Choriste du mois


Partagez | 
 

 03. Audition de « Warren Delacroix »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 03. Audition de « Warren Delacroix »    Dim 8 Déc - 17:55

« Bonjour... Bon je pense que la plupart d’entre vous me connaissent déjà. Donc... Je suis Warren Delacroix, et je vais vous chanter Atlas de Coldplay. »

Warren venait d’annoncer cela avec un sourire aux lèvres, les mains bien enfoncées dans les poches de son jean, quelques mèches blondes retombant devant ses yeux, une certaine partie de lui-même sérieusement en train de se demander ce qu’il fabriquait ici. (Déjà le fait qu’il arrive encore à rentrer dans une église l’étonnerait toujours, il avait fait suffisamment de choses dans sa vie pour gagner un ticket droit vers les portes de l’enfer et en première classe en plus... Ah les mystères de la vie.) Comme beaucoup de choses dans la vie de Warren, ça avait commencé parce qu’il ne savait pas tenir sa langue et qu’il était obligé de dire tout ce qui lui passait dans la tête, que ce soit complètement ridicule ou idiot ou même hors de propos ou déplacé... Et si certaines personnes de son entourage étaient immunisées contre toutes les remarques du blond, d’autres ne l’étaient pas. Comme Ashandra par exemple. Qu’on ne s’y trompe pas, il adorait la jeune femme et puis il fallait admettre que pour l’instant, c’était la seule personne qui avait réussi à le faire sortir de son canapé pour autre chose que son travail donc rien que pour cela, elle méritait une médaille. Le blond appréciait véritablement tous les efforts fournis par tous ses proches, mais d’un autre côté, il avait bien envie de leur rire au nez. Passerait-il pour le Grinch en personne s’il accrochait une pancarte « ne pas déranger » sur sa porte d’entrée ? Probablement.

Il n’avait tout simplement pas l’envie ni même la volonté d’être confronté aux chants de Noël, à la joie et à la bonne humeur environnante, non, il était très bien sous ses couvertures ou même dans son garage à tenter de réparer sa Mustang pour la énième fois de l’année. Tout allait très très bien. S’il avait envie de faire peur à ses voisins en disposant des bouteilles vides dans son jardin et en tirant dessus à trois heures du matin, c’était son problème. S’il avait envie de s’énerver contre les habitants de Lima et manquer d’écraser un piéton parce que non, il n’avait pas à traverser quand le feu était vert pour les véhicules, c’était là encore... son problème. Mais non, Warren était bien faible devant Miss Moon et il avait enfilé sa veste et il l’avait suivie ce fameux jour de Décembre et il s’était retrouvé à déambuler au centre commercial avec elle, observant les différents étales mises en place pour le marché de Noël, un air qui se voulait menaçant sur son visage, chose pas franchement réussie alors qu’Ashandra s’était proposée de lui acheter un serre tête de saison, avec des bois de cerfs rouge. Et vous savez quoi ? Il l’avait laissée faire, fendant la foule avec la chose affreuse posée là sur ses mèches blondes et la jeune femme au bras. Ashandra qui respirait la bonne humeur soit dit en passant et qui ne pouvait s’empêcher de sourire et de parler un peu plus que d’habitude... Enfin pour une Ashandra, ce qui serait toujours moins qu’un Delacroix déprimé. Ils avaient parlé de tout et de rien et le shérif ne se souvenait plus comment, mais la discussion avait dérivé sur Charlie, qu’il avait lui même aperçu un plus tôt dans la semaine alors qu’il effectuait sa patrouille habituelle. Pas de doute, et selon Warren, la brune avait bien besoin elle aussi d’une Ashandra personnelle qui se charge de lui remonter le morale.

« Je veux dire... tu la vois plus souvent que moi, vous êtes tout de même dans la même chorale. Moi je ne peux comme qui dirait rien faire... Ce n’est pas comme si j’allais attraper un micro et vous rejoindre, je sais chanter... okay, un peu, un peu beaucoup même... mais il y a des limites. »

Il avait tout simplement marmonné ces mots et avait continué d’avancer, se disant qu’il était peut être tant de rentrer chez lui et de retrouver son canapé. (Et ses nachos et probablement des tonnes de chocolat... Oui, définitivement du chocolat.) Il s’était alors rendu compte qu’Ashandra ne le suivait plus et pour cause, elle s’était arrêtée un peu plus loin avec un grand sourire aux lèvres. Qu’est-ce que j’ai dit, encore ? Avait aussitôt pensé Warren avant que le déclic ne se fasse automatiquement. « Non... Non. Arrête de sourire. Non. Non, Warren Delacroix et chorale ne sont pas des mots qui font bon ménage et puis en plus... je ne saurais même pas quoi chanter. » C’était donc pour cela que Warren se retrouvait au quartier général des Second Chance aujourd’hui.

Parce que premièrement, il n’avait absolument aucune volonté. Enfin si... un minimum, qui s’envolait dès qu’il croisait le regard d’Ashandra mais bon... Et puis de toute façon, il était incapable de dire non à la jeune femme, dès qu’il la voyait il avait ce réflexe de vouloir la prendre dans ses bras et la protéger du reste du monde et  lui donner des cookies. (Et non, cela n’avait rien de malsain). Cela lui arrivait de pousser la chansonnette, même au poste de police, histoire de divertir les gens et de passer le temps donc... pourquoi pas une chorale? Sans compter que d'après les dires d'Ingrid, et la glace géante qu'elle avait offerte au shérif, c'était juste pour s'amuser et partager sa passion pour la musique, chose qu'il pouvait faire. Et ensuite... franchement... Qu’est-ce qu’il avait à perdre ? La seule personne dont l’avis comptait vraiment, il ne lui parlait plus, tout ça parce qu’il était trop idiot, trop peureux et que dans le fond, il ne voulait pas entendre Glenn prononcer des mots qui pourraient mettre fin à leur relation. Donc voilà, pour toutes ces raisons et ajoutez à cella que ce n’était pas son genre de refuser un défi, Warren était là aujourd’hui, plus que jamais à l’aise dans ses Doc Martens. « Aussi si je suis pris je tiens juste à dire que vous devriez chanter plus de country, parce que tout le monde adore la country. » ajouta t-il rapidement. Puis, se sentant pris d’un élan soudain, il ajouta rapidement : « Et dans le cas contraire Ashandra Moon me doit des steaks à vie... » Avant de se taire (enfin) et de prendre une profonde inspiration. Pas de piano, ni même de micro, c’était juste lui, tout seul.

Some saw the sun.
Some saw the smoke.
Some heard the gun.
Some bent the bow.

Ce n’était pas vraiment son genre de chanter juste pour chanter, pourtant il savait le faire, il avait un timbre de voix assez particulier, grave et basse, sa voix portait bien et lorsque Warren chantait, son accent ressortait. (Chose que soit dit en passant, il détestait...) Ça avait commencé avec sa mère qui tentait désespérément de lui faire apprendre ses tables de multiplication, alors elle avait inventé une chanson, simple et facile à retenir pour son petit dernier. Et puis en grandissant, Alba, une de ses grandes sœurs s’était mises à la basse et c’était toujours Warren qui l’accompagnait, reproduisant la perfection la voix de Johny Cash, véritable dieu chez les Delacroix qui écoutaient tous de la musique country.

Sometimes the wire must tense for the note
Caught in the fire, say oh...
We're about to explode.
Carry your world, I'll carry your world
Carry your world, I'll carry your world...

Et puis, ô ironie du sort, il y avait eu sa mère qui avait essayé de le convaincre de rejoindre l’église de leur paroisse, chose à laquelle il s’était fortement et violemment opposé. C’était à l’époque où Warren disait non, juste pour dire non. Juste pour pouvoir être différent, juste pour pouvoir trouver sa place dans cette grande famille dans laquelle il se sentait comme un étranger. C’est simple lui avait dit sa mère, il suffit juste de trouver quelqu’un à qui s’adresser lorsqu’on chante.

Some far away
Some search for gold
Some dragon to slay
Heaven we hope is just up the road
Show me the way, lord because I am about to explode
...
Carry your world, I'll carry your world...
Carry your world, I'll carry your world...
Carry your world, and all your hurt.

Alors pour qui chantait-il lui qui en général s’en tenait à sa salle de bain ou même à sa ville natale histoire d’amuser la galerie ? Un peu pour Ashandra, un peu pour Charlie et quelque part, un peu pour sa mère... Mais surtout, pour Glenn, qui aurait dû être là pour l’encourager ou même pour le traiter d’idiot. Même la chanson, parmi toutes les propositions que lui avait faite Ashandra, il ne l’avait pas choisie au hasard, même cette chanson était pour Glenn et si Warren avait eu assez de courage peut être qu’il l’aurait appelé, peut être qu’il se serait excusé... Ça faisait beaucoup de possibilités et tellement de chances de se retrouver une nouvelle fois seul qu’il préférait croiser les bras et s’apitoyer sur son propre sort. Où était donc passé tout son répondant et toute sa répartie ? Probablement happé par un trou noir ou juste par le simple souvenir de l’expression, choquée et blessée, de Glenn lors de ce fameux soir... Peut être un peu de tout. Cependant, il ne devait pas s’égarer, la chanson était terminée après tout et il se passa une main dans les cheveux, esquissant un sourire avant d’hausser les épaules. Voilà, c’était tout, rien de plus, rien de moins. Il se demanda brièvement s’il devait ajouter quelque chose et puis il décida que finalement non, il avait beaucoup trop parlé. Aussi, il regagna la sortie le plus discrètement du monde... Enfin aussi discrètement qu’il pouvait se le permettre avec ses 1m94, au moins, on ne l’oublierait pas.
Revenir en haut Aller en bas
 

03. Audition de « Warren Delacroix »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 3 :: Episode 3
-