Choriste du mois


Partagez | 
 

 04. Where do we go from here

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 04. Where do we go from here   Mer 14 Mai - 4:12

Aaron remonta la fermeture de sa veste en cuir jusqu’à son nombril, passa son sac de sport sur son épaule et traversa le couloir jusqu’à la salle où Brittany donnait un cours de modern-jazz à un groupe d’adolescentes. Il lui adressa un signe de la main à travers le hublot de la porte, puis quitta le Studio d’une démarche lente. Il n’était pas pressé. Le trousseau de clés accroché autour de l’index, il s’arrêta à la sortie pour griller une cigarette avant de se mettre en route. Pour aller où? Il n’était pas encore sûr. Ni décidé. Il hésitait encore sur la démarche à suivre et n’avait aucune envie de prendre une décision maintenant. Il n’avait pas non plus l’habitude de réfléchir autant avant de procéder. D’ailleurs, il ne le faisait pas d’ordinaire. Mais au cours des derniers mois, il avait appris qu’une réaction disproportionnée, précipitée, irréfléchie, pouvait entraîner des dommages irréparables. Aussi travaillait-il sur lui-même pour tourner le dos à ses premières instincts, surtout lorsque sa vie privée était impliquée. Aaron avait brutalement conscience du chemin qu’il avait parcouru depuis l’année précédente. Il était passé d’un tempérament explosif dévastateur à une colère certes latente mais bridée. Ecaterina l’avait beaucoup aidé là-dessus au cours de leurs sessions à la LPA. Mais c’était Ashandra qui avait apporté la touche d’amour, de stabilité et de calme dont il avait désespérément eu besoin pour ne plus dérailler. C’était sans doute pourquoi il tenait si peu à être l’instigateur de cette confrontation.
Il était dix-sept heures trente, le ciel était d’un gris nuageux. Il allait sans doute pleuvoir. La météo semblait s’accorder à son humeur ces derniers jours, songea-t-il maussadement. Il porta sa cigarette à ses lèvres, tira une longue bouffée, la retînt une seconde avant de la rejeter dans un panache de fumée. Il n’avait pas l’arrogance de croire qu’il comprenait tout ce qui se passait entre Ashandra et lui, au contraire. Il avait fermé les yeux parce que ça l’accommodait de ne pas reconnaître qu’il puisse y avoir un problème entre eux. Mais l’heure était arrivée, et il ne pouvait plus supporter d’avoir la tête enfoncée dans le sol à attendre que ses affaires se règlent d’elles-mêmes. Et quelque part, il savait qu’il ne pouvait pas faire confiance à Ashandra pour venir lui confier ce qui la pesait. C’était dans son caractère d’avoir le dos large, alors c’était sa responsabilité de prendre le taureau par les cornes.

Aaron avait conduit en direction du Vieux Quartier en moins d’un quart d’heure. La circulation était fluide à cette heure de la journée. Néanmoins, il avait été obligé de monter jusqu’au numéro 135 pour trouver une place suffisamment large pour accueillir sa Mustang. Il avait claqué la portière conducteur, avait verrouillé le véhicule dans une série de clac! Sonore, et s’était empressé de rejoindre l’appartement qu’Ashandra partageait avec Cassandra, sous une averse à l’intensité croissante. Il avait récupéré la clé qu’Ashandra laissait dans un pot de fleurs près de l’entrée à son intention lorsqu’il passait la nuit chez elle, de manière à ce qu’il puisse refermer derrière lui lorsqu’il se levait après son départ. À son plus grand soulagement, Cassandra était absente. Il n’avait pas spécialement envie de traiter avec elle aujourd’hui. Ou disons, encore moins que d’habitude. Il trouva refuge dans la chambre d’Ashandra, située au fond d’un couloir aux murs d’un vert défraîchi. Encore une fois, il songea qu’un bon coup de peinture serait sans doute le bienvenu. Il soumettrait l’idée à Ashandra un peu plus tard. Pour l’instant, ses week-ends étaient complètement bloqués par le Studio, ses coulisses, et ses courses de mise à niveau.
Il roula des épaules pour se défaire de sa veste qu’il laissa choir sur le dossier d’une chaise, avant de s’étendre en travers du lit d’Ashandra. Le matelas était raide, et les draps un peu trop frais en son absence. Il sentit son odeur sur l’oreiller et combattit l’envie d’y plonger son visage. Il poussa un court soupir, ferma les yeux, les muscles moulus par sa journée. Le cœur entre deux chaises, il ne savait toujours pas comment approcher le sujet quand Ashandra rentrerait. D’ailleurs, était-ce seulement raisonnable de le faire? Et s’il se montait un film?

Aaron pouvait sentir leur relation se distendre depuis quelque temps. S’étirer, flirter avec son point de rupture, se détendre. La plupart du temps, c’était une juste une impression. Ça glissait sous sa peau quand ils s’allongeaient l’un contre l’autre dans le canapé. Il la sentait toute appuyée contre lui, mais quand il la détaillait à son insu, c’est comme si elle était ailleurs, dans ses pensées. Loin.
Mais Ashandra et lui avaient passé le réveillon de Noël ensemble, chez sa mère. Ils avaient commencé à dormir l’un chez l’autre de plus en plus régulièrement; si souvent d’ailleurs qu’Aaron envisageait sérieusement de prendre un appartement avec Carter pour pouvoir apprécier un petit-déjeuner avec sa petite-amie sans que sa mère ne fasse irruption pour leur servir un nouveau bol de céréales. Mais elle avait aussi décliné son invitation à la Saint Valentin. Il n’avait pas insisté. Secrètement, il en avait même été plutôt soulagé. Il n’affectionnait pas cette fête plus commerciale que romantique à son humble opinion. Et puis, elle lui rappelait inévitablement celle qu’il avait passé avec Santana l’année précédente, à la Pension Preston. Santana, qui ne cessait de surgir aux moments où il s’y attendait le moins. À l’ouverture de Duo Dance. À la sortie du Studio pour déjeuner avec Brittany. Il avait encore le souvenir du tango brûlant qu’ils avaient produit cette soirée-là. Ça le brûlait douloureusement. Aaron passa un bras sur ses yeux en rejetant cette image et attendit patiemment qu’Ashandra fasse son retour. En priant pour qu’elle ne tarde pas trop.
C’est le claquement de la porte d’entrée qui le tira de l’assoupissement. Il se frotta rapidement le visage pour en chasser toutes traces de fatigue sans y parvenir complètement. Il tendit l’oreille, cherchant à déterminer s’il s’agissait de Cassandra ou de sa petite amie. Mais à cette heure, il doutait que Mlle Hamilton soit de retour. Un mince sourire étira ses lèvres lorsqu’Ashandra entra enfin dans sa chambre pour, il supposa, déposer ses affaires. “Hey” lâcha-t-il en se redressant lentement. Il tendit les mains vers elle pour l’attirer à lui. “Désolé pour l’embuscade” ajouta-t-il l’air pas si navré que ça. Il déposa un baiser sur le bout de ses lèvres, avant de l’inciter à s’asseoir. “Ça a été aujourd'hui?” Il ne savait toujours pas comment s’y prendre, non. Mais il savait au moins une chose, c’était qu’il n’était pas utile de s’y prendre comme un homme des cavernes. “Tu as reçu mon message?”
Revenir en haut Aller en bas
 

04. Where do we go from here

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 3 :: Episode 4
-