Choriste du mois


Partagez | 
 

 06. 5 hours of summer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Timothy Ainsworth
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
06. 5 hours of summer Empty
MessageSujet: 06. 5 hours of summer   06. 5 hours of summer EmptyMar 2 Sep - 14:45

Adossé à l'ombre d'un arbre, Timothy énuméra une dernière fois les noms qui tapissaient le flyer du concert. Comme la cinquantaine d'autres fois où il l'avait fait, ses yeux s'arrêtaient toujours aux mêmes endroits, brillant de ce même éclat de mépris sardonique, et étirant ses lèvres d'une satisfaction à peine voilée par son anxiété. Il n'avait jamais été aussi ponctuel qu'aujourd'hui, et cette éphémère éternité lui rappelait avec une nostalgie désagréable ces instants de son adolescence où il s'affairait à des choses futiles pour en oublier la réalité qu'il devait affronter. A l'époque il n'avait jamais tari d'inventivité pour s'occuper à repousser les échéances, et encore à ce jour son esprit de contradiction aimait le détourner de ses angoisses les plus légitimes. Il y avait d'abord la moto qu'il avait garée un peu plus loin. Jamais il n'avait été aussi soigneux et appliqué avec quoique ce soit, si ce n'était sa guitare longtemps refourguée au placard. Si au départ il avait refusé ce cadeau d'adieu de la part de Nick, il avait fini par céder à l'irrépressible tentation de s'imaginer enfin compléter sa panoplie de rebelle torturé. Entre deux ricanements, il ne pouvait s'empêcher de jeter un œil au parking bondé où les gens se conditionnaient déjà à la soirée qui se profilait. Ils titubaient, éclataient de rire sans aucune retenue et les filles se surprenaient à sauter allègrement sur les dos des garçons sans avoir peur d'envoyer un quelconque signal d'attirance. Puis il y avait surtout l'enjeu de ce concert, les démons de son manque de confiance qui ressurgissaient et qu'il s'autorisait à affronter seulement lorsqu'il était seul. Au fond il savait que Ryder et Robbie ne faisaient pas autant que lui une affaire personnelle de ce groupe. Mais pour lui c'était bien plus que la réunion inattendue, pour l'amour de la musique, de trois comparses que la vie avait séparés. Pour lui c'était une croisade. C'était ironique, mais Timothy ne s'était jamais véritablement rendu compte que la musique avait toujours été pour lui une façon d'affirmer son insoumission plutôt qu’une échappatoire. Il avait fait une croisade de ses années passées au sein des Awesome Voices, de ses débuts mouvementés avec Bryan Ryan à son dénouement tumultueux avec Megan Morgan. Et encore aujourd'hui il se servait de sa guitare comme d'une arme pour prouver qu'il pouvait exister sans les autres, comme l'instrument de son potentiel.

L'été s'était définitivement installé à Lima. A une centaine de mètres de la rivière bordée de sable, la foule commençait à s'amasser devant la scène digne du festival de Coachella montée pour l'occasion. Allongés sur leurs serviettes, certains profitaient encore de leurs derniers instants de soleil loin de la sueur et du boucan de la musique. Entre deux bruits de vague artificielle, la sono grésillait au rythme de la prise de son et les ingénieurs couraient dans tous les sens pour effectuer les derniers ajustements. Il ne fallait tout de même pas leur demander de s'y prendre à l'avance, c'était seulement un concert à Lima Beach - même si de toute évidence Sue Sylvester avait fait de cet évènement une croisade bien plus zélée que la sienne. En tendant bien l'oreille, on pouvait deviner les ordres qu'elle vociférait à une équipe qu'elle qualifiait sans doute de bras cassés. Comme une mère qui abandonnerait son enfant à son premier jour d'école, Tim s'extirpa de son abri pour suivre la cohue d'un pas nonchalant, sans manquer de jeter un dernier coup d'œil furtif à son bolide chéri. Son étui à la main, il suscitait sur son passage quelques regards intrigués d'adolescents qui, peu habitués à ce genre de musique, se demandaient sans doute s'il était censé appartenir ou non à un groupe connu. Tim n'était pas aussi optimiste qu'eux. Il avait jaugé une bonne trentaine de fois le programme, et hormis quelques groupes nationalement célèbres, il n'avait vu que des noms d'amateurs qui, comme lui, aspiraient à un peu de reconnaissance. Certains avaient l'air de vastes blagues, mais s'il y avait un domaine où Timothy ne jugeait pas sur les apparences, c'était bien la musique - sauf en ce qui concernait Megan Morgan, il suffisait d'un regard pour deviner avec exactitude l'arrogance qui l'habitait. Ryder et Robbie devaient le rejoindre sur place, et Tim n'avait pas insisté pour organiser une répétition de dernière minute, sachant pertinemment qu'il aurait été le premier à craquer nerveusement et à dire des choses qu'il aurait regretté par la suite. Leur dernière recrue, une blondinette nommée Alex - elle avait surpris tout le monde en dévoilant qu'en fait elle n'était pas le mec tatoué auquel ils s'attendaient mais qu'elle n'en était pas moins talentueuse - devait elle aussi les rejoindre directement, toujours occupée à ses mystérieuses affaires.

Il était bientôt 19h et même si leur groupe n'était pas programmé avant 22h, chacun avait estimé judicieux de juger la concurrence. Même s'il n'y avait aucune compétition, Timothy ne l'entendait clairement pas de la même manière. L'enjeu avait beau ne pas être matériel, il était bien réel. Pour une fois, les chorales n'étaient plus le centre (raillé) de l'attention. Il y avait bien ces groupes montés par les éternelles chorales perdantes de la ville - celle de Finn avait beau l'avoir emporté l'an dernier, dans le cœur de Tim elle restait la chorale sans substance et malhonnête qu'il avait tant détestée au lycée - ainsi que la troupe de l'OSU, mais elles n'étaient que l'ombre de la compétition qui déchirait la ville depuis toutes ces années. Arborant fièrement son pass VIP, Tim se faufila dans les loges - un bien grand mot pour décrire les cabines de plage qui servaient d'entrepôt pour les instruments - où la batterie d'Alex attestait de sa présence. Les noms des groupes étaient vulgairement inscrits au-dessus des portes, et Tim n'avait pu s'empêcher sur son passage de vérifier si son imagination avait vu juste. Incroyablement, My Mad Fat In-Law n'était pas composé de métalleux mais de Taleen, l'ancienne amie New Directions de Tim, qui maugréait seule dans sa loge. Apparemment son groupe l'avait larguée au dernier moment, perspective qui angoissa Tim plus qu'elle ne le fit compatir. Au loin, les premières notes de guitare avaient suivi un discours grandiloquent de la mairesse, annonçant enfin le début des festivités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna L. Preston
You cannot find peace by avoiding life.
Age : 27 ans
Occupation : Entrepreneuse, photographe, assistante marketing, soeur dévouée, choriste ratée, fiancée consentante
Humeur : Progressivement maritale
Statut : Moitié d'Ainston
Etoiles : 799

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Running - No Doubt
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
06. 5 hours of summer Empty
MessageSujet: Re: 06. 5 hours of summer   06. 5 hours of summer EmptyMer 10 Sep - 12:28

Les cheveux blonds de Madeleine brillaient dans la lumière encore brûlante de la fin de cette journée d'été à Lima, et ils permettaient à Anna de la repérer à coup sûr dans la foule dense à travers laquelle sa colocataire se frayait un chemin.
Les deux jeunes femmes payaient chèrement leur retard, et peinaient à parvenir jusqu'à la scène sans trop de bousculade.
Maddie insistait pour qu'elles soient le plus près possible, afin que Lexie puisse les repérer dans l'assistance, tandis qu'Anna, elle, traînait les pieds. La surveillante jetait de temps à autre des regards agacés derrière elle, manifestement énervée par le manque de coopération de l'aînée des Preston, mais Anna faisait mine de ne rien voir. Pourquoi diable ne pouvaient-elles pas rester au fond, là où personne, et surtout pas Tim, ne s'apercevraient de leur présence ?
Quand elle avait reconnu le nom de son groupe et de ses surprenants acolytes, Ryder et Robbie, sur le programme de la soirée, elle avait immédiatement prévenu Lexie : hors de question qu'elle pose un orteil sur le sable artificiel de Lima Beach, Cherry Blooms ou pas Cherry Blooms. Elle n'avait jamais soutenu sa sœur dans ses aspirations de choriste, et elle ne voyait pas pourquoi elle devait le faire désormais qu'elle faisait partie du girls band le plus atypique de la ville, mix de débauche et de de pudibonderie explosif.
C'est finalement Madeleine qui avait trouvé la faille et lancé la pique fatale qui la déciderait, impliquant qu'Anna était bien trop lâche pour oser affronter Timothy si elle venait à le croiser... C'était donc Madeleine qui payait son arrogance maintenant qu'Anna rechignait à avancer.

"Je t'assure qu'elle me voit de là," assura la photographe à son amie avec toute la mauvaise foi du monde, tandis que les jeunes femmes se rejoignaient à un palier intermédiaire, à mi chemin entre la scène et le bar, postées entre des touristes venus apprécier le spectacle en famille et un groupe d'adolescents surexcités. "Et puis Jamie et J.J. sont sans doute déjà au premier rang, à quoi bon de casser la tête ?! On la retrouvera au comptoir tout à l'heure et on la félicitera tous en coeur pour sa ma-gni-fi-que prestation !" annonça t-elle, pince sans rire. "Ce n'est pas comme si le futur père de tes enfants se trouvait dans cette foule, si?", marmonna-t-elle entre ses dents, incapable de comprendre pourquoi son amie tenait autant à voir et à être vue ce soir.

Anna devait reconnaître qu'elle était impressionnée par le monde rassemblé pour ce concert : la mairesse de Lima avait merveilleusement fait fonctionner son service de communication.
Elle même aurait détesté couvrir l'événement, mais les photographes, professionnels ou amateurs, dont les flashes se déclenchaient à tout va devaient être aux anges... Un vrai Woodstock des temps modernes, les seins nus et le LSD en moins !
Tandis que Maddie évaluait le meilleur moyen de dépasser les lycéens ultrahormonés, la jeune femme n'écoutait que d'une oreille distraite le groupe qui jouait à ce moment précis, préférant profiter de l'ambiance. Les jeux de lumière prévus pour la nuit tombée mais qui dessinaient déjà des traces sur la scène, l'atmosphère électrique, la proximité de l'eau et les enfants plus jeunes qui jouaient dans le sable, bien plus intéressés par les châteaux à construire que par le concours de talents qui se tenait un peu plus loin. L'excitation dans l'air était palpable et générale, et si Anna n'avait pas connu Sue Sylvester aussi bien, elle aurait pu penser que la mairesse avait généreusement souhaité installer cet esprit de communion parmi ses concitoyens. Mais il s'agissait surtout de stratégie électorale et elle espérait échapper aux discours alambiqués de l'ancienne coach des cheerios.
Le groupe salua et Madeleine lui indiqua que les Cherry Blooms seraient normalement les prochaines, après un ou deux autres groupes "sans-intérêt", elle la citait. "Just on time, tu vois?" répliqua Anna, d'un ton victorieux. Elle n'eut pas le loisir de fanfaronner plus longtemps, son amie la tira par le bras et lui fit traverser le reste de la foule, de sorte qu'elle rejoignirent un bout des membres de la Pension Preston, un Jamie et un J.J. très en forme. Les lumières de la scène s’obscurcirent pour laisser place à une nouvelle performance et Anna, qui s'attendait au pire plutôt qu'au meilleur ce soir, se promit de se trouver une place au bar dès que sa sœur aurait terminé son show.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brittany S. Pierce
MODO ; Don't worry, be happy !
Age : 26 ans
Occupation : Gérante et professeur de Duo Dance
Humeur : Excitée
Statut : Célibataire
Etoiles : 7835

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Happy - Pharrell Williams
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
06. 5 hours of summer Empty
MessageSujet: Re: 06. 5 hours of summer   06. 5 hours of summer EmptyMer 10 Sep - 15:52

Danse, gym, cheerleading, chant… avec toutes ces activités de spectacle à son répertoire, Brittany n’en était plus à sa première représentation publique, surtout pas quand elle avait connu public bien plus exigeant lors de sa carrière de danseuse professionnelle à New York. Ça n’empêchait pas l’anticipation et le trac de lui nouer les intestins bien sûr, surtout qu’elle se produisait avec un groupe nouveau et des personnes qu’elles connaissaient très peu quelques semaines auparavant. Néanmoins, de tous les artistes qui se pressaient dans les ‘coulisses’, elle devait être l’une des plus détendue (au moins en apparence).

Elle sifflotait quelques extraits des musiques qu’elles utiliseraient pour leur numéro, s’attirant quelques regards mauvais de musiciens à crans. Indifférente à l’ambiance générale, elle appréciait le soleil et la brise, plus habituée à devoir attendre dans des couloirs sombres et étriqués, où il était tellement plus facile de se morfondre. Pas de ça ce jour-là, Brittany avait un moral d’acier. Elle brossa distraitement ses longs cheveux, vérifiant la tenue de ses extensions colorées posées pour l’évènement. Les mèches roses et bleues donnaient de la couleur à sa tenue. Elle les adorait… enfin une bonne idée capillaire de Lexie !

Assise sur une caisse, juste devant une cabine de plage, elle faisait le guet au service de Cassandra. A chaque fois qu’elle apercevait l’une des leurs, elle se perchait sur sa caisse et agitait le bras. Le stratagème fonctionna et elles furent bientôt toutes les six réunies. Sa décontraction n’était pas la règle générale : les mains étaient maladroites, les épaules tendues et les expressions crispées. Imperturbable, Brittany échangea sa place avec Emma, la forçant à s’asseoir pour qu’elle ajuste les derniers détails. Faire partie d’un groupe avec Miss Pillsburry, aujourd’hui Madame Schuester, son ancienne conseillère d’orientation et l’épouse de son professeur préféré du lycée…  cela avait fait partie des habitudes à prendre. Elle avait mis un moment pour savoir comment s’adresser à elle, comment se comporter… Elle avait fini par envoyer balader ses incertitudes : Emma était peut-être plus âgée, elle l’avait peut-être guidée pendant un temps, mais dans le domaine du spectacle c’était Brittany la plus expérimentée. Face à cette constatation, elle avait donc décidée de la traiter comme les autres. Elle s’appliqua à finir le maquillage de la rouquine pour mettre en valeur ses beaux yeux (Monsieur Schuester serait dans la foule après tout !).  

Quelques instants plus tard, Brittany tapa gentiment la main de Grace, l’empêchant de tirer sur son bas résille. La jeune femme était splendide mais apparemment mal à l’aise, ce qui lui rappela une certaine soirée où elle avait porté une horrible robe bleue flashy dans laquelle elle avait semblé encore plus maladroite. Après cette première rencontre rocambolesque où Grace ne lui avait pas fait une très bonne impression (la prendre pour une prostituée, non mais le culot !), Brittany ne savait pas vraiment à quoi s’attendre et avait craint le pire, aussi peu rancunière soit-elle. Finalement, quand on savait comment s’y prendre, la cadette Hamilton n’était pas si horrible que cela (il fallait simplement savoir ignorer son puritanisme poussif… ce qui, après cette période en compagnie de 5 Second Chances, deviendrait probablement l’une des spécialités de Brittany, elle pourrait l’inscrire sur son CV – inexistant).

Cassandra ajustait ses plumes. Brittany la contourna (elle était encore traumatisée par cette histoire de démons, d’accord ? Et Madame Cassie était vraiment flippante quand elle n’était pas contente, Brit’ n’aimait pas quand elle fronçait les sourcils dans sa direction, c’était inquiétant, ok, elle était simplement bien plus à l’aise… ailleurs) et plaça Christabella entre elle et leur leader. Christabella était un petit ange (sans les ailes ! parce que, non !) et un rayon de soleil, une protection contre tout danger. La brunette s’occupait les mains en jouant avec ses manches. Brittany la laissa tranquille et se réfugia auprès de son alliée officielle. Lexie et elle n’avaient pas toujours eu une relation amicale idéale mais cela s’était amélioré. Maintenant que l’encyclopédie qui semblait s’être greffée à son cerveau avait arrêté de débiter des informations inopinément, l’anglaise était amusante. Elles s’étaient rapprochées durant cette aventure des Cherry Blooms.

Et Brittany comptait bien à ce que ce ne soit pas la seule réussite de leur girls band ! Elle sautilla sur le bout de ses baskets pandas et agita la main en apercevant un peu plus loin leurs rivaux du jour : elle adorait Warren, Glenn et Puck mais ils allaient mordre la poussière ! Elle leur offrit un grand sourire rayonnant malgré tout, parce qu’il fallait bien égayer leur journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Megan Morgan
they used to shout my name
now they whisper it
Age : 27 ans
Occupation : Star internationale, muse des paparazzis, directrice des Awesome Voices à ses heures
Humeur : Meganesque
Statut : Disponible
Etoiles : 1608

Piece of Me
Chanson préférée du moment : SELENA GOMEZ - Hands To Myself
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
06. 5 hours of summer Empty
MessageSujet: Re: 06. 5 hours of summer   06. 5 hours of summer EmptySam 13 Sep - 0:38

Meg n’avait cessé de dénigrer sur les réseaux sociaux l’implantation d’une plage temporaire à Lima. Elle sentait que sous l’initiative de Sue Sylvester se cachait une vaine tentative d’étouffer la future victoire des Awesome Voices. Alors quand elle avait en plus appris qu’un concert en plein air serait proposé aux habitants de la ville pour célébrer l’arrivée de l’été, ce fut la provocation de trop. Elle ne put s’empêcher de hurler à pleins poumons – et à la vue des airbags qu’elle se traînait depuis sa studieuse adolescence, et qui étaient donc naturels malgré les rumeurs persistantes sur son addiction à la chirurgie esthétique, elle avait de quoi emmagasiner une réserve d’oxygène de la taille de l’Alaska –, faisant ainsi trembler son immeuble tout entier ; il n’y avait pas moyen qu’on détourne l’attention de l’apogée de ses choristes pour mettre en avant des amateurs qui ne méritaient même pas d’avoir leur nom inscrit sur une setlist des plus douteuses. Megan avait pensé se présenter au bureau de la mairesse pour lui faire avaler son dentier par le biais de la poigne de fer du garde-corps qu’elle n’avait pas, mais l’aura d’excellence qui se dégageait de sa petite personne depuis la consécration de sa chorale lors des Nationals, et sa toute nouvelle sérénité qu’elle devait à une longue semaine de repos bien mérité loin de la folie paysanne de la ville, la forçait à adoucir ses traits de caractère les moins glorieux pour convaincre subtilement la populace du coin de se joindre à sa troupe de gagnants. Étonnamment, Megan avait rongé son frein pour mieux plonger son nez dans une poudre blanche qu’elle avait acheté à un gamin en vélo près d’un local à poubelles derrière le cabaret de la ville ; c’était le risque de côtoyer Lindsay, cinq ou six verres en trop en soirée, et on finissait à tous les coups avec le nez enfariné.

Rien n’aurait pu être pire, sauf que Megan avait appris deux choses en choisissant de s’intéresser de plus près à cet événement qui pourtant lui donnait des démangeaisons à des endroits sur lesquels il était très peu classieux de disserter. Ça l’avait définitivement convaincue que Jessica Biel lui avait jeté un sort vaudou après qu’elle ait certainement lu les dizaines de messages privés très explicites que la brunette avait envoyés à son célèbre ex-petit ami sur le réseau Internet au petit oiseau bleu. Non seulement les éliminés des Sectionals s’étaient mis en tête de marcher sur ses plates de bande en créant des boys et girls band sans même la convier à la fête, alors qu’il était évident qu’elle était la mieux placée pour faire partie d’un attroupement pareil, son expérience chez les Fairy Dust le démontrant bien évidemment ; mais en plus, son cousin Robbie s’était allié au démon : Timothy Ainsworth, ou l’homme qui murmurait à l’oreille des tatoueurs, fidèle toutou hargneux de feu Bryan Ryan, avait réussi à amadouer le jeune homme pour l’embrigader dans un projet de groupe de rock qui, soyons honnête, ne faisait qu’accentuer le cliché vivant que Grumpy Timothy reflétait en se traînant avec nonchalance dans ses jeans usés, la clope au bec. Comble de l’infamie, Ryder, son choriste presque préféré, futur père des enfants de Ruby – s’il finissait par trouver comment déverrouiller sa caverne aux merveilles, s’entend – était lui aussi de la partie. C’était bien parce que c’était difficile pour Megan de reconnaître ses erreurs et de tomber dans l’introspection, mais quiconque se sentant suffisamment concerné par ses mésaventures pour se pencher un instant sur son cas se serait rendu compte qu’elle était victime d’un violent retour de karma.

Il fallait prendre les choses à bras le corps et ne pas se laisser atteindre par les farces du destin. Appuyée sur la portière de sa voiture rouge pétant, Megan expulsa une longue colonne de fumée opaque de sa bouche pulpeuse, sa cigarette tenue avec grâce entre ses doigts vernis d’un bleu turquoise très estival. Sous ses grosses lunettes noires, elle observait un groupe de jeunes qui trouvaient sans doute ça cool de tenir leur bâton de nicotine entre deux doigts, avec le pouce et l’index, comme s’il s’agissait d’un spliff qu’ils se repassaient pour compléter le tableau baba cool qu’offrait cet événement qui flairait bon la caricature de Woodstock. Meg laissa un rictus rauque s’échapper de sa gorge dénudée tandis qu’elle se grattait la nuque, là où sa perruque blonde la démangeait atrocement. Elle avait préféré ne pas venir à découvert, sachant que ses tweets les plus virulents pourraient éventuellement lui causer des problèmes au milieu de la folle qui s’amassait près de la scène. Se cachant sous sa panoplie de californienne en recherche de sensation forte, elle avait décidé de venir encourager son cousin ; mais c’était surtout pour s’assurer qu’il se vautrerait. Dans ce cas de figure, elle serait présente pour le ramasser à la petite cuillère et le rassurer en lui affirmant que ce sont les échecs qui forgent le caractère et pas l’inverse ; entre deux soupirs, probablement qu’elle lui glisserait deux mots sur le niveau atteint par sa chorale qui avait besoin de sang neuf et de musiciens à la mèche rebelle pour la saison prochaine ; un peu de saleté ne leur ferait pas de mal, après tout – ce n’était certainement pas Peter ou Tate qui feraient resurgir de sous leurs vestons proprets et leurs boucles le rebelle qui sommeille en eux. En bref ; Meg avait une idée derrière la tête, et c’est en jetant sa cigarette du bout des doigts qu’elle se planta sur ses talons compensés. Elle remonta son décolleté et après avoir vérifié que sa perruque ne faisait pas la malle sous cette chaleur étouffante, elle se dirigea d’un pas conquérant vers l’entrée du staff.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robbie Shane Morgan
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
06. 5 hours of summer Empty
MessageSujet: Re: 06. 5 hours of summer   06. 5 hours of summer EmptyLun 15 Sep - 21:13

Glenn étant occupé par ses propres préparatifs, Robbie s’était tourné vers son styliste de fortune à savoir, sa fille. Livia était calée au milieu du lit de son papa entre deux coussins alors qu’il sortait chaque vêtement un à un jusqu’à avoir l’approbation de Livia. La tenue qu’il avait en tête depuis quelques jours n’avait pas fait grand effet à sa progéniture et il avait donc décidé de la laisser au placard. Ceci expliquait donc la tenue définitive de Robbie. Glenn avait dû beaucoup parler fringues avec Livia qui n’avait surement compris qu’un ou deux mots, mais au final la combinaison short, débardeur et chemise ne rendait pas trop mal. Selon les critères de Robbie. Maintenant, il fallait s’occuper de ses cheveux, et là encore, ce n’était pas mince affaire. Ils ressemblaient de plus en plus à de la vieille ficelle et à ce stade, on ne pouvait plus rien faire pour les sauver et chaque jour, Robbie se disait qu’il prendrait rendez-vous chez le coiffeur le lendemain. Il opta cependant pour une couette sur le dessus de la tête, comme celle qu’il avait faite à Livia un peu plus tôt dans la journée : père et fille, toujours assortis. Il avait voulu pousser le vice encore plus loin et l’habiller comme lui, mais ce soir, Livia ne serait pas une rockstar. Elle serait une enfant normale (enfin, "normale" considérant les parents dont elle avait hérité) qui passerait la soirée chez sa maman, pendant que papa ferait de la musique. Comme c’était la première soirée qu’elle passerait chez Leah, Robbie avait décidé de marquer le coup et de lui enfiler son kimono venu du Japon. Depuis leurs "retrouvailles", les tensions entre Robbie et Leah s’étaient apaisées pour le bien de leur fille, et aujourd’hui, il en était bien coutent. Parce qu’il avait beau ne pas l’avoir dit à Leah, mais sans elle, il se serait retrouver sur scène avec un bébé dans le dos faute de baby-sitter. Tout le monde semblait pris ce soir, tantôt public au concert, tantôt participants, mais Leah avait des obligations qui lui dictaient de rester chez elle. Une vidéo-conférence avec des gens du Japon s’il se souvenait bien.

Il se jeta sur son lit pour jouer encore un peu de temps avec Livia jusqu’à ce que quelqu’un frappe à la porte. Il savait que c’était Leah et qu’elle venait chercher sa fille pour permettre à Robbie de se rendre directement à la plage artificielle, sans faire de détour par chez elle. Il accueilli Leah avec Livia dans les bras, et le sac qu’il avait préparé dans l’autre. Y a tout dedans : doudou, livres pour lui raconter des histoires, tétines, biberons et tout le nécessaire pour lui faire sa toilette. Evidemment, il savait que Leah avait tout cela chez elle et connaissant ses moyens financiers, elle avait surement tout d’une meilleure qualité, mais cela ne l’empêcha pas de lui donner quelques recommandations de dernière minute. Une fois les deux demoiselles parties, il retourna dans sa chambre et déposa sa basse dans son étui, vérifiant bien que le set de cordes de rechange était toujours là où il l’avait laissé avec ses médiators. Il prit le tout, se rendit dans sa voiture, et direction : la plage.

Seul dans ce petit habitacle, il sentit le trac l’envahir. C’était étrange comme sensation. Il savait ce qu’ils avaient prévus de jouer sur le bout des doigts (haha) et n’avait à se souvenir d’aucune parole. Il ne savait pas ce qui le tracassait, mais il était pressé d’arriver à destination pour être dans une atmosphère plus détendue. Ryder avait pris sa propre voiture pour se rendre au point de rendez-vous et ne pouvait donc pas lui changer les idées, Livia était chez Leah, et Megan ignorait que Robbie était sur le point de se produire sur scène. Les conseils de sa cousine lui auraient surement été bien utiles, et maintenant qu’il attendait que le feu rouge passe au vert, il se maudit de ne pas l’avoir mise au courant. Au départ, il avait voulu la prévenir pensant que son expérience passée en tant que chanteuse et présente en tant que coach pourraient l’aider, mais avant qu’il ait eu le temps de quoique ce soit, il était tombé sur ses tweets salés et en avait décidé autrement. Megan avait l’air complétement contre l’idée de ce concert, et lui demander des conseils n’était surement pas la meilleure chose à faire. A part Ryder qu’il considérait comme son frère, il n’y aurait aucun membre de sa famille présent, et encore, Ryder était obligé d’être là puisqu’il faisait lui-même parti du groupe. Il fut tiré de ses pensées par le klaxon d’un chauffeur plus pressé que lui, et arriva bien vite à la plage.

L’ambiance était déjà au rendez-vous. On voyait clairement que le public serait hétéroclite ce soir. A vrai dire, les différents groupes annoncés aux styles tout aussi différents avaient fait venir leur propre public. En avançant vers l’accès VIP avec sa basse à bout de bras, il se demanda s’il était possible que des personnes soient là ce soir pour découvrir leur groupe, attiré par la curiosité de savoir qui se cachait derrière ce nom inscrit sur le flyers. Contrairement aux autres groupes, ils n’avaient jamais eu l’occasion de se confronter à un vrai public, et ne savait pas si leur musique allait plaire ou non. Il regarda une dernière fois sa montre pour vérifier l’heure et montra son badge signalant qu’il avait accès à cette partie du festival avant de se couper du reste du public. Il avança scrutant chaque porte pour trouver le nom de son groupe et fut soulagé de voir qu’Alex était déjà là en voyant sa batterie. Au moins, il n’aurait pas à rester seul dans leur loge à attendre que quelqu’un arrive. Finalement il trouva la pièce qui leur était réservée et poussa la porte sans cérémonie. Comme prévu, Alex était là en train de discuter avec Tim, et Robbie coupa leur conversation en arrivant. Alors, comment vous vous sentez à H-3 ? Il posa sa basse dans un coin et pris place près des deux autres membres, écoutant leur conseils pour éviter d’avoir peur pour rien (leur mots, pas les siens). Enfin, il ne fallait tout de même pas oublier que Robbie était encore vierge scéniquement et qu’il avait le droit d’avoir peur. Et surtout, qu’il n’irait pas mieux tant que Ryder ne serait pas là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
06. 5 hours of summer Empty
MessageSujet: Re: 06. 5 hours of summer   06. 5 hours of summer EmptyMer 17 Sep - 16:31

C’était aujourd’hui le grand jour. Against the odds allait se produire pour la première fois sur une scène devant une foule en délire. Le groupe avait décidé de profiter du festival organisé à la nouvelle plage artificielle de Lima pour se dévoiler. Voilà déjà quelques semaines que Timothy s’était pointé sans son orgueil et son air supérieur au Gramophone Record pour proposer à Robbie et à Ryder son idée de groupe de musique rock. Le gérant avait immédiatement accepté. Il caressait ce rêve depuis son adolescence. Cela n’avait pas été autant évident pour le blond qui avait été un peu plus réticent. Il avait fallu que Ryd use d’arguments en béton pour convaincre son colocataire de se joindre à eux. Chaque semaine, les trois garçons se réunissaient toutes les semaines pour pratiquer. Contre toutes attentes, le trio s’attendait à merveille. Les histoires du passé n’avaient pas leur place. Seule la musique comptait. Leur chimie était incroyable. Il n’avait fallu que d’une seule chanson pour affirmer qu’ils étaient faits pour jouer ensembles et qu’ils étaient sur la même longueur d’onde. Jamais Ryder n’aurait pensé qu’ils s’attendraient aussi bien et que  ce serait si facile. Aucun ne s’était auto-proclamé leader du groupe. Ils se retrouvaient tous au même niveau. Ils communiquaient et prenaient toutes les décisions ensembles. L’époque du lycée et d’immaturité était très loin. Les trois garçons avaient évolué et savaient faire la part des choses. Chacun apportait un plus au groupe. Ils se complétaient parfaitement. L’ajout d’Alex leur batteuse avait apporté une petite touche féminine qui cadrait bien à leurs valeurs.

En cette journée spéciale, Ryder s’était senti généreux et avait donné congé à tous ses employés afin que ces derniers puissent profiter du festival. Ce genre d’événement était propice à faire la découverte des groupes locaux ou de nouveaux styles musicaux. Pour l’occasion, il s’était simplement vêtu d’un t-shirt de son groupe favori, d’un jeans et de ses lunettes aviateur. Il n’était pas nerveux, mais très fébrile. Le guitariste avait déjà joué sur une scène, mais seulement à titre d’accompagnateur. Là, il allait se trouver en première ligne. Il n’avait aucune raison d’être nerveux. Il allait être dans son élément et il allait faire ce qu’il faisait de mieux dans la vie avec des personnes en qui il avait une confiance aveugle. Il connaissait les chansons par cœur. Il n’avait aucune ligne directrice à suivre comme c’était le cas lorsqu’il performait avec sa chorale. Il avait hâte de voir la réaction de la foule et d’être emportée par elle.Il allait s’amuser! Et puis, ATO était génial. Ils allaient tout déchirer. Tout allait bien se passer!

Bien sûr, il se demandait, qui de ses amis et ses proches, se trouveraient parmi la foule. Ses frères lui avaient dit qu’ils seraient présents, mais à savoir si ça allait vraiment être le cas, c’était autre chose. Charlie ne lui avait rien confirmé et il allait être déçu si elle ne venait pas le voir pour son premier spectacle. Bien sûr, il se demandait si Ruby serait là pour l’encourager. Il lui en avait glissé un mot rapide lors d’une pratique des AV, mais n’avait pas insisté. Il en avait marre d’insister. Il ne savait pas où en était leur relation. La brunette lui envoyait sans cesse des signes contraires. Ryder était patient, mais sa patience commençait à avoir des limites. Il refusait néanmoins de s’en faire avec tout cela. Aujourd’hui, c’était sa journée et il allait en profiter! Il n’allait pas remplir sa tête d’interrogations et d’incertitudes alors qu’il était à quelques heures de monter sur scène.  

Ryder avait pris sa voiture pour se rendre à la plage. Robbie devait aller porter Livia à sa mère et le brun n’avait aucune envie d’aller chez Leah et puis il voulait apporter une petite surprise aux membres de son groupe. Il s’arrêta à l’épicerie et s’empara d’un paquet de six canettes de bière n’ayant aucune idée s’il allait pouvait entrer sur le site et dans la zone VIP avec son alcool. Ne souhaitant pas se faire arrêter et risquer de compromettre la prestation de son groupe, il cacha les canettes dans son étui à guitare. Il croisa les doigts pour ne pas que l’une d’elles décide d’éclater pendant le voyage, car il fallait avouer qu’elles étaient entrées avec force dans la caisse. Lorsqu’il entra sur le site du festival, son cœur manqua un coup et la nervosité monta tranquillement à lui. Le musicien s’était attendu à une bonne foule, mais peut-être pas aussi grande et dense! On aurait dit que tout Lima et même les villes alentours s’étaient données le mot. Peu importe comment serait leur performance, l’événement allait être un succès! Il se dirigea vers la zone des loges des différents groupes de la journée. Il montra son pass, il trouva leur porte avec leur nom écrit maladroitement au marquer sur une banale feuille de papier. En voyant leur nom, Ryder ne pu s’empêcher de sourire. À ce moment, il se sentait tellement important. C’était vrai. Leur groupe n’avait rien de superficiel, c’était réel! Il soupira un bon coup pour se défaire du stress et entra en trombe dans la petite pièce! "What’s up les mecs!" Son regard se dirigea machinalement vers Tim qui n’aimait pas ce genre de déclaration enfantine et Ryd lui sourit. Il donna des bisous sur la joue d’Alex, il présenta son poing à Robbie pour que celui-ci lui donne un coup avec son poing et donna une petite tape dans le dos de Tim pour les saluer. "Alors vous êtes prêts?" Ryder était excité et il débordait d’énergie. Il ne s’attendait pas à ce que l’adrénaline le revitalise autant, lui qui était habituellement calme.

Le grand brun ouvrit son étui et sorti quatre canettes en serrant les lèvres. Il en donna une à chacun de ses compagnons. "Attendez avant de les ouvrir, ça a un peu brassé là-dedans." Il attendit une minute et se risqua. Il ouvrit doucement la goupille. Le liquide explosa un peu et Ryder se dépêcha de dire : "À nous!" en levant sa canette à l’intention des autres, puis il posa ses lèvres sur le liquide pour l’empêcher de couler plus. Ryder se sentait bien et en confiance. Tous les quatre allaient rocker la place!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
06. 5 hours of summer Empty
MessageSujet: Re: 06. 5 hours of summer   06. 5 hours of summer EmptyVen 19 Sep - 23:05

« C'est un cosplay raté de Nicki Miraj ? C'est une INAUGURATION de concert, pas le carnaval ! » De colère, Sue retira la robe que Maggie Barge, une styliste de seconde zone, lui avait dit de mettre et la balança à l'autre bout de la pièce. Depuis la démission du traître — sans aucun doute influencé par le chant des sirènes chrétiennes qui devaient encore accuser, avec les gémissements de femmes éconduites, son employeur de tricherie —, la mairesse essayait de se tenir éloigné de Blaine. La Dompteuse de Cheerios n'était pas contre vivre en colocation dans le même lit — surtout que les deux blonds n'avaient plus qu'un seul salaire — mais elle doutait maintenant de la loyauté de son styliste personnel. Une enquête poussée et l'installation de micro dans leur maison permettraient d'en savoir davantage sur le bien fondé de ses incertitudes.

Mais clairement, il n'aurait jamais eu la présence d'esprit, la bêtise, la désobligeance, l'insulte de proposer à Sue Sylvester ça ! Une robe de cuir rose bonbon à pois multicolore, au décolleté prooodigieux, qui s'arrêtait un peu plus bas que le nombril. Visiblement, quelqu'un avait confondu les mensurations du hobbit Rachel Barrie avec celle de la directrice des New Directions. Magouille avait alors apporté une jupe hawaïenne mi-longue, « pour rester dans le thème estival ». Lorsqu'elle se vit dans le miroir, la Sauveuse de Présidents ne mit pas longtemps avant de piquer sa crise.

« Dis-moi qui t'as payé pour ruiner l'inauguration ? Pour ruiner ma beauté ?!? » La mairesse, le regard noir, s'était dangereusement rapprochée de la jeune femme. Percevant la menace, celle-ci s'était figée sur place, estimant que dans une fuite elle perdrait un membre, ou pire... « C'est Willy le Chevelu ? J'en suis sûr qu'il n'a apprécié que je fasse mieux que lui au Sectionnals. Se terrer comme une blatte il sait faire que ça, mais pour s'expliquer d'homme à homme... enfin d'homme à femme... s'expliquer face à face je veux dire, y'a plus personne ! » La mairesse observa Marge, tremblante comme une feuille. « Ouais, t'a raison, il n'est pas assez couillu. C'est Organe Megan alors. Dire que c'est moi qui ai choisi cette grosse baleine. J'aurais dû la laisser dans son bled, elle aurait fini caissière au McDo. Ou Fun Houston. Je me demande comment on peut être aussi gros et aussi invisible. Son seul vrai talent. Ou les Culs serrés. Depuis leur petite fête chez Barbie, je suis sûr qu'ils se sont plus aussi ser... »

Sous la pression, la jeune styliste fondit en larmes et marmonna des explications confuses. Plusieurs termes accrochèrent l'oreille de la mairesse : “saipas”, “fête”, “kouignaman”, “amateur” et “jipeurien”. Face à ce charabia, un esprit normal aurait rapidement jeté l'éponge, cependant l'ancienne coach avait gagné dans sa jeunesse le jeu Pyramid et pour elle tout était extrêmement clair. « Une apprentie pâtissière bénévole. On aura décidément tout vu ! »

Toujours en jupe papier — il ne lui manquait plus que le ukulélé et les noix de coco —, Sue réfléchit un instant pour se sortir de cette impasse. « Si tu veux regagner ton honneur, cours vite me chercher un truc à me mettre. » Elle fouilla dans son sac à main, qui traînait sur une chaise, et en sortit 500 $. Elle tendit les liasses de billets à la jeune femme. « J'espère que ce sera suffisant pour trouver un truc de pas trop mauvais goût. » Margot disparut comme un éclair. Il était 18 heures.




Finalement, tout rentra dans l'ordre dans la demi-heure qui suivit. Barjot avait dégoté une petite robe bustier et perdu quelques kilos grâce à sa course effrénée. La directrice des jaunes avait été tripotée de tous les côtés et le rendu était à couper le souffle pour n'importe quel sexagénaire homme qui la voyait. Elle était prête pour son entrée, un collier de fleurs autour du coup toujours pour rappeler le thème. A croire que la tonne de sable près de la rivière, le bruit des vagues en musique, les petites cabines de plage étaient des éléments trop discrets...

Dizaine de flammes en bout de scène. Jeux de lumière endiablés. Notes de musique rythmés. La mairesse Sue Sylvester apparut parmi les faux cocotiers, dans un décor mobile et lumineux qui sentait bon le sable chaud. « Bonsoir Lima ! » hurla-t-elle sous les acclamations du public. « L'été, c'est la plage, les vagues, les hommes bien musclés et les femmes en bikinis trop petits. Ce sont les premiers amours de vacances, les premiers ébats aussi. Des distributeurs de préservatifs sont situés à différents endroits, offerts généreusement par notre sponsor Frotex. » Elle s'arrêta. Un de fait. « J'en profite pour remercier également les desserts Mémé Roma, Funcky Vincent le spécialiste des déguisements, les bonbons Mythosse, MILF-FM le paradis des mamans, et la gazette de Lima. » Le torchon de Lima en réalité, mais par respect au 46,39 $ qu'ils avaient donné elle s'était abstenue. « Maintenant place au spectacle ! Bougez vos graisses sur The Gus Circus ! Lancez vos sous-vêtements sur Goodbye Kitty ! Ragequit, Walk The Moon, My Mad Fat In-Law ! » Sue rangea le flyer qui lui servait d'aide-mémoire. Avec des noms à coucher avec des thons, c'était indispensable. Dans sa précipitation, elle avait oublié de citer les ploucs de sa ville. « Et n'oubliez pas d'applaudir les groupes de Lima, Against The Olds, Cherry Boobs et W.J.M. ! » Elle sourit pour cacher son erreur parce qu'elle n'aurait jamais accepté un groupe avec les mots Boobs, Bitch ou Pussy afin d'éviter toute polémique. La mairesse avait déjà refusé la venue du groupe Sex Machine parce qu'ils se produisaient en tenue d'Adam, même si cela aurait dopé sa fréquentation. « Mais avant... ! » Elle laissa le suspens s'installer, en vraie show-woman. « Je dédie cette chanson à mon ami Mickael Jackson qui m'a nommée pour le SingASong Challenge. » Le signal pour le pianiste était lancé. Elle espérait que les choristes choucroutées, sur lesquelles reposaient presque l'ensemble de la chanson, étaient prêtes.


Sue Sylvester tint la note finale 53 secondes, poussée par la ferveur de la liesse. Grisée par le succès, elle hurla dans le micro le nom de ses nominés. « A votre tour Superman, Chuck Norris et Madonna ! Vous avez trois jours. Et n'oubliez pas de donner. » Elle présenta les raisons du SingASong Challenge très brièvement parce que ce n'était pas dans le programme. Un peu de charité ne ferait cependant pas de mal à l'image de la mairesse. « Je sais qu'eux vont entièrement se donner ce soir » finit-elle par ajouter. « C'est Acamazing ! » La Dompteuse de Cheerios quitta la scène, saluant le public telle une grande diva. La soirée venait de commencer et par la plus belle des manières !
Revenir en haut Aller en bas
Lexie A. Preston
Ginger Spice ; You bet you're gonna lose it to that hellbound crimson glory
Age : 25 yo
Occupation : Galeriste, chef auto-proclamée de la Pension Preston, life coach du dimanche et membre des Second Chance
Humeur : Déterminée
Statut : Bob oriented
Etoiles : 679

Piece of Me
Chanson préférée du moment : You're the one that I want | GREASE
Glee club favori : Second Chances
Vos relations:
06. 5 hours of summer Empty
MessageSujet: Re: 06. 5 hours of summer   06. 5 hours of summer EmptyLun 13 Oct - 17:17

Dire qu'elle n'avait pas été nerveuse aurait été un mensonge éhonté. Ce qui n'empêcha bien sûr pas Lexie Preston - devenue Rock Bloom pour l'occasion - de clamer qu'elle était simplement excitée comme une puce et prête à en découdre. Ce qui n'était pas un mensonge en soi, plutôt un habile détournement des faits. Car si elle était en proie à une pointe de trac, somme toute assez saine, certaines de ses camarades étaient plus tétanisées que stressées. Et elles ne pouvaient pas franchement se permettre de céder à la panique. Aussi, Brittany et Lexie s'étaient chargées de faire front commun, affichant des sourires radieux, étirant leurs muscles encore endormis en riant et motivant leur joyeuse troupe pour faire le show de l'année. Enfin presque. Elles avaient croisé leurs principaux rivaux dans les coulisses - un bien grand mot pour désigner les quelques cabines de plage mobilisées pour l'occasion - et les filles avaient fièrement parader, prouvant qu'elles ne se laisseraient pas intimider et étaient prêtes à écraser la compétition. Et pour démontrer cette force et glaner un peu de street cred, la jeune galeriste avait donc malicieusement tiré la langue à ses amis des W.G.N, avant d'adopter un air de cowboy dans un Western. C'était une manière de faire les choses comme une autre après tout.

Finalement, le glas avait sonné, la mairesse avait fait un speech d'ouverture digne de sa glorieuse et folle personne - quelqu'un lui avait-il dit que Superman était un personnage de fiction? - et chanté un mashup qui n'allait pas tellement son timbre. D'autres groupes étaient venus relever un peu le niveau et démontrer que la musique amateur en Ohio pouvait être de qualité. Et bientôt, ce fut au tour des Cherry Blooms. Une grande inspiration et la voilà montée sur scène avec ses comparses. La bande-son défila sans accroc, elles chantèrent sans fausse note, leur chorégraphie rythmée ne causa pas d'accident et le public était enthousiaste. La performance défila à toute vitesse, dans un tourbillon de couleurs et de sons et bientôt Lexie se retrouva dans un câlin de groupe plein de tendresse sur le côté de la scène. Tout était allé si vite qu'elle se demanda un instant si elles étaient vraiment passées. Mais il n'y avait pas de doute, puisque le présentateur les félicita et annonça le groupe suivant. Avec un sourire, la londonienne se glissa derrière un des paravents installé dans leur cabine pour quitter ses grandes bottes et sa tenue de scène, dans laquelle elle avait copieusement transpiré. Le glamour du show-business. Elle troqua donc son ensemble noir et blanc, très rock'n'roll chic, pour un court short en jean, des sandales compensées et un ample débardeur beige à motifs plumes. Avec le chignon flou qu'elle avait noué sur le haut de sa tête, sa multitude de bracelets et son long sautoir, elle avait adopté un look de festivalière à la frontière du cliché. Mais on l'entendait arriver, ce qui n'était toujours le cas de toute façon.

Elle rejoignit donc la foule, après un dernier signe de la main et un sourire radieux pour son groupe d'un jour. Son téléphone à la main, elle tenta de décrypter le message incomplet de Maddie qui lui indiquait la localisation de ses amis. Le réseau était visiblement un peu saturé, preuve du succès de ce joyeux événement. Finalement, elle parvint à trouver le groupe, véritablement immanquable. JJ avait sa fière allure coutumière, avec son pantalon cargo et sa chemise fleurie à manches courtes et il formait avec Madeleine - et ses superbes lunettes roses - un duo de choc. Jamie et Anna se fondaient un peu plus dans la masse, mais tous poussèrent des cris enthousiastes qui attirèrent l'attention en la voyant arrivée. Elle joua des coudes au milieu d'une bande d'adolescents un peu trop hormonés et fit une révérence un peu trop exagérée quand elle parvint finalement à la hauteur des pensionnaires. « Merci, merci, je signerai des autographes tout à l'heure au bar. » Elle éclata d'un rire joyeux, se laissa enlacer et complimenter par ses plus grands supporters, avant d'être attirée par la scène qui s'illuminait à nouveau. Son cri se joignit à celui de la foule, qui accueillit les prochains artistes dans une ambiance survoltée. Qui aurait crû que Lima Beach et son concert d'inauguration seraient aussi prisés?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
06. 5 hours of summer Empty
MessageSujet: Re: 06. 5 hours of summer   06. 5 hours of summer Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

06. 5 hours of summer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 3 :: Episode 6
-