Choriste du mois


Partagez | 
 

 04. Ta mission : m'apprendre l'amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MODO ; We are young
So let's set the world on fire
Age : 18 ans
Occupation : Modératrice à mes heures perdues
Humeur : Curieuse
Statut : Aussi célibataire qu'un surimi perdu dans l'océan
Etoiles : 3212

Piece of Me
Chanson préférée du moment :
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
MessageSujet: 04. Ta mission : m'apprendre l'amour   Mar 18 Fév - 19:07

Est-ce qu'elle allait vraiment le faire ? Les doutes faisaient battre le cœur de Sunny plus fort. Elle se sentait fébrile, et ses mains tremblaient presque tant elle était tendue. Cachée dans un coin, invisible aux yeux des autres élèves qui passaient à côté d'elle en bavardant gaiement, elle serra les poings et inspira profondément pour se calmer. Un chantage, ce n'était qu'un chantage. Elle en avait déjà fait des tas, l'an dernier, et des plus horribles que celui-là. Elle avait exigé de ses victimes qu'ils dénoncent, trahissent des amitiés, renoncent à des privilèges ou même à l'amour, et jamais elle n'avait reculé, jamais elle n'avait eu peur, jamais elle n'avait eu de regret. Cette fois, ce ne serait pas si différent. Ce qu'elle exigeait serait juste un peu plus... concret.
Dans sa main, elle tenait un dossier, avec inscrit au stylo bille noir, un nom et un prénom. Ce dossier, elle l'avait patiemment constitué, replongeant avec plaisir dans ses passe-temps favoris, redécouvrant ce qu'elle savait faire le mieux. Sa mère l'avait d'ailleurs bien aidé, sans savoir ce que sa fille ferait de ces informations. Au départ, seule la curiosité avait poussée Sunny à s'intéresser à cet élève en particulier. Elle aurait pu simplement lui poser quelques questions sur sa vie, son passé, et au premier refus, elle se serait résignée, et serait, difficilement, passée à autre chose. Mais dernièrement, Sunny était confrontée avec ses vieux démons, qui revenaient la hanter. Rongée par une intense frustration depuis qu'elle avait décidée de ne plus fouiner dans la vie des gens, elle avait pu se libérer de cette tension qu'elle avait accumulée. Elle n'avait pas réalisé à quel point cela lui manquait, à quel point elle en avait besoin. Et cette peste de Kara Sparks avait été l'élément déclencheur. Pour autant, Sunny n'irait certainement pas la remercier. Surtout pas avec ce qu'elle s'apprêtait à faire, et qu'elle n'aurait pas fait si elle était restée l'adolescente banale et discrète qu'elle s'efforçait d'être depuis la rentrée scolaire. A nouveau elle leva le dossier devant ses yeux.

Il ne servait à rien de rester plantée là à ruminer. Les doutes seraient toujours là dans cinq minutes, dans une heure, et quand elle se serait lancée dans cette drôle d'aventure. Inutile, donc, d'hésiter plus longtemps. Sunny se donna une petite impulsion pour se décoller du mur sur lequel elle s'était appuyée, et remonta le couloir en direction du stade, tout en nouant son écharpe en laine autour de son cou.
Un froid glacial l'accueillit lorsqu'elle déboula sur le bitume de l'allée qui conduisait au stade, et elle enfonça un peu plus profondément son bonnet sur sa tête, son souffle formant de la buée quand elle respirait. Quel temps infernal, elle n'en pouvait plus de tout ce froid. Le sol était gelé, et l'herbe du stade était recouvert d'une mince pellicule de glace qui brillait sous les rayons du soleil hivernal. Il était midi mais il faisait pourtant assez sombre, et quelques flocons tombaient de temps à autre. Sunny leva les yeux vers le ciel gris et cotonneux, sa bouche formant une moue. Vivement que le printemps revienne. Et mieux encore, que l'été s'installe. La chaleur lui manquait. Bien sûr, elle aurait pu donner rendez-vous à celui qu'elle s'apprêtait à voir à l'intérieur, dans un endroit discret comme les loges de l'amphithéâtre. Mais elle tenait à ce que personne n'assiste à cet échange, et les gradins restait le meilleur endroit. Par ce temps, personne ne viendrait traîner dehors. Elle-même aurait préféré être au chaud plutôt que d'affronter les neiges persistantes de l'hiver.

D'un regard elle embrassa l'ensemble du stade, ses mains gantées enfoncées dans ses poches. Quelques minutes, avant que celui qu'elle avait contacté ce matin-même n'arrive. Quelques minutes pendant lesquelles elle ne savait plus si elle prenait la bonne décision, si elle ne commettait pas une énorme erreur. Était-elle vraiment prête à se lancer là dedans ? Et surtout, sa cible accepterait-elle ? Ils seraient deux à tenter l'expérience, et ce n'était pas sans conséquences. Quand bien même les conséquences n'étaient pas graves, elle ne risquait pas de l'oublier, si effectivement les choses se déroulaient comme elle le prévoyait. Pour la énième fois, elle se demanda ce qui avait pu lui traverser l'esprit, quand elle avait imaginé ce plan terrible. Sans chercher la réponse, qu'elle connaissait, elle grimpa sur les gradins, et s'y installa.
Elle eut ainsi la possibilité de voir arriver Michael Axon, à qui elle avait donné rendez-vous. Il était sa cible. Son cœur rata un battement, mais extérieurement, elle était aussi calme que possible, et elle adressa même à son camarade des New Direction un demi-sourire en guise de salut. Puis, sans dire un mot, elle posa le dossier qu'elle avait constitué, et qui contenait le moindre détail de la vie de Michael, sur le banc en fer, afin que le jeune homme puisse le consulter. Alors il saurait de quoi il retournait, et elle pourrait lui proposer son marché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. Ta mission : m'apprendre l'amour   Jeu 27 Fév - 21:59

Le téléphone de Michael vibra dans sa poche de pantalon. Il était en plein cours d’espagnol, qu’il n’écoutait même pas. Sans se faire remarquer par Monsieur Schuester, il sorti son téléphone de sa poche et le posa sur sa table, derrière sa trousse. La discrétion n’était pas son fort, et il n’avait pas l’habitude de recevoir des messages durant les cours, mais il avait besoin de savoir de quoi en retournait celui-ci. Il tapota son code sur l’écran tactile de son téléphone afin de le déverrouiller puis tomba sur un message de Palmer. Qu’avait-elle besoin de lui dire alors qu’elle l’avait croisé dans les couloirs vingt minutes plus tôt à la pause ? Certes, ils vivaient dans l’air de la technologie et de la cyber-communication, mais si elle avait eu quelque chose de si important que ça n’attendait pas la fin d’un cours, à lui dire, elle aurait pu l’interpeler. De toute manière, Michael avait toujours eu du mal à cerner cette petite peste qu’il côtoyait chez les New Directions. Elle avait un certain don pour se mêler de ce qui ne la regardait pas, et elle prenait tout le monde de haut. Michael avait horreur de ce genre de fille, c’est pourquoi il ne lui adressait quasiment jamais la parole. C’était peut-être aussi pour cela qu’elle n’était pas venue le voir directement dans les couloirs. Peut-être l’intimidait-elle… À cette idée, Michael sourit, et il lut le message texte qu’elle lui avait envoyé.


Code:
Retrouve-moi à midi sur les gradins. J'ai quelque chose qui pourrait t'intéresser.


Un nœud se forma soudainement dans l’estomac de Michael. Qu’avait-elle à lui montrer de si important ? Et pourquoi devaient-ils se retrouver jusque dans les gradins ? Par ce temps en plus ! Il faisait un froid glacial depuis trois mois, et encore aujourd’hui, ils avaient de la chance… Il ne pleuvait pas ! Un mystère régnait au-dessus de ce message, qui intriguait profondément Michael, et qui l’inquiétait même. Une petite peste comme Sunny Palmer qui lui donnait rendez-vous dans un lieu tel que les gradins parce qu’elle avait quelque chose qui l’intéresserait ne pouvait évidemment pas signifier quelque chose de bon. Rien de tout ça n’était logique, et il savait pertinemment qu’il allait avoir à négocier pour sa vie ce midi-là.

Le reste de la matinée s’écoula sans encombre, avec pourtant un arrière-goût d’amertume qui déplaisait à Michael. Il attendait avec impatience que la cloche du déjeuner résonne enfin, et lorsque ce fut fait, il ne demanda pas son reste et prit la direction du terrain de foot. Il s’était emmitouflé sans sa veste en cuir beaucoup trop fine pour la saison, et il espérait que cette entrevue ne dure pas trop longtemps, avant d’attraper une pneumonie. En deux minutes il s’y trouvait ; il leva les yeux vers les gradins et aperçu la blondinette. Elle semblait frigorifiée elle aussi, mais il ne se presserait pas pour autant pour lui empêcher d’avoir froid. Elle avait souhaité le rencontrer ici, alors très bien, il ferait en sorte qu’elle soit ennuyée de ce lieu de rencontre, autant que lui l’était.

Michael gravit les marches une à une et s’approcha de la demoiselle. Il ne manifesta même pas l’ombre d’un sourire à son égard. Et dans son j’m-en-foutisme naturel, il ne s’assit pas, mais la toisa simplement, sans dire mot. Il savait qu’elle finirait par lui montrer ce qu’elle avait à lui proposer, sans même qu’il ne lui adresse la parole, alors pourquoi se donner de la peine ?

Sunny posa sans attendre le dossier sur le banc en fer un dossier en papier cartonné marron-beige. Michael se fit la réflexion intérieurement que ce dossier avait la même apparence que ceux du FBI dans les séries et les films qu’il regardait. Sur le dossier était inscrit son nom de famille, et c’est certainement pour cette raison que cette impression lui apparut en premier lieu. Michael hésita. Devait-il vraiment empoigné ce dossier qui portait son nom en lettre scripte ? Ces lettres semblaient agressives, tout comme ce dossier d’ailleurs et il n’aimait pas vraiment ça. Cette petite peste de Palmer avait vraisemblablement investigué sur lui et sur sa vie. Qu’avait-elle pu dénicher sur lui ? Il ne manquait plus qu’elle ait découvert des détails de sa vie passée à Hollywood. Ça pourrait clairement le mener à sa perte, et il n’était absolument pas prêt pour un tel évènement dans sa vie actuellement. Ni jamais d’ailleurs.

Après une dizaine de seconde à contempler les quatre lettres au marker sur le dossier, Michael finit par attraper la pochette et l’ouvrit. Un poids s’abattit sur ses épaules et le fit s’asseoir en une demi-seconde. La première chose qu’il vit était une photo. Une photo de lui deux ans auparavant, avec trois filles. Ils étaient en discothèque, et il avait sur son visage cet air inconsistant qu’il avait eu l’habitude d’avoir il y avait quelques temps déjà. Comment s’était-elle procuré cette photo ? Michael leva les yeux et posa son regard sur Sunny, désabusé de revoir ce cliché de lui-même. Une demi-seconde plus tard il replongea dans le dossier mais cette fois-ci, il tourna les documents. Des communiqués de presse, des dépositions de police, des procès-verbaux pour conduite en état d’ivresse, de nombreuses photos en boîte de nuit principalement, montrant un Michael en très piteux état. Il feuilletait un à un les documents qui s’offraient à lui, dans l’incompréhension totale. Pourquoi lui faisait-elle ça ? S’amusait-elle véritablement à fouiller la vie passée d’autrui pour détruire les gens qu’elle côtoyait ? Michael voyait déjà sa vie d’écrouler. Elle divulguerait toutes ces pièces à conviction à son sujet, et il gagnerait une réputation carabinée jusqu’à la fin de ses jours. Et en plus de cela, elle avait le culot de les lui montrer avant, histoire qu’il sache pertinemment qui avait eu pour dessein de lui pourrir le semblant d’espoir de reconstruire une vie stable et équilibrée, et avait mis son plan à exécution, évidemment !

À moins qu’elle veuille le faire chanter… Cette idée germa dans l’esprit de Michael, et il releva la tête vers Palmer afin de cerner en elle cette petite étincelle de mesquinerie qu’elle pourrait avoir dans les yeux et qui lui chuchoterait dans le creux de l’oreille, si oui ou non elle avait la carrure pour jouer les maîtres chanteurs…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MODO ; We are young
So let's set the world on fire
Age : 18 ans
Occupation : Modératrice à mes heures perdues
Humeur : Curieuse
Statut : Aussi célibataire qu'un surimi perdu dans l'océan
Etoiles : 3212

Piece of Me
Chanson préférée du moment :
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
MessageSujet: Re: 04. Ta mission : m'apprendre l'amour   Jeu 6 Mar - 22:45

Il était trop tard pour reculer. Enfin, ce n'était pas tout à fait exact. Elle pourrait lui mentir, prétendre qu'elle l'avait fait venir pour discuter de la chorale, des répétitions, lui proposer un duo même. Il n'en croirait pas un mot, parce qu'elle n'aurait pas eu besoin de lui faire braver le froid pour un simple détail de ce genre, mais alors elle oublierait cette dangereuse mission. Mais quand elle le vit s'installer près d'elle, Sunny n'hésita pas une seconde et lui tendit le dossier qu'elle avait constitué. Il n'y eut pas un mot échangé, Michael sut aussitôt à quoi il était confronté. Bien sûr, on avait dû lui parler de Sunny Palmer et de ses étranges manies, et même si Sunny s'était faite discrète ces derniers mois, une réputation si durement bâtie ne disparaît pas aussi simplement. Le silence était seulement troublée par un léger souffle de vent, qui faisait voleter les quelques rares flocons qui tombaient du ciel cotonneux. Après avoir consulté les différents documents, Michael leva les yeux vers elle, et attendit que les terribles mots franchissent ses lèvres.
Sunny garda les yeux fixés sur le terrain de football, l'air songeur. « A la base, je n'avais pas prévu d'en arriver là. » commença-t-elle sans regarder Michael. « Je voulais que cette année se déroule calmement. Je voulais terminer le lycée en agissant comme une fille normale. » Elle insista sur le dernier mot. « Et puis je me suis rendue à l'évidence : je ne suis pas normale. » Sunny haussa les épaules, et baissa le regard tout en secouant la tête, désabusée par tout ce qu'elle s'était pris dans la figure ces derniers jours. Kara avait pointé du doigt un fait particulièrement désagréable, mais criant de vérité. Elle se mentait à elle-même, en se comportant comme une adolescente banale, alors qu'elle crevait littéralement d'envie d'écrire sur ce qu'elle voyait, et de jouer les délatrices. Et cette absence de normalité avait soulevé un autre fait, un peu plus dérangeant celui-ci. A quoi bon jouer la fille normale, si elle ne savait même pas à quoi devait ressembler la vie d'une fille normale. Son moral en avait pris un coup, et Sunny en était arrivée à prendre une décision... particulière. « Il y a une semaine, j'ai eu dix-huit ans. Il y a un mois, je suis allée à une fête, toute seule. Il y a trois mois, j'ai déclaré mon amour à un garçon qui me ment allègrement, et qui en aime une autre. Et pourtant, je ne suis pas... » Incapable de terminer sa phrase, Sunny enfonça le nez dans son écharpe, et laissa un autre silence s'installer, avant de se tourner vers Michael. Il n'y avait plus de lassitude sur son visage, juste une intense détermination, teintée par une lueur d'angoisse et de tristesse dans les yeux.

« Je suis désolée que ça tombe sur toi. » attaqua-t-elle. « Mais de tous ceux qui étaient susceptibles de correspondre au profil que je recherchais, tu étais le plus mignon. » avoua Sunny en toute franchise. Inutile de tourner autour du pot et de faire des ronds de jambes, pas avec ce que Sunny s'apprêtait à demander. A exiger. « Tout ce que j'ai trouvé sur toi, personnellement, je m'en fiche. C'est ma dernière année à McKinley, alors j'en ai vu d'autres. Mais si tu... » Les mots se coincèrent dans sa gorge et elle manqua de s'étrangler, avant de poursuivre : « Si tu refuses ce que je te demande de faire, je balance tout. »

Michael allait la maudire, la haïr. Il aurait bien raison. Ce n'était pas bien, ce qu'elle s'apprêtait à faire. Un florilège de sentiments la traversait. Elle avait honte, bien sûr. Non pas parce qu'elle s'apprêtait à faire du chantage, non, elle n'en était pas à son coup d'essai. Mais parce qu'elle en était réduite à faire ce genre de choses, pour se sentir normale, tout en sachant qu'elle ne le serait jamais complètement. Elle était en colère, également. Contre elle-même, contre les garçons en général. Elle avait peur. Elle se lançait dans une aventure qui ne serait pas sans conséquence, elle en était consciente, et savait que ça la marquerait. Que ça les marquerait, tous les deux. Et à nouveau, revenait la honte, d'infliger ça à quelqu'un qui n'avait rien demandé.
Et s'il refusait ? Si Michael l'envoyait balader, s'il se fichait que toute sa vie soit dévoilée, que ferait-elle ? Elle n'irait pas le supplier, aussi désespérée soit-elle. Elle avait le sentiment qu'il ne pourrait pas refuser, parce que depuis qu'il était arrivée à McKinley, pas une seule fois il n'avait fait allusion à son passé. Sunny se disait qu'il restait discret sur ce point parce qu'il voulait que cela reste secret, et elle comptait bien jouer là dessus pour obtenir ce qu'elle voulait. Mais si en vérité, il faisait le choix que toute sa vie soit mise à nu, Suny perdrait son seul et unique moyen de pression. Elle n'aurait plus qu'à... et bien, qu'à attendre qu'une autre occasion se présente. A ses yeux, Michael était le candidat idéal, le seul qui remplissait toutes les conditions. Il était mignon, pas bête, et avait un gros secret. « Je veux que tu fasses quelque chose pour moi. » chuchota-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. Ta mission : m'apprendre l'amour   Dim 20 Avr - 16:52

Michael n’avait pas articulé un mot depuis qu’il avait pointé le bout de son nez sur ce terrain de football gelé et sur ses tribunes délabrées. À vrai dire, la surprise l’avait pris de court. D’une part, il n’appréciait pas vraiment Sunny Palmer ; elle était hypocrite, fouineuse et particulièrement obstinée, et il savait que le moins il en dirait en sa présence, le moins pourrait être retenu contre lui. En bref, elle représentait tout ce qui avait le don d’insupporter Michael au plus haut point. D’autre part, depuis qu’il détenait ce dossier dans les mains, il se sentait en extrême insécurité face au visage pourtant si innocent de la jeune fille. Ce dossier était sa Kryptonite, et il ignorait véritablement depuis combien de temps elle planchait sur son passé pour avoir dégoté autant d’informations à son sujet. Il y avait face à lui trop de facteurs qui lui semblaient être beaucoup trop difficiles à accepter, et qui l’enfermait donc dans un mutisme certain.

Ce fut donc la blonde qui brisa le silence de plomb qui faisait régner une atmosphère palpable au-dessus d’eux. Elle semblait vouloir se trouver des excuses en racontant comment elle en était arrivée à rassembler tous ces documents. Elle osait même dire qu’elle n’avait pas voulu en arriver là. Comment si on l’avait poussé à agiter toutes ces pièces à convictions devant son nez. Michael aurait presque pu s’énerver face à  l’incohérence de la demoiselle, mais il était trop concentré à feuilleter encore et encore les pages et les photos, et surtout trop abasourdi que tout ceci ressorte après tant de temps, sans même que la presse à scandale ne s’en soit mêlée. Elle avoua finalement qu’elle n’était pas normale, et Michael laissa échapper un petit rire de dédain. Il était temps qu’elle s’en rende compte. La garce ! Finalement, d’une manière toujours plus obscure, elle en vint enfin à parler de lui, en s’excusant que cela soit tombé sur lui. Elle ne croyait pas un seul instant à ce qu’elle disait, mais soit. De toute manière, elle n’avait pas encore proférer ni menace, ni chantage, alors il ne pouvait pas réellement lui en vouloir. Du moins, dans la mesure du possible ; elle avait tout de même fouillé dans les antres de son passé, et n’avait pas tout laissé à sa place. Le passé d’une personne devrait être une propriété privée, ou un musée. On ne touche pas aux œuvres et tout ce qui s’y trouve doit rester scrupuleusement à sa place.

Michael pensait vraiment qu’en revenant vivre à Lima, en disant adieu à sa vie hollywoodienne, en suivant une cure de désintoxication, il pourrait recommencer sa vie à zéro, et repartir d’un bon pied. Le plan de son père était pourtant si valable… Même si au moment où il est venu le chercher et l’a ramené dans ce trou perdu par la peau des fesses, Michael était furieux, voire frénétique ; aujourd’hui il savait admettre que son père avait fait les bons choix et même s’il ne lui avouait pas : il lui en était reconnaissant. Il aurait bien fini par y laisser sa peau, le pauvre… Vince Axon avait pourtant fait tout ce qui avait été en son pouvoir pour noyer les affaires de drogues de son fils, grâce à ses multiples contacts journalistiques. Mais visiblement, la fouine de Sunny Palmer avait réussi à passer outre ces barrières et s’était frayé un chemin, telle une souris. Ou un rat plutôt ! Il n’y avait qu’un rat pour être si mesquin et pour transmettre autant la peste !

Michael commençait à bouillir intérieurement. Allait-elle enfin accoucher de ce qu’elle attendait de lui ? Ça n’était pas ses pseudo-flatteries qui allaient le faire accepter sa proposition. Bien loin de là. Qu’elle pose enfin sur la table sa proposition, et elle verrait bien si oui ou non Michael accepterait… Mais enfin, elle ne devait pas avoir grand doute quant à la réponse du garçon. S’il y avait bien une chose sur laquelle on pouvait le faire chanter autant que l’on voulait, c’était bien son passé ! En choisissant Michael plutôt qu’un autre, Sunny n’avait pas dû regarder beaucoup la beauté de ses prétendants… L’importance des secrets avaient dû être tout de même décisifs… Quelle idée de faire autant de conneries ? On finit toujours par en payer le prix… Michael avait pensé pourtant s’en être débarrassé pour de bon, à la fin de sa cure.
    « Tu vas me dire ce que t’attends de moi, ou bien ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MODO ; We are young
So let's set the world on fire
Age : 18 ans
Occupation : Modératrice à mes heures perdues
Humeur : Curieuse
Statut : Aussi célibataire qu'un surimi perdu dans l'océan
Etoiles : 3212

Piece of Me
Chanson préférée du moment :
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
MessageSujet: Re: 04. Ta mission : m'apprendre l'amour   Dim 27 Avr - 21:48

Michael allait la détester. Du moins, s'il acceptait ce marché. Il pouvait très bien refuser, et vivre avec son secret dévoilé au grand jour. Quelle importance, en vérité ? Peut-être s'en moquait-il. Mais Sunny en doutait, sérieusement. On ne garde pas à ce point le silence sur sa vie, quand on est prêt à vivre au grand jour avec. Il accepterait, Sunny était prête à le parier. Et alors, il la détesterait.
Ou peut-être pas, après tout, elle ne pouvait jurer de rien là dessus. Elle ne pouvait prétendre savoir ce que penserait Michael de sa proposition. Pour autant qu'elle le sache, peut-être même y trouverait-il son compte. La nervosité revint, telle une vague féroce, et avec elle, l'hésitation. Il était encore temps pour elle de simplement récupérer ce dossier, et laisser Michael sur ce blanc glacé, d'oublier cette idée folle et de passer à autre chose. Elle finirait bien par trouver quelqu'un... non ? Cette question sans réponses fit disparaître ses inquiétudes, et elle se tourna pour bien faire face à Michael.

« Je suis vierge. » déclara-t-elle abruptement. Inutile de tourner autour du pot, pas avec tout ce qui risquait de se passer entre eux à l'avenir. « Et pas que sexuellement. Sur tous les plans. Je ne suis jamais sortie avec un garçon. Je n'en ai jamais embrassé aucun, et d'ailleurs, aucun garçon ne m'a jamais, jamais, demandé de sortir avec lui. » résuma-t-elle. Sunny ne se sentait pas honteuse de cet état de fait. Aucun garçon ne s'était jamais intéressé à elle, et alors ? Vu ce qu'elle avait sous les yeux presque en permanence, elle pouvait s'estimer heureuse qu'aucun de ces porcs n'ait succombé à son charme. « Jusqu'à récemment, je m'en fichais royalement. Je n'ai jamais eu l'impression que j'avais besoin des autres, pour exister. » Mais il y a quelques mois, elle avait fini par réaliser qu'elle avait, en fin de compte, besoin d'être entourée. Elle était intelligente, futée, bonne comédienne -un talent bien utile- et plutôt jolie. Elle se savait suffisamment motivée pour s'en sortir, faire de bonnes études et plus tard, avoir un bon métier. Alors Sunny avait, pendant longtemps, dédaigné les personnes de son âge, sauf de rares cas. Harper et Jamie, à eux seuls, avaient été l’élément déclencheur de cette prise de conscience. Pour la première fois, Sunny avait voulu être aimée. Mais pour Harper, ainsi que pour Jamie, les choses ne s'étaient pas passées comme prévu. Harper ne l'appréciait pas tellement. Jamie ne l'aimait pas de la même façon qu'elle. Sunny avait compris qu'en rejetant les liens qu'une adolescente normale tisse, elle s'était coupée de toutes les expériences qui auraient pu la façonner en tant qu'adulte. Elle n'était qu'une gamine.
Michael pourrait peut-être l'aider à grandir. « Je pourrais me contenter d'attendre le premier venu pour me débarrasser de tout ça. » poursuivit-elle, indifférence à l'appellation concernant sa virginité, comme si sa première expérience sexuelle n'était qu'une étape parmi d'autres. « Mais, dans l'idéal, je préférerais que ça se passe avec quelqu'un que je connais. Parce que je te connais, Michael. Tu en as la preuve. » Sunny désigna le dossier que le jeune homme tenait entre ses mains. « J'ai pris le temps de m'assurer que tu ne pourrais pas refuser. J'ai également pris le temps de vérifier que tu n'étais ni malade, ni dépendant à quoi que ce soit, et encore moins susceptible de me séquestrer pour me découper en morceau. On ne sait jamais. » Sunny ne prenait pas en compte l’élément capital d'une première expérience : qu'elle ait lieu avec quelqu'un qu'on aime. Tout ce qu'elle voulait, c'était franchir ce cap totalement inconnu, et pouvoir passer à autre chose. De la même façon qu'on doit retirer un sparadrap, elle avait l'impression qu'il lui fallait se débarrasser de sa virginité.

« C'est simple. Tu seras celui qui m'apprendra. Dans quelques mois j'entrerais à l'université. A ce moment là, tu seras libéré de ton engagement. D'ici là, tu seras celui qui me feras ressentir tout ce qu'on ressent, quand on est avec un garçon. Physiquement. Parce que je ne pense pas qu'on tombera amoureux l'un de l'autre, pas vrai ? » Un sourire tordu étira ses lèvres, mais elle restait décidée. « Je veux juste franchir toutes ces foutues étapes, jusqu'à la dernière : le sexe. Après, on partira chacun de notre côté, je détruirais tout ce que j'ai sur toi. Tu as ma parole. » promit-elle. Michael était libre de la croire, ou non, mais Sunny pensait ce qu'elle disait. « Le choix t'appartient. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 04. Ta mission : m'apprendre l'amour   

Revenir en haut Aller en bas
 

04. Ta mission : m'apprendre l'amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 3 :: Episode 4
-