Choriste du mois


Partagez | 
 

 02. The Leavers Dance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 02. The Leavers Dance   Sam 21 Déc - 21:26

Aaron se tenait dans un coin reculé de la pièce principale, à l’écart des foules, un verre de punch à demi-entamé à la main. Il avait renoncé à s’investir davantage dans les poignées de main et autres civilités traditionnelles qui ne réussissaient qu’à lui hérisser les cheveux sur la nuque, pour mieux accueillir Ashandra lorsqu’elle arriverait. Du coin de l’œil, il accompagnait les multiples aller-venues de Brittany d’un groupe d’invités à un autre, un sourire flottant sur les lèvres. Elle se débrouillait comme une petite chef ! Lorsqu’il se rappelait la dernière conversation qu’ils avaient eue avant de lancer le projet, il n’arrivait qu’à mesurer combien ils avaient eu tort de douter, de craindre et de remettre leurs aptitudes en question. Brittany possédait un talent réel et ce soir, il cultivait sa confiance, son charisme et par-dessus tout l’éclat singulier de ses pupilles. Mieux encore ! Il la faisait rayonner comme jamais et nul n’aurait su échapper au magnétisme qu’elle délivrait en se mouvant d’un coin de la salle à un autre; en souriant d’un sourire tel qu’il lui occupait tout le visage; en s’activant avec l’enthousiasme d’une enfant à la veille de Noël. Aaron n’en éprouvait que davantage de ravissement à l’idée d’avoir contribué au Studio, ne serait-ce que pour voir Brittany s’épanouir dans l’univers de possibles qu’elle avait délaissé un peu trop longtemps, après le décès d’Hendrick.
Aaron avait noté l’arrivée de Santana, une demi-heure plus tôt. Il avait été incapable de s’en empêcher et une petite voix réprobatrice à l’arrière de son cerveau lui avait soufflé combien ce n’était ni droit, ni juste et encore moins avisé. Il s’était contenté de l’observer à travers la salle, appréciant discrètement si ce n’est secrètement la tenue qu’elle avait sélectionnée pour l’occasion—démontrant une nouvelle fois d’un goût incontestable pour la mode. Le rouge l’avait toujours mise en valeur. Il n’avait esquissé aucun signe, aucun pas dans sa direction. Ç’aurait été tout sauf approprié. Et malgré la pointe d’intérêt quasi-douloureuse qui lui transperçait le côté gauche, il avait encore bien trop conscience des tensions, des conversations impossible à tenir et du ressentiment qui existaient entre eux. Qu’importe combien ils s’étaient aimés, qu’importe combien Brittany aurait souhaité les voir se rabibocher. C’était trop difficile, si ce n’est trop tard.
Aaron termina son verre de punch doucement. Ashandra quant à elle n’arrivait pas. Il consulta sa montre une nouvelle fois avec une touche d’impatience, dégaina son téléphone dans l’espoir fragile d’y voir apparaître une petite notification de la part de la jeune femme l’avertissant de son retard. Mais l’écran demeurait désespérément inactif. Il poussa un soupir inaudible en secouant nerveusement sa main valide et déposa son verre désormais vide sur un buffet de service. Ce serait bientôt l’heure des premières initiations et il regrettait de ne pas avoir l’opportunité de passer un peu de temps avec Ashandra avant de se lancer dans l’arène.

“Ta princesse t’a posé un lapin joli cœur ?” lança malicieusement Angie en surgissant à ses côtés sans qu’il ne l’ait vue s’approcher. “J’ai l’air de quelqu’un qui se prendrais des lapins ?” releva-t-il en faisant mine de s’offusquer en arquant un sourcil appuyé. “Eh ben … T’es seul, non ?” Il repoussa doucement son épaule, secouant la tête en étouffant un rire. “Elle n’est jamais en retard d’habitude. Et comme je n’sais pas si elle connaît beaucoup de monde ici, ça m’embêterait qu’elle se retrouve seule en arrivant” lui confia-t-il en se grattant la tempe du bout de l’index, tracassé. “Elle ressemble à quoi ? T’as une photo ? Je lui ferais signe si je la vois arriver” décréta-t-elle et un sourire reconnaissant étira les lèvres d’Aaron. “Allez, file ! Renn t'attends”

Aaron s’assouplit délicatement les poignets en entrant dans l’une des deux salles réservées aux séances d’initiation. Son poignet blessé quelques mois plus tôt n’était pas encore rétabli—et son escapade à Columbus en compagnie d’Ashandra n’avait pas arrangé les choses. Cependant, il l’avait consciencieusement entouré d’une bande de maintien autocollante et comptait dessus pour ne pas réveiller une douleur indésirée au beau milieu d’un exercice. Aaron avait dû subir une mise à niveau éclair dans le domaine des danses de couple au cours des dernières semaines. Il savait que cet aspect intéressait énormément Brittany et s’était donc inscrit dans un programme dispensé dans le centre de Cincinnati. Ça n’avait pas été aisé, les postures ne lui avaient pas semblé naturelles, mais en définitive, il était parvenu à apprendre suffisamment pour réussir à produire quelque chose ce soir.
Aaron se dirigea vers l’une des connaissances de Brittany, Renn. En provenance de New York lui aussi, le chorégraphe avait passé la dernière heure à s’occuper des inscriptions et à former des paires homme/femme entre les participants, si bien que la totalité des professionnels disposés à encadrer le premier créneau d’initiation se retrouvaient sur-bookés. Il se pencha par-dessus son épaule tandis qu’il lui expliquait en quelques mots son système de classement : “Des numéros ! Sympa !” s’exclama Aaron en cherchant son propre nom dans la liste. Renn lui avait associé le ‘18’. “C’était surtout plus simple que de retenir le nom de tout le monde” répondit-il en haussant modestement les épaules. Aaron hocha la tête d’un air entendu avant de s’avancer vers un coin inoccupé de la salle tandis que certains duos commençaient à étudier leurs premiers mouvements : “Le dix-huit ?” appela-t-il en balayant la salle du regard, cherchant à repérer l’élue du hasard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. The Leavers Dance   Ven 27 Déc - 19:29

Dire que Santana redoutait le moment où elle devrait se diriger vers la salle dans laquelle elle allait devoir danser était un euphémisme. La panique refaisait surface petit à petit, crépitant dans tout son corps, obstruant sa gorge et faisant trembler ses mains qu'elle tentait d'occuper, vainement, en replaçant inlassablement une mèche de cheveux rebelle derrière son oreille. Elle avait abandonné l'idée de boire avant le cours de danse. Son stress était déjà bien suffisant, elle n'éprouvait pas l'envie de se ridiculiser davantage, surtout avec la possibilité que Aaron soit là pour être témoin de ce moment de mortification. Elle aurait tout le loisir de noyer sa honte dans l'alcool une fois cette épreuve terminée. Le regard posé sur le bout de ses escarpins, Santana comptait les secondes qui la séparaient du cours, maudissant intérieurement Brittany pour l'avoir obligée à y participer. Elle savait qu'il y avait aucune chance qu'elle ne danse avec Aaron – il ne la choisirait pas, c'était une évidence, et la jeune femme en était grandement satisfaite – mais cela n'empêchait pas le Cubain d'être là pour observer la scène, et Santana n'était véritablement pas prête à affronter son regard. Elle n'avait pas fait de danse depuis la fin du lycée et elle était rouillée, elle le savait. Une grossesse et des années sans aucune réelle activité sportive étaient bien suffisants pour perdre tout réflexe. Mais pire encore, elle ne se sentait pas psychologiquement capable d'être l'objet des regards de son ex, elle ne sentait ni assez forte, ni assez préparée. Elle priait donc tous les dieux pour que Aaron se retrouve occupé ailleurs, n'importe où, plutôt que d'être présent dans cette salle de malheur. Santana en venait presque à espérer que cette garce d'Ashandra rapplique afin qu'elle occupe toute l'attention du Cubain. Presque, parce qu'elle n'était pas certaine de survivre à une telle scène, si elle devait être honnête.

Du coin de l'oeil, Santana vit Brittany lui faire un petit signe de la tête, désignant par ce geste qu'il était l'heure du cours de danse. La jeune femme prit quelques grandes inspirations avant de se diriger vers la salle, tentant d'adopter une démarche assurée malgré le tumulte d'émotions qu'elle ressentait. Elle regrettait avec un désespoir certain de ne pas avoir insisté auprès de Alec pour qu'il l'accompagne, et elle mourrait d'envie de le rejoindre, lui et Liam, à l'abri des regards dans la maison du musicien. Prise d'un brusque éclair de panique, Santana fouilla dans sa pochette et en sortit son téléphone. Elle entra dans la pièce, gardant les yeux fixés sur l'écran de son portable, et s'adossa au mur avant de taper un message. Elle avait besoin de réconfort, de savoir que Liam allait bien et que Alec serait là à l'attendre dès qu'elle passerait le pas de la porte. La réponse tardant à arriver, Santana jeta un rapide coup d'oeil aux alentours, ne retenant pas un soupir de soulagement lorsqu'elle réalisa que Aaron n'était pas présent. « Vous êtes ? » s'enquit une voix inconnue près d'elle. Un homme qu'elle ne connaissait pas la regardait avec insistance et Santana se sentit bêtement rougir. « Santana Lopez. » murmura-t-elle tout en glissant de nouveau la mèche récalcitrante derrière son oreille. L'homme se contenta d'un hochement de tête puis lui tendit un papier avant de se diriger vers une autre fille. Elle était donc, visiblement, le numéro dix-huit.

Santana n'eut pas le temps de se poser de questions puisque son téléphone choisit ce moment là pour vibrer contre sa paume. Un sourire tendre étendit ses lèvres lorsqu'elle découvrit la réponse d'Alec. Elle ne perdit pas une seconde pour lui envoyer un nouveau message, et bientôt, son stress n'était plus qu'un léger point douloureux au creux de sa poitrine, la jeune femme trouvant un réconfort familier dans les encouragements du musicien. Mais la trêve fut de courte durée lorsqu'une voix, celle-ci douloureusement familière, la sortit de sa bulle. Elle chercha frénétiquement des yeux le numéro qui lui avait été attribué et elle dut plaquer sa main contre ses lèvres pour ne pas laisser échapper un cri désespéré. Son cœur battait à tout rompre, douloureux, et ses oreilles bourdonnaient, et elle n'arrivait pas à se sortir de cet état de panique pure, à simplement lever les yeux pour s'assurer qu'elle ne s'était pas trompée. Elle entendit Aaron répéter le numéro ; elle savait qu'elle devait faire quelque chose, et que ce quelque chose n'incluait pas la fuite ni le malaise. Mais elle n'était plus certaine d'avoir encore une once de courage. Avait-elle le choix, de toute façon ? Pas vraiment. Elle avait promis à Brittany, et si le destin avait décidé de lui faire un doigt d'honneur géant, ce n'était pas la faute de sa meilleure amie.  Elle était une adulte, assez mature pour se sortir de cette situation sans agir comme une gamine incapable de maîtriser ses émotions. Du moins, elle l'espérait.

Prenant une inspiration quelque peu tremblante, elle redressa la tête, tentant tant bien que mal de paraître la Santana que tout le monde connaissait. Elle fit un pas en avant, puis un deuxième lorsqu'elle réalisa que son corps n'était pas sur le point de la lâcher. Ses yeux se posèrent sur le visage de Aaron, et bien que son cœur manqua un battement, elle garda un visage impassible. « C'est moi, le dix-huit. » déclara-t-elle, et sa voix ne trembla pas, contrairement à ce qu'elle avait imaginer. Elle n'attendit pas le regard de Aaron croise le sien – elle n'avait pas autant de courage – elle se dirigea vers lui, ses mains lissant nerveusement sa robe. Elle tenta de se souvenir de la colère qu'elle éprouvait pour le Cubain, de sa rage, de son ressentiment, mais elle ne trouva que de la tristesse et l'envie irrépressible de se nicher contre son torse. Elle n'était pas prête, elle le savait. Elle ne se sentait pas capable d'être si près de lui, de devoir lui parler, le regarder, le toucher. Et pourtant, elle n'avait pas le choix, et la réalité la percuta soudainement de plein fouet, laissant derrière elle une envie de pleurer presque douloureuse. Elle battit furieusement des paupières et placarda sur son visage une indifférence qu'elle était bien loin de ressentir. Ses yeux croisèrent enfin ceux de Aaron, et Santana sentit sa gorge se serrer. « Bonsoir, Guevara. » murmura-t-elle, et cette fois-ci sa voix la trahit. Elle s'éclaircit la gorge, fuyant à présent le regard du Cubain. « Il doit y avoir un malentendu. » ajouta-t-elle d'un ton plus fort. Elle ne voulait pas que Aaron voit quel pouvoir il avait encore sur elle, et combien elle souhaitait plus que tout fuir, mais elle espérait encore que tout ne soit qu'une terrible erreur. Parce qu'elle n'était vraiment pas certaine de pouvoir danser avec celui qui faisait encore battre son cœur un peu trop fort.
Revenir en haut Aller en bas
 

02. The Leavers Dance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 3 :: Episode 2
-