Choriste du mois


Partagez | 
 

 03. Audition de « Henry Watson-Brown »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
HWB ★ I'm sexy and I know it
Age : 18 ans
Occupation : Etudiant au Fisher College of Business de l'OSU, tailback des Buckeyes du campus de Lima & membre de la fraternité Alpha Bêta Epsilon
Humeur : Aventurière
Statut : Célibataire
Etoiles : 738

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Flaws - Bastille
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
MessageSujet: 03. Audition de « Henry Watson-Brown »   Dim 15 Déc - 22:02



Henry afficha sa pire grimace de dégoût lorsque son regard se posa enfin sur la liste des chansons proposées. Si depuis quelques jours la perspective de ces auditions extraordinaires l'avait animé d'un enthousiasme certain, il ne fut aucun doute que ce bout de papier épinglé fièrement au mur eut le don de pomper son entrain. Hochant la tête, il poussa un soupir amusé. Si Sue Sylvester croyait achever sa détermination avec sa setlist de l'horreur, c'était clairement le sous estimer. Certainement que son amour évident pour les ratés issus de Disney aurait fait reculer les plus pudiques, trop attachés à leur honneur superficiel pour se soumettre à son sadisme, mais en ce qui le concernait Henry était trop suffisant pour s'en tourmenter. Il aurait donc quelques jours pour se préparer et, même s'il doutait foncièrement des ambitions véritables de Sue, il restait persuadé de faire sensation. Son plan avait été minutieusement préparé, il ne lui manquait plus que de le finaliser au moyen d'une sérénade mielleuse, certes, mais qui au moins lui permettrait de déstabiliser son audience et de battre Sue à son propre jeu. Depuis qu'il l'avait croisée pour la première fois dans les couloirs du lycée, Henry nourrissait ce désir de devenir à son tour un des trophées qu'elle conservait précieusement dans ses vitrines. C'était le genre de fantasme que lui inspirait Madonna sauf que, contrairement à elle, il avait l'impression de pouvoir en faire une réalité. Madonna n'était que de l'encre sur du papier, des pixels sur un écran, tandis que Sue Sylvester il pouvait la voir en chair et en os, effleurer pas si innocemment sa main lorsqu'il la croisait ou sentir le parfum qu'elle laissait dans son sillage triomphal. D'ordinaire il lui suffisait de rouler des mécaniques, de parader comme un coq et laisser l'imagination faire le reste, sauf que Sue restait insensible à son charme. Cette réalité ne faisait que le motiver davantage et, si au départ il avait entretenu cette amitié avec Michael pour pouvoir se rapprocher de Sue, il avait finalement conclu que jamais il ne serait mieux servi que par lui-même. Une fois qu'elle reconnaitrait son talent - qui plus est les New Directions manquaient cruellement de testostérone et Henry ne doutait pas que même s'il avait été un piètre chanteur il aurait été plus qu'un atout pour la chorale - et qu'il décrocherait la victoire des Sectionals, elle n'aurait plus d'autre choix que d'admettre qu'il était plus que digne d'elle.

Encore une fois Michael était porteur de son salut et Henry se surprenait sérieusement à penser que, après tout, leur amitié avait peut-être un sens. A moins qu'il se perdait dans ses priorités et qu'il avait fini par considérer ses motivations initiales par une sorte de grandeur cosmique, alors qu'en réalité c'était Sue qui l'avait amené à Michael, et non l'inverse. Peut-être avait-il besoin de se convaincre que ses intentions n'étaient pas si mauvaises après tout. Et même si Madame le maire était la muse de son intérêt soudain pour la musique, Henry ne pouvait nier que Charlie avait aussi un rôle à jouer dans cette incroyable opération. Elle l'avait provoqué et, surtout, elle avait ouvertement remis en question la place qu'il occupait dans le cœur de sa mère. S'il parvenait à s'offrir le luxe du trophée des Sectionals, au nez et à la barbe de Charlie - et de Wyatt -, Paige aurait une raison de plus de considérer son fils chéri comme le prodige de la famille. Son but n'était pas d'éclipser les prouesses de Charlie, il tenait trop à elle pour nourrir un tel égoïsme, mais il se devait par tous les moyens de prouver la légitimité de toute l'admiration qu'il inspirait à leur mère. Et si en plus il n'était pas que témoin, mais acteur de la potentielle déception de Wyatt lors de l'annonce des résultats, il n'y avait définitivement plus rien qui pouvait le retenir d'auditionner. Pas même ces quelques mots gribouillés sur une feuille que Sue avait imprimé exprès pour s'amuser de quelques téméraires.

Sans grande surprise, lorsqu'il débarqua le jour J la foule ne se bousculait pas au portillon. Cette vision lui procura un autre sentiment de satisfaction : si Sue avait filtré les faibles à l'aide de ses torchons de partitions, il avait déjà remporté une première bataille. L’ukulélé de Charlie à la main, il se dirigea vers le centre de la scène, la tête haute. Il avait nonchalamment déboutonné le quart de sa chemise pour "coller au cadre", disait-il. Son entrée suscita quelques réactions qui ne firent qu'alimenter un peu plus sa confiance, et ce malgré les regards mauvais qu'il devait essuyer de la part de certains jaloux - des garçons, forcément. "Henry Watson-Brown, mais on m'appelle HWB." annonça-t-il plus par politesse que par nécessité. Ceux qui ne le reconnaissaient pas dans l'assemblée avaient certainement raté la fête du siècle et ils étaient encore moins dignes d'intérêt que les autres. Il gratifia Michael d'un signe de tête avant de gratter les premiers accords sur son instrument.

There's no way to say this song's about someone else
Every time you're not in my arms
I start to lose myself
Someone please pass me my shades
Don't let 'em see me down
You have taken over my days
So tonight I'm going out ♫


Depuis longtemps Henry était devenu maître dans l'art de l'illusion. Même si son regard se portait sur Sue Sylvester, il parvenait avec brio à duper les quelques regards candides qui l'entouraient, en démontraient les gloussements étouffés des plus jeunes. Un clin d'œil par-ci, un sourire par là, son audition semblait relever davantage de la prestidigitation que de la véritable prouesse vocale. En même temps Sue l'avait bien mérité en élaborant une playlist mièvre qui contraignait les garçons à un rôle de bécasseau et les filles à celui de pucelle lasse du sexe.

Yet I'm feeling like
There is no better place than right by your side
I had a little taste
And I'll only spoil the party anyway
'Cause all the girls are looking fine
But you're the only one on my mind ♫


Henry avait déjà eu affaire à des paroles mielleuses à en faire vomir, mais arriver à les harmoniser autour d'une instrumentation tout aussi guimauve c'était une prouesse qu'il ne pouvait que saluer. Et aussi difficile était la manœuvre de cet exercice, Henry parvenait toujours à afficher cet enthousiasme hypocrite que Sue dénoterait sans doute, mais qui faisait son petit effet. Il en avait la nausée, aussi se dépêcha-t-il de venir à bout du refrain.

La da dee
La da dee doo
La da da me
La da da you
La da dee
La da dee doo
There's only me
There's only you
La da dee
La da dee doo
La da da me
La da da you
La da dee
La da dee doo
When you were gone I think of you ♫


Oui, c'était le refrain. Tant de lyrisme et de profondeur aurait pu lui tirer des larmes mais non, il fallait croire qu'il était insensible à l'art de Disney. Il tira une révérence elle aussi théâtrale avant de se retirer, pourtant pas peu fier d'avoir survécu à une telle humiliation. Son obstination lui faisait vraiment faire des folies...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

03. Audition de « Henry Watson-Brown »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 3 :: Episode 3
-