Choriste du mois


Partagez | 
 

 01. Suspicious glare intensifies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: 01. Suspicious glare intensifies   Mar 13 Oct - 14:33

Robbie avait tiré avantage d'une courte absence de Megan pour se saisir de son téléphone et trouver le numéro du plombier, nouvelle recrue des Awesome Voices. Il avait d'abord considéré l'idée d'envoyer le message à partir du portable de sa cousine, avait même été jusqu'à en écrire le texte, mais s'était ravisé au moment d'appuyer sur envoyer. Avec sa chance, Carter ne se serait pas contenté d'un point de rendez-vous, et aurait fini par répondre au message pour obtenir plus de détails. Megan, n'étant absolument pas au courant des plans de Robbie, aurait alors réduit ses efforts à néant sans même s'en rendre compte. Il était tout juste en train de finir l'enregistrement du numéro de Carter dans son téléphone que sa cousine fit son retour dans le salon. Il leva la tête vers elle en remettant son téléphone dans sa poche et se leva. On va pas t'embêter plus longtemps. Il s'approcha d'elle pour l'enlacer avant de rejoindre Livia debout près d'un meuble de Megan. Dis au revoir Livia. Il lui pris la main et se mis en route vers la porte d'entrée attrapant le gilet de sa fille de son autre main. Je t'appelle dans la semaine, d'accord ? Après avoir reçu un hochement de tête en guise de réponse, il ouvrit la porte et se mis en route vers son appartement. C'était bizarre de ne plus habiter là, mais tellement agréable de pouvoir dormir dans son propre lit à nouveau. Sur le chemin, adaptant ses pas à ceux de sa fille, il réfléchit à ce qu'il pourrait écrire dans son message pour Carter. Il ne fallait pas tout dire de but en blanc, laisser planer le mystère tout en trouvant une raison assez importante pour piquer son intérêt au point qu'il ne puisse refuser l'invitation. Il se baissa, attrapa sa fille et avança à un rythme plus soutenu lorsqu'il tenait son idée de génie.

Après une bonne dizaine de minutes, ils arrivèrent enfin à leur immeuble. Il était bien moins agréable à l'œil que celui de Megan, mais c'était là que Livia avait toujours vécu. Il poussa la porte de leur appartement du pied, laissant sa fille passer devant lui et aller directement jouer avec ses jeux dans sa chambre. Il la suivit dans la pièce et posa son gilet sur sa commode. C'est l'heure de la sieste. Pas de jeux. Sa fille le regarda avec des yeux larmoyants mais depuis le temps, Robbie avait trouver la force d'y résister. Il lui fit non du doigt et regarda Livia froncer les sourcils et se diriger d'un pas titubant mais décidé dans la chambre de Robbie. Il la porta, la plaça au milieu de son lit, et se dirigea vers son ordinateur. Il lança la playlist qu'il avait spécialement créee pour les siestes de Livia, et retourna à ses côtés après s'être assuré que le son n'était pas trop fort. Il la berça d'une main et sortit son téléphone de l'autre. Ouvrant un nouveau message, il essaya de se souvenir ce qu'il avait décidé. "Secret meeting. 6pm au QG" Il posa son doigt sur "envoyer" sans même prendre la peine de signer.  Il n'avait plus qu'à croiser les doigts pour que Carter ne demande pas aux autres choristes s'ils avaient reçu le même message. Il envoya un message à Alex puis, satisfait, il s'autorisa à fermer les yeux lui aussi.

Il fut tiré de son sommeil superflu lorsqu'un message de la batteuse d'Against the Odds fit vibrer son téléphone. Elle était presque arrivée, et regardant l'heure de son téléphone, il vit qu'il allait bientôt devoir se mettre en toure lui aussi. Il glissa hors de l'étreinte de Livia pour éviter de la réveiller et se dirigea vers la porte d'entrée pour l'entre-ouvrir afin qu'Alex puisse entrer sans frapper. Lorsqu'elle fit son entrée dans le salon, il lui expliqua le planning de la soirée. Livia dormait pour le moment, à son réveil d'ici une demi-heure, il faudrait la faire jouer un peu avant de la faire manger. Il faudrait ensuite l'occuper jusqu'au retour de Robbie qui ne devrait normalement pas être trop tard. Il la remercia avant de quitter l'appartement. Alex ne savait pas avec qui il avait rendez-vous, ni où il se rendait, mais elle n'avait pas posé de question.

Le QG était vide, et Robbie avait l'impression que depuis l'annonce du Victory Tour que Megan avait organisé, personne n'y avait remis les pieds. C'était dommage. Là où la majorité des choristes avait vu un cruel retour à la réalité, Robbie avait vu une belle opportunité de conquérir un public moins impliqué dans la compétition des chorales. Pour lui, l'expérience avait été enrichissante sur plusieurs points. Mais ce n'était pas la raison de sa présence ici aujourd'hui. Vérifiant l'heure de son téléphone, il remarqua que son invité ne devrait plus tarder à arriver. Passant au crible fin les possibilités, il se dirigea vers la scène pour avoir un avantage sur Carter: lorsqu'il arriverait dans la salle, il verrait Robbie sur scène mais surtout en hauteur. Ils n'étaient pas là pour se battre, et la notion de force se jouerait donc dans la subtilité. Soudain, la porte s'ouvrit et le rythme cardiaque de Robbie s'accéléra. Il souffla longuement pour ne rien laisser transparaître et regarda Carter s'approcher. Il avait l'air perplexe, ne sachant pas trop ce qui l'amenait ici. Tant mieux. Carter. Il hocha la tête une seule fois lentement pour compléter son salut et attendit que son interlocuteur s'avance encore un peu. Il s'approcha quant à lui du bord de la scène sur laquelle ils se trouvaient et où les choristes s’entraînaient. Là où Carter avait passé son audition quelques mois plus tôt. Tu connais surement la raison de ta présence ici ? Il le regarda, toujours sur son piédestal, croisant les bras sur son torse dans une tentative surement inutile de montrer ses muscles. La sensation de pouvoir qu'il avait à ce moment même était exquise.


Dernière édition par Robbie Shane Morgan le Mar 29 Déc - 23:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 29 Ans
Occupation : Plombier barbu, ex-gloire du hockey
Humeur : Alcohol is not the answer, alcohol is the question and the answer is yes
Statut : Ginger heart
Etoiles : 1389

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Sweater Weather - TNBHD
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 01. Suspicious glare intensifies   Lun 19 Oct - 2:29

Carter grogna.

Premièrement parce qu’il avait les biceps gonflés à bloc par une bonne centaine de kilos en haltère soulevés par-dessus son torse, ensuite parce qu’il avait le visage goguenard d’un certain Delacroix planté au-dessus de sa propre tête rouge écarlate, toutes veines saillantes, suite à l’effort et enfin, et surtout, parce que ledit Delacroix lui annonçait qu’il venait de recevoir un sms. Ce qui voulait dire que Coolige allait devoir arrêter sa série de répétitions. Et donc ne pas réussir à dépasser le record de Warren. Et donc perdre.

Grinçant des dents, proférant une petite dizaine d’injures à destination de l’auteur du message, il souffla longuement en reposant brutalement la barre de métal, instrument de torture musculaire qui avait d’ores et déjà imprimé une marque rouge sur ses paumes. Les doigts un peu engourdis, Carter attrapa le téléphone que lui tendait négligemment le Thor municipal. Il déverrouilla l’écran d’un geste impatient du pouce qui manqua de peu d’envoyer l’appareil valser sur le sol. Après avoir lu le message, Carter essuya sur son avant-bras dénudé la sueur accumulée sur son front, l’air troublé. Le regard dans le vide sous ses sourcils froncés, il fit craquer ses vertèbres cervicales de façon aussi bruyante que satisfaisante.

Secret Meeting.

Mmmh.

Pour avoir navigué ne serait-ce qu’un peu dans le monde des chorales, et plus particulièrement celle des Awesome Voices, que le quota de dramaqueens en présence explosaient tous les compteurs que la télé-réalité avait pu établir depuis le premier épisode des Kardashians. Ce genre de message anonyme à vocation théâtrale de rencontre en des lieux musicaux ne devaient pas franchement être une surprise. Pas du tout même. Mais toute la question était de savoir de quelle dramaqueen il s’agissait. Et donc d’évaluer le niveau de dangerosité qu’impliquait une rencontre.

Mmmh bis.

Aucune allusion sexuelle ne s’était glissée dans les quatre mots qui composaient le message. Du moins aucune que ses compétences en la matière lui permette de détecter. Carter conclut donc que Megan ne devait probablement être impliquée dans la petite réunion impromptue. Pas de mention de thé ou de référence artistique obscure, ça ne devait probablement pas non-plus relever d’Anna Preston. Pour ce qui était du reste des violets, Coolige devait bien admettre qu’il était incapable de mener à bien une enquête plus complète à partir d’un contenu si faible. Ca pouvait tout aussi bien être l’estropié au regard déplaisant, la blonde à la carrure de lutin ou le petit maigrelet aux fesses en bêton. Sans compter toutes les petites têtes vocalisantes que la combinaison de son cerveau embrouillé et de quelques jours de tournées n’avaient pas réussi à imprimer dans sa mémoire. Carter pesa le pour et le contre, assis sur son banc de musculation, observant distraitement Warren déglutir de longues lampées de sa bouteille d’eau. Il n’était pas bon avec les noms.

Quoiqu’il advienne, il était persuadé qu’il n’aurait pas à affronter un tempête mammaires ou londonnienne, et n’avait donc à peu près rien à craindre à accepter la proposition. Qui était plutôt un ordre à la réflexion. Ses sourcils se fronçant un peu plus, Carter carra la mâchoire et tapota néanmoins un « Ok » aussi laconique que le sms auquel il répondait. Son pouce écrasa la touche d’envoi quand son regard tomba sur l’heure de réception du message. Et ses yeux faillirent rouler de ses orbites.

-Oh shit.

Bondissant sur ses pieds malgré ses cuisses presque tétanisée par une mémorable série de squats quelques minutes auparavant, Coolige fonça jusqu’au vestiaire, déversant un flot continu de jurons exotiques. A la silhouette disproportionnée du géant derrière lui, il beugla qu’il aurait pu le prévenir qu’il avait reçu ce message une demi-heure auparavant. Warren lui rappela alors plus ou moins aimablement qu’il n’était pas sa secrétaire. Carter se retint de lui envoyer son poing dans l’épaule, peu friand des fractures du poignet. Et de toute façon, il était trop occupé à rassembler ses affaires autours de son casier, empaquetant furieusement sa serviette dans son sac de sport. Il n’aurait définitivement pas le temps de se doucher. Damn it. Agrippant son déodorant furieusement, il s’en aspergea en quantités indécentes, si bien que Delacroix, visiblement amusé par la situation, du reculer pour éviter l’intoxication. Carter roula des yeux, annonça son départ entre ses dents serrées et promit de s’excuser en amenant une pizza, ou plus probablement six, la prochaine fois qu’ils se verraient. Le zip du sac chouina, la porte métallique claqua et avec des enjambées d’un mètre vingt, il avança entre les rangées de casiers crasseux. Lorsqu’il se dirigea vers la sortie, une claque magistrale sur son fessier lui souhaita au revoir. Carter roula des yeux face aux proportions que prenait chaque jour un peu plus cette bromance, tout en adressant un sourire carnassier à son ami par-dessus son épaule.

La porte s’ouvrit. Le vent s’engouffra. Sa chair de poule s’érigea.

L’été s’effaçait à Lima, les chaleurs caniculaires se dissolvaient dans une fraîcheur nocturne de plus en plus mordante, l’automne avalait peu à peu toutes les lumières de la ville pour plonger le monde dans un cocon humide de nuages gris sale. La brise effaça les traces de transpiration qui luisaient encore sur ses bras et sa nuque, provoquant un frisson. Ca n’avait rien de comparable aux températures qu’il avait pu connaître plus jeune, au Canada. Mais il devait bien avouer qu’il se sentait particulièrement stupide de ne pas avoir pensé à se changer avant de se précipiter vers sa voiture en short de sport et débardeur humide, poils des mollets au vent.

Bientôt l’habitacle du fourgon fraîchement repeint en bleu accueillit sa grande carcasse frigorifiée. Frappant dans ses mains pour se réchauffer, il fit bien vite grogner le moteur en constatant qu’il lui restait à peine dix minutes pour traverser la ville entière, se garer et entrer dans ce foutu QG dont il n’était même pas certain de connaître l’adresse. Heureusement pour ce dernier point, l’historique des dernières destinations de son GPS fut d’une grande aide, et quant au temps dont il disposait, ses capacités de conduite presque acrobatique en cas de stress intense devraient s’en charger. Il était hors de question que Carter Coolige arrive en retard.

Un quart d’heure après, Carter Coolige franchissait au pas de trop la porte de l’auditorium.

Se consolant avec le mythe du quart d’heure académique, il rangea ses grommellements contrariés en pénétrant les lieux, ses pupilles se dilatant lentement. Lumière tamisée, atmosphère angoissante, et cette silhouette longiligne plantée en hauteur, sur la scène. Tous les ingrédients étaient réunis pour faire monter la tension artérielle du canadien à un degré proche du slasher movie.

Soudain une voix grave s’éleva.

-Carter.

Ses épaules contractées par la surprise, et non pas la peur bien sûr que non enfin, le plombier exécuta une tentative relativement convaincante de sourire détendu.

-Yup, that’s my name, précisa-t-il, un sourire en coin indiquant clairement qu’il se croyait très spirituel. Sorry for bein’ late, ya know…

Plissant des yeux, il s’approcha lentement, sa marche souple tentant de masquer le tambourinement de son cœur. Regard vers le bas, bras croisés, muscles saillants.

« Muscles ».

Carter esquissa un sourire sardonique.

Il en avait vu des athlètes massifs, des regards compétiteurs, il le connaissait, le langage corporel de la domination, de l’ascendant psychologique qu’on établissait sur l’adversaire avant chaque rencontre. Il savait aussi l’importance de l’impact que cela avait sur le score final. Et bien qu’il n’ait strictement aucune idée de ce qu’il se passait devant ses yeux et comment il y était mêlé, Carter avait cette espèce d’instinct sportif qui lui chuchotait qu’un match allait se disputer. Le sentiment n’était pas assez fort pour que l’adrénaline monte vraiment, c’était comme un avant-goût. Un apéritif qui annonçait des festivités imprévues. Tant que ça ne finissait pas en Diva-off, ça lui convenait.

Aussi, bien que le « Tu connais surement la raison de ta présence ici ? » du blond le laissât particulièrement perplexe, voire hébété, Coolige contrôla son expression faciale, collant ses sourcils aussi haut qu’il le pouvait sur son front et s’approchant jusqu’au bord de la scène.

-I don’t  think I even know your name, kiddo…

Il n’était vraiment pas bon avec les noms.

Soudain, sans prévenir et d’un mouvement apparemment souple mais qui en vrai lui donna l’impression très littérale que sa cuisse explosait, Carter se hissa sur scène, se redressant lentement devant le jeune homme tatoué qui l’avait convoqué. Tentant un sourire interrogatif, il croisa ses propres bras sur son torse fraîchement musclé.

-But I betcha you gonna tell me pretty soon…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 01. Suspicious glare intensifies   Lun 26 Oct - 22:22

Carter faisait apparemment partie de ces gens aimant arriver à un rendez vous avec un léger retard -fashionably late on pourrait dire- et rien que cette nouvelle information en disait long sur lui. Il avait au moins eu la décence de s'en excuser, c'était un bon début, même si Robbie n'était pas là pour tester la politesse ou les bonnes manières du nouveau choriste. Il le regarda s'approcher, et examina son visage lorsqu'il posait ses questions. Toujours courtes et simples, sans faire de long discours pour bien montrer qu'il n'était pas là pour faire un brin de causette autour d'une tasse de thé. Non, aujourd'hui Robbie poserait des questions et il ne comptait pas finir cette discussion sans quelques réponses. Il haussa les sourcils et eu un petit mouvement de recul en apprenant que Carter ne connaissait pas son nom. Il était loin d'être la star de la ville, mais tout de même. Carter n'avait donc fait aucune recherche avant de rejoindre les Awesome Voices? Il n'avait pas chercher à connaitre qui serait ses futurs camarades de chants avec qui il serait contraint de passer pas mal de temps? Lorsque Megan lui avait proposé de rejoindre sa chorale pour la première fois, il avait tout de suite pensé aux gens qu'ils n'appréciaient pas et qui remplissaient les rangs de la chorale. L'idée de devoir chanter à l'unisson avec des personnes comme Wyatt ou bien Ruby avait été un  vrai frein pour lui. Carter était arrivé, comme un cheveux sur la soupe. Tout ceci devenait de plus en plus suspect, mais en même temps, bien arrangeant. Robbie avait maintenant la certitude que Carter ne s'attendait pas à un tel entretien (et ses réponses seraient donc un peu plus spontanées).

Alors qu'il prenait confiance quant à la suite de cette discussion, il fut un peu prit de court en voyant Carter le rejoindre sur son piédestal. Idéalement, il serait resté perché là encore un instant pour bien montrer à Carter qui est en position favorable, avant de le rejoindre au sol. Mais il ne fallait pas qu'il laisse ce petit imprévu le déstabiliser. Carter avait beau être grand et imposant, Robbie n'avait pas peur de lui. Même si son interlocuteur mima sa position, exposant donc ses muscles saillants par la même occasion, il n'arriverait pas à échanger les rôles. Robbie maintint son regard un instant, en signe de défiance, puis laissa tomber ses bras prés de lui. Tu ne connais pas mon nom ? Il arqua un sourcil, se retourna. C'est fâcheux. Dos à Carter, il fit une pause dramatique (dont Megan serait surement très fière) afin de lui laisser une dernière chance de trouver par lui-même. N'entendant pas la moindre tentative de prénom de la part de Carter, il reprit. Robbie. Il adopta un rythme de marche exagérément lente pour s'éloigner de l'autre choriste avant de faire volte face. Morgan. Il adressa un sourire carnassier à son interlocuteur, lui laissant le temps de relier son nom à celui de sa cousine. Ayant ajouter un peu d'espace entre eux, Robbie se sentait moins menacé par cette grande silhouette que représentait Carter. Cela promettait d'être très amusant comme situation tant qu'il aurait le dessus.

Pour ne pas laisser transparaître sa peur, bien que le mot peur soit beaucoup trop fort, il fit un pas pour réduire la distance entre eux. Quant à toi, il pointant un doigt vers Carter, tu es là pour me dire ce que tu fais ici, au sein des Awesome Voices. Il regarda ensuite ses ongles, comme s'ils étaient beaucoup plus intéressants que la personne en face de lui, comme s'ils étaient ceux qui allaient lui répondre. Il adressa un dernier regard agressif à Carter, essayant de prendre son air le plus menaçant. Qu'est-ce que tu veux à Megan ? Robbie avait déjà quelques idées évidemment, mais il voulait entendre la version du principal intéressé. Il voulait savoir s'il fallait se méfier de ce plombier (car oui, contrairement à Carter, Robbie avait fait quelques recherches). Carter n'avouerai pas de but en blanc son plan machiavélique s'il en avait un, mais Robbie était confiant. Il pourrait voir clair dans son jeu. Megan était peut-être aveugle au danger, éblouie par tout cet étalage de muscles, mais Robbie n'était pas dupe et il était prêt à revêtir son costume de garde du corps en cas de besoin. La menace "Ryan" était peut-être éloigné, mais Robbie était un poil parano.

En intégrant les Awesome Voices, Robbie avait d'abord porté une double casquette: les choristes le voyaient comme du sang neuf, et Megan le voyait aussi comme son garde du corps. Carter jouait peut-être un double jeu lui aussi, et si c'était le cas, Robbie le saurait. Il n'avait pas pour habitude de chercher les ennuis et en temps normal, il ne s'occupait pas des histoires des autres. Sauf qu'il avait été témoin de l'état dans lequel Megan avait été après sa confrontation avec l'ancien coach de la chorale, et s'il pouvait empêcher un tel événement de se reproduire, il mettrait tout en œuvre pour y arriver. Il était persuadé que l'audition de Carter n'était surement pas une coïncidence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 29 Ans
Occupation : Plombier barbu, ex-gloire du hockey
Humeur : Alcohol is not the answer, alcohol is the question and the answer is yes
Statut : Ginger heart
Etoiles : 1389

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Sweater Weather - TNBHD
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 01. Suspicious glare intensifies   Ven 6 Nov - 18:16

-Tu ne connais pas mon nom ?

C’était précisément ce qu’il venait de lui dire. Ca devenait déjà fatiguant.

Le blond fit volte-face dans un mouvement soyeux de crinière qui n’impressionna pas du tout Carter. Il connaissait un Delacroix et une Preston. Les frasques capillaires ne pouvaient plus l’éblouir si elles ne frisaient pas la perfection.

-C'est fâcheux.

Fâcheux.

What a dumb name.

Il était sur le point de signaler, les yeux au ciel et le ton excédé, au jeune homme que tourner le dos à son interlocuteur en plein milieu d’une discussion était tout sauf poli, celui-ci lui faisait déjà à nouveau face, sur les lèvres une espèce de sourire triomphant que Carter ne parvenait pas à expliquer.

-Robbie.

Oh.

Carter haussa les épaules.

A force, il était habitué à l’extravagance des américains. Et si son mépris s’apaisait parfois quand il avait le plaisir de goûter quelques-unes de leurs trouvailles gastronomiques de plus de mille calories la bouchée, il reprenait de plus belle à chaque fois qu’il entendait parler d’une nouvelle naissance chez leurs stars. Faire dans l’original pour faire parler d’eux, voilà le leïtmotiv qui semblaient courir dans les salles d’accouchement huppées de la côte Ouest. Des noms de couleur, de dessert, des villes, des références pseudo-poétiques, des meubles, si le ridicule ne tuait pas, la plupart des prénoms des enfants de stars assassinaient pourtant bel et bien leur vie sociale avant même qu’ils ne puissent tenter d’en avoir une. Et celles des enfants de tous les fanatiques qui ne trouveraient rien de plus spirituel que de reprendre le concept, voire le même nom, pour leur propre progéniture. Eux, qui à la différence des premiers, ne bénéficierait pas de l’argent de leur famille pour éponger les insultes qu’ils subiraient au moindre contact avec une société humaine enfantine lambda. Sans compter les masochistes qui choisissaient carrément de se renommer en toute conscience de cause avec un prénom sans doute sélectionné au hasard dans un dictionnaire un soir d’ivresse.

Alors que quelqu’un lui annonce que son prénom était un adjectif digne d’un nain de la forêt de Blanche Neige, peut-être cela restait-il risible, mais ça n’avait certainement plus rien de surprenant. En quelque sorte, c’était presque choquant que l’inconnu se présente avec un patronyme à peu près décent. Bien que Coolige n’ait strictement jamais eu vent de l’existence d’individu appelé « Robbie », il devait admettre qu’entre les Rob, Robert et autres Robin, Robbie restait une alternative à peu près saine à un « Robinet », certes très français, mais beaucoup moins chic que prévu quand vous aviez quelques notions de plomberie. Il balaya le visage d’un œil torve et une ride se creusa lentement entre ses deux yeux alors que ses sourcils s’abaissaient avec concentration.  

Une seconde.

En vérité, il avait déjà entendu quelque part ce prénom. Il n’y avait pas si longtemps, en fait. Pas la veille. Pas la semaine d’avant. Mais pas longtemps. Une affaire des quelques semaines. Lexie peut-être ? Ou Aaron ? Pourquoi avait-il la sensation déplaisant que la réponse n’allait pas lui plaire ? Et pourquoi avait-il le refrain d’une stupide chanson des Little Mix en tête ? Et…

Ses yeux s’ouvrirent ronds.

Megan.

-Morgan.

Yep. Cette Megan-là.

L’appartement, les travaux, les photos, les jouets, la salle de bain. Le cousin bodygard de poitrine-en-folie. Les éléments commençaient à se connecter et Carter pencha la tête sur le côté, observant ledit Robbie Morgan avec un œil nouveau. Plus de curiosité que d’animosité dans les prunelles, Coolige ne comprenait cependant toujours pas où le blond voulait en venir. Néanmoins ses épaules se relâchèrent quelque peu alors que Robbie s’éloignait de quelques pas. Le suivant du regard, prenant bien soin de garder le menton très haut, il esquissa une moue amusée. Il avait déjà pénétré l’intimité de celui qu’il considérait avec condescendance, alors qu’ils ne devaient pas avoir plus de trois ans d’écart, comme un gamin. Il le connaissait. Du moins, maintenant qu’il savait resituer son prénom, oui, il le connaissait. Si il écoutait son égo, Carter serait allé jusqu’à penser qu’il avait une dizaine de coups d’avance sur ce jeune chiot qui tentait de lui grogner dessus. Décidant de rester mesuré, le plombier se contenta d’ajouter, un brin provocateur derrière son sourire mince :

-Oh yeah Robbie… Sure… Megan’s puppy… How is Livia ?

Quand on parlait de bébé au nom « original ».

Il s’épargna un commentaire plus déplacé qu’utile à ce propos, par simple courtoisie. Mais si le choriste continuait à se lancer dans des phrases saccadées avec un ton accusateur, Coolige cesserait bien vite ses tentatives pour raviver ses maigres instincts de gentleman.

Haussant les sourcils, les yeux surpris fixés sur un doigt qui ne cessait de s’agiter devant eux, il écouta le Morgan l’interroger. Qu’est-ce qu’il faisait là ? Bien vaste sujet. La vie, la mort, les chorales. Que le gosse lui paie de quoi boire et ils pourraient philosopher autant qu’il voudrait. Cependant les considérations de Robbie le ramenèrent bien vite vers une situation bien plus concrète et agaçante.

Qu’est-ce que Megan pouvait bien à voir avec cette question ?

L’audition de Carter se résumait en quatre étape : Warren, boisson, pari, fierté. Dans un ordre ou dans un autre, ces quatre composants l’avaient mené directement sur scène, devant un parterre de violets dubitatifs. Et, miracle ou malédiction, on lui avait trouvé du potentiel. Rien de plus, rien de moins. Il avait gagné sa place comme les autres. Et si Robbie se permettait d’enquêter sur sa légitimité dans le groupe comme Carter commençait à le comprendre, il ferait peut-être mieux de se rappeler que le principe de népotisme concernait avant tout la famille. Sigh.

De toute façon, Coolige ne comptait certainement pas développer le sujet avec lui. Premièrement, ça ne regardait absolument pas le blond et il avait bien envie de lui dire de s’occuper de son fessier palot.  Ensuite, il ne voulait pas particulièrement répandre ses exploits alcoolisés et leurs conséquences parfois désastreuses dans sa vie sobre. Enfin, il connaissait l’énergie qui animait ses coéquipiers. Et par énergie, il entendait névropathie profonde. Il savait aussi à quel point les manucures de Megan pouvaient être acérées. Il ne se permettrait pas de dire haut et fort qu’il trouvait que la compétition de chorales était une discipline ridicule et bien trop surestimée dans cette ville. Il tenait à la vie. Se contenter de juger en silence et marmonner des remarques désabusées lui convenait parfaitement.

L’ensemble de ces argument le poussa à se racler la gorge et, administrant un regard mauvais à Robbie, de grogner :

-Calm down Blondie, je suis là comme tout le monde… Faire vos trucs… Là… Tout-ça… Chanter… Crier… Danser…

Pause.

-Je dois travailler ma souplesse, si tu veux tout savoir… Ca demande beaucoup d’entraînements d’un genre qu’une bande de mecs sur patins ne peut pas fournir, si tu vois c’que j’veux dire…

Regard droit dans ses yeux. Les clubs amateurs étaient bien trop occupés à travailler leurs biceps et commander des pizzas à chaque fin de sessions pour s’occuper des vraies tactiques de jeu. Mais ça n’empêcherait pas Carter de prendre les devants. Et alors qu’il venait de totalement improviser cette excuse à sa présence en salle de répétitions, il se rendit compte que c’était une raison si crédible qu’elle pourrait presque devenir une véritable motivation. Claquement de langue.

-Pour manier la crosse, c’est plus simple…

Haussement d’épaules. Il regarda autour de lui, jetant des regards suspicieux dans la pénombre. Les bras toujours croisés, il s’écarta de Robbie et commença à décrire un large cercle autour de lui.

-C’est quoi ? Une caméra cachée ? Un bizutage ? Tu te crois drôle ? Spoiler alert : tu ne l’es pas.

Sa voix monta un ton plus haut en paraissant plus basse, petit truc que son pharynx avait apparemment développé pendant l’été, quand ils performaient au milieu des caddies. Vu la situation actuelle, il s’estima particulièrement content de ne pas s’être vu attribué de duo direct avec le Morgan masculin du groupe. Sentant son agacement monter, Carter décida d’être un peu plus clair :

-Quant à ta chère cousine… Notre relation…

Passée. Whatever.

-… Ne te regarde absolument pas, gamin.

A vrai dire, il ne savait même pas dans quoi il était embarqué avec la Morgan. Elle était un souvenir. Un souvenir à la fois plaisant et très désagréable. Peut-être pas une amie. Peut-être pas une ennemie non-plus, quelque part. Elle était quelque chose qui avait compté. Et un gringalet tatoué n’était certainement pas la personne avec qui il ferait le point sur sa situation.

-Insinue ce que tu veux, fais-toi plaisir, mummy issues are okay.

Il se rappela que sa propre mère devait probablement lui passer son douzième coup de fil de la journée à ce moment même et son sourire s’enrailla un peu.

-Mais je t’apprends rien si je te dis que Megan n’est pas exactement du genre à pleurer toute la nuit en s’avalant un pot de glace quand ça va pas… Elle gère. Elle fait ce qu’elle veut et crois-moi, elle est très douée pour ça…  Alors si elle décide que me faire intégrer votre petite chorale est une bonne chose, tu peux lui faire confiance… C’est quelque chose qu’elle ne compte pas regretter…

Il serra les poings.

-We’re cool now ?  

Or you gonna make me waste more time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 01. Suspicious glare intensifies   Ven 13 Nov - 23:24

Tout, absolument tout ce que faisait Carter exaspérait un peu plus Robbie. Ses remarques dénuée de sens, ses mimiques, sa posture, tout. Il semblait se moquer de savoir à qui il parlait mais lorsque Robbie lui déclina son identité, son attitude changea légèrement. Pour qui se prenait-il sérieusement ? En quel honneur se permettait-il de l'appeler le chiot de Megan ? Carter était ce genre de personne que Robbie ne voulait en aucun cas connaitre, et l'idée de devoir passer plusieurs heures par semaine à répéter avec lui l'embêtait de plus en plus. Il n'avait pas atteint le stade de poser un ultimatum à Megan (c'est lui ou moi), mais ça ne se jouerait qu'à un cheveu. Et voila qu'en plus, il se permettait d'amener Livia dans leur discussion. Déjà, comment connaissait-il son nom ? L'info venait forcément de Megan, il ne voyait pas qui aurait pu lui dire à part elle, et il se fit une note mentale de lui en toucher deux mots ultérieurement. Cependant, il n'était pas là pour se battre et décida donc de prendre une décision mature et de faire comme si Carter n'avait rien demander au sujet de sa fille. Il inspira longuement pour relâcher ses nerfs.

Plus Carter parlait, et plus le sang de Robbie devenait chaud. Blondie? Comme c'était original de l'appeler comme ça. Mais le pire était à venir. A l'entendre, Carter ne savait même pas ce que les choristes faisaient au sein de la chorale. Il lui lança son regard le plus incrédule et détaché, comme si Carter ne méritait pas son temps. Peut-être était-ce bien le cas au final. Crier, sérieusement, c'était ce qu'ils faisaient d'après lui. Robbie voulait bien être compréhensif et concevoir que certaines personnes sont plus hermétiques à la musique que d'autre, mais dans ce cas, on ne rejoint pas une chorale. Vraiment, l'histoire de Carter ne tenait pas la route, c'était un peu comme s'il ne savait pas ce qu'il faisait là non plus. Les engrenages de son esprits se mirent en route et l'espace d'un instant, il pensa que Megan était derrière tout ça. Comme pour lui, elle aurait très bien pu raconter quelque chose à Carter, lui faisant croire que sa présence était nécessaire, et Carter aurait accepter pour une quelconque raison. Mais Megan l'aurait prévenu quand même, non? Robbie ne savait que penser de cette hypothèse. Il voulait faire confiance à Megan, mais des doutes subsistaient. En plus, la courte pause que Carter lui avait accordé touchait à sa fin. Il faudrait qu'il y repense plus tard.

Il écouta une nouvelle couche d'absurdité, et plissa les yeux au fur et à mesure que les mots s'enchainaient. Ta souplesse ? Le fait que Carter prenne Robbie de haut était une chose à laquelle il était habitué, le prendre pour un abruti en était une autre. En quoi une chorale pourrait l'aider à améliorer sa souplesse? Et puis sans vouloir rabaisser la chorale de sa cousine, les Awesome Voices n'étaient pas les plus calés dans ce domaine. Certes, ils avaient proposés de superbes tableaux lors des Nationals (ce qui avait peut-être été décisif à leur victoire) mais il ne fallait pas se voiler la face. Robbie avait bien vu ce qu'avaient réalisés les autres chorales, et une blonde des Urban Hymnes (celle qui avait fait le numéro d'ouverture avec Ryder) l'avait laissé sans voix ce qui était plutôt embêtant pour un choriste. Elle se déplaçait sur scène avec grâce et aucun des Awesome Voices ne lui arrivait à la cheville aux yeux de Robbie. Ils avaient leur point forts en dance, comme Ecaterina ou même Peter, mais bon ils avaient aussi Tate. Un sacré handicap si on lui demandait son avis. S'il fallait en plus recueillir Carter, les Awesome Voices se transformeraient en chorale d'éclopés. Ils ne gagneraient jamais plus par talent, mais par pitié. Si tu veux améliorer ta souplesse, comme tu le dis si bien, t'as qu'a rejoindre le studio de danse. J'en entend que du bien. C'était faux. Robbie ne savait rien de ce studio, mais si mentir pouvait convaincre Carter à s'en aller, il pourrait continuer un peu plus. Ainsi, Carter serait un pro de la crosse. Il mima son interlocuteur et regarda l'ensemble de la pièce. Que cherchait-il ?

Il leva les yeux au ciel. Qu'est-ce qu'il croyait? Que Robbie faisait un reportage sur la vie privée de Megan. Merci mais non merci. Il vivait très bien sans savoir ce genre de détail. Au moins on est d'accord sur ce point. Votre "relation", il mima les guillemets avec ses doigts, ne m'intéresse pas. Et change de ton. Je sais pas pour qui tu me prends, mais ton air supérieur commence sérieusement à m'agacer. Okay, il avait beau ne pas avoir le physique le plus intimidant de Lima, il avait des muscles cachés quelque part. Il s'était entrainé pendant l'été, au point d'avoir des courbatures à des endroits improbables. Mettre des muscle tee pour le simple fait d'exhiber ses bras, ce n'était tout simplement pas fait pour lui. Mais le ton qu'employait Carter le poussait à bout. C'était comme s'il parlait à un enfant perdu dans un supermarché. Ou un directeur essayant de sympathiser avec un élève pour lui tirer les vers du nez, avant de le sanctionner pour une bêtise. Robbie avait passé l'âge des tons condescendants depuis un petit moment maintenant. Les petits "kiddo" ou bien même "gamin" commençaient à devenir lourd. Et pour accentuer cet agacement, voila que Carter abordait un sujet sensible.

Il plaça une de ses mains dans sa poche pour ne pas montrer le genre de spasmes musculaires que sa mère lui procurait. Rien que d'y penser... Il se concentra sur sa respiration un instant. Il ne fallait pas montrer à Carter comment l'atteindre. Tout comme la remarque sur Livia, il laissa passer celle sur les problèmes maternelles. Il n'avait pas eu la moindre pensée pour sa mère en un peu plus de cinq ans, ce n'était pas Carter qui allait changer cela. D'ailleurs si on lui demandait de choisir entre la peste et le collera, il préférerait rester ici à se prendre la tête avec monsieur muscle pendant une heure qu'avoir à subir un coup de fil de cinq minutes avec sa mère. C'est dire...

Et puis Carter changea de discours. Fini l'air supérieur, c'était comme s'il se rendait enfin compte que Robbie était un adulte, avec qui il pouvait avoir une conversation normale. Par contre, rien de ce qu'il entendait était nouveau. Megan était une grande fille, oui ça il le savait, il l'avait connu toute sa vie. Il n'avait pas besoin qu'un inconnu lui en apprenne plus. Faut bien que tu saches quelque chose. Faire confiance à Megan c'est pas ça le problème. C'est de toi que je me méfie. Une fois de plus, il pointa un doigt en direction de Carter. Au final, leur conversation n'avait pas débloquer la situation. Si Carter restait au sein des Awesome Voices, Robbie garderait un œil sur lui. Il irait même jusqu'a demander de l'aide à d'autres choristes, il fallait juste qu'il réfléchisse à qui il pourrait faire part de ses soupçons. Les explications de Carter ne valaient rien, et s'il n'était pas décidé à en dire plus, alors Robbie irait voir Megan. Autant prendre le taureau par le cornes. Et non. On est pas cool. Ne te crois pas sorti d'affaire, je vais pas te lâcher. Ne pas être intimidant ne voulait pas dire qu'il état faible. Il serait plus que ravi de montrer à Carter ce côté de sa personnalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 01. Suspicious glare intensifies   

Revenir en haut Aller en bas
 

01. Suspicious glare intensifies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Schools & Glee Clubs
 :: Lima's Glee Clubs :: QG des Awesome Voices
-