Choriste du mois


Partagez | 
 

 02. Gay Thief, really?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 02. Gay Thief, really?   Sam 9 Oct - 4:19

    Kurt se trouvait dans le centre commercial, il arpentait les allées de la galerie marchande avec des airs de propriétaire. Là il était dans son univers, toutes ces vitrines colorées, ces marques élégantes, ces fringues hors de prix, c’était ce qu’il aimait. Pas qu’il préférait ce qui était vraiment inabordable pour le plaisir de dépenser tout l’argent de son père mais parce qu’il ne portait que de l’excellente qualité afin de ne pas agresser sa peau délicate avec des tissus de grossiers. Le pantalon côtelé en velours qu’il arborait aujourd’hui était beige, accompagné de son pull au col en V en cachemire couleur chocolat, il était aussi attirant qu’un cappuccino fumant. Du moins c’était ce qu’il espérait. Kurt savait qu’il était homosexuel, malgré le doute que Sue Sylvester avait réussi à insinuer en lui l’an passé et la passade Brittany/John Mellencamp. Le fait qu’il ne soit encore jamais sorti avec un garçon n’altérait en rien cela. Cependant, le jeune garçon était impatient de tomber amoureux et que cela soit réciproque. Le fiasco avec Finn l’année dernière lui avait appris qu’il valait mieux éviter de s’éprendre d’hétéro. Il ne lui restait plus qu’à tomber sur un superbe gay qui saurait apprécier sa classe naturelle. Et dans l’attente de ce moment, Kurt faisait en sorte d’être toujours au top de sa beauté, encore plus classe et élégant qu’à son habitude. Il ne voulait laisser passer aucune chance. Voilà pourquoi, déjà chargé de quatre paquets, il ne se retint pas pour autant de s’engouffrer dans un magasin uniquement féminin quand il vit un Tee-shirt saumon absolue magnifique dans la vitrine.

    La vendeuse lui jeta un coup d’œil surpris et toisa son accoutrement de haut en bas, elle devait avoir la soixantaine et son dodelinement imperceptible de la tête apprit à Kurt qu’elle désapprouvait que ses vêtements soient si cintrés. Elle devait se dire que la jeunesse d’aujourd’hui n’a plus de repères, que ce garçon ne devait pas avoir de père et qu’il finirait comme tous ces homos : mort du sida. Ce genre de pensées horribles ne quittaient jamais Kurt, le monde entier semblait vouloir qu’il les garde en tête en lui rabâchant insultes et jugements stéréotypés. Il tenta de ne pas prêter attention au regard inquisiteur lancé par-dessus les lunettes en demi-lunes et s’empressa de retrouver ce qui l’avait fait rentrer dans la magasin. Il cherchait sa taille quand quelqu’un le bouscula intentionnellement. Une pom-pom girl sans son uniforme se tenait derrière lui et lui demandait si il savait que ce magasin était pour filles et que le rose saumon associé à son visage joufflu lui ferait ressembler à un nouveau né dont il fallait talquer les fesses rouges. Joignant le geste à la parole, elle lui tapota les joues pour illustrer qu’elle les comparait au postérieur irrité d’un bébé. Kurt repoussa les mains de la jeune femme et ne lui répondit pas un mot en rejoignant à grands pas la cabine d’essayage. Il y entra furieux, ses joues rougies sous l’effet de l’agacement lui firent l’effet d’être affreusement ressemblantes avec la description qu’en avait faite la garce. Il tourna le dos au miroir et régula sa respiration pour se calmer. Il n’avait plus envie d’essayer ce Tee-shirt, il voulait rentrer chez lui au plus vite à présent. Il négligea de ramener le vêtement saumon qu’il avait emporté avec lui dans les rayons et le laissa là, sur le tabouret. Repoussant le rideau, il manqua de rentrer dans la cheerleader qui l’avait traité de fesses de bébé, il l’évita de peu et accéléra le pas vers la sortie. Il passa les portes anti-vol et commença à se diriger vers une sortie menant au parking. Mais il entendit une voix de vieille le héler. Il se tourna et vit la vendeuse du magasin le poursuivre l’œil accusateur. Il attendit qu’elle fut à sa hauteur et s’exaspéra :

      « Quoi ? » Elle lui demanda pourquoi il était si pressé de partir. « En quoi ça vous regarde ? » Elle lui demanda ce qu’il avait fait du Tee-shirt aux couleurs saumonées. Et devant son incrédulité, elle désigna les divers sacs qu’il portait. « Quoi ? Vous pensez que j’ai volé votre Tee-shirt à la noix ? Mais c’est ridicule, je l’ai laissé dans la cabine. » La vendeuse peu convaincue, lui proposa d’aller vérifier en sa compagnie.


    Franchement énervé par la situation et honteux, il la suivit tout de même afin d’éviter que les gens ne commencent à les regarder avec insistance dans la galerie marchande. Il rentra dans le magasin au moment où la pom pom girl en sortait pleurant presque de rire. Elle fit un clin d’œil à Kurt ce qui eut le don de l’agacer encore davantage. Pour qui elle se prenait celle-là à l’insulter et à lui faire un signe pareil juste en suivant ? Il marcha, confiant, à la suite de la vieille vendeuse qui écarta les rideaux de la cabine vide. Totalement vide. Pas trace d’un seul morceau de tissus couleur saumon. Kurt resta un instant bouche bée et s’indigna :

      « Non, non, ce n’est pas possible. Je l’ai laissé là, sur ce tabouret. Quelqu’un a du… »


    Il comprit alors se souvenant d’avoir croisé la lycéenne populaire en quittant la cabine. Elle avait très bien pu subtiliser le Tee-shirt elle-même et prévenir la vendeuse que le garçon en marron qui venait de s’échapper du magasin l’avait pris avec lui. Il fulmina d’indignation alors que le regard sévère dardé sur lui se faisait plus insistant. Elle exigea à fouiller ses sacs et il ne put s’empêcher de s’énerver :

      « Ben oui, allez-y, regardez ! » Joignant le geste à la parole, il attrapa ses sacs et les vida sur le sol. « Vérifiez bien dans chaque recoin, on est vicieux nous les homosexuels cleptomanes. Et si vous ne trouvez rien, demandez vous si la brunette morte de rire qui vient de sortir ne l’a pas dans son sac à elle ! »


    Il secouait les mains pour illustrer son discours, excédé et vexé d’être traité comme un voleur et regardé comme un dépravé. Le coup fatal fut quand la vendeuse argumenta, ne trouvant rien dans ses affaires, en affirmant qu’il avait très bien pu le donner à un complice à l’extérieur avant qu’elle ne sorte du magasin ou qu’il avait pu le cacher quelque part aux alentours de la boutique. Elle n’avait même pas tenu compte de sa remarque sur la pom pom girl, elle était tout simplement persuadée de sa culpabilité. Hors de lui, Kurt s’écria en sortant des billets de 100 dollars de son portefeuille :

      « Mais pourquoi je volerai votre satané Tee-shirt alors que je pourrais m’en acheter dix exemplaires ! Je vous le paye votre précieux vêtement, si ça vous chante ! »


    M
    ais la vieille vendeuse secoua la tête avec un certain sadisme dans le coin de l’œil, elle tourna les talons et se dirigea vers la caisse du magasin. Kurt la suivit en lui demandant ce qu’elle faisait et en brandissant toujours ses billets. La femme s’installa sur la chaise, décrocha le téléphone et le porta à son oreille. Elle jeta un regard moralisateur au jeune homme en ajoutant : « L’argent ne peut pas vous sortir de tous les pétrins. » Est-ce que cette vieille bique allait vraiment oser appeler la police??!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. Gay Thief, really?   Sam 9 Oct - 15:27

La semaine de cours étaient terminé et le samedi était enfin là. Allyson avait décidé de bouger ses fesses de sa chambre pour aller explorer le centre commercial pour voir s'il était potable et qu'il contenait des magasins susceptibles de l'intéresser. Dans le pire des cas, elle s'arrangerait pour prendre des tenues qui lui plairaient et les customiserait d'elle même.

Mais pour le moment, les vêtements étaient bien loin d'être la préoccupation principale de l'adolescente. En effet, elle se trouvait dans une véritable caverne d'Ali Baba : un magasin d'instruments de musique. L'objet de ses désirs était présent dans cette boutique : une Guitare Ibanez Series S 540. Celle ci était bien sûr dans une vitrine afin d'éviter que qui que ce soit puisse la toucher ou même la dérober. Quoi de plus logique vu le prix exorbitant que cette guitare de légende coutait après tout... Tournant la tête afin de ne plus voir cette tentation constante, Allyson retourna à ce qu'elle était venue faire au premier abord : s'acheter des nouvelles fringues.

A l'opposé vestimentaire de la plupart des filles qui la regardaient avec un air moqueur sur le visage, Allyson se foutait pas mal de leurs avis. Ne comprenant pas l'intérêt que l'on pouvait avoir à désirer se tordre les chevilles en portant des échasses tellement pointues qu'elles auraient pu transpercer un ours, elle était vêtue d'un simple jean troué aux genoux et un T-shirt très large de couleur sombre sur lequel se trouvait le visage d'un démon peint en rouge, les cornes judicieusement placées au niveau de ses seins. Elle songea qu'offrir un cadeau à sa mère serait certainement pas quelque chose que celle ci déprécierait vu que son anniversaire avait lieu très bientôt. Elle avait bien fait de ne pas s'attarder dans la boutique tout à l'heure vu qu'il lui faudrait probablement des heures pour trouver quelque chose qui lui ferait plaisir.

Entrant dans un magasin où elle était susceptible de trouver son bonheur, Allyson contempla chaque vêtement avec dégout. C'était bien simple, plus un vêtement était affreux, plus elle était sûre que sa mère l'apprécierait. Jetant un coup d'œil à la vendeuse, ce fut à ce moment là qu'elle remarqua la scène qui se déroulait. Un lycéen était en train de se faire accuser de vol d'un T-shirt saumon même s'il se défendait de ne pas l'avoir fait. Quiconque le voyait pouvait être certain de cela mais visiblement la vendeuse n'avait pas ses yeux en face des trous. Il ressemblait à Bambi métamorphosé en garçon riche vu les vêtements qu'il portait. Pas besoin de sortir d'une prestigieuse université pour comprendre. Il suffisait de contempler la brune qui gloussait comme une poule en observant la scène, une lueur de triomphe dans les yeux. Tout ce qu'elle était dégoutait Allyson : son apparence, son regard bovin et son attitude perverse. S'il n'avait tenu qu'à elle, elle lui aurait foutu son poing dans son visage afin de faire disparaitre son sourire de débile définitivement mais tout le monde savait que taper dans la merde, ça éclaboussait et il y avait d'autres moyens de faire en sorte que son plan échoue mais pour cela, elle allait devoir y mettre son grain de sel. L'objet du délit était visiblement un T-shirt couleur saumon. Allyson en saisit un et joua les imbéciles en le glissant dans son sac de manière à ce qu'une extrémité dépassé et soit visible. L'air de rien, sifflotant un air de musique qui lui trottait dans la tête, l'adolescente passa devant la vendeuse et mit bien son sac en évidence. Ça ne manqua pas, celle ci laissa tomber le téléphone et l'attrapa par le bras. Ouvrant son sac, elle en sortit le fameux T-shirt saumon d'un air victorieux.

Finalement, j'ai retrouvé la voleuse. Toi, tu peux sortir tandis que la pie voleuse déguisée en punk reste avec moi. , dit elle en regardant tour à tour Bambi puis Allyson. Celle ci soupira. Sa mère allait encore lui faire passer un sale quart d'heure. Tranquillement, elle prit place sur le comptoir et attendit que la police débarque vu le coup de fil que la vieille chouette venait de passer.

Hj : je me rends compte que ce sera un RP court xD. On enchainera sur nos retrouvailles au lycée suite à ça?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. Gay Thief, really?   Lun 11 Oct - 16:33

    Kurt laissa retomber mollement ses bras, sa main tenant les billets qu’il agitait plus tôt pendant dans le vide. Ça y était elle allait appeler la police ou la sécurité du magasin et il allait finir en prison. Sa vie serait fichue, il ne pourrait pas continuer ses études, il serait enfermé pendant des mois et des mois, torturé par les autres détenus et quand il sortirait enfin, il n’aurait plus aucune possibilité de réinsertion. Il s’apprêtait à arracher le combiné des mains de la femme pour empêcher ce funeste destin de se réaliser quand elle le lâcha d’elle-même et étala ses gros seins dégoutants sur le comptoir de sa caisse pour pouvoir atteindre la jeune fille qui passait devant elle. Elle lui saisit le bras avec fermeté et Kurt se demanda ce qu’il se passait. Il observa la jeune fille au look légèrement punk et s’étonna de la voir dans ce magasin, ce n’était pas vraiment son style qui était vendu ici. Et quand il finit par voir le Tee-shirt saumon dépasser du sac, il resta perplexe. Que faisait le Tee-shirt là ? Si il restait dans les stéréotypes, le look de la jeune fille pouvait laisser entendre qu’elle ne se gênerait pas pour chaparder dans un magasin. Mais prendre un truc aussi girly (bon ok, Kurt avait eu l’intention de le porter, mais ce n’est pas une référence) était peu crédible de sa part. La vendeuse ignora aussitôt Kurt et lui permit de quitter le magasin. Planté là, il ne put bouger. Cette sale garce de vendeuse avait trouvé une cible plus amusante encore qu’un gay : une punkette.

    Le jeune garçon jeta un coup d’œil vers la sortie du magasin, la pom pom girl était encore là, derrière la vitrine. Elle lui fit un signe de la main amusé et brandit le Tee-shirt disparu avant de le dissimuler rapidement dans ses affaires et de s’éloigner toujours hilare. Kurt comprit alors que la jeune fille dont le visage lui disait quelque chose s’accusait à sa place. Peut-être que ça l’amusait mais Kurt ne voulait pas laisser cette inconnue prendre des sanctions judiciaires pour lui. Il avait beau être content de déceler un pareil sacrifice chez un lycéen de McKinley, il ne pouvait pas sortir comme ça du magasin. Ou alors, il se comporterait en vrai trouillard, en vraie tafiole comme diraient les footballeurs décervelés du lycée. Il ne quitta donc pas le magasin et s’interposa entre les deux femmes. Il jeta un regard à la blonde et lui dit :

      « C’est gentil de vouloir m’aider mais, se faire accuser n’est pas très malin. » Puis, il se tourna vers la vieille : « Je sais qui a volé votre précieux bout de tissu, c’est la brune qui riait comme une imbécile tout à l’heure. Elle vient de partir en courant après m’avoir montré le Tee-shirt. Alors, maintenant, raccrochez ce téléphone ! »


    Sa voix monta dans les aigus alors qu’il s’énervait. Il se surprit lui même de réussir à hausser aussi fort le ton contre une adulte, de surcroit prête à les livrer à la police. Cette adrénaline qu’il ressentait lui donner envie d’une chose : chanter. Il se retourna, tira sur le Tee-Shirt saumon dépassant du sac de la blonde et se mit à chanter une version un peu modifiée de Hush Hush des Pussicatdolls :

    I never asked for help,
    I take care of myself,
    I don’t know why you think you’ve got a hold on me
    And it’s a little late for introductions,
    There isn’t anything for you to say,
    And my heart beats, hands shiver,
    So thank you but listen to me..
    (Because)
    I don’t want to flee another time,
    I don’t want you to be punished for me,
    (Hush, hush, hush, hush)
    There is no other way, I get the final say,
    Because..
    I don’t want to do this any longer,
    I don’t want you, there’s nothing left to say,
    (Hush, hush, hush, hush)
    I’ve already spoken, your help is not for fun,
    Baby, hush, hush.

    I never needed you fake stealing,
    You are lying, to protect me, ‘like your kindness,
    I never needed words,
    I never needed help,
    I never needed you to be with me today,
    I’m sorry for the way I let go,
    Or everything I won’t need when you came along,
    But I am never beaten, broken, not defeated,
    I know that I can’t let you go to prison,

    And it’s a little late for explanations,
    There isn’t anything that you can do,
    And my heart beats, hands shiver,
    So you will listen when I say..
    I don’t want to flee another time,
    I don’t want you to say a single word,
    (Hush, hush, hush, hush)
    There is no other way, I get the final say,
    Because..
    I don’t want to do this any longer,
    I don’t want you, there’s nothing left to say,
    (Hush, hush, hush, hush)
    I’ve already spoken, your help is not for fun,
    Baby, hush, hush.

    Après avoir fini sa chanson qui remerciait la jeune fille tout en lui signalant qu’il ne la laisserait pas s’accuser à sa place et qu’il en avait assez de fuir devant l’adversité. Tout au moins avait-il un moyen de s’en sortir cette fois. Il avait toujours ses billets dans la main et le Tee-shirt Saumon dans l’autre qu’il avait agité en chantant. Il se retourna vers la vendeuse qui avait fini par poser son téléphone tellement elle était abasourdie de voir ce jeune homme se mettre à chanter dans son magasin. Peut-être avait-elle même trouvé qu’il chantait merveilleusement bien, mais on ne le saurait jamais. Kurt Lui tendit le Tee-Shirt avec les billets au dessus, la somme remboursait bien trois Tee-shirts de la sorte. Il la regarda dans les yeux :

      « Mon amie ici a voulu me sortir d’un mauvais pas dans lequel m’avait mis la garce que vous avez laissé filer avec votre Tee-shirt volé. Alors voilà de quoi rembourser vos frais. Maintenant, vous voulez bien nous laisser partir ? »


    Elle fixait les billets dans sa main, le Tee-shirt, les deux jeunes gens et la porte vitrine de la boutique. Après tout, pourquoi les retenir ? Elle avait un large remboursement et elle connaissait maintenant leurs têtes par cœur, elle leur prierait simplement de ne plus revenir causer d’autres soucis de la sorte dans son magasin. Kurt attendit la réponse de la vieille femme avec la blonde en espérant que celle-ci ne serait pas vexée qu’il ait agi de la sorte ou qu’il ne s’était tout simplement pas trompé et qu’elle avait juste essayé de voler vraiment ce Tee-shirt. Mais si c’était vraiment le cas, Kurt pourrait facilement lui apprendre comment subtiliser un vêtement avec plus de discrétion alors que son expérience en la matière était nulle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. Gay Thief, really?   Mar 12 Oct - 0:01

L'esprit ailleurs, se moquant pas mal de ce que ferait cette vendeuse ridée et totalement homophobe qui la répugnait, Allyson croisa les bras sur sa poitrine, attendant qu'elle passe son foutu coup de téléphone. Elle se demandait ce que le lycéen faisait encore là. Allait il vendre la mèche et agir en avouant toute la vérité? Cela la surprendrait, c'était certain mais s'il en avait envie, libre à lui de le faire.

Finalement, ce fut ce qui arriva. Dévoilant toute la mise en scène du début à la fin, il en vint même à donner un ordre à la vieille qui en fut stupéfaite et encore plus quand il se mit à chanter. Pas de doute possible, il s'adressait à elle. Cela amena un sourire sur le visage de la jeune femme. Il s'agissait vraiment d'une manière originale pour faire passer un message mais au moins, ça avait le mérite d'être clair. Une fois qu'il eut terminé de chanter, elle le vit agir de façon très stupide en laissant un gros tas d'argent en plus du T-shirt pour rembourser le préjudice subi. Affligée par la stupidité donc il faisait preuve, Ally ne prit cependant pas la peine de répondre et attendit que la vieille ait prit la parole, surprise elle aussi par ce geste de sa part.

Bon ok, vous pouvez partir mais je ne veux plus vous voir ici. Et croyez moi, je n'oublierais pas de sitôt vos têtes à tous les deux. Allez sortez maintenant et plus vite que ça. finit elle par dire, lâchant la jeune femme et allant ranger le T-shirt comme si de rien n'était. Ne se faisant pas prier, Allyson sortit de la boutique suivie par Bambi et s'installa sur l'escalier, toujours avec le lycéen à ses trousses. Une fois qu'ils furent hors de vue au niveau de la boutique qu'ils venait de quitter, Allyson lui tendit un gros paquet d'argent, devant à peu près être de la même valeur que celui qu'il avait laissé à la vieille.

Ça doit compenser l'argent que t'as laissé à cette vieille pourriture je pense. A ta place, j'aurais jamais rien donné à cette raclure dégoutante mais bon, au moins on s'en est sortis, c'est ce qui compte et t'as récupéré ta tune. T'inquiètes, elle s'en rendra pas compte tout de suite, je l'ai piqué dans la caisse pendant que tu faisais diversion en chantant. Très bien joué d'ailleurs et j'ai adoré la nouvelle version bien que je ne soit pas une grande fan des Pussycat Dolls, je dois reconnaître que tu as super bien chanté. Moi c'est Allyson., lui dit elle, un sourire malicieux aux lèvres. Comptant l'argent qu'il restait, elle le mit au fond de sa poche avant de lever son visage vers lui et de lui demander. Bon alors, tu comptes faire quoi avec la greluche qui t'as joué ce tour?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 02. Gay Thief, really?   

Revenir en haut Aller en bas
 

02. Gay Thief, really?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 2
-