Choriste du mois


Partagez | 
 

 06. Shopping on sunshine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 06. Shopping on sunshine   Ven 22 Aoû - 22:40

Glenn était dans son royaume. Il se sentait chez lui ici, il était dans son élément. Qu'est ce qui lui apportait un tel sentiment de plénitude ? C'était tout simple. The Mall !!!! Et okay, c'était un centre commercial à Lima, Ohio mais c'était quand même le domaine absolu de Glenn. Là où il pouvait se libérer de toutes limites et devenir la garce qu'il était vraiment, at heart. Et ce n'était pas tout, aujourd'hui était encore plus spécial parce qu'il avait réussi à convaincre Warren de l'accompagner ! C'était assez rare pour qu'il le fasse remarquer. Surtout que non seulement Warren l'accompagnait mais en plus, il avait accepter que Glenn le rhabille de pied en cape ! Okay peut être pas à ce point là, mais d'une chemise et d'un jean à une garde robe entière il n'y avait qu'un pas. Et le styliste n'était pas contre user de ses charmes pour obtenir ce qu'il voulait … que ce soit dans l'intimité de leur chambre ou dans une cabine d'essayage d'ailleurs … Et puis de toute façon, le jeune homme estimait qu'il méritait complètement la coopération de son géant de petit ami. Après tout, il n'avait fait absolument aucune scène en apprenant l'organisation clandestine d'un barbecue pour filles en bikini dans le jardin de Warren et il avait juste était un peu décontenancé en voyant le massacre qu'avait subit la magnifique chevelure digne de Samson, Aurore et Rapunzel réunit – et non, il n'avait pas du tout hurler avant de s'enfuir dans la chambre et de pleurer toutes les larmes de son corps en travers du lit, tel une Scarlett O'Hara des temps modernes et sans crinolines (dommage), pas du tout. En plus, il lui avait quand même offert un chiot ! Alors que lui même n'en était pas vraiment un admirateur (un bestiole baveuse, collante et qui laisse des poils partout sur ses vêtements ? Nope!) mais il avait voulu lui remonter le moral après la défaite de sa chorale, Glenn lui même n'étant pas touché par la défaite de la sienne, mais Warren avait finit par prendre tout ça au sérieux – et sans blague, combien de fois l'avait il surpris en train de chanter ces derniers temps, ce qui n'était pas pour lui déplaire dans la mesure où son shérif avait une voix parfaite qui contenait tout le Sud et qui peut être lui donnait envie d'arracher tous ses vêtements et de s'offrir à lui – et, franchement, Glenn n'arrivait toujours pas à croire qu'il avait fait ça. En plus, il avait choisit le chiot le plus collant de la portée, celui qui n'avait cesser de le suivre à chaque fois qu'il s'était rendu au chenil. Mais heureusement, le petit animal, R2D2 – Glenn ne pouvait dire ce nom sans lever les yeux au ciel si fort qu'il risquait l'anévrisme à chaque fois –, avait maintenant pris l'habitude de suivre Warren partout, quand ce n'était pas ce dernier qui le portait, le chiot ayant l'air d'un chihuahua entre ses deux immenses (et très très talentueuses) mains.

Bref, après quelques cajoleries, à la fois verbales et pratiques, Warren et Glenn avaient donc grimper dans la Mustang (la voiture du styliste étant beaucoup trop petite pour un géant), ce dernier ne manquant pas de chantonner Mustang Sally comme il en avait l'habitude, et ils étaient à présent dans le hall du centre commercial, observant les alentours. Ce qui pour Glenn consistait à analyser la situation afin d'adopter la meilleure marche à suivre pour pouvoir faire TOUTES les boutiques en en profitant au maximum. Glenn pouvait déjà sentir un large sourire, légèrement teinté de folie et de soif de sang, ourler ses lèvres. Oh oui, il était plus que prêt, la carte de crédit déjà prête à être dégainé, et prêt à faire les yeux (et plus si affinité) à Warren afin de pouvoir utiliser la sienne au cas où. Avec un immense sourire, Glenn sortit de sa contemplation et se tourna vers Warren, son sourire illuminant tout l'espace autour d'eux. A cet instant précis, il était heureux et il le serait encore plus après s'être dépenser sans compter dans sa discipline fétiche. Sans blague, si c'était une discipline olympique, il aurait besoin de toute une pièce, en duplex, pour ranger tous ses trophées et médailles d'or. En plus, il avait prévu de faire aussi plaisir à Warren et donc de faire une pause – une chose qu'il n'avait jamais fait, pour PERSONNE – et le laisser engloutir la quasi totalité des réserves de nourriture de Lima, pour lorsque la bise viendrait, sans rien dire, lui même sirotant un bon slushi au Redbull pour se requinquer un peu. Mais ce n'était que pour plus tard. Pour l'instant : shopping ! Il saisit la main de Warren afin de (tenter de) l'entraîner vers la première boutique qui lui faisait de l’œil. Il était tellement excité qu'il en vibrait presque, sourire toujours présent et rire au coin de la gorge, les yeux pétillants de passion.

-I hope you're ready darling. Cause here I come!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. Shopping on sunshine   Mer 27 Aoû - 15:16

Il n'y avait pas beaucoup de choses au final qui terrifiaient Warren. Dans le fond, c'était normal, il avait été dans l'armée, il avait connu la guerre, le déluge de balles, la mort imminente et autre clichés bien traumatisants dont il ne parlait jamais. Il avait été entraîné à ne pas avoir peur ou dans tous les cas ne pas le montrer. Il y avait ça et le fait qu'il était le dernier d'une famille de cinq enfants et que les Delacroix avaient toujours une idée très précise de l'éducation qu'il voulait donner à leur petit frère adoré, cela n'aidait en rien que Warren était grand et qu'il savait mieux tirer qu'eux… Absolument rien. Ce n'était pas comme si Alba ne se séparait jamais de ses couteaux, que Peter pouvait le mettre à terre sans sourciller et qu'Amelia… non vraiment Amelia était la pire. En somme, il n'y avait pas beaucoup de choses dans ce monde qui faisait peur à Warren.

Pourtant, il appréhendait la réaction de son petit-ami au sujet de sa récente démission. Warren se rendait bien compte qu'il aurait pu mieux faire les choses et c'était certainement une première dans l'histoire car Warren Delacroix n'admettait jamais ses torts… Jamais. Laisser un message à Sue alors qu'il était en pleine fête avec le reste des Second Chances avait été une très mauvaise idée, mais soit, il n'était pas du genre à regretter une décision et il assumait pleinement, il lui avait rédigé une lettre de démission tout ce qu'il y avait de plus niais et de formel et… Il lui avait aussi apporté un cactus, le blond ne pouvant pas résister à cette belle occasion. Quoi qu'il en soit, il attendait toujours le bon moment pour en parler avec Glenn, il ne voyait pas vraiment à qui d'autre il pouvait avoir ce genre de conversation et l'autre blond ne l'avait jugé, le styliste toujours curieux de savoir que le CV ne Warren se résumait à bien plus que savoir tirer correctement. C'était une chose que Warren s'était dit pendant des années, persuadé qu'il n'était bon qu'à ça, mais son implication plus ou moins douteuse chez les Second Chances lui avait fait prendre conscience d'un tas de choses. Et la première était qu'il ne comptait pas finir sa vie shérif d'une ville en Ohio, c'était tout simplement hors de question, il n'était certes pas allé à l'université mais il ne voulait pas être policier toute sa vie, surtout qu'à 29 ans il avait déjà atteint ce qu'on pouvait considérer comme le sommet de sa carrière. Il devait faire autre chose de son temps, quelque chose qui le motiverait un peu plus. C'était de ça qu'il voulait parler avec Glenn dans un premier temps, l'autre homme arrivait toujours à le faire sourire et à trouver des bonnes idées qui échappaient toujours à Warren… Ça et le fait que lui bossait toujours pour Sylvester… Techniquement. Le plan de la journée était donc simple: mettre Glenn dans de bonnes dispositions pour lui annoncer tout ça. D'où le shopping. Et oui, le blond était très bien sous la couette à prouver à Glenn que si, il était aussi souple que cela, mais c'était pour la bonne cause. Il s'était levé avec un sourire aux lèvres, avait nourri R2D2 et était allé prendre sa douche. Et oui, Warren adorait ce chien, il n'avait que quelques semaines et très certainement le nom le plus cliché du monde mais c'était son chien et dans quelques années il traquerait les plus grands criminels du pays… Ou il irait chercher le journal de Warren au choix.

Il avait souri tandis que Glenn chantait en montant dans sa voiture et il avait insisté pour s'acheter un café frappé au Starbucks du coin et, sa paille dans la bouche et son autre main dans celle de Glenn, il se disait que cela pouvait être une bonne journée au final. L'excuse de "je me suis coupé les cheveux donc j'ai besoin d'une nouvelle garde robe" avait envoyé Glenn dans une autre dimension et dire qu'il était excité était un euphémisme. "I still got the feeling you're gonna enjoy this more than me, but I did promise …" Ne put s'empêcher de lancer Warren, plus pour le taquiner qu'autre chose. Il se pencha pour déposer un baiser sur les mèches blondes de Glenn avant de déclarer:  "And I have my coffee ... well kinda, but anyway...let's do this." Et sans broncher cette fois-ci, Warren se laissa entraîner à l'intérieur de la première boutique. Au moins, il ne pouvait pas reprocher à Glenn de ne pas avoir compris son style vestimentaire, et puis de toute façon, il ne fallait pas être un génie pour voir que Warren préférait de loin traîner en jean et en chemise plaid que dans quelque chose de beaucoup plus élaboré. "I might need a couple of shirts, and some jeans… I know you want to burn my favorite pair of jeans, I saw you eye them McAllistair." Le dit jean comportait beaucoup trop de trous mais peut être que Glenn avait raison et que Warren s'y était un tout petit peu trop attaché… Peut être, il ne savait pas vraiment. Il observa Glenn un instant, ce dernier déjà en train de choisir des vêtements, définitivement trop excité à propos de toute cette histoire, Warren eut un sourire et prit une gorgée de son frappé avant de dire le plus nonchalamment possible:  "And changing subject completely, you know summer is approaching and everything and since we didn't do anything special last year, I thought that maybe this year we could go away together somewhere … somewhere sunny… One month or maybe two months… I mean my schedule is pretty free since I quit my job and everything."Smooth Delacroix, smooth. S'emparant du t-shirt que Glenn avait dans ses mains, il continua distraitement: "This shirt looks nice, I should probably try this one on."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. Shopping on sunshine   Mar 9 Sep - 19:02

Non, non, trop petit, non, pas la bonne couleur, ewww ! Glenn, complètement dans son élément, passait en revu les chemises sur le portant, n'en trouvant aucune qui puisse convenir pour couvrir le corps parfait de son dieu viking de petit ami. Même s'il était du Sud et américain pure souche sans aucun lien avec la Scandinavie si ce n'était sa ressemblance avec l'acteur qui jouait Thor dans ce film avec les costumes ridicules. Avec un soupir, Glenn délaissa le portant pour aller papillonner vers un autre tandis que Warren attendait là en sirotant son monstrueux tas de sucre. Et c'est alors que ce dernier lâcha sa bombe avant de continuer à parler comme si de rien n'était, en lui prenant le t-shirt qu'il avait dans les mains. T-shirt qu'il lui reprit bien vite avant que Warren n'est l'idée saugrenue de l'acheter vu qu'il ne convenait absolument pas. Puis, il le regarda dans les yeux pendant un instant, sans rien dire, se souvenant de la manière dont il avait apprit que son petit ami avait été élu shérif pendant son absence. La situation était étonnement similaire, à croire que l'autre homme adorait le surprendre de cette façon quant à sa carrière. Mais Glenn pouvait voir que Warren semblait penaud, comme s'il avait peur de sa réaction. Voulant le rassurer, le jeune homme s'approcha de lui et l'entoura de ses bras, l'embrassant au passage au niveau du sternum, le seul endroit qu'il pouvait attendre sans se mettre sur la pointe des pieds.

-Hey Warren … What's with that face ? I don't really care what you do with your job, if it's make you happy. But you really should talk to me instead of dropping those bombs on me.

Encore un baiser, puis Glenn le relâcha et s'intéressa de nouveau aux vêtements autour de lui, avec plus de succès cette fois. Avec un rire légèrement effrayant -pour ne pas dire qu'il aurait totalement convenu à la méchante sorcière de l'Ouest ou à Sue Sylvester- le styliste commença donc à empiler des chemises, t-shirt et autres dans les bras d'un des vendeurs auquel il avait fait signe de s'approcher un peu plus tôt d'un claquement de doigt. Le personnel de cette boutique connaissait très bien le jeune homme et savait qu'il ne fallait en aucun cas le contrarier parce que, d'un il était un excellent client, et de deux, il leur faisait peur. Après tout, il s'agissait de la personne qui n'hésitait pas à faire couler le sang lors de soldes ou du Black Friday. Puis, il se tourna vers Warren, un large sourire sur les lèvres tout en indiquant la cabine d'essayage, avant de le suivre à l'intérieur sans se soucier du regard interloqué du vendeur sur qui il referma la porte de la cabine. Sans perdre un instant, Glenn commença à déshabiller Warren avant de lui tendre une chemise et de s'asseoir sur le banc qui y était présent.

-Sinon, je suis d'accord pour partir tous les deux. J'ai l'impression de ne pas avoir pris de vacances depuis des siècles et j'avoue que j'ai bien envie de me retrouver seul avec toi. Où est ce que tu veux aller ? Personnellement, tout me va tant que je peux frimer avec toi à mon bras. Oh et si on peut trouver un endroit où on peut faire l'amour dans l'eau ça serait génial.

Tout en parlant, Glenn s'était remis debout et servait de camériste à Warren, l'aidant à enfiler les vêtements qu'il avait sélectionner, sans pouvoir s'empêcher de laisser ses mains s'égarer sur le corps de l'autre homme, attirées par la chaleur et la douceur de sa peau sous ses doigts. Hum … Cela ressemblait en tout point au début d'un de ses fantasmes qui peut être ou peut être pas se déroulait dans une cabine d'essayage avec lui même essayant de ne pas faire de bruit. Et il ferait mieux d'arrêter de penser à cela s'il voulait éviter de se jeter sur Warren tel une succube en manque. Ugh, personne ne s'en doutait mais être le petit ami d'une personne comme Warren pouvait être très compliqué. Surtout si on voulait éviter d'être arrêter pour atteinte à la pudeur et comportement obscène, ce qu'il voulait éviter maintenant que son petit ami n'était plus shérif et que son casier comportait déjà une multitude d'amendes et d'arrestation pour excès de vitesse. D'ailleurs, cela lui faisait penser …

-Dis, qu'est ce que tu vas faire maintenant que t'es plus shérif ? Parce que si tu cherches de travail, je peux te dégoter un poste de mannequin à l'agence … ou juste pour moi ?

Le regard qu'il lança à Warren montrait clairement qu'il préférait la seconde éventualité, même si ce n'était pas forcément pour travailler. Puis, il attrapa le frappucino que Warren n'avait toujours pas lâché et en avala la moitié en une gorgée, essayant de se distraire avec du sucre et de le caféine glacée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. Shopping on sunshine   Dim 21 Sep - 14:02

À la réflexion, Warren se demandait bien pourquoi il faisait autant d'efforts, Glenn avait sans doute raison dans le fond. Les confidences n'avaient jamais été le fort du grand blond en particulier en présence de quelqu'un qu'il appréciait alors face à Glenn… Ça risquait d'être encore plus problématique. Il avait beau avoir retourné ça dans tous les sens, il ne lui ait été jamais venu à l'esprit qu'il pouvait le dire tout simplement, ou peut être que dans le fond il savait pourquoi il hésitait toujours quand il s'agissait de parler de quelque chose d'un peu plus privé mais peu importe. Warren préféra se concentrer sur Glenn qui passait déjà ses bras autour de son cou pour l'embrasser, pas sur les lèvres mais cela eut au moins le mérite de le faire rire. "Yeah…I really gotta work on the whole being honest with each other thing." laissa t-il échapper dans un souffle, se sentant soudainement plus léger. Le seul problème dans tout ça c'était qu'il ne pouvait jamais prévoir les réactions de Glenn. C'était une chose qu'il adorait particulièrement à propos de son petit-ami, comme aujourd'hui, il offrait le plus beau des sourires à Warren et l'ancien shérif se retenait de poser ses mains à plat sur les hanches du jeune homme et de soulever ce dernier pour que leur deux visage soit à la même hauteur. Mais il ne le fit pas, surtout pas en voyant le regard que le styliste lança à l'un des vendeurs. Autoritaire et efficace, Glenn savait toujours se faire entendre et même si c'était des qualités qu'il appréciait dans un certain contexte (traduction dans leur chambre à coucher… et non le jeu de mot n'était pas volontaire), il était déterminé à ce qu'aucune dispute n'éclate plus jamais entre eux. Il se souvenait encore du fameux soir d'Halloween et pour être très honnête, cela risquait de hanter le blond pendant encore longtemps. Mais c'était bien la preuve qu'il tenait à Glenn… pas vrai? Warren se dit que c'était bien le cas et il ne broncha même pas tandis que son petit ami lui indiquait une cabine d'essayage.

Ça aurait été quelqu'un d'autre, Amelia par exemple, il aurait poussé un grognement et il serait rentré dans la dite cabine le pas traînant. Il pouvait cependant se montrer plus conciliant pour Glenn, encore plus si ce dernier le suivait à l'intérieur de la cabine. Un tout autre sourire apparut sur le visage de Warren alors qu'il se délestait de son t shirt très facilement. Comme le neat freak qu'il était, les propos de Glenn là encore pas les siens, il le plia soigneusement, enfilant la première chemise que l'autre blond lui tendait déjà. Warren adorait le fait qu'ils parlent d'hypothétique vacances… ensemble. Très honnêtement, le blond n'avait jamais pris de vacances, il était beaucoup trop actif pour songer se poser. Depuis qu'il n'était pas obligé de se rendre au commissariat tous les jours, il avait eu le temps de ranger sa maison de fond en comble, se mettre à son potager, passer du temps sous le capot de sa voiture et même participer aux éventuelles répétitions avec Glenn pour leur boysband du dimanche. Sans compter le fait qu'il avait repris sérieusement le sport, multipliant les exercices et les étirements, ridiculisant même Keegan lors de leur jogging hebdomadaire. Warren n'était vraiment pas fait pour se reposer mais cela l'intéressait de voyager, il n'avait jamais quitté les États-Unis tout simplement pour s'amuser et oui, il préférait ne même pas penser à ces années où il était encore dans l'armée. La perspective de partir avec Glenn et uniquement Glenn était plus que tentante, non pas qu'il n'appréciait pas Lima et ses amis mais il avait envie de se dire qu'il pouvait passer une heure à embrasser Glenn sans que ce dernier ne soit appelé quelque part par Madeleine ou même parfois Lexie ou tout simplement Sue. Ou sans se dire qu'il allait manquer une énième répétition, ou qu'il se dise qu'il devait travailler ses mouvements de danse. L'été arrivait à grand pas et il était grand temps qu'il attrape la main de Glenn pour l'emmener à l'autre bout du monde et oublier le reste juste pendant quelques jours. Et également batifoler dans l'eau. Mais ça, c'était sous entendu.

"Rappelle moi qui est le plus pervers de nous deux déjà?" lança Warren alors qu'il ôtait une énième chemise à la demande de Glenn. Le blond était difficile et très franchement, il ne voyait pas vraiment la différence entre ce qu'il venait d'enfiler et la chemise bleue claire qui lui était tendue à présent. Okay, peut être que ça ferait ressortir ses yeux… Peut être. Et ce pantalon… sérieusement? Il jeta un regard désapprobateur à Glenn mais il n'allait pas vraiment se plaindre, sans y penser, ses mains se mirent à défaire sa ceinture alors qu'il reprenait leur conversation comme s'il n'était pas en train de se déshabiller. "Je n'avais pas vraiment d'endroit particulier en tête, je veux juste aller quelque part où il y a du soleil et si possible pas trop de touristes. Oh aussi de bonnes vagues, j'ai envie d'apprendre à surfer." Il n'y avait pas vraiment réfléchi avant que Glenn ne lui pose la question, mais c'était plus qu'évident qu'il n'était pas le genre d'homme à avoir un plan ou à se soucier du futur, il était plus du genre à improviser et dieu merci Glenn ne lui avait pas encore reproché. Warren laissa échapper un bruit en passant dans ce pantalon un peu trop près du corps à son goût, il était bien loin de ses jeans super confortables avec de la place pour au moins deux Warren. Mais okay, il faisait confiance à Glenn qui pour une raison inconnue de l'humanité le trouvait beau... Ou du moins potable. "Moi mannequin? Nah… Besides you know me, I'd rather have absolutely no clothes on… And stop doing that." Il faisait référence à la main de Glenn qui venait de s'attarder sur son abdomen et cela ne l'aidait vraiment pas à enfiler sa chemise. Et cela lui donnait également de très mauvaises idées… Enfin pas si mauvaise que ça mais tout le magasin n'avait pas besoin d'entendre tous les sons que pouvaient produire Glenn… n'est-ce pas? Dans un sourire, Warren retira la main de Glenn, le gratifiant d'un clin d'oeil avant de boutonner cette fameuse chemise.

"Et honnêtement je ne sais pas vraiment… Je ne me suis jamais posé la question, enfin je n'ai jamais pris le temps d'y réfléchir correctement. Je veux dire… Mes compétences sont plutôt limitées, tout ce que je sais faire c'est tirer correctement et faire la cuisine à l'occasion…" Warren ne se dévalorisait pas, il était très, très réaliste, il avait toujours su ce qui se disait à son sujet dans sa jeunesse et si ses professeurs l'avaient considéré comme un raté, c'était pour une bonne raison. Il avait fait la seule chose qu'il pouvait faire à l'époque et une fois sorti de l'armée, il avait continué dans cette voie, faisant ce qui était logique, mais sinon… Il ne voyait pas vraiment quoi faire d'autre."Et aussi m'occuper de toi… Mais je doute que je puisse mettre ça sur un CV… so how do I look?" demanda t-il en ouvrant les bras, montrant le résultat à Glenn.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. Shopping on sunshine   Ven 7 Nov - 1:40

-Tu peux toujours faire du nu …

Tel furent les paroles distraites qui échappèrent à Glenn alors qu'il dévorait Warren des yeux, son regard ne cessant d'aller et venir sur le corps de l'autre, appréciant grandement, et audiblement, la façon dont le pantalon mettait en valeur les jambes de son petit ami et la chemise qui moulait juste ce qu'il fallait, le tout sans donner l'impression que le grand blond allait travailler dans un bar à chippendales ou quelque chose de trashy dans le même genre. Oui cette tenue était parfaite ! One down, more to go ! Sans qu'il s'en rende vraiment compte, ses mains s'étaient mises à caresser de nouveau l'abdomen du grand blond, savourant le relief des abdominaux sous ses doigts, à travers le tissu doux de la chemise. Puis, sans crier gare, il revint à la réalité … et talocha Warren dans le même mouvement tout en levant les yeux au ciel.

-Arrête de dire n'importe quoi ! Des compétences limitées ? My -beautiful- ass ! Tu peux faire ce que tu veux et tu y arriveras, alors arrête de te dévaloriser comme ça. Comme si je sortirais avec quelqu'un de limité. Pourquoi ne pas ouvrir un resto ? Après tout on a que Breatsticks, donc niveau concurrence y a aucun souci. Et je vois ça d'ici « Delacroix's southern soul kitchen » !! Je pourrais même t'aider ! Glenn s'excitait visiblement tout seul comme le montrait les grands gestes qu'il faisait, manquant plusieurs fois de frapper Warren par inadvertance avant de se calmer subitement. And you look like you should be out lawed ! I'm so lucky … We're keeping it. Next!

Tout en parlant, il avait écarter le rideau avec force, faisant sursauter l'assistant qui attendait sagement derrière en faisant semblant d'être victime d'une surdité subite et sélective. Sans un mot, Glenn lui balança les vêtements qui n'avaient pas trouver grâce à ses yeux avant de se diriger vers la caisse pour les autres. Il était plus que temps de changer de boutique, il n'était resté dans celle-ci que trop longtemps et il avait encore pleeein de choses à faire essayer à Warren. Après tout, il avait envie de le voir transformer en cobaye vestimentaire depuis la première fois où ce dernier l'avait fait sortir de sa voiture avant de le fouiller contre celle-ci après un excès de vitesse quand ce dernier n'était encore que le shérif adjoint de Lima. Glenn soupira d'extase en se souvenant de ce moment bénis même s'il s'était toujours demandé le rapport entre excès de vitesse et fouille au corps. D'ailleurs …

-Dis, ça fait longtemps que je me pose cette question mais, est-ce que tu fouillais toutes les personnes qui étaient en excès de vitesse où est ce que c'était juste pour moi ?

Il venait de poser cette question de but en blanc tout en entraînant Warren dans une nouvelle boutique, de chaussures cette fois, avant de se laisser distraire en chemin par la nouvelle vitrine du Victoria's Secret pendant une bonne dizaine de minutes, observant les tous nouveaux modèles. Avec un sourire, il se força à se détourner de tout ceci et reprit son chemin vers l'enseigne originelle, bien décidé à guérir Warren de son obsession pour les boots de baroudeur. Une fois sur place, il recommença sa stratégie de la Terreur pour insuffler la peur au sein des employés de la boutique et obtenir ce qu'il voulait sans délai aucun puis il indiqua à son petit ami un siège sur lequel s'asseoir pendant que lui-même furetait partout sur les présentoirs, sélectionnant modèle sur modèle, allant de la chaussure de ville (Glenn partant du principe que rêver n'était pas interdit) aux boots beaucoup plus élégantes que les godillots qu'il portait à longueur de temps. Il déposait chacune de ses trouvailles dans les bras du manager qui était sortit de son antre pour voir par lui même ce qui avait bien pu faire aussi peur à ses employés. Il n'avait visiblement pas prévu  de se retrouver dans le rôle d'essayeur mais qu'est ce qu'était une vie sans surprise ? Après avoir fini de s'agiter dans tous les sens, Glenn se planta à côté de Warren, tout sourire, tout en faisant signe au manager de commencer sa tâche. Heureux de voir que tout se déroulait exactement comme il voulait, Glenn vola un baiser bien mérité à son petit ami avant de se souvenir que oui, ils étaient en train d'avoir une conversation.

-Du coup pour les vacances, ça nous laisse Hawaï, les Bahamas, les Seychelles, les Caraïbes et la Polynésie ! Je pourrais  me dorer la pilule en sirotant un cocktail et en me rinçant l’œil sur les autres surfeurs et toi. Enfin je pourrais essayer de bronzer vu qu'avec mon teint c'est pas gagné.

Et encore, c'était un euphémisme. Le jeune homme était capable d'attraper un coup de soleil s'il restait trop longtemps devant une LED alors sous le Soleil c'était encore pire. Même l'indice le plus fort ne pouvait pas le protéger complètement de la cuisson mais il en fallait bien plus pour l'empêcher d'aller à la plage. Surtout avec Warren.

-Oh, je sens que ces vacances vont être merveilleuses ! On sera ensemble tous le temps ! On passera la nuit sous les étoiles après avoir eu une journée bien rempli et on rentrerai au bungalow où je te remercierai comme il se doit pour tout ça.

Complètement absorbé par le petit film qu'il venait de se créer, Glenn posa sa tête sur l'épaule de Warren en soupirant comme une midinette avant de lever les yeux vers lui.

-On partirait pour combien de temps d'ailleurs ? Et qu'est ce qu'on fera de ta boule de poils baveuse et maléfique ? Et est-ce que je peux en profiter pour te faire une garde robe spécial été ? Pretty, pretty please?

Et non, il n'était pas du tout en train de battre des cils. Il n'était pas Scarlet O'Hara que diable !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. Shopping on sunshine   Dim 16 Nov - 19:31

Si Warren avait été un champion pour dire ce qu'il pensait, il aurait sans doute remercier Glenn. Remercier l'autre blond de croire en lui alors qu'il n'avait absolument aucune raison de le faire. Le styliste avait très certainement raison en affirmant que son géant de petit-ami se dévalorisait trop. Mais ce n'était pas que Warren appréciait forcément s'apitoyer sur son sort ou quoi que ce soit dans ce goût là. Il était toujours honnête et parfois un peu trop et même brutal, et ce même genre de raisonnement s'appliquait également à lui-même. Il avait dû mal à se poser et à considérer toutes ces options parce qu'il ne l'avait jamais fait auparavant et que pour lui ses options se limitaient à manger des chips sur son canapé ou s'entraîner à démonter et à remonter son fusil à pompe le plus vite possible dans le seul but de battre le record d'Amelia. Glenn semblait croire qu'il y avait plus et Warren savait par son ton et sa posture et même l'expression qu'il abordait sur le visage qu'il était sincère. Il ne s'agissait pas juste d'un pep talk sans profondeur dans le but de galvaniser la confiance de Warren, Glenn était sincère. Et c'était vraiment ça le plus important pour l'ancien policier, peu importe ce qui se passait dans sa vie ou dans sa tête, il savait qu'il n'avait qu'à adresser un regard à Glenn pour se sentir mieux et un peu moins dépassé par les évenements.

C'était une très bonne sensation et c'était bien la première fois qu'il ressentait ça aux côtés de quelqu'un. Ça voulait forcément dire quelque chose, pas vrai? Ne pas laisser tomber Glenn, c'était prévu, plus que prévu et Warren était prêt à le suivre pour un millier de virée shopping du moment que le blond restait dans sa vie. Ce n'était pas quelque chose qu'il allait admettre à voix haute cependant… Il tenait encore à son compte en banque.  "On dirait que tu y a songé plus que moi… Ce qui est un peu effrayant quand on sait que je viens juste de t'en parler. Et arrête de baver, merci." répliqua finalement Warren, lançant un autre clin d'oeil à Glenn. Dans le fond le blond mentait, il aimait bien jouer les mannequins juste pour Glenn. Enfin, non, il aimait se déshabiller devant lui, chose complètement différente qu'il gardait pour ce soir car il n'était pas vraiment sûr que les vendeurs du magasin apprécieraient, non pas que leur avis comptait véritablement dans le fond. Il tendit docilement son porte-feuille à Glenn sachant qu'il s'occuperait de s'inquiéter beaucoup plus tard avant de se faire entraîner vers une autre boutique. L'enthousiasme de Glenn était plutôt contagieux et Warren lui attrapait de nouveau la main alors qu'il changeait de sujet de conversation. Le Delacroix laissa échapper un rire, se demandant si Glenn était sérieux avec son interrogation. Visiblement oui. Bon, visiblement, il était temps pour une confession de plus…."… Tu ne viens pas de me poser cette question. Glenn, on sait tous les deux que c'était une excuse, maintenant je peux juste faire ça…" Ne se souciant pas vraiment du fait qu'ils en étaient dans un nouveau magasin, les mains de Warren dérivèrent allègrement vers le postérieur de Glenn pour le toucher sans aucune retenue.  "… And I'm quite happy about it." termina Warren avant de déposer l'ombre d'un baiser sur les lèvres de Glenn et de s'intéresser à ce qui se passait autour de lui.

Oui des chaussures, Warren en avait besoin. Certainement. Il ne se souciait même plus de ce genre de détails à présent et laisser faire Glenn. Glenn déjà en train de prévoir leur vacances et peut être même les cinq prochaines années à venir si Warren ne l'arrêtait pas. Le blond préféra le laisser déblatérer pendant une dizaine de minutes, enfilant une paire de chaussures qui lui correspondaient tout à fait, à croire que Glenn le connaissait bien, indiquant au vendeur d'un simple coup d'oeil qu'il allait les prendre. "Earth to Glenn slow down please, I still need to pay for those." lança t-il à Glenn qui était contre lui à présent. Warren l'embrassa avant de se lever, le tirant vers les caisses à son tour, considérant les mots de Glenn.  "Et pour les vacances, franchement, je m'en fiche. Dans le sens où j'ai juste envie de partir de Lima et être dans une ville ou personne ne me demandera de chanter ou de danser." Déclara t-il le plus honnêtement du monde, récupérant un autre sac. "Et non, non, je vois ta tête, je ne le ferai pas pendant les vacances." Que ses cordes vocales et ses pieds se reposent un peu, c'était les vacances pour tout le monde pas vrai? Warren en était persuadé et une nouvelle fois dehors, au milieu des autres habitants qui étaient venus faire du shopping eux aussi, il se tourna vers Glenn, toujours le sourire aux lèvres. "Et j'ai une superbe idée, tu t'occupes des détails et moi je signe les chèques et autres factures… hein que c'est un superbe plan et que je suis un génie ? You can kiss me now."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. Shopping on sunshine   Ven 9 Jan - 1:13

Il y avait une chose que l'entourage de Glenn avait finit par apprendre au fil des années. Une chose qu'ils avaient mis cependant du temps à comprendre et ce, malgré les effets désastreux que pouvait avoir la dite chose malgré quelques avantages tels que le fait que celle-ci pouvait refaire partir une économie en crise encore plus vite qu'il ne le fallait pour dire « un chasseur sachant chasser sans son chien est un bon chasseur ». Et cette chose, c'était de lui donner carte blanche. Dans n'importe quel domaine. Il fallait toujours, toujours poser des limites clairement énoncées lorsque l'on confiait quelque chose à Glenn. Dans le cas contraire, c'était comme si une entité surnaturelle prenait possession de son cerveau et lui faisait littéralement perdre les pédales et absolument tout notion de la réalité. Alors si en plus il avait un budget sans restreintes aucunes, c'était comme un bombe atomique à retardement et si instable qu'un éternuement. C'était donc quelque chose qui arrivait très rarement aussi le jeune styliste ne pu retenir  l'exclamation de joie qui lui échappa alors qu'il se retrouvait soudain tout contre Warren levant de grands yeux étoilés sur ce dernier, une lueur fanatique et un large sourire venant compléter le tableau. De nouveau, il se plaqua tout contre Warren, les mains posées à plats sur les pectoraux de ce dernier. Ce n'était pas vraiment nécessaire à son équilibre mais Glenn savait profiter d'une opportunité quand il en voyait une et il n'allait certainement pas la laisser filer. Il  n'était pas philistin que diable et certainement pas béotien, thank you very much. Non, il était un épicurien et il savait profiter des choses les plus délectables de la vie comme les pectoraux de Warren. Ou ses abdos. Ou son sourire. Ou ses cheveux. Ou ses jambes. Ou son … Bref, il se pelotonna contre son 'petit' ami, des étoiles sous acide pleins les yeux. Mais avant de se lancer dans la frénésie de shopping et d'organisation qui risquait de le saisir à tout instant, il se devait de s'assurer que Warren était sûr de lui, savait dans quoi il s'embarquait et  qu'il connaissait les risques. Glenn ne saurait être tenu responsable de ses actes dans ce cas.

-Tu es sûr, absolument certain de vouloir me laisser les rennes. Est-ce que tu me laisse vraiment Carte Blanche?

Le styliste venait de réussir l'exploit de rendre les majuscules audibles alors qu'il sautillait tellement d'excitation qu'on aurait dit qu'il était sur vibreur et que son sourire prenait des proportions effrayantes. Puis, sans vraiment écouter la réponse, il se hissa sur la pointe des pieds pour voler un autre baiser à Warren avant de lui saisir la main et de l'entraîner au dehors. Et oui, il avait bel et bien entraîner l'ancien shérif, il était capable de choses extraordinaires quand il s'en donnait la peine, comme de créer un magnifique vêtement avec un tissu orange citrouille ou bouger l’équivalent humain du Kilimandjaro qui lui servait de douce moitié. Quelques instants plus tard, ils se trouvaient devant le coin nourriture du centre commercial.

-Ne vas pas croire qu'on a finit mais tu mérite une récompense et je sais le reconnaître, dans ma sérénissime majesté. Du coup, j'ai décidé de te laisser te reposer un peu ici pendant que je vais faire quelques achats. My treat!

Se disant, il avait continuer d'avancer jusqu'à une table où il tendit un billet de 50$ à Warren tout en se saisissant prestement de la carte de crédit de ce dernier.

-Tiens, et moi je prends ceci et je reviens très vite. Ne t'inquiète pas je sais imiter ta signature. A tout à l'heure dear!

Et il s'en alla rapidement après un dernier baiser échangé. Quand il se fut suffisamment éloigné, il s'immobilisa en plein milieu de la galerie marchande, sans se préoccuper des gens derrière lui qui durent effectuer un détour rapide pour éviter de lui rentrer dedans, et commença à prendre de grande inspiration, jusqu'à atteindre l'équilibre parfait entre la colère et la sérénité (et oui il venait juste de faire référence à X-men, ce qui prouvait que l'endoctrinement que lui faisait subir Warren avec toutes ces bandes dessinées portaient leurs fruits. Et puis c'était le seul Marvel qu'il aimait bien avec Spiderman, le film avec James Franco pas le nouveau, même si l'acteur de Thor ressemblait beaucoup à son propre dieu blond). Il venait d'entrer dans la Zone, là où rien d'autre à part le shopping ne comptait. Et la frénésie commença …

Une bonne heure et demi plus tard, c'est un Glenn dont la joue comportait à présent trois belles griffures mais tout sourire qui revient vers Warren, le cheveux un peu ébouriffé. Une dizaine de sacs pendaient  à chacun de ses bras, sans compter ceux qu'il avait ranger dans les dits sacs (comme par exemple celui de Victoria Secret qu'il comptait bien garder secret pour l'instant), qu'il laissa tomber sur une chaise avant de se jeter au cou de Warren pour l'étreindre, répondant à une envie subite d'affection. Tout aussi rapidement, il se détacha et commença à fouiller dans un des sacs tout en prenant la parole à toute allure.

-Oh Warren si tu savais ! J'ai trouvé des choses merveilleuses et j'ai fais de superbes affaires ! Il y avait ses magnifiques chemises que j'ai acheter parce que je sais qu'elles iront parfaitement avec les jeans et les accessoires que j'ai pris pour toi. Et j'ai presque pas eu de problème sauf lorsqu'une grognasse a cru être de taille à s'opposer à moi. Elle a vite réaliser son erreur ...

Un rire que d'aucun aurait qualifié de maléfique lui échappa alors qu'il se frottait distraitement la joue avant de reprendre sa recherche qui se termina quelques instants plus tard lorsque Glenn brandit triomphalement un carnet et un stylo flambant neuf ainsi qu'une pile de brochures, certaines décorées de  gommettes, dont il avait fait la razzia lorsqu'il était tombé sur une agence de voyage. Il ouvrit le fameux carnet, montrant qu'il y avait déjà remplis trois pages, recto/verso. Il indiqua celles-ci de la main.

-Alors j'ai déjà fais la liste de ce qu'on doit acheter pour partir en vacances. On pourra faire ça quand tu auras fini de manger -d'ailleurs si tu pouvais aller un peu plus vite ça serait merveilleux love- et j'ai pris plein de brochures. J'ai mis une étoile sur celles qui me paraissent le mieux comme la Barbade, Tahiti ou d'autres. J'en ai éliminé d'autres comme Hawaï parce que c'est toujours les États-Unis en fait, la République Dominicaine et Cuba parce qu'il y a plein de pauvres là bas et puis ce sont des ennemis de la République ou je sais pas et j'ai pas envie qu'on se fasse enlever. C'est pour ça que j'ai aussi lâcher les Seychelles et les autres trucs de l'Océan Indien. J'ai vu Captain Phillips et croit moi, on n'est pas apte à supporter une vie sans se laver les cheveux. Donc voilà tu regarde et tu me dis ce que tu penses! Et pendant que tu fais ça, je vais me prendre un slushie au redbull avant qu'on ne retourne au charbon.

Sur ce, il agita frénétiquement la main pour attirer l'attention de la serveuse (faisant fi du fait que c'était un fast food et que les gens ne s'y faisait pas servir) pendant que sa moitié se remettait de la flopée de mots qui l'avait brusquement noyé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. Shopping on sunshine   Jeu 15 Jan - 20:07

Peut être que Warren allait finir par regretter son geste. Après tout c'était de Glenn dont il s'agissait et peut être qu'en fin de compte, il était tellement grand qu'il avait fini par attraper un coup de soleil. L'été commençait après tout, peut être que cela avait fini par l'atteindre lui aussi. Bref, il avait donné carte blanche et totale à son petit ami et il n'eut même pas le temps de demander à Glenn ce que ce dernier voulait dire par "je sais comment imiter ta signature" qu'il disparaissait déjà. Hmm... Ça expliquer le trou qui commençait à se creuser dans son compte en banque depuis que lui et Glenn avait fait la paix. En temps normal, Warren aurait été alarmé mais s'il y avait bien quelque chose qu'il avait appris au cours de ces dernières semaines c'est qu'il méritait bien de faire une pause et de ne pas s'inquiéter pour ça. Ce n'était que de l'argent, sa pension de militaire couvrirait facilement les folies de Glenn...En partie. Certes, cet argent était censé l'aider à se ré-intégrer dans la société et se payer les conseils d'un psychologue mais Warren allait bien et il n'y avait rien qui clochait chez lui. (Absolument rien, lui et ses démons intérieurs allaient très bien). Quoi qu'il en soit, Warren se contenta d'hausser les épaules avant de se diriger vers le food court du centre commercial de la ville, Glenn avait vu juste quand il disait qu'il avait fait. Ce dernier l'avait légèrement extirpé des draps de matin et ce sans lui laisser le temps d'effecteur ses pompes quotidiennes ou même de songer à mettre le nez dans son frigo. Il ne pouvait pas suivre le régime alimentaire de Glenn, ça c'était certain... Manger des barres céréales à la place d'un repas? Hors de question. Warren se fit une note mentale de faire changer les habitudes alimentaires du styliste cet été, en vacances, et loin de son environnement familier, il baisserait très certainement sa garde et cesserait de s'inquiéter pour son point.

Et peut être même qu'il prendrait un peu de couleur, Warren revenait toujours de la Nouvelle Orléans avec des couleurs et des cheveux encore plus blonds (oui c'était possible) mais cela semblait avoir échappé à Glenn. Ils auraient également le temps de faire la grasse matinée et Warren prendrait définitivement des leçons de surf et peut être même qu'il ferait un baptême de plongée? C'était la première fois de sa vie qu'il prenait vraiment des vacances et il avait déjà hâte de commencer. Il n'en avait jamais ressenti le besoin avant, il avait tout le temps besoin de bouger, de se sentir utile, c'était principalement pour cette raison qu'il avait rejoint les rangs de l'armée. Le discours pro-oncle Sam et apple pie n'avait pas marché sur lui, non, il avait juste envie de faire quelque chose qui ferait une différence et puis très franchement, il avait peu d'estime pour sa vie. Son premier mariage raté en était très certainement la plus belle représentation mais même après ça, Warren ne s'était accordé qu'une pause d'une dizaine de jours avant d'appeler Amelia et lui demander ce qu'il pouvait faire à présent. Il avait débarqué à Lima comme ça et deux ans plus tard, sans emploi et avec un petit ami de longue date, Warren se disait que oui... Il avait bien mérité sa pause. Il esquissa un sourire aux lèvres alors qu'il tendait un billet de cinq à un employé d'une chaîne de restauration rapide et son bagel à la main, Warren repartit à la recherche de Glenn. Il ne pouvait pas être allé loin pas vrai? Glenn ne fut pas si difficile que ça à repérer, surtout pas avec tous les sacs qui pendaient à ses bras et son air qui signifiait que la bataille avait été rude pour acquérir tous ses articles. Ou alors c'était sa coiffure visiblement ruinée pour l'occasion qui donnait franchement envie de sourire à Warren.

Oui, l'ancien policier avait un sourire sur ses lèvres, sourire qui resta en place alors que Glenn prenait la parole encore une fois à toute vitesse comme si le temps leur était compté. God I love you, songea Warren et son sourire s'agrandit d'avantage alors qu'il s'estimait soudainement l'homme le plus chanceux de tout le centre commercial. C'était fou ça, sa vie n'avait jamais été autant en bazar qu'à l'heure actuelle et pourtant il ne s'était jamais senti aussi serein. "Wow stop...Temps mort."  Warren retint Glenn alors que ce dernier allait s'éclipser pour acheter à manger, l'attirant une nouvelle fois contre lui. Le grand blond plia les genoux pour pouvoir déposer un léger baiser sur les lèvres de l'autre blond. Et si au départ, Warren voulait vraiment ralentir son petit ami et lui dire que tout allait très bien se passer, Warren avait juste envie de l'embrasser de nouveau à présent.Il se retint de le faire, au lieu de quoi il déclara très simplement:  "Glenn, tu sais que je t'adore, mais on ne part pas demain, enfin j'aimerais beaucoup partir là tout de suite mais ce n'est pas possible. On a des valises à préparer et des billets d'avion à acheter mais je suis content de voir que tout ça t'enchante..." Quand on savait à quel point ils tenaient les deux à leur travail respectif, il semblait impossible de les imaginer en vacances et pourtant, cela allait bien leur arriver dans très peu de temps même si on en croyait les estimations de Glenn. "... And Captain Philips really? You do realize how cheap this reference is, you're lucky you're that pretty." conclut Warren avant d'embrasser de nouveau Glenn. "So what did you say about that slushy? And let me help with you with the bags." Au final, Warren se retrouva à porter tous les sacs de Glenn mais, s'il aurait rechigné à la tâche il y a de ça quelques mois, à présent il le faisait avec un sourire aux lèvres.

Il n'aurait échangé sa place pour rien au monde.

[RP terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 06. Shopping on sunshine   

Revenir en haut Aller en bas
 

06. Shopping on sunshine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 3 :: Episode 6
-