Choriste du mois


Partagez | 
 

 06. Last night...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
06. Last night... Empty
MessageSujet: 06. Last night...   06. Last night... EmptyMar 9 Sep - 19:48


« Last night, our lovers' quarrel… I was thinking about you. Hurts more than I can say… And it was kind of dirty. All night… » Blake n’avait peur de rien. D’absolument rien. À l’âge de huit ans, quand on avait osé lui dire qu’elle n’était pas cap’ de grimper à un arbre et de sauter de la première branche, elle avait esquissé un sourire avant de réaliser l’opération. Certes, Blake avait fini avec une jambe dans le plâtre mais ce n’était pas ça le plus important. Elle n’avait pas eu peur, c’était bien ça la leçon ici. La peur n’était pas quelque chose qui faisait partie de son quotidien ou même de sa vie, la jeune femme faisait en sorte de toujours être en contrôle et de tout prévoir. Et même si la situation n’allait pas à son avantage, un sourire, une remarque cynique et tout repartait.

Depuis qu’elle vivait à Lima, elle naviguait dans l’inconnu et l’inconnu était souvent source de confusion mais pas chez Blake qui s’en sortait à grand renfort de carte de crédit et de coup de fils passés à ses parents pour lui expliquer comment on changeait une lampe. Oui, à 27 ans, elle avait appris à changer une lampe mais tant pis… Ce n’était qu’un simple détail, elle apprenait, elle grandissait et au final elle se disait qu’elle avait plus gagner en maturité au cours de ses quelques semaines qu'au cours de toute sa vie. « And the way that you looked at me…Help me here, it was kind of nasty.Help me here, It was kind of trashy. ‘ Cause I can't help my mind from going there » Cette pensée fut d’autant plus accentuée par ce projecteur qui venait de s’allumer, révélant la jeune blonde sur cette scène, dans un juste au corps très serré, assise sur une chaise. Ce n’était pas n’importe quelle scène, c’était sa scène, dans son cabaret et oui, se dire cela l’aidait beaucoup à s’endormir la nuit. On était vendredi soir et c’était l’histoire classique, d’abord métro, boulot et ensuite dodo… Pas pour les clients du cabaret qui eux avaient le droit d’oublier un peu leur problème et même qui ils étaient réellement. C’était bien ce qu’elle faisait elle à chaque fois qu’elle se retrouvait sur scène, plus que déterminée à gérer la gestion mais également la qualité du spectacle dans son établissement. Il ne s’agissait pas uniquement de vendre de l’alcool et de se remplir les poches sur le dos de ceux qui voulaient rêver, non, c’était plus que ça, il s’agissait de se vendre, un peu de son âme, un peu de son corps. Et lorsqu’il s’agissait de vendre son corps, Blake était la reine. « Last night… Damn you were in my sex dreams. You were in my... Doing really nasty things.You were in my dreams… » Absolument rien n’était laissé au hasard, de sa tenue qui révélait tout mais rien du tout au final, à cette perruque brune très bien mise en place sur son crâne, au paroles de la chanson, aux danseurs qui se dirigeaient vers elle.

Soudainement elle ne touchait plus le sol, soulevée dans les air, offerte à la vue de tous, Blake adorait cette sensation et une fois ses deux pieds posés sur la terre ferme et un baiser déposé sur les lèvres du danseur à sa gauche, l’enchaînement reprenait. Ils étaient tous proches et ils donnaient probablement l’impression de ne faire qu’un et c’était l’effet recherché. Blake ne laissait jamais rien au hasard et  même cette chorégraphie dont Norah était l’auteure avait été travaillée et retravaillée. Sa voix se mêlait à celle des autres et les notes fausses étaient rapidement oubliées après un ou deux déhanchés ou même un grand écart. Blake adressait toujours un regard à une personne dans le public pour lui faire croire que les mots étaient juste pour lui ou pour elle, juste quelques secondes et la magie était créée… Enfin jusqu’à la fin de la chanson où enfin les lumières s’éteignaient et toute la petite troupe filait en coulisse. « C’était parfait! » lança alors Blake le souffle court. Elle était rarement aussi ravie mais son opinion était souvent erronée lorsqu’elle se trouvait elle même sur scène. Peu importe, elle pivota sur elle même, adressa un clin d’oeil à un des employés avant de se rendre au bar. Le numéro suivant venait de commencer et Blake en profita pour se faufiler entre les tables, les clients et les serveuses pour venir s’appuyer contre le bar toujours en tenue de scène. « Psss… Est-ce que je pourrais avoir un verre d’eau? » chuchota t-elle au barman. Elle aimait bien faire croire aux autres  qu’elle consommait uniquement de l’alcool, cela faisait du bien de cultiver un peu de mystère… Pas vrai? Certainement. Le verre d’eau lui fit l’effet d’une douche froide et elle le vida d’un trait, son regard se posant sur une jeune femme brune qui lui semblait avoir été présente lors de sa performance.

Hmm… Mignonne se dit Blake en lui adressant un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Last night... Empty
MessageSujet: Re: 06. Last night...   06. Last night... EmptyMer 10 Sep - 16:40

Rien ne pouvait faire oublier à Esme la disparition d'Unnamed. Cela faisait pourtant un peu plus d'une semaine. Rien n'y faisait. Elle commençait cependant à se sentir un peu mieux. Du moins, quand elle n'y pensait pas. Sauf qu'énorment d'éléments de sa vie lui rappelaient son petit animal. Il avait fallu un bon moment à son cerveau pour assimiler le fait que se changer les idées lui ferait un bien fou, mais il avait enfin fini par comprendre. Elle avait passé un bon moment en revue les différents endroits de Lima où elle pourrait passer la soirée. Etant donné qu'elle n'avait personne avec qui passer la soirée au restaurant, elle avait immédiatement pu retirer le Breadsticks et le Rock'n'Dinner de sa liste. Elle avait longuement hésité entre le bar karaoké et le cabaret, puisqu'avoir de la musique dans les oreilles était bon pour le moral. Et des paires de jambes fuselées aussi, accessoirement. Constatant l'échec de sa relation - ou plus exactement non-relation - avec Madeleine, elle était venue à la conclusion que des danseuses de cabaret pourraient la distraire. Esme n'avait pas pour habitude d'être timide, ou de tourner autour du pot, mais quand il en venait à ses relations amoureuses, tout était différent. Son problème étant qu'elle avait un manque de compétences dans l'utilisation de la subtilité et qu'elle préférait par conséquent fuir toute conversation où elle risquait de ne pas réussir à tenir sa langue, et où elle brusquerait involontairement les choses. C'était pourquoi elle n'avait jamais adressé la parole à la surveillante de McKinley à d'autres occasions que pour lui demander quels élèves elle aurait à surveiller en salle de retenue. Si tant était qu'on considérait le fait de jouer au Pendu avec les élèves pendant une heure était vraiment considéré comme de la supervision de retenue. La brune avait même fini par se demander si les élèves ne faisaient pas exprès de se retrouver punis, juste pour jouer avec elle. C'était la sensation qu'elle avait lorsque Miss Wild lui répétait souvent les mêmes noms. Mais voilà, ces noms de lycéens étaient sans doute les seuls mots qu'elle ait jamais échangé avec celle à qui elle ne pouvait s'empêcher de jeter des regards en coin chaque fois qu'elle la croisait. Et l'année était presque finie, ce qui ne laissait à Esme presque aucune occasion de lancer une conversation. Il fallait donc qu'elle se trouve une quelconque distraction. Au moins pour l'été. Au moins pour ce soir-là.

La professeur de mathématique n'avait pas envie de ruminer plus longtemps. Son cocktail à la main droite, elle fit pivoter son tabouret de bar vers la scène sur laquelle se déroulait un show à peine commencé. Elle avait choisi la bonne heure pour arriver : elle n'en raterait pas une miette. Les spots éclairaient tantôt une danseuse, tantôt une autre. Parfois ils papillonaient sur un danseur, mais pour séduire la clientèle massivement masculine, il était évident que s'attarder sur les jambes fines et les courbes généreuses de certaines demoiselles était bien plus efficace. Et Esme n'était pas différente des autres membres de l'assistance, elle se délectait du spectacle tout autant que le reste des gens. Ses prunelles voyageaient là où les projecteurs voulaient les emmener, et elle suivait avec attention ce qui semblait être une chorégraphie parfaitement millimétrée. Jeux de jambes par-ci, hairporn par-là. Tout était mis en oeuvre pour captiver le spectateur. La brunette ne se rappelait pas depuis combien de temps elle n'était pas venue dans cet endroit, mais la qualité des prestations semblait s'être subitement améliorée. Esme ne saurait pas dire en quoi, mais quelque chose avait changé dans les parages. La musique qui jouait était, pour le moins qu'on puisse en dire, subjective. Tout comme l'étaient les tenues des personnes sur scène, celles-ci étant toutefois moins trashy que les paroles de la chanson. La trentenaire célibataire aurait aimé pouvoir affirmer qu'elle avait passé, depuis l'adolescence, le stade où ce genre de performance réveillaient en elle des émotions n'ayant rien à voir avec de la simple admiration, mais cela aurait été faux. Parce que, oui, elle avait éprouvé une pointe de jalousie en voyant la danseuse à présent seule sur scène embrasser son partenaire de danse. Cette simple action, part d'une comédie préparée à l'avance n'aurait jamais dû atteindre Esme. Mais cela lui avait juste rappelé à quel point elle était seule, remuant le couteau dans une plaie pas encore tout à fait cicatrisée. Certes, ce n'était qu'un hamster, mais c'était la seule compagnie qu'elle avait trouvé tous les soirs et qui ne l'avait jamais abandonnée. Il fallait qu'elle prenne tout de suite les devants pour changer cette partie de sa vie. Elle en avait assez de passer du temps seule dans son van. Et elle se trouvait justement dans un lieu publique, parfait endroit pour faire de nouvelles rencontres et se trouver de nouveaux amis.

Le numéro visiblement terminé, elle quitta la scène des yeux et se tourna vers le comptoir et avala cul-sec le verre qu'elle avait oublié de boire, trop captivée par le spectacle qui s'était offert sous ses yeux. Elle avait à présent la ferme intention de bouger de son tabouret pour aller discuter avec quelqu'un. On entendit presque le bruit du choc entre le verre et le comptoir sur lequel elle venait de le reposer rapidement. Elle fit pivoter le tabouret vers le côté pour en descendre lorsqu'elle croisa le regard de la jeune femme qui venait de descendre de la scène. Elle se figea dans son mouvement lorsque celle-ci lui adressa un sourire. L'équation se fit rapidement dans le cerveau de la professeur : sourire = sympathie. Pourquoi ne pas commencer par faire connaissance avec la première personne qu'elle avait sous les yeux. Elle ralentit soudainement le mouvement de tabouret en adressant un sourire qu'elle voulait le plus naturel possible, mais qui s'avérait être en fait crispé, à cette parfaite inconnue qui l'avait captivée quelques instants plus tôt. " Ça fait longtemps que vous faites ça ? ". Les mots avaient passé la frontière de ses lèvres avec une facilité étonnante. Elle n'y avait même pas réfléchi. Cela dit, ce n'était pas comme si elle réfléchissait souvent avant de parler. Mais lorsqu'elle se retrouvait devant une inconnue au potentiel de séduction supérieur à la moyenne, elle avait tendance à mesurer plus facilement le contenu de ses propos. " Danser dans un cabaret je veux dire " éclaircit-elle comme si cela nécessitait une précision. Elle appuya son coude au comptoir et posa sa tête sur sa main, comme si elle était relaxée et que cette conversation était la plus naturelle du monde. Ses iris ne purent s'empêcher de dévier vers le juste-au-corps de la jeune femme avant de remonter vers son visage. Effectivement, un corps digne d'être exposé dans un cabaret. " Ça doit demander pas mal d'entraînement... " d'être aussi fascinante " non ? ". Elle fit dévier son regard vers le numéro qui venait de commencer pour éviter d'être happée par les yeux de celle avec qui elle venait d'échanger des banalités.


Dernière édition par Esme D. Forman le Ven 31 Oct - 14:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Last night... Empty
MessageSujet: Re: 06. Last night...   06. Last night... EmptyVen 26 Sep - 23:18

Blake aimait bien être au centre de toutes les attentions.

Que ce soit sur une scène ou même dans la vie de tous les jours. Elle ne portait pas des talons de 14cm juste pour le plaisir de montrer ses jambes, non, c'était plus compliqué que cela et cela relevait de son désir profond de toujours se faire remarquer. C'était pour cette raison qu'elle n'avait pas renoncé au blond pour sa chevelure, quoi de mieux que d'être une blonde avec des robes trop courtes et beaucoup trop de chose à dire pour que les gens vous écoutent? Elle ne connaissait pas d'autre moyen franchement et cela n'arrangeait pas du tout son narcissisme latent. Blake ne se voyait pas mieux que les autres, absolument pas, elle n'avait juste aucun mal à accepter ses défauts à faire en sorte que personne ne puisse les voir en travaillant et en étant toujours la première à suggérer quelque chose. Les idées fusaient sous ses mèches blondes et elle n'hésitait jamais à les partager, la blonde ne craignait pas du tout le ridicule, non absolument pas, elle avait une foi absolument inébranlable en sa petite personne. Chose qui l'aidait à parader ainsi dans la vie de tous les jours ou même au cabaret de la ville. Et elle était toujours contente de répondre aux questions, questions en tout genre qui lui donnaient encore l'occasion d'aborder son sujet préféré: elle-même. Aussi Blake abandonna son verre d'eau, elle en aurait pour son argent bien plus tard, et pivota entièrement et élégamment en direction de cette inconnue. Dire que tout le monde pensait que la plupart des clients du cabaret était des hommes, c'était loin d'être le cas, de part son expérience, Blake savait que les femmes aimaient bien cultiver ce petit mystère du jardin secret et s'adonner à toute sorte de vices lorsqu'on ne les regardait pas. Le problème de Blake c'est qu'elle avait besoin d'un public, tout le temps, constamment… Aussi elle offrit un sourire, à la fois et poli et taquin à celle qui lui posait la question.  

"J'aimerais vous répondre que je fais ça depuis toujours mais il n'y aucune caméra présente alors… Ça ne fait que depuis quelques années à dire vrai." Le ton était joueur et pour une fois, Blake disait la vérité. Cela lui arrivait, de temps à autre, à croire qu'elle se sentait en sécurité ici, dans l'établissement, avec les lumières tamisées et la musique toujours aussi forte, assez pour se laisser emporter et pour ne pas réfléchir. Blake réfléchissait toujours, là elle se disait que cette femme la regardait avec un peu trop d'insistance et que oui, elle avait vu ce regard s'attarder un peu trop longtemps sur elle quand elle était sur scène… Et oui, elle possédait les capacités nécessaires pour discerner tous les yeux posés sur elle pendant sa performance, pas vraiment mais… Ça faisait toujours du bien de rêver pas vrai? Bref, Blake ne répondait toujours pas à la question qu'on lui avait posé et elle revêtit son plus bel air pensif pour ça avant de se rapprocher un peu de son homologue brune (non, elle enlèverait sa perruque plus tard), toujours avec un sourire aux lèvres: "Et oui ça demande tellement d'entraînement si vous saviez, les gens ne se rendent même pas compte de tous les efforts qu'il faut fournir et prétendre que ça ait l'air naturel." Blake comprenait mieux les cheerleaders de son lycée, certes elle n'avait jamais approuvé de quelles manières ces pimbêches écervelées étaient toujours aussi bien placées dans l'échelle sociale du lycée ou pourquoi est-ce qu'elles finissaient avec les mecs les plus idiots de l'univers mais… Le sport restait le même et il fallait avoir beaucoup de volontés pour être balancée dans les airs, en faisant le grand écart, un énorme sourire sur le visage et en criant go team go!. Ça ne l'avait pas intéressé à l'époque, la jeune fille beaucoup trop occupée à découvrir sa sexualité d'une part et à voir sa vie bien loin de San Francisco. Et puis il y avait eu son seul et unique petit ami qui était professeur de danse et qui l'avait initié à cet art très compliqué. Ça permettait de se défouler et de laisser libre cours à son imagination, deux choses dont Blake avait toujours et cruellement besoin.

"Je peux me gratter l'oreille gauche avec ma jambe droite, je peux vous dire que ça n'a rien de naturel." dit-elle alors, sur le ton de la confidence, une main posée sur sa poitrine. Elle se serait bien laissée aller à un démonstration mais quand même, avant d'être une baratineuse née, Blake était avant tout une femme d'affaire et encore plus dans son établissement et oui, le client était roi, mais dans la vie, on n'obtenait rien sans rien. Donc elle gardait ses prouesses de gymnastes pour plus tard… Beaucoup plus tard. Et pour le bon prix bien entendu. "Et vous? Vous faites ça depuis longtemps? Poser des questions à de parfaites inconnues? Vous pourriez m'offrir un verre pour commencer." Souriante une seconde et choquée à présent, Blake décroisa et croisa les jambes, bien certaine d'avoir toute l'attention de sa cliente de la soirée. "Non rectifications, offrez moi un verre et je serai vraiment sage… Promis." Dernier clin d'oeil de la part de Blake avant qu'elle se rassoit correctement sur ce tabouret. Bien entendu, c'était une promesse qu'elle n'avait pas l'intention de tenir mais ça ce n'était qu'un détail.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Last night... Empty
MessageSujet: Re: 06. Last night...   06. Last night... EmptySam 27 Sep - 11:45

Pourquoi Esme avait-elle débuté cette conversation avec cette inconnue juste parce qu’elle avait fait un sourire ? Elle aurait pu trouver quelqu’un d’autre. A l’instant présent, elle se sentait prise au piège de sa propre réaction. Au moins, la jeune femme était en train de rentrer dans son jeu, ce qui facilitait les choses. Elle fixa le sourire taquin qui jouait sur les lèvres de la blonde, et son regard fuit un court instant vers ce qui semblait être un couple de personnes âgées, assis à une table. Elle souleva sa tête de sa main et se mit à triturer une mèche de cheveux pour l’aider à se concentrer. L’attitude de la danseuse était légèrement déroutante. Une caméra ? Pourquoi Esme aurait-elle une caméra ? Ah non, ce n’était pas la question. Elle se rendit compte que ce qui se passait en face d’elle était juste une preuve d’honnêteté. Etait-ce un privilège qui lui était réservé ? Sans doute pas. D’où se mettait-elle à croire ce genre de choses ? Elle secoua la tête pour chasser l’idée.
Elle ne doutait pas qu’il fallait un sacré entraînement pour danser sur cette scène, sous le regard attentif d’un tas de gens. Des regards qui épiaient le moindre mouvement, dévoraient la moindre parcelle de peau visible. Il ne faisait aucun doute que chaque geste devait être précis, pour en faire assez sans trop en faire pour autant. L’effet était réussi, dans tous les cas. Et il fallait qu’elle se concentre un peu plus pour réussir à maintenir ses yeux plongés dans ceux de celle qu’elle ne s’était pas gênée d’observer de la sorte un peu plus tôt. Et ça en devenait gênant, si jamais la blonde l’avait remarqué. En y pensant, si c’était le cas, elle ne semblait pas s’en offusquer, ce qui était un point positif. La professeur de mathématiques ne répondit pas immédiatement, appréciant chaque mot, et laissant son interlocutrice accaparer son attention, prendre en quelque sorte le contrôle de la situation. Jusqu’à la réflexion concernant le fait de se gratter l’oreille gauche avec la jambe droite. Elle laissa échapper un petit rire. « Nul doute que ça demande beaucoup de souplesse ». Elle se mordit la lèvre inférieure droite et la relâcha en un sourire, avant d’enrouler encore une fois une mèche autour de son doigt, de façon plus naturelle et assurée cette fois. Pas uniquement pour garder sa concentration.

Un instant plus tard, elle eut presque la confirmation qu’elle avait fait une erreur en engageant une conversation avec une inconnue. Evidemment, qu’elle aurait dû lui offrir un verre, oui. Esme avait cru que celle-ci travaillant ici, elle n’avait pas besoin que qui que ce soit lui offre un verre. Sauf qu’il faisait bien entendu partie des usages d’offrir un verre aux personnes avec qui on fait connaissance, peu importe si celles-ci pouvaient en obtenir à longueur de journée simplement en claquant des doigts. Elle afficha une mine contrariée. « Oh, oui. Bien sûr » murmura-t-elle, plus pour elle-même que pour son interlocutrice. Elle remarqua ensuite le mouvement de jambe, on ne peut plus incitatif de la jeune femme. Si ce n’était pas clairement une invitation, cela y ressemblait beaucoup. Dans tous les cas, la seule chose dont Esme était sûre, était qu’elle n’était définitivement plus en contrôle de la situation. L’autre connaissait son jeu de séduction, et le maîtrisait parfaitement. Bon point, pour une danseuse de cabaret. Sauf que la brune n’était pas sûre du tout d’avoir envie de laisser quelqu’un d’autre prendre le contrôle de la situation, à ce moment précis. C’était trop tard, de toute façon. Et la promesse d’être sage n’y ferait rien. Puisse le Dieu du contrôle des émotions être avec la brunette ce soir.

Elle lâcha la mèche de cheveux qu’elle tournicotait depuis un moment avant de se tourner vers le bar tender, de se pencher sur le comptoir et de lui murmurer à l’oreille qu’elle voulait une bouteille de champagne et deux flûtes. Elle l’observa se pencher instantanément vers un mini-réfrigérateur et en sortir ce qu’elle avait commandé. Elle fut ravie de cette rapidité qui lui évitait d’avoir à combler un moment de silence gênant. Une fois la bouteille ouverte, elle l’attrapa avant que l’homme ait le temps de les servir. Elle avait envie de verser elle-même le liquide dans les verres. S’il y avait quelque chose à laquelle elle était douée, c’était sans doute l’art de remplir des verres. Elle se saisit en premier de la fête qui se trouvait sur la gauche, et le remplit avec assurance, jetant un coup d’œil à la blonde alors qu’elle arrivait à la moitié. Une fois la flûte pleine, elle la tendit à la jeune femme avec un sourire, avant de remplir la sienne et de reposer la bouteille sur le comptoir. Elle leva le contenu un instant avant de lever son verre sans se départir de son sourire. « Cheers ! » lança-t-elle en fixant l’autre droit dans les yeux. Elle ne la lâcha pas non plus du regard alors qu’elle but sa première gorgée. Elle reposa son verre. « A qui ai-je donc l’honneur d’offrir un verre de champagne ? ». Elle pencha sa tête à droite, sa cascade de cheveux brun partant ainsi du même côté. « En ce qui me concerne, je suis Esme. Professeur de mathématiques et voyageuse à mes heures perdues ». Elle voyageait de moins en moins souvent, cela dit. Elle n’avait pas quitté l’Ohio depuis environ un mois. Elle but encore une gorgée avant de sourire à nouveau.


Dernière édition par Esme D. Forman le Ven 31 Oct - 14:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Last night... Empty
MessageSujet: Re: 06. Last night...   06. Last night... EmptySam 11 Oct - 4:28

Vous savez ce cliché de la petite fille pourrie gâtée qui finissait par vieillir et qui se rendait compte que le monde était dur et cruel et qu’elle devait travailler pour obtenir ce qu’elle voulait? Ce n’était pas Blake. Pas du tout, elle avait toujours su qu’elle devait bosser deux fois plus que les autres, d’abord parce qu’elle était une femme et ensuite parce qu’elle avait des idées bien arrêtées. Mais pour ce qui était d’obtenir ce qu’elle voulait? Oh ça rien n’avait changé, il y avait toujours eu deux façon de parvenir à ses fins, soit en décidant de se bouger un minimum et de montrer que même chaussée de ses talons de 14cm elle pouvait accomplir beaucoup. Ou alors Blake décidait de jouer les potiches et de tout simplement sourire et elle obtenait quand même ce qu’elle voulait. La preuve elle allait bien boire du champagne ce soir et même en excellente compagnie. Donc non, Blake n’avait pas vraiment de leçon à recevoir et elle continuerait de jongler entre le sérieux et la dérision et ce toujours avec un sourire aux lèvres.

Le champagne était une très bonne idée et comme promis, elle se tint à carreau assise sur son tabouret, ne quittant pas du regard l’autre femme. Un tas de choses lui traversèrent l’esprit, toutes plus inappropriées les unes que les autres et Blake arriva tout simplement à la conclusion qu’elle n’allait pas rentrer chez elle toute seule ce soir. Peut être même qu’elle n’allait pas rentrer chez elle. Cela faisait longtemps qu’elle ne s’était pas laissée aller de la sorte, plus depuis… depuis… depuis son ex petit ami en fait, et cela faisait bientôt deux ans. Deux ans que sa vie sentimentale et toute autre activé de ce genre avaient été complètement bannies de la vie de la blonde parce qu’elle était trop prise par son travail d’une part et trop prise s’occuper d’elle-même d'autre part. À vivre dans le déni et prétendre que sa rupture ne l’avait pas du tout affectée, elle allait bien très bien à présent et c’était en parti et surtout grâce à son acharnement à remettre sur pied le cabaret de Lima. C’était ça ce qui l’excitait le plus en ce moment et ce n’était tout simplement pas normal, la jeune femme avait besoin de quelque chose d’autre… de quelqu’un d’autre? Sûrement. Elle reporta toute son attention sur la brune, s’emparant de la coup de champagne fraîchement remplie, Blake passablement impressionnée. Il en fallait beaucoup plus que ça et puis à son âge, Blake avait l’impression d’avoir vu et tout fait. Cela ne l’empêcha pas de lever son verre avec… Esme. Blake retint une grimace alors que les bulles lui piquaient la langue, elle aurait préféré avoir le temps d’inventer une histoire à la professeur et se faire une idée pour elle-même. Magie ruinée? Peut être, sans doute, Blake pouvait aller finir la soirée au côté de quelqu’un d’autre, mais non, elle était très bien ici, peut être que c’était le regard d’Esme où le fait qu’elle avait deviné juste pour la boisson ou qu’elle ne quittait plus Blake du regard? Sans doute tout ça à la fois.

Blake termina son verre et le posa sur le comptoir sans ménagement, se rapprochant encore plus d’Esme, enfin si cela était possible physiquement. « Professeur de mathématiques vraiment? Mon dieu je crois bien que c’est l’une des seules matières que j’ai vraiment aimé à l’école, ça aide beaucoup pour le shopping vous savez. » Et même dans la vie de tous les jours, pour se rendre compte qu’elle creusait son découvert de jour en jour avec ses achats, ou en jetant tout simplement l’argent par les fenêtre comme elle savait si bien le faire. Quoi qu’il en soit, les mathématiques ça connaissait bien Blake qui était certes fâchée avec les chiffres mais cherchait toujours un moyen de les apprivoiser, ce qui pour la blonde demandait un effort constant. Dans tous les cas, elle n’avait pas l’habitude de voir des professeurs sur ses tabourets et encore moins à son bar. « Et vous auriez pu mentir vous le savez, hmmm? Être n’importe qui d’autre ce soir, j’ai rarement l’occasion de tomber sur des gens qui disent la vérité dès le début. I don’t know if I like it … yet.» Blake disait la vérité encore une fois, les gens dans son monde n’étaient pas francs et honnêtes, tout le monde se cachait derrière un costume ou même un nom de scène juste parce que c’était plus facile pour s’oublier et vivre tout simplement. Un concept que Blake ne comprenait pas, elle pouvait très bien garder le même nom et être une personne différente, il ne suffisait pas juste de se cacher derrière un pseudonyme.  « Je suis Blake et tout ça… C’est à moi. » Elle fit référence d’un signe de tête à l’ensemble du bar et de l’établissement, jouant les fausses modestes. Fausse car elle était très fière de tout ceci et elle jeta un regard apréciateur aux dernières performances qui avait encore lieu sur scène, la soirée commençant à tirer sur sa fin. « Vous avez le droit d’être impressionnée ou même de vous demandez pourquoi est-ce que ce n’est pas moi qui vous offre un verre au final. »

Blake laissa échapper un léger rire, joueuse à présent.  « Mais comme pour les mathématiques, j’ai une théorie à ce sujet, mais je vous l’exposerai un peu plus tard.  Donc je vous le demande… Qu’est-ce qui vous emmène ici Esme, vous êtes bien loin du client lambda et puis vous êtes seule et en général les femmes qui viennent ici ne le sont pas. Où est donc votre prince charmant? » C’était sa façon très détournée de demander à Esme sur quel bord elle jouait et oui Blake était un peu rouillée. « Et si vous me dites que vous ne croyez pas au prince charmant je vous offre la prochaine coup de champagne. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Last night... Empty
MessageSujet: Re: 06. Last night...   06. Last night... EmptyVen 17 Oct - 11:05

Esme se sentait, à cet instant précis, sûre d’elle. Si les mathématiques avaient été la matière préférée de… l’inconnue, nul doute qu’elles étaient faites pour s’entendre. C’était une simple question de logique. Et il était rare que les personnes illogiques s’entendent entre elles. Du moins, c’était l’idée qu’avait la brune sur la question. Et ce qu’elle tentait d’inculquer à ses élèves. Cependant, la seule logique qu’elle avait, c’était la logique des chiffres, pas celle de la vie. Elle s’était déjà entendu répéter qu’elle faisait tout à l’envers, que sa vie n’avait aucun sens, qu’il fallait qu’elle soit plus sérieuse, au lieu de faire n’importe quoi, et des tas d’autres remarques qui ne l’avaient même pas vexées, puisque sa positivité l’emportait toujours sur les pensées des gens. Esme était fière de la vie qu’elle menait, même si cette dernière ne pouvait correspondre à tout le monde. Non, elle n’avait pas de domicile fixe. Non, elle n’avait pas d’attaches émotionnelles, et jusque-là, elle l’avait très bien vécu. Le fait de ne pas avoir à s’inquiéter pour un quelconque cambriolage dans sa maison, ou pour quelqu’un qui lui manquerait, lui permettait de profiter à fond de ses nombreux voyages. Si elle voulait se ré-orienter en tant que guide touristique des Etats-Unis, cela serait sans doute dans ses cordes. Le seul état dans lequel elle n’avait jamais été, c’était l’Alaska. Parce que le trajet seule jusque là-bas pourrait tout de même sembler un peu long. Elle n’avait pas encore été au Canada non plus. En fait, elle n’avait jamais passé la frontières des States. Elle aurait pu, plus d’une fois. Comme celle où elle avait été invitée à aller manger un caribou à un restaurant frontalier. Mais elle avait décliné l’invitation, parce qu’elle avait de la route à faire pour rentrer dans le Montana, où elle avait cours le lendemain matin. Esme n’était pas vraiment le type de professeur idéal : elle ne se gênait pas de rater ses cours lorsqu’elle était trop fatiguée le matin, offrant ainsi à ses élèves la possibilité de s’amuser pendant une heure, plutôt que de résoudre des équations. Elle n’hésitait pas non plus à inviter ses élèves à boire un slushy à la cafétéria plutôt que de les ennuyer pendant une heure. Cette manœuvre consistait principalement à apprendre à les connaître pour cerner via leur caractère, comment combler leurs lacunes de mathématiciens.

Mais, malgré tout cela, Esme n’arrivait pas à combler ses lacunes sociales. Sa dernière relation sérieuse datait de… elle ne s’en rappelait même plus. A cause de son mode de vie inconstant, et du fait qu’elle ne s’autorise pas elle-même à avoir d’attaches émotionnelles, elle poussait naturellement, et inconsciemment, tout le monde à la fuir. Elle avait tendance à gâcher ses relations, sans raison apparente. Depuis un moment, les seules relations qu’elle avait ne duraient jamais plus d’un soir. Son horloge biologique lui criait qu’il était temps de se poser, mais elle ne l’écoutait pas. Mener une vie de bohème lui convenait bien trop pour qu’elle ait envie de changer. Alors, elle n’avait qu’à espérer que les gens acceptent les choses comme elles étaient. Et le fait d’avoir annoncé directement qui elle était ce soir-là, lui parût instantanément être une erreur. Son expression laissa immédiatement paraître sa stupéfaction, et elle fixa la blonde un instant, ne sachant pas exactement comment réagir. Puis ses yeux balayèrent la pièce, puis revinrent se poser sur le visage de son interlocutrice. « A quoi bon mentir ou s’inventer une vie ? ». Esme ne priait peut-être pas les mêmes Dieux que la plupart des gens, élevait peut-être ses hamsters de façon peu orthodoxe, mais elle n’était pas une mythomane. Et puis, l’honnêteté et la franchise était quelque chose sur lequel elle mettait un point d’honneur. Tant qu’il ne s’agissait pas d’avouer son attirance à quelqu’un. Ça, ça prenait toujours un temps fou, ça ne se faisait jamais de but en blanc. « Si vous préférez, vous pouvez retenir le côté voyageur de ma personnalité plutôt que le côté prof’ de maths ». Oui, si c’était plus facile pour son interlocutrice, Esme n’avait aucun souci pour faire ce genre de concessions. Après tout, ces deux occupations faisaient partie de sa vie au même titre.

Et malgré les doutes qu’elle avait eu sur la justesse de sa présentation honnête dans les circonstances, elle se rendit compte que la blonde, Blake, avait elle aussi choisi de dire la vérité. Ce qui arracha un sourire à la trentenaire. Et donc, l’endroit appartenait à la jeune femme. Elle ne savait pas exactement quel âge celle-ci avait, mais elle avait l’impression que ce n’était pas tout à fait commun de posséder un cabaret à cette période de sa vie. Ou peut-être qu’elle avait juste en tête le cliché de l’ancienne star de cabaret de cinquante ans qui était trop ridée pour mettre un pied sur scène mais continuait de gérer l’endroit pour avoir un lien avec ce qui avait été le rêve de sa vie. Si elle se fiait à cette idée, la blonde était trop jeune pour posséder un cabaret. Mais ce qui était le plus impressionnant, c’était qu’elle arrive à toujours être sur scène, alors qu’elle avait sans doute tout un tas d’autres soucis à régler, et d’améliorations à effectuer. « Ah, c’est donc grâce à vous toutes les améliorations récentes ? Chapeau ! ». Esme admettait ainsi être venue plusieurs fois auparavant. Elle ne releva en revanche pas le fait que son interlocutrice aurait pu lui offrir la bouteille de champagne. Pour elle, il semblait logique que ça soit à elle de la payer, étant donné qu’elle avait engagé la conversation.

Puis elles en vinrent à la raison de la professeur de mathématiques dans les parages. Oui, elle était seule. Non, ce n’était pas quelque chose d’habituel. Mais dans le monde idéal qu’elle imaginait, ça le serait un jour. Elle sourit, à toutes les constatations, plus pertinentes les unes que les autres, que faisait Blake. Où était son prince charmant ? Hahaha. Dans les films Disney qu’elle avait pu voir étant petite. Le prince charmante était bien la dernière chose qu’elle aurait cherché dans sa vie. Elle était plus du style princesses. Princesses fortes et indépendantes, même. « Vous pouvez m’offrir tout de suite la prochaine coupe ». Un sourire jouait sur ses lèvres, et ses yeux brillaient. « Le prince charmant, tous ses muscles et son manque de délicatesse, très peu pour moi ». Elle était rentrée dans le thème, mais elle aurait pu faire encore plus clair. « Je préfère les princesses, avec des cheveux magiques, et des jolis vêtements ». Le moins que l’on puisse dire, c’est que les butch n’avaient jamais été le style d’Esme. Si elle aimait les femmes, autant que ça en soient de « vraies », avec toutes leurs caractéristiques, pas cachés par une casquette ou des vêtements amples. Et le plus elles étaient naturelles, le mieux c’était. « Vos cheveux, ce sont de vrais ? » demanda-t-elle, taquine. « Non parce que, dans ce cas, vous correspondriez à ma définition de princesse ». Elle lança un rire léger, avant de se pencher vers l’oreille de la blonde. « Et si ce n’est pas le cas, je meurs d’envie de voir ce qui se cache sous cette perruque » murmura-t-elle. Elle venait presque de dépasser les limites de sa bravoure, et elle était plutôt fière d’elle. Mais après tout, elle y avait été clairement poussée.


Dernière édition par Esme D. Forman le Ven 31 Oct - 14:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Last night... Empty
MessageSujet: Re: 06. Last night...   06. Last night... EmptyVen 31 Oct - 11:42

« A quoi bon mentir ou s’inventer une vie ? »

C'était une question qui résumait très bien la vie de Blake, pourquoi mentait-elle? Parce qu'ainsi les choses étaient plus simples. Tout simplement, dans son esprit, c'était logique. Mais... Plus simples pour qui? Pour elle évidemment, la blonde ne pensait que de cette manière et ce depuis de longues années. Narcissique? Oui. Égoïste? Oh que oui, vous pouviez tous les nommer, Blake était cela au centuple. Elle ne cherchait pas vraiment à se faire des amis ou même à être particulièrement appréciée par les gens, Blake s'amusait bien dans sa tête les trois quarts du temps et lorsqu'elle était confronté à la réalité c'était simple: la jeune femme s'ennuyait et elle avait juste envie de fuir dans l'autre direction. Elle voyait l'univers dans lequel évoluait tout le monde, les autres, tous les gens qui n'avaient pas son imagination et non... Blake avait décidé depuis longtemps qu'elle ne voulait pas de cela, sinon, elle aurait été honnête sur toute la ligne, elle aurait souri, aurait abandonné ses rêves de grandeur et elle aurait tout de la petite femme au foyer qui vivait en banlieue. Rien que d'y penser... Cela lui donnait envie de vomir. Ce n'était pas elle, sans son imagination la blonde, enfin brune pour le moment, n'était absolument rien. Elle en avait besoin pour vivre et même pour survivre, aussi, elle préféra ne pas relever la remarque et se concentrer sur sa coupe de champagne. Blake n'espérait pas vraiment qu'on la comprenne mais oui, elle retiendrait le côté voyageur et peut être même aventurier d'Esme.

Non, Esme, décidément ce n'était pas assez... Sexy, pas assez vendeur, il lui fallait autre chose. Hmm.. Blake se mordit un instant les lèvres avant de décider qu'Arizona lui irait très bien. Arizona la professeur de mathématiques qui vivait à l'arrière de sa... Mustang (Blake avait un faible pour ce genre de voiture et cela n'avait absolument rien à voir avec le fait qu'elle était devenue une femme sur la banquette d'une Mustang... Absolument pas). Bref, une Mustang rouge de préférence et Arizona corrigeait ses copies en faisant le plein et en comptant ses billets de cinq dollars qui lui permettaient de vivre parce qu'évidemment Arizona était libre. Elle n'avait besoin de personne et certainement pas d'un... homme? Le sourire de Blake s'agrandit en entendant la dernière remarque de la professeur. Blake n'avait rien d'une princesse non, Blake était une reine et ce même si les princesses avaient une meilleure réputation, elle acceptait sa couronne sans aucune hésitation. Mais la blonde était contente du petit discours que tenait Arizona... enfin Esme, il était tellement difficile d'aborder quelqu'un et lui demander de but en blanc sa sexualité. Surtout que les gens, dans le vrai monde, étaient tellement coincés! Blake n'avait absolument aucun problème avec son corps et ce qu'elle en faisait mais visiblement, c'était un tabou, on apprenait aux gens à avoir honte avant de leur apprendre à comprendre et assumer leur propre corps, chose qui avait toujours sidéré la blonde. Même au sein de son ancienne ligne de travail, ce tabou était présent. Blake n'avait absolument aucune inhibition et tout ce qu'elle pensait franchissait généralement la barrière de ses lèvres parce que son cerveau se disait que toute façon... Elle avait déjà dix fois pire.

Un sourire mutin sur les lèvres, la danseuse posa son verre sur le comptoir et enleva sa perruque, révélant enfin ses mèches blondes. "Je suis démasquée." dit-elle, le sourire également audible dans sa voix tandis qu'elle tentait de rendre sa chevelure un tant soit peu présentable. Quoi que, Blake maîtrisait très bien le look trashy, mais elle tenait à montrer à Arizona (... non Esme) qu'elle avait les cheveux magiques. Et même les jolis vêtements. Qui pouvaient aisément finir sur le sol, mais c'était un détail. "Vous devez vraiment arrêter de faire ça, j'avais l'impression d'être unique avec mon petit déguisement." Blake fit même semblant de se plaindre, juste histoire de continuer de jouer la comédie parce que c'était plus simple pour là. "Maintenant comment diable est-ce que je vais réussir à vous impressionner...?" Ceci étant dit, Blake se remit sur ses deux pieds et elle s'empara de la bouteille de champagne et elle se chargea elle-même de remplir le verre d'Esme qui était à moitié vide. Blake finit par reposer la bouteille et elle se rapprocha d'Esme à une distance qui était beaucoup trop proche pour être correcte, un bras posé sur le comptoir. Now the fun could actually begin "Oh j'ai bien quelques idées, mais elles impliquent toutes qu'une de nous ne porte pas de vêtements et visiblement ça ne serait pas politiquement correct de faire ça dans ce genre d'établissement. Chose qui me fait bien rire entre parenthèses."

Non, Blake n'avait pas vraiment d'inhibition et elle préférait de dire ce qu'elle voulait, et ce qu'elle voulait là tout de suite, c'était un peu de temps avec Arizona, possiblement dans un espace étroit et sans penser aux conséquences.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Last night... Empty
MessageSujet: Re: 06. Last night...   06. Last night... EmptySam 1 Nov - 12:48

Démasquée. Esme n’avait pas eu une seule seconde l’idée que ce qu’elle avait pu raconter pouvait être vrai. Elle inclina légèrement la tête sur le côté pour mieux analyser le cuir chevelu de la jeune femme. Pourquoi Blake portait-elle une perruque ? Certes, celle-ci était magnifique, mais elle n’en avait définitivement pas besoin pour avoir de beaux cheveux. Et puis, pourquoi mettre une perruque brune quand on peut avoir les cheveux blonds d’une poupée Barbie ? Pour ressembler à Blanche-Neige peut-être. Ou à Jasmine. Jasmine était exotique, l’idée plut instantanément à la professeur de mathématiques. Mais la seule princesse dont les cheveux étaient magiques était Raiponce. Voilà, ça semblait évident. Mais son sourire s’élargit, elle était satisfaite d’avoir découvert le mystère de la chevelure magique et d’y avoir trouvé une explication satisfaisante pour son esprit logique. Blake était donc la princesse Raiponce, et elle pouvait réduire son volume capillaire et l’augmenter à volonté en portant, ou ne portant pas de perruque. Et elle pouvait aussi en changer la couleur à volonté, sans risquer d’abîmer ses précieux cheveux. La trentenaire elle, ne comptait plus le nombre de couleurs permanentes qu’elle avait faites, prenant ainsi le risque d’abîmer sa précieuse chevelure. Une question vint à son esprit alors que la br… blonde, arrangeait ses cheveux. Blake avait-elle une brosse magique assortie ? Non, elle semblait n’en avoir pas besoin. Un instant, Esme fut presque tentée de passer sa main sur le crâne de son acolyte, pour lui ébouriffer la crinière et lui donner un air de lionne, encore plus sauvage. Mais il ne fallait pas exagérer, pas tout de suite. Quoi qu’il en soit, elle avait un cuir chevelu de qualité plus que correct, et sa tenue de cabaret rentrait parfaitement dans la catégorie « jolis vêtements » précédemment énoncée par la brune.

« Ça reste de l’ordre des cheveux magiques pour moi, Raiponce. Ça reste unique » affirma-t-elle, quand elle entendit la plainte de Blake, dont elle saisit cette fois parfaitement la nuance. Et puis à vrai dire, Esme était déjà impressionnée, sans doute depuis le début, pendant le numéro sur scène. Mais elle s’abstint bien de le dire, puisqu’elle avait envie de voir les différents tours que la blonde avait dans son sac. Son sourire ne la quitta pas, et s’étira même lorsque la jeune femme se rapprocha après avoir rempli la coupe de champagne qu’elle tenait toujours dans sa main. A l’idée de ce que Blake lui proposait, la brune ressentit des papillons grouiller dans le bas de son ventre. « Des idées, princesse ? ». Esme n’inviterait définitivement pas Blake dans son van. Elle ne voulait pas traumatiser l’âme d’Unnamed qui s’y promenait encore. Unnamed. Elle eut un pincement au cœur, mais tâcha de se focaliser au mieux sur son interlocutrice, ce qui lui redonna immédiatement le sourire aux lèvres. Et puis après tout, son hamster voulait sans doute la voir heureuse. Et ce n’était pas comme s’il n’avait jamais assisté aux culbutes de sa propriétaire dans leur habitat commun. « J’ai peut-être une idée » commença-t-elle, avant de faire une pause la bouche ouverte, la phrase en suspens. Elle hésita une bonne seconde avant de poursuivre. « Quatres roues, des banquettes, de la tequila ». Cela semblait tout de même risqué. Esme avait beau avoir l’habitude de ramener des gens chez elle, elle ressentait une certaine exigence et de certaines attentes de la part de Blake, et cela serait vraiment trop dommage de la décevoir lorsqu’elle apercevrait le véhicule, ou lorsqu’elle se rendrait compte du manque de luxe évident. Bien entendu, Esme avait refait la décoration récemment, lorsqu’Unnamed avait quitté ce monde. Mais quelle indication avait-elle concernant le fait que Blake apprécierait ou non le thème sombre, et les nombreuses bougies qui emplissaient la maison sur roues d’Esme en ce moment ? Aucune. Elle avait peur que le pari soit un tant soit peu risqué. Mais au diable, les toilettes étaient certainement encore moins glamour.

Esme scruta les yeux de Blake pour obtenir une quelconque réponse à ses interrogations avant de se lever. Elle tira un billet de sa poche et le tendit au barman, puis posa une main sur l’épaule de Blake avant de la faire glisser en frôlant le long de son bras, pour l’inciter à la suivre. Elle s’avança tranquillement, d’un pas assuré, à travers le cabaret, n’hésitant pas à agripper gentiment par les épaules les gens qui ne réagissaient pas lorsqu’elle demandait de passer. Elle tint la porte le temps que Blake se glisse à l’extérieur à son tour, et repris sa marche avant de se tourner vers elle avec un sourire. « C’est pas le grand luxe, autant prévenir ». Quelques pas de plus et le véhicule était à portée de vue. « Mais ça ressemble quand même un peu à un carrosse de princesse ». Question forme, en tout cas. Elle désigna le véhicule d’un geste de la main. Plus que quelques foulées, et elles y seraient. Elle inséra la clé dans la serrure de la porte latérale avant la faire tourner et de faire coulisser la porte sur le côté. Elle indiqua à Blake d’entrer d’un signe de tête avant de s’y engouffrer à son tour. L’odeur suave de l’encens qu’elle avait laissé brûler en son absence emplit immédiatement ses narines. Et elle avait oublié d’éteindre la vingtaine de bougies qui étaient posées sur toutes les surfaces planes du van. « On peut très bien aller ailleurs, si ce n’est pas assez bien » déclara-t-elle avec une pointe d’appréhension, la main toujours sur la porte, prête à la refermer, ou à ressortir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Last night... Empty
MessageSujet: Re: 06. Last night...   06. Last night... EmptyVen 7 Nov - 22:36

Contrairement à ce qu'on pouvait penser en regardant Blake, elle n'avait pas l'habitude de faire ça. Draguer de parfaites inconnues dans les bars? Non décidément, au moins, elle pouvait enlever ça de la liste des choses qu'elle pouvait faire avant trente ans. Ce qui était un peu risible lorsqu'on y pensait. Se faire filmer sous tous les angles toute nue? Ça avait été fait et refait, mais les plans d'un soir? Non pas vraiment. Blake avait de l'expérience ça oui, de son sourire mutin à sa paire de talons aiguilles, on comprenait qu'elle avait de l'expérience mais dans un autre domaine que les relations humaines et qui incluaient beaucoup moins de vêtements. Quoi qu'il en soit, Blake n'était pas du genre à reculer devant un défi, Arizona la prenait déjà pour une princesse, hors de question de se laisser avoir par cette petite voix à l'intérieur d'elle qui lui disait que cela était très certainement une très mauvaise idée. Oh non attendez… Blake ne possédait pas de telle voix, pas la peine de se s'en faire en fait, tout allait très bien pour la blonde. Des idées, Blake en avait des tas, elle s'apprêtait à suggérer à Esme qu'elle pouvait très bien piquer une autre bouteille de champagne (non, vraiment, cela avait des avantages d'être la patronne) et aller dans son appartement qui n'était pas très loin d'ici. Hors de question de conduire Esme jusqu'à sa chambre, question de principe, mais Blake avait un canapé très confortable qu'elle n'utilisait que lorsqu'elle se vernissait les ongles et cela pouvait très bien faire l'affaire. Plus que bien même se dit la blonde en jetant un énième regard appréciateur à Esme.

Mais la proposition d'Arizona était beaucoup plus intéressante et beaucoup plus dans le style de Blake, à croire qu'elle était facile à cerner. Blake se fit une note mentale de corriger cela et de revoir sa petite parade, mais pas de doute, elle suivrait Arizona ce soir, elle avait envie de savoir où est-ce que tout ceci lui ménerait. Si Blake avait eu plus d'alcool dans le sang, elle se serait très certainement penchée à l'oreille d'Esme pour lui dire qu'elle avait envie d'être très vilaine ce soir mais, il était beaucoup trop tôt pour prétendre connaître les préférences de la professeur… Et puis peut être que pour elle la fessée n'était pas une punition correcte. Oui, il était beaucoup trop pour le savoir. "D'accord… But the tequila better be good." lança Blake, qui avait tout de même une réputation à tenir. Elle suivit volontiers Esme, absolument pas du tout dérangée par l'idée de sortir dans cette tenue de scène qui ne couvrait pas grand chose au final. Non, au lieu de cela, la patronne adressa un bref signe de la main au barman, un petit code qui avait été élaboré entre ce cher Juan et Blake. Blake avait su qu'un jour cela finirait par arriver, qu'elle partirait avec un client sans aucun scrupule et elle avait toujours dit à Juan de l'empêcher de le faire sauf… si elle lui faisait le signe qui voulait dire que tout allait bien et que Blake n'avait rien à craindre et que oui, elle serait bien là demain matin. Pas au meilleure de sa forme, mais elle serait là. Après un dernier clin d'oeil pour son employé, Blake reporta son attention sur Esme, intriguée au possible. Elle n'était pas souvent intriguée et c'était un bon point pour Arizona, un très bon point. Blake ne préféra pas relever quand Esme lui informa que ce n'était pas le grand luxe. Tu devrais essayer de taper mon prénom sur google image, avait envie de répondre Blake, ce n'est pas le grand luxe et pourtant je le vis très bien. Elle conserva ses lèvres scellés jusqu'à ce qu'elles arrivent devant un véhicule. Non… Blake se retint de rire, pas parce qu'elle jugeait Esme ou quoi que ce soit, mais elle semblait décidément avoir quelque chose pour les parties de jambes en l'air dans les véhicules. C'était presque un coup du destin la blonde en était certaine.

"Je ne suis jamais montée dans une caravane." avoua Blake en monta habilement à l'intérieur, comme si c'était chez elle en fait. Elle ne fit aucun commentaire sur la taille ou sur le fait que cela était aussi grand que sa penderie, non, la jeune femme était à vrai dire impressionnée par le mode de vie d'Esme qui avait sûrement beaucoup plus de choses intéressantes à raconter que Blake et ses mensonges. Peut être que Blake resterait pour lui poser des questions, peut être, aucun moyen de le prévoir pour l'instant. Blake remarqua les bougies et elle se tourna vers Arizona avec un sourire, un petit signe de tête vers la décoration, avait-elle tout prévu depuis le début? Bonne question. "Petite chose à savoir sur moi, si j'enlève mes chaussures c'est que je suis à l'aise."  dit Blake, pour détendre l'atmosphère, retirant ses chaussures alors qu'elle parlait, elle perdit, quatorze centimètres d'un coup et elle se rapprocha d'Esme, toujours sur la pointe des pieds et tout à fait dans son élément. Elle était jolie, décidément jolie et Blake se rendit compte qu'elle n'avait pas été avec une femme, ailleurs que dans un "film" depuis longtemps, et ça lui avait manqué. Les hommes ne savaient pas ce qu'ils faisaient et quand ils faisaient quelque chose de bien il fallait les rassurer, pas de ça avec une femme, il y avait plus de douceur et de tendresse, une sorte de secret partagé. Blake s'avança jusqu'à hauteur d'Esme et elle n'hésita pas à légèrement à pousser cette dernière pour qu'elle se retrouve assise sur le lit. Ne perdant pas de temps, Blake adressa un nouveau sourire à Esme et s'installer confortablement sur la jeune femme, assise à califourchon sur cette dernière.

"Alors tequila avant ou après…" demanda t-elle en pensant ses bras autour du cou de cette dernière. Elle était à deux doigts de l'embrasser et elle se disait que oui… cela allait être une très bonne soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Last night... Empty
MessageSujet: Re: 06. Last night...   06. Last night... EmptyDim 9 Nov - 17:38

Esme se sentait à la fois très sûre d’elle, et très hésitante. Elle n’avait plus l’habitude de jouer à ce genre de jeux. Aborder des inconnues, leur offrir des bouteilles de champagne – sur leur indication, qui plus est – et finir par les ramener dans son habitat personnel roulant. Il y a quelques années de cela, elle excellait dans le domaine de se trouver des relations d’un soir. Mais récemment, elle avait laissé sa vie personnelle de côté, sans raisons particulières. Peut-être n’avait-elle tout simplement pas ressenti le moindre manque. Mais ce soir, elle n’était pas sûre de s’y prendre de la bonne façon. Le manque de confiance en soi n’était pas un de ses traits de caractère, à la base. Elle était même généralement celle qui prenait les initiatives. Et pourtant, elle se sentait comme une adolescente aux premiers balbutiements de sa vie relationnelle. Le moindre de ses gestes, même s’il semblait instinctif, était réfléchi. La moindre de ses attitudes était provoquée par un mélange de réflexes pourtant bien acquis dans le passé, et d’essais nouveaux, plus ou moins infructueux. Elle était loin d’être insatisfaite de ses manœuvres de ce soir-là. Elle se laissait plus ou moins guider par les réactions de Blake, elle qui préférait pourtant généralement être en charge. L’opération semblait réussie, elle arborait un sourire sur son visage alors qu’elle guidait la jeune femme vers son van, d’un pas assuré. Ce n’était pas comme si elle avait grand-chose à craindre, après tout, les verres de tequila qu’elle servait étaient réputés pour être les meilleurs de tout Lima. Dans sa tête, du moins. Et si c'était la seule chose qui inquiétait la blonde par rapport à l'endroit où elles iraient, tout irait pour le mieux.

Elle ouvrit la porte latérale et laissa échapper un petit rire léger en constatant que malgré son inexpérience des véhicules-maisons, Blake grimpait plutôt habilement la petite marche qui la séparait de l’intérieur du véhicule. Elle observa la propriétaire du cabaret se mouvoir à travers le véhicule, et, se rendant compte qu’il ferait très bien l’affaire, ferma la porte. Elle aperçut le sourire sur le visage de la jeune femme et le petit mouvement de tête qu’elle adressa en direction…des bougies. Elle hésita un instant à souffler sur chacune d’entre elle pour les éteindre, mais finalement, elle appréciait l’ambiance que cela donnait. Ces bougies n’avaient à présent plus une signification morbide, mais représentaient la scène agréable qui allait se dérouler d’ici quelques instants. Ce changement avait un goût délicieux dans l’esprit de la professeur de mathématiques. Elle observa la blonde retirer ses chaussures, tout en commentant le fait que c’était une chose qu’elle faisait quand elle se sentait à l’aise. Bon point, donc. Elle avança vers le placard en hauteur sur sa gauche, où elle arrivait à ranger le contenu intégral de son caddie de course : de la tequila, des gâteaux apéritifs, des biscuits bourrés de sucre, des bonbons en tous genres, et enfin, du popcorn pour ses soirées cinématographiques solitaires. Elle avait essayé d’acheter de la nourriture plus consistante, depuis qu’elle avait commencé à faire des tentatives de cuisine avec Glenn, mais cette résolution n’avait pas tenu bien longtemps, et son niveau diététique était tout de suite redevenu misérable. Elle avait la main sur la poignée pour ouvrir le placard, lorsqu’elle perdit tout à coup légèrement l’équilibre pour se retrouver assise sur le lit, et seulement quelques secondes plus tard, avec une Blake installée sur ses genoux, à qui elle adressa un sourire malicieux, avant que les bras de cette dernière ne viennent se caler derrière sa nuque. « Plus tard, j’imagine… » murmura-t-elle.

Elle n’était de toute façon, plus vraiment en position pour servir quoi que ce soit, et son esprit était un peu plus émoustillé à la perspective de s’amuser un peu avec son corps, plutôt que de boire un énième verre de vodka. Boire avec des amis, ou même avec des élèves parfois, faisait partie de ses habitudes, c’était quelque chose qu’elle faisait souvent. Mais passer des soirées en duos, aussi agréable cela soit-il, n’était plus quelque chose de fréquent. Du tout. Les gestes familiers lui revinrent pourtant sans peine. Elle agrippa les bretelles du juste-au-corps de la danseuse pour l’approcher encore plus d’elle, si cela était possible, et approcha ses lèvres des siennes. Se faisant, elle fit glisser les bretelles sur le côté de ses épaules, et les fit descendre le long de ses bras, ôtant ainsi le haut de la tenue. Elle glissa au creux des reins de la blonde une main qu’elle remonta en effleurant sa peau nue du bout des doigts sur son passage jusqu’à la nuque de la blonde qu’elle agrippa pour mieux la faire renverser sur la banquette du lit. A présent debout, penchée au-dessus de Blake elle secoua ses jambes en arrière pour se débarrasser à son tour des escarpins qu’elle portait. Elle croisa ses bras devant elle et attrapa chaque côté du juste-au-corps avant de courber le dos et de reculer pour mieux s’en débarrasser en le faisant glisser le long des jambes fuselés de la blonde. Arrivé au niveau des pieds, elle le lâcha dans le vide, sur le sol. Elle attrapa ensuite un de ces mêmes pieds qu’elle explora avec sa bouche, qu’elle fit ensuite remonter le long du tibia, de la cuisse, puis du ventre et du cou de la blonde. Elle fit une pause près de la bouche, et fixa un instant la jeune femme dans les yeux. Quelque chose lui disait que le lendemain matin, elle ne regretterait pas d’avoir passé la soirée en compagnie d’un si joli visage.
To be continued...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
06. Last night... Empty
MessageSujet: Re: 06. Last night...   06. Last night... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

06. Last night...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 3 :: Episode 6
-