-être un peu envieux, accessoirement. C'était la seule explication plausible selon Timothy. Fort heureusement Robbie n'avait pas eu l'esprit si ouvert que lui au lycée et avait rayé le Glee Club des loisirs potentiellement dignes de son intérêt. Tim ne put s'empêcher de rouler des yeux malgré tout pour montrer son agacement, pile au moment où Ryder avait tourné la tête. Il assista perplexe à la scène avant de suivre Ryder dans son bureau, Robbie sur les talons. Heureusement qu'il avait cru deviner un intérêt chez Ryder, sinon il n'aurait jamais pris la peine de les suivre. Pour se faire tuer à l'abri des regards et qu'on se débarrasse honteusement de son corps, non merci. La mission était claire désormais, il n'avait qu'à persuader Ryder que son idée était fabuleuse pour que lui-même se charge d'embarquer Robbie dans leur aventure. Sans bassiste ils étaient fichus et sa relation avec le blond avait beau être chaotique, musicalement parlant il était bien une des rares personnes auxquelles il faisait confiance.

Après un bref coup d'œil circulaire, Tim prit place en face du gérant. Depuis combien de temps ne s'était-il pas retrouvé de ce côté du bureau ? C'était McKinley encore et encore et curieusement il avait cette même désagréable impression d'être sur le point de passer un mauvais quart d'heure, forcé de se faire son propre avocat alors que le verdict était déjà tombé. "C'est ça, c'est ce que j'essayais de dire." confirma-t-il en gratifiant Robbie d'un regard mauvais. C'était la guerre froide entre eux et Tim se donnait un mal fou à ne pas faire transparaitre ses émotions face à Ryder. Il se devait de cultiver une affable apparence. La question de Ryder sonna l'alerte de son interrogatoire. Sauf que contrairement à son entretien d'embauche à McKinley, la conviction avec laquelle il parviendrait à vendre ses arguments serait beaucoup moins grandiloquente. "On a beau avoir un passé un peu houleux tous les trois..." c'était un euphémisme "... c'est évident qu'on a les mêmes goûts en matière de musique. Robbie et moi on a déjà partagé la scène ensemble, il y a looooongtemps, je sais comment il se débrouille et je suis sûr qu'il se dérouillera rapidement. Quant à toi, bah t'as accompagné Rachel, je sais comment tu te débrouilles aussi. Vous savez comment je marche aussi, t'as pensé à moi pour une chanson... j'veux dire, c'est logique. Si ça doit se faire, c'est avec vous." Il s'était laissé emporter par la motivation. Même si son plaidoyer était loin d'être terminé, il avait presque peur d'affronter le regard de Robbie, alors qu'il n'avait pas quitté Ryder des yeux. Ces deux-là s'échangeaient des regards complices de toute manière, et c'était comme si Ryder lui renvoyait le reflet de Robbie. "Je sais que vous êtes occupés, moi aussi. Mais on a bien le droit de s'amuser un peu aussi non ? On aurait pas d'enjeu comme les chorales, pas de pression. Juste du fun. Si on arrive à s'entendre avec la musique, ça veut sûrement dire que c'est pas désespéré pour nous. Après tout, on a ça en commun." conclut-il en se tournant vers Robbie cette fois. Il avait cette humilité dans la voix, comme s'il espérait que, pour une fois, quelqu'un accepte sa bonne foi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 03. All Time Low   Ven 21 Mar - 22:02

S’il ne faisait pas référence aux affiches, de quoi Tim avait-il besoin ? Il n’eut pas vraiment le temps d’y réfléchir d’avantage qu’un employé vint se plaindre de ne pas savoir comment accéder au système et Robbie leva les yeux au ciel : même sur son lit de mort, avec une fièvre de 40°C il arriverait à le faire. Vraiment, pendant la période de Noël, on embauchait vraiment n’importe qui. Il poussa un soupir et compatit mentalement avec sa collègue Bonnie qui devrait gérer ce problème. Vraiment, il n’y avait rien de pire que d’engager des incapables car il fallait toujours passer derrière eux pour vérifier que le travail avait bien été fait. Et dans ce cas, pour éviter les mauvaises surprises, autant le faire soi-même. Lorsque Robbie était malade, il était mauvais, mais il l’assumait presque. Tant que ses pensées restaient dans sa tête et qu’il se contrôlait pour ne rien dire à autre voix, c’était acceptable. Mais le problème n’était pas le nouvel employé pour l’instant. Ryder leur proposa de les suivre dans son bureau et comme Robbie n’avait toujours pas la moindre idée de la venue de Tim, il se dépêcha de les suivre pour en savoir un peu plus. Une fois qu’ils furent tous dans le bureau et que Ryder les invita à s’assoir, Robbie décida de rester debout. Déjà parce qu’il ne voulait pas avoir l’impression de se faire réprimander (comme si Ryder avait besoin de l’assoir quand il avait quelque chose à lui dire) mais aussi parce qu’être debout ferait de lui l’homme en charge. Pas face à Ryder évidemment, mais plutôt face à Tim. Il prit appui sur un mur et croisa les bras devant lui comme un vigil. C’était amusant comme situation car il n’avait pas du tout la carrure d’un videur, mais d’un autre côté, la menace que représentait Tim n’imposait pas vraiment et puis peut-être que la discussion arriverait à rester civilisée. Il écouta ce que Ryder avait à dire sans lâcher le brun du regard. Puis d’un coup, il tourna la tête si vite vers Ryder qu’il failli se faire un torticolis. Tim les voulait, eux, dans son groupe. Mais oui bien sûr. Son idée d’affiches avait peut-être été stupide mais bien moins que celle-ci. Les deux colocataires n’avaient pas vraiment de relations pacifistes avec Tim, et que ce dernier veuille passer outre et former un groupe, Robbie n’y croyait vraiment pas. Sauf qu’apparemment, ce n’était pas si absurde puisque Tim confirma ce que Ryder venait de dire. Alors une fois encore, il tourna brusquement la tête et croisa le regard mauvais que Tim lui lançait. Pas la peine de me regarder comme ça, je suis malade. Oui ce serait son excuse et il l’userait tant qu’il en aurait besoin. Ce n’était pas de sa faute si son cerveau était lent sous de telles conditions. Et puis même en étant en pleine forme, il aurait surement dû se pincer plusieurs fois pour être sûr de ne pas rêver. Point positif : ça aurait apporté un peu de couleur sur son bras sans tatouages. Etant désormais complètement pris de court, il se résigna à s’assoir sur la chaise non loin de Tim. Tout cela avait l’air d’une situation sérieuse.

Puis enfin, Tim commença à s’expliquer. Robbie essaya vraiment fort de ne pas laisser un petit rire étouffé lorsque la nature de la relation qui liait les deux colocataires à Tim fut abordée, mais il échoua majestueusement. Cependant, il écouta soigneusement chaque argument qui était avancé pour vendre le projet. De temps en temps il regardait Ryder pour voir comment il réagissait à ce qu’il entendait, mais son meilleur ami ne laissait presque rien transparaitre. Puis Tim repris la parole, comme s’il voulait exposer tous ses arguments, et Robbie devait avouer qu’il s’était bien préparé avant de venir. Il imaginait Tim chez lui tournant et retournant, faisant peut-être même les cent pas à répétition essayant de trouver quoi dire pour les convaincre. Robbie se surpris même à imaginer le concept d’être le bassiste du groupe dont parlait Tim. Il faudrait qu’ils mettent toutes leurs histoires derrière eux, mais il était vrai qu’un peu de divertissement ne pourrait pas leur faire de mal. Robbie avait rarement du temps à lui, c’est-à-dire sans Livia dans ses jambes, mais il savait que la faire garder pour qu’il puisse se libérer ne serait pas un problème. Et puis si ses amis avaient d’autres choses à faire, il serait même prêt à payer pour avoir une vraie baby-sitter, ou s’acheter un harnais de kangourou pour se mettre Livia dans le dos pendant qu’ils répèteraient. Robbie avait fait abstraction de tout le bruit ambiant et ne savait pas vraiment s’il y avait encore une conversation ou si Tim retenait son souffle en attendant leur réponse. Il reposa son regard sur lui avant de prendre sa décision finale. C’est touchant tout ce que tu dis. Vraiment. Mais tu crois que ça va être possible de se tolérer ? De vraiment tout laisser dernière nous ? Il avait beau ne faire aucun effort pour être en de bons termes avec Tim les rares fois où leurs chemins se croisaient, il n’attendait que l’occasion qui ferait qu’il pourrait tout mettre derrière eux. Certes, l’animosité qu’ils avaient l’un envers l’autre s’était adoucie avec le temps mais le fait de ne pas se voir quotidiennement avait surement joué un rôle décisif dans cette trêve. Là si le groupe se formait vraiment, et même s’ils ne feraient cela que pour s’amuser, il faudrait bien qu’ils passent tous un peu de temps ensemble et Robbie voulait être sûr qu’il n’y aurait pas de gêne dans tout cela. Ce serait injuste de demander à Timothy d’être le seul à prendre sur lui. Il n’avait qu’à dire un mot et Robbie lui serrerait la main sans plus de délai pour sceller le pacte qui effacerait toutes leurs mauvaises histoires de jeunesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 03. All Time Low   Dim 11 Mai - 21:12

Ryder était une personne plutôt humble qui était toujours un peu mal à l’aise avec les compliments, mais il appréciait qu’on reconnaisse son talent. Il avait travaillé si dur et c’est ce dont il était le plus fier et ce qu’il avait réussi et accompli de mieux jusqu’à maintenant. Tim était un connaisseur et c’était tout un compliment lorsque ça venait de lui. Pendant qu’il parlait et tentait de les convaincre de son idée, le gérant tentait de garder un visage neutre, même si cette idée l’excitait au plus haut point. Il jetait des regards rapides vers Robbie pour voir sa réaction maintenant qu’il avait compris qu’il n’était pas question d’affiches, mais bien la formation d’un groupe de rock. Le visage de Robbie n’affichait rien de particulier.  L’idée n’avait pas dû encore traversée la barrière de morve qui séparait ses oreilles du cerveau du blond, mais Ryder connaissait son meilleur ami et il savait que la nouvelle lui plaisait même s’il n’en laissait rien paraître. Peut-être parce que l’idée venait de Tim et qu’il était trop orgueilleux pour l’avouer. Après les explications de Tim, Ryder ne répondit pas immédiatement. Il tentait de mettre un peu d’ordre dans ses pensées. C’était toujours un peu difficile de discuter avec le Rebelle. On avait toujours l’impression de marcher sur des œufs. Si on disait quelque chose qui ne lui plaisait pas, on ne savait jamais qu’elle allait être sa réaction. Le guitariste se redressa sur sa chaise et s’adressa à l’invité. "Écoutes, moi je suis partant! Tu m’as eu dès que tu as annoncé ta proposition subtilement." Il lui sourit. Il tourna le regard vers son colocataire. "Et toi Rob. Tu ne peux pas refuser. Tu as besoin de ça. Tu as besoin d’une activité pour décompresser parce que depuis que Livia, et j’adore Livy tu le sais, est là…tu es une vraie loque. Tout ce que tu fais c’est travailler et t’occuper de ta fille. Tu es un excellent père, je suis super fier de toi, mais tu es aussi un jeune adulte et tu as besoin de te changer les idées une fois de temps en temps…surtout tu le mérites! Tu as le droit de prendre un peu de temps pour toi! " Cela faisait longtemps que Ryder avait envie de dire tout cela à son ami. Il comprenait très bien que Livia passait avant tout, mais il avait aussi remarqué que Rob était fatigué, plus impatient, il ne prenait plus autant soin de lui et il ne voulait presque plus jouer à la console et même qu’il avait perdu pas mal de poids. Ce n’était pas pour rien que le père attrapait tous les virus qui étaient de passage. "Tu es un excellent bassiste et je sais que la musique te manque. Tu crois que je ne t’entends pas pincer les cordes de ta basse le soir dans ta chambre? Ça te ferait un bien fou!" Même si ce n’était qu’une heure par semaine, il devait accepter. Une heure où il n’aurait qu’à penser à jouer et rien d’autre. Ryder était certain que c’est ce qu’il lui fallait. Robbie avait dû grandir et mûrir un peu plus rapidement, mais son désir de s’amuser n’était pas loin. "Et en ce qui nous concerne…" Il se retourna à nouveau vers Tim. "J’ai été agréablement surpris par notre collaboration. Pour être honnête, je ne m’attendais pas à ce que ça aille aussi bien. J’ai vraiment apprécié et je serais plus qu’heureux de jouer à nouveau avec toi!" En effet, il y avait quelque temps, Ryder avait écrit une chanson qui lui avait fait penser à Timothy et il avait proposé à ce dernier de faire équipe le temps de l’enregistrer. Cela n’avait pas été facile, mais l’ancien choriste avait fini par accepter. Ryd voulait faire preuve de professionnalisme, mais il avait été très sceptique au départ. Il se disait que ça n’allait pas être évident de travailler avec une personne qui le méprisait et qui n’avait pas une personnalité qui concordait avec la sienne. Il s’attendait à un processus long, de la colère et surtout beaucoup de mésentente. C’était tout le contraire qui s’était produit. À sa plus grande surprise. Timothy s’était montré très coopératif et communicatif. Si une idée de Ryder ne lui plaisait pas, au lieu de la rejeter catégoriquement, de la démolir et de n’en faire qu’à sa tête, il lui avait signalé ce qu’il n’appréciait pas en apportant calmement son opinion. En moins d’une semaine, tout avait été bouclé. Au final, le résultat était tout simplement fabuleux. Ryder mettait la chanson au moins une fois par semaine dans la boutique et on venait toujours lui demandait de qui elle était. Si leur caractère respectif ne fonctionnait pas ensemble, il fallait donc avouer que leur personnalité musicale était en phase.

Maintenant, tout était dans le camp de Robbie. C’était de savoir s’il allait vouloir s’occuper de lui et laisser Livia à une gardienne et s’il avait envie de faire à nouveau parti d’un groupe avec Tim. Tous les deux avaient un gros passé. Ils se connaissaient avant même que Ryder n’entre dans le portrait. Il fallait qu’ils enterrent la hache de guerre car comme l’avait dit l’ancien Awesome Voice, ils étaient les meilleurs. Si chacun réussissait à mettre de côté ses différends d’une époque lointaine, ça pouvait fonctionner et être très amusant. Après tout, tous les trois s’y connaissaient bien que ce soit en musique rock-alternatif en général et la scène. Ça ne pouvait qu’être génial! En plus que Ryder pensait sérieusement à passer les auditions ouvertes des chorales qui se tiendraient les prochaines semaines. Il avait arrêté son choix sur les AV qui interprétaient beaucoup de chansons commerciales et populaires. Ça allait être tout nouveau pour lui qui était loin de son registre habituel. Ce groupe de musique était donc une occasion de ne pas perdre ses repères. Il fallait que Rob accepte.

"Il va nous falloir un nom!"Il sourit en coin.  Son colocataire n’avait pas encore accepté, mais c’était une question de temps et peut-être qu’en discutant d’un nom possible, cela allait lui mettre un peu de pression et l’inciter à accepter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
MessageSujet: Re: 03. All Time Low   Dim 25 Mai - 12:15

Son regard oscillait entre Ryder et Robbie, puis se perdait quelque part entre les deux, là où il pouvait librement s'adonner à ses fabulations. Sans prétention, il était certain d'avoir fait mouche. Preuve en était que Robbie avait quitté son poste de vigile aigri pour camper sur une chaise près de lui, comme si soudainement il avait pris conscience que ce qu'il pensait être une mascarade n'en était pas une. Ce geste avait peut-être l'air de rien, mais pour Timothy c'était déjà un signe évident qu'il avait percé les remparts de son orgueil jusqu'à éveiller son intérêt, ou du moins piquer sa curiosité. Le puzzle s'assemblait alors, de la justification de sa mauvaise humeur - c'était positif, cela voulait dire que la présence de Timothy Ainsworth dans la même pièce que lui n'expliquait pas à elle seule son amertume - jusqu'à son emploi nouveau de la rhétorique pour mettre à l'épreuve sa bonne foi. Définitivement, quelque chose dans ce décor transformé criait victoire, et peut-être était-ce lié au fait qu'il ne se sentait plus comme un intrus. Cet entretien avait certes toujours des allures de convocation chez le principal, sauf que Tim ne leur était plus inférieur. A vrai dire, c'était comme si Robbie venait d'endosser le rôle du parent : il ne tenait qu'à lui désormais de lui faire confiance. A en juger par les interrogations de Robbie, les doutes demeuraient, même si Tim se surprenait à entrevoir des lueurs d'optimisme dans les moindres failles de son interlocuteur. Une expression vaguement détendue, un point de vue écarté. Robbie lui avait en effet demandé s'il croyait à la possibilité de leur entente. Il ne l'avait pas rejetée. Et même si Tim savait qu'au fond il jouait avec les mots, il restait persuadé d'être lucide par rapport à l'enthousiasme suscité par son petit exposé. "Ouais." se contenta-t-il de répondre, sans la moindre insolence. Sa répartie était même à la limite de la complicité, une espèce de confession en demi-teinte qui n'attendait qu'à être appuyée par quelqu'un d'autre. Parce qu'après tout même si Robbie lui avait demandé son point de vue à lui, il devait bien en avoir un lui aussi. "Pas toi ?" renchérit-il alors, confiant.

Leur petite guerre était d'origine ancestrale, à tel point qu'il était parfois difficile de se souvenir de son point de départ. Tim savait très bien d'où il puisait sa rancœur, ce qu'il avait oublié c'était tous ces sentiments qu'il avait bien pu ressentir lorsque Robbie l'avait abandonné sans rien dire. En fait, il l'avait tellement détesté qu'il ne parvenait même plus à se souvenir du jour où ils étaient encore proches. Leur haine avait fini par s'imposer comme une évidence qu'aucun des deux n'avait reniée, pas même Robbie, au plus grand désespoir de Timothy. Certes il avait essayé de se justifier vaguement, mais il ne s'était pas trop acharné à vouloir faire amende honorable. C'était peut-être bien ce que lui reprochait Tim après tout. Il avait beau être le pire rancunier, au fond il adorait qu'on s'escrime à vouloir regagner sa confiance, parce qu'il avait alors l'impression d'en valoir la peine. C'était exactement ce qu'il ressentait avec Anna, mais c'était ce qui avait manqué dans sa relation avec Robbie. Leur amitié avait été balayée d'un revers de main, comme si elle n'avait jamais comptée. Mais c'était de l'histoire ancienne, d'autant plus qu'aujourd'hui Tim n'aspirait pas à retrouver leur entente d'antan, mais simplement à développer une tolérance cordiale. Ryder, Robbie et lui avaient bien plus en commun qu'ils ne voulaient bien l'admettre, et cela dépassait largement le stade musical. Ryder et lui avaient Savannah, ils appréciaient tous Leah, et leurs départs respectifs les avaient affectés d'une manière ou d'une autre. Tim en avait assez des départs. Alors il disait amen à tout les arguments avancés par Ryder - surtout parce que ce dernier était bien le mieux placé pour mettre le doigt sur les bons - en acquiesçant bêtement comme s'il était au courant des faits. "Allez Robbie, t'as qu'à te donner une période d'essai d'une semaine. On est adultes maintenant, on sait faire la part des choses." conclut-il, même s'il savait bien que Ryder avait fait tout le travail. Il devait accepter. Il le devait parce que leur groupe serait génial, parce qu'ils pourraient fouler les planches de la ville et éclipser les chorales mais pas que. Ils n'étaient pas contraints aux frontières de Lima, aux répétitions acharnés pour ne se produire que deux pauvres fois à l'année sur une scène. Tim se surprenait même parfois à rêver de tournées, de bus nauséabond et de promiscuité à en devenir fou. Mais surtout de souvenirs.

Un nom. Ryder avait raison, et Timothy était parti tellement optimiste qu'il avait déjà eu le temps de réfléchir à la question. Sauf qu'il avait déjà eu l'impression d'en faire beaucoup en s'insinuant dans la boutique, jusqu'à les soustraire à leur boulot, pour annoncer sa proposition. Bon certes il n'avait posé aucune arme sur leur tempe pour les forcer à en parler tranquillement, mais tout de même il s'était bien assez imposé dans leur routine pour en plus avoir le monopole de la créativité. Il n'était plus question de prouver qu'il valait la peine qu'on s'intéresse à lui désormais, mais juste de se réconcilier avec trois amis : Ryder, Robbie et la musique. Ensuite, libres à deux d'organiser des auditions pour compléter leur petit groupe. "Des idées ?" demanda-t-il en se tournant vers Robbie. Le solliciter, c'était carrément mesquin, mais il avait bien compris où Ryder voulait en venir. A croire qu'ils étaient capables de s'entendre après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 03. All Time Low   Dim 22 Juin - 21:59

Après avoir entendu que Ryder était partant pour ce projet, Robbie commença à vraiment réfléchir à l’hypothèse d’être dans un groupe. Il resta en silence, considérant tout ce que venait de lui dire Ryder pendant que ce dernier s’adressait à Timothy. Globalement, tout ce qu’il venait d’entendre était vrai. Oui, il consacrait tout son temps libre à Livia, mais après tout, n’était-ce pas ce qu’un père était censé faire ? Surtout lorsque le dit père ne pouvait compter que sur lui-même puisque la mère avait mis les voiles depuis un bail. De ce fait, il devait endosser le rôle des deux parents et passer deux fois plus de temps auprès de sa fille. Du moins, c’est ce qu’il croyait. D’après lui, il fallait qu’il reste le plus souvent possible avec Livia pour ne pas qu’elle finisse par le considérer comme un étranger. L’horreur serait de laisser sa fille de plus en plus à ses amis pour qu’ils s’en occupent alors que lui irait trainer par ci, par-là et qu’un beau jour il se rende compte que Livia serait plus à l’aise avec un de ses tontons de fortune qu’avec son propre père. Il savait qu’un jour, quand elle serait ado, leur relation serait mise à rude épreuve, mais il avait une bonne quinzaine d’années devant lui avant que cela n’arrive et il comptait profiter de ces années au mieux. Du coup, l’idée de laisser Livia pesait vraiment lourd dans la balance. D’un autre côté, il avait vraiment besoin d’un passe-temps qui n’aurait rien à voir avec le fait de s’occuper d’un enfant. Alors, oui, la basse serait une bonne alternative. Ryder l’entendait y dans sa chambre. C’est vrai que chaque pièce de leur appartement n’était pas insonorisées du mieux qu’elles l’auraient pu, mais Robbie avait vraiment cru être discret. Il pensait que pendant tout ce temps,  son lézard avait été son seul public. Heureusement, il jouait toujours à des heures raisonnables, mais savoir que Ryder l’entendait malgré tout… Il se sentit soudainement comme un enfant qu’on prendrait la main dans le pot de cookie, comme si jouer de son instrument dans sa chambre était un acte répréhensible. Si accepter de joindre Timothy et Ryder dans ce projet pouvait lui permettre de se remettre à la musique, alors il était partant. Il y avait donc un pour, et un contre.

Alors avant de donner sa réponse définitive, il avait voulu avoir la certitude de la bonne volonté de Timothy, avec Ryder comme témoin. Il lui avait demandé s’il serait capable de laisser le passé derrière eux et Robbie fut agréablement surpris de sa réponse. Enfin, pas tout à fait. S’il tenait vraiment à son groupe, il fallait qu’il arrive à le vendre, mais Robbie n’était pas le seul bassiste de Lima. La réponse qu’il avait obtenue semblait sincère et l’absence de sarcasme lui donnait plus de poids. Alors forcément, en constatant que Timothy mettait de la bonne volonté, il ne put s’empêcher d’avoir une réponse similaire. Si, je pense que c’est possible. Timothy ne pouvait pas être le seul à y mettre du sien et se retrouver face à un Robbie qui resterait hermétique à tout cela. Du coup, il se laissa encore une fois à rêver de jouer dans un groupe. Il ne visait pas les grands stades, mais déjà, s’ils pouvaient gagner de la notoriété ici à Lima ce serait un bon début. De toute façon, il n’y avait pas vraiment de raisons pour que leur projet prenne l’eau. Ryder avait été en tournée avec Rachel Berry, il savait comment réagir à la pression et il connaissait l’envers du décor de l’industrie musicale. Quant à Tim, il avait fait partie d’une chorale ce qui prouvait qu’il savait travailler en équipe. Robbie était bon pour… Jouer de la basse. Il ne savait pas vraiment s’il avait d’autres talents, mais il pourrait toujours demander de l’aide à Megan si le besoin se présentait. Megan. Une boule se forma dans le ventre de Robbie lorsqu’il pensa à sa cousine. Elle qui essayait si subtilement de le rallier à sa chorale. Elle prendrait surement la formation de ce groupe comme un coup de poignard dans le dos. Surtout lorsqu’elle saurait que le groupe serait formé de son cousin ainsi qu’un actuel et un ancien membre de sa chorale. Il fut tiré de ses pensées lorsque Tim essaya une dernière fois de lui trouver des arguments pour le faire accepter la proposition. Il aurait le temps de gérer sa crise intérieure plus tard. Vous avez tous les deux raison. J’ai besoin de me changer les idées, et je sais qu’en y mettant tous du notre, Ryder n’était pas inclus dans cette partie, on peut faire quelque chose de bien. Je suis partant. Du coup maintenant, il allait devoir réorganiser sa routine pour y intégrer des créneaux pour leur groupe, mais pour une fois, l’idée de chambouler son rythme de vie ne le dérangea pas plus que cela.

Ils n’avaient plus qu’à se trouver un nom. Ce serait surement bien plus difficile que de convaincre Robbie, mais bien plus important. Son cerveau avait déjà bien réfléchi pour la journée, du coup, lui demander des idées de nom de groupes à l’heure actuelle était tout simplement cruel. Il ne fallait rien de trop ringard, ni qui fasse trop boys band. Il resta silencieux faisant mine de chercher alors qu’en réalité, il espérait que cette question pourrait être réglée un autre jour pour qu’il puisse enfin rentrer chez lui pour se prendre une tablette entière d’ibuprofène et dormir pendant vingt heures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 03. All Time Low   

Revenir en haut Aller en bas
 

03. All Time Low

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 3 :: Episode 3
-