Choriste du mois


Partagez | 
 

 06. Pension Preston | Our house, it has a crowd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lexie A. Preston
Lexie A. Preston
Ginger Spice ; You bet you're gonna lose it to that hellbound crimson glory
Age : 25 yo
Occupation : Galeriste, chef auto-proclamée de la Pension Preston, life coach du dimanche et membre des Second Chance
Humeur : Déterminée
Statut : Bob oriented
Etoiles : 679

Piece of Me
Chanson préférée du moment : You're the one that I want | GREASE
Glee club favori : Second Chances
Vos relations:
06. Pension Preston | Our house, it has a crowd Empty
MessageSujet: 06. Pension Preston | Our house, it has a crowd   06. Pension Preston | Our house, it has a crowd EmptyLun 25 Aoû - 19:00

Les yeux plissés, Lexie déplaça le plateau de mini-pâtisseries - qu'elle avait posé sur la table basse du salon - de quelques centimètres sur la gauche. Elle hocha alors finalement la tête, satisfaite de son petit arrangement. Un large bouquet de tournesols, qui provenait peut-être d'un champ voisin plutôt que de chez le fleuriste, ornait le centre de la table et un pichet de thé glacé maison accompagnait les petites douceurs qu'elle avait concocté. C'était digne de la parfaite maîtresse de maison qu'elle n'était pas. Mais Granny aurait été fière, elle faisait montre de tout ce qu'on lui avait enseigné sur l'hospitalité. Certes, ce genre de pratiques étaient à l'intention des invités dans la plupart des cas et ceux qu'elle s'apprêtait à recevoir étaient un peu plus que cela. Deux nouveaux colocataires. Comment diable cela était-il arrivé? Evidemment, Santana s'échappait lentement mais sûrement de la Pension depuis des mois et la rouquine s'était faite à l'idée qu'il allait bien falloir louer la chambre qu'elle avait finalement laissée vide. Cela lui avait causé un pincement au coeur certain, quand l'heure était venue de faire les cartons. Et avec l'ouverture du gîte et les grands travaux que cela avait nécessité, ils en étaient même venu à débarrasser cette vieille pièce du rez-de-chaussée, où s'entassait des années de bric et de broc. Des cahiers remplis de notes de cours - ou de dessins surréalistes - des vêtements, des chaussures, un meuble Ikéa jamais monté, des piles de livres... C'était à se demander comment autant de choses avaient pu rentrer dans une si petite pièce. Mais elle avait finalement été vidée, repeinte, aménagée avec un bon goût certain - du moins, Lexie en était persuadée - et l'annonce dans le journal de Lima avait été postée. C'était officiel, la Pension recrutait. Le gîte avait lui aussi connu un excellent départ, avec notamment le jeune Chester qui leur fournissait une coquette somme pour sa location à la semaine. Tout allait bien. Sur un plan financier et domestique tout du moins, les relations entre le noyau dur des Preston étant aussi mouvementées qu'à leur habitude.

Et deux candidats très différents avaient donc été sélectionnés avec soin par les propriétaires de la maisonnée, ce qui n'était pas forcément du goût de leur colocataire d'ailleurs. Mais cela apporterait un vent d'air frais sur la vieille maison, qui s'enlisait dans sa routine et ne faisait pas spécialement honneur à sa réputation ces temps-ci. Organiser des fêtes à la démesure quasi bacchanale n'était peut-être plus recommandé cela dit, maintenant que de pauvres touristes innocents occupaient leur jardin. Et Christabella n'approuverait sans doute pas non plus. La londonienne, tout en montant les escaliers jusqu'à la chambre de la nouvelle venue, se fit la réflexion qu'elle avait décidément du mal à cerner sa camarade choriste. Elle ne faisait pas partie des Second Chance avec lesquelles elle avait rapidement sympathisé, sans doute parce qu'elle se faisait quelques idées pré-conçues sur la brunette. Toutefois, elle avait réussi à vivre avec Tim, ce qui avait été un critère déterminant quand elle avait répondu à leur annonce. Comme Baby Preston l'avait fait remarquer à son aînée, si quelqu'un était capable de supporter Ainsworth Sr aussi longtemps, c'était le genre de personne qui n'aurait pas de mal à s'adapter à la Pension. La remarque lui avait valu une oeillade torve de la part d'Anna, mais force était de constater qu'elle n'avait sans doute pas tort. Et elles ne tarderaient pas à le savoir dans le cas contraire. Elle frappa doucement à la porte de l'ancienne chambre de Santana et annonça d'une voix claire « Christa? Tu peux venir au salon dans deux minutes? J'ai fait des cupcakes et je veux vous parler à toi et Aidan ! » Elle n'attendit pas de réponse, tournant les talons et dévalant en vitesse les escaliers pour aller toquer chez Aidan, qui occupait donc l'ancien débarras. Elle avait eu un très bon feeling avec ce gamin et s'était dit que Jamie avait bien besoin de la compagnie de gens de son âge. Qui apparemment, tombaient aussi du côté sale gosse du spectre de l'adolescence. « Aidan? Salon, cookies, on va parler toi, Christa et moi. » Et encore une fois, Lexie ne laissa pas le temps au blond de répondre et alla s'installer dans le canapé pour attendre ses colocataires.

La rouquine servit trois verres de thé glacé et avala un mini-muffin, non sans noter que cet assortiment de textures et de couleurs étaient particulièrement réussi. Il lui faudrait se souvenir de cette idée, nul doute que ce serait utile à un moment donné. Elle lissa le pan de sa robe fleurie, se trémoussant d'une fesse à l'autre, ne sachant pas tellement quoi faire en attendant que les choses sérieuses commencent. Peut-être était-elle un rien nerveuse de l'issue de ce qu'elle considérait comme le bilan de la première semaine d'Aidan et Christabella au sein de la Pension. Peut-être qu'ils n'avaient pas aimé ses spaghettis. Peut-être qu'ils avaient trouvé sa partie de Just Dance avec Charlie trop bruyante. Peut-être qu'ils n'aimaient pas partager une salle de bain. Tant de choses pouvaient mal se passer. Et avec toute la folie de cet été chargé qui s'était abattue sur elle, Ginger Spice n'avait pas eu véritablement l'occasion de briefer les newbies sur les règles tacites de la maisonnée. Oh, elle leur avait montré comment fonctionnait le four et où se trouvaient les serviettes de bain, mais ils leur manquaient encore les petites lois propres à la Pension, ces choses qui ne sont pas si évidentes. Comme le fait que cette maison est effectivement un hall de gare mais que non, Harper Pritchard n'habite pas ici. Finalement, le blond et la brune arrivèrent bientôt et après leur avoir tendu à chacun leur verre d'ice tea les avoir forcé à manger un cupcake, elle leur adressa un sourire resplendissant, avant d'en venir au coeur du sujet. « Alooors, je voulais juste savoir si vous vous adaptiez bien à la vie ici, si vous ne manquiez de rien, tout ça... J'ai pas eu trop le temps de vous expliquer le fonctionnement de la maison ! Genre, je vais aller faire les courses demain et j'ai oublié de vous dire que pour ce qui est du budget bouffe, on met tous de l'argent dans le bocal en verre dans l'entrée et qu'il y a une liste collée au frigo. Vous donnez ce que vous voulez ou pouvez et celui qui va faire les courses, généralement moi, se débrouille avec le budget de la semaine. Alors des fois c'est Byzance et des fois on mange plein de patates ! » Le principe était relativement simple et ils avaient sans doute remarqué le gros pot, marqué d'une étiquette avec la mention COURSES en lettres capitales, qui trônait sur le buffet de l'entrée. « Donc c'est de ce genre de choses que je voulais vous parler, j'ai fait une liste mais si vous avez des questions hein... » Elle extirpa un papier plié en quatre de son soutien-gorge, puis avala une gorgée de son thé, attendant de voir ce que ses colocataires pouvaient bien avoir à lui dire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Pension Preston | Our house, it has a crowd Empty
MessageSujet: Re: 06. Pension Preston | Our house, it has a crowd   06. Pension Preston | Our house, it has a crowd EmptyMar 26 Aoû - 14:32


"I'm gonna marry the night
I won't give up on my life
I'm a warrior queen
Live passionately tonight
I'm gonna marry the dark
Gonna make love to the stark
I'm a soldier to my own emptiness
I am a winner..."
Même Aidan se rendait compte qu'il en faisait un peu trop. Pour une fois. Ressortir du Gaga? Ça lui ressemblait peu. Mais bon, il s'était senti obligé de prôner la pop à tout prix, surtout après un rapide tour dans la chambre de JJ, ce dernier lui ayant sorti des références de musiques plus qu'obscures et très, très inconnues. Oh I get it, Hipster King, avait tout simplement dit le blond avant de retourner dans sa chambre pour mettre du Britney et à un volume assez fort pour que son cher voisin entende la musique mais pas trop pour déranger le reste de la maison. Et maintenant c'était du Gaga, tandis qu'il était en train d'organiser, pour la troisième fois en deux jours, son bureau et bien entendu son placard. Et non, ce n'était pas du tout excessif et peut être qu'il avait des problèmes de rangement mais Aidan aimait juste que tout soit… hmmm… C'était quoi le mot, parfait? Oui, exactement, parfait. On ne pouvait pas lui reprocher de vouloir un peu d'ordre dans sa chambre. À défaut d'avoir de l'ordre dans sa vie… Il tentait de garder un semblant d'équilibre pour ne pas littéralement imploser, attraper sa caméra préféré, crier non et mettre le plus de distance entre lui et Lima. Il avait failli mais il était encore là, et maintenant il vivait sous un toit avec beaucoup plus de personneS qu'il en avait l'habitude mais quelque chose lui disait que c'était dans ses cordes, la collocation, le partage de salle de bain, les dîners plutôt animait… Le blond s'adaptait plutôt bien.

Il n'avait pas franchement réagi en rentrant chez lui ce soir là et en trouvant ses affaires soigneusement rangées dans un sac poubelle et une lettre de sa mère devant la porte. Il avait été naïf, il avait sérieusement cru que les choses allaient s'arranger après leur dispute, ils s'étaient brièvement parlé après sa virée avec Kara et le blond avait décrété qu'il attendrait la fin de l'année scolaire pour déménager, en attendant, il trouverait un job et continuerait d'aider sa mère du mieux qu'il pouvait. Que personne ne lui reproche d'être ingrat, il s'était pointé dans ce McDonalds avec un grand sourire et avait insisté, dit qu'il pouvait être utile et qu'il serait même prêt à nettoyer le sol à la brosse à dents s'il le fallait, juste histoire de gagner des sous. Il avait mis sa dignité de côté pour sa mère et si c'était à refaire, il l'aurait fait encore une fois sans hésitation. Et il avait commencé sa journée de "boulot" et il était rentré empestant l'huile de friture seulement pour voir… Qu'elle était partie. Aidan avait eu raison d'avoir peur dès le début, sauf qu'il s'était trompé, dans toute cette histoire, il avait toujours cru que c'était lui qui finirait par renoncer et lui qui dirait à sa mère de racheter sa caravane pour qu'ils partent. La vie était parfois très marrante. Mais Aidan n'avait rien dit, il avait rangé la lettre dans sa poche avait attrapé ses affaires et il était parti passé la nuit chez Jeremy. Des explications? Il ne lui en avait fourni aucune pendant les quelques jours qu'il avait passé chez lui, ça n'avait pas d'importance, il allait bien, il allait au lycée, il allait bosser et la vie continuait. Mais Aidan avait quand même deux ou trois choses à régler et quand il avait vu cette annonce dans le journal de la ville, il avait sauté sur l'occasion, priant le ciel que son petit discours marche. Non pas qu'il n'appréciait pas la compagnie de Jeremy, mais Aidan ne savait pas encore ce qu'ils étaient et il avait besoin d'y réfléchir calmement. S'embrasser et rentrer par effraction dans des piscines la nuit pour faire les idiots était une chose, vivre ensemble en était une autre.

Sans compter que le départ de sa mère lui avait fait prendre conscience d'un tas de choses, la première était qu'il ne pouvait pas jouer les idiots éternellement. Il n'était pas idiot, il aimait sa caméra et il pouvait peut être même aller à la faculté de Columbus pour faire quelque chose de sa vie. Le prix d'admission était certes exorbitant mais il pouvait économiser pas vrai? Il avait un boulot désormais et les sous qui n'allaient pas lui servir à payer son loyer pouvait être mis de côté avec l'argent que lui avait envoyé son cher paternel. Et une fois le lycée fini il prendrait un deuxième job, même troisième s'il le fallait et il finirait par aller à l'université. Tout seul, par ses propres moyens. Donc oui, Aidan pensait et repensait à des tas de choses en ce moment, son futur, les lèvres de Jeremy, toutes ces lettres qu'il n'ouvrait pas celle de papa celle de maman… Il avait bien le droit de se déhancher sur du Gaga pour oublier ses problèmes. Il fut interrompu dans ses pensées, ou plutôt dans son rangement quand on toqua à ses portes et toujours en bougeant en rythme avec la musique, il alla ouvrir la porte. "Okay j'arrive, donne moi cinq secondes." répondit-il à Lexie avant d'aller couper la musique qui s'échappait de son ordinateur pour se rendre dans le salon. Quelque part, Aidan se disait que tout ceci était trop beau pour être vrai et qu'un jour, Lexie allait venir lui dire que c'était fini, qu'il fallait qu'il parte. Il ne vivait ici que depuis plus de 72heures mais tant pis, il aimait bien sa chambre, il appréciait déjà JJ et ce même si ce dernier l'avait surpris en train d'envoyer un sms des plus crus à Jeremy et qu'il lui avait piqué son téléphone portable et qu'Aidan l'avait poursuivi dans toute la maison, n'hésitant pas à tâcher JJ pour récupérer son téléphone… Ça avait été une première rencontre mouvementée mais bon… Il eut un sourire et il finit par s'asseoir naturellement sur le sol, mangeant déjà un cupcake proposée par Lexie. C'est décidé, se dit aussitôt Aidan, c'est toi ma nouvelle maman.

Son regard passa de Lexie à Christabella, qu'il ne connaissait pas plus que cela et il haussa les épaules avant de prendre la parole: "Pour l'instant tout va bien pour moi, faut juste que je règle deux ou trois détails avec JJ qui sont en autre de me laisser de l'eau chaude et arrêtez de rentrer dans ma chambre à l'improviste mais ça ne fait que quelque jours… Je peux lui pardonner." Il eut un autre sourire avant de continuer:  "Je voulais juste savoir quelle était la politique de la maison au niveau des visites et des invités... " Le blond avait eu envie de poser la question après sa première nuit ici, certes son lit était confortable, très confortable mais ce n'était pas la même chose que de dormir dans les bras d'un Porter.  "Il se pourrait qu'un grand type brun, plutôt mignon… Très mignon…et…." Aidan marqua une pause pour pousser un soupir, son esprit dérivant sur les épaules de Jeremy. Aidan, tu baves, tu le sais ça… "Bref je m'égare, il se pourrait que quelqu'un passe me voir régulièrement… Ça pose un problème ou…pas?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Pension Preston | Our house, it has a crowd Empty
MessageSujet: Re: 06. Pension Preston | Our house, it has a crowd   06. Pension Preston | Our house, it has a crowd EmptyVen 29 Aoû - 17:45

Avec une profonde inspiration, Christabella fit le tour de sa nouvelle chambre, emplissant ses poumons du parfum délicat de bois de santal. Une semaine, c'est le temps qu'il lui avait fallu pour pleinement prendre possession de cette pièce. Peut-être était-ce dû au fait qu'elle avait été occupée par une jeune femme en tout point différente de Christa, ou peut-être était-ce tout simplement la promesse d'une vie bien loin de celle à laquelle elle était habituée. Le fait de ne pouvoir prendre une journée complète pour défaire ses cartons avaient renforcé cette impression de ne pas être chez elle, pas totalement. Les trois premiers jours, ses affaires s'étaient retrouvées dans des boites, posées ça et là dans une pièce inconnue, et Christabella n'avait pas su trouver une minute pour s'installer correctement. Maintenant que c'était fait, elle se sentait moins étrangère à l'endroit. Elle prenait ses marques.
De l'appartement qu'elle avait occupée avec Leah et Timothy, elle n'avait emporté que les meubles de sa chambre, autrement dit son lit, sa commode, son bureau et tout son matériel audio-visuel, acquis en multipliant les heures supplémentaires au cinéma. Au départ, elle avait songé remettre les meubles à la même place, pour ne pas être dépaysée. Et finalement, ce bouleversement lui semblait être le bienvenu, et elle avait profité des quelques mètres carré qu'elle avait gagné en emménageant dans la pension, pour revoir l'aménagement de son nouveau nid.
Les autres pensionnaires lui avaient laissé du temps pour s'installer, respectant son espace de vie, ce que Christabella appréciait grandement. Elle avait la sensation que cela ne durerait pas, cependant. Ici, tout le monde vivait un peu l'un sur l'autre, et c'était principalement ce qui avait l'avait poussé à répondre à cette annonce. Elle vivait seule depuis des années. A l'université, ses camarades de dortoir n'avaient jamais cherché à faire d'elle l'une des leurs. Chez Leah, l'absence de cette dernière, et les passages en coup de vent de Tim, l'avaient une nouvelle fois laissée seule. Elle appréciait cette solitude, mais avait parfois l'impression de passer à côté de quelque chose. La vie en communauté lui ferait, elle en était certaine, le plus grand bien. Installée dans la pension Preston, maintenant, elle n'avait plus qu'à aller vers ses nouveaux colocataires.

Une voix claire de l'autre côté de la porte lui fournit l'occasion pour sortir de son trou et se mêler aux autres. D'un coup d'oeil rapide, elle vérifia que tout était en ordre dans sa chambre. Les fenêtres grande ouvertes laissaient entrer le soleil et la lumière, inondant la pièce. Satisfaite, Christa quitta la chambre, et son regard fut attirée par la porte juste en face de la sienne. La chambre de Jamie.
Du jeune homme, Christa ne connaissait rien, à part qu'il était en dernière année à McKinley, et que c'était le cousin de Timothy. A peine avait-elle aperçue une tignasse brune, et deux paires d'yeux bleus en dessous, lorsqu'elle l'avait croisé. Ils partageaient une salle de bain, aussi seraient-ils sûrement amenés à se voir souvent. Par respect pour lui, Christa conservait tout ses produits personnels dans sa chambre. Mais, à l'occasion, elle espérait avoir la possibilité de faire plus ample connaissance.
Des autres locataires, Christa ne connaissait vraiment qu'Anna et Tim (et encore, uniquement parce qu'elle avait vécu avec ce dernier, et qu'Anna venait, de temps en temps, lui rendre visite), et, bien entendu, Lexie. L'énergie de la rouquine la laissait parfois perplexe. Au sein des Second Chance, Lexie faisait partie de celles avec qui Christabella avait le moins d'affinité. Non pas qu'elle ait quoi que ce soit à lui reprocher. Seulement, elle ne parvenait pas à se trouver de points commun avec cette furie rousse perchée sur des talons immenses. C'était du moins jusqu'à ce qu'elle goûte aux pâtisseries de Lexie. La vue des cupcakes, sur la table basse, lui décrocha un sourire et elle ne rechigna pas lorsque Lexie lui força la main pour en manger. Finalement, Lexie et elle se ressemblaient bien sur une chose : elles aimaient faire des gâteaux, et à l'avenir, Christa se promit de partager ses connaissances culinaires avec la Londonienne. « Merci. » glissa-t-elle avec un sourire de gratitude.

Alors qu'Aidan, le second nouveau venu, s'installait à même le sol, Christa choisit de prendre place face à Lexie. En repoussant une mèche brune du chignon informe qu'elle avait fait en terminant de ranger ses affaires, Christa réalisa soudain qu'elle se trouvait dans une tenue pour le moins informelle. Son short en jean portait encore des traces de peinture, souvenir d'un été où elle avait fait du bénévolat à l'OSU, et sa chemise était froissée. Pire, elle était encore pied nue. Mal à l'aise, elle remua sur le canapé.
En parfaite maîtresse de maison -du moins, elle s'en rapprochait le plus- Lexie voulait apparemment savoir si ses nouveaux colocataires se sentaient comme chez eux, dans ce nouvel endroit. A en juger par l'attitude nonchalante d'Aidan, par sa tignasse blonde et par ses joues pleines de cupcake, il semblait on ne peut plus heureux de vivre ici. Après un bref regard dans sa direction, Christabella songea qu'elle s'inquiétait peut-être un peu trop. Et en voyant Lexie extirper un papier de son décolleté, elle eut la confirmation qu'elle avait besoin de se détendre. Alors elle cessa de crisper ses orteils sur le sol du salon, ses épaules se relâchèrent et elle but une longue gorgée de thé glacée, laissant à Aidan le soin de répondre en premier. « Hm, je n'ai rien contre les petits amis. » fit-elle en posant le verre sur la table basse. « Ni contre les petites amies. » ajouta-t-elle en songeant à cette drôle de fille blonde qui rôdait parfois dans le coin. Elle n'était pas certaine d'avoir à répondre à cette question, mais dans la mesure où elle vivait également ici, peut-être qu'en fin de compte, si. « Je t'accompagnerais avec plaisir faire les courses Lexie. » proposa-t-elle avec un sourire à l'intention de la rousse. Sa paye n'avait rien d'extraordinaire, mais en répondant à cette annonce, elle s'était assurée de pouvoir participer aux frais, qu'il s'agisse du loyer, ou des courses. « Est-ce que tu travailles, Aidan ? » voulut-elle savoir en se tournant vers le jeune homme, les sourcils levés. Il avait l'air jeune, mais particulièrement responsable pour son jeune âge. Non, pas responsable... débrouillard serait plutôt le mot.
Revenir en haut Aller en bas
Lexie A. Preston
Lexie A. Preston
Ginger Spice ; You bet you're gonna lose it to that hellbound crimson glory
Age : 25 yo
Occupation : Galeriste, chef auto-proclamée de la Pension Preston, life coach du dimanche et membre des Second Chance
Humeur : Déterminée
Statut : Bob oriented
Etoiles : 679

Piece of Me
Chanson préférée du moment : You're the one that I want | GREASE
Glee club favori : Second Chances
Vos relations:
06. Pension Preston | Our house, it has a crowd Empty
MessageSujet: Re: 06. Pension Preston | Our house, it has a crowd   06. Pension Preston | Our house, it has a crowd EmptySam 13 Sep - 19:34

Lexie ne laissait peut-être rien paraître, étant son enthousiaste et souriante personne en toute circonstances et radiant d'une aura de confiance en elle rudement acquise, mais elle était nerveuse. Elle s'était toujours targuée d'être l'élément sociable du petit trio fondateur de la Pension, d'avoir la capacité de mettre à l'aise n'importe qui et d'être l'incarnation de la conversation facile. Et elle l'avait prouvé au fil des années, ne comptant plus le nombre de gens qui étaient venus à elle pour se confier, parler, chercher - si ce n'était de bons conseils - un peu de soutien et de distraction. La rouquine plaisantait même souvent en disant qu'elle avait ce genre de tête, qui attire les touristes perdus ou les employés à l'heure qui essaient de vous faire passer un sondage dans la rue. Et sa réputation d'organisatrice de soirée n'était plus à prouver dans le périmètre de Lima et de sa grande banlieue. Lexie Preston était une pile électrice, sur tous les fronts, entre girls band, chorale, galerie, Pension et vie sociale haute en couleurs. Elle ne faiblissait que rarement, donnant toujours du temps à chacun et laissant parfois penser que ses journées faisaient 48 heures. Mais elle était tout de même inquiète de ce que ses nouveaux colocataires allaient penser d'elle, de sa maison, de l'accueil qu'elle leur avait réservé. Elle avait pris soin de récurer la chambre de Santana après son départ, avait mis toute la maisonnée sur le front pour faire reluire salles de bains et salon et même la salle de jeu avait subi un nettoyage et un rangement, plus que nécessaire. Et évidemment, la jeune britannique avait été aussi pimpante et solaire qu'à son habitude, mais le manque de temps qui la rattrapait finalement lui laissait penser qu'elle avait négligé Christa et Aidan. Ils étaient tous des adultes - plus ou moins responsables - et n'avaient pas besoin d'être materné à travers la demeure. Ils étaient en mesure de faire leur nid, à leur rythme. Mais Lexie éprouvait le besoin compulsif de faire savoir qu'elle était disponible, prête à aider, qu'elle pouvait répondre à n'importe quelle mise en situation, aussi intense ou farfelue soit-elle.

Mais apparemment, la théâtralité de la cadette des Preston n'était pas nécessaire et les deux nouveaux venus semblaient trouver leurs marques. Aidan possédait une nonchalance et un grain de folie qui rendait son intégration à la joyeuse bande de colocataires aisée. « Tu dois être ferme avec JJ hein. Sinon il envahira ton espace vital et il n'en sortira plus jamais, regarde ça fait genre quinze ans que je me le traîne. » Elle roula des yeux de manière exagérée, l'humour de son ton trahissant l'affection véritable qu'elle éprouvait pour son meilleur ami. « Mais bon, il sait qui est l'Alpha de toute façon, donc s'il vous embête trop, vous savez où me trouver. » La jeune femme fit mine de montrer les crocs, ponctuant son imitation par un feint coup de griffe qui ne faisait que renforcer le léger ridicule de sa posture. Mais considérant que Ginger Spice ne connaissait pas le ridicule, elle ne se laissa pas perturber le moins du monde et écouta avec attention la suite. Le cas de sa camarade Second Chance la préoccupait davantage. Elle craignait qu'une grenouille de bénitier ne parvienne pas à survivre dans une terre où la tequila coulait à flots et le concept de pudeur était peu compris. Ceci dit, elle croquait dans ses pâtisseries avec enthousiasme et s'était quelque décrispée en s'asseyant en face d'elle. Et peut-être que la brune pourrait faire la paire avec Anna, entre jeunes personnes raisonnables, réservées et peu enclines au débordement émotionnel en public. Oui, tout irait bien. Et la facilité avec laquelle Christa signala que les visites de petit(e)s-ami(e)s ne la dérangeait pas conforta Lexie dans sa pensée. Elle s'adapterait à merveille et viendrait joliment compléter le tableau pour le moins absurde qu'était la Pension. Hochant la tête, la maîtresse de maison vint ajouter quelques précisions au propos de sa nouvelle colocataire. « Ouais, on est pas regardant sur les allées et venues ici et y a au moins un invité par semaine de toute façon. » Et souvent, il s'agissait de ses amis ou bien de la conquête du moment de JJ. Dans un léger froncement de sourcils, elle cru bon d'ajouter. « D'ailleurs, ton voisin a souvent... de la compagnie, Aidan. Et y a globalement toujours du bruit, on a tous des horaires différents et on a pas aménagé le sous-sol pour faire joli, on se sert peut-être un peu trop souvent de la machine à karaoké. » La musique ne retentissait pas que du sous-sol, Lexie comme Madeleine ne connaissant pas vraiment l'usage du casque audio. Aussi, des playlist pop improbables et longues comme le bras ou des films bollywoodiens de trois heures émanait souvent de leur étage, à un volume un peu trop élevé. « Donc on est très tolérants du bruit et de la visite. Et que ton copain se gêne pas pour prendre une douche ou manger un bout hein, quand y en a pour 7... » La rouquine fit un geste de la main dans le vague, signifiant que vu les quantités de nourriture et d'alcool achetées chaque semaine et le débit d'eau qui s'écoulait de la vieille maison, ils n'étaient plus tellement regardant. Anna et Santana avaient essayé de rationner café, thé et autres denrées matinales sans lesquelles nul ne pouvait subsister, mais avaient rapidement abandonné. Trop de mouvement et trop de passage, qu'il était futile d'essayer de contrôler.

Alors que Lexie s'apprêtait à leur faire part de la liste de règles - ou plutôt de recommandations pour vivre sereinement dans cette maison de fous - Christabella interrogea le garçon sur son emploi. En acceptant Aidan parmi eux, la londonienne l'avait simplement cru sur paroles quand il lui avait dit être en mesure de payer le loyer. Néanmoins, elle tourna ses prunelles marrons vers le blondinet et intervint avant qu'il ne puisse réponde. « Il a plutôt intérêt s'il veut garder sa chambre ! » Elle s'esclaffa, mais fut néanmoins rassurée quand il les informa de ses occupations. Les soeurs Preston n'étaient pas les propriétaires les plus stricts, ayant après tout hébergé Jamie gracieusement tout ce temps, mais cela ne voulaient pas dire qu'elles pouvaient tenir la maison avec des billets de Monopoly. « Non mais plus sérieusement, on est pas du genre à vous courir après le premier de chaque mois pour avoir nos sous, mais voilà quoi, on vous fait confiance. » Elle hésita un instant, coulant son regard de l'un à l'autre et ajouta finalement « On va pas se mentir, on a été gravement dans la merde financièrement parlant y a pas si longtemps et on commence juste à être sur la bonne pente là. J'veux pas jouer la carte du sentimentalisme en mode candidate pour X-Factor, mais croyez-moi, vous voulez pas nous revoir dans cet état-là. » Lexie maintint un sourire jovial, bloquant avec toute sa force mentale les réminiscences de cette période chaotique. Et pas dans le sens punk du terme. « Mais ne parlons pas de choses qui fâchent, parlez-moi de vous un peu. Vous faites quoi pour vous amuser, c'est quoi votre cocktail préféré, votre matière préférée à l'école et sur une échelle de Emma Watson à Lindsay Lohan, à quel point vos problèmes familiaux vous hantent-ils? » Sur ces questions en rafale pour le moins déconcertantes, la rouquine se laissa aller dans le canapé, étirant ses longues jambes et sirotant tranquillement son thé glacé. Peut-être aurait-il dû l'agrémenter un peu si ceci partait en direction d'une séance "apprenons à nous connaître." D'expérience, elle savait que cela marchait mieux avec une bouteille de whisky et un Twister.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Pension Preston | Our house, it has a crowd Empty
MessageSujet: Re: 06. Pension Preston | Our house, it has a crowd   06. Pension Preston | Our house, it has a crowd EmptySam 20 Sep - 23:00

"J'aime bien JJ, je n'ai pas encore compris comment il fonctionne mais ça va… Et je note qu'il faut t'appeler en cas d'urgence. Je vais finir par t'appeler Super-Lexie si ça continue…" avait tout simplement dit Aidan, un sourire aux lèvres en se disant qu'il poursuivrait très certainement cette chère Super-Lexie avec sa caméra pour voir de quelle manière elle s'occupait de son voisin de palier. Cela pouvait être amusant et cela lui permettrait de pouvoir s'en sortir et de rappeler à JJ de sortir de sa chambre de temps à autre. Non pas qu'Aidan n'appréciait pas la compagnie des autres, il pouvait tout à fait prétendre écouter avec ses écouteurs bien à leur place dans ses oreilles, ou même sans et tout simplement penser à autre chose. Quoi que, cela ne risquerait pas d'arriver en présence de son colocataire, il était du genre fascinant et le blond se demandait ce qu'il fabriquait ici, à Lima. (Peut être qu'il le filmerait… Ou qu'il oublierait accidentellement sa caméra dans la chambre du brun… Peut être.) Mais bon, c'était les mystères de la vie pas vrai? Quoi qu'il en soit, le caractère envahissant de JJ ne le dérangeait pas le moins du monde, sauf si bien entendu son attention était tournée vers quelque chose d'autre, ou quelqu'un d'autre, de beaucoup plus grand et imposant. Il fronça les sourcils en entendant les mots "petit ami" et "copain". Quoi? Qui avait dit que… "Non. Mais je disais juste pour…" Aidan ne parvint même pas à finir sa phrase, songeant seulement qu'il n'avait pas encore eu cette conversation-là avec le Porter et qu'il était même carrément logique qu'on pense que… qu'ils étaient …ensemble. C'était bien encore un mot qu'Aidan n'était pas prêt à employer et une confidence qu'il n'était pas du tout prêt à faire. Pas de doute, il s'entendrait bien avec sa nouvelle "famille" mais autant ne pas les effrayer tout de suite en leur racontant l'histoire de sa vie et le genre de cicatrices que sa mère et son départ avaient causé. Pas besoin de tomber dans le mélodramatique maintenant, il avait bien compris que la pension Preston était l'endroit le plus atypique de Lima mais il tenait tout de même à conserver sa façade dans les premiers temps. Juste histoire d'être certain qu'on ne le mettrait pas dehors pour commencer.

Bref, Jeremy, il pouvait venir, pas certain que le Porter apprécie de se déplacer mais il pouvait être très actif quand il s'agissait d'Aidan. "Ce n'est pas mon petit-ami mais okay, merci pour la précision, je prends note." finit-il par dire, la gorge sèche, passant ses mains sur son jean, faisant de son mieux pour que son sourire ait l'air naturel. Si avant son arrivée à Lima il avait eu une vague idée de que sa vie allait être, il pouvait dire qu'il s'était bien éloigné de son… rêve? Oui sûrement, il travaillait déjà, il vivait sans sa mère et maintenant quoi, il filait le parfait amour avec le premier homme sympa qui lui avait taper dans l'oeil? Wow, no. Et si Aidan ne voyait pas le cliché, il voyait en revanche à quel point il allait être peiné quand tout ceci allait enfin lui être enlevé mais … qui vivra verra comme le disait si bien le dicton. Il fut tiré de ses pensées à la question de Christabella, question suivie par le ton enjoué de Lexie, sa remarque le fit sourire à moitié. Il résistait à l'envie de montrer à la rouquine son livre de compte très bien tenu, tout ceci dans le but de lui prouver que tout ceci n'était pas une folie, il savait que son âge jouait en sa défaveur mais Aidan n'était pas vraiment du genre à se décourager. Il était plus du genre à être direct et à rentrer littéralement dans les gens pour se faire entendre et non… Il ne comptait pas changer ses méthodes. Il se redressa un peu et finit par répondre: "Oui j'ai un boulot Christabella et… si tu veux tout savoir, je compte profiter des vacances pour occuper mon temps libre avec un deuxième job et ce mec qui n'est définitivement pas mon copain." Elles avaient sans doute compris la première fois mais un peu de répétition ne pouvait faire de mal à personne. Aidan était vraiment prêt, une fois son diplôme en poche, à arpenter les rues de la ville pour montrer tout ce qu'il savait faire. En dépit de certaines rumeurs à son sujet, il savait se bouger et bosser dur. Il fallait juste que le sujet l'intéresse un minimum et gagner de l'argent l'intéressait un minimum, tout comme ce programme de cinéma dont il avait caché la brochure sous son lit, et là encore, c'était quelque chose qu'il n'admettrait pas sous la torture. Peut être avec un peu de tequila comme semblait le suggérer Lexie. "Tu commences fort dis donc, qui dis qu'on est du genre à faire des confidences sobres? Okay, je vais faire une exception puisque tu demandes gentiment." Il disait ça alors qu'au fond, il se jurait de ne jamais être un tant soit peu éméché en présence de Lexie.

Il pouvait vider son sac après un ou deux verres (okay quatre… Mais chut.) et quelque chose lui disait que premièrement, la rouquine avait une bonne descente et qu'ensuite si elle s'auto-proclamait comme la bonne fée de cette maison, c'était pour une raison. Peut être que c'était elle qui connaissait les secrets de tous et de toutes et qui faisait office d'épaule sur laquelle pleurer en cas de problème. Quoi que, Aidan s'en voudrait beaucoup de déranger la chevelure de la rousse. "Je risque de vous embêter de temps à autre avec ma caméra parce que je vis par procuration mais bon… Je le vis bien. Je suis bien content que le lycée se termine dans quelques jours car je crois que toutes les matières avaient le don de me taper sur le système  en fait… Sauf peut être l'histoire et ne parlons pas de ma famille." Sur ce dernier sujet, il n'était même plus en déni, c'était un niveau au-dessus, et là encore, il savait qu'il aurait des explications à fournir tôt ou tard, il avait beau avoir un certain sens des responsabilités, les personnes de son âge étaient généralement toujours chez leur parent ou sur le chemin de la fac avec ces derniers qui leur donnaient des bons conseils. Les conseils de Moïra? Autant les ignorer, c'était vraiment quelque chose de nouveau qui commençait pour Aidan et il avait bien l'intention d'en profiter un maximum. Aussi, il se mit plus à son aise sur le sol, croisant les jambes.  "Non moi ma question c'est… est-ce qu'il y a des choses qu'on doit savoir sur certain de nos colocataires ou des sujets qu'on doit impérativement éviter? J'aimerais éviter de mettre les pieds dans le plat dès le début."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Pension Preston | Our house, it has a crowd Empty
MessageSujet: Re: 06. Pension Preston | Our house, it has a crowd   06. Pension Preston | Our house, it has a crowd EmptyLun 13 Oct - 16:54

Christabella aurait pu faire une liste de toutes les différences qu'il y avait entre elle, et le reste des habitants de la pension Preston. Il suffisait de regarder Lexie, pour commencer. Rousse, bavarde, énergique et malgré tout dotée d'un certain charme typiquement anglais. Christa savait à présent qu'elle pourrait partager la cuisine et le goût des préparations avec sa nouvelle colocataire, mais ceci mis à part, elle se demandait ce qui pourrait les amener à s'entendre davantage. Elle-même n'était pas aussi exubérante, elle ne savait certainement pas marcher avec des talons aussi hauts -et encore moins courir- et pourtant elle avait l'impression de se regarder, dans cette tentative attendrissante pour s'assurer que tout allait bien. Une véritable mère poule. Christa ne comptait plus les matins où elle avait préparé le petit déjeuner pour Leah et Timothy, ce dernier toujours perplexe face à ce déballage d'attentions. Néanmoins, elle ne pouvait prétendre avoir plus en commun avec Anna ou Madeleine -surtout cette dernière, en vérité, Anna lui ayant toujours semblé être bien plus calme et posée que sa cadette. Madeleine, en revanche, semblait plus caractérielle, peut-être moins flegmatique que les deux Anglaises.
Du côté de la gent masculine qui partageait le même toit qu'elle, elle ne savait pratiquement rien. Le fameux JJ, qui dormait dans la chambre voisine à celle d'Aidan, faisait des apparitions de temps à autre, mais face au conseil de Lexie, Christa se promit de ne jamais le laisser franchir le pas de sa porte. Elle justifierait cette réserve par un accès de pudeur et de timidité, conséquence d'une éducation stricte, ce qui n'était pour ainsi dire pas un mensonge. Elle risquait d'apprendre plus rapidement à connaître Jamie, qui, elle devait bien l'avouer, lui avait fait une excellente impression, pour le peu qu'elle en avait vu. Elle espérait ne pas se tromper, mais depuis qu'elle avait emménagée, il était resté très silencieux, laissant à peine entendre le bruit de sa télévision lorsque sa petite amie, au visage toujours renfrognée, venait lui rendre visite. Bien que jeune, il semblait faire preuve d'un grand respect pour les autres, et cela, Christa savait l'apprécier.

Elle finit par en revenir à Aidan, qui était nouveau sous ce toit, comme elle. Comme il le leur expliqua, il avait effectivement quelqu'un dans sa vie. Un garçon. Cette information fit tiquer Christabella. Elle cligna des yeux avec curiosité, analysant ce détail. Elle n'avait pas l'habitude de vivre avec des garçons qui aimaient les garçons. Au cinéma, l'un de ses collègues ne cachait pas sa préférence pour les hommes -il ne cessait d'ailleurs de taquiner Christa au sujet d'Ezrael, tant le jeune homme lui avait fait forte impression- pourtant c'était différent. Elle n'allait pas croiser Aidan de façon épisodique, elle allait vivre sous le même toit que lui. Est-ce que ses préférences la dérangeaient ? Non, estima-t-elle avec un court temps de réflexion. En réalité, elle n'était pas plus dérangée par le non-petit ami d'Aidan, que par la petite copine de Jamie.
Il leur précisa ensuite qu'il n'était pas sans emploi, probablement dans le but de rassurer une Lexie certes détendue, mais qui ne devait pas vouloir se retrouver à nouveau dans une situation financière délicate, pour parler poliment. Christa ne pouvait qu'approuver, ayant elle-même connue la détresse pendant plusieurs semaines, lorsque ses parents l'avaient mises à la porte. Sans travail, sans aucune connaissance du monde administratif, elle s'était retrouvée livrée à elle-même, et avait peiné à sortir la tête de l'eau. Alors oui, elle comprenait qu'on puisse souffrir d'une telle situation. Avec un hochement de tête pour ponctuer la réponse d'Aidan, elle choisit de ne pas insister. Il semblait, si ce n'est timide, au moins peu enclin à se dévoiler si vite.

Lexie n'était pas une personne taciturne, elle le prouvait chaque jours, et elle était visiblement déterminée à en savoir le plus possible sur ses nouveaux colocataires. Cela rappela à Christa ses premières semaines dans la résidence étudiante où elle avait vécue pendant cinq ans, malheureusement, elle n'avait pas grand chose d'excitant à raconter. Lexie allait être déçue. Avec un haussement de sourcils, Christa remua sur le canapé, laissant Aidan répondre à sa place et, avec de la chance, monopoliser la conversation. Parce que parler d'elle signifierait expliquer sa situation familiale.
Contre toute attente, Aidan la fit à nouveau tiquer, cette fois en éveillant sa curiosité. Elle l'avait vu, une caméra autour du cou, mais n'avait eu ni le temps, ni l'audace, de l'aborder à ce sujet. En revanche, elle avait reconnu la marque de l'appareil et s'était demandée quelle utilisation le jeune homme pouvait en faire. Filmait-il les passants au hasard, ou bien était-ce un projet scolaire quelconque ? Possédait-il plus de matériel, dans sa petite chambre ? Envisageait-il d'entreprendre des études dans les arts fascinants du cinéma, ou était-ce juste un passe-temps ? A l'occasion, il lui faudrait oser lui poser la question.

Et en parlant d'oser... Soulagée qu'Aidan choisisse de détourner la conversation, lui évitant de répondre aux questions de Lexie, elle s'engouffra dans la brèche qu'il venait de créer et en profita pour préciser : « Tu fais bien de demander. Hm, je doute que Timothy ait pu y faire allusion, pas même quand il a appris que je venais vivre ici, et en réalité, à part lui et Cassandra, il y a très peu de monde au courant. Je te demande ça comme un service, Lexie, si tu pouvais faire passer le message ce serait bien. Enfin je t'en serais reconnaissante. » Christa déglutit, un sourire triste sur le visage. « Je n'aime pas parler de ma famille. Je sais que ça fait partie d'un des premiers sujets de conversation mais... non. Ce serait long, compliqué, je risque d'être mal à l'aise et tout le monde sera navrée pour moi, alors autant éviter. Je suis désolée. » Pourquoi s'excusait-elle, alors qu'elle avait le droit, comme tout le monde, d'avoir un jardin secret ? Les joues rouges, elle se réfugia derrière son verre de thé. « Enfin, voilà. » marmonna-t-elle, gênée d'avoir deux paires d'yeux tournés dans sa direction. Chanter en public ne l'empêchait toujours pas de préférer la pénombre des coulisses, à la lumière de la scène.
Revenir en haut Aller en bas
Lexie A. Preston
Lexie A. Preston
Ginger Spice ; You bet you're gonna lose it to that hellbound crimson glory
Age : 25 yo
Occupation : Galeriste, chef auto-proclamée de la Pension Preston, life coach du dimanche et membre des Second Chance
Humeur : Déterminée
Statut : Bob oriented
Etoiles : 679

Piece of Me
Chanson préférée du moment : You're the one that I want | GREASE
Glee club favori : Second Chances
Vos relations:
06. Pension Preston | Our house, it has a crowd Empty
MessageSujet: Re: 06. Pension Preston | Our house, it has a crowd   06. Pension Preston | Our house, it has a crowd EmptyDim 2 Nov - 23:21

Le manque de subtilité de Lexie Preston et son goût pour la métaphore douteuse n'étaient plus à prouver. Il en allait d'ailleurs de même pour son humour, disons, particulier, composé à 80% de références pop-culture et dont les 20% restant était un joyeux mélange de jeux de mots douteux, de plaisanteries inappropriées et de timing désastreux. Un combo gagnant qui avait encore une fois fait ses preuves. Si Aidan avait réussi à balayer le sujet avec une bonne répartie, éludant ce dont il n'avait pas envie de parler et s'amusant de l'ampleur que prenez la conversation alors que tout le monde était encore parfaitement sobre, Christa semblait plus gênée. La rouquine avait tout de suite sentie qu'il y avait un risque de clash des cultures avec l'entrée de sa camarade Second Chance à la Pension. Anna avait pris son parti et la cadette des Preston en était arrivée à la conclusion que les pensionnaires ne pourraient pas être de plus mauvais colocs que Timothy. C'était en grande partie sa mauvaise foi qui parlait, mais elle avait décidé de placer une certaine confiance en Christabella, imaginant qu'elle serait au pire des cas discrète et un peu soumise. Du genre à se laisser avoir par un numéro de Madeleine et se retrouver à prendre ses tours de vaisselle. C'était réducteur pour la choriste, elle en avait bien conscience, mais Lexie avait cette tendance à émettre des jugements un peu hâtifs sur les gens dont elle apprenait ensuite à lentement se défaire pour les accepter dans toute leur beauté et toute leur complexité. C'était sa manière à elle d'apprendre à connaître les gens. Et si elle essayait de se débarrasser de cette vilaine habitude, elle resurgissait inévitablement, fruit de d'une éducation à mi chemin entre l'élitisme et la célébration de l'individu, qui lui avait appris à accorder une haute valeur à sa propre opinion et beaucoup moins à celle d'autrui.

Et c'était aujourd'hui Christa qui en faisait les frais, plus que leur jeune ami. Peut-être parce qu'il lui était facile de s'identifier au jeune homme, de comprendre son fonctionnement et d'imaginer le chemin qui l'avait conduit jusqu'ici. Alors qu'à l'inverse, l'esprit et le monde de la brunette lui semblaient parfaitement étrangers et insondables. Elles étaient des êtres diamétralement opposés et la succession d'événements et de coïncidences qui avaient poussé leurs chemins à se croiser aurait presque mérités d'être le sujet d'une comédie romantique. Mais en observant la douceur dont la nouvelle venue avait fait preuve depuis son installation, le coeur qu'elle mettait à s'intégrer au mieux et - soyons honnêtes - ses regards curieux et ses remarques avisées autour de la cuisine et des pâtisseries, Lexie s'était dit que réviser son jugement ne serait pas bien compliqué. Et voilà qu'elle l'avait mise mal à l'aise. En abordant un sujet qui apparemment, n'était pas le favori d'Aidan non plus.

La maîtresse de maison coula alors un regard vers la jeune femme, s'assurant qu'elle ne voulait pas en dire plus et lui fit un sourire doux, qu'elle tourna ensuite vers le garçon. Aussi naturellement que possible au vu de la gêne qui s'était installée dans l'air, elle rétorqua d'un ton moins tonitruant que d'ordinaire. « C'est noté, on parlera pas familles. Et je crois que c'est une règle qui s'applique plus ou moins à l'ensemble de la maison d'ailleurs. On est clairement des gens très équilibrés. » Elle-même et Anna entretenaient des rapports compliqués avec leurs parents, le sujet de la mère de Madeleine n'avait pour ainsi dire jamais été soulevé, la venue même de Jaimie entre ces murs était en lien direct avec la relation difficile qu'il entretenait avec son père et JJ n'avait pas évoqué le sujet de son père inconnu et sa mère envolée depuis des années. Un petit cocon très fonctionnel que tout ce beau monde. « Ah et sinon, je déconseille le sujet Timothy en présence d'Anna. Surtout pas en ce moment mais même de manière générale, on sait jamais, ils peuvent entrer en crise à tout moment. » Si elle avait adopté un ton léger et donnait dans son éternel humour de mauvais goût, son coeur ne s'en serrait pas moins à évoqué les affres sentimentales de son aînée. Une part de responsabilités lui incombait, dans le drame qui secouait actuellement Ainston, même si elle n'était pas tout à fait prête à l'admettre à voix haute. « Vous pouvez vous moquer de JJ et de son penchant pour les blondes autant que vous voulez par contre. Hum, sinon, Jamie est assez réservé aussi, même si ça ne me gêne pas pour le taquiner sur sa copine et me mêler de ses affaires, mais je ne sais pas s'il le prendra aussi bien de la part de quelqu'un d'autre. » Ses yeux marrons s'étaient attardés malgré elle sur Aidan, envers qui Ainsworth Jr n'avait pas exactement fait preuve d'une hospitalité exemplaire. Il se laissait sans doute entraîné dans un des élans hargneux de Mad, comme lors de toute cette débâcle autour de Matteo, quand il avait séjourné au gîte. Haussant vaguement une épaule, la rouquine en profita d'ailleurs pour effleurer l'épineux sujet de cette tornade blonde qui vivait sous leur toit. « Et puis il y a Madeleine... Elle n'a pas mauvais fond, mais elle n'aime pas trop le changement. Ou les adolescents. Déformation professionnelle. » Elle avait ajouté cela comme une excuse à l'intention d'Aidan, qui ne se retrouvait pas forcément dans une position des plus enviables à la Pension. « Mais on l'achète assez facilement, même si elle essaiera sûrement d'abuser de ça pour que vous fassiez ses corvées ou lui donniez des friandises. Personnellement je l'adore et je m'entends très bien avec elle, donc je ne sais pas trop quoi vous dire pour mieux l'aborder, si ce n'est que ça viendra. » Lexie avait quelque peu l'impression de parler d'un animal ronchon, de ces chats un peu mesquins et agressifs dont les maîtres vous jurent que c'est un vrai ange quand il dort et qu'il est simplement un peu susceptible. L'image la fit sourire, sans doute parce qu'elle n'était pas si éloignée de la réalité, mais elle revint bien vite au fil de ses pensées.

Il lui semblait que la conversation avait pris un tour quelque peu déprimant et elle n'avait nullement l'intention de s'éterniser dessus. Certes, sa petite liste n'avait même pas été évoquée, mais elle pourrait toujours en faire parvenir une copie aux deux jeunes gens, qui ne manqueraient pas d'occasions de s'acclimater à la joyeuse folie qui habitait les lieux. Elle leur parlerait de la marche traître du deuxième, des robinets montés à l'envers de l'évier du sous-sol et du fantôme de Nana Preston une autre fois. L'heure était largement venue des les initier à un autre genre de coutumes locales. Se levant d'un bond, manquant d'asséner un violent coup de pied à la tête de ce pauvre Aidan, elle posa son verre de thé glacé sur la table basse et prit une pose assurée pour lancer la suite des festivités. « Bon, j'ai accidentellement entraîné la discussion sur le terrain de la mélancolie, mais on va remédier à ça. Suivez moi ! » Elle tira le blondinet par le bras pour l'aider à se relever et tandis son autre main à Christa, l'enjoignant à la suivre. La galeriste entraîna tout ce petit monde vers l'escalier menant à la cave aménagée, où ils firent bientôt éruption. L'endroit était aussi chaotique que d'ordinaire ; des vêtements traînaient sur la table de billard, les jeux de société débordaient de l'étagère et le bar était encombré d'objets aussi variés que des emballages vides, une paire d'escarpins rouges et une raquette de ping-pong. L'espace entre le canapé et la télévision étant libre de tout bazar, Lexie ne se formalisa pas du reste et se dirigea droit vers les consoles de jeux. Après quelques branchements et un petit cri de victoire en voyant le disque inséré dans la fente de la Wii, elle alluma l'écran et refit surface pour tendre une manette à chacun de ses colocataires. « Vous n'êtes pas vraiment membres de la Pension tant que je ne vous ai pas battus à Just Dance ! » Après avoir poussé un peu plus le canapé par mesure de sécurité, la rouquine se mit en position et brandit sa manette en direction du téléviseur. « Prêts? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Pension Preston | Our house, it has a crowd Empty
MessageSujet: Re: 06. Pension Preston | Our house, it has a crowd   06. Pension Preston | Our house, it has a crowd EmptyVen 14 Nov - 18:31

Dans le fond, Aidan était rassuré de voir que personne n'était confortable à l'idée de parler de sa famille. Tant mieux. Il avait surtout l'impression que c'était le genre de discussion qui demanderait une énorme quantité de tequila et de mouchoirs. Aidan n'avait pas pleuré depuis des années mais il savait qu'il était une bombe à retardements en matière de larmes. Peut être que dans dix ans, quand il aurait assez d'argent, il se payerait une thérapie et il irait raconter ses problèmes sur un canapé plus que confortable d'un psychiatre et il verserait sûrement quelques larmes à lors de cette occasion spéciale. Peut être. C'était sur sa liste de chose à faire avant ses 30 ans mais rien ne pressait pas vrai? Il sortit de sa rêverie en entendant des noms de personne qu'il ne connaissait pas vraiment et Aidan se fit une note mentale de ne pas trop poser trop de questions. D'être amical mais pas pressant. Il pouvait le faire... Ou du moins il pouvait essayer. Quitte à ce qu'on l'envoie balader en cas de mauvaise humeur, ça, il savait gérer. Très bien même quand on voyait la relation qu'il avait eu avec sa mère dans un espace deux fois moins grand que ce salon.

Ici, c'était différent et Aidan était bien conscient de ne pas avoir de compte à rendre à qui que ce soit. Il aimait cette nouvelle liberté, lui qui, il y a quelques mois n'aurait jamais envisagé sa vie après le lycée. Pour lui, le futur c'était le mouvement, la route mais non, il était là et il ne le regrettait pas. Il savait que personne ne lui poserait de question pour savoir s'il comptait aller à l'université un jour ou même pour lui faire comprendre que bosser au fast food du coin n'était pas un plan de carrière. Du moment qu'il payait sa part du loyer et qu'il se chargeait de nettoyer derrière lui, Aidan était convaincu que sa vie à la Pension Preston serait parfaite. Enfin à quelques détails près. Il roula intérieurement des yeux à la mention de Jamie, il se fit une note mentale de trouver le plus d'atomes crochus avec le brun. Après tout, ils avaient le même âge et il n'y avait pas de raison qu'ils ne s'entendent pas? Et oui, Aidan préférait voir les choses de manière positive.  "Okay, ne pas parler de Timothy, éviter de trop contrarier ce cher Jamie et trouver de quoi soudoyer Madeleine. Pas si difficile que ça à retenir, ça devrait aller pour le moment…" énuméra Aidan avant d'adresser un clin d'oeil à Lexie. Contrairement à un vulgaire d'adolescent, il avait également ses limites et s'il respectait celle des autres, le reste suivrait. Il comprenait les réticences des autres locataires, il avait dix neuf ans, il n'avait absolument rien à perdre et il pouvait partir du jour au lendemain pas vrai? Aidan aurait vraiment voulu que sa vie soit aussi simple mais elle ne l'était pas, du moins, elle ne l'était plus. Plus que quiconque, il comprenait ce qu'être un adulte signifiait et même si parfois il avait envie de fuir devant toutes ces nouvelles responsabilités, il tenait le bon bout. Aidan eut un sourire alors que Lexie le tirait pour le remettre sur ses deux pieds, la rouquine ayant décidé de changer de programme. I can work with that, se dit Aidan en se faisant une note mentale qui indiquait: venir voir Lexie si jamais je m'ennuie. Il adressa un sourire à Christabella qui signifiait clairement que lui non plus ne s'attendait pas à un tour de la maison de ce genre, mais soit, cela pouvait toujours être marrant.

Il suivit docilement Lexie sans poser toutes les questions qui lui passaient par l'esprit. Il avait envie d'en savoir un peu plus sur tous les habitants de cette maison et de savoir comment est-ce qu'ils avaient tous atterri là. Ça pourrait faire un très bon sujet de vidéo, ou même le très bon pilot d'une série télévisée, dans le genre Friends mais un peu plus trashy. Ou alors non, meilleure idée, Aidan pouvait trouver un placard ou une pièce que personne n'utilisait et y placer une caméra dans le but d'obtenir les confessions les plus intimes de tous les locataires. I think my roommates are crazy… Ça ferait un bon titre. Ou alors Aidan s'emballait trop, oui, il ne les connaissait pas, il fallait procéder avec précaution. (Hmm… Il demanderait à Lexie au cas où). Quoi qu'il en soit, la cave allait très certainement devenir son endroit préféré après sa chambre. Il avait des jeux vidéos qu'il avait piqué dans divers station service mais à part ça, c'était plutôt limité, surtout comparé à cette pièce. Et à quand remontait la dernière fois qu'il avait fait une partie de billard? Aidan se sentait vieux pour rien mais il se disait que ses colocataires auraient la bonne solution contre ça. Il inspectait encore la pièce, remarquant des nouveaux détails qui lui avaient échappé la première fois, alors que Lexie lui tendait une manette. "Je crois que je vais aimer ce rite de passage. Et puis au moins, c'est bien le seul jeu où on peut faire semblant de savoir danser sans se ridiculiser." fit remarquer Aidan avant de se mettre à sautiller sur place. Quand il s'agissait de faire le pitre, il était roi, s'il avait de la compagnie, c'était encore mieux. "… Vu qu'on est nouveau on peut choisir la chanson, n'est-ce pas Lexie?" Il demanda cela en offrant sa plus belle expression innocente à Lexie, quelque chose lui disait déjà que cette dernière ne tomberait pas dans le panneau. Si ce n'était pas le cas, cela voulait dire qu'elle le connaissait déjà bien et que le reste de ses colocataires n'auraient qu'à faire la même chose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Pension Preston | Our house, it has a crowd Empty
MessageSujet: Re: 06. Pension Preston | Our house, it has a crowd   06. Pension Preston | Our house, it has a crowd EmptyVen 28 Nov - 12:04

Christabella n'était pas parfaite, et en était consciente. Capable de noter les petits défauts qu'elle possédait, et qu'elle s'efforçait de dominer, elle était également suffisamment tolérante pour les accepter, et faire avec, lorsqu'ils provenaient de quelqu'un d'autre. La curiosité était en prime un défaut facilement pardonnable, pour peu qu'on ne pousse pas le vice trop loin. Même Christa avait ses limites, quand bien même ces dernières étaient remarquablement difficiles à atteindre. Elle n'était pas certaine que les habitants de la pension saurait respecter son choix de ne pas s'étendre sur sa famille, à la fois parce que c'était très mystérieux, et également parce que les pensionnaires semblaient ne pas faire grand état de leur propres secrets. La vie en communauté était ainsi faite.
Le sourire de Lexie et sa réponse rassurèrent Christa, qui se détendit et reposa son verre de thé derrière lequel elle essayait de se faire toute petite. Elle ne voulait pas parler de sa famille, et elle voulait encore moins qu'on la plaigne, qu'on la prenne en pitié. Lorsqu'elle avait poussé la porte de la LPA, quelques jours à peine après que ses parents l'aient mises à la porte, sans argent et sans aucune idée de comment vivre seule, Christabella avait affronté des regards pleins de commisération. Elle avait obtenu de l'aide, du soutien, mais également une extrême compassion qui l'avait mise très mal à l'aise. Elle avait serré les dents, s'était montré reconnaissante pour l'aide qu'on lui avait apporté, et s'était battue pour se débrouiller seule le plus rapidement possible. Elle n'aurait pas supporté de vivre sous le regard plaintif de ses nouveaux colocataires.

Avec de brèves et rapides descriptions, Lexie entreprit de leur expliquer avec qui Aidan et elle allaient désormais cohabiter. Anna, Lexie et Timothy restaient les trois personnes que Christa connaissaient le mieux, le dernier pour avoir vécu avec lui, la seconde parce qu'elles se retrouvaient régulièrement pour chanter, et la première parce qu'elle l'avait très souvent croisé lorsqu'elle venait rendre visite à Timothy. Bien que devant faire face à de nombreuses variables inconnues, Christabella n'en ressentait aucune inquiétude, aucune angoisse. Peu lui importait que le dénommé JJ reçoive de nombreuses visites féminines, ou que Madeleine ait un caractère plus que prononcé, ou que Jamie soit du genre secret. Christa avait besoin de compagnie. A mesure que les semaines, puis les mois, s'écoulaient, seule dans le grand appartement qu'elle avait partagé avec Leah et Timothy, la jeune femme avait compris que ce qu'elle ressentait et qui lui pesait de plus en plus, c'était la solitude. Elle appréciait de pouvoir s'isoler, d'avoir son espace personnel, mais très vite, ne plus avoir personne à qui parler, à qui raconter sa journée ou simplement à qui dire bonjour en sortant de sa chambre, tout l'avait plongé dans un début de dépression. Elle avait eu peur de se noyer dans ce sentiment.
Vivre à nouveau en colocation lui avait semblé la meilleure des options, mais au lieu de commencer en douceur, par la vie à deux avec une jeune fille qu'elle aurait pu rencontrer à l'Eglise, par exemple, Christa avait opté pour la Pension Preston. Elle avait eu un véritable coup de cœur lorsqu'elle était venue la toute première fois, lors du mariage -ou presque- d'Anna et Timothy. Le lieu lui avait plu, l'ambiance familiale également. Malgré elle, sans le savoir, elle cherchait à retrouver ce cocon rassurant qui lui avait été arraché trop tôt. Elle avait besoin de se sentir entourée. Peut-être cherchait-elle à retrouver une famille, en tout cas elle ne regrettait absolument pas sa décision.

L'atmosphère s'était alourdie, poussant Lexie à se lever d'un bond pour entraîner ses deux nouveaux colocataires vers le sous-sol, encombré par un drôle de bazar. Christa leva les sourcils mais resta silencieuse. Elle aimait l'ordre, mais force était de constater que ce n'était pas le cas des autres pensionnaires.
C'est en entendant Lexie les défier à Just Dance qu'elle fit volte-face, les yeux écarquillés. Aidan ne se fit pas prier, et déjà il s'emparait d'une manette pour se placer près de Lexie, dans l'espace entre le canapé et la télévision. Les bras ballants, Christa battit des paupières. Elle parvenait à chanter en public parce qu'elle aimait ça, mais danser, c'était une autre paire de manches. Si la jeune femme s'était réconciliée avec un corps que sa mère lui avait appris à détester, si aujourd'hui elle n'avait plus aucun mal à porter des vêtements qui la mettaient en valeur sans trop en dévoiler, faire bouger ce même corps en rythme était bien différent. Christa n'était pas mauvaise danseuse. Elle manquait juste de confiance en elle. « Je... vous regarde ! Et je prépare un cheesecake au gagnant ! » Tout plutôt que de danser. Avec précaution et sans être sûre que cela fonctionnerait, elle s'assit sur le canapé, les épaules raides. Pratiquement sûre que Lexie ne la laisserait pas s'en tirer à si bon compte.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
06. Pension Preston | Our house, it has a crowd Empty
MessageSujet: Re: 06. Pension Preston | Our house, it has a crowd   06. Pension Preston | Our house, it has a crowd Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

06. Pension Preston | Our house, it has a crowd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 3 :: Episode 6
-