Choriste du mois


Partagez | 
 

 02. Still fighting it.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 02. Still fighting it.   Dim 17 Oct - 20:50


Assise en tailleur sur les couvertures de son lit, Emma observait d’un air pensif l’armoire ouverte sur ses vêtements. Tout y était parfaitement rangé : les paires de chaussures étaient disposées impeccablement sur la plus haute étagère, ses robes et jupes étaient accrochées sur des cintres, recouvertes d’un fil plastique pour qu’elles ne prennent pas la poussière, quant à ses cardigans, pulls et autres t-shirts, ils étaient tous soigneusement pliés et rangés sur une autre étagère. S’il y avait un prix pour le rangement de la penderie, Emma le gagnerait certainement haut la main, il n’y avait aucun doute là-dessus. Pourtant, contrairement à ce que pouvaient dire les apparences, elle n’était pas en train d’étudier l’armoire pour voir si tout était bien rangé. En réalité, elle cherchait une tenue qui sortirait de l’ordinaire. Elle adorait ses cardigans et ses jupes plissées, mais cette fois-ci, c’était « spécial » : il lui fallait quelque chose que personne ne s’attendrait à ce qu’elle porte. Quelque chose… d’attirant. Fronçant les sourcils et sortant de sa rêverie, la jeune femme se leva finalement et ouvrit un tiroir de la commode située non loin de l’armoire. Elle en sortit une paire de collants en résille qu’elle n’avait encore jamais portée mais qu’elle avait déjà lavée plusieurs fois au cas où l’occasion se présenterait. Le regard toujours dans le vague, elle hésita, ne sachant pas quoi faire. Au bout de quelques secondes, pourtant, elle se décida et alla poser sa paire de collant sur le lit. Elle sortit ensuite de la penderie une jupe noire – simple, peut-être, mais il s’agissait là de la plus courte qu’elle possédait. Elle opta ensuite pour un petit haut qu’elle n’avait jamais porté non plus, car elle le jugeait inapproprié pour aller travailler étant donné le décolleté qu’il y avait – bien qu’il ne soit pas spécialement plongeant, elle n’avait pas spécialement envie de distraire ces adolescents aux hormones en ébullition lorsqu’ils viendraient la voir.

Lorsque la jeune femme sortit de la salle de bain, elle était méconnaissable et peu de personnes l’auraient d’ailleurs reconnu sans ses cardigans colorés et ses jupes d’ordinaire plus longues. Elle se tortilla un peu dans tous les sens avant d’aller voir le résultat dans le miroir. Elle n’avait pas l’habitude de s’habiller de cette façon, c’était certain. Mais elle voulait changer un peu, ou tout du moins cette fois-ci, juste pour une fois. En effet, elle avait prévu de faire une petite surprise à son petit ami, Carl Howell. A vrai dire, c’était lui qui, la semaine précédente, était venu la voir sur son lieu de travail. Il lui avait alors fait de drôles de propositions auxquelles Emma n’avait pas arrêté de rougir. Au terme de cette conversation, elle lui avait alors avoué être toujours vierge, ce qui l’avait déconcerté – mais qui pouvait lui en vouloir, elle avait quand même vingt-huit ans. Bref, cette fois, Emma désirait se rattraper. Non, elle ne se sentait toujours pas capable de sauter le pas, car même si elle y pensait de plus en plus, elle pensait ne pas être encore prête. En revanche, elle avait bien envie de faire plaisir à Carl en le surprenant un peu. C’était ce que lui avait conseillé le professionnel qu’elle voyait toutes les semaines et qui l’aidait avec ses problèmes. Il lui avait dit d’essayer de se détendre un peu, et de faire quelque chose de fou qu’elle ne ferait jamais en temps normal. Elle avait donc décidé de suivre le conseil et c’est ainsi qu’elle se retrouva dans la tenue la plus sexy qu’elle n’ait jamais porté. Lorsqu’elle observa son reflet dans le miroir, elle ne put s’empêcher d’écarquiller les yeux, tellement elle se trouvait métamorphosée dans cette tenue. Elle n’était même pas sûre que Carl la reconnaisse d’ailleurs, surtout qu’elle s’était attaché les cheveux qu’elle avait noués en un chignon défait, ce qui changeait de sa coupe de cheveux habituelle. Haussant légèrement les sourcils, elle hésita pourtant. Elle avait du mal à s’imaginer à l’aise dans une telle tenue, mais en même temps, elle souhaitait vraiment surprendre son petit ami. N’était-ce pas lui qui lui avait dit une fois qu’il adorait son petit air de panique à chaque fois qu’il essayait de changer ses habitudes ? Emma avait hâte de voir la façon dont lui réagirait.

Prenant son courage à deux mains, elle finit par prendre la décision de rester dans cette tenue. Elle attrapa une paire d’escarpins noirs – elle s’estimait heureuse d’en avoir eu besoin une fois, lors d’un mariage, parce que d’ordinaire, elle n’achetait pas de vêtement ni d’accessoire de couleur noire – puis un long trench rouge qui cacherait l’excentricité de sa tenue (oui, il s’agissait là d’excentricité lorsque l’on s’appelait Emma Pillsbury). Elle sortit alors enfin de sa chambre, puis après un dernier coup d’œil à l’appartement pour voir si tout était propre et à sa place, elle le quitta. Lorsqu’elle retrouva quelques minutes plus tard sa voiture, elle esquissa un sourire, se donnant du courage. Après tout, c’était un samedi, elle était en week-end, et elle allait voir son petit ami qui lui travaillait quand même. Elle se plaça alors derrière le volant qu’elle frotta avant d’y poser les mains. Le trajet jusqu’au cabinet de dentiste de Carl ne fut pas bien long : il était à environ dix minutes de chez elle. Elle y avait déjà été une fois, du coup elle ne se trompa même pas de route. Elle finit par trouver de la place sur un parking payant (elle préférait payer plutôt que de se garer n’importe où et de se retrouver ensuite avec des coups dans sa voiture) et sortit ensuite de la voiture. Elle s’imaginait toujours la tête du dentiste, ce qui lui donnait encore plus hâte de le retrouver pour voir sa réaction. Elle était assez fière d’elle en fait, fière d’être parvenue à changer un peu ses habitudes, ce qu’on lui reprochait souvent de ne pas faire assez, et surtout fière de ne pas encore avoir fait demi tour. Elle entra finalement dans le cabinet et alla directement voir la secrétaire. Elle avait déjà parlé à cette dernière qui savait qu’elle était la petite amie de Carl, alors il ne fallut pas longtemps avant que celle-ci la laisse entrer dans le bureau, lui précisant qu’il n’y avait aucun patient dedans.

Emma ne put s’empêcher d’hésiter un moment avant de pousser la poignée de la porte. Elle resta quelques secondes devant la porte, le cœur battant à tout rompre contre sa poitrine. Et si Carl n’appréciait pas cette surprise ? Peut-être était-il occupé après tout, et qu’il n’avait pas de temps à lui consacrer. Fronçant les sourcils, elle faillit faire demi tour avant de se redonner un peu de confiance, de sortir un petit chiffon de la poche de son trench, de le passer sur la poignée, et enfin d’ouvrir la porte. Carl était assis sur la chaise face à son bureau, et se retrouvait dos à elle. Elle referma la porte derrière elle le plus silencieusement possible et se dirigea vers son petit ami à pas feutrés, marchant lentement et faisant résonner le moins possible ses talons sur le carrelage. Heureusement, il semblait concentré et elle parvint à arriver à sa hauteur avant qu’il ne se retourne. Souriant et faisant tout pour ne pas rougir de honte, elle retira son manteau qu’elle délaissa sur le siège du cabinet puis elle s’arrêta derrière sa chaise. Le cœur battant toujours aussi fort, elle se pencha doucement et approcha son visage de celui de Carl. Atteignant son oreille, elle lui murmura simplement :

    « Salut sexy Dr. Howell »


Dernière édition par Emma Pillsbury le Lun 18 Oct - 1:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. Still fighting it.   Dim 17 Oct - 23:09

Still fighting it

« Allez, Emma, ouvre ta bouche s'il-te-plait... »

Il y avait des jours comme ça, Carl détestait son métier... Particulièrement dans ces moments comme celui-ci... Le regard froncé et se mordant les lèvres, le beau brun n'attendait qu'une seule chose: que cette petite peste ouvre enfin sa bouche...

« Mon ange, ouvre ta bouche que le gentil dentiste puisse enlever son doigt... Tu lui fais mal chérie! »

Enfin, l'enfant se décida de libérer le doigt de Carl tout en rigolant narquoisement. Ce dernier regarda l'état de son doigt sous son gant en caoutchouc. Il avait évidement rougis, on pouvait également voir la trace des dents de la petite Emma. Le dentiste prit sur soit et, se tournant vers la mère de l'enfant, il lui dit tout sourire.

« Bien, nous en avons fini pour aujourd'hui, je vais vous donner l'adresse pour l'orthodentiste, c'est lui qui décidera si on lui pose un appareil dentaire ou non... »

Après quoi, il enleva et jeta ses gants et s'assit sur son fauteuil en cuir en face de son bureau, proposant aux deux personnes en face de lui de faire de même. Il prit un stylo et nota l'adresse de l'orthodentiste en question, puis il donna le bout de papier à la jeune femme. Après quoi il se leva et sortit la fameuse boîte de bonbons. Il s'accroupit à côté de la petite Emma et ouvrit le bocal afin de proposer à l'enfant un petit bonbon après cette dure épreuve chez le dentiste, même si, soyons honnête, c'était surtout lui qui avait souffert sur ce coup là. Puis, les deux personnes s'en allèrent après de bref salutations et remerciements. Le beau brun ferma la porte de son cabinet juste après qu'elles ne sortent de la pièce, et c'est dans son fauteuil bien confortable qu'il alla se consoler de son doigt mal en point. Cette enfant ne ressemblait en rien à la douce et belle Emma qu'il connaissait lui, qui était également sa petite-amie. Elle au moins n'aurait jamais eu l'idée de vouloir lui arracher un doigt ou du moins de le garder prisonnier dans sa bouche pleine de bactéries. Il se leva finalement pour passer son doigt sous l'eau froide et pour se dégourdir un peu les jambes par la même occasion. Maintenant que ses rendez-vous de la journée étaient terminés, il devait se concentrer sur la paperasse. Il détestait ça, mais c'était une autre obligation de son métier.

Il alla se rassoir pour commencer à remplir les millions de papiers qui l'attendaient impatiemment sur un coin de son grand bureau. Il commença tout d'abord par toutes les ordonnances et ainsi de suite qu'il fallait qu'il signe et qu'il archive, c'était le moins fatiguant à faire. Le plus dur étant de transférer toutes les données sur son ordinateur, il trouva en ça un intérêt complètement inutile, mais une fois de plus, c'était obligatoire, il n'y couperait pas. Concentré dans ses dossiers, rien n'aurait pu perturber le beau dentiste, en train de faire sa belle signature appliquée sur toutes les feuilles. Il n'entendit donc pas Emma entrer dans la pièce, avançant à pas de chat près du dentiste. Lui chantonnait gaiement l'air de « Telephone » de Lady Gaga, il ne se souciait en aucun cas qu'une jolie rousse était rentrée sans y avoir été invité dans son cabinet. Ce n'est que quand elle arriva à moins de cinquante centimètres de lui qu'il sentit une présence dans la salle, tout d'abord en entendant le souffle légèrement irrégulier de sa petite amie et aussi simple intuition. Il se doutait que ce soit sa secrétaire qui s'approchait dangereusement de lui, mais il était loin de se douter que c'était également Emma.

« Salut sexy Dr. Howell »

Carl sursauta légèrement en entendant le murmure de la jeune femme, puis un sourire se dessina sur ses lèvres. Il tourna légèrement la tête pour y découvrir le doux visage de sa petite amie, qui se tenait à environ dix centimètres de lui. Pourtant quelque chose lui échappait. La phrase que venait de prononcer la jolie rousse était loin d'être le genre de phrase qu'on entendait sortir de sa bouche d'habitude. Bien que Carl n'y faisait pas d'objection, se faire appeler de cette façon lui convenait parfaitement, peut-être même qu'il préférerait se faire surnommer comme ça maintenant... Il tourna sur son fauteuil pour se retrouver face à Emma et lui adressa un de ses sourires charmeurs dont seul lui avait le secret. Se levant, le dentiste dit finalement en murmurant, tout en approchant son visage de celui de sa petite amie.

« Salut belle Miss Pillsbury... »

Après quoi, il embrassa Emma tendrement. La visite d'Emma lui faisait vraiment plaisir, tellement plus que de remplir de la paperasse inutile... Le dentiste n'avait pas encore remarqué le changement radical de style vestimentaire de sa petite amie, bien que ses cheveux attachés avaient déjà attirés son attention. C'ets vrai, il était assez rare de la voir les cheveux relevés en chignon, bien que ça lui allait à merveille. Quand leurs lèvres se séparèrent, l'homme jeta enfin un coup d'oeil à l'habillage d'Emma. Il remarqua de suite les collants en résilles, sa jolie jupe noire plus courte que d'habitude et son petit haut assorti à ses talons, tout aussi sexy. Carl eut un moment de doute, il écarquilla les yeux en vérité, se demandant ce qui prenait à Emma de s'accoutrer comme ça aujourd'hui. Bien qu'il ne trouva pas ça désagréable, bien au contraire, le dentiste ne put s'empêcher de regarder la jolie rousse sous un angle tout à fait différent que d'habitude, observant les courbes fines de sa petite amie. Il avait presque un peu du mal à la reconnaître, Emma était comme métamorphosée dans cette tenue. Il prit la main de la jolie rousse et la fit tourner la jeune femme sur elle-même, comme pour lui faire comprendre qu'il avait bien vu que son nouveau style vestimentaire et qu'il voulait le regarder d'un peu plus en détail. La regardant de bas en haut, à commencer par ses jolis mollets dans ses collants, jusqu'à son petit haut à la fois sobre mais qui allait parfaitement avec la jupe qui rendait elle même tout le reste sexy. Oui, il aimait vraiment cette petite jupe. Emma devrait la porter plus souvent... Après quelques secondes de silence, le beau brun finit par dire sur un ton enthousiaste...

« Remarque, « Sexy Miss Pillsbury » fonctionnerait très bien aussi... »

Le dentiste élargit son sourire tout en plongeant son regard dans celui d'Emma. La dernière fois qu'un des deux avait rendu visite à l'autre, c'était il y a quelques semaines, Carl était allé voir la jolie rousse sur son lieu de travail et il lui avait fais des sous entendus pervers pendant un long moment avant qu'Emma n'avoue qu'elle était vierge. Depuis, le dentiste avait eu le temps de se faire à cette idée, surtout dans des moments comme celui là, où il avait la chance de voir Emma dans une tenue sexy. Prenant la jeune femme par la taille, le beau brun sourit une fois de plus tout en ajoutant, un peu intrigué...

« Alors... Que me vaut l'honneur de ta visite dans cette jolie tenue sexy? »

Non, il n'avait pas honte de lui dire, qu'il la trouvait très attirante habillé de cette façon. Bien qu'elle l'attirait en temps normal, là c'était encore pire, il fallait se l'avouer...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. Still fighting it.   Lun 18 Oct - 1:39

Emma recula de quelques centimètres son visage de celui de Carl, attendant avec impatience de voir la réaction du dentiste. Il fallait dire que ce genre de comportement était pour le moins étonnant de la part de la conseillère d’orientation. Si ce psychologue n’avait pas autant insisté, d’ailleurs, elle ne serait certainement pas là, dans une jupe plus courte que d’habitude et des collants en résille. Pourtant, malgré le feu qui menaçait de prendre sur ses joues et son envie de s’enfuir en courant, elle devait avouer que la situation était assez drôle. Après tout, combien de fois lui avait-on reproché d’être trop coincée ? Là, tous ses détracteurs seraient surpris de la voir ainsi, souriante et coquette. Bien sûr, ce n’était pas facile, et elle avait du rassembler beaucoup de courage avant de se lancer, mais le jeu en valait certainement la chandelle, si Carl réagissait bien. Dans cette tenue, il ne faisait aucun doute qu’elle lui offrait cette fois-ci une surprise à laquelle il serait bien loin de s’attendre. Une surprise de taille dont elle se félicitait car il était rare qu’elle prenne de tels risques. Le dernier en date avait été de proposer à Will un rendez-vous coquin avec préliminaires au programme… mais cet épisode-là de sa vie remontait à quelques mois, et en plus, elle avait fini par se défiler au dernier moment, par manque de confiance en soi. Il fallait dire qu’elle avait surtout fait cette proposition dans le but de contredire Sue Sylvester qui critiquait sans cesse son manque de sensualité, allant même jusqu’à couper les hauts parleurs de son bureau pour qu’elle n’entende pas les titres de Madonna qui étaient passés en boucle dans le lycée à l’époque, parce qu’elle n’en était pas « digne ». Si seulement Sue la voyait dans cet accoutrement, elle ne serait pas déçue !

La jeune femme vit son petit ami sursauter et elle esquissa un nouveau sourire. Non seulement il ne s’était pas attendu à la voir dans cette tenue, mais surtout il ne s’était pas imaginé qu’elle puisse passer à son cabinet du tout. C’était assez agréable pour elle de constater qu’elle avait enfin réussi à prendre son courage à deux mains, et aller de l’avant au lieu de reculer sans cesse. Oui, elle y était, là dans ce cabinet de dentiste dont la porte principale contenait la plaquette au nom du Dr Carl Howell, ici, au beau milieu d’appareils complexes, mais surtout près de son petit ami et dans une tenue étonnante. Elle était parvenue à laisser de coté ses craintes, en se donnant de la motivation. Elle était fière d’elle, et plus encore lorsque Carl leva vers elle un regard ravi. Visiblement, sa petite visite à l’improviste lui faisait plaisir, et cela mit du baume au cœur de la jeune femme. A ce moment-là, plus rien ne comptait d’autre. Elle ne pensait plus à aucun de ses tracas, tels que la flashmob ou Will. Oui, elle était parvenue à oublier l’espace de quelques secondes la présence de Will et des sentiments qu’elle éprouvait toujours à son égard, ce qui était en soi assez exceptionnel. Elle ne voyait là que le visage radieux de son petit ami et s’estima heureuse de l’avoir à ses cotés. Ce dernier tourna son siège de façon à être face à elle, et l’observa de ses grands yeux clairs avant de lui adresser l’un de ces sourires dont seul lui avait le secret et auxquels, de toute évidence, Emma ne savait résister. Il finit par se lever et s’approcha d’elle, la saluant à son tour d’un murmure, la surnommant « belle Miss Pillsbury », ce qui fit sourire une nouvelle fois la jeune femme. D’habitude, c’était ses élèves qui la surnommaient comme ça, ou plus précisément « Miss P. », mais dans la bouche du charismatique dentiste, cette expression prenait une toute nouvelle dimension.

La jeune femme n’eut pas le temps de répondre car Carl approcha aussitôt son visage du sien, l’embrassant aussi délicatement que si ses lèvres avaient été de porcelaine. Lorsqu’il retira doucement son visage du sien, Emma se sentit quelque peu étourdie, sur un nuage, avant de retrouver la réalité… ainsi que le sourire dévastateur de Carl. Elle le vit alors poser son regard clair sur ses vêtements, et du faire des efforts pour ne pas rougir en sentant ses yeux inquisiteurs l’examiner. C’était là le moment qu’elle attendait depuis le début : celui où elle pourrait enfin connaitre sa réaction, après tout elle espérait que ça en vaudrait la peine, vu la volonté qu’elle y avait mise, et le fait qu’elle n’ait pas fait demi tour malgré que l’idée lui ait effleuré plusieurs fois l’esprit. Ce qu’elle vit lui plu pourtant immédiatement. En effet, Carl écarquilla légèrement les yeux, et la surprise se peint clairement sur ses traits. Elle eut un petit sourire de satisfaction bien qu’elle fut toujours aussi gênée de sentir son regard qui la déshabillait quasiment. Le dentiste lui prit alors sa main et la fit tourner sur elle-même, sans doute pour mieux apprécier sa tenue. Emma ouvrit grand les yeux, encore plus gênée, mais n’en montra rien, car lorsque son regard croisa de nouveau celui de son petit ami quelques secondes plus tard – après qu’il ait bien eu le temps de l’étudier sous tous les angles – elle ne paraissait pas embarrassée mais plutôt radieuse. Il finit par ajouter que « Sexy Miss Pillsbury » pouvait tout aussi bien fonctionner, d’un ton peut-être même trop enthousiaste. La jeune femme laissa échapper un petit rire avant de plonger son regard dans celui de Carl. Elle sentait toujours en elle une certaine gêne liée à sa tenue, mais essayait de ne pas y prêter trop d’attention. Elle lui répondit alors d’une voix joyeuse pourtant empreinte d’une certaine pointe de timidité :

    « Ah oui ? Contente que ça te plaise, j’espérais vraiment te surprendre ! »

Dans un sens, sa relation avec Carl lui avait permis de se libérer un peu : c’est vrai dans cette tenue elle n’avait rien à voir avec la conseillère d’orientation coincée qu’elle était au lycée. Bien sûr, à l’intérieur, elle était toujours la même, mais dans ces collants en résille et cette jupe noire plus courte que celles qu’elle portait d’habitude, à l’extérieur tout du moins elle semblait métamorphosée. Une question effleura alors l’esprit de la jeune femme, qui se demandait comment Will réagirait dans cette situation… elle s’empressa pourtant de reporter son attention sur son petit ami, ne désirant pas commencer à rêvasser du professeur d’espagnol alors qu’elle était ici avec Carl, avec qui elle se sentait bien pour le moment. Celui-ci l’attrapa d’ailleurs par la taille, et lui demanda ce qui lui valait l’honneur de sa visite « dans cette si jolie tenue ». Emma esquissa un nouveau sourire :

    « Oh, eh bien, hm, rien de spécial, je passais dans les parages et je me suis rappelé de ton existence, alors je me suis dit « pourquoi pas ? » »

Elle lui lança un sourire énigmatique. Sa réponse n’avait rien de crédible, elle le savait bien, mais après tout ce n’était pas le but puisqu’elle n’avait pas envie de s’attarder sur les véritables raisons de sa venue. Elle posa une main sur la joue de Carl avant d’ajouter d’un ton ironique :

    « Enfin, j’espère que je ne te dérange pas au moins… hm, parce que j’ai l’impression que ce que tu faisais avant que j’arrive était plus bien intéressant. »


hj. désolée pour les éventuelles fautes d'orthographe ou de frappe, j'relirai demain, là c'est dodo :)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. Still fighting it.   Dim 26 Déc - 2:39

HJ: je suis vraiment vraiment vraiment désolée pour le retard de 2 mois cry J'espère que tu me pardonneras (a) Tu peux répondre dans deux mois toi aussi du coup x) enfin voilà bref, j'espère que tu aimeras :S

De l'audace.Voilà ce qu'Emma avait eu en venant ici habillé dans cette tenue qui ne ressemblait pas du tout à son style vestimentaire habituel. Ainsi que du courage, Carl pouvait se rendre compte à quel point elle avait dû en avoir pour enfiler cette jupe, ses collants en résille et venir le voir, alors qu'elle n'était pas forcément très à l'aise dans ces vêtements qui lui allaient pourtant tellement bien. Le dentiste n'était pas dupe, et il commençait à bien connaître Emma, c'est pour cette raison qu'il avait remarqué qu'elle était un peu gênée à cause de ce changement radical de style. Alors qu'il n'arrangeait certainement pas son gêne vis-à-vis de ses vêtements, le beau brun commença à la regarder de haut en bas, un peu comme un homme observerait une jolie fille marchant dans la rue. Non pas à la façon d'un gros pervers, juste à la façon qu'un homme ne peut s'empêcher de regarder une fille possédant une jolie silhouette mince. C'était certainement déstabilisant pour Emma, mais Carl ne s'en rendait pas vraiment compte. Il était juste agréablement surpris, Emma avait voulu faire un gros effort pour lui, même si elle prétendait être passé devant son cabinet par hasard. Autant dire que Carl n'y croyait pas vraiment, sinon, pourquoi aurait-elle pris la peine de s'accoutrer de cette façon, si ce n'était pour aller voir quelqu'un, faire une surprise à quelqu'un, et le surprendre, peut-être. Cette personne n'était autre que le beau dentiste au sourire éclatant, il le savait bien.

Emma commença par dire à Carl qu'elle était heureuse que sa tenue lui plaise, et qu'elle avait vraiment espéré le surprendre. On pouvait dire qu'elle avait réussi son coup. Le beau brun était à la fois surpris, et la tenue de la jolie conseillère ne pouvait que lui plaire. Ceci dit, il ne fallait pas non plus en conclure que ce qui plaisait au dentiste chez une femme, c'étaient les mini jupes, les décolletés et les bas en résille! Carl ne souhaitait certainement pas que sa petite-amie s'habille comme une traînée et que ses tenues soient trop vulgaires. De toute façon ça n'est pas le genre d'Emma, il le savait bien. Ce qu'elle portait aujourd'hui, n'était pas vulgaire, son décolleté ne descendait pas trop bas, et sa jupe ne montait pas trop haut. Ce qu'elle portait était au final juste sexy. Et c'est ce qui plaisait à Carl. Ce dernier répondit sur un ton ironique quelques instants après, toujours son sourire éclatant scotché au visage.

« Eh bien, j'espère que tu es fière de toi, parce que non seulement cette tenue me plait, mais en plus je dois t'avouer que tu m'as bien surpris! En faite, je crois que tu as rempli tous tes objectifs! »

Carl était également surpris par la visite d'Emma, tout autant que le nouveau style qu'elle avait adopté aujourd'hui. Peu de temps avant l'arrivée de la jolie rousse, le dentiste avait envisagé son après-midi à remplir des documents, les signer et ensuite reporter toutes leurs informations sur son ordinateur. Rien de bien passionnant en faite. Ca serait même ennuyant s'il fallait accorder ces actions à un adjectif. Donc, autant dire que la visite d'Emma lui faisait extrêmement plaisir, qu'il soit surpris ou non. Les documents pouvaient attendre, oh oui, ils pouvaient attendre car pour le beau brun rien n'était plus agaçant que de s'occuper de ce genre de tâches. Mais ce qui intriguait un peu Carl, c'était la venue d'Emma en ces lieux. Le beau brun n'avait pas encore vraiment compris que le but de sa visite était simplement de lui en mettre plein la vue avec cette tenue féminine et sexy, lui faire une jolie surprise auquel il ne s'attendait certainement pas. Il lui posa donc la question, en quel honneur elle était venue à son cabinet. Elle lui répondit tout sourire (comme toujours d'ailleurs =P) « Oh, eh bien, hm, rien de spécial, je passais dans les parages et je me suis rappelé de ton existence, alors je me suis dit « pourquoi pas ? » Carl sourit à son tour et répondit ironiquement.

« Heureusement que tu t'es souvenue de moi alors, sinon je n'aurais jamais eu l'occasion de te voir habillé comme ça... Ca aurait été dommage, et j'aurais été jaloux que d'autres aient pu te voir dans ta jolie tenue alors que moi non. »

Il ne croyait pas vraiment à l'excuse qu'avait dite Emma un peu avant, mais il fit comme si, même si ce qu'il venait de dire était en quelque sorte pour montrer que ce n'était pas très valable comme justification. Enfin, si la jolie rousse était allée voir un autre homme que lui habillée comme ça, il aurait certainement était jaloux. Particulièrement si ça avait été Will. Il ne détestait pas cet homme, mais il préférait prendre des précautions avec lui. Après tout, c'était l'ex à sa petite-amie, et même si c'était fini entre eux, ils travaillaient tous les deux dans le même lycée, se voyaient et se parlaient pratiquement tous les jours. Carl se méfiait du professeur d'espagnol, il avait l'impression que Will ne souhaitait pas être simplement un ami pour Emma, mais plus. Alors Carl était vraiment content qu'Emma soit venue cette après midi, que ce soit lui et seulement lui qu'il l'est vu dans sa tenue sexy , qu'importe les raisons que donnait Emma pour sa présence ici. Cette dernière posa sa main sur la joue du dentiste, alors que lui était un peu pensif durant quelques secondes, ne lâchant pour autant pas sa petite-amie des yeux. Elle lui dit ironiquement « Enfin, j’espère que je ne te dérange pas au moins… hm, parce que j’ai l’impression que ce que tu faisais avant que j’arrive était plus bien intéressant. » Carl acquésia d'un nouveau sourire, posa sa main sur celle de la jolie rousse qui se trouvait sur sa joue pour finalement les faire redescendre toutes les deux à la hauteur de leur cuisse. Ne lâchant pas la main d'Emma, il m'emmena vers son bureau. Il prit avec sa main libre le papier qu'il était en train de remplir et le lit à haute voix, prenant une voix pour le moins ironique, tel un aristocrate qui lirait un parchemin.

« Monsieur Jackson, cinquante quatre ans, venu au cabinet du Docteur Howell, le quinze octobre deux mille dix, à seize heures, pour se faire soigner une rage de dent. Prescription des médicaments par le dentiste... »

Il leva les yeux vers la jolie rousse et lui fit un grand sourire, et ajouta tout en s'approchant dangereusement d'elle.

« Tu as raison, c'était très intéressant... Signer ces centaines de documents c'est vraiment ce que je préfère faire dans mon boulot. »

Carl posa la feuille là où il l'avait prise, s'assit sur le rebord de son bureau, en fixant Emma avec son sourire charmeur. Il lui tenait toujours la main droite, et s'empressa de lui attraper l'autre main, tout en ajoutant ironiquement.

« Et même si j'étais passionné parce que je faisais, ta visite me fait vraiment plaisir... Parce que si tu n'étais pas venu, je serais surment mort d'ennui. »

Sa phrase était assez contradictoire mais elle voulait dire ce qu'elle voulait dire: ce que faisait Carl avant l'arrivée d'Emma ne l'enchantait pas du tout, même si le terme de « mourir d'ennui » était exagérer évidemment. Après quoi, il ne put s'empêcher de loucher légèrement sur le décolleté d'Emma, avant de se reprendre et se lever, face à elle. Il lui revint en mémoire rapidement le jour où elle lui avait dis qu'elle était encore vierge. Il ne se souvenait plus trop ce qu'il avait ressentie à ce moment là, surment de la confusion. Jusqu'ici il n'y avait pas vraiment pensé, mais ça lui était revenu en tête durant un court instant, en la regardant. Il était en train de se demander si ce changement soudain de tenue n'était pas en rapport avec tout ça. Mais cette pensée s'effaça rapidement, alors qu'il la regardait, elle, avec ses grands yeux noisettes, cette tenue dont il avait encore du mal à s'habituer, et d'un coup, il s'empara de ses lèvres, l'embrassant passionnément. Après tout, lui aussi pouvait la surprendre s'il le voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. Still fighting it.   Lun 27 Déc - 20:30

hj, tu sais bien que je te pardonne tout haha ! :)

Debout devant son petit ami, Emma observait sa réaction dans les moindres détails. Il fallait dire qu’elle avait vraiment eu du mal à venir habillée ainsi, à ne pas repartir en courant et enfiler une de ces tenues qu’elle mettait souvent et auxquelles on l’associait d’ailleurs. Car lorsqu’elle ouvrait ses placards pour choisir les vêtements qu’elle porterait pour la journée, la jeune femme n’avait pas exactement les mêmes critères de sélection que la plupart des femmes de son âge. Ce qui comptait le plus aux yeux d’Emma n’était pas d’apparaitre dans la tenue la plus sexy qui soit ; bien au contraire, elle n’aimait pas spécialement que les regards se dirigent vers elle. Pour elle, le principal était de trouver quelque chose à son image. Son coté maniaque et perfectionniste l’incitait à choisir un ensemble aux couleurs toujours coordonnées : vous ne verrez jamais Emma avec une jupe et un cardigan dont les couleurs jurent ! Ensuite, il fallait qu’elle soit parfaitement à l’aise dans ses vêtements, et c’est pourquoi elle choisissait quasiment toujours de porter des jupes (qui n’étaient pas aussi courtes que celle qu’elle portait actuellement, bien sûr) : elle s’y sentait parfaitement bien, tout simplement. Alors, venir dans cette tenue-ci dans le cabinet de dentiste du « sexy Dr Howell » était un exploit en soi pour elle. Elle voulait tellement effacer le souvenir de sa venue dans son propre bureau quelques jours auparavant, lorsqu’elle lui avait annoncé qu’elle était vierge et qu’il avait semblé si déçu, qu’elle aurait été prête à (quasiment) tout pour se rattraper. Elle se doutait bien qu’un tel comportement ne laisserait pas Carl indifférent mais surtout qu’il s’interrogerait sur le motif de ce changement radical bien que passager. Pourtant elle n’avait pas envie de dévoiler ses raisons. D’une part parce qu’elle avait bien trop honte pour remettre le sujet tabou nommé « Emma Pillsbury, 28 ans, toujours vierge » et d’autre part, parce qu’elle était venue dans l’intention de s’amuser avec son petit ami, et non de repartir dans de grandes discussions tournant autour de ses manies et sa germophobie constituant un véritable frein pour aller plus loin dans une relation amoureuse.

Lorsque le regard de son petit ami se balada sur sa silhouette, elle ne put s’empêcher de rougir légèrement. Chassez le naturel, il revient au galop ! Emma observa toutefois de nouveau la réaction de Carl et lorsque celui-ci plongea un regard satisfait dans le sien, elle se sentit rassurée. Elle n’avait décidément pas de quoi s’en faire : il aimait sa tenue, cela se voyait dans l’éclat de son sourire comme dans ses yeux qui pétillaient comme ceux d’un enfant qui découvre ses cadeaux de Noël après avoir arraché les emballages cadeaux. C’était exactement ça : il l’observait avec toute la candeur d’un enfant. Emma aimait ce regard et le rouge disparut bientôt de sa peau alors qu’un nouveau sourire s’étalait sur son visage, comme toujours. Son beau dentiste lui déclara alors qu’il était non seulement ravi de la voir sous ce nouveau jour, mais qu’en plus elle avait réussi son coup puisqu’il avait été on ne peut plus surpris. Selon lui, elle avait rempli ses objectifs. A vrai dire, Emma pensa plutôt qu’elle n’en avait rempli que la moitié. Cependant, il lui faudrait bien plus de temps pour accomplir les autres buts qu’elle s’était fixée. Elle ne répondit pas aux paroles de Carl, mais son sourire éblouissant en disait long sur sa façon de penser. La jeune femme passa en revue la pièce un moment, quittant le confort du regard de Carl dans le sien. Elle n’avait pas souvent eu le loisir de venir ici même si depuis qu’elle sortait avec le Dr Ross des temps modernes en version dentiste, elle venait tout de même bien plus souvent que du temps où elle n’avait été qu’une simple patiente. Depuis qu’elle était toute petite, la jeune fille était passionnée par les cabinets de ce genre car bien sûr pour Emma Pillsbury l’hygiène était primordiale dans la vie, et celle des dents était des plus importants. La vue des dents jaunes et sales lui donnait la chair de poule et malheureusement avec tous les élèves qui venaient au quotidien la voir dans son bureau, elle avait parfois l’occasion d’en voir. Un sourire, ça faisait beaucoup. Prenez le même homme, l’un au sourire impeccable, l’autre au sourire écœurant avec des morceaux de son déjeuner coincés dans les dents. Maintenant comparez, et vous comprendrez le point de vue de la jeune conseillère d’orientation.

Alors que la jeune femme se perdait dans des images de sourires plus ou moins attirants, la voix de Carl la ramena à la réalité. En effet, il lui dit qu’il était heureux qu’elle se soit souvenue de lui, et qu’il aurait été jaloux qu’un autre que lui la voie dans cette tenue. Les pensées d’Emma se redirigèrent automatiquement vers Will. Elle était certaine que dans un sens, en disant une telle phrase, le beau dentiste pensait au professeur d’espagnol qui était le collègue de sa petite amie. Il pouvait s’estimer heureux : Will ne l’avait jamais vu vêtue de la sorte… Une fois, certes, il l’avait bien vue en chemise de nuit, mais c’était tout autre chose. A cet instant précis, Emma s’interdit de penser à la réaction qu’aurait pu avoir son ex petit ami en la découvrant dans une telle tenue. Elle se concentra plutôt sur son actuel petit ami qu’elle observa d’un regard malicieux. Elle était contente d’être là, devant lui, et même habillée comme elle l’était. D’humeur joueuse, la jeune femme avait envie d’embêter Carl car d’habitude, c’était plutôt lui qui s’amusait à la taquiner. Le dentiste posa alors sa main sur la sienne, toujours installée sur sa joue. Ce simple contact rendit Emma encore plus joyeuse (si cela était possible). Il l’attira alors vers son bureau alors que leurs doigts étaient toujours croisés. Il se mit à lire un document à propos d’un certain Mr Jackson, et quand il termina, elle ne put s’empêcher d’éclater de rire. Elle allait répondre quand il la devança, s’approchant d’elle et lui disant d’un ton ironique que c’était évidemment ce qu’il préférait dans son boulot. Emma haussa les sourcils avant de répondre sur le même ton :

    « En effet, ça m’a l’air passionnant. J’ai presque envie de partir maintenant, de peur de gâcher tout cet enthousiasme que tu semblais avoir à force de remplir cette paperasse ! »

Le sourire toujours accroché à ses lèvres, Emma laissa échapper un petit soupir de satisfaction en contemplant les yeux rieurs de Carl. Elle s’estimait heureuse d’avoir trouvé un tel homme. Bien qu’il fut dans un premier temps un moyen pour elle d’oublier Will, en l’espace de quelques mois seulement, elle s’était rapidement attachée à lui, développant des sentiments qu’elle n’aurait jamais pensé ressentir pour un autre homme que son collègue du lycée McKinley. Bien sûr, elle avait aimé Will pendant des mois, et elle l’aimait toujours car ce genre d’amour était difficile à oublier. Pourtant Carl s’était imposé comme un véritable concurrent dont le seul sourire parvenait à balayer l’image de Will dans l’esprit d’Emma. Avec lui, elle avait l’impression d’être légère, d’être une fillette dans la cour de récréation qui tient la main de ce petit garçon qui lui plait, et qui a l’impression d’être la plus chanceuse de toutes les petites écolières. Elle qui s’était souvent tenue à l’écart des garçons qui l’intimidaient lorsqu’elle était plus jeune, connaissait enfin ce genre de plaisir qui était pourtant décuplé par dix dans son cas. Elle était une adulte qui connaissait les difficultés de la vie – les exemples étaient si nombreux qu’elle n’aurait su tous les citer – et se sentait réellement chanceuse de connaitre un homme tel que Carl. Ce dernier s’installa justement sur le bord de son bureau, la dévorant une nouvelle fois du regard. Il lui attrapa sa main vide et lui dit que même s’il était passionné par ce qu’il faisait avant, sa visite lui faisait quand même plaisir… avant d’ajouter qu’il serait mort d’ennui si elle n’était pas venue, ce qui avait tendance à contredire sa première phrase. Mais Emma ne le remarqua même pas, tellement elle était captivée par le regard du dentiste. Elle ouvrit la bouche, s’apprêtant à répondre quelque chose quand elle en oublia tout simplement les mots qui s’étaient formés dans son esprit. Le regard de Carl se posa furtivement sur son décolleté et Emma se mordit la lèvre, essayant de toutes ses forces de ne pas rougir encore une fois, vainement. Il approcha alors rapidement son visage du sien et ce fut à son tour de la surprendre lorsqu’il l’embrassa soudainement avec une passion qu’elle ne lui connaissait pas. Elle avait du sous estimer le pouvoir d’une tenue sexy, vu la réaction de son petit ami ! Elle se surprit elle-même lorsqu’elle répondit au baiser de la même manière à tel point que lorsqu’elle écarta son visage de celui de Carl, elle en avait le cœur qui faisait des loopings, tambourinant contre sa poitrine. Elle attendit que son rythme cardiaque reprenne normalement avant de répondre :

    « Je ne savais pas que remplir des papiers pouvait être aussi stimulant ! Il faudrait que j’essaye une fois pour voir. »

Elle lui adressa un grand sourire (un de plus !), et serra ses mains dans les siennes. Elle les quitta ensuite, posant ses bras autour de la nuque de son petit ami, toute joyeuse. Elle se rapprocha de lui encore une fois, étant désormais si proche de lui que son souffle lui chatouillait la peau, ce qui était loin d’être désagréable, il fallait être honnête. Tout sourire, elle ajouta :

    « Cela dit, ce n’était peut-être pas très sage de ma part de venir aujourd’hui. Parce que j’aurai certainement envie de revenir à l’improviste de temps en temps, histoire de te surveiller, tu sais. »

Emma posa son front contre celui de Carl. Certes, ses paroles pouvaient être interprétées de différentes manières, mais elle n’y pensait même pas tant elle était absorbée par Carl. Elle avait juste envie de se montrer plus « marrante » que d’habitude. Peut-être qu’à force de voir Désirée agir, son comportement avait fini par déteindre sur elle, et c’était certainement ce que l’on aurait pu penser à cet instant-là. Pourtant, elle avait le sentiment que si elle se sentait plus libérée c’était surtout grâce aux efforts monumentaux qu’elle faisait. Dans un sens, elle avait tellement peur de perdre Carl à cause de cette fichue histoire de virginité qu’elle essayait de se rattraper comme elle le pouvait. La jeune femme finit par fermer les yeux l’espace de quelques secondes, profitant de la proximité entre eux. Quand elle ouvrit les yeux, la première chose qu’elle vit fut le regard de Carl et son sourire, qui n’avait pas quitté ses lèvres, sembla s’élargir davantage alors que ses yeux, tout ronds, le contemplait avec intensité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. Still fighting it.   Mar 28 Déc - 2:33

HJ: ca va alors (a)

Carl devait l'avouer, la tournure que prenait cette après-midi commençait à beaucoup lui plaire. Tout d'abord la petite visite surprise d'Emma auquel il ne s'attendait pas du tout; quoi de mieux pour se changer les idées que d' avoir la jolie rousse à ses côtés? Le dentiste n'aurait pas pu espérer mieux, et tant pis s'il avait une tonne de travail qui l'attendait impatiemment sur son bureau. Monsieur Jackson, et tous les autres patients qui lui avaient rendus visite récemment n'allaient certainement pas passer avant Emma tout de même! Le beau brun était un homme très sérieux dans son travail, mais bon, il y avait des moments comme celui-là, où tout le reste pouvait attendre. Ce n'était pas tous les jours que la jolie rousse venait à son cabinet après tout. Alors que cette visite l'avait déjà ravi au plus au point, voilà qu'il s'aperçut très rapidement que sa petite-amie était habillée dans cette fameuse tenue sexy, et qui dit tenue sexy dit évidemment la petite jupe noire, le haut en décolleté, les collants en résilles et les escarpins pour accompagner le tout. Et par conséquent, qui allait non seulement à ravir à la conseillère, mais qui, en plus, plaisait énormément à Carl. C'était la première fois qu'il la voyait accoutré ainsi, d'ailleurs c'était la première fois qu'un homme la voyait ainsi tout court, et il ne cessait de se répéter qu'il en avait de la chance qu'elle se soit pointée comme ça et qu'elle était belle à ravir. Pour couronner le tout, parce que le beau brun n'avait pas l'air d'être au bout de ses surprises, Emma commençait à se montrer de plus en plus ouverte d'esprit, en commençant à lui dire des phrases qui avaient l'air d'avoir un double sens pour l'homme.
Non vraiment, cette après-midi s'annonçait prometteuse. Aucuns des deux adultes ne se prenaient la tête avec de quelconque problèmes, bien que Will arrivait toujours à s'immiscer dans l'esprit de chacun pour de différentes raisons, l'ambiance qui régnait dans la pièce était tout à fait détendue, ce qui ne pouvait que faire sourire Carl.

Parce qu'en pensant problèmes, Carl et Emma pensaient aussi à « virginité ». Le dentiste, lui, n'avait plus ce problème depuis un certain temps, mais la jolie rousse elle, n'en avait pas apparemment fini avec ça. Le beau brun l'avait d'ailleurs appris très récemment, alors qu'il venait lui rendre une petite visite surprise sur son lieux de travail. Quand elle lui avait lâché le morceau, l'homme était resté totalement bouche-bée, ne sachant pas vraiment quoi répondre, quoi faire. Après tout, cela faisait tellement de temps qu'il n'avait pas été confronté à ce problème, qu'il en avait oublié comment s'y prendre. Et oui, comment avait-il fait quand ses petites amies lui avaient annoncé qu'elles n'avaient jamais eu de relation intime? Bien que ces filles se comptaient sur les doigts de la main, et que pour la plupart elles n'avaient pas eu besoin de dire ça puisqu'elles n'étaient plus vierge, le dentiste ne serait pas dire comment il avait fais pour finalement passer à l'acte avec elles. Il avait surment du les mettre en confiance etc, enfin bref.
Mais bon, ici, Emma avait tout de même vingt-huit ans, pas dix huit, et en plus, ce n'était pas vraiment ça le problème. C'était plus le fait qu'elle avait horriblement peur des microbes, bactéries et tous ce qui pouvaient se rapporter à ça. Or on ne pouvait pas dire qu'avoir des relations intimes était tout ce qu'il y avait de plus hygiénique, donc d'un certain point de vue, Carl comprenait l'inquiétude et le refus d'Emma de passer à l'acte. Le dentiste avait longuement étudié la question, et finalement, la seule solution qu'il avait trouvé avait été d'attendre, de ne surtout pas la bousculer ou la forcer, et puis, de l'aider à se battre contre sa phobie des microbes et aussi à se sentir prête à aller plus loin. Enfin simplement l'aider tout court. Et puis « allons bon, il n'y a pas que le sexe dans la vie », voilà ce qu'il pensait. Carl était suffisamment attaché à Emma pour attendre le temps qu'il faut, pour être patient par rapport à ça. Peut-être était-il même en train de tomber complètement amoureux d'elle qui sait, mais ça, il le gardait pour lui pour l'instant.

Bref, Carl ne pensait donc pas à tous ces petits désagréments, il pensait juste à Emma. Même les centaines de documents qu'il aurait du remplir et signer au lieux d'être en train de papoter avec la jolie rousse avaient du mal à s'opposer à sa petite-amie dans son esprit. Et alors qu'il venait de l'embrasser avec passion, ne sachant même pas lui quelle pensée l'avait pousser à faire ça, ni même ce qui lui avait traversé l'esprit pour s'emparer de ses lèvres d'une telle façon, Emma répondit à son baiser de la même façon, ce qui au final n'aurait pas plus déplaire au dentiste. Après quoi, elle dit quelques instants après « Je ne savais pas que remplir des papiers pouvait être aussi stimulant ! Il faudrait que j’essaye une fois pour voir. » Carl laissa s'échapper un petit rire et il répondit tout d'abord en lui adressant un sourire charmeur. Il cherchait un peu ce qu'il allait pouvoir lui répondre. Pendant ce temps, Emma enlaça le cou du dentiste et commença à se rapprocher de lui. Le beau brun finit par répondre simplement, son même sourire scotché au visage.

« Oui, enfin, je ne crois pas vraiment que ce soit le fait de remplir des papiers qui me stimulent comme ça... »

Les visages des deux adultes étaient finalement à seulement quelques centimètres l'un de l'autre, Carl ne pouvait nier que son coeur battait légèrement la chamade, mais il se sentait bien auprès d'Emma, et passa ses bras autour de la taille de sa petite-amie, avant qu'elle n'ajoute peu de temps après « Cela dit, ce n’était peut-être pas très sage de ma part de venir aujourd’hui. Parce que j’aurais certainement envie de revenir à l’improviste de temps en temps, histoire de te surveiller, tu sais. » Carl sourit à son tour de toutes ses dents, trouvant cette situation intéressante. Déjà que la jolie rousse avait débarqué ici en adressant un magnifique « Salut sexy Docteur Howell », maintenant elle commençait à lui faire sous-entendre qu'elle souhaitait revenir à son cabinet plus souvent, sous prétexte de voir si le docteur Howell était sage. Comment interpréter ça? Carl n'allait certainement pas faire de bêtises à son cabinet, enfin par faire des bêtise j'entends faire des choses pas très catholiques. Et puis d'abord avec qui? Certainement pas avec sa secrétaire. Celle qu'il avait en ce moment était d'une laideur assez excessive, Emma pouvait être certaine qu'il ne serait jamais tenter par ce boudin ambulant. Quant aux patients, il en avait énormément, pas le temps de s'attarder sur les femmes qui passaient pour une visite bucco-dentaire. Et puis de toute façon, Carl ne voyait qu'Emma, c'était pour elle qu'il éprouvait des sentiments. Enfin, la phrase qu'avait prononcé tout sourire sa petite-amie était assez surprenante venant d'elle, en plus elle avait dis d'une façon assez naturelle, comme si elle avait l'habitude de dire ce genre de chose, alors que ce n'était pas vraiment le cas. Sois disant passant, le dentiste n'allait pas s'en plaindre, il était content qu'elle se lâche un peu. C'était assez drôle en faite. Autant continuer dans ce sens, pensait-il. C'est ainsi qu'il lui répondit sur un ton plein de malice.

« C'est sur que ce n'était pas très sage de venir ici, surtout habillée comme ça.. Mais ce n'est pas moi qui vais me plaindre de tes petites visites surprises... Même si c'est pour me surveiller... »

Il approcha son visage de l'oreille d'Emma et lui murmura finalement.

« Sexy Miss Pillsbury. »

Le beau brun n'avait pas dis ça dans un but plein de perversité et de mauvaises intentions, il venait juste de reprendre sa réplique du début de la conversation, de la même façon qu'Emma lui avait dis « Sexy docteur Howell » en arrivant au cabinet. Après quoi, il recula un peu son visage, et lui sourit avec beaucoup de charme, comme il savait si bien le faire. Et comme ça a été dis au début, la tournure que prenait l'après-midi ne pouvait que plaire à Carl, ce n'était même plus quelque chose à remettre en doute.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. Still fighting it.   Ven 31 Déc - 15:57

Si Emma était assez souriante en temps normal, ce n’était pourtant rien comparé à cet après-midi là où ses lèvres ne semblaient jamais vouloir se départir de ce sourire qu’elle arborait avec un enthousiasme qui était loin d’être feint. La conseillère d’orientation avait toujours vu en Will l’homme idéal, le seul qui saurait jamais la rendre heureuse et pourtant il semblait que la situation ait changé, ou qu’elle se soit rendu compte que ce n’était pas le cas, qu’elle avait eu tort. Lorsqu’elle était petite, quand elle ne nettoyait pas la voiture de son père à l’aide d’une brosse à dent, elle passait le plus clair de son temps à regarder les dessins animés Disney où il est toujours question de la princesse et de son prince charmant qui, après de multiples péripéties, finissaient heureux jusqu’à la fin des temps. Naïve, Emma avait toujours pensé que cela représentait la réalité, qu’il y avait sur Terre un seul homme pour chaque femme, des âmes sœurs. Alors, une couronne en plastique posée sur ses cheveux, elle se prenait pour Cendrillon ou Aurore en passant par Blanche Neige, en rêvant du prince qui un jour viendrait l’arracher à ce Monde. Evidemment, c’était naïf… et ça l’est toujours. Mais pour Emma, ça ne l’était pas tant que ça. A vingt-huit ans, si elle ne croyait plus tout à fait à ces histoires de prince charmant, elle pensait toujours aux âmes sœurs. Des mois durant, elle avait observé Will Schuester comme s’il était parfait. Elle en avait oublié ses défauts en vivant avec l’espoir qu’un jour, peut-être, il serait libre et qu’ils pourraient envisager un avenir ensemble. Malheureusement, comme elle l’avait dit plusieurs mois auparavant, on ne peut être avec quelqu’un qu’on idéalise, car avant toute chose pour qu’une relation fonctionne il faut que chacun voie l’autre tel qu’il est réellement. Avec Carl, c’était tout autre. Lorsqu’ils avaient commencé à sortir ensemble, elle n’avait pas pris les choses au sérieux et l’avait donc vu avec ses qualités et ses défauts, apprenant à le connaitre. Contrairement à Will, lorsqu’elle observait Carl, elle ne voyait pas d’auréole au dessus de son visage et c’était peut-être pour sa que leur relation fonctionnait. Bien sûr, Emma était toujours éprise de son professeur d’espagnol mais elle était aussi énormément attachée à son dentiste. C’était pour cette raison qu’elle était aux anges cet après-midi et que son sourire ne s’effaçait jamais de son visage. Elle était heureuse avec lui.

Mettant de coté les contes de fée et les happy endings qui se jouaient dans son esprit, la jeune femme scruta le regard de Carl. Quand il lui répondit qu’il ne pensait pas que ce soit le fait de remplir des papiers qui le ‘stimulait’, elle se contenta d’acquiescer vaguement d’un signe de la tête. Elle était tellement perdue dans ses pensées qu’elle en avait presque oublié qu’elle se trouvait au beau milieu de l’après-midi dans le cabinet de dentiste de son petit ami, et qu’elle était habillée d’une façon qui ne lui ressemblait absolument pas. L’espace de quelques secondes, elle ne vit que Carl, lui et son sempiternel sourire à tomber par terre, ou ses yeux clairs et pétillants dans lesquels il n’était pas difficile de plonger, et éventuellement de s'y noyer. Le souvenir du baiser qu’ils avaient échangé quelques secondes auparavant restait plus que présent dans l’esprit de la jeune femme. Si elle avait pensé que cet après-midi serait différent grâce à sa petite surprise, elle n’était pas déçue ! Elle avait réussi à se libérer un petit peu et à jouer avec son petit ami comme elle avait espéré pouvoir le faire. Ses phrases lourdes de sous-entendus, bien qu’elle ne s’en rende pas toujours compte, semblaient d’ailleurs confirmer cette idée. Emma sentit alors les bras de Carl enlacer sa taille et elle faillit lâcher un soupir, avant de se reprendre. Son regard changea alors, celui même qui paraissait vide juste avant à force de se plonger dans ses pensées, devenant pétillant. On aurait dit que de petites flammes dansaient dans son regard. De petites flammes débordant et crépitant de malice. Pourtant elle ne répondit pas tout de suite, car elle voyait déjà dans les yeux de Carl qu’il n’allait pas tarder à ajouter quelque chose. Et en effet elle se rendit compte environ cinq secondes plus tard qu’elle avait eu raison, lorsqu’il ajouta que ce n’était certainement pas très sage de venir comme ça dans son bureau mais qu’il n’allait quand même pas se plaindre de ce genre de chose, même si elle venait dans le seul but de le surveiller. Bien sûr, ce n’était pas vrai, car elle avait confiance en lui et si elle avait dit ça juste avant, c’était juste pour attirer son attention. Son sourire s’étendit un peu et elle vit alors Carl s’approcher et lui souffler à l’oreille trois petits mots qui firent bondir son cœur dans sa poitrine. Dommage qu’il ne soit pas médecin, elle aurait bien aimé qu’il soit capable de la maintenir en vie si jamais elle faisait une crise cardiaque : elle n’aurait jamais pensé que son cœur puisse battre aussi vite.

Emma posa son visage contre celui de Carl quelques secondes avant de s’écarter un peu, les bras toujours noués derrière sa nuque. Tout sourire elle contempla les traits de son dentiste avant de répondre :

    « Ah, c’est donc cette tenue qui te met dans un tel état, je comprends mieux ! En même temps… je ne te cache pas que c’était le but. Oui, je plaide coupable : je ne suis pas venue ici par hasard ou parce que je passais près du cabinet et que je me suis souvenu de ton existence. C’était prémédité : je voulais te faire une surprise. »

Elle faillit ajouter : « comme la dernière fois, quand tu es venu dans mon bureau » mais elle se mordit la langue, se rappelant qu’il ne serait pas bon de remettre sur le tapis cette entrevue qui avait légèrement mal tourné. Alors elle se tut, ses grands yeux bruns se contentant de dévisager le visage de Carl avec innocence. Elle passa la main dans ses cheveux, ce qui n’était pas un geste anodin pour une personne comme Emma Pillsbury. Quand on savait qu’elle passait son temps à se laver les mains ou à nettoyer ses aliments avant de les manger, avoir ce genre de geste envers quelqu’un n’était pas vraiment naturel chez elle. Cela dit, avec un homme tel que Carl, ce n’était pas très difficile. Avec son hygiène parfaite, elle ne pensait presque pas à ces vilains microbes qui lui gâchaient la vie depuis qu’elle était toute petite… ou tout du moins depuis que son frère l’avait poussé, à la laiterie. Souriant de plus belle, elle finit par déposer un baiser furtif sur la joue du dentiste avant de se détacher de son étreinte, quittant le confort des bras de Carl pour faire le tour de la pièce, tournant ainsi le dos à son petit ami. Elle se dirigea vers le bureau et son regard se posa sur les centaines de documents qui y reposaient. Elle fronça le nez : les documents administratifs, ça la connaissait et on ne pouvait pas dire que c’était ce qu’elle préférait faire, bien loin de là. Le bureau de Carl était loin d’être rangé comme il le fallait vu la tonne de papiers qui y trainaient. Elle se retint de tout gâcher en se mettant à tout ordonner et quitta ainsi du regard le bureau pour ne plus être tentée, se retournant et croisant le regard de Carl qui l’observait.

    « En fait, je me rends compte que ça ne servait à rien de changer un peu de style vestimentaire aujourd’hui pour te distraire car ces papiers semblent tellement ennuyeux que j’aurais pu tout aussi bien venir habillée comme un sac, je serais parvenue à détourner ton attention de ces documents de toute façon ! »

Elle s’appuya sur le bureau sans faire attention et ne quitta pas du regard son petit ami. Elle brûlait d’envie de le rejoindre mais sentait comme le besoin de s’en écarter un peu à cause de son cœur et des loopings qu’il faisait, entrainant son rythme cardiaque dans une course effrénée. Pourtant elle ne résista pas très longtemps au regard de Carl et finit par retourner à ses cotés. Elle se planta face à lui et lui prit à son tour délicatement la main, ne le quittant toutefois pas une seule seconde du regard. Elle n’en avait pas fini de jouer avec lui, se rappelant très bien la façon qu’il avait eu de venir la titiller la semaine dernière en lui rendant visite au lycée. Car malgré la fin de la discussion qui les avait rendus si confus, au tout début, elle se souvenait parfaitement les phrases qu’il avait employées, ainsi que le double sens qu’elles comportaient. Cela ne ressemblait pas à Emma de faire des sous entendus, elle qui rougissait à chaque fois qu’elle était intimidée. Pourtant, elle avait réussi au moins deux choses cet après-midi là : surprendre son petit ami, et être moins coincée. Posant sa main libre sur la joue de Carl, elle finit par dire :

    « C’est décidé, je viendrai plus souvent ici. En plus je te trouve particulièrement séduisant sur ton lieu de travail… Et puis comme je l’ai déjà dit, il faut que je te surveille, je ne voudrais pas que la secrétaire te saute dessus sous prétexte qu’elle aussi est plus intéressante que des formulaires à remplir ! »

Elle rougit un peu cette fois en disant qu’elle trouvait son petit ami séduisant, bien que ce ne soit que la stricte vérité. Pourtant elle n’avait pas honte de l’affirmer. Elle avait tellement de chance d’avoir trouvé quelqu’un comme lui. Une sorte de prince charmant... mais pas aussi ennuyant que ceux qui appartenaient aux contes de fée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. Still fighting it.   Sam 1 Jan - 20:41

Carl avait beau connaître assez bien Emma maintenant, l'attitude qu'elle avait cet après midi était pour le moins étonnante. Non pas qu'il ne la reconnaissait pas, bien au contraire, c'était toujours sa petite-amie qu'il avait sous les yeux, mais ses gestes, ses paroles, sa tenue, tout ça n'était pas habituel chez elle, et lui même avait du mal à croire tout ce qu'elle lui disait ou faisait. Ca ne lui déplaisait pas, ça le ravissait en faite, mais ce changement d'attitude avait varié d'un jour à l'autre, la jolie rousse faisait une petite folie, avait enfilé ces vêtements sexy, s'était rendue à son cabinet et commençait à lui sortir toutes sortes de phrases lourdes de sens et malicieuses. Ca ne ressemblait pas à la femme qu'il connaissait, celle qui était toute timide, qui avait peur des microbes et bactéries en tout genre, ou bien celle qui était encore vierge. Il avait affaire à une tout autre Emma, celle qui se lâchait, commençait presque à lui faire du rentre-dedans. C'était assez drôle en faite de la voir se comporter ainsi pour Carl, c'est pour ça qu'il se prêtait au jeu, ne cherchant pas vraiment à savoir ce qui traversait l'esprit de la jolie rousse pour avoir cette attitude aujourd'hui. C'était aussi bien de s'apercevoir que sa petite-amie pouvait être capable d'être comme ça, de venir le voir et de lui dire « Sexy Docteur Howell » ou bien qu'il est séduisant, parce que c'était la première fois qu'elle lui parlait d'une telle façon.
Quand Carl avait rencontré Emma, ce qui lui avait plu de suite était, déjà d'une part sa dentition parfaite; ses jolies dents blanches et régulières l'avaient comme ébloui, combien de fois avait-il vu défilé des dents négligées, jaunes voir noires dans son cabinet? Le nombre ne se comptait même plus, mais la jolie rousse elle, avait un hygiène bucco-dentaire tellement impeccable que le beau dentiste ne put que la complimenter sur ça. Le caractère de la conseillère avait fini par le faire craquer, cette timidité et cette sensibilité qui la rendait tellement adorable, et bien que sa mysophobie pouvait parfois être compliqué, Carl était tombé sous le charme de la jolie rousse. Au bout de quelques visites régulières de la part d'Emma, le beau brun s'était finalement jeté à l'eau, et elle devint finalement sa petite-amie par la suite.
On pouvait dire que leur relation marchait plutôt bien, bien qu'elle soit un peu spécial en vue des quelques petits problèmes d'Emma. Mais le beau brun se ménageait à fond pour qu'elle se sente bien malgré ça. Il voulait que leur vie de couple fonctionne, il aimait énormément la jolie rousse, un peu plus que ce qu'il montrait à l'extérieur, il ne voulait pas non plus passer pour un dingue en la prenant dans ses bras à chaque fois qu'il la voit, ou passer pour un homme fou amoureux, en lui offrant des fleurs à chaque fois qu'il en a l'occasion. Oui, parce que ce serait trop exagéré, le beau brun ne souhaitait pas être trop collant avec sa petite-amie, elle risquerait d'éttouffer et de le quitter. Et il était hors de question qu'elle le largue pour une raison aussi bête que celle-là. Mais il s'avérait quand même très protecteur envers Emma, parfois même un peu plus qu'il ne devrait l'être, il lui arrivait même parfois de se dire qu'il devrait la laisser respirer un peu, mais il ne pouvait pas s'empêcher de vouloir savoir si elle allait bien, si elle n'avait aucun problème; en faite il voulait être à la fois son petit-ami, son confident, son grand-frère... Cela faisait beaucoup de choses, mais ce n'était malheureusement pas un trait de caractère qu'il pouvait contrôler.

Leur discussion se poursuivait, prenant une tournure assez comique. Carl avait un sourire qu'il ne pouvait plus effacer dorénavant et qui grandissait (si ce n'était encore possible) un peu plus à chaque fois qu'Emma se mettait à parler. Juste après qu'il lui dit « Sexy Miss Pillsbury », la jolie rousse posa son visage contre le sien durant quelques instants. Le beau dentiste n'était pas quelqu'un de très timide, et il s'était déjà retrouvé de nombreuses fois dans une situation où il se tenait très près d'une femme, mais pourtant, son coeur battait vite, très vite. Il commençait même à avoir un peu chaud, comme si la température de la pièce avait soudainement augmenté de vingt degrés. Il sentait son souffle chaud sur le visage et avant qu'il ne puisse faire quoi que ce soit, Emma écarta un peu sa tête de la sienne. Elle lui dit, souriante, en le fixant, toujours ses bras autour de son cou « Ah, c’est donc cette tenue qui te met dans un tel état, je comprends mieux ! En même temps… je ne te cache pas que c’était le but. Oui, je plaide coupable : je ne suis pas venue ici par hasard ou parce que je passais près du cabinet et que je me suis souvenu de ton existence. C’était prémédité : je voulais te faire une surprise. ». Carl lui sourit en retour, toujours les bras autour de sa taille. Il lui répondit, sérieusement cette fois, avec un sourire attendrissant sur les lèvres, pendant qu'elle passait ses mains dans ses cheveux, ce qui surpris un peu l'homme sur le moment, mais il ne le montra pas cependant.

« C'est une très bonne surprise que tu m'as faite alors... Et je suis vraiment content que tu sois venue me rendre visite, tu sais. »

Carl s'était évidemment douté qu'Emma n'était pas venu ici par hasard comme elle l'avait dis au début de la conversation, mais il n'avait pas insisté dessus toute à l'heure, et finalement elle lui avait dit sans qu'il cherche à savoir les véritable raisons de sa venu à son cabinet. Il était d'autant plus heureux maintenant qu'il savait qu'elle avait tous ses efforts vestimentaires rien que pour lui, pour lui faire une surprise. Il trouvait ça adorable, et aussi gratifient pour lui, cela voulait dire qu'Emma tenait suffisamment à lui pour tenter de lui faire plaisir, en changeant temporairement de style vestimentaire.
Le dentiste la regarda toujours en affichant un petit sourire satisfait. Cette dernière l'embrassa sur la joue, Carl se contenta d'agrandir son sourire jusqu'aux oreilles, puis il la suivit du regard, ne pouvant détacher ses yeux de sa jolie silhouette mince pendant qu'elle faisait la tour de la pièce. Quand elle regarda son bureau, et donc le foutoir qu'il y avait dessus à cause des nombreux documents à remplir, le beau brun se racla la gorge, et dirigea son regard vers la fenêtre de la pièce, pouvant ainsi admirer le soleil dans le ciel, dont les rayons venaient furtivement se refléter sur les cheveux roux de la conseillère. Après un petit moment, il regarda une nouvelle fois Emma, qui tourna son regard vers lui juste après. Elle lui dit « En fait, je me rends compte que ça ne servait à rien de changer un peu de style vestimentaire aujourd’hui pour te distraire car ces papiers semblent tellement ennuyeux que j’aurais pu tout aussi bien venir habillée comme un sac, je serais parvenue à détourner ton attention de ces documents de toute façon ! » Carl éclata de rire. Il lui répondit juste après, son sourire charmeur de retour sur ses lèvres tout en la regardant se déplacer vers lui, et lui prendre la main délicatement.

« Ah oui? Moi je crois que même si ces papiers avaient été réellement intéressant, tu aurais quand même attiré mon attention. »

Ce qu'il disait était la strict vérité, la preuve : depuis son arrivée, il ne cessait de la regarder, ne se concentrant que sur elle. Il n'arrivait pas à diriger son regard vers autre part que vers sa petite-amie. On pouvait dire qu'elle avait donc toute son attention. Il la fixa dans les yeux, ses yeux bleus clairs dirigés vers les grands yeux noisettes d'Emma, puis il sentit la main de cette dernière se poser sur sa joue et lui dire « C’est décidé, je viendrai plus souvent ici. En plus je te trouve particulièrement séduisant sur ton lieu de travail… Et puis comme je l’ai déjà dit, il faut que je te surveille, je ne voudrais pas que la secrétaire te saute dessus sous prétexte qu’elle aussi est plus intéressante que des formulaires à remplir ! ». Carl sourit de plus belle, laissant s'échapper une nouvelle fois un rire. Le mot « séduisant » retint particulièrement son attention sur toutes la phrase qu'elle avait dite, c'était la première fois qu'elle lui avouait qu'elle le trouvait séduisant, et sincèrement, ça lui faisait sacrément plaisir. Mais ce qu'il l'avait fais rire c'était qu'elle lui dise qu'elle ne voulait pas que sa secrétaire lui saute dessus, d'une part car peu de temps avant il avait pensé à ça quand elle lui avait dis qu'elle souhaiter le surveiller, et puis, simplement car s'il s'avérait que cette secrétaire lui saute dessus, Carl la repousserait tout de suite! Déjà parce qu'il sort avec Emma évidemment, mais surtout parce qu'elle était tout simplement... Repoussante! Ca n'avait pas été fais exprès qu'il choisisse une femme aussi laide pour être sa secrétaire, mais au moins on pouvait être sur qu'il ne serait jamais tenté de lui faire des avances. Et aussi, personne ne pourra jamais dire que le dentiste a choisi en fonction du physique et non pas des compétences!
Tout en continuant de rire, le dentiste répondit tout baissant d'un ton, juste au cas où la secrétaire écouterait la conversation derrière la porte.

« Tu es sérieuse? Tu l'as regardé au moins ma secrétaire avant de dire ça? »

Reprenant son sérieux, Carl lui répondit cependant ironiquement, un beau sourire au coin des lèvres.

« Crois-moi, si jamais elle me saute dessus, la première chose que je ferais, sera de partir en courant, juste par instinct de survie! »

Après quoi, il se concentra sur ce qu'avait dit Emma, à propos de son physique; qu'il était séduisant au travail? Carl se demandait bien ce qu'elle trouvait de séduisant dans sa tenue de dentiste, rappelons-nous qu'il porte un uniforme une pièce bleu marine, avec une petite étiquette ou est marquée « Docteur Carl », sur la droite de son torse. Mais si elle trouvait ça « séduisant », qu'il en soit ainsi. Reprenant la jolie rousse par la taille, il l'approcha plus près de lui et lui dit sur ton charmeur, tout comme son sourire le faisait transparaître,

« En tout cas, moi, je te trouve tout à fait séduisante quand tu dis que je le suis aussi... Surtout avec cette petite jupe sur toi! Non vraiment, tu devrais la mettre plus souvent! »

Relançant ainsi le sujet du « nouveau style vestimentaire » avec sa réplique. Il la regarda fixement, et finit par ajouter.

« Tu es vraiment jolie Emma. »

Cette phrase était sortie toute seule, il était en train de penser ce qu'il venait de dire, et puis finalement il lui avait dis. Carl pouvait déjà anticiper la réaction de sa petite-amie, elle allait être gênée, sauf si sa « transformation » avait aussi changé complètement son caractère. Mais il en doutait, et au final, il ne regrettait pas non plus de lui avoir dis, parce que c'était vraie qu'elle était belle sa petite-amie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. Still fighting it.   Mer 5 Jan - 20:29

Malgré son attitude, Emma venait de commettre la première erreur : celle de rougir suite au compliment qu’elle venait d’adresser à son petit ami. Pourtant elle avait bien essayé de résister, de se cacher derrière le masque imaginaire qu’elle s’était fait et qui dissimulait sa véritable personnalité l’espace d’un après-midi. Elle était venue avec l’intention de s’amuser, de faire entrer Carl dans son petit jeu. De se libérer, donc. De faire comme si Emma Pillsbury n’était plus vraiment Emma Pillsbury et qu’elle avait changé de personnalité comme de tenue. Ce qui était évidemment loin d’être le cas. Sincèrement, qui serait assez dupe pour le penser ? Pas Carl en tout cas. Elle en aurait mis sa main à couper, il la connaissait suffisamment pour savoir que quelque chose clochait, que ce jeu auquel elle s’adonnait depuis qu’elle était entrée dans ce cabinet, ou pire, depuis qu’elle avait quitté son appartement vêtue de la sorte, était un moyen de cacher quelque chose de plus important. Au fond, Emma avait honte, à cause de la conversation qu’ils avaient eue dans son bureau, la semaine dernière. Après tout c’était tout à fait compréhensible : qui se vanterait d’être encore vierge à l’âge de vingt-huit ans ? Le fait de le révéler à son petit ami n’était pas une chose aisée. Dans un Monde où coucher à seize ou dix-sept ans est devenu chose courante, où la virginité est pointée du doigt car si des années auparavant, conserver sa virginité jusqu’au mariage était une chose que l’on respectait, de nos jours c’était devenu source de ridicule. Et ce, même dans une Amérique puritaine encore ancrée dans ses principes. Emma n’était pas sans le savoir. Elle était conseillère d’orientation : elle voyait défiler des jeunes dans son bureau tous les jours, mais surtout elle avait fait des études de psychologie. C’était pourquoi tout le Monde en savait si peu sur sa vie personnelle. Malgré l’image que tous les élèves se faisaient de « Miss P. », jamais il ne leur viendrait à l’idée que celle auprès de laquelle ils vont se confier n’a aucune expérience sexuelle, alors qu’eux, ou en tout cas pour la plupart, en ont une. Parler de cela avec Carl avait été douloureux pour Emma, elle n’avait révélé son petit secret qu’une seule fois avant, à Will Schuester, ce qui fut encore plus difficile à avouer puisque c’était la première fois qu’elle le faisait. Cependant, Emma était véritablement attachée à Carl, c’est pourquoi elle avait osé. Après des mois de relations, elle avait du passer par là et l’avait fait, en sachant qu’elle pouvait avoir confiance en lui.

La jeune femme retira la main posée sur la joue de Carl pour se frotter une joue, comme si cela permettrait d’effacer la teinte rosée qu'avait pris sa peau lorsqu’elle lui avait dit à quel point elle le trouvait séduisant. Patientant quelques secondes, en espérant que cela finisse par passer, elle finit par lever son visage vers celui de Carl qui l’observait. Celui-ci lui dit finalement que même si ses papiers avaient été très intéressants, elle serait quand même parvenue à attirer son attention. Un sourire se dessina encore une fois sur les lèvres d’Emma tandis qu’à nouveau, elle ressentit une brûlure au niveau de ses joues et baissa le regard un instant. Elle mordit sur sa lèvre inférieure, serrant le poing de sa main libre en essayant de penser à autre chose pour effacer les rougeurs de sa peau. Elle essaya de penser à quelque chose d’autre mais ce fut peine perdue. Dès lors qu’on s’efforce de penser à autre chose, en général, tout ce qu’on arrive à faire est de penser davantage à ce que l’on veut justement oublier. C’est mathématique… ou pas. Emma parvint toutefois à se reprendre et au bout de quelques nouvelles secondes, sa peau avait repris sa teinte habituelle. Le sourire qui avait alors disparu de ses lèvres réapparut quand elle se remit à observer Carl qui la fixait toujours, d’un air amusé. Son sourire « carglassien » laissait découvrir une rangée de dents d’un blanc digne des publicités pour dentifrice, un sourire qui faisait toujours fondre le cœur de la jeune femme. Car il n’y avait pas plus séduisant qu’un homme pour qui l’hygiène était importante ! Et vu la personnalité de la jeune femme, il était peu probable qu’elle tombe un jour sous le charme d’un homme mal rasé, sale et aux dents jaunes ! Plongée dans ses pensées, la jeune femme entendit alors le rire de Carl retentir, brisant en même temps le silence qui s’était installé depuis qu’elle avait laissé échapper qu’elle le trouvait séduisant sur son lien de travail, à comprendre dans sa blouse bleue, et qu’elle ne voulait pas que sa secrétaire lui saute dessus. Elle sourit elle-même de plus belle quand elle l’entendit rire, se demandant ce qui pouvait provoquer une telle hilarité.

Carl baissa alors le ton de sa voix et lui demanda d’abord si elle était sérieuse et si elle l’avait bien vue, sa secrétaire, avant de lui dire que la première chose qu’il ferait si cela se produisait, serait de partir en courant par pur instinct de survie. Emma en resta bouche bée, les yeux ronds… avant de se souvenir du physique peu avenant de l’intéressée. En effet, la secrétaire dont ils parlaient n’était pas des plus charmantes, ce que la jeune femme avait oublié. Elle n’aimait pas se moquer du physique des autres mais face au rire de Carl, elle ne put s’en empêcher et éclata de rire à son tour. L’image de la secrétaire s’imposa dans son esprit, et cela incluait un physique peu flatteur. En effet, cette dernière affichait quelques rondeurs qu’elle ne cherchait même pas à dissimuler, ainsi qu’une peau peu lisse et des cheveux qui, malheureusement, n’avaient pas grande allure. Encore une fois, elle détestait juger quelqu’un de par son physique. Elle ne se trouvait pas irrésistible elle-même et trouvait ça assez méchant de se moquer de quelqu’un. Cela dit, au vue de la situation, il fallait dire qu’elle avait bien du mal à s’arrêter de rire ! Si seulement la secrétaire les voyait ou les entendait, là elle aurait vraiment l’occasion de rougir, et même de mourir de honte ! Retrouvant son calme, Emma serra la main de Carl dans la sienne avant de dire :

    « Hm oui c’est vrai que je n’ai pas choisi le meilleur exemple… D’ailleurs, quand j’y pense, je suis bien contente que tu n’aies pas une secrétaire séduisante. Tu sais, comme celles qu’on voit toujours dans les séries télé : blondes et pulpeuses, aux interminables longues jambes. »

Elle avait veillé à ne pas parler trop fort, murmurant presque car elle ne voulait pas que de tels propos arrivent aux oreilles de la secrétaire de son petit ami. Cela pourrait être… blessant. Bien que le fait de dire qu’elle n’était ni blonde, ni pulpeuse et possédait encore moins de longues jambes n’était pas une façon de se moquer puisque, en soi, il ne s’agissait là que de la vérité. Quoique pour l’adjectif « pulpeuse »… tout dépendait de la définition que l’on accordait à ce mot. Dans un sens, la secrétaire l’était, mais selon l’aspect péjoratif du terme. Tout sourire, Emma se contenta à nouveau de scruter le regard de son petit ami qui pétillait toujours. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas rit comme elle l’avait fait en cet après-midi et elle se dit qu’il y avait du bon à se lâcher un peu, à sortir de son personnage. Emma jeta un coup d’œil furtif à ses bas en résille, en se demandant si c’était le fait de porter ce genre de chose qui la rendait plus joyeuse. Peut-être que porter ces collants lui permettait de se libérer… enfin bon, cela ne voulait pas dire qu’elle les ressortirait de si tôt. Parce qu’en dépit des apparences, et surtout de l’impression qu’elle voulait donner à son petit ami, la jeune femme était loin d’être à l’aise dans ce genre de chose… Enfin, tant que cela plaisait à Carl, c’était le principal puisque le but recherché ! En effet, la jeune femme n’oubliait pas quel était le but de sa visite surprise dans ce cabinet. Retrouvant pour la énième fois le regard de son petit ami, elle fut surprise lorsqu’il lui dit qu’il la trouvait lui aussi séduisante quand elle disait qu’il l’était, et d’autant plus avec sa jupe qu’elle devrait mettre plus souvent selon lui. Si Emma avait rougit quelques minutes avant, ce n’était rien comparé à la teinte que prit sa peau après cette réplique. Lorsqu’il ajouta qu’il la trouvait vraiment jolie comme ça, les yeux brillant de sincérité, le feu de ses joues se fit virulent et Emma avait beau essayer de le faire disparaitre, rien ne fonctionnait. Alors au lieu de baisser une nouvelle fois son regard et le planter au sol de honte de rougir comme ça, ce qui n’avait rien de séduisant, elle lâcha la main de son petit ami et posa ses deux mains de chaque coté de son visage. Elle approcha alors son visage du sien et se mit à l’embrasser de la façon la plus douce qui soit. Il était rare que ce soit la jeune femme qui prenne l’initiative d’embrasser son petit ami, d’ordinaire c’était plutôt l’inverse. Pas qu’elle n’aime pas ce genre de geste, au contraire, mais elle n’était pas la femme la plus « expressive » qui soit lorsqu’il s’agissait de démonstrations affectives. Toutefois, là ils n’étaient que tous les deux, il n’y avait personne susceptible de les déranger, ce qui jouait certainement beaucoup dans sa réaction. Sa main droite glissa dans le cou de Carl puis dans sa nuque avant de descendre le long de son dos et de s’arrêter à mi hauteur. De nombreuses secondes s’écoulèrent avant que la jeune femme ne daigne écarter son visage du sien. Ses grands yeux bruns dévisagèrent Carl avant qu’elle ne vienne poser son visage sur son épaule. Elle murmura alors deux mots. Ces deux mots qui étaient si importants pour les hommes comme pour les femmes. Deux mots qui, normalement, étaient d'abord prononcés par l'homme plutôt que la femme, mais qu'Emma laissa échapper et qui brisèrent le masque derrière lequel elle se cachait depuis qu'elle était arrivée. Deux mots qui pouvaient changer beaucoup de choses, deux mots qui, au final, pouvaient même bouleverser une existence. Emma chuchota ces mots d’une voix si basse que c’en était à peine perceptible.

    « Je t’aime. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 02. Still fighting it.   

Revenir en haut Aller en bas
 

02. Still fighting it.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 2
-