Choriste du mois


Partagez | 
 

 06. SOS d'un terrien plein de maladresse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
06. SOS d'un terrien plein de maladresse Empty
MessageSujet: 06. SOS d'un terrien plein de maladresse   06. SOS d'un terrien plein de maladresse EmptyDim 5 Oct - 19:10

Le 25 juin 2018. Journée nationale du poisson-chat aux États-Unis. Que dire de plus ? Quelle merveilleuse journée pour sortir dehors et s'acheter un poisson-chat n'est-ce pas ? D'ailleurs, pourquoi les poissons-chats existent même ? Peut-être avaient-ils du mal à se décider.. Vous savez, c'est typiquement ce genre très particulier de personnes que l'on croise dans la rue et à qui on demande : " Excusez-moi, vous préférez le café ou le lait ?" et qui prenne un malin plaisir à vous répondre : " Oh et bien, je dirais le café au lait ah ah ah" Ce genre de réponse qui vous énerve bien comme il le faut...

« Ça fera deux dollars monsieur !»

En parlant de café d'ailleurs, Matthew était justement posté devant le comptoir du Starbucks de la ville, juste en bas de chez lui. Comme soudainement enlevé de ses pensées par le vendeur, il sortit de sa poche deux dollars et prit son café sans même que le vendeur n'est eu le temps d'écrire son nom sur le gobelet en plastique. Non, aujourd'hui Matthew n'avait vraiment pas la tête à être joyeux et encore moins à jubiler à l'idée de voir son nom écrit avec trois fautes d'orthographe sur son Mokaccino de la journée. Pourquoi tant de nonchalance ? Car ce jour-là, cela faisait exactement un an qu'il avait appris le décès de son père. Alors, journée du poisson-chat ou pas, il n'était vraiment pas dans son assiette. Au point d'errer dans la rue le regard perdu au loin, cherchant quoi, qui ? Personne ne le savait. Ce qui était sur, c'est qu'il était actuellement un homme dangereux pour quiconque se trouvant sur son passage. Notamment ce petit garçon qui se retrouva sur les fesses, laissant une jolie tâche sur son beau pantalon tout neuf. En guise d'excuse, pas même un regard, pas même un simple "pardon", rien ! C'est peut-être un bien grand mot, mais Matthew n'était plus que l'ombre de lui-même. Seul la tristesse et la solitude l'habitait. D'ordinaire, le sourire des enfants profitant de l'été, les touristes lui demandant de les prendre en photo ou bien même le fait que ce soit la journée mondiale des poissons-chats, l'aurait fait sourire. Pas aujourd'hui. Rien ne pouvait lui remonter le moral et au fur et à mesure de sa marche, quasi funèbre, ses pensées allaient vers son frère Jordan qui lui, n'était toujours pas au courant de la situation. Qu'allait-il penser au moment où il allait lui annoncer ? Rien qu'au fait de penser à cette situation, Matthew était encore plus mal. Quelque part, il avait un petit côté sadomasochiste pour se mettre encore plus au fond du trou. Mais ce n'était pas vraiment volontaire.Lorsqu'il va mal, le jeune médecin à tendance à beaucoup dramatiser la situation, ce qui l'enfonce encore plus. Ce jour-là, il pensait avoir réussi à faire le deuil de son père, mais il fut donc forcé de constater qu'apparemment cette blessure était loin d'être encore totalement refermé.

Matthew marchait donc dans une direction que même lui en connaissait pas quand soudain, il ne pu éviter une dame, du moins il pensait que s'en était une et l'a bouscula renversant par la même occasion un peu de son Mokaccino sur son blouson. Cette fois-ci, la perte d'une partie de sa boisson le sortit de sa transe et eu pour interprétation cette phrase : « Oups, je suis désolé, envoyer moi la note du pressing, bonne journée à vous ! » Après cela et sans même un regard, il se retourna et repartit dans cette ligne droite imaginaire qu'il suivait depuis maintenant une dizaine de minute. Pour le petit garçon, il s'en était tiré sans aucun problème, mais cette fois-ci, il savait très bien que ça n'allait pas se passer aussi facilement que la fois précédente. D'ailleurs, il sentit soudainement une main lui agripper le tee-shirt. Les ennuis allaient-ils enfin le rattraper ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. SOS d'un terrien plein de maladresse Empty
MessageSujet: Re: 06. SOS d'un terrien plein de maladresse   06. SOS d'un terrien plein de maladresse EmptyDim 28 Déc - 3:27

Ce matin-là, contrairement aux autres matins de l'année, ce n'était pas l'horripilante sonnerie du réveil de Jillian qui avait mit un terme à son sommeil. La raison pour laquelle elle s'était levée de si bonne heure était tout autre. La jeune femme était littéralement tombée de son lit. Malheureusement pour elle, c'était chose courante puis qui lui arrive bien souvent de confondre les rêves qu'elle fait et la réalité dans laquelle son lit, bien que double, est loin d'égaler l'immensité d'un champ de marguerites. Parce que oui, la plupart des rêves qu'elle fait ont pour cadre un champs de marguerites. Même elle ne sait pas d'où lui vient cette passion pour ces grandes fleurs blanches et jaunes qui n'apparaît que lorsque ses paupières sont clauses, mais peu importe.
Malgré la chute plutôt inattendue qu'elle avait fait, Jill était bien décidée à vivre une belle journée. Les conditions étaient idéales, un temps clair et un emplois du temps aussi vide que son estomac en cette heure matinale. Son réfrigérateur était d'ailleurs dans le même état, ce qui ne pouvait signifier qu'une chose : un ogre venu d'un pays qu'on ne connaît pas était venu pendant la nuit pour dévorer le total contenu de son garde manger. Ou bien c'était tout simplement la rouquine qui s'était empiffrée jusqu'à ne plus rien pouvoir avaler et tomber de sommeil, mais la première solution lui plaisait beaucoup plus. En tout cas elle n'avait pas le choix, il fallait qu'elle aille acheter d'autres victuailles si elle voulait que son ventre arrête de ronronner.

Premièrement, il lui fallait aller s'habiller. Il était impensable qu'elle sorte dans la rue avec sur le dos son atroce pyjamas rose bonbon et sur la tête deux nattes pour border son visage. Un simple chemisé blanc et un jean ferai l'affaire, cela ne servait à rien de sortir un tailleur pour aller faire les courses et puis ça n'avait rien de confortable. La jeune femme eut tout juste le temps d'avaler une tasse de chocolat chaud -la dernière qu'elle pouvait s'offrir avant de jeter la brique de lait vide à la poubelle- avant de partir pour le centre commercial de Lima. « Garde la maison en mon absence et sois sage » Avait-elle lancé à sa chienne tout en refermant la porte d'entrée derrière elle. Il n'y avait pas tellement d'endroits pour faire ses courses dans la petite ville de l'Ohio, le Mall était l'un des rares lieux où l'on pouvait trouver de quoi remplir sa cuisine.

Son éternel sourire sur les lèvres, Jillian marchait tranquillement dans la rue qui la menait tout droit vers la galerie marchande du centre commercial. Elle sifflotait, toute guillerette en percevant toute la vie autour d'elle. Elle ne manquait pas une occasion de rendre service sur son passage, elle aimait se dire qu'on lui rendrait la pareille le jour où elle en aurait besoin.
Jiji continuait sa route, la tête levée vers le ciel lorsque quelque chose vint la heurter. Après un court instant, il s'avéra qu'il s'agissait plutôt de quelqu'un, une personne qui devait être au moins aussi maladroite qu'elle. Enfin, je ne suis plus seule ! Finit par crier sa petite voix intérieure avant qu'elle-même ne se rende compte que quelque chose l'avait éclaboussé pendant le choc. Alors qu'elle s'en rendait compte, l'auteur de l'énorme tâche sur son chemisier prenait la fuite en prétendant prendre en charge les frais de pressing...
D'ordinaire, l'adulte conciliante et crédule qu'elle était serait passée outre et aurait passé son chemin laissant le chenapan s'en tirer pour bon compte... Mais cette fois-ci quelque chose avait retenu son attention. Cette voix... Elle la connaissait. Mais d'où ? Et alors que le souvenir lui revenait, Jillian s’empressait de rattraper l'homme avant de lui attraper le bras. « Matthew ? Matty, c'est toi ? »
Aussi surprise qu'heureuse de croiser son cousin par une si belle journée, Jill déchantait vite en apercevant la mine du plus vieux des frères Avery qui faisait volte-face. Son air dépité avait alors effacé tout sourire du visage de la jeune femme.

Ce n'était réellement pas son genre de fuir de cette façon, il devait forcément y avoir une raison pour que Matt n'affiche aucune gaieté. Cette raison, Jillian la connaissait et avait vite comprit qu'elle était la cause du malheur se jeune homme. Après tout elle aussi connaissait cette date, cela faisait un ans exactement que son oncle -autrement dit le père de Matthew et Jordan- était décédé. Une date comme celle-ci ne s'oubliait pas facilement. Levant une nouvelle fois les yeux vers son cousin, la documentaliste ne put se résoudre à le laisser dans cet état, il avait réellement besoin d'aide. « Tu allais quelque part ? Peut-être que je peux t'offrir un autre café, pour faire pardonner mon chemisier d'avoir bu tout le tien. Qu'en dis-tu ? » Avec le temps, elle avait appris que l'humour pouvait parfois être son meilleur ami lorsqu'il s'agissait de délier les langues. Elle qui avait commencé cette journée avec de la bonne humeur à en revendre comptait bien en faire profiter le brun. Mais pour le moment il était possible que la seule chose dont il avait besoin était de parler.
Revenir en haut Aller en bas
 

06. SOS d'un terrien plein de maladresse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 3 :: Episode 6
-