Choriste du mois


Partagez | 
 

 04. Being a hero can be hard. Really hard.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 04. Being a hero can be hard. Really hard.   Lun 17 Fév - 16:25

Les yeux brillant, Jace regarda l'écran de sa télévision s'obscurcir, et la liste des acteurs présents dans le film se mit à défiler. Pour la énième fois -vingtième, trentième fois ? Il ne comptait plus- il s'était installé devant l'un de ses films préférés : Kick-Ass. Certes, il aimait les super-héros, mais ce qu'il aimait vraiment dans ce film, c'est que le héros passait de simple lycéen à héros. Il apprenait. Il changeait. Tout comme Jace l'avait fait. Et comme Kick-Ass : Jace était le masque. Il était un super-héros, lui aussi.
Mu par une impulsion, il bondit de son lit et ouvrit son placard en grand. Sur la porte, soigneusement accroché à son cintre : sa véritable identité, ce qu'il était destiné à devenir. Jace se glissa dans sa combinaison noire en cuir, qu'il avait dessiné lui-même et avait commandé auprès d'une couturière professionnelle trouvée sur le net. Il avait bien sûr prétexté participer à un énième concours de cosplay, et peut-être habituée à s'occuper de ce genre de commande, la couturière n'avait pas bronché. Et enfin, sa tenue était là, prête à être enfilée, prête à être utilisée. Prête à faire de lui un héros. Le tissu épousait parfaitement son corps récemment musclé, et il remua un peu les épaules pour s'assurer qu'il ne serait pas à l'étroit s'il venait à se battre. Elle lui allait à la perfection. Comme une seconde peau. Avec un soupir de plaisir, il posa le masque sur son visage. Il était enfin lui.

Pour coller véritablement au personnage, il choisit de ne pas quitter la maison par la porte, mais par la fenêtre, comme l'aurait fait n'importe quel super-héros qui partait secrètement en mission. Sa fenêtre donnant sur une branche d'arbre, il se laissa glisser sur la pelouse, et se dirigea discrètement vers le parc Lincoln qui se situait non loin, prêt à venir en aide à quiconque aurait besoin de lui. Il se sentait si fier, de pouvoir enfin agir en tant que héros ! Pas une seule seconde il ne lui vint à l'esprit qu'on allait le voir, qu'on allait se moquer, et qu'il allait se rendre ridicule. Tout ce à quoi il pensait, c'était au héros du film Kick-Ass. De simple lycéen, il était devenu un véritable héros -bien que son costume soit bien trop flashy au goût de Jace. Le noir allait beaucoup mieux à un héros qui voulait se fondre dans l'obscurité, à l'instar de Batman. Et le parc Lincoln fourmillait de recoin sombre dans lequel il pourrait se dissimuler pour attraper les malfrats en pleine action. Peut-être sauverait-il cette joggeuse solitaire, ou bien cette vieille dame qui promenait son chien. A l’affût, Jace déambula dans les allées éclairées du parc. La nuit était bien installée, et le ciel était couvert. Il neigerait très probablement cette nuit encore. Même si la neige ne tenait pas toute la journée si le soleil se montrait, il faisait encore froid. Très froid. Vraiment, vraiment très froid.
A mesure que les heures s'écoulaient et que la soirée avançait, Jace se mit à douter : y'aurait-il vraiment une âme en peine à secourir ? Et surtout... ne risquait-il pas une double pneumonie ? Transi de froid, l'adolescent fit quelques étirements et s'efforça de se réchauffer. Mais au bout du compte, il dut se rendre à l'évidence. Ce n'est pas ce soir qu'il pourrait accomplir son premier acte en tant que super-héros. Désabusé, il tourna les talons, prêt à quitter le parc pour retourner se mettre au chaud.

Un miaulement attira son attention, et il leva les yeux tout en marchant, son souffle formant de la buée quand il respirait. Dans un arbre, à quelques mètres du sol, un petit chat tigré miaulait à fendre l'âme. « Ben mon petit père, tu n'arrives plus à descendre ? » Un miaulement lui répondit. Il ne fallut que quelques secondes à Jace pour se décider : il serait le héros de ce petit chat ! Plein d'une nouvelle résolution, il tendit les bras pour attraper la branche la plus basse, et se félicita de s'être mis au sport. Se servant de la seule force de ses bras, il se hissa sur la branche, et entreprit de grimper jusqu'au chaton. Celui-ci l'accueillit avec un ronronnement craintif, les poils hérissés, et il planta ses griffes dans le poignet de Jace, qui ne broncha pas. Un sourire se dessina sur ses lèvres. « Ça va aller. » chuchota-t-il. Tenant d'une main le chat, il refit le chemin en sens inverse, passant d'une branche à l'autre avec agilité et souplesse, et une fois parvenue à la branche la plus basse, c'est d'une main qu'il se laissa doucement glisser au sol, les muscles tendus, pour atterrir en douceur sur l'herbe sur laquelle il déposa le chaton, qui le remercia en s'enroulant autour de ses jambes. « Et voilà. Retour sur la terre ferme. »
Relevant les yeux, il vit qu'il se trouvait toujours seul dans le parc. Une moue déformant sa bouche, le jeune homme poussa un soupir exagéré. « Je sauve un chat, et personne pour me voir ! Être un super-héros, c'est super dur. » râla-t-il en donnant un coup de pied dans une motte de terre.

Oeuf #1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. Being a hero can be hard. Really hard.   Lun 17 Fév - 19:08

Pourquoi Kayla devait-elle être si protectrice ? C'était parfois franchement ennuyeux. Matteo avait beau aimer sa cousine et apprécier qu'elle veuille prendre soin de lui, il finissait par être ennuyé par ses vérifications permanentes de son état moral et de son humeur. Il allait bien. Enfin, il allait mieux, vraiment mieux. La période de Noël et toute sa magie avaient égayé le quotidien du jeune homme. L'ambiance si particulière de cette période de l'année, plus le fait de sortir à nouveau de sa bulle, de traîner avec des amis au lieu de rester toute la journée devant son ordinateur, avaient pleinement contribué à ce qu'il se ressaisisse. Il l'avait déjà expliqué à Kay, mais celle-ci continuait de lui demander comment il allait. Pas moyen de se débarrasser de ses interrogatoires à rallonge. Et ce soir là, l'adolescent qu'il était, lui avait clairement fait comprendre son agacement. Ça, plus le fait que Supercat ait disparu quelques jours plus tôt, et on pouvait être sûr que la jolie rousse allait passer sa soirée à ruminer. Matteo ne s'y était sans doute pas pris de la bonne façon, en lui criant qu'il n'avait pas besoin d'une nounou, mais tant pis, c'était trop tard maintenant, et il n'avait absolument aucune envie de s'excuser. Il avait surtout besoin de prendre l'air, cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas pris la tête avec quelqu'un, et pourtant, cette irrépressible habitude de partir se promener après chaque dispute ne semblait pas l'avoir quitté. Après s'être changé, optant pour une tenue de sport propre, et fermé calmement la porte de sa chambre - après tout, celle-ci ne lui avait rien fait, et son oncle et sa tante n'avaient pas besoin de sentir son énervement - il descendit les escaliers, avec plus de précipitation qu'il ne l'aurait souhaité. Il attrapa son Ipod dans la poche de sa veste en passant devant le porte-manteau, et sortit de la maison, sans dire quoi que ce soit à qui que ce soit.

Coup de chance, le parc Lincoln était vraiment près de la maison, il n'aurait pas grand chemin à faire pour retrouver de la tranquillité. Il accrocha l'Ipod à son t-shirt et lança la playlist "guerrier". Car oui, depuis quelques mois, le garçon avait pris pour habitude de trier ses chansons en playlists qu'il pourrait écouter selon son état d'esprit. La playlist qu'il avait nommée "guerrier" avait à la fois pour but de le défouler, et de le rebooster quand il se sentait un peu faiblir. Toutes les musiques avaient un rythme dynamique, soutenu, et il y avait une émotion derrière. C'aurait été un mensonge que de dire que Matteo n'aimait pas les musiques ou la chorale. Sa mère lui avait appris à aimer l'art visuel, mais aussi toutes les autres formes d'arts. Si il critiquait la chorale du lycée, comme tous ses collègues footballeurs, c'était surtout dans un but d'intégration, et parce que cette chorale lycéenne était surtout composée de personnes exclues de la société qui ne savaient pas où aller et chantaient leur désespoir en cœur. Les chorales adultes semblaient un peu plus intéressantes, tant au niveau des choix de chansons que des talents qui les composaient. Il fallait avouer que même si le char des sportifs avaient eu du succès à la parade, c'étaient ceux des chorales qui avaient mis l'ambiance, et la foule avait été ravie. Tout cela pour dire que la musique l'aidait souvent à s'évader. Alors que la première chanson de sa fameuse playlist commençait à jouer dans ses oreilles, il se mit à trottiner, calant le rythme de sa course sur le rythme de la mélodie. L'entraînement de football avait été intensif ce jour là, et même si il aurait sans doute préféré juste prendre une douche et faire autre chose de sa soirée, l'air frais et cette dépense physique imprévue lui faisaient le plus grand bien.

Son rythme rapide lui permit d'atteindre sa destination très rapidement. Déjà qu'en marchant, le trajet était court, alors en courant, il fallait presque plus de temps pour se décider d'y aller que pour y aller. L'obscurité régnant à cette heure en hiver, ne fit qu'augmenter la quiétude que commençait à ressentir le jeune homme. Pour oublier le conflit survenu quelques instants plus tôt, il n'avait qu'à se concentrer sur l'effort, sur la sensation de ses muscles qui se contractaient, sur ses pieds qui se posaient sur le sol l'un après l'autre avant de décoller à nouveau. C'était un peu comme voler en fait. Mais la sensation de vol pourrait être plus parfaite. Il s'assura que personne n'était dans son champ de vision, sur son chemin, ni au prochain virage, et accéléra son rythme au maximum, piquant un sprint. Il courut jusqu'à en avoir le souffle court, mais bon sang, que cela était bon. Rien ne pouvait venir stopper le flux d'adrénaline qui emplissait son corps. Il avait couru pour lui, et juste pour lui, accéléré, non pas pour attraper un ballon, mais pour avoir l'impression de glisser sur le sol, ou voler dans les airs. Et si rien ne pouvait arrêter la progression de l'hormone des sensations fortes dans ses veines, rien ne pouvait non plus troubler la sensation de paix intérieure qui envahissait tout son être après cette folle course. Rien, sauf peut-être un étrange bonhomme en costume de cuir noir qui semblait se parler à lui-même en dessous d'un arbre en agitant les bras vers un quelconque Dieu qui ne voulait plus descendre du ciel. Dommage, le Seigneur tout puissant, si toutefois il existait, pourrait sans doute l'aider à régler ses problèmes de folie. Matteo décida qu'il n'était sans doute pas prudent de rester dans ce coin du parc avec un tel individu à proximité et continua de trottiner dans une direction qui l'éloignait de SuperCuirasse.

Il songeait à appeler le service psychiatrique de l'Hôpital Ste Rita pour les avertir qu'un de leur patient s'était évadé, lorsqu'il se rendit compte que le costume qu'il avait vu n'était pas vraiment une camisole de force. 1. Les camisoles n'étaient pas en cuir ; et 2. Si c'était vraiment une camisole, la personne qui la portait n'aurait pas pu lever les bras. S'il appelait les psychiatres avec une mauvaise information, il risquait d'avoir des problèmes. C'est au moment précis où il s'en rendit compte, que sa curiosité prit le dessus, et qu'il retourna sur ses pas. Lorsqu'il atteignit enfin le fameux arbre où l'individu suspect se trouvait deux minutes auparavant, celui-ci semblait être parti. L'adolescent fit le tour de l'arbre pour vérifier, mais il ne vit absolument rien. Ce n'est qu'en entendant une phrase d'apaisement qu'il comprit que la personne qu'il cherchait n'était pas à côté de l'arbre, mais en haut de l'arbre. Il leva les yeux, et se rendit compte qu'en fait, ce quelqu'un semblait tenter de sauver un petit chat en détresse. Finalement, Dieu et la folie n'avaient rien à faire dans l'histoire. Enfin peut-être que la folie avait quelque chose à faire, car il fallait y aller pour porter un tel costume. Mais ce n'était pas le moment de critiquer le costume de qui que ce soit, après tout, il avait vu le pull renne d'Aidan à la soirée d'anniversaire d'HWB, et il n'avait rien dit. Si l'envie de porter une combinaison de cuir prenait à quelqu'un, que grand bien lui en fasse. En attendant, Matteo alla s'asseoir sur un banc, pas très loin, pour profiter discrètement du spectacle. Mais il dut se relever, lorsqu'il reconnut le chat. C'était LE chat. Supercat. Il avait retrouvé Supercat. Enfin, l'autre personne avait retrouvé Supercat. S'avançant dans le dos de l'inconnu, il retint un rire lorsqu'il l'entendit faire une réflexion par rapport au fait que personne n'ait pu voir sa bonne action.
- Ça, c'est ce que tu crois ! J'ai tout vu ! lança-t-il sur un ton guilleret pour que son interlocuteur se retourne et découvre sa présence. Et merci d'avoir retrouvé Supercat au passage, je crois que ma cousine aurait fini par faire un ulcère si on ne l'avait pas revu à la maison avant ce soir.

Il y avait un truc qui clochait. L'adolescent avait déjà croisé ces yeux quelques part. Et la silhouette bien définie par le masque lui disait quelque chose. Si on rajoutait à cela la voix qu'il avait entendue, il était persuadé connaître le super-héros en devenir, pour l'instant sauveur de chaton. Pourquoi, ce stupide animal avait-il voulu grimper dans un vrai arbre ? Il avait pourtant un arbre à chat à la maison. Au lieu de songer à l’imbécillité de Supercat, qui, s'il en avait parlé à voix haute, lui aurait attiré les foudres de Kayla, le jeune homme se refocalisa sur cet inconnu, en fait probablement connu. Si ce quelqu'un aimait jouer au super-héros, ou croyait vraiment en être un, peut-être avait-il choisi un nom qui ressemblait au sien, et en l'entendant, Matteo pourrait peut-être le reconnaître.
- C'est quoi ton nom de super-héros ?

Avant même d'avoir sa réponse, il eut une illumination. Ça ne pouvait être qu'une personne. Il avait finalement reconnu le mystérieux sauveur.
- Attends deux secondes. Il s'arrêta, incertain. Jace ?!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. Being a hero can be hard. Really hard.   Mar 18 Fév - 11:42

« Euuuuh... »

Jace se sentit encore plus bête qu'il ne l'avait été quand une voix l'avait interpellé, le faisant sursauter. A cet instant, il s'était maudit de se laisser ainsi surprendre par le premier venu. Un véritable super-héros n'a jamais peur, il ne se fait jamais surprendre. Il est sur ses gardes, en permanence, et sait comment réagir à n'importe quel imprévu. Au lieu de ça, Jace avait fait comme tout être humain aurait fait : au moment où Matteo avait surgi, il avait violemment sursauté. Très vite, il s'était repris, se redressant et rejetant les épaules en arrière, à deux doigts de poser les poings sur les hanches comme l'aurait fait Superman. Matteo Chester le dévisageait joyeusement, absolument pas perturbé par le fait de se trouver face à un inconnu vêtu d'un costume de super-héros. Ce simple fait rassura Jace, qui avait craint que son identité de héros soit mal reçue, et incomprise du public. Ce premier contact était très encourageant. Et puis, en fin de compte, il y avait bien eu quelqu'un pour le voir commettre son premier acte héroïque ! Qui plus est, Jace connaissait Matteo. Il l'avait déjà vu jouer dans un film, puisque Matteo était, à l'origine, acteur, et c'est précisément parce que Matteo avait joué un super-héros que Jace l'avait abordé. A présent, Matteo allait sûrement répandre la nouvelle partout : il avait vu un super-héros, un vrai ! Bientôt, tout le lycée serait au courant. Il n'en faudrait pas plus pour que les réseaux sociaux parlent de lui, et s'il apparaissait au bon moment, au bon endroit, tout le monde connaîtrait son nom. Ensuite, les gens feraient appel à lui, peut-être à l'aide d'un signal dans le ciel -parce que Jace adorait l'idée d'avoir une énorme lampe qui envoie dans le ciel son symbole. Il agirait dans l'ombre, se glisserait dans la nuit pour se débarrasser des méchants, et il serait un héros, un vrai.

Mais ce que Jace n'avait en revanche pas prévu, c'est que Matteo lui demande quel était son nom de héros. Pourtant, il aurait dû y penser : évidemment que le public lui demanderait son nom. Sinon, comment pourrait-on parler de lui dans les journaux, sur Internet ? Comment pourrait-on répandre la nouvelle qu'un super-héros protégeait les plus faibles à Lima, dans l'Ohio ? Dans son costume, Jace s'était sentie assez bête. Voilà une chose qu'il n'avait pas planifié. Lui qui était si passionné de super-héros, il n'avait même pas pris le temps de se trouver un nom ! La bouche entrouverte, Jace chercha l'inspiration. Il était tout de noir vêtu, avait un masque pour dissimuler une partie de ses traits... bon, il n'avait pas de supers pouvoirs, à l'instar de Superman, il n'avait pas de gadgets high-tech comme Batman (il n'avait de toutes façons pas de majordome qui s'appelait Alfred). Mais il était costaud, il savait se battre, et il voulait vraiment aider son prochain.

Il n'eut de toutes façons pas à trop se casser la tête. Visiblement, son masque n'était pas suffisant, ou bien Matteo avait reconnu sa silhouette, ou sa voix. Quoi qu'il en soit, il finit par découvrir son identité, et Jace ravala un hoquet de stupeur. En désespoir de cause, il bomba le torse et finit par poser les poings sur les hanches. « Tu fais erreur. Je ne suis pas Jace. » rétorqua-t-il d'une voix forte, mais même lui n'y crut pas une seconde. Si Matteo l'avait percé à jour, il ne servait de toutes façons à rien de continuer à vouloir se cacher sous son masque.
Déçu, il donna un nouveau coup de pied dans l'herbe. « Rah, un masque ce n'est pas suffisant. » maugréa-t-il. « Je ne vais quand même pas porter une cagoule ! » glapit-il en levant les bras au ciel. Avec un soupir, il ôta son masque et se passa la main dans les cheveux pour les ébouriffer. Il ôta une feuille d'arbre qui s'était coincé dans une de ses boucles châtains. « Qu'est ce qui m'a trahit ? Parce que vraiment, je croyais que personne ne me reconnaîtrait. J'ai choisi une tenue sobre pour me cacher dans la nuit, on ne voit que la moitié de mon visage... » Il posa son masque devant son visage. Seul son nez et le bas de son visage était visible. Ses yeux bleus luisaient à la lueur des lampadaires tout proches. « C'est si évident que ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. Being a hero can be hard. Really hard.   Mar 25 Fév - 12:33

C'était drôle que Jace puisse vouloir devenir un super-héros de la vie de tous les jours, comme dans Kick-Ass. Enfin, c'était audacieux de sa part de porter un costume dans la rue aux yeux de tous - Matteo regarda autour de lui - ou aux yeux d'une seule personne d'ailleurs. Vouloir aider les gens, de quelque façon que ce soit, tout en étant anonyme, c'était admirable. Vouloir aider les gens tout court, était admirable. Même si dans le cas présent, "des gens" était Supercat. C'était mieux que rien, après tout. Et pour le coup, ça arrangeait bien Matteo qui avait un nouveau moyen de faire la paix avec sa cousine en rentrant chez lui. Cependant, ce port de costume pourrait être encore plus audacieux si le jeune homme assumait qui il était en dessous de celui-ci, au lieu de bomber le torse et de prétendre qu'il n'était pas lui. Matt' était pourtant presque sûr d'avoir reconnu le garçon fan de super-héros qu'il avait rencontré à la fête d'HWB. Ce ne pouvait pas être une erreur. L'adolescent décida de jouer la carte "je suis sûr que tu es Jace", ça serait sans doute efficace pour que celui-ci avoue être lui-même.
- Arrête mec, là, t'as l'air ridicule ! dit-il en riant.

Le voyant donner un coup de pied dans l'herbe, visiblement peu ravi d'être découvert, Matteo lui mit la main sur l'épaule, en signe de compassion, même si dans le fond, il riait intérieurement plus qu'autre chose. Ce n'était pas de la moquerie, mais voir l'agacement du super-héros en herbe était drôle.
- Mais tu sais, avec une cagoule, on pourrait te reconnaître encore plus facilement puisqu'on verra toute ta tête. A moins que tu parles des cagoules de cambrioleur où y a juste des trous pour les yeux ? Crois-moi, ça fera le même effet, les gens reconnaîtront tes beaux yeux. T'en fais pas, on trouvera une solution.

Qu'est-ce qui l'avait grillé ? C'était assez simple en fait. Il avait une silhouette athlétique, comme un sportif, sauf qu'un sportif ne se serait jamais déguisé en super-héros dans la rue au risque d'être reconnu et de ruiner sa réputation. Il y avait assez peu de gens en dehors des footballeurs qui prenaient soin de leur corps pour paraître muscler, et le peu qui le faisaient ne passaient généralement pas inaperçu. Ensuite, la proportion de ces lycéens normaux qui s'intéressaient aux super-héros et aux cosplay était encore plus petite. En fait, Jace était sans doute le seul.
- Ben déjà, on voit tes yeux et tes bouclettes, y en a pas quatre mille comme les tiennes. Puis bon, des silhouettes bodybuildées, y en a pas des tonnes en dehors de l'équipe de foot. Et je savais que t'étais pas dans l'équipe de foot, parce qu'un footballeur ferait pas ça. Tu comprends, la hiérachie sociale et tout, si ils étaient découverts, que de misère, expliqua-t-il en levant les yeux au ciel.

S'il avait lui-même choisi d'être footballeur dans un but d'intégration, Matteo n'en avait que faire de toutes ces histoires de hiérarchie sociale. Il s'en fichait s'il traînait avec Aidan, simple lycéen de base malgré son million d'abonné sur youtube, ou s'il était ami avec Candace, qui faisait partie du club de chasteté. Il ne voulait pas se limiter à traîner avec les bêtas de l'équipe de football, juste pour préserver sa bonne réputation. Après tout, il était acteur, et n'avait jamais été dans la presse people à scandale, sa réputation n'était plus à faire, et il pouvait parfaitement se permettre de traîner avec ceux qui étaient considérés comme des "loosers" par ses coéquipiers. Le rang social des gens ne définissait pas qui ils étaient. Et même si Jace aurait pu être considéré comme un geek s'il n'avait pas fait tous ses efforts d'intégration, Matteo s'en fichait royalement, parce qu'il était sympa. Alors qu'il se déguise en super-héros à ses heures perdues, ou pas, cela ne changeait rien à l'opinion qu'il se faisait de lui. Un miaulement de Supercat le ressortit de ses pensées, il faudrait peut-être qu'il l'attrape avant qu'il ne se fasse la malle à nouveau. Le jeune homme s'accroupit.
- Supercaaaat, viens mon petit ! appela-t-il en tendant la main vers le petit animal. Minou, minou, minouuuu.

Mais à peine avait-il commencé à faire un pas, toujours accroupi, vers le chat, que celui-ci poussa un miaulement victorieux, et s'enfuit à toute vitesse.
- Ahhhh sâle bête !

Matteo s'élança à la poursuite de l'animal, oubliant presque la présence de Jace. Lorsqu'il s'en rappela, il se retourna le temps de lui crier :
- Si tu cours assez vite pour le rattraper, je veux bien t'appeler La Flèche !

Et sur ce, il repartit dans sa course après ce satané chat.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. Being a hero can be hard. Really hard.   Mar 18 Mar - 2:07

Un super-héros n'est jamais ridicule. Ja-mais. Pour la simple et bonne raison qu'il fait ce qui est juste. Il sauve des innocents, quitte à mettre sa propre vie en danger. Il défend les plus faibles, ceux qui ne peuvent se défendre eux-mêmes, il les protège de ceux qui vouent leur vie à faire le mal. Il dédie son existence à faire le bien. Jace n'aurait jamais pu penser qu'un héros, quel qu'il soit, puisse être ridicule, quand bien même il était vêtu d'un collant et d'une cape. Dans son costume de super-héros, il n'avait pas du tout honte. Il faisait ce qui était juste, même si dans le cas présent, la seule chose qu'il soit parvenu à faire, c'est sauver un petit chat, et avoir le nez gelé.
Ce dont il avait honte, en revanche, c'était d'avoir été reconnu presque immédiatement. Il avait pourtant eu la certitude que son costume dissimulerait habilement sa véritable identité. Physiquement, il ressemblait à n'importe qui. Et il avait fallu à Matteo un simple coup d’œil pour deviner à qui il avait réellement affaire. Voilà pourquoi il songeait très sérieusement à s'offrir une cagoule pour dissimuler plus soigneusement ses traits. Ou bien alors, une capuche dans laquelle il pourrait se dissimuler. Mais dans ce cas, il lui faudrait avoir une cape, et cela risquait fort d'entraver ses mouvements. Nan, pas de cape pour lui.
Dépité, Jace soupira, et à la mention de ses boucles châtains, il leva la main pour y passer la main. Contre ses prunelles azur et ses cheveux, il ne pouvait pas faire grand chose -sauf s'il optait pour la cagoule, un choix qui lui paraissait de plus en plus inadéquat à mesure qu'il y réfléchissait. Le raisonnement de Matteo se tenait. On aurait pu compter sur les doigts d'une main les élèves de McKinley qui faisait du sport quotidiennement, au point d'avoir une silhouette sculptée, et qui n'étaient pas membres de l'équipe de football. Ces derniers n'étaient pas à proprement parler des âmes généreuses, prompts à aider leur prochain. C'était même plutôt le contraire, puisque Jace passait beaucoup de temps à déjouer leurs tentatives d'intimidation et d'humiliation, et y avait même eu droit, à l'époque où il n'était qu'un chétif élève de première année. Au final, Matteo n'avait pas eu beaucoup à réfléchir, cela tombait sous le sens. Mais tout de même, c'était frustrant. Il ne pouvait pas compter sur la même chance que Clark Kent, qui n'avait qu'à ôter ses lunettes et enfiler un collant pour changer d'identité (ce qui, en y réfléchissant, prouvait surtout que Lois Lane n'était pas si maligne qu'elle le prétendait).

« Être un héros... » commença-t-il, avant de s'interrompre, Matteo se lançant soudainement à la poursuite du matou qui, peu concerné par toute cette histoire, prenait la poudre d'escampette, probablement pour retrouver une minette. Laissé sur place, Jace cligna des yeux. « La Flèche, hm ? » Un fin sourire étira ses lèvres. Ce n'était pas le meilleur surnom qui soit, mais c'était un début. Le jeune homme fléchit les genoux, et démarra en trombe.
Depuis qu'il était sorti de l'hôpital, plusieurs mois auparavant, après s'être remis de son opération qui avait corrigé sa myopie, Jace mettait un point d'honneur à rester en forme. Au début, c'était difficile. Il n'avait jamais été sportif, et se mettre à courir avait été une réelle épreuve pour lui. Petit à petit, pourtant, son corps s'était habitué à l'effort. Il s'était endurci, était devenu plus endurant, plus souple et plus rapide. Ses muscles, qu'il n'utilisait qu'en de rares occasions, avaient eu l'opportunité de s'épaissir. Aujourd'hui, c'était un bon sprinteur, qui aurait eu sa place dans l'équipe d'athlétisme si celle-ci n'avait pas été dissoute en Septembre. Ainsi, il parcourut les quelques mètres qui le séparait de Matteo, le dépassa aisément et parvint à rejoindre le chat au moment où ce dernier se hissait sur une branche d'arbre pour s'y accrocher, les griffes solidement plantées dans l'écorce. Sans paraître essoufflé, Jace se retourna pour voir Matteo le rejoindre, et lui adressa un clin d'oeil. « Je cours vite, mais je sais aussi grimper aux arbres. Tu permets ? »
La branche la plus basse étant assez éloignée, il tendit les deux bras, avant de sauter en l'air. Ses mains agrippèrent aussitôt la branche, fermement. Il ne lui restait plus qu'à répéter les mêmes gestes qu'il avait eu avant que Matteo ne débarque. Se hisser à la force des bras, passer une jambe de chaque côté de la branche, puis se relever avec précaution et grimper jusqu'à atteindre le chat qui l'attendait, patiemment et en remuant la queue, apparemment très amusé par ce nouveau jeu. « Ça te fait marrer, pas vrai ? » lui lança Jace en l'attrapant sous les pattes, provoquant chez le matou un concert de ronronnements. En redescendant, l'adolescent poursuivit, à l'intention de Matteo : « Tu ne leur diras pas, aux autres ? » D'un bond il atterrit sur l'herbe, se réceptionnant avec souplesse. « Que je suis... enfin que je suis un super-héros sans nom, vu que je ne sais pas encore lequel choisir. Et non, je ne vais pas m'appeler Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. Trop Potteresque pour moi. » ajouta-t-il avec sérieux en tendant le chat à Matteo pour qu'il le prenne dans ses bras. « Mais tu comprends, si je veux pouvoir agir... personne ne doit savoir. Enfin, j'espère que personne ne saura. » soupira-t-il. « Je dois trouver un moyen d'être plus... j'sais pas. Mystérieux. Impossible à identifier. » murmura-t-il en méditant sur la question.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. Being a hero can be hard. Really hard.   Lun 7 Avr - 21:57

Jace était rapide, suffisamment pour dépasser un Matteo lancé en pleine course. Evidemment, Matteo ne s'était pas engagé dans l'équipe de foot parce qu'il voulait montrer à tous ses capacités physiques, mais il avait au moins espéré qu'avec l'entraînement, il parviendrait à gagner en rapidité. La silhouette de l'autre adolescent prouvait qu'il était sportif, mais au fond de lui, il avait tout de même eu du mal à croire que quelqu'un qui ne fasse pas partie d'une équipe de sport soit aussi performant, voire plus. Il fallait pourtant se rendre à l'évidence, c'était le cas. Jace eut vite fait d’attendre le nouvel arbre dans lequel Supercat s’était niché et Matteo le rejoignit rapidement sans aucun problème, adressant un sourire en réponse à son clin d’oeil. Evidemment, l'adolescent était déjà en train de sauter pour agripper une branche, que le jeune brun n’aurait jamais atteinte, pour aller récupérer l’animal perché bien haut dans l’arbre. Décidément, c'était un super-héros polyvalent. S'il savait courir et grimper aux arbres, peut-être qu'il pouvait aussi voler. Enfin, avec un sac à dos supersonique quoi. Ou des bons effets spéciaux. En attendant, il semblait avoir de multiples qualités le rapprochant considérablement de celui qu’il voulait être. Peut-être que ses attributs ne lui permettraient jamais de sauver la terre de l’Apocalypse, de rétablir la paix dans le monde, ou de sauver les bébés ours polaires de la fonte des glaces, mais il pouvait sans doute faire bien d’autres choses. C'étaient parfois les petites actions de tous les jours qui permettaient d’améliorer le quotidien de tout un chacun, de créer une quelconque étincelle d’un bonheur qui se répandrait comme une traînée de poudre. Jace semblait être en mesure d’aider quelques personnes grâce à ses capacités physiques, c’était certain, mais pour avoir envie d’aider les gens, il fallait avoir un bon fond aussi. Quels talents cachait-il encore sous ses mystérieuses bouclettes ?

Il observa son camarade redescendre de l’arbre avec souplesse« Tu t’es beaucoup entraîné pour réussir à faire tout ça ? » s’enquérit-il alors qu’il réceptionnait le vilain fugueur dans ses bras avec une prise ferme pour l’empêcher de pouvoir prendre la fuite à nouveau. « Et non, je ne dirai rien aux autres si tu veux que ça reste secret » déclara-t-il sérieusement. Même s’il trouvait l’idée d’être un héros très bonne, il voyait parfaitement pour quelles raisons Jace ne voulait pas que ça se sache. Dans le monde de McKinley, dès que quelqu’un faisait quelque chose de différent des autres, ça ne passait pas inaperçu, et c’était généralement critiqué. Il n’était pas souhaitable pour un super-héros d’avoir des super-vilains au milieu de sa route pour l’empêcher d’accomplir des bonnes actions. Et surtout, d’après le peu que Matteo connaissait le jeune homme, c’était quelqu’un de sympathique qui ne méritait pas d’être rabaissé plus bas que terre juste parce qu’il était passionné par les comics. Il voyait régulièrement les gens du lycée qui faisaient encore partie du club d’échec ou de jeux de rôles se faire régulièrement jeter dans les bennes à ordures du parking. C’était un fait des plus communs, qui passait maintenant inaperçu. Si jamais Jace prenait plus confiance en ses capacités de sauveur-né, il pourrait peut-être contribuer à améliorer la vie des autres lycéens en empêchant les malfrats – généralement les sportifs – de s’en prendre à des personnes qui n’avaient rien demandé. « Franchement, l’idée d’être un super-héros, je trouve ça cool ! Ça me fait penser au film Kick-Ass » ajouta-t-il avec un sourire, frottant le chat entre les oreilles, ce qui le faisait ronronner, preuve qu’il n’était pas prêt de prendre à nouveau la fuite. « Au moins, tu vas pouvoir améliorer un peu la vie de quelques personnes. Regarde par exemple ma cousine, elle va t’être éternellement reconnaissante d’avoir trouvé son chat, même si elle ne connaît pas ton nom. »


Il réfléchit, si l’idée de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom n’avait pas déjà été utilisée dans la saga Harry Potter, ç’aurait été une drôle d’idée de nom. Et il était pour le coup, associé à un mage noir très puissant qui s’amusait à tuer des gens, le contraire d’un super héros donc. « Pourquoi pas Sauve-Qui-Peut ? dit-il en souriant de toutes ses dents.  « Bon, j’avoue, c’était une mauvaise blague ! Mais pourquoi pas quelque chose genre Anonyme. Ça serait inédit comme nom. Ou genre Nobody. Comme ça, si quelqu’un demande qui a empêché le camion d’écraser la grand-mère qui traversait, on pourrait répondre que c’est personne, et le mystère resterait entier ». L’imagination du jeune homme commençait légèrement à l’emmener à la dérive. « Plus sérieusement, pour qu’on ne te reconnaisse pas physiquement, soit tu te mets une cagoule intégrale, pour qu’on ne voit pas tes cheveux, soit tu mets du gel, personne n’aurait idée que tu puisses faire ça. Et tes yeux, mets des lentilles, genre iris de chat, logiquement ça serait efficace ». C’était bien sympathique de conseiller quelqu’un sur la manière de devenir un parfait super-héros anonyme. Tout sourire, Matteo commença à marcher dans le parc, s’attendant à ce que Jace le suive. Après tout, ils n’allaient pas rester juste plantés debout pendant des heures.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. Being a hero can be hard. Really hard.   Mar 22 Avr - 19:40

Jace médita un instant. « Anonyme ? Nobody ? » Puis il secoua la tête en repoussant ces suggestions d'un geste de la main. « Nan. C'est trop capillotracté. Tu veux que je te dise ? Je pensais que ce qui serait le plus dur dans ma quête pour devenir un super-héros, ce serait juste de devenir suffisamment costaud pour l'être. » Bien sûr, les entraînements quotidiens, le jogging matinal et les leçons d'arts martiaux, rien de tout ça n'était facile. Il avait des courbatures tous les soirs, il s'était déjà blessé et certains jours, il était tellement épuisé qu'il s'endormait à peine la tête sur l'oreiller, parfois sans même avoir pris le temps de se déshabiller. Il n'avait cependant aucun regret, et encore moins l'envie de s'arrêter. Il n'avait pas simplement gagné en muscles, il avait également pris de l'assurance. Toutes ces heures de sport avait un effet plus que bénéfique sur lui. « Au final, ce qui est le plus dur c'est de savoir qui je veux être. Quel super-héros. Un nom, c'est important. » murmura-t-il, le regard dans le vague, en emboîtant le pas à Matteo. Il se repassa mentalement tous les super-héros qu'il admirait. Matteo avait évoqué Kick-Ass, et pour être honnête, c'est précisément ce film qui avait donné envie à Jace de devenir un super-héros (entre autre chose, puisque la raison principale restait ce besoin irrépressible de venir en aide à autrui). Dans le film, le personnage principal se trouvait un nom qu'il inventait, mais, il fallait bien le reconnaître, ce n'était pas ce qu'il y avait de plus original.

« Tu es dans l'équipe de foot, c'est ça ? Ne le prends pas mal, mais la seule chose de bien chez eux, c'est quand ils s’entraînent. Parce que le reste du temps... » Jace eut une moue de dégoût. Si Matteo le lui avait demandé, il aurait pu en dire beaucoup sur ses coéquipiers. « Heureusement que vous n'êtes pas tous faits dans le même moule. » ajouta le jeune homme. Matteo avait l'air d'un gars sympa. Il était souriant, semblait sincère et n'avait pas cette lueur de méchanceté dans le regard, celle qu'il apercevait parfois chez certains élèves, notamment chez ceux qui adoraient s'en prendre aux autres. Il ne comptait plus le nombre de fois où il avait tremblé devant des footballeurs à l'expression cruelle et avide de faire souffrir. Mais il était rassuré de constater que l'équipe de foot comptait des types comme Jamie, par exemple. « Il faut quand même bien reconnaître que vous ne lésinez pas sur les efforts quand il s'agit de s’entraîner. Moi, je cours tous les matins. » poursuivit-il en répondant à la question que Matteo lui avait posé précédemment. « Au début, j'avais énormément de mal, parce que, honnêtement, je préfère rester devant mon ordinateur à manger des chips. Et puis je me suis inscrit en salle de sport, j'ai pris des cours de self-défense et maintenant, je pratique les arts martiaux trois fois par semaine. »
Il y a encore un an, Jace était potelé et le simple fait de grimper les escaliers l'essoufflait. Aujourd'hui il pouvait courir pendant plusieurs heures, il s’entraînait tous les jours, et il s'était endurci. Jamais il ne l'aurait avoué, mais cet « accident », au printemps dernier, lui avait permis de devenir le jeune homme qu'il était aujourd'hui, et d'abandonner son enveloppe d'enfant bedonnant.

Arrivé prés du portail d'entrée du parc, Jace devança Matteo et, par automatisme, ouvrit la grille pour laisser passer le jeune homme. Ce réflexe de gentleman provoquait toujours une certaine hystérie chez les filles, qui rougissaient et battaient des cils en faisant exprès de le frôler, probablement persuadées que Jace agissait ainsi dans l'unique but de les séduire. Mais comme il le prouvait, c'était totalement instinctif, parce qu'il n'avait pas la plus petite intention de séduire Matteo. Ni aucune fille du lycée, d'ailleurs. « Je vais essayer le gel, façon Clark Kent dans la série. Mais pour les lentilles... non, je ne touche pas à mes yeux. » Un air sombre passa brièvement sur les traits de Jace, lorsqu'il se remémora le jour où il avait failli perdre la vue sous les coups d'un sportif. Il s'en était fallu d'un cheveux. Jamais il n'oublierait. Aujourd'hui, ses yeux étaient parfaitement guéris, et il n'avait gardé aucune séquelle de l'accident, qui en plus l'avait poussé à se faire opérer, lui permettant ainsi de se passer de lunettes. « Tu devrais venir à une Comic-Con un de ces jours. Tout le monde est déguisé, c'est génial. Je vais à la prochaine, j'ai même trouvé ma Poison Ivy ! » Jace se tourna vers Matteo, alors qu'ils se tenaient tous deux sur le trottoir. Il considéra le jeune homme d'un œil nouveau. « Et puis, t'es petit. Tu ferais un chouette Robin. » ajouta-t-il en levant un sourcil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. Being a hero can be hard. Really hard.   Ven 2 Mai - 19:14

La quête pour devenir un super-héros avait effectivement dû être ardue. Développer des aptitudes physiques n’était jamais quelque chose de simple, quand on n’avait pas l’habitude de mettre son corps à l’effort. Matteo avait lui-même eu un peu de mal à s’adapter au rythme des entraînements de foot. Bien entendu, il était déjà un peu sportif avant. Si simplement faire des joggings réguliers était considéré comme un acte d’athlète. L’équipe de foot, elle, lui avait permis de faire des entraînements beaucoup plus poussés et variés. L’adaptation n’avait pas été longue, mais les courbatures s’étaient faites ressentir dès le lendemain matin du premier entraînement. S’il imaginait bien Jace lire des comics à longueur de journée, il n’était pas bien sûr que ça ait été sa vraie activité. Il n’avait dans tous les cas, pas l’apparence du geek no-life qui passe son temps à jouer à des jeux vidéo dans sa cave, qui ne voit jamais le soleil et qui est pâle comme un vampire. S’il l’avait eu un jour, tout avait disparu de son visage. « Ça fait longtemps que tu t’entraînes pour devenir un super-héros ? Ou que tu appliques tes compétences à la vie de tous les jours ? » Un tel physique avait dû prendre du temps à se former, c’était chose certaine, et un entretien régulier devait en être la clé. « T’as raison, un nom c’est important. Je voudrais bien t’aider à chercher, mais là, tout de suite j’ai pas d’idée. Alors si tu veux, je te donne mon numéro, comme ça on va pouvoir chercher un nom ensemble, on finira bien par trouver le truc parfait ». Il se saisit du fameux carnet à post-it qu’il trimballait toujours avec lui dans sa sacoche, même pendant son jogging, en faisant attention de ne pas faire tomber Supercat, afin de griffonner son numéro dessus et de le tendre à Jace. « Si jamais tu retrouves encore ce petit fugueur, n’hésite pas à m’envoyer un message non plus, ça évitera à Kayla de piquer sa crise ». Il leva les yeux au ciel à l’évocation de sa cousine qui se faisait toujours un sang d’encre inutilement, quelle drama Queen.

Les remarques de Jace sur l’équipe de foot ramenèrent son attention à ses camarades. Evidemment, il avait raison. Les footballeurs n’étaient pas souvent très tendre. Il se rappela que tous les matins, des gens finissaient dans la poubelle, que des choristes se prenaient fréquemment des slushys, bien que leur directrice de chorale soit une dissuasion suffisante pour s’en abstenir, et ses poings se serrèrent lorsqu’il se rappela que Porter Davis avait osé poser un lapin à Candace juste parce qu’elle faisait partie du club de chasteté, et l’avait ensuite frappée à New York. S’il en avait eu l’occasion, il lui aurait collé son point dans la figure. La rage colora quelques secondes son visage de rouge, avant qu’il ne se reprenne, se rappelant qu’il n’était pas seul. « Rassure-toi, je partage ton sentiment vis-à-vis des autres gars de l’équipe. Tous des crétins irrespectueux. Enfin pas tous, mais presque ». Son ton était plus dur qu’il ne l’avait voulu, mais le ressentiment qu’il éprouvait à l’envers de certains de ses coéquipiers était relativement fort aussi. « Si on ne faisait pas tous ces efforts ensemble, rien ne nous lierait, je pense. L’esprit d’équipe n’est pas franchement au rendez-vous ». La progression sportive de Jace était intéressante à analyser. Il avait effectivement toutes les qualités qu’on attendait d’un super-héros, avec ses cours de self-defense et d’arts martiaux. « On pourrait courir ensemble le matin des fois, si tu veux. Ça doit faire du bien pour se réveiller, non ? » Il était connu que les toxines libérées par le corps pendant une course créaient du bonheur. C’était sans doute bon pour se mettre de bonne humeur.

Visiblement, en parlant du costume, Jace ne voulait pas toucher à ses yeux. « Un peu cliché, le gel comme Clark Kent, non ? » commença-t-il « Enfin, c’est simple et sobre au moins, ça a cet avantage. Tes yeux bleus sont super reconnaissables en fait, mais c’est toi qui vois, au moins les demoiselles que tu sauveras pourront se noyer dedans » déclara-t-il avec un clin d’œil. La proposition de participer à une comic-con habillé en Robin était sympathique. Après tout, il s’était déjà promené en tenue vert et rouge avec un collant pour tourner une vidéo qui avait été vu par presque un million de personnes sur youtube, il n’était plus à ça près. Se promener à une comic-con en cosplay lui permettrait peut-être même de passer inaperçu au milieu d’une foule de fan de super-héros qui auraient eu une chance de le reconnaître s’il n’était pas déguisé. « C’est vrai que les collants me vont à ravir ! » rit-il. « Ca marche, ça me plait bien comme idée ». Il fallait qu’il en parle à son oncle et sa tante, maintenant. « C’est où, et quand ? » s’enquérit-il avec enthousiasme. « Et qui est ta Poison Ivy ? ». S’il se retrouvait à devoir passer une journée entière avec quelqu’un qu’il n’aimait pas, ce n’était pas franchement la peine de compter sur lui. Sinon, Jace pouvait être sûr de compter sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. Being a hero can be hard. Really hard.   Mar 27 Mai - 16:40

En proposant, l'air de rien et sur le ton de la plaisanterie, à Matteo de se joindre à lui pour un spectacle de cosplay, Jace s'était surtout attendu à une réaction de franche moquerie, ou, à la rigueur, de totale incompréhension, ce dont il avait l'habitude dès qu'il parlait de comics et de conventions. Il doutait que tous les élèves de McKinley soient réfractaires aux comics et aux super-héros, en revanche il avait la certitude que l'envie d'être au top dans la hiérarchie du lycée poussait beaucoup de monde à taire ce genre de passions. Apprécier les rondeurs de Scarlett Johansson dans son rôle de Black Widow, aucun problème, mais envier les capacités de Cap'tain America, ou l'armure d'Iron Man, hors de question. En dehors des membres de son club d'informatique, Jace n'avait pas beaucoup d'amis avec lesquels profiter des films Marvel.
Aussi, lorsque Matteo sembla approuver sa suggestion, demandant plus d'informations sur l'événement, Jace cligna des yeux en levant les sourcils, un peu surpris. « Vraiment ? » s'exclama-t-il avec une ébauche de sourire ravi. « C'est en Juillet. Ils doivent ouvrir la billetterie le week-end prochain, les entrées ne sont pas trop chères en plus, vu que c'est une petite convention. Pas comme la Comic-Con de San Diego, par exemple. Et, c'est à Cleveland. » Gagné par l'enthousiasme, Jace en oublia qu'il portait sa tenue de super-héros, qu'il s'était fait reconnaître instantanément et surtout, qu'il était en présence d'un autre garçon. Il saisit Matteo par les épaules. « Ce serait super ! Batman, Robin et Poison Ivy ! On va faire un malheur, ah ah ! » Avec un rire, il lâcha Matteo, et esquissa un geste victorieux, les deux bras levés au ciel. Il pouvait déjà imaginer à quel point leur numéro allait être abouti. Son costume était pratiquement terminé, et celui de Poison Ivy, qui ne demandait que peu de travail, le serait rapidement. Il espérait que Matteo ait quelqu'un, une mère, une grand-mère ou une tante, qui accepte de lui coudre une tenue de Robin. Puis il se promit de feuilleter tous ses comics à la recherche de la meilleure scène à produire lors de la convention.

D'une tape dans le dos, il remercia chaleureusement Matteo d'avoir égayé sa soirée. A présent, peu lui importait d'être à moitié gelé, et d'avoir simplement sauvé un chaton en guise d'acte héroïque. Il ne pensait qu'à la convention, et à la chance qu'il avait d'être tombé sur deux personnes qui étaient prêtes à le suivre dans sa passion pour les comics. En demandant à Kessy d'interpréter Poison Ivy, il était alors pratiquement certain qu'elle accepterait, par amour pour le jeu d'actrice, parce qu'il avait su la flatter, et pour relever un nouveau défi. Mais Matteo n'avait pas spécialement l'air d'être du genre à aller à des conventions juste parce qu'on le lui proposait, en plein milieu d'une conversation. Et pourtant, il n'avait pas hésité. Avec un soupir de béatitude, Jace posa les poings sur les hanches, imitant inconsciemment Superman dans sa pose emblématique. « C'est cool. » ajouta-t-il dans un souffle. « La fille qui jouera Poison Ivy, elle est géniale. Elle tient le rôle principale de la pièce de l'école. L'an dernier, elle a fait un malheur. Même dans le journal du lycée, ils en ont parlés, et en termes élogieux, alors que d'habitude, ils sont assez critiques. Je crois que plus tard, elle veut être actrice. Elle a du talent, et en plus, elle est mignonne. Et quand elle parle, on dirait... bah on dirait une princesse. J'adore l'écouter parler. » confessa-t-il. Il y avait très peu d'élèves étrangers à McKinley, peut-être parce que les européens qui avaient l'occasion d'aller étudier aux États-Unis choisissaient une autre destination que Lima, dans l'Ohio. Kessy n'avait pas vraiment eu le choix, pour autant qu'il le sache, mais elle conservait malgré tout ce petit accent britannique que Jace trouvait à la fois classe, et attachant. Il s'était même essayé à imiter les inflexions de voix des Anglais, sans grand succès. Il était ravi qu'elle ait accepté de jouer Poison Ivy, parce qu'avec sa crinière de cheveux roux, et ses manières, elle serait parfaite pour ce rôle. « Je ne sais pas si tu la connais : Kessy Jefferson. » poursuivit Jace et il leva la main pour la placer à hauteur de son menton. « A peu près cette taille. Rousse. Tu es libre à déjeuner, lundi ? Je mange avec elle, tu n'as qu'à venir avec nous. D'ici là j'aurais trouvé ce qu'on présentera comme scène. On pourra en discuter tous les trois. Ah, c'est trop cool. » répéta-t-il.
En levant le poignet il consulta rapidement sa montre. « Il est tard, et à la base, j'ai fait le mur pour venir ici. » Ses yeux se dirigèrent vers le bout de la rue, en direction de son quartier. Il espérait sincèrement que ses parents n'auraient pas eu l'idée d'aller jeter un coup d'oeil dans sa chambre, sinon, il pouvait dire adieu à son argent de poche, à son costume, et à la convention. « Je vais rentrer. Mais, on se voit lundi, d'accord ? Tu vas voir... ça va être trop cool. » Avec un geste enthousiaste, Jace s'éloigna, et lorsqu'il tourna le dos à Matteo, il remit sa cagoule et contourna les lampadaires, pour se fondre dans l'obscurité et ainsi, surprendre les vilains qu'il était susceptible de croiser en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 04. Being a hero can be hard. Really hard.   

Revenir en haut Aller en bas
 

04. Being a hero can be hard. Really hard.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 3 :: Episode 4
-