Choriste du mois


Partagez | 
 

 04. Des choses difficiles à avaler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MODO ; Don't worry, be happy !
Age : 26 ans
Occupation : Gérante et professeur de Duo Dance
Humeur : Excitée
Statut : Célibataire
Etoiles : 7835

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Happy - Pharrell Williams
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
MessageSujet: 04. Des choses difficiles à avaler   Mar 25 Mar - 15:23

Lima tremblait sous une couche de nuages menaçants aux contours sombres et aux lourdes larmes glaçantes. Le vent les entrainant aggravait une situation météorologique lugubre, rendant les conditions de circulation difficiles. Il était dix heures du matin passées, et pourtant la luminosité semblait se rapprocher d’une soirée d’hiver. Tout cela ne donnait pas vraiment envie de mettre le nez dehors. Et pourtant, quand des pensées noires vous poursuivaient jusque sous vos couettes malgré la protection d’une armée de licornes, il fallait bien se résigner à braver une flopée de cordes marines et quelques gifles aériennes pour se placer sous la protection de professionnels.

Lorsque Brittany poussa la porte du commissariat, une bourrasque s’engouffra avec elle, accompagnée de quelques gouttes de pluie empressées. Avisant le large chargement de la jeune femme, un adjoint passant par-là referma la porte pour elle et elle lui adressa un sourire reconnaissant. Il la débarrassa ensuite de son assortiment de boissons, les déposant sur le comptoir d’accueil avec un coup d’œil envieux sur une étiquette de café macchiato.
« Madame Holcomb, je ne pensais pas vous voir aujourd’hui. Un problème ? »
« Non, non, je tenais juste à me faire pardonner… encore une fois, de vous avoir dérangé l’autre jour. Tenez, Frank, et merci pour votre compréhension. » Elle lui tendit le récipient qu’il convoitait tant après avoir déposé plusieurs boîtes de pâtisseries fraîches et en avoir soulevé les couvercles, dévoilant donuts, muffins et cupcakes à la pelle.
« C’était tout naturel. Vos voisins ont confirmé que ces jeunes s’étaient installés chez vous sans votre accord. C’était plutôt sympa de votre part de ne pas porter plainte, » souligna-t-il avant d’entamer sans se faire prier l’offrande tendue.
Le coin des lèvres de Brittany tiqua brusquement, affaiblissant son sourire habituel. L’idée de mettre son cousin dans de tels ennuis la fit frémir. Elle se reprit rapidement et secoua la tête.
« Ce n’était pas bien méchant. Le Sheriff est là ? »

Frank hocha la tête et lui fit signe qu’elle pouvait se rendre à son bureau. En chemin, Brittany salua le personnel qu’elle croisa et leur signala la présence de café et pâtisseries à l’accueil.  Il était quelque peu inquiétant de constater combien Brittany connaissait bien les lieux : assez bien pour avoir deviné combien de commandes elle devrait faire et de quel type. A l’origine, ses premières offrandes avaient été reçues avec un peu de méfiance et de circonspection. Mais, lorsqu’ils avaient réalisé combien il était inutile de souligner leur refus de pot-de-vin quand elle était incapable de comprendre pourquoi ils lui parlaient d’alcool quand elle leur amenait du café… ils avaient abandonné l’idée et s’étaient résigné à l’excentricité du personnage (sans beaucoup d’insistance, il fallait avouer… on parlait des meilleures pâtisseries de la ville là, quand même !). Et si cela les poussait légèrement à être indulgent en ce qui la concernait… bon, ce n’était pas vraiment du copinage, c’était juste que… personne ne pouvait résister à Madame Holcomb bien longtemps, voilà tout.

Brittany équilibra soigneusement le gobelet en carton et la pâtisserie dans son emballage en papier par-dessus, afin de se libérer une main et frapper à la porte du bureau de Warren. C’est tout juste si elle attendit une invitation avant de rentrer. « Bonjour Sheriff ! Commande spéciale, voici, voilà ! » le salua-t-elle d’un ton joyeux. Malgré son apparente bonne humeur, son sourire manquait de consistance. Qu’à cela ne tienne, elle déposa café et pâtisserie à portée de main de son policier préféré avant de lui asséner une étreinte (légèrement agressive… ou si peu…).

#œuf n°2

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. Des choses difficiles à avaler   Sam 29 Mar - 21:21

"Warren... est-ce que tu m'écoutes...?"

La réponse à cette question était bien évidemment non. Le regard bleuté de Warren était posé sur la fenêtre où d'épais nuages cris avaient élu domicile dans le ciel. Ce genre d'atmosphère et le vent et sans oublier le froid qui régnait dans la ville rendait Warren quelques peu nostalgie, certes, la Louisiane n'était pas de tout repos mais au moins quand il y avait des nuages il faisait toujours quinze degrés. Et depuis quand la météo l'intéressait autant? Hmm... C'était tout simplement parce qu'il n'arrivait pas à se concentrer plus de cinq minutes sur quelque chose et après avoir découpé des fruits sur son téléphone portable grâce à un très célèbre jeu, il s'était laissé et avait fini par ranger le smartphone dans la poche de son uniforme et il avait tenté de se concentrer sur l'habituel débriefing. C'était un petit rituel que Warren avait mis en place depuis qu'il avait pris ses fonctions de shérif, tous les matins, les policiers se réunissaient devant le panneau d'affichage et un volontaire se chargeait de résumer tout ce qui se passait dans les différents services histoire que personne ne soit sur la touche. Et puis, comme avait dit Warren lors de son premier jour en tant que grand manitou, il ne voulait pas passer pour le shérif qui se fichait bien de ses subordonnés et qui se contentait de donner des ordres vagues, ce n'était tout simplement pas lui. Bref se concentrer, et répondre à Matthew qui était en train de finir son speech. Est-ce qu'il l'écoutait? Bien sûr que non, il en était déjà à sa troisième tasse de café, il avait une barbe de deux jours sur le visage et ses cheveux étaient toujours détachés, signe plus qu'évident qu'il était parti chez lui en hâte. Il se contenta donc de pousser un soupir et d'hausser les épaules.

"Hmm... Non. Désolé. Je crois qu'il va me falloir un autre café... et est-ce qu'on peut parler de ça à un autre moment? Je n'ai pas vraiment beaucoup dormi la nuit dernière... Si tu vois ce que je veux dire." Oui Warren, je crois que tout le monde voit ce que tu veux dire chuchota une petite voix à l'arrière du crâne du blond, voix qu'il choisit au passage d'ignorer ainsi que les commentaires et autres moqueries des autres policiers tandis qu'il se rendait enfin dans son bureau. Dans un énième soupir, il se laissa retomber sur sa chaise , le visage posé contre la table, s'autorisant déjà une pause. Non, il n'avait pas beaucoup dormi la nuit dernière et c'était en parti à cause de Glenn. Non, correction, totalement à cause de Glenn, depuis qu'ils s'étaient réconciliés, ils mettaient tous les deux un point d'honneur à rattraper tout le temps qu'ils avaient perdu. Et cela voulait également dire, enfin pour Glenn apparemment, d'empêcher Warren de sortir de son lit le matin par tous les moyens. Le policier avait même des cicatrices pour prouver à quel point la bataille avait été rude. Donc oui, au final, Warren était fatigué mais il avait un sourire sur les lèvres et c'était le plus important. Il fut plus que surpris quand la porte s'ouvrit et, vieux reste de ses années de militaire, il se redressa automatiquement, debout, les yeux grands ouverts, prétendant être occupé. Il fut plus que soulagé de constater qu'il s'agissait de Brittany, la jeune femme ayant les bras chargés.

"Hey... " commença Warren avant de se faire entraîner dans une étreinte des plus musclé. "Fais attention, je crois que tu vas réussir à me casser en deux." Plaisanta t-il, ses bras trouvant trouvant également la taille de Brittany. Cela faisait longtemps qu'il ne 'avait pas vue, ce qui au passage était partiellement... sa faute à lui. Oui, il avait préféré se cacher et éviter tout le monde pendant sa déprime il a bientôt deux mois de cela, enfin presque tout le monde, Ashandra avait quand même réussi à l'arracher de son canapé et à le traîner jusqu'aux auditions des Second Chances. Hmm... Ce n'était définitivement pas quelque chose qu'il devait mentionner devant Brittany. Autant sourire et faire comme si de rien était.   "Ça va? Merci pour la livraison spéciale, à croire que tout le monde s'est donné le mot pour ruiner mon nouveau régime." Ceci étant dit, Warren s'empara du muffin au fruit rouge, son préféré (comme quoi Brittany ne laissait rien au hasard), et il mordit dedans avec un sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MODO ; Don't worry, be happy !
Age : 26 ans
Occupation : Gérante et professeur de Duo Dance
Humeur : Excitée
Statut : Célibataire
Etoiles : 7835

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Happy - Pharrell Williams
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
MessageSujet: Re: 04. Des choses difficiles à avaler   Sam 5 Avr - 23:57

« Ha ! »  fit Brittany avec dérision. « Je t’en prie, comme si le sheriff risquait de se faire blesser par une blondinette. C’est aussi ridicule que l’idée que tu aies besoin d’un régime. »  L’intonation de sa voix fut un peu sèche, loin du ton taquin qu’elle aurait pris d’ordinaire. Malgré elle et sa résolution de ne rien laisser paraître au premier abord, elle était bien mauvaise actrice (quoi que sa capacité à produire un sourire crédible en toute circonstance fut remarquable) et il était évident qu’elle était de mauvaise humeur. Et pas ‘triste – mauvaise humeur’ mais ‘agacée – mauvaise humeur’. Un évènement rare s’il en est. Cependant, son expression fermée laissait bien comprendre qu’elle ne souhaitait pas vraiment en parler – pas encore tout du moins.

Elle secoua la tête, bien contente d’avoir pris le temps d’arranger ses cheveux en un chignon, puisqu’elle n’avait pas ainsi à supporter le contact de mèches  humides, ce qui n’aurait pas arrangé son humeur. Elle était agitée par une énergie nerveuse qui la rendait fébrile, raison pour laquelle elle était sortie de chez elle si tôt pendant un de ses jours de repos. Elle se connaissait, il fallait qu’elle fasse quelque chose ou quelqu’un allait finir blessé (probablement elle).

Elle sourit à Warren malgré tout (unique talent d’actrice en action, tada !), et ce même quand il mordit dans la pâtisserie. L’ordre prévu était café – pâtisserie, pas l’inverse ! Ne pouvait-il donc pas faire ce qu’elle attendait de lui, pour une fois ? Non, il fallait qu’il se montre encore un peu plus contrariant ! Eh bien, tant pis, il venait de gâcher sa bouée de secours. Qu’il savoure donc son muffin préféré, inconscient du danger, et s’étouffe ensuite sur son café empoisonné sans rien pour éponger la catastrophe. Cela lui ferait les pieds, tiens ! Non mais vraiment : même en colère, Brittany se montrait gentille, et même ça il le gâchait ! Et puis zut quoi, le muffin c’était aussi pour se faire pardonner après…

Brittany dut se retenir de faire la moue et de claquer la porte pour aller bouder dans son coin. Elle s’enveloppa dans son humeur vindicative, ravivant les braises d’un feu bien difficile à maintenir. Pour se distraire en attendant l’instant T crucial (et ne pas flancher avant), elle se concentra sur la tignasse de Warren et claqua de la langue, désapprobatrice. « Tu es tout décoiffé. »  Elle attrapa un des élastiques trainant près du pot à crayon et passa dans le dos du Sheriff. Elle s’appliqua à démêler et lisser les cheveux de Warren en passant gentiment ses doigts dedans afin de pouvoir ensuite les nouer correctement.

Et si cela la plaçait derrière Warren lorsqu’il attrapa le gobelet de café, loin de toute éclaboussure éventuelle… eh bien c’était un avantage tout à fait imprévu mais appréciable. Après tout, un incident est si vite arrivé… Maintenant s’il pouvait prendre une longue gorgée, elle aurait sa vengeance et ils pourraient passer à autre chose. Qu’est-ce que c’était épuisant d’être en colère quand même, elle ne savait pas comment certaines personnes pouvaient l’être à longueur de journée.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. Des choses difficiles à avaler   Dim 13 Avr - 6:44

"On ne sait jamais tu es plutôt forte comme blondinette." avait simplement répliqué Warren avant de faire disparaître son muffin en seulement trois bouchées (oui, trois, à croire qu'il ne faisait vraiment pas les choses à moitié). Ses yeux bleus étaient toujours posés sur Brittany et le policier qu'il était ne pouvait s'empêcher de se dire que quelque chose ne clochait pas. Oui de manière générale, enfin 99,99% du temps et lorsqu'une bouteille de tequila n'était pas dans les parages (note pour plus tard: passer un coup de fil à Lexie), il était plutôt doué pour lire les gens et malgré le sourire qu'affichait Brittany, Warren sentait que quelque chose n'allait pas. Mais... quoi? C'était ça la bonne question, elle lui offrait son habituel sourire donc peut être qu'il s'inquiétait pour rien et c'était encore son esprit de flic parano qui reprenait inconsciemment le dessus. Oui, ça ne pouvait être que cela car s'il y avait un quelconque problème, l'autre blonde serait automatiquement venu lui en parler... Pas vrai? La logique de Warren était absolument imparable et il se félicita intérieurement seulement pour être ramené à la réalité quelques secondes plus tard par les mains de Brittany dans ses cheveux à présent, la jeune femme tentant de discipliner les mèches blondes.

"Ah... qu'est-ce que tu fabriques... Oh merci." Surpris? Il l'était, légèrement, il y avait définitivement un problème et Brittany ne voulait pas en parler. Hmm... À quel point cela était grave? Warren n'avait aucun moyen de le savoir ... Zut, il n'était pas vraiment doué pour ce genre de conversation. Tout ce que le grand blond trouva à faire fut de s'éclaircir la gorge et de lancer un bref:  "C'est galère d'avoir les cheveux longs, un jour je finirai par me résigner et par les coiffer."... Hmm, oui, question subtilité on repassera, changer le sujet de la discussion n'était peut être pas une bonne idée au final. Il n'était définitivement pas assez réveillé pour tenter de remonter le moral de Brittany et peut être que c'était uniquement pour cette raison qu'elle avait apporté du café en fin de compte, car elle savait que ce cher Warren aurait besoin d'un petit remontant. Fort de ses déductions et les cheveux enfin attachés grâce à la jeune femme, il s'empara de la tasse da café et se retourna pour pouvoir faire face à la blonde.

"Et merci pour le muffin et également pour le café, mais je me doute que tu n'es pas juste passée pour aider à recoiffer le super shérif que je suis. Comment ça va toi?" Il posa innocent la question, essayant de ne pas paraître trop inquiet, malheureusement pour lui, lorsque ses amis étaient concernant de loin ou de près, il n'arrivait pas à conserver un visage impassible, avant de porter la tasse de café à ses lèvres et de boire une gorgée. Une grossière erreur, une belle erreur même, sauf que ça, ce cher Warren ne pouvait pas le savoir et ce ne fut que quelques secondes plus tard que le goût infecte de la boisson se fit ressentir. Et, dans un réflexe tout à fait naturel et humain et qu'on pouvait quelque sorte lui pardonner, Warren eut un mouvement de recul et recracha l'immonde breuvage et (oui, c'était important) le reste de la tasse da café sur les chaussures de Brittany. ...  "Mon dieu... Je... Je suis désolé, je crois qu'ils ont dû se tromper avec ta commande ... " lança naïvement le blond, se maudissant intérieurement pour sa maladresse. Il se précipita vers son bureau pour attraper des serviettes en papier et tenter de réparer son erreur et sauver les chaussures de la blonde, oui, il avait deux grandes soeurs, il savait à quel point ce genre de choses était importante, et si Brittany n'était pas véritablement fâchée il y a de cela trente secondes, pas de doute qu'elle serait plus que remontée à présent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MODO ; Don't worry, be happy !
Age : 26 ans
Occupation : Gérante et professeur de Duo Dance
Humeur : Excitée
Statut : Célibataire
Etoiles : 7835

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Happy - Pharrell Williams
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
MessageSujet: Re: 04. Des choses difficiles à avaler   Mar 22 Avr - 16:03

Brittany tenta bien de se dégager lorsque Warren se retourna, boisson en main, mais entre le fauteuil à côté et la bibliothèque derrière elle, il n’y avait pas assez de marge de manœuvre. Ses yeux s’agrandirent d’horreur lorsque ses bottes furent recouvertes de café (bien heureusement, ses chaussures étaient fermées et imperméables, mais tout ça ne pouvait pas être bon pour le cuir, sans parler de ses beaux lacets). La naïveté du Sheriff et son réflexe immédiat de nettoyer les dégâts alors que le goût qu’il devait avoir en bouche était probablement immonde… cela n’améliora pas son humeur, bizarrement. Elle essayait d’obtenir revanche là, sans blague ! Rien ne pouvait-il donc fonctionner correctement ?! Sérieusement, les shows télévisés lui avaient laissé penser que ce serait beaucoup plus simple !

Une grand inspiration et on expire.
Les mains figées de chaque côté d’elle, elle marmonna : « Je ne vais pas te gifler parce que je me ferais probablement plus mal qu’à toi. »  Oh, mais que c’était tentant. Elle était plutôt du genre pacifique, Dieu lui en soit témoin, mais renier ce principe de vie rien que pour un instant… c’était vraiment très tentant. Elle murmura ce mantra encore deux fois, les yeux fermés, tout en continuant de respirer profondément. Le yoga lui servait d’ordinaire à gérer son anxiété plus que sa colère mais cela marchait tout aussi bien dans le cas présent.

Lorsqu’elle rouvrit les yeux, elle laissa tomber la subtilité (clairement ça ne lui réussissait pas de toute façon, dans un sens comme dans l’autre). « J’ai mis deux sachets de sel dans ton café. C’était volontaire. » l’informa-t-elle d’un ton sec. « Pourquoi ? Oh, je ne sais pas Warren, n’y a t-il pas quelque chose dont tu as oublié de me parler ? Peut-être parce que tu savais très bien ce que j’en penserais ? »    

Elle agita les mains, sa colère s’exprimant aussi bien dans son langage corporel que dans son ton sec. « Après tout, ce n’est pas comme si je t’avais proposé régulièrement de rejoindre les UH, n’est-ce pas ? Non mais si tu avais une préférence cachée pour les Ave Maria, il suffisait de le dire ! Loin de moi l’idée de vouloir éloigner une brebis évadée de son foie ! » Et inutile de l’interrompre pour souligner son massacre de la langue. Heureusement que Lexie n’était pas dans la salle ou il y aurait vraiment violence.

Elle prit une rapide inspiration pour pouvoir poursuivre sa tirade, juste assez pour se souvenir d’un point important : « Oh, et avant que j’oublie, je vous souhaite tout l’amour du monde avec Glenn. Apparemment votre couple va mieux, super, tant mieux, félicitations ! » Bien sûr, elle était vraiment ravie pour eux, mais son ton conviait difficilement cette sincérité. Elle n’aurait plus qu’à réitérer cette affirmation plus tard, ou elle s’en voudrait.  « Mon régime s’en portera mieux, toutes ces sucreries à avaler en soutien moral, ça me prend deux heures à éliminer. » marmonna-t-elle avant de reprendre aussi sec. « Ceci dit, si vous en venez à vous entretuer pour une histoire de chorales, pour info, j’aiderai Glenn à cacher ton cadavre ! » Warren était peut-être plus costaud, mais le plus malin et rusé des deux gagnerait forcément.

A bout de souffle, elle s’arrêta brusquement, croisa les bras sur sa poitrine et respira rapidement pour redonner une couleur un peu plus saine à ses joues enflammées. Lorsque l’adrénaline fut retombée, ses yeux s’embuèrent rapidement et ses lèvres se plissèrent en une moue attristée vraiment peu séduisante. « You’re mean, » conclut-elle en détournant la tête, la gorge nouée.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. Des choses difficiles à avaler   Jeu 1 Mai - 20:20

"Je...."

Dire que Warren ne s'attendait pas aux prochains mots de la jeune femme était bien loin, très loin, de la vérité. Il ne s'y attendait pas. Du tout. Le coup du sel dans le café, c'était un grand classique, Warren était le petit dernier de sa famille, il avait eu deux grands frères sur son dos à la maison comme au lycée et plus jeune, Louis et Peter Delacroix avaient eu leur moment et leur journée où ils décidaient de l'embêter non stop. Donc, niveau farces en tout genre, le shérif était plutôt rôdé. Cependant, si ses frères entraient très bien dans la catégorie farceurs du dimanche, c'était loin d'être le cas pour Brittany et c'était très certainement pour ça que Warren ne s'y attendait pas... Vraiment pas. Mais... qu'est-ce que j'ai fait en plus? Se dit aussitôt le grand blond, fouillant déjà dans sa mémoire à la recherche de quelque chose, n'importe quoi, qui aurait pu réveiller les élans de vengeance de Brittany. Non, il ne voyait pas tout de suite, il n'avait absolument rien. Ce ne fut que lorsqu'il entendit le mot UH qu'il compris enfin de quoi il s'agissait. Ah oui, se dit intérieurement le policier... Ça. Il avait peut être oublié de le dire à Brittany et elle l'avait peut être appris de la manière qui soit en voyant Warren sur ce fameux char il y a quelques semaines de cela. (On lui avait demandé de jouer Jésus, qui était-il pour refuser ça? Okay, il allait peut être brûler en Enfer dans une autre vie mais cela ne signifiait pas qu'il ne pouvait pas commencer à se racheter un peu maintenant pas vrai?)

Quoi qu'il en soit, il se sentait un peu... Idiot sur le coup, idiot car il ne pensait pas que cela avait de l'importance aux yeux de celle qu'il considérait déjà comme sa petite soeur mais de toute évidence il s'était trompé... Et en beauté. Et il ne put s'empêcher de laisser échapper un soupir en voyant la mine attristée de Brittany. Il avait fait ça, lui et sa grande gueule et ses gros sabots. "Mon dieu je suis vraiment désolé... Je n'ai pas vraiment réfléchi, je me suis juste laissé entraîner, ça semblait être une bonne idée et..." Et je suis un idiot, se retint d'ajouter Warren. Il s'avança avec la ferme intention de la prendre dans ses bras, mais il se ravisa au dernier moment, se disant que là encore, il avait tout faux. Que faire alors? Il avait intégré les Second Chances sur un coup de tête vraiment, il mettait ça sur le compte de toute cette glace à la vanille qu'il avait ingurgité lors de sa déprime et qui, inexorablement bien entendu, avait fini par lui monter au cerveau tout simplement, il n'y avait pas d'autre explication. "Si ça peut te consoler, je ne suis pas vraiment investi dans cette histoire de chorale, je me pointe au répétition les mains dans les poches alors..." Warren avait dit cela avec le haussement d'épaules le plus significatif de l'histoire. Lui et le reste des SC étaient sur une planète totalement différente. Et puis de toute façon, le policier ne s'investira pas tant qu'on le laisserait chanter ses ballades country un point c'est tout, pour l'instant il se contentait de faire de la figuration dans le fond.

"Je suis vraiment désolé je ne voulais pas te blesser... Ni même ruiner tes chaussures." Un léger détail qu'il n'aurait probablement pas dû ramener sur le tapis mais tant pis, c'était fait, pas moyen de retourner en arrière. "Mais le sel dans le café c'était vraiment une très bonne idée..." Reprit Warren avec un sourire, déterminé à remonter le morale de Brittany. Ou alors non, peut être qu'il s'y prenait comme un pied et que ce n'était pas la bonne solution... Du tout. "Je suis sincèrement désolé, s'il y a quelque chose que je peux pour me faire pardonner, dis le moi... N'importe quoi, je le ferai."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MODO ; Don't worry, be happy !
Age : 26 ans
Occupation : Gérante et professeur de Duo Dance
Humeur : Excitée
Statut : Célibataire
Etoiles : 7835

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Happy - Pharrell Williams
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
MessageSujet: Re: 04. Des choses difficiles à avaler   Sam 3 Mai - 0:02

Brittany était peut-être un rayon de soleil mais on ne lui facilitait généralement pas la tâche non plus lorsqu’il lui prenait l’envie de brûler les éventuels imprudents. Regardez ce gros nounours de Sheriff et dites-lui comment elle était sensée restée mécontente bien longtemps, mh ? Warren Delacroix n’avait probablement jamais de coup de soleil : la lumière était simplement capturée par sa crinière étincelante et réutilisée pour hypnotiser et pacifier tout individu hostile. Il y avait quelque chose de magique là-dedans… peut-être qu’elle devrait l’appeler Aslan dorénavant. Enfin, une fois qu’il aurait passé sa période de probation.

Les explications de Warren asséchèrent soudainement ses larmes, évaporées par la moutarde qui lui remontait violemment au nez. Elle plissa les yeux et les lèvres. « Qu’est-ce que c’est censé vouloir dire ? » demanda-t-elle sèchement. « Quand je te proposais de venir chanter avec moi, ça ne semblait pas être une bonne idée ?! Uh ?!» Ses doigts se crispèrent sur ses avant-bras. Elle savait qu’on la prenait rarement au sérieux mais de la part de ses amis, elle espérait mieux. Les glee clubs l’avaient habitué à mieux.  Elle était respectée et écoutée maintenant chez les Urban Hymns.  Peut-être s’était-elle habituée à un certain luxe… mais elle n’avait pas vraiment envie d’y renoncer, malgré les éventuelles désillusions à venir.

« Et non, ça ne me console pas, bien au contraire ! Si tu avais un quelconque intérêt pour les Second Chances, c’aurait été ton choix, et je n’aurais rien pu y faire ! Là… c’est du gâchis ! Une chorale c’est amusant, c’est une famille, qui te motive et avec qui tu fais ce qui te plait ! » Elle agita les mains pour exprimer ses sentiments, frustrée à l’idée que son ami ne vive pas tout le plaisir de cette expérience qui lui tenait à cœur. « Ce n’est certainement pas avec eux que tu iras chanter du Led Zeppelin ou du Johnny Cash ! » Sa culture musicale avait explosé au fil des années mais Brittany était surtout fière d’avoir réussi à retenir les noms des plus grands sans les écorcher (elle s’était tellement fait reprendre qu’elle s’était appliquée à la tâche).

« Je ne prends pas la compétition autant au sérieux que d’autres, mais l’esprit des glee clubs, c’est important pour moi, » conclut-elle tandis que la vapeur redescendait encore une fois. Elle recroisa de nouveau les bras pour ne pas se laisser démonter comme une vieille cocotte-minute et fit la moue. « C’était du gâchis de café surtout, » marmonna-t-elle en fixant le gobelet en carton encore largement plein et dont le contenu finirait bientôt au fond de l’évier. Le gâchis c’est mal. Le gâchis de café tout comme le gâchis de chanteur.

Elle hésita un instant à tendre la branche d’olivier et donner une porte de sortie à Warren, mais au final la crinière eut raison d’elle. « Gimme a hug. » demanda-t-elle à mi-voix. Si elle ne pouvait pas l’avoir dans sa chorale, elle comptait bien profiter un maximum du temps passé ensemble en dehors et si ça voulait dire jouer sur la culpabilité de Warren… et bien  elle n’avait jamais prétendu être une sainte, elle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. Des choses difficiles à avaler   Jeu 8 Mai - 3:05

"Non ce n'est pas ce que je voulais di..."

Non, vraiment la dernière chose qu'il voulait faire c'était bien faire pleurer Brittany. Pas de doute qu'il aurait dû réfléchir un peu plus avant de tout simplement passer cette fameuse audition. Peut être que quelque part, naïvement, Warren s'était dit que personne ne ferait attention à ce genre de détails et qu'il pourrait continuer sa vie tranquillement, en passant inaperçu. Visiblement, il avait eu tort, il avait oublié que premièrement, il était à Lima et... Deuxièmement, il était à Lima. L'esprit de compétition était plus que présent entre les groupes de quartiers ici et Warren était tout simplement perdu. Selon lui, tout le monde avait besoin de prendre une grande inspiration et de se trouver un autre hobby. Lui par exemple il tirait sur des canettes de bière dans son jardin le week end pour se détendre, certes, ses voisins avaient pensé au tout début que Warren était un psychopathe et qu'il n'attendait que la première occasion pour les tuer dans leur sommeil, mais bon... Depuis, tout allait bien dans la banlieue au combien tranquille. Au moins ses voisins avaient eu raison sur un détail, oui, il était un psychopathe, mais Warren avait su se rattraper depuis le temps (en leur offrant de la tarte aux pommes notamment).

Quoi qu'il en soit, la situation dépassait Warren et il fut presque soulagé quand Brittany exigea un câlin de sa part, le blond plus qu'expert dans ce domaine. "God I'm sorry, okay? Come here." dit-il simplement avant de passer ses bras autour de la blonde, la rapprochant de lui, posant son menton sur la tête de cette dernière. Non, il n'avait pas l'intention de la lâcher tout de suite et tant pis s'il devait passer la journée comme ça pour se faire pardonner, ça ne dérangeait absolument pas Warren. (Et pour ceux qui se poseraient encore la question, oui, le service de police de Lima était plus que... Déplorable, mais omettons ce léger détail). "Je suis désolé, je ne voulais vraiment pas te blesser, je suis juste un idiot c'est tout, ce n'était pas contre toi ou contre qui ce soit d'ailleurs, c'est juste... Arrivé. Et vu que je suis du genre à tenir mes engagements, me voilà parti pour cette grande et belle aventure." Et puis, peut être que Warren ne l'admettait pas à voix haute, c'était quand même amusant de se rendre aux répétitions et voir quelle folie était encore passée par le crâne de Grace Hamilton ou même échanger des recettes de cuisine avec Lexie ou taquiner Ashandra... Ça lui permettait de passer le temps, tant pis si le monde n'était pas prêt pour entendre ses covers de Johnny Cash, ça resterait entre lui et sa salle de bain voilà tout.

"Mais ça ne veut pas dire que tu n'as pas le droit te venger bien au contraire." Ajouta Warren avec un léger sourire aux lèvres, gardant Brittany toujours aussi proche de lui. "Si je peux me permettre des suggestions, tu pourrais faire comme mes grands soeurs et m'obliger à participer à une soirée entre filles... Il paraît que le vernis à ongle couleur corail me va bien... Je dis ça, je ne dis rien." Il laissa échapper un rire à la fin de sa phrase, espérant qu'elle comprendrait le message ô combien subliminal qu'il essayait de faire passer, pour lui Brittany faisait parti de sa famille et ça pour Warren c'était le plus important.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MODO ; Don't worry, be happy !
Age : 26 ans
Occupation : Gérante et professeur de Duo Dance
Humeur : Excitée
Statut : Célibataire
Etoiles : 7835

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Happy - Pharrell Williams
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
MessageSujet: Re: 04. Des choses difficiles à avaler   Sam 17 Mai - 21:35

Warren était un gros nounours. Le plus grand, le plus chaleureux et le plus vivant des nounours. En somme le meilleur nounours qui soit, et il pouvait le prouver avec sa technique phare : Le Câlin. Oui, les majuscules suffisaient parce qu’il s’agissait simplement du summum des câlins. Brittany y participa avec plaisir, joignant ses mains dans le dos du géant. Avec le poids du menton de Warren sur le haut de son crâne, le nez  de Brittany s’enfouit dans le cou du Sheriff et elle ferma les yeux le temps d’apprécier le moment à sa juste valeur. Elle émit un faible « Mmh », la bouche fermée, laissant le bruit résonner dans sa bouche et jusque dans la clavicule de Warren, avant d’approuver audiblement :  « Oui, tu es un idiot. »  Et elle hocha légèrement la tête, une joue frottant contre le torse de son nounours, pour renforcer cette déclaration.

Lorsqu’elle se détacha lentement de Warren, ce fut avec un soupir mais elle haussa les épaules. La colère et l’indignation l’avaient quitté. Ce qui était fait est fait, et ce n’était pas vraiment son genre de s’éterniser sur le passé. Elle croisa les bras devant elle, comme pour garder un peu de la chaleur de leur étreinte, et annonça :  « Ça va, je te pardonne. »  Elle laissa ensuite échapper un reniflement dédaigneux à l’idée d’une soirée manucure. Elle ne voyait pas vraiment l’intérêt d’un homme avec du vernis… ceci dit, elle ne jugeait pas les goûts et les couleurs, si c’était les préférences de son ami, loin de lui l’idée de l’en priver. Peut-être pourrait-elle lui acheter une bouteille de vernis corail pour son prochain anniversaire ? … En toute innocence, bien sûr.  « J’ai déjà une petite sœur que je peux torturer librement, pour ça, »  remarqua-t-elle simplement.

Elle pencha la tête sur le côté lorsqu’elle réalisa – un peu tard – ce que la proposition de Warren avait comme sous-entendus. Elle n’était pas vraiment très douée pour identifier ces derniers en temps normal mais il était question ici d’un thème et d’une personne qui lui étaient chers. Ses traits s’adoucirent et un sourire étira le coin de ses lèvres, regagnant un peu de sa bonne humeur ordinaire.   « Non, je préfère que tu sois mon nounours personnel, mon SuperNounours, que je peux appeler quand je veux pour un câlin ! »

Joignant le geste à la parole, elle prit de l’élan et sauta dans les bras de Warren. Le consensus familial statuait que Brittany était la réincarnation d’un koala et elle était prête à le prouver ! Elle rit, espiègle, et batailla quelques instants pour affirmer son emprise sur le SuperNounours. Lorsqu’ils se furent enfin calmés, la joue collée à la sienne, Brittany lui souffla à l’oreille :  « Quand tu voudras chanter ce dont tu as vraiment envie, tu sais où me trouver… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. Des choses difficiles à avaler   Mar 20 Mai - 23:04

Warren fut bien content d’entendre qu’il était pardonné. Même si le shérif ne réalisait pas complètement la hauteur de son crime (et ce n’était pas faute d’avoir l’esprit ouvert… loin de là), il ne voulait pas rester en mauvais terme avec Brittany, surtout pas quand il avait déjà prévu de la faire rentrer dans le cercle très privé des Delacroix. Pas de doute, Amelia l’adorerait et s’amuserait à jouer avec les mèches de cheveux de la blonde comme elle faisait déjà avec son petit frère, Alba la trouverait sans doute un peu trop maigre et la forcerait à reprendre une part de tous les plats et Peter, l’aîné, la trouverait petite et mignonne et il la mettrait certainement sur son épaule en demandant à Warren où donc il était allé la chercher. Oui, les Delacroix étaient ce genre de grande famille atypique et si Glenn avait réussi à s’intégrer à la perfection, Warren savait qu’il en serait de même pour Brittany. Et tant mieux si Brittany n’était pas partante pour une soirée pyjama, non, il avait suffisamment était traumatisé dira t-on avec ses grandes soeurs et non, contrairement à ce que son ton pouvait laisser sous entendre, il n’était pas particulièrement friand de ce genre de soirée… Il avait tout simplement appris à vivre avec (et franchement, même lui ne faisait pas le poids face à Alba et Amelia).

Il eut un sourire aux lèvres alors qu’elle lui attribuait déjà le titre de nounours personnel, ça c’était quelque chose qu’il n’avait jamais entendu avant, on lui avait souvent dit que ses étreintes étaient du genre dangereuses et létales et Glenn le premier. (Ce qui était paradoxal vu qu’il lui avait fait la remarque avant de revenir se blottir contre lui). Et il ne s’attendait certainement pas non plus à ce que la jeune femme se jette littéralement dans ses bras mais, premièrement, il avait de bon réflexe et ensuite pour lui ce n’était pas grand chose. « Je te préviens pour tout ce qui concerne les câlins tu vas devoir te battre avec Glenn mais il t’aime bien donc je crois que ça va être possible. » Dit simplement le policier, son sourire toujours bien en place sur ses lèvres, là encore, il en doutait sérieusement… Aucun moyen de prévoir les réactions de styliste et puis de toute façon, même Glenn McAllistair n’était pas de taille face à la bouille attendrissante de Brittany, Warren en était certain. Ça serait d’ailleurs une scène assez intéressante à voir, Glenn face aux puppy eyes de Brittany et tout ça pour obtenir un câlin de ce cher Warren. « Pas de soucis, on pourrait se faire ça un de ses soirs au bar karaoké ou même dans mon salon avec ma console ça devrait être possible. » Plus que possible même et il lui devait bien ça.

Ou alors il pouvait carrément lui racheter une nouvelle paire de chaussure, pas de doute que Glenn là encore serait beaucoup plus qualifié dans le domaine là encore, Warren était plus qualifié si elle avait besoin de « comfort food » (ce n’était pas de sa faute s’il ne savait que des choses qui faisaient grossir) ou même besoin de quelqu’un pour refaire du café. D’ailleurs en parlant de café… « Bon je crois que je te dois du café pour le coup, et si on fuyait le commissariat de police… Je suis censé bosser mais… » Haussement d’épaules. « Je connais le shérif alors… »

Fin du sujet
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 04. Des choses difficiles à avaler   

Revenir en haut Aller en bas
 

04. Des choses difficiles à avaler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 3 :: Episode 4
-