Choriste du mois


Partagez | 
 

 04. Unspeakable desire remains unspoken.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
« You just see the surface »
Age : 25 ans
Occupation : Jeune entrepreneur , Membre des Awesome Voices
Humeur : Vivante
Statut : En couple avec Ryder Crawford
Etoiles : 3260

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Try - P!nk
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
« You just see the surface »
MessageSujet: 04. Unspeakable desire remains unspoken.   Jeu 20 Fév - 12:49

Lumières tamisées contre projecteurs éblouissants, ambiance douceâtre contre musique étourdissante, tout semblait paradoxal alors que le chic du cabaret était bel et bien présent. Ce lieu auquel Ruby avait toujours attribué une réputation assez ringarde, rendez-vous des seniors dont les goûts en matière de spectacle dépassaient largement la vision de la brunette qui vivait sûrement trop dans son temps. Pourtant, impossible de nier l’excitation qui l’avait animée lorsqu’elle avait perçu au loin les notes assourdies des chansons jouées par l’orchestre dans la salle principale. Frétillant d’une joie apparente à celle des petites filles devant une nouvelle maison de poupée, elle gratifia l’homme à l’origine de ce projet insensé d’un regard scintillant. Cet individu aux idées folles qui allait, d’une certaine manière, lui permettre de passer sa toute première soirée de Saint Valentin.

Lorsque Ryder évoqua cette éventualité trois jours plus tôt, à la sortie d’une des répétitions des Awesome Voices, Ruby avait d’abord cru à une plaisanterie. Après tout, la situation était assez cocasse. Tous les deux n’avaient absolument rien à faire ensemble. Lui était sorti avec l’ancienne colocataire de la brunette tandis qu’elle avait un faible pour une autre personne. Bien sûr, Ryder disposait d’atouts physiques qui n’avaient pas échappé à la jeune femme, et la gentillesse dont il faisait preuve avec elle la touchait plus qu’elle ne le laissait paraître. Cependant, entretenir une relation plus qu’amicale avec lui ne lui avait jamais effleuré l’esprit une seule fois. C’est pourquoi en réaction à son plan, elle n’avait pu retenir un petit rictus sans moquerie, présageant au contraire une réponse positive. Pourquoi pas, s’était-elle dit. Elle ne pouvait de toute manière s’en prendre qu’à elle-même si le jeune homme avait interprété ses paroles de la sorte. C’était parce qu’elle avait inconsciemment envoyé des signaux de détresse à l’évocation de ce fameux quatorze février qu’il lui avait si agréablement suggéré de passer ensemble, entre bons célibataires décidés à le rester, cette soirée qui aurait été d’un ennui mortel s’ils avaient décidé de rester chacun de leur côté. Un moyen de contrer l’injustice de cette fête réservée uniquement aux tourtereaux dégoulinants d’amour.

Ainsi, ils comptaient se présenter tous les deux à l’un des évènements organisés à Lima afin de profiter également des réjouissances qui ne leur étaient normalement pas dédiées. Le choix du jeune homme s’était porté sur le cabaret, provoquant une fois de plus le rire de Ruby qui se trouva surprise par les goûts raffinés de son ami. Il allait de soi que la brunette n’aurait pas accepté cette proposition si elle était venue d’une personne moins proche que Ryder. En effet, ce dernier mois avait contribué à les rapprocher, ne serait-ce que grâce à l’aide qu’il lui avait apporté lors de la construction du char de Noël. Réapprenant à se connaître puisqu’ils n’avaient pas su tirer profit des occasions qui s’étaient jadis présentées à eux, ils rattrapèrent le temps perdu en se voyant en dehors des répétitions, au bar, au cinéma. Ruby lui avait finalement découvert une personnalité attachante, de par les points communs qu’ils partageaient et même de leurs différences leur permettant d’ouvrir leur esprit à d’autres coutumes. Elle regrettait de ne pas l’avoir compté parmi ses amis dès le jour où Savannah l’avait ramené à l’appartement. Sa timidité encore fortement prononcée à l’époque lui avait empêché de se tourner vers le jeune homme. Mais aujourd’hui, elle n’imaginait plus qu’il disparaisse de sa vie. En quelques mois, elle avait l’impression d’avoir renoué avec un vieil ami d’enfance perdu de vue depuis trop longtemps, un peu comme lorsque Thomas était réapparu quatre ans plus tôt. L’affection qu’elle nourrissait à son égard était devenue telle qu’elle en avait même parlé à son mystérieux correspondant, l’étrange Kid A, à qui elle n’avait toujours pas cessé d’écrire malgré une grosse hésitation après le lapin qu’il lui avait posé à la soirée d’Halloween. Et dire qu’ils n’avaient jamais planifié une nouvelle rencontre depuis. Suite à ce rendez-vous manqué, la jeune femme avait interrompu leur correspondance pendant quelques semaines, temps nécessaire pour qu’elle se remette tout à fait de la honte, l’humiliation et de l’horrible cuite qui s’en était suivie. Mauvais souvenir progressivement estompé par l’insistance de l’individu caché derrière son écran qui, lui, avait persisté à lui envoyer des mails où il se confondait en excuses. Si elle s’en voulait encore d’avoir cédé, elle trouvait néanmoins du réconfort à se confier à une personne qui ne pouvait pas la juger et dont elle était désormais persuadée de la bonne foi.

Vêtue d’une longue robe mauve satinée sur laquelle se reflétaient avec chaleur les rayons de lumière, les cheveux ramenés sur un côté en de longues boucles parfaitement formées, le regard dessiné et mis en valeur par un maquillage raffiné, Ruby se sentait belle. Bien que la flamme brûlant chez les autres femmes agrippées au bras de leur compagnon manquât pour parfaire son charme, elle ne les enviait pas. Elle était libre, libre d’agir à sa guise, libre de n’être séduisante que pour elle-même. Libre d’observer leurs valses et de rêver à la sienne. C’était curieux, grisant. Dans ce genre de soirée où le reste du monde était ignoré par deux êtres épris l’un de l’autre, Ruby, elle, disposait d’un statut privilégié, ayant la possibilité de se rendre compte de l’ampleur de l’évènement. Une foule dense se disputait le passage entre les battants de la porte donnant sur la pièce principale. Tant d’empressement dépassait la jeune femme qui considérait qu’avoir à ses côtés l’élu de son cœur devait suffire à comprendre sa chance. Étrangement, son cœur se mit à battre plus fort. En se retournant vers Ryder, elle réalisa enfin à quel point lui aussi était beau et plaisant. Son style était bien éloigné de celui qu’il avait arboré à la soirée disco, réplique fidèle de John Travolta qu’elle n’avait pas manqué de remarquer du haut de l’estrade sur laquelle elle s’était produite il y a quelques mois. Soigné, élégant, la brunette fut rassurée que toutes les femmes de l’assemblée soient venues accompagnées. Elle aurait sans aucun doute perdu le jeune homme s’ils s’étaient rendus à une soirée spéciale célibataire. C’est alors qu’elle comprit également sa chance de pouvoir garder son ami rien que pour elle.

Avançant de quelques pas pour se retrouver face à lui, elle attrapa le col de sa chemise afin de le replacer correctement. « J’espère que tu sais ce que tu fais, mon cher Ryder. » articula-t-elle en prenant un ton maniéré. Puis elle lissa sans réfléchir le devant de son costume avant de replonger son regard dans le sien. « Et que tu te rends compte qu’on va nous penser en couple, accessoirement. » reprit-elle plus sérieusement en songeant soudain à ce détail qui lui avait échappé. C’était tellement absurde qu’elle ne put s’empêcher de rajouter : « Quoique tout le monde s’en fout. Même nous n’est-ce pas? » Épargnée par la peur d’être mal interprétée, elle s’autorisa une familiarité supplémentaire en lui adressant un clin d’œil malicieux. Pour la première fois depuis longtemps, et ce même dans ces circonstances, la vie sentimentale désastreuse de la brunette ne venait pas se rappeler à elle. Consciente qu’il s’agissait d’une occasion de répit méritée, elle saisit avec entrain le poignet du jeune homme, le visage soudain illuminé par l’enthousiasme. Elle pivota en tirant son ami avec vigueur vers la grande salle d’où provenait la musique, courant à moitié sur ses hauts talons en émettant un rire carillonnant. À l’intérieur, une piste de danse avait été aménagée tandis que la scène accueillait l’orchestre ainsi qu’une chanteuse au coffre impressionnant. Sans lâcher son ami, Ruby scruta les environs. Droite, gauche. Là-bas. Un barman en costume distribuait des coupes de champagne. La jeune femme haussa la voix pour se faire entendre. « Suis-moi! » Mais sans même lui laisser le choix, elle se dirigea à grands pas vers le comptoir en prenant garde à ne bousculer personne. Ralentissant en arrivant à destination pour que son comportement ne jure pas avec son apparente élégance, la brunette libéra enfin le jeune homme pour s’emparer doucement de deux verres de cristal rempli du breuvage pétillant, hésitante d’abord. Mais au vu du sourire bienveillant du serveur – qu’elle lui rendit aussitôt -, elle comprit ce qu’elle n’avait d’abord pas osé formuler à voix haute. « C’est génial! Ça doit être inclus dans le billet d’entrée. » Elle tendit la coupe à Ryder et attendit qu’il ait son verre en main pour trinquer. « À notre tentative de rébellion et à notre célibat. » lança-t-elle un peu trop fort. Le garçon de l’autre côté du bar jeta des coups d’œil insistants à la jeune femme qui se mit à rougir. Tentant d’y faire abstraction, elle émit un petit Oups embarrassé et, comme une tortue apeurée, elle fourra sa tête dans ses épaules en souriant timidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 04. Unspeakable desire remains unspoken.   Sam 1 Mar - 17:19

Ryder ne savait pas vraiment ce qu’il ressentait. C’était un mélange d’excitation, de bonheur, de papillons et de nervosité. Il n’arrivait toujours pas à croire que Ruby avait accepté son invitation pour une soirée improvisée de St-Valentin. La St-Valentin. La fête des amoureux. Lorsqu’il avait demandé à Ruby quels étaient ses plans pour la St-Valentin, elle lui avait rétorqué mollement que ce serait une autre soirée ennuyeuse à se lamenter sur son sort qui se dessinait pour elle. Sans réfléchir, il lui avait proposé de passer la soirée ensemble à l’une des fête organisée aux endroits chauds de la ville.  C’est à la blague qu’il avait mentionné qu’ils pourraient se moquer des couples amoureux et se rebeller contre cette fête trop commerciale. Quelle n’avait pas été sa surprise lorsque la jolie brunette avait accepté son invitation. Il s’était attendu à un refus poli étant donné que la belle avait encore des sentiments pour leur collègue roux, mais il était agréablement surpris et cela laissait présager que Ruby tentait peut-être de passer à autre chose. Ces dernières semaines, les deux choristes avaient passé beaucoup de temps ensembles. Bien sûr, les sentiments de Ryder n’y étaient pas étrangers. Lors de la confection du char de Noël, le garçon y avait vu une belle opportunité pour mieux connaître la jeune fille et avait fait exprès de n’être jamais bien loin d’elle et de s’impliquer beaucoup pour lui démontrer sa motivation. Étant donné leur mini historique et leur lien avec Savannah, ils avaient d’abord été timides de devoir travailler ensembles, mais rapidement ils étaient passés par-dessus cette gêne et s’étaient découvert de belles affinités. Ryder n’en était pas très surpris. La Ruby virtuelle était la même que la réelle. Elle était vraie et naturelle. Lorsqu’il regardait la situation de loin, il se disait que la brunette était bien plus son genre que la blonde et il se demandait comment il avait pu être aussi amoureux de Savannah alors qu’ils n’avaient absolument rien en commun et surtout comment il avait pu ne pas remarquer Ruby auparavant. Par la suite, ils avaient vécu la déception de l’annulation du concours de char ensembles en allant prendre une bière. Puis, après les répétitions, ils allaient souvent prendre un café, et vint les sorties au cinéma et au restaurant. Petit à petit, il avait laissé sa trace dans l’esprit de la jeune fille et une belle amitié s’était développée. À vrai dire, ce dernier mois, Ruby était la personne qu’il avait le plus vue et c’était loin de lui déplaire.

Ryder savait que dans l’esprit de la brunette, ce n’était rien de plus qu’une soirée entre amis, mais dans celle du jeune homme, c’était bien plus. Pour lui, il s’agissait d’un vrai rencard. C’était sa chance de lui montrer qu’il était un bon gars avec qui il était possible d’envisager quelque chose de sérieux. Il pensait que c’était la soirée et le moment idéal. Il voulait qu’elle passe une soirée parfaite. Qu’elle s’amuse, qu’elle rigole et qu’elle lâche son fou.  Il souhaitait lui faire oublier Wyatt parce que même si ça ne lui plaisait pas, le rouquin était toujours amoureux de sa meilleure amie et c’était réciproque. Depuis la fête d’halloween, les choses s’étaient réglées avec Charlie. Ils avaient décidé d’un commun accord, de ne plus parler de cette terrible dispute. Son amie s’était excusée et avait promis de ne plus émettre de commentaires négatifs sur Ruby et Ryder n’en parlait pas. Il avait décidé que tant qu’il n’y aurait rien d’officiel et il ne ferait pas exprès pour mentionner ce sujet sensible dans leurs conversations et leur belle amitié avait pu continuer de suivre son cours. Cette soirée comptait donc beaucoup pour le musicien. C’est pourquoi la nervosité était intense. Ryder ne souhaitait surtout pas dire quelque chose que Laalaa aurait pu dire à Kid A et non à lui. Il ne souhaitait surtout pas que Ruby apprenne qu’il était l’inconnu avec qui elle discutait depuis maintenant plus de quatre mois. D’ailleurs, il s’était presque étouffé avec son café lorsque la choriste lui avait parlé de son correspondant et Ryder avait tenté de garder un visage impassible. Elle lui avait raconté qu’elle aimait discuter avec lui, malgré le fait qu’il lui avait posé un lapin à l’un de leur rendez-vous. Inutile de dire que Ryder s’était senti mal à ce moment-là et avait même traité cet « inconnu » d’idiot. Ryd n’avait pas eu le choix d’inventer cet empêchement qui avait empêché Kid A de se rendre à la fête après avoir découvert l’identité de sa correspondante mystérieuse tout simplement parce qu’il n’avait pas su quoi faire et à cause de sa dispute avec Ruby. Après quelques réflexions, il avait décidé de continuer l’aventure virtuelle. Ça n’avait pas été facile de faire en sortie que Ruby lui fasse à nouveau confiance, mais elle avait bien voulu lui donner une seconde chance. Par la suite, il n’avait pas eu le courage de lui redonner un autre rendez-vous de peur de ne pas être capable de s’y rendre et de lui poser un vrai lapin cette fois.  Il lui avait posé des questions par rapport à cette relation virtuelle, question de savoir à quoi s’en tenir et c’est avec joie qu’elle lui avait affirmé qu’elle l’appréciait bien, qu’il était drôle et compréhensif. Cela démontrait une certaine confiance de la jeune fille de lui avouer qu’elle possédait un ami « virtuel ».  Plusieurs fois lors de leurs sorties, le gérant avait voulu lâcher le morceau, mais il en avait été incapable. Il ne savait tout simplement comment lui avoué. Ils avaient une belle complicité et il ne voulait pas gâcher cela, mais il savait que plus il attendrait, plus Ruby serait en colère et tous ses efforts pour se rapprocher d’elle seraient réduits à néant. Une chose était sûr, ce n’était pas ce soir que la révélation se ferait. Il s’était promis de tout faire pour qu’elle passe une soirée magique.

Vêtu d’un pantalon noir, d’une chemise noire rentrée dans ces derniers, d’une cravate rouge bordeaux et d’un veston, il était passé chercher sa cavalière. Il avait été émerveillé par sa beauté lorsqu’elle était sortie de chez elle. Elle avait tout simplement l’air d’une déesse lorsqu’elle avait descendu les escaliers avec sa longue robe de couleur mauve, ses cheveux coiffés sur le côté et son maquillage qui faisait ressortir ses yeux bruns étincelants. Il avait ressentit une légère fierté d’avoir une si belle et sexy jeune fille à son bras. L’entrée était bondée comme à son habitude, mais la clientèle était plus jeune et ne contenait pas les plus vieux habituels à la recherche de souvenirs. Tout le monde était sur son trente-et-un et Ryd était content de son choix d’endroit. Ils allaient s’amuser c’était certain!

Le garçon reçu une décharge électrique et se figea lorsque Ruby le toucha afin de remettre le col de sa chemise droite et s’assura que son costume était lisse. Avant même qu’elle n’émette le commentaire qu’ils passeraient pour un couple, Ryder avait eu la même pensée ce qui l’avait fait sourire et il était sûr qu’ils avaient l’air d’un très joli couple bien assorti. "Bien sûr qu’on s’en fiche! On est là pour s’amuser sans s’en faire de notre célibat!" Il n’y croyait pas. Il était très loin de s’en foutre. Il rougit au clin d’œil malicieux. Ruby était splendide et heureuse et il allait tout faire pour qu’elle reste dans cet état d’esprit toute la soirée. Il se laissa guider par les mains douces et froides de sa cavalière et tous les deux pénétrèrent dans la pièce principale décorée de rouge, de rose et de paillettes dorées pour l’occasion.  Les organisateurs avaient mis le paquet. Tout était pensé pour que les amoureux se sentent à l’aise et seuls au monde. Des couples de canapés ainsi que des tables étaient installés autour de la grande piste de danse. Un orchestre et une chanteuse de style jazz prenaient place sur la scène et comme d’habitude, le bar était au centre et c’est justement à cet endroit que sa cavalière le traina. Elle s’empara de deux coupes et lui en tendit un. Ils trinquèrent à leur rébellion et Ryder ne pouvait s’empêcher de sourire. La bonne humeur de la brunette était contagieuse et ses petites maladresses étaient tellement mignonnes. "À cette soirée de rébellion et à nous quand même!" Il leva son verre qui émit un ding lorsqu’il toucha l’autre coupe. Le garçon prit une gorgée et laissa les bulles descendre dans sa gorge. Il s’accota au comptoir et observa la salle et ses convives. Alors? Combien de couples on brise ce soir. Quatre? Cinq?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
« You just see the surface »
Age : 25 ans
Occupation : Jeune entrepreneur , Membre des Awesome Voices
Humeur : Vivante
Statut : En couple avec Ryder Crawford
Etoiles : 3260

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Try - P!nk
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
« You just see the surface »
MessageSujet: Re: 04. Unspeakable desire remains unspoken.   Lun 3 Mar - 22:12

Observer tant de couples heureux de passer ce soir de Saint Valentin ensemble rappela à Ruby l’étrange circonstance de sa propre sortie. Ce que tous ici devaient appeler rancard n’était pour elle qu’une bonne excuse pour passer un peu de temps avec l’un de ses plus proches amis. Elle se surprit à se demander ce qui l’avait incitée à accepter la proposition de Ryder. N’aurait-elle pas dû se poser des questions? Le lien qui les rassemblait l’un l’autre était si évident qu’elle n’avait pas cherché à comprendre les motivations de son camarade pour qu’il souhaite partager avec elle une soirée qui serait loin d’échapper à sa mémoire. Que pouvait bien cacher le robuste jeune homme? Une âme brisée? Ruby n’avait pu ignorer sa rupture avec Savannah, ayant subi elle aussi les conséquences du départ de son ancienne colocataire. Bien sûr d’une manière beaucoup moins tragique. Pourtant, sa connaissance assez réduite du cas Ryder à l’époque l’avait naturellement fait s’intéresser de plus près à la petite blonde. Jamais elle n’avait imaginé une seconde ce qu’avait pu ressentir le beau brun suite à cet éloignement précipité. Et pour la première fois, elle se rendit compte de son erreur. Peut-être que son souhait d’occuper cette fête avec une personne qu’il appréciait était un moyen d’oublier sa peine de se retrouver seul un jour qu’il avait l’habitude de passer avec sa bien-aimée. Peut-être qu’il ne parvenait pas à ôter de son esprit la vision de la blondinette excentrique qui avait rempli sa vie. Cette éventualité attristait la choriste qui ne pouvait décemment pas lui en vouloir de l’avoir désigné pour éloigner quelques heures sa nostalgie, quoique cela puisse être considéré comme malsain. Elle-même se trouvait dans une situation semblable. Lorsque ce n’était pas le fantôme de Wyatt qui hantait ses pensées, amenuisant ses espoirs de tourner la page, le visage de Charlie s’imposait à elle pour lui rappeler, perfide, qu’elle n’atteindrait jamais ce à quoi elle aspirait.

Or, cachée derrière la coupe de champagne portée à ses lèvres peintes, le menton baissé mais le regard cherchant discrètement celui de Ryder, Ruby était délivrée de toute cette peine qui la rongeait au jour le jour et qu’elle enfouissait quotidiennement afin de n’en rien laisser paraître face à la cause de ses troubles. Comme si sa raison avait décidé de faire abstraction de tout ce qui pouvait gâcher cet instant précieux. Du souvenir entêtant du docteur - dont elle avait involontairement amené un morceau avec elle en portant le bracelet qu’il lui avait offert, assorti à sa tenue - à l’image de son horripilante ex-petite amie qui lui était inévitablement associée. Ryder était devenu l’exorciste ayant chassé les démons de son âme. Si cette sortie représentait également pour le jeune homme un moyen de s’affranchir de sa mélancolie, alors la brunette se jurait de l’y aider. Après tout, elle le lui devait bien. Relevant la tête, elle affina ses lèvres en un mince sourire. « À nous. » concéda-t-elle d’une voix aussi douce que son regard. Elle passa une main dans sa longue chevelure, distraite. Par réflexe, elle scruta les environs pour vérifier que personne ne les observait d’un œil qui en dirait long sur la vision qu’ils devaient refléter. Pourquoi cela lui importait-il tant de le savoir? N’avaient-ils pas convenu qu’ils ne devaient pas s’inquiéter de leur image? Elle restait néanmoins préoccupée. Non pas par eux-mêmes finalement, mais par les différents duos qui tournoyaient au son des chansons d’amour célèbres jouées par l’orchestre au fond de la pièce, sur la scène surplombant l’espace. Certains devaient sûrement reconnaître les premières notes de la mélodie de leur mariage. Une curiosité aigüe accapara l’esprit de Ruby. Elle aurait certainement dû s’imaginer quelques années plus tard, revenant frôler cette piste accompagnée peut-être de celui qui comblerait sa vie de bonheur. Mais elle n’y arrivait pas. Et elle ne comprenait pas ce qui l’en empêchait.

La jeune femme n’était pas du genre à ne pas croire en l’avenir, alors que beaucoup de choses auraient pourtant dû remettre en question ses illusions concernant son futur. À vingt-quatre ans, elle n’avait jamais connu l’amour sous quelque forme que ce soit excepté la plus douloureuse, soit le sens unique. Pas même lorsqu’elle arborait l’uniforme des cheerleaders et que la moitié des footballers avait clairement manifesté le désir de partager ne serait-ce qu’une nuit à ses côtés. Cependant, elle gardait confiance. Elle était assez mature pour comprendre qu’il restait devant elle un long parcours riche en surprises et en rebondissements. Ces dernières années lui avaient permis d’en apprécier la portée. C’est pourquoi elle ne voulait pas s’avouer vaincue, destinée à élever des chats persans dans une maison tapissée de moquette rose. À défaut d’avoir quelqu’un avec qui partager sa vie, elle était entourée d’amis plus extraordinaires les uns que les autres. Cette soirée en était une preuve notable.

La brunette fut tirée de ses rêveries avec une telle force qu’elle manqua de s’étrangler avec la gorgée de champagne qu’elle était sur le point d’avaler. « Quoi? » Elle posa de grands yeux ronds sur le jeune homme qui, lui, parut amusé par sa plaisanterie. Enfin, si c’en était bien une. Le premier effet de surprise passé, elle s’appliqua à ne pas se laisser déstabiliser alors que se rappelait à elle sa condition en dehors du cabaret. Émettant un rire peu crédible, ce qui valait toujours mieux que de s’apitoyer sur son sort, elle prononça avec un peu trop d’intonation: « Tu veux déjà te débarrasser de moi ? » Puis, mimant la négation en secouant la tête et en agitant son doigt devant elle: « Ne crois pas t’en tirer si facilement, j’ai bien l’intention de te garder pour moi ce soir. » Sur ces paroles, la jeune femme glissa son bras sous celui de son compagnon. Un frémissement inexplicable parcourut son échine et, machinalement, elle resserra son étreinte. Elle avait peur. Peur de se retrouver seule si elle venait à le lâcher. Personne ne l’avait jamais invitée un soir de Saint Valentin, à l’exception de ses amies désespérées qui trouvaient toujours le programme idéal pour les soirs en solitaires. Un film offrant une large visibilité sur le sourire extraordinaire de Bradley Cooper, un pot de Ben & Jerry fini avec les doigts. Le moment le plus réjouissant consistait encore à l’écoute de la bande originale de Titanic. « Je tenais à te remercier. » Tandis que le jeune homme restait nonchalamment accoudé sur le comptoir, Ruby tourna ses iris chocolat vers lui, illuminés par une émotion difficilement contenue. « Je pense que j’en avais vraiment besoin. De cette soirée je veux dire. Je ne suis peut-être pas la personne avec laquelle tu aurais préféré te rendre ici, mais je veux que tu saches… ça me fait vraiment plaisir que tu aies pensé à moi. »

Un grésillement camoufla la fin de sa déclaration enjouée. Sur la scène, un homme mûr à la moustache soyeuse tapota quelques coups sur le micro tandis que l’orchestre s’arrêtait progressivement de jouer. Interpellée par ce changement brusque d’ambiance, Ruby quitta momentanément le regard de Ryder. L’annonce d’une animation susceptible de pimenter la soirée lui tira un sourire béat d’excitation. Mais lorsque le présentateur révéla qu’il s’agirait d’un jeu où l’un des partenaires serait masqué, elle porta instinctivement une main devant sa bouche. « Chaque homme nouera le bandeau que l’on vous distribue en ce moment autour de ses yeux et devra retrouver le premier sa dulcinée à l’autre bout de la pièce! Mesdames, à vous de vous arranger pour guider votre partenaire. Les trois couples gagnants recevront une récompense de taille. Bonne chance à tous! » À peine eurent-ils le temps de comprendre ce qu’il se passait qu’une jeune femme leur apporta un long morceau de tissu.
Une ligne d’hommes, une ligne de femme de l’autre côté. L’espace fut aménagé plus vite qu’il n’en fallut pour le dire. Puisque l’épreuve aurait été trop facile s’il n’avait s’agit que d’avancer droit devant soit, des obstacles avaient été dressés entre les deux rangées. Ruby entreprit d’aider Ryder à attacher le bandeau avant de prendre place à son tour. « Voilà, ça devrait tenir. » conclut-elle en testant entre deux doigts la solidité de son nœud. Puis elle s’esclaffa devant le comique de la situation. « Promis, je crierai très fort. N’en déplaise à tes tympans! » Elle déposa un léger baiser sur la joue de son ami pour ajouter en crédibilité puis se rangea parmi les autres femmes en robes de soirée, toutes aussi survoltées que l’était la brunette. Une minute plus tard, le présentateur reprit la parole. Ruby fléchit les jambes, les mains sur les cuisses, mordillant frénétiquement sa lèvre inférieure. « Je vous préviens, mon homme est coriace. » défia-t-elle sa voisine en esquissant un sourire en coin, espiègle. Le compte à rebours était lancé. Trois. Deux. Un. « Top départ! »


Dernière édition par Ruby Caldwell le Dim 30 Mar - 22:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 04. Unspeakable desire remains unspoken.   Jeu 6 Mar - 4:41

La Saint-Valentin n’était pas la fête préférée de Ryder et il tentait d’approcher cette fête comme une soirée normale. Il n’avait jamais été bien chanceux en ce jour des amoureux et ce depuis ce fatidique 14 février 2011. Ce jour où sa parfaite amitié avec Leah s’était terminée. Ce jour où Leah avait découvert son amour pour elle. Tout cela puisqu’il avait voulu lui éviter une humiliation lors de la vente aux enchères. Il avait cru bien faire, mais ça avait été tout le contraire qui s’était produit. Il détestait penser à ce moment, mais chaque 14 février, cette histoire revenait inévitablement en tête. Par la suite, si ce n’était pas des soirées passées en solitaire avec des bières, des croustilles et des zombies, c’était une fille malade par hasard, une fille avec un ancien copain dans les parages ou une fille trop saoule qui lui vomissait dessus. La seule St-Valentin qu’il avait passé avec sa première vraie copine s’était bien passée, mais c’était vers la fin de leur histoire et toute la soirée avait été tendue. Bien sûr, cette journée faisait aussi en sorte qu’il pensait à Savannah. Qu’est-ce qu’elle faisait? Comment elle allait? Avait-elle un nouveau copain? Dès qu’elle avait mis les pieds dans l’avion, le garçon n’avait eu aucune nouvelles ou à peine quelques bribes. Timothy était silencieux à ce sujet et le musicien n’avait jamais osé demander à Ruby si elle était toujours en contact avec son ancienne colocataire. Bref, on pouvait dire que Ryder avait la poisse cette journée-là. Il croisait fortement les doigts pour que rien d’indésirable ne se produise. Il  fallait qu’il passe à autre chose. Il était prêt à passer à autre chose. Pour la première fois depuis un bon moment, il se trouvait avec une fille qu’il appréciait énormément, qui le faisait rire, avec qui il avait des conversations intéressantes, qui le rendait heureux et avec qui il se sentait bien. Peut-être que la malédiction se terminerait ce soir-là!

Ryder n’avait pas voulu offensé sa compagne avec son commentaire. C’était loin d’être son intention. En fait, il n’avait aucunement réfléchie et avait seulement dit cela à la blague faisant référence à leur rébellion contre le célibat. Au ton utilisé par Ruby, il se rendit compte de sa faute et il ouvrit grands les yeux de panique. Il était loin de penser que la brunette était une briseuse de couple. Elle n’était pas la seule raison de la rupture entre Charlie et Wyatt et il ne voulait surtout pas qu’elle pense cela. Il s’en voulait et il avait peur que leur soirée soit gâchée à cause d’un commentaire irréfléchie. Mais voilà la différence entre Ruby et la plupart des autres filles. Elle ne s’emporta pas. Si cela l’avait déstabilisée, elle ne le laissa pas paraître préférant prendre la chose à la blague. Ryder se détendit. Ruby était tout simplement surprenante. Comment se faisait-il qu’elle soit seule depuis toujours? Elle semblait si facile à vivre et il fallait sans doute travailler fort pour la faire sortir de ses gonds. Il venait d’en avoir la preuve. Savannah aurait crié et serait partie sans attendre ses excuses. Le jeune homme n’aimait pas comparer la brunette et la blonde. C’était comme comparer des pommes avec des oranges. Elles étaient tellement différentes, mais Sav était sa seule relation sérieuse, elle était donc son seul point de comparaison concernant les relations amoureuses. "Je suis bien content de l’entendre. Je n’irai nulle part." Il lui sourit. Elle était avec lui pour une occasion spéciale. Il ne la laisserait pas aussi facilement et surtout, il ne permettrait pas qu’un autre homme l’approche. Elle était à lui. Il termina sa coupe et déposa cette dernière sur le bar. Ruby prit ensuite son bras à son grand bonheur et le remercia pour son invitation. Il resta neutre et tenta de rien laisser paraître dans son regard lorsqu’elle supposa qu’elle n’était probablement pas la personne avec qui il aurait voulu passer la soirée. On aurait dit qu’elle croyait que Ryder l’avait prise en pitié ou qu’elle était son œuvre de bienfaisance. Si elle savait. Si elle savait à quel point elle était la personne avec qui il voulait être en ce moment précis. En tout temps! Cela le démangeait de tout déballer, lui dire qu’elle lui plaisait et qu’il souhaitait aller plus loin avec elle. Il devait se mordre la langue pour ne rien dire. Il se contenta de sourire. Ça passait toujours bien les sourires.

Les haut-parleurs vinrent à sa rescousse. Il fronça les sourcils en écoutant les instructions du jeu et ses épaules s’affaissèrent. Il n’avait pas du tout pensé aux jeux et pourtant ce n’était pas surprenant quand on venait dans ce type d’endroit. Il n’était pas le plus friand de ce genre de jeux. Il lança un regard paniqué à la brunette, mais celle-ci semblait si excitée par cette activité que Ryder n’osa pas refuser d’y participer et il accepta le bandeau qu’on lui tendait à contre-cœur. Le musicien tenta de mémoriser où se trouvaient les obstacles, mais la jeune fille lui mis le foulard sur les yeux. Tout devint noir et il sentit des lèvres douces et fruitées se poser sur sa joue. Machinalement, il approcha sa main vers la jeune fille et effleura sa main. "Je compte sur toi!" Le voilà qu’il était seul et aveugle. Il n’avait aucune idée à quoi s’attendre et ça l’énervait un peu. "Je m’excuse d’avance si je tripote une de vos filles les mecs"Dit l’un des hommes à sa droite. Les autres ricanèrent autour de lui. Heureusement que Ryder ne pouvait pas voir qui avait dit cela, il lui en aurait collé une. Il était hors de question qu’un autre garçon touche à Ruby. Le signal fût donné quelques minutes plus tard et ce fût la folie. Ryder avança doucement les bras tendus vers l’avant, alors que des dizaines de voix féminines crièrent à l’unisson. Il était tout simplement incapable d’entendre la voix de Ruby lui donner des indications. Le jeune homme marcha en tentant de garder la ligne droite, mais il se cogna à un obstacle et soupira. Une voix qu’il reconnut sortie du lot et lui indiqua de faire deux petits pas vers la gauche. Ryd s’exécuta et repris sa route. Il se buta à l’un des concurrents et s’excusa. La distance à parcourir n’était pas énorme, mais ce n’était vraiment pas évident. C’était beaucoup plus difficile que s’en avait l’air. Certains garçons semblaient perdre leur calme et le brun entendait des sacres ici et là. Lui, il tentait de se détendre et surtout il tentait de canaliser la voix de sa douce et de focaliser sur elle. Il avançait par tâtonnement. Devant lui et vers la droite, il entendit des exclamations de joie. Un couple venait sans doute de se retrouver. Ils avaient fait vite! Aussitôt, la voix de la brunette se fit plus aigue et insistante. Il écouta attentivement ses directions et en avançant il rencontra un autre corps. Il devait être arrivé à la ligne des filles, mais il se demandait pourquoi Ruby ne disait plus rien. "Je crois que tu t’es trompé." Dit une voix douce en riant. Immédiatement, Ryder ôta ses mains et les posa devant lui comme s’il venait de toucher à quelque chose de brulant. "Oh! Désolé." Il savait qu’il n’était pas loin. Sa compagne l’avait guidé jusqu’ici, c’est qu’elle devait être proche. Ruby restait silencieuse. Voulait-elle s’amuser à son tour et voir s’il la reconnaitrait? Ryder prit une grande respiration et se hasarda à faire un pas de côté vers la gauche. Il tendit doucement les bras et un corps arrêta son mouvement. Dès qu’il rencontra la peau, il reçu une décharge électrique. La même reçue un peu plus tôt. Tout d’un coup, il se détendit et sourit. C’était elle. Ce ne pouvait qu’être sa Ruby. Il en avait la chair de poule. Il l’avait trouvée. "Je sais que c’est toi." Il n’enleva pas son bandeau au cas où il s’était trompé, mais il avait la certitude que c’était bien la fille de ses rêves qui se trouvait de l’autre côté du noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
« You just see the surface »
Age : 25 ans
Occupation : Jeune entrepreneur , Membre des Awesome Voices
Humeur : Vivante
Statut : En couple avec Ryder Crawford
Etoiles : 3260

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Try - P!nk
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
« You just see the surface »
MessageSujet: Re: 04. Unspeakable desire remains unspoken.   Ven 7 Mar - 23:03

L’ambiance feutrée dans laquelle avaient été plongés jusque-là les invités se teinta de nuances bien plus vives. Tout se bousculait. Des jeunes couples qui s’encourageaient mutuellement avec entrain aux préparateurs s’acharnant à répartir sur la piste de danse divers plots pailletés à outrances et amortisseurs en mousse. En un rien de temps, le cabaret s’était métamorphosé en arène prête à accueillir de redoutables concurrents affamés par la récompense mystérieuse qui les attendait à l’arrivée. Le micro greffé à la main, le chauffeur de salle parvenait difficilement à faire imposer sa voix dans le brouhaha général malgré l’acoustique parfaite de la pièce. Ruby, toujours aux côtés de son ami, frétillait d’excitation comme une gamine hystérique. Ce n’était même pas le jeu en lui-même qui la mettait dans tous ses états. En réalité, c’était cette accumulation de nouveautés dont on lui avait fait si souvent l’éloge mais qu’elle n’avait jamais eu l’occasion de découvrir. À défaut de pouvoir fréquenter ce genre de soirées logiquement réservées à une fraction de la population de Lima qu’elle aurait presque pu qualifier d’élitiste, certaines de ses fréquentations lui avaient fortement suggéré de se rendre à ce speed-dating organisé au bar karaoké à quelques mètres de l’endroit où elle se situait actuellement. La brunette devait reconnaître qu’elle avait longuement considéré cette éventualité, simplement pour imaginer s’adonner à une activité qui sortait de son quotidien trop bien rangé même en sachant pertinemment où sa réflexion aboutirait.

La rangée sur laquelle se trouvait Ruby était animée par des hostilités familières. Beaucoup de ces femmes riaient pourtant du ridicule de la situation, jugeant avoir passé l’âge de participer à ce genre d’animation. À moins que ces remarques ne soient que des constats, ces réactions apostrophaient la brunette. Ne comprenaient-elles pas qu’il était justement dans les intentions du cabaret de les faire retomber dans leurs plus naïves années? Certes cette soirée accueillait une clientèle plus jeune que d’ordinaire, mais la majorité avait dépassé la trentaine, voire la quarantaine. Statistiquement, toutes ou presque devaient avoir rencontré l’homme de leur vie à l’université. Ruby, elle, avait déjà terminé ses études. Elle n’avait jamais été en couple, jamais eu d’aventures pour compenser sa solitude. Elle aurait donné n’importe quoi pour être à leur place à cet instant précis. La moindre des choses aurait été qu’elles se rendent compte de leur chance et qu’elles acceptent de profiter de leur situation, sans se poser de questions.
Le cœur de la jeune femme tambourinait dans sa poitrine sous l’effet de l’adrénaline quand le départ fut annoncé. En un instant, la ligne parfaite des hommes explosa tels des robots que l’on venait d’actionner. Observant, amusée, chacun s’écarter de la trajectoire qui devait leur permettre de rejoindre leur bien-aimée, Ruby ne héla pas tout de suite son beau brun, préférant attendre que celui-ci se trouve à mi-chemin afin d’être certaine de bien se faire entendre. À sa plus grande surprise, Ryder fonça avec une telle détermination qu’il réussit à dépasser trois bons quarts de ses adversaires. La jeune femme eut un mouvement d’avance qu’elle stoppa net en se rappelant qu’elle ne devait pas bouger, sous peine d’être disqualifiée. Fronçant les sourcils en se mordant la lèvre, elle serra les poings devant sa robe lorsque son ami heurta le premier obstacle qui lui barrait le passage. « Ryder, à gauche! Plus à gauche ! » cria-t-elle encore trop timidement pour qu’il puisse repérer sa voix dans le bourdonnement de sons stridents qui provenait de tous côtés. Ruby feula telle une tigresse enragée. Le regard qu’elle lança à la jeune femme qui hurlait à plein poumons à sa droite aurait suffi à transpercer tout le reste de ses concurrentes. Les dents serrées, la choriste décida de mettre à profit sa puissance vocale. « PLUS À GAUUUUCHE RYDER!!!!!!!!! DEUX PAS À GAUCHE!!! » Ryder releva brusquement la tête. Enfin! Encore un peu et la jeune femme se serait mise à chanter pour qu’il a la reconnaisse! Les commissures de ses lèvres s’étirèrent en un sourire satisfait tandis qu’elle expirait l’air de sa cage thoracique entre sa mâchoire entrouverte, les mains sur les hanches. Mais il n’était pas question de se détendre maintenant qu’elle avait son attention. « Continue tout droit! Attends… Atten… Attention à côté de t… » Trop tard. Le jeune homme rencontra son voisin, faisant perdre l’équilibre à ce dernier qui reprit son chemin dans la mauvaise direction. « Ne te laisse pas déstabiliser, avance tu y es presque! » l’encouragea-t-elle alors. Si voir perdre ses adversaires n’enchantait pas la brunette, elle ne put pourtant s’empêcher de se réjouir que Ryder ait évincé l’un d’eux. Pensée d’une habituée à la compétition. En réalité, la récompense lui importait peu. Tant que son ami la rejoignait au plus vite.

Plus loin, le premier couple se retrouva. Les voir dans les bras l’un de l’autre provoqua un léger pincement au cœur à la brunette qui ne perdit pas une minute pour se reconcentrer sur le grand brun qui ne se trouvait plus qu’à quelques pas d’elle. « À droite maintenant Ryder, un peu à droite. Je t’en priiie! » Depuis sa place, Ruby devinait l’impatience des autres hommes qui perdaient petit à petit leur sang-froid. Ryder, quant à lui, paraissait étonnamment détendu et attentifs aux moindres signes qu’elle lui envoyait. Le jeune homme s’exécuta et s’approcha encore, plus près. Mais alors qu’il était enfin sur le point de l’atteindre, celui-ci commis l’erreur qui lui coûta la deuxième place. Ruby resta figée la bouche ouverte, son cri de joie en travers de la gorge, les mains ouvertes prêtes à saisir la chemise de son compagnon qui, lui, venait d’attraper la jeune femme à la gauche même de la brunette. L’inconnue coula un regard amusé dans la direction de la choriste qui porta quatre doigts contre sa bouche, se retenant de rire malgré ce bref éclair de jalousie qui brouilla un instant sa lucidité en voyant Ryder frôler une autre personne. Quand la demoiselle fit remarquer au jeune homme son erreur et que celui-ci afficha sa confusion, Ruby laissa échapper un léger couinement. Ses yeux s’arrondirent aussitôt, et posant son visage sur ses poings fermés, elle pinça les lèvres afin de rester silencieuse. La reconnaitrait-il s’il venait à la toucher? La réaction de son ami ne se fit pas attendre, et alors qu’il se risqua à se décaler d’un pas, le rythme cardiaque de la brunette se fit plus pressant. Immobile, elle observa la main du jeune homme se rapprocher de son bras à l’aveuglette. Au contact de sa peau, la jeune femme crut que chaque nerf constituant ses tissus était devenu hypersensible. Elle réprima difficilement un frisson et leva les yeux vers ceux qu’elle devinait derrière le bandeau que portait Ryder. Elle resta là sans bouger, pendant une seconde qui sembla infinie, jusqu’à ce que la voix de son ami ne remette les aiguilles d’une horloge imaginaire en marche et que l’adrénaline ne coule à nouveau dans les veines de la jeune femme qui arracha prestement le foulard qui les séparait encore.

Un sourire immense se dessina sur les lèvres de Ruby. Sautillant sur place, les mains agitées par des convulsions furieuses, elle n’attendit pas plus longtemps pour enrouler ses bras autour des épaules du jeune homme en piaillant, ses pommettes rehaussées relevant le coin de ses paupières fermées. « J’ai cru que tu ne me reconnaîtrais pas. Comment tu pouvais être si sûr qu’il s’agissait de moi? J’arrive pas à croire que tu m’aies trouvée. » Ses pieds quittèrent temporairement le sol. Lorsqu’elle retrouva terre, elle ouvrit les yeux, son visage à moins de quinze centimètres de celui de Ryder. Son regard bascula vers les lèvres pleines du jeune homme. Et maintenant, à quel jeu jouait-elle? Ruby effectua un pas en arrière, se défaisant de l’étreinte troublante qui lui coupa le souffle. Ses mains vinrent encadrer l’ovale de son visage afin de dissimuler les rougeurs qu’elle avait senties monter jusqu’à ses joues tandis qu’elle s’évertuait à chercher quoi prononcer pour l’extraire de cette situation embarrassante. « J’ai l’impression d’avoir treize ans. C’est comme si on me redonnait la chance d’être une adolescente. C’est stupide, je sais, mais... » balbutia-t-elle dans un demi-sourire qui s’élargit rapidement. Ruby secoua lentement la tête et prit une large aspiration pour tenter de se reprendre. « … ça fait du bien. » soupira-t-elle. Le grésillement témoignant d’un micro se trouvant trop près des enceintes leur firent tous tendre l’oreille. On détenait nos vainqueurs - ne comprenant pas les deux Awesome Voices qui auraient pu prétendre à la troisième place à cinq secondes près. La brunette haussa les épaules, néanmoins fière de leur performance. « On les aurait tous écrasés à un concours de karaoké, de toute façon. Chacun son truc. » Aussitôt, l’orchestre se remit à jouer. La salle avait été débarrassée de tous les obstacles pendant l’annonce des résultats. Une mélodie familière, mille fois interprétée au piano, emplie l’air de ses notes douces et voilées. Sorry Seems To Be The Hardest Word. Ruby eut soudain l’impression que sa poitrine se comprimait. Elle lia ses doigts devant elle comme pour se refermer sur elle-même. Cet instant ne lui était pas dédié. Pour la première fois depuis le début de la soirée, elle eut le sentiment de ne pas être à sa place et, se sentant étrangère à toute cette tendresse, elle détourna le regard de la silhouette de Ryder qui se détachait dans la pénombre, prête à rejoindre les canapés à l’autre bout de la pièce en s’attendant à être suivie pendant que tous les couples commençaient à s’enlacer dans cette danse paisible qu’était le slow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 04. Unspeakable desire remains unspoken.   Mer 7 Mai - 4:52

C’était elle. C’était évident. Qui d’autre pouvait lui faire autant d’effet par un simple touché? Qui d’autre était capable de déclencher une tempête de frissons qui faisait rage dans tout son corps? Ryder était prêt à mettre sa main au feu et donner tout son argent à sa filleule que la fille qui se trouvait devant lui et sur laquelle il avait arrêté son choix était sa belle. Il pouvait la voir à travers son bandeau. Elle et ses longs cheveux bruns, son regard scintillant, son visage excité et son large sourire qui le faisait craquer chaque fois et qui illuminait la pièce.  Ses intuitions ne lui avaient pas joué de tour. Il eut la confirmation lorsque la jeune femme lui enleva le foulard des yeux. Son cœur s’excita à nouveau lorsque la brunette réapparue devant lui. Il ne s’était pas trompé. Il avait vu juste. C’était bien elle. Il avait été séparé d’elle à peine quelques minutes et d’à peine quelques mètres, mais il était heureux de la retrouver. Ryd l’accueillit avec joie dans ses bras et la serra très fort et longtemps, plus que ce qu’un simple ami l’aurait fait. Le musicien rougit légèrement lorsque Ruby lui demanda comment il avait fait pour la reconnaître. "Je…je savais, tout simplement. " Répondit-il en haussant les épaules, comme si de rien était. Il ne voulait pas lui avouer que chaque fois qu’elle le touchait ou même qu’elle le frôlait à peine, tout son corps lui envoyait des décharges électriques puissantes. Cela pourrait lui faire peur et ce n’était pas ce qu’il souhaitait. Aucun faux pas n’était permis. La magie de cette soirée ne devait pas disparaître. Amis. Elle voulait être son ami. Il ne voulait pas brusquer les choses.

Ruby s’éloigna doucement de lui et Ryder ne la retint pas, il la fixait droit dans les yeux, mais ceux de la jeune fille se trouvaient plus bas. Les battements de son cœur s’affolèrent et machinalement, il s’humidifia les lèvres. Tout était au ralenti. Ce moment ne dura que quelques secondes, mais on aurait dit que plusieurs minutes s’étaient écoulées. Ce moment bouleversa la jolie brune et Ryder ne pouvait s’empêcher de sourire et de la regarder avec un regard tendre. Elle était tellement mignonne avec ses joues roses et son air timide. Il avait juste envie de la reprendre dans ses bras et lui dire de ne pas s’inquiéter pour ça. Elle se sentait bien et c’était tout ce qui comptait. Il ne pouvait pas dire si c’était l’ambiance de Saint-Valentin du cabaret ou  si c’était sa présence qui la mettait dans cet état. Probablement que c’était un mélange de tous ces éléments. "Je suis désolé qu’on ait perdu, mais tu as raison! On aurait été incollable au karaoké! Peut-être que c’est pour plus tard. " Il lui envoya un clin d’œil en riant, mais il aurait vraiment voulu arriver parmi les trois premiers couples. Pour elle et pour que sa soirée soit parfaite. Surtout que les prix étaient plutôt alléchants.

La salle retrouva son état initial et les musiciens reprirent leurs instruments. Les lumières se tamisèrent et la classique boule disco se mit à tournoyer laissant des éclats de lumières partout dans la pièce. L’orchestre entama une chanson douce plus précisément Sorry seems to be the hardest World de Sir Elton John. Après l’excitation et la folie du jeu, l’ambiance était maintenant au calme et permettait de se remettre de ses émotions. Le malaise de sa compagne s’intensifia sans qu’il ne sache pourquoi. Ryder n’était pas un très bon danseur et Ruby le savait très bien pour l’avoir vu aux répétitions des AV, mais il devait y faire abstraction. Il s’était promis d’offrir la plus belle soirée à son amie et commençant à bien la connaître, il savait qu’elle était une romantique et surtout il savait qu’elle avait envie d’aller danser. D’un geste doux, Ryder attrapa la main de Ruby et la tourna vers lui. "On va danser?"Sans attendre sa réponse, il se dirigea vers la piste de danse. Il trouva un coin libre vers le fond. La choriste voulait certainement danser, mais pas au milieu et à la vue de tous. Ça aussi il le savait. Il lui offrit un sourire encourageant et s’approcha timidement d’elle. Même s’il tentait de ne pas le laisser paraître. Ryder était aussi très nerveux. Un slow c’était…un slow. C’était un rapprochement. Ce serait la première fois qu’il partagerait un tel moment avec elle. Il prit une bonne respiration et enlaça de façon protectrice la jeune fille, déposant ses mains à la hauteur de ses reins. Il espérait que Ruby ne sente pas trop son cœur qui battait à une vitesse folle. Il ne voulait pas trahir ses sentiments. Pas de tout de suite, mais plus la soirée avançait, plus il était difficile de dissimuler ce qu’il ressentait à l’égard de la jeune fille.

Le garçon se laissait bercer par la voix du chanteur qui s’accommodait très bien à cette chanson. Il allait au rythme que sa partenaire avait choisi. Il était bien. Il souriait seul. Il ne se souvenait pas la dernière fois qu’il s’était senti aussi bien et zen. Depuis qu’il était gérant du Gramophone, le stress faisait parti de sa vie. Plus de la moitié de ses pensées étaient reliées au travail et cela faisait du bien de pouvoir décompresser. Il se sentait si à l’aise qu’il se laissa emporter. Il accompagna le chanteur dans le refrain :

" It's sad, so sad
It's a sad, sad situation
And it's getting more and more absurd
It's sad, so sad
Why can't we talk it over
Oh it seems to me
That sorry seems to be the hardest word"


Sa voix était un chuchotement doux et seule Ruby pouvait l’entendre. Ils étaient seuls dans leur coin. Rien ne pouvait les déranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
« You just see the surface »
Age : 25 ans
Occupation : Jeune entrepreneur , Membre des Awesome Voices
Humeur : Vivante
Statut : En couple avec Ryder Crawford
Etoiles : 3260

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Try - P!nk
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
« You just see the surface »
MessageSujet: Re: 04. Unspeakable desire remains unspoken.   Jeu 10 Juil - 19:32

Trop sûre d’elle et enthousiaste lorsque Ryder lui avait proposé cette sortie, la brunette n’avait pas eu le temps d’appréhender le déphasage entre son statut sentimental et celui de tous les participants de la soirée. Son seul souhait avait été de profiter, pour la première fois, de cette journée qui donnait l’impression que la majorité de la population était en couple et que le reste du monde ne rentrait pas dans les normes régissant une vie. On naît, on grandit, on suit des études, on rencontre ses amis, on rencontre l’âme sœur. Une logique que Ruby réfutait chaque jour non seulement parce qu’elle la jugeait ridiculement réductrice, mais également parce qu’elle la trouvait injuste. Malgré ses vingt-quatre ans, âge auquel ces premières étapes auraient toutes dû lui être familières, la jeune femme n’était toujours pas parvenue à passer la dernière évoquée. Lorsqu’elle était encore adolescente, elle aurait pu aisément expliquer cette situation par son désintérêt prononcé envers les jeunes hommes aux pensées obscènes qui se présentaient à elle et qui ne recherchaient qu’à ajouter à leur tableau de chasse la cheerleader tout fraichement débarquée. Un peu comme s’ils pensaient qu’un passage dans leur lit faisait partie intégrante de l’initiation des pom-pom girls de McKinley. Certes la brunette avait connu des lycéens plus présentables, souvent effacés en comparaison des footballers qui arboraient leurs sweats aux couleurs de l’établissement comme évidence de leur popularité plutôt que pour témoigner leur appartenance à une équipe. Parmi ces élèves lambda, elle avait su repérer des personnalités agréables, des sourires charmeurs, des regards tendres. Autant de détails qui étaient seulement parvenus à attiser l’admiration de la jeune femme sans jamais la faire tomber amoureuse. Elle n’avait qu’à se rappeler Gale, lycéen charmant dont elle avait rapidement su apprécier les qualités. De loin, elle avait observé la relation de ce dernier avec la belle Ecaterina grandir, offrant au jeune couple des œillades envieuses plutôt que jalouses.

Cependant, Ruby avait récemment découvert ce sentiment âcre et suffocant qu’était la solitude. L’impression que même appréciée, elle n’était pas à sa place. Quelque chose manquait. Et là, entourée d’hommes et de femmes enlacés, c’était comme si on la narguait. C’était insupportable. Tandis que le piano offrait aux invités le son qu’ils avaient attendus toute la soirée, la brunette se détourna de la scène, cherchant un refuge à la manière d’un animal sauvage surpris par les phares éblouissant d’une voiture sur la chaussée. Or le seul moyen d’atteindre l’espace dédié au repos des convives – un coin à l’autre bout de la piste aménagé par quelques fauteuils et canapés molletonnés – était de traverser la foule, rendant le parcours semé d’obstacles qu’elle voulait à tout prix éviter. Seulement cette fois, la jeune femme n’était pas munie d’un bandeau lui épargnant la vue de toute cette profusion d’amour. Prise de panique, elle vociféra intérieurement contre elle-même pour avoir accepté d’accompagner son ami. Elle aurait dès le départ dû se rendre compte que l’idée était aberrante, et que céder à la demande du beau brun relevait de l’autoflagellation. Comment avait-elle pu croire une seule seconde que sa douleur disparaîtrait alors que tout ici venait la lui rappeler ? Elle ignorait combien de temps elle avait passé à se lamenter sur sa condition désespérée, mais lorsqu’elle prit enfin l’initiative de fuir, avançant d’un pas à peine, sa main fut retenue prisonnière. Un frisson lui parcourut l’échine et la figea, surprise par la douceur de ce contact. Son regard suivit le chemin menant des doigts jusqu’aux traits si paisibles de Ryder. Et alors qu’il la fit virevolter pour qu’elle se retrouve face à lui, il lui proposa d’une voix pleine, emplie des meilleures intentions du monde, de l’emmener danser. Ruby resta pantoise.

Sans avoir le temps de prononcer un mot ou même de réfléchir, la jeune femme se laissa transporter à l’autre bout de la pièce, esquivant inconsciemment les couples qui encombraient l’allée. Finalement isolés, le poids qui pesait dans la poitrine de Ruby parut se liquéfier avant de s’évaporer entièrement, et un autre sentiment en profita alors pour se glisser dans la place désormais vacante au fond de son être. Quelque chose de plus… fourmillant, pas vraiment désagréable mais intriguant. Ses joues s’empourprèrent devant le regard chaleureux que lui adressait Ryder et son cœur s’emballa lorsque, hésitant, il saisit délicatement ses hanches pour l’attirer à lui. Machinalement, les mains de la brunette vinrent se poser sur les épaules du jeune homme tandis que le souffle court, elle tentait de se détendre. Pauvre Ryder, pensait-elle, contraint de partager une danse avec une pauvre demeurée. Dans un sens, Ruby voyait le geste de son ami comme une réelle preuve de sa bienveillance. L’affolement qui l’avait prise plus tôt avait dû lui parvenir et il s’était sûrement figuré qu’en l’invitant à danser, elle oublierait qu’elle n’était pas tout ça fait à sa place, bien qu’il n’ait jamais réussi à aligner trois pas lors des répétitions des Awesome Voices. D’un autre côté, elle se remémorait le déroulement de leur soirée depuis leur arrivée au cabaret. L’air stoïque du grand brun, le peu de paroles qu’il avait pour le moment prononcé… Etait-il en train de s’ennuyer à ses côtés ? Ou est-ce qu’elle se fourvoyait ? En replongeant dans ses souvenirs les plus récents, et compte tenu de son état d’esprit actuel, elle en venait à déformer la réalité. Ryder était l’un des hommes les plus adorables qu’elle ait rencontré. Sa courtoisie, ses sourires, sa bonne humeur ne le quittaient pas. Il était de ceux qui lui voulaient du bien.
Les muscles tendus de la jeune femme se décontractèrent aussitôt. Calmée, elle s’autorisa à apprécier la chaleur des paumes de son ami traverser sa robe mauve et remonter jusqu’à son visage détendu, à s’abandonner à cette étreinte protectrice, à enrouler ses bras autour de son cou puissant et à laisser reposer sa tête contre son torse, les yeux fermés. Comme pour la bercer, la voix grave et basse de Ryder entonna le refrain de la chanson. Elle esquissa un léger sourire, n’ayant que rarement entendu le jeune homme chanter. Elle se sentait bien, là, contre lui, à écouter d’une oreille la musique et de l’autre les battements de son cœur. À demeurer silencieuse pour ne pas briser cette sérénité et parce qu’il n’y avait rien à ajouter. Le reste du monde semblait avoir disparu. Quand elle se redressa, elle plongea son regard dans celui de Ryder, lequel souriait et l’observait tendrement. Les lèvres de Ruby s’étirèrent largement pour laisser découvrir ses dents blanches. « Pourquoi tu me regardes comme ça ? » laissa-t-elle échapper dans un rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 04. Unspeakable desire remains unspoken.   Ven 22 Aoû - 17:24

Pendant un cours moment, Ryder cru qu’il avait perdu Ruby. Il avait aperçu le regard paniqué de la jeune fille. Elle s’était figée et ses yeux balayaient la salle. C’était comme si la brunette venait soudainement de se rendre compte qu’elle ne souhaitait plus être là avec lui. Ryd s’était demandé s’il avait fait ou dit quelque chose de mal qui aurait déplu à sa compagne. Il tenta de se refaire les événements du début de la soirée pour voir où cela aurait pu coincer, mais ne trouva pas. À sa convenance, tout était parfait. L’ambiance était parfaite, les activités étaient parfaites, la salle était parfaite, le champagne était parfait, Ruby était parfaite. Le musicien se demanda alors s’il n’en avait pas trop fait. Ruby était une personne simple et naturelle qui n’aimait pas le superflu. Habitué aux exigences extravagantes et aux folles dépenses afin de démontrer tout son amour lorsqu’il était avec Savannah, Ryder ne s’était pas demandé ce qui plairait à son amie. Il avait pris pour acquis que toutes les filles aimaient qu’on dépense une petite fortune pour elles. Il aurait dû se douter que ce n’était pas le genre de Ruby. Elle n’avait pas besoin de tous ces éléments de grandeur pour se sentir appréciée ou même pour passer un bon moment. Peut-être ressentait-elle de la pression? C’était la Saint-Valentin après tout. Pour deux amis et célibataires trainants ensembles, cela pouvait rapidement donner des idées. Ryd s’en voulait. Il aurait dû réfléchir! Il aurait dû l’inviter n’importe quelle autre journée de l’année, pas la seule journée dédiée aux couples et à l’amour! Il se sentait idiot. Oui, peut-être qu’il avait senti que la jolie brune se détachait peu à peu du rouquin et qu’elle s’attachait à lui, mais c’était beaucoup trop gros pour un premier rencart. Il avait sauté quelques étapes. Au lieu de céder à la panique à son tour, il avait gardé une contenance et avait invité sa belle à danser. Cela sembla les calmer tous les deux et les interrogations des instants auparavant s’étaient envolés. Le jeune musicien était bien, tout était redevenu parfait.

Ryder resserra un peu plus son étreinte, accota sa tête sur celle de la jeune fille et se laissa bercer par la douceur de la chanson et de leur danse. Ruby était serrée contre lui comme si sa place avait toujours été là. Son corps se moulait parfaitement à celui du jeune homme. Ils n’avaient jamais été aussi près l’un de l’autre et pourtant tout était si naturel et simple. Il n’avait pas à se forcer à chercher des sujets de conversation pour ne pas que sa compagne s’ennuie. Les sujets venaient seuls et s’il y avait un silence, ce n’était pas embarrassant. Il avait l’impression qu’avec elle, tout n’aurait pas à être organisé à la seconde, qu’il n’aurait pas toujours à marcher sur des œufs de peur de déplaire, qu’il n’aurait pas à hypothéquer sa maison pour un repas au restaurant et que leurs soirées parfaites consisteraient à regarder un film collés avec du popcorn. Il n’aurait pas à épater la galerie et afficher son bonheur sur tous les réseaux sociaux. Leur relation serait honnête, amusante et délicieuse. Il avait beaucoup aimé Savannah, elle avait été sa première vraie copine et il ne pourrait jamais nier ce fait, mais c’était la blonde qui menait dans leur couple, c’était elle qui portait les culottes comme on disait. Ryder avait toujours tout accepté sans broncher. Il s’était aussi légèrement perdu dans toutes ses extravagances et il avait toujours l’impression de ne pas satisfaire aux exigences de son ex-copine qui lui reprochait sans cesse tout. Cette relation ne lui avait pas apporté que du malheur, il avait été heureux la plupart du temps. Savannah l’avait dégourdi et ne s’était jamais plainte de ses déplacements en tournée. Elle l’avait toujours encouragé et avait été très patiente. Il sourit pour lui-même en pensant à elle. Il se rendit compte que cela ne lui faisait plus aucun effet, alors que quelques semaines auparavant, il avait toujours un petit pincement au cœur à son souvenir. Ryder l’avait aimé. Elle l’avait blessé. Il était maintenant prêt à passer à autre chose. Cela avait pris plus de temps que nécessaire, mais il lui avait fallu trouver une personne qu’à la simple vue suffisait à le rendre heureux. Cette personne c’était Ruby.

Ruby se détacha doucement de lui et planta son regard brun dans le sien, un joli sourire sur son visage. Machinalement, ses lèvres s’étirèrent à son tour, comme chaque fois qu’il posait ses yeux sur elle. "Tu es …" Ryder aurait voulu lui dire qu’elle était belle, mais sa tête l’en empêchait. Désormais, plus que certain de ses sentiments, sa gorge se noua et son cœur se serra. Son mensonge revenant à la surface. "Tu as un cil sur la joue. " Avec son index, il toucha le visage de Ruby juste sous l’œil droit pour enlever le cil invisible et frotta ses doigts ensembles pour faire semblant de l’enlever. Il continua de lui sourire, même si c’était la guerre en lui. D’un côté, il ne voulait absolument pas gâcher ce moment. Il voulait rester toute la soirée serré contre elle et sentir son odeur. Regarder son sourire et rire de ses maladresses. Faire comme si de rien était. Il s’était promis qu’elle passerait une soirée inoubliable pour les bonnes raisons. D’un autre côté, il ne pouvait plus lui cacher qui il était. C’était beaucoup trop lourd. S’il souhaitait bâtir quelque chose de solide avec elle et qu’elle lui fasse confiance, il fallait qu’il soit honnête. Elle ne méritait pas qu’il lui mente ou qu’il joue avec elle. Ruby, je dois te parler. Son ton était sérieux et son sourire disparu. Il avait fait son choix, même si elle ne lui pardonnerait pas. Il ne pouvait plus garder cela pour lui, c’était trop risqué. Il risquait de se dévoiler à tout moment, ne sachant plus ce qu’il avait dit sous son pseudonyme. Ryder pris la main de la brunette et l’entraina dans le corridor menant à la salle des employés. Ils seraient tranquilles et il n’aurait pas à crier pour s’expliquer. Il lâcha sa main et fit les cent pas devant elle. Il se frottait le menton. Se demandant ce qu’il allait dire et surtout comment il allait le dire. Il n’avait pas prévu de dire la vérité ce soir-là et pourtant, il était maintenant décidé à le faire. Il se retourna d’un coup sec vers elle. "Je suis Kid_A." Voilà. C’était dit. Cela ne servait à rien d’y aller par quatre chemins. Valait mieux enlever le pansement d’un coup sec. Il ne pouvait plus reculer. "Avant que tu te mettes en colère, laisses-moi juste t’expliquer." Il pencha la tête vers l’arrière et serra les poings. Il la fixa à nouveau. "Je ne savais pas que c’était toi au départ. Je m’en suis aperçu à la soirée d’halloween. Je ne t’ai pas posé un lapin. J’étais bien là! J’avais bien trop hâte de rencontrer Laalaa! Jamais je n’aurais pu lui poser un lapin! Mais…" Il avala difficilement. Son cœur battait rapidement et il en avait des sueurs. Il était en train de faire une bêtise et il allait le regretter. Qu’est-ce qui lui avait pris? "Mais quand je t’ai vu rayonnante sur la scène et que j’ai aperçu ton petit foulard rose attaché au cou, j’ai juste…paniqué. De toutes les personnes qui pouvaient être cette Laalaa, c’était toi! L’une des meilleures amies de Savannah. Je ne savais pas quoi faire. Je ne pouvais pas. C’était contre mes valeurs de voir une amie d’une ex-copine. Même si la personne de l’autre côté de l’écran me plaisait. Beaucoup. Alors, je suis parti. " Ses épaules s’affaissèrent. Le lourd poids était tombé. Mais il était loin d’être soulagé. Il savait qu’elle était déçue, en colère ou triste. Lui-même ressentait toutes ses émotions. Il n’osait pas la regarder. "Mais, je ne pouvais tout simplement pas t’enlever de ma tête. Je pensais sans cesse à toi. À ce que tu m’avais écrit. Tu me faisais rire, tu m’écoutais et ne me jugeais pas. Je pouvais être moi-même. J’étais bien! Tes messages étaient une bouffée d’air frais dans mes journées trop chargées. J’étais impatient de te lire et d’avoir de tes nouvelles et tes conseils. Alors, je suis revenu à la charge. Je voulais te connaître d’avantage. Je savais que tu étais vraie et que ce n’était pas des conneries que tu racontais. " C’était le désordre dans ses pensées. Il avait tellement de choses à lui dire. "Puis, il y a eu les auditions pour les chorales. Cela faisait longtemps que je pensais à rejoindre les AV et j’ai hésité puisque tu en faisais partie, mais j’en avais vraiment envie et bien sûr, j’y ai vu un moyen de me rapprocher. Bon, ça fait un peu voyeur et psychopathe…" Il tenta un sourire pour détendre l’atmosphère, mais sous l’absence de réaction, il reprit ses explications. "Te fréquenter chaque semaine m’a permis de mieux te connaitre et je n’ai pas été déçu. J’aime ta compagnie. J’aime nos conversations. J’ai découvert une personne fantastique qui partage mes valeurs et opinions et mon humour. Je me sens bien avec toi. Je me suis attaché à toi. Je voudrais toujours être avec toi. Tu m’as fait oublier Savannah." Il se sentait las, vidé. Il avait la gorge sèche. C’était la deuxième fois qu’il tenait un discours semblable et qu’il disait ce qu’il ressentait. C’était toujours aussi difficile émotionnellement. "Je sais que c’est gros, mais il faut que tu saches que je ne t’ai jamais menti. Tout ce que j’ai dit en tant que Kid_A ou en tant que Ryder était vrai. Tu me connais." Il risqua un regard vers elle. Il avait encore un million de choses à dire, mais c’était le brouillard dans sa tête. Il avait dit l’essentiel. Enfin, presque. "Pardonnes-moi, Ruby." Ryder s’en voulait d’avoir gâché sa soirée, mais aussi leur amitié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
« You just see the surface »
Age : 25 ans
Occupation : Jeune entrepreneur , Membre des Awesome Voices
Humeur : Vivante
Statut : En couple avec Ryder Crawford
Etoiles : 3260

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Try - P!nk
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
« You just see the surface »
MessageSujet: Re: 04. Unspeakable desire remains unspoken.   Ven 31 Oct - 22:33

Un étrange constat vint perturber les pensées de Ruby. À mesure qu’elle se relaxait, la tête posée contre le torse de Ryder qui gonflait et se dégonflait au rythme de sa respiration lente et rassurante, la jeune femme réalisait que si elle avait dû passer une soirée de Saint Valentin avec un homme qui l’aimait et qu’elle aimait, elle n’aurait souhaité qu’elle diffère de celle-ci pour rien au monde. Il était si simple de faire abstraction de l’exubérance du lieu dont elle était peu commune et des couples oppressants qui tournoyaient autours d’eux lorsqu’elle était dans les bras du musicien! Comme si une bulle protectrice les enveloppait et faisait office de frontière entre leur monde, restreint, et l’autre côté. Ruby ne voulait plus se détacher au risque de sacrifier cette tendre sérénité. Et à la manière dont son ami l’enlaçait, ce souhait semblait réciproque. Ils étaient alors là, dans leur coin, moins concentrés à coordonner leurs pas à la mélodie de la chanson qu’à profiter de la quiétude que l’autre offrait. Parfois, il prenait à la brunette de se demander pourquoi elle n’avait pas cherché à le connaître plus tôt, lorsqu’il passait de temps en temps à l’appartement pour rendre visite à Savannah. À l’époque, ils s’étaient toujours contentés d’un signe de tête respectueux, de quelques paroles échangées rapidement par politesse, avaient sûrement ri ensemble sur les mêmes sujets – mais ni avec l’un, ni avec l’autre - lors de soirées organisées entre amis. Pendant tout ce temps, Ruby avait côtoyé un jeune homme qui aurait pu devenir l’un de ses amis les plus proches. Cette réflexion l’amena à se rendre compte du nombre incalculable de relations potentiellement gaspillées. On croise au cours de sa vie une infinité de personnes, en rencontre un faible échantillon quand l’opportunité se présente, et se lie à une fraction encore plus réduite de ces individus. Et dire que Ryder avait failli passer entre les mailles du filet…

Consciente de l’invraisemblance du tableau qu’ils devaient offrir, Ruby s’était résolue à relever la nuque pour découvrir le regard intense du jeune homme posé sur elle. Elle lui sourit largement, se demandant ce qui lui valait d’être contemplée de la sorte. Son cœur s’emballa quand Ryder, qui semblait hésiter à formuler le fond de sa pensée, prit la parole. Elle demeura suspendue à ses lèvres, figée par une attente inexplicable. Puis elle se rendit compte de l’absurdité de son comportement. Qu’espérait-elle au juste? Rien qui soit justifiable ou même sensé. Elle s’égarait. Ravalant ses illusions, elle ne parvint toutefois pas à calmer son rythme cardiaque lorsque Ryder balaya doucement ses joues. Réalisant qu’elle avait retenu son souffle, elle rentra légèrement le menton pour expirer discrètement et libérer la pression qu’elle avait accumulée. Elle baissa alors les yeux, lissa l’étoffe satinée de sa robe avec les paumes de ses mains et émit un léger rire. Lorsqu’elle reposa ses prunelles dans celles de son ami, elle distingua cette lueur enjouée qui l’avait éclairée toute la soirée.
Puis tout s’éteint brusquement. En un éclair, les lèvres du jeune homme retombèrent sévèrement. Ce changement brutal interloqua la brunette dont le front se marqua de plis soucieux. Qu’avait-elle fait de mal ? La jeune femme se savait maladroite, mais rien dans ses actes ou ses paroles n’était susceptible d’avoir blessé son ami durant les quelques fractions de secondes qui venaient de s’écouler. Et si ses précédents sourires et ses manières charmantes n’étaient en fait qu’une comédie depuis le départ, et qu’il souhaitait enfin y mettre un terme? Ridicule, cesse de penser que tout tourne autour de ta petite personne. se fustigea la brunette. Dans ce cas, que pouvait-il bien vouloir lui dire qui le rende soudain si terne? Tout à coup, l’inquiétude remplaça sa stupeur. Ruby avança d’un pas afin de retrouver la proximité qui les avait tous deux mis à l’aise quelques instants plus tôt et saisit délicatement le bras du jeune homme. Relevant le menton pour être en mesure de recréer un contact visuel, elle glissa sa main jusqu’à celle du grand brun et, quoiqu’incertaine, mêla ses doigts aux siens. « Ryder, qu’est-ce qui ne va pas? » En réponse le jeune homme l’entraîna à travers la foule, slalomant entre les danseurs jusqu’à ce que les talons de la choriste, dont le clapotis était alors encore étouffé par la musique assourdissante de la salle de spectacle, claquent sur le carrelage du hall d’entrée et se répercute en écho contre les parois.

Arrivés dans un corridor désert, Ryder libéra sa main. Soudain immobile, dérangée par le silence bourdonnant qui l’empêchait d’organiser ses idées, la jeune femme observa d’un œil distrait la boucle que formait son ami en allant et revenant sans cesse. Elle avait peur. Jamais elle n’avait vu le grand brun dans cet état, plongé si profondément dans ses pensées qu’il en paraissait absent. Se mordillant la lèvre inférieure, les poings serrés le long de son corps, Ruby montait sur la pointe de ses pieds et en redescendait mécaniquement en cherchant désespérément ses mots pour alléger l’atmosphère, quand l’information explosa telle une bombe.
Celle-ci n’acquit pas tout de suite son sens. Ruby fut d’abord perturbée par l’évocation de ce nom qu’elle n’avait que rarement entendu prononcé à voix haute. Dans son esprit, il s’agissait d’une sorte de code qu’elle devait conserver pour elle, si bien que lorsqu’elle tombait par hasard sur l’album dont celui-ci était tiré, Ruby se surprenait à feindre l’innocence, comme si son secret venait d’être dévoilé. Finalement, les mots commencèrent à se lier entre eux et la phrase devint plus compréhensible. Il venait de lui dire qu’il était Kid_A. Qu’il était Kid_A. Sa gorge se noua. « Non, c’est impossible. Tu ne pas peux être… lui, c’est impossible. » articula-t-elle sur un ton étranglé couvert par la voix grave de Ryder. Elle n’était pas en colère, elle était paniquée. Ne parvenant pas à articuler autre chose, la mâchoire tremblante, la jeune femme se résolut à écouter. C’est lorsqu’il formula son immonde pseudonyme - qui sorti du contexte dans lequel elle l’avait trouvé (avait-elle jugé après coup) aurait parfaitement collé pour une actrice de films X – que Ruby comprit qu’il disait la vérité. Perdant sa balance et se rattrapant de justesse en décalant le poids de son corps sur une jambe, elle porta ses mains en bâillon pour étouffer un cri.

Plus le jeune homme parlait, plus la brunette était secouée de convulsions nerveuses. Chacun des évènements que Ryder décrivait paraissait se reproduire sous ses yeux, et pourtant il semblait qu’elle les observait maintenant à travers un autre regard que le sien. Ce sentiment harassant lui donnait l’impression qu’on lui arrachait et replaçait successivement le cœur, se sentant tantôt trahie et manipulée, tantôt émue et troublée. Incapable de faire abstraction des termes qu’il employait pour la désigner, envahie par des sentiments contradictoires, elle haletait, s’essoufflait, déglutissait péniblement. Hébétée, elle ne saisit pas l’unique plaisanterie qu’il avait tentée. Quand allait-il finir de lui infliger cette torture? Puis il enchaîna, encore, jusqu’à ces dernières phrases à partir desquelles elle arrêta de l’écouter. Je voudrais toujours être avec toi. Tu m’as fait oublier Savannah. Elle devait être en train de rêver. Tout ceci était irréel. Sinon, cela signifierait qu’il n’existerait qu’une interprétation à ces paroles. Et c’était impossible. Impossible. Ryder ne pouvait pas être tombé amoureux d’elle. Et elle ne pouvait pas ressentir ce qu’elle ressentait actuellement.

Alors qu’elle se sentait prête à défaillir sous la pression, Ruby décida d’agir. Risquant quelques pas en avant pour vérifier son équilibre, elle s’approcha lentement de Ryder en constatant qu’elle tenait toujours sur ses pieds. Une fois arrivée à quelques centimètres de lui, elle planta son regard inexpressif dans celui du jeune homme. « Jamais menti? » Puis, d’un coup… « Espèce de SALOPARD ! » gronda-t-elle en crescendo tout en repoussant d’un geste furibond l’épaule du grand brun. Sans lui laisser le temps de comprendre ce qui lui arrivait, la jeune femme le bouscula encore, et encore, et encore. Lorsqu’il commença à montrer de la résistance, Ruby dévoila ses crocs et pointa un index accusateur contre son torse. « Comment as-tu osé te jouer de moi comme ça? Moi qui te faisais confiance! Est-ce que tu imagines la peine que j’ai eue, à cette fête d’Halloween, quand j’ai cru que « Kid_A » ne s’était pas pointé au rendez-vous? Tu te rends compte que c’est de ta faute si j’ai passé une soirée épouvantable? » Sa colère était alimentée par sa déception. Tout était si parfait depuis leur arrivée au cabaret. Si elle était parvenue à faire oublier Savannah à Ryder, lui avait réussi l’espace d’un soir à lui faire oublier Wyatt. Consciente de ce que cela signifiait, un gémissement exaspéré et furieux s’échappa de sa gorge tendit qu’elle reculait en s’agrippant les cheveux, tête baissée. Des larmes coincées dans sa gorge, elle releva le menton. « Pour qui est-ce que t’es pris, hein? Il t’est pas venu à l’esprit une seule fois que ce que tu faisais était malsain? J’aurais très bien pu dire à Ryder ce que je disais à cet inconnu! » Elle marqua une pause, réalisant qu’elle parlait en fait d’une seule et même personne. « Tu n’avais plus besoin de te cacher sous une fausse identité. Ça fait des mois qu’on passe notre temps ensemble, tu aurais dû mettre un terme à ces mensonges. Tu avais largement les occasions. » Le souffle court, elle s’arrêta afin d’avaler une bolée d’air. Son regard, miroir de la déception qui la submergeait, ne quittaient pas le jeune homme. Alors qu’elle voulait encore le blâmer pour vider sa peine, les mots qu’il avait prononcés précédemment revinrent en surface. Comme Ryder le lui avait fait remarquer, elle le connaissait. Assez pour savoir que ses paroles étaient honnêtes. Néanmoins, pouvait-elle lui pardonner? Son cœur tambourinait dans sa poitrine. Peut-être appréciait-elle le jeune homme plus que ce qu’elle ne voulait. Le voir ainsi la détruisait autant que sa révélation. Pourtant, elle ne pouvait pas flancher. Les bras ballants, sa tête inclinée sur le côté laissant retomber devant son visage une mèche de ses longs cheveux ondulés, elle prononça d’une voix brisée « C’est comme si je redécouvrais cette annonce, j’ai l’impression qu’on a à nouveau violé une partie de mon intimité. À croire que tu étais de mèche avec Charlie depuis le départ. » Elle secoua finalement la tête, une grimace écœurée déformant ses traits jadis illuminés par sa joie. « J’arrive pas à croire que tu m’aies infligé ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 04. Unspeakable desire remains unspoken.   Ven 21 Nov - 3:41

Depuis que Ryder savait qui était sa correspondante mystérieuse, il avait imaginé plusieurs façons de s’y prendre pour lui dire la vérité et révéler son identité. Il s’était imaginé plusieurs scénarios possibles sur la réaction de son amie et aucun ne se terminait bien. Plus les jours passaient, qu’il attendait, qu’il apprenait à connaître Ruby et qu’il s’attachait à elle, plus la fin était violente et blessante. Il s’était préparé mentalement à encaisser les coups durs et pensait même être prêt à faire face à la situation, mais la vivre en temps réel n’avait absolument rien à voir.  C’était mille fois pire.  

Le jeune homme ferma doucement les yeux. salopard. Ce n’était pas un mot qu’il appréciait et surtout pas lorsque c’était pour le désigner. Jamais, il n’aurait pensé qu’on pouvait l’utiliser pour le qualifier. Ryder ne pensait pas faire parti de cette catégorie. Il s’était toujours vu comme un bon gars qui faisait des erreurs et des bêtises  sans le vouloir et si cela blessait les gens, ce n’était pas intentionnel. Il avait toujours fait de son mieux pour s’éloigner des vrais salopards. Alors, que la fille qu’il aimait le traite ainsi avec autant de force, de violence et de voracité lui faisait très mal. Il ne voulait pas qu’elle le voie de cette  façon, mais pouvait-elle le voir d’une autre manière? Il se laissa donc pousser et accuser par Ruby qui avait la rage dans le regard. Elle ne faisait pas très beau à voir, même si cet air enragé lui donnait un petit côté sexy. Au bout de quelques bousculades, son corps émit plus de résistance ce qui sembla décourager la jeune fille qui cessa de s’en prendre physiquement à lui, mais pas verbalement. Il encaissa chaque remarque et chaque accusation sans broncher et sans riposter, les poings serrés. Cela ne servait à rien de tenter de se défendre, cela n’allait qu’envenimer les choses et de toute façon, il ne pouvait plus rien rajouter et la choriste ne lui en laisserait pas la chance.

Le musicien voulait que Ruby se taise. Il savait déjà tout cela! Il savait qu’il avait mal agi et qu’il avait été lâche. Il savait qu’elle avait eu de la peine et qu’elle s’était remise en question lorsqu’elle avait cru qu’il ne s’était pas présenté à leur rendez-vous. Il savait qu’il avait pris beaucoup trop de temps pour se dévoiler! Ce n’était pas la peine de le lui rappeler. Pourquoi qu’elle ne se mettait pas à sa place deux petites secondes? Pourquoi qu’elle ne se demandait pas comment elle aurait réagit si les rôles avaient été inversés? Il la connaissait bien à présent et il était prêt à mettre sa main au feu que la jeune fille aurait elle aussi désertée à la vue de l’identité de son étranger. Elle aussi aurait paniqué! Ils avaient les mêmes valeurs, sa réaction aurait été la même. Peut-être qu’elle aurait fait preuve de plus de maturité et qu’elle n’aurait pas attendu aussi longtemps, mais elle ne lui aurait rien dit dès le départ. Ça, il en était certain. Et pourquoi qu’elle s’arrêtait seulement au fait qu’il s’était trompé et qu’il avait fait une bourde en prenant autant de se dévoiler? Oui, en quelque sorte, il lui avait menti, mais il venait aussi de lui faire une déclaration. Il venait de lui dire qu’elle lui plaisait et qu’il souhaitait construire une histoire avec elle. Pourquoi ne voyait-elle pas cela? Comme si tout son joli discours sur le fait qu’elle le faisait sentir meilleur était passé dans le beurre!  

Elle n’avait pas le droit de le traiter ainsi et de dire qu’il n’avait jamais pensé à elle et à ce qu’elle pourrait ressentir. Au contraire, il ne pensait qu’à elle depuis le mois d’octobre. Cela faisait des mois qu’il se sentait mal. Cela faisait des mois qu’il voulait lui cracher le morceau et qu’il se demandait comment faire et surtout quand le faire. Il avait eu plusieurs occasions ces dernières semaines, les deux choristes avaient passé beaucoup de temps ensembles. C’était toujours agréable. C’est donc égoïstement qu’il n’avait pas voulu briser ces doux moments où ils apprenaient à se connaître et où elle commençait à lui plaire. Par contre, à ce moment-là, il le regrettait amèrement. Même si la réaction aurait sans doute été semblable. Aussi, elle n’avait pas le droit d’impliquer Charlie dans ses sentiments. La situation était cocasse, mais c’était une malheureuse coïncidence que sa meilleure amie ait été l’auteur de cette petite annonce. Il lui semblait que ses sentiments, ses paroles et ses gestes étaient  assez clairs et sincères pour empêcher de penser que son amie était dans le coup ou que ce rapprochement n’était qu’un jeu!

Il en avait assez. Il sentait la colère monter en lui.  Il voulait mettre un terme à cette atmosphère pesante et surtout s’empêcher de faire un geste regrettable. Sans réfléchir, il fit probablement la chose la plus stupide et surtout la plus suicidaire qu’il aurait pu faire : il prit le visage de Ruby entre ses larges mains et colla sa bouche sur la sienne et il l’embrassa. Doucement et tendrement. Il s’attendait à être repoussé aussitôt, mais ce ne fût pas le cas. Alors, il continua en mettant un peu plus de vigueur dans ses baisers. La brunette goûtait délicieusement bon. Un mélange de champagne et de fruit sucré. L’électricité refit aussitôt surface, réveillant les papillons qui s’étaient calmés. Son cœur s’excita à son tour et tous les poils de son corps se redressèrent parcouru d’un long frisson. C’était comme si tout son être et son âme attendaient ce moment depuis longtemps et qu’à présent ils s’animaient et qu’ils voulaient connectés avec la jolie brune. Par contre, ce n’étaient pas des baisers habituels que Ryder offrait à Ruby, il s’agissait de baisers de désespoir qui devaient lui prouver qu’elle avait tord. Les baisers de la dernière chance.

Il rompit doucement le contact de leurs lèvres, haletant. Ce qu’il venait de ressentir était indescriptible. Il en avait des frissons et il était essoufflé. Ryder ne se détacha pas complètement de Ruby laissant son front collé sur celui de la jeune fille. "Je sais que présentement tu me détestes et que tu veux m’arracher la tête pour jouer au football avec elle et je sais que j’ai perdu ta confiance et ton respect, mais sache que je vais les retrouver et que je vais me battre. Je vais te montrer que tu te trompes. Je suis patient et j’attendrai jusqu’à ce que tu me pardonnes. Ça peut prendre tout le temps que tu veux, je serai là. " Il parlait calmement et d’une voix douce, prenant le temps de bien articuler chaque mot afin que ces derniers s’imprègnent dans la tête de la jeune fille et qu’ils y restent. Il voulait lui montrer qu’il était sérieux et qu’il voulait réparer sa faute. Il ferma les yeux et prit une grande respiration avant de continuer."Tu es en colère et je comprends, mais tu ne peux pas nier qu’il y a quelque chose entre nous. Tu as ressentie quelque chose avec ce baiser, je le sais. " Le contact avait été électrique et puissant, il était inimaginable que seul lui ait ressentit cet impact. Ryder se décolla tranquillement de la jeune fille, fouilla dans sa poche et sortit son porte-feuille. Leur soirée qui avait été si parfaite jusque  là était maintenant terminée. Ruby n’avait probablement pas envie qu’il la ramène et il était hors de question qu’elle se trouve un autre garçon. Il sortit des billets et lui tendit. "Pour ton taxi." Il y en avait plus que nécessaire, mais peut-être pourrait-elle se payer un truc pour lui remonter le moral sur le bras de celui qu’il l’avait trahit. Avant de quitter le cabaret, il l’embrassa sur la joue. "Je suis désolé." Désolé pour lui avait menti, pour l’avoir fait attendre, pour s’être entiché d’elle et pour la soirée avortée. Sans un dernier regard, il quitta la salle déçu et triste, mais avec l’espoir que tout n’était pas terminé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 04. Unspeakable desire remains unspoken.   

Revenir en haut Aller en bas
 

04. Unspeakable desire remains unspoken.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 3 :: Episode 4
-