Choriste du mois


Partagez | 
 

 03. Let it roll

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: 03. Let it roll   Sam 2 Jan - 0:15

En arrivant au Gramophone, Ryder ouvrit la porte de derrière et tous les membres d'Against The Odds s'engouffrèrent dans le magasin pour aller répéter leur plus récente chanson dans le studio. Là au moins, il n'y avait pas de problème de voisins. Pour cette chanson, ils avaient réfléchi aux arrangements musicaux tous ensemble, et Tim était venu poser des paroles sur les notes. Aujourd'hui ne serait la première fois qu'ils joueraient mais ils pourraient encore apporter les modifications avant de passer à une prochaine. Chacun savait quand commencer à jouer ou chanter et d'après Robbie, s'étaient une de leurs meilleures chansons. Un à un, ils prirent place derrière leur instrument respectif et comme à son habitude, Tim pivota son micro de manière à être face à Alex au lieu de lui tourner le dos. De cette manière, ils pouvaient tous se voir et coordonner leurs actions, surtout que cette chanson demandait beaucoup d'attention. Une fois tout les branchements effectués Tim commença à compter pour annoncer le départ de la chanson.

Au premier mot, Alex se mit à jouer de la batterie doucement pour ne pas trop masquer la voix de Tim. Une fois que le rythme était prit par Alex et que Tim entamait sa nouvelle phrase, Robbie se greffa sur la mélodie grâce à quelque notes de basse. Le début était assez calme et la chanson gagnait en énergie au fil des mots, plus on ajoutait un nouvel instrument à la mélodie. Bientôt Ryder se joindrait à eux et ils pourraient finir en apothéose. Au premier refrain, alors que Robbie arrêta de jouer pour laissa la voix de Tim se faire porter par le simple tempo d'Alex, il s'aperçu que quelque chose ne collait pas. Ne pouvant pas tout à fait mettre le doigts dessus pour l'instant, il décida de ne rien dire et laisser le cours de la chanson reprendre. Ryder attendait toujours son tour alors que Tim finissait son refrain. Au deuxième couplet, c'était à Robbie d'attendre et à Ryder d'accompagner Alex comme il l'avait fait plus tôt. Déjà l'harmonie semblait être revenue à la normale et Robbie comprit que le problème venait de la batterie. Il prit un instant pour observer Alex. Ses yeux étaient fixés sur Tim écoutant ses paroles pour savoir quand changer de rythme, lançant quelques regards furtifs à Robbie qui se trouvait presqu'en face d'elle grâce à la configuration de la salle. Le deuxième couplet touchait presque à sa fin: c'était le moment où Robbie allait se joindre aux autres. Il positionna ses doigts sur les cordes pour reprendre au moment précis. Le reste de la chanson continuait de la même manière. Tout le monde jouait ou chantait selon son rôle dans le groupe et jusqu'a la fin du couplet où Ryder et Robbie arrêtèrent avant de reprendre de plus belle pour créer cette sensation d'explosion sonore. Le dernier refrain se fit dans la même tonalité jusqu'a ce que la guitare et la basses s'arrêtent une dernière fois, et que Tim finisse la chanson comme il l'avait commencé: accompagné d'Alex.

Normalement à ce moment là,  ils faisaient un premier bilan. Robbie s'assit par terre et posa sa basse sur se genoux avant de partager son avis quand à l'enchainement des instruments. Hey les gars, je sais qu'on répète la chanson depuis un moment mais y a quelque chose qui cloche. Il n'aimait pas être celui qui prend les décisions et préférait suivre les directives. La chanson était bien telle quelle, mais il pensait que son arrangement pouvait la rendre encore meilleure. Le reste du groupe le regarda et il leur expliqua ce qu'il avait en tête. Je pense que la batterie ne va pas avec ta voix ici. Il fit un signe de tête totalement inutile en direction de Tim. Il savait forcément qu'il parlait de lui puisque c'était le seul chanteur. Il y a trop de contraste. La voix de Tim, dans cette chanson du moins, était bien trop douce par rapport à l'agressivité de la batterie et même si Alex ne se déchaînait pas comme elle savait si bien faire, la différence restait trop flagrante. Je pense qu'on devrait commencer par la combinaison Tim/Ryder et mettre la batterie en dernier. D'après lui, c'était la meilleure manière de créer la sensation d'explosion qu'ils essayaient de retranscrire. Il n'y aurait que Tim et Ryder et d'un coup sortie de nulle part, Alex viendrait ajouter ses notes pour relever le tout. Peut-être que les autres ne l'entendaient pas de la même oreille, mais Robbie sentait qu'il tenait quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
MessageSujet: Re: 03. Let it roll   Sam 30 Jan - 16:19

Against The Odds n'était pas le groupe de rock typique dépeint dans l'imaginaire télévisuel américain. Il suffisait de connaître ses membres pour réaliser à quel point leur anticonformisme leur collait à la peau. La formation d'un groupe obéissait à un cheminement logique et à des règles précises, l'une d'elle reposant sur une amitié fondatrice - ou tout du moins un semblant de cordialité. L'histoire avait assez démontré que l'entente motivait la créativité musicale, jusqu'à ce que les désirs narcissiques des uns et des autres ne les rattrapent. Robbie, Ryder et Tim avaient fait tous les l'inverse. Ils s'étaient respectivement adorés, haïs puis tolérés avant de laisser la musique les fédérer de nouveau. Aujourd'hui, Timothy n'avait pas peur de dire qu'il considérait de nouveau Robbie comme un ami, et il avait par ailleurs assez ravalé son orgueil pour admettre que Ryder était une personne sympathique et pleine de talent. Quant à Alex, elle demeurait un mystère. Dès qu'il croyait la cerner, elle faisait en sorte de brouiller à nouveau les pistes en jouant les hermétiques. Si aujourd'hui il vouait une confiance presque aveugle à ses deux compères masculins - et c'était un exploit de la part de celui qui avait fait de la méfiance son arme de prédilection - Tim restait circonspect face à la présence d'Alex, comme s'il se préparait à ce qu'elle les abandonne un jour à leur triste sort pour s'adonner à la vie de paillettes dont elle rêvait sans doute. Elle était le maillon faible, pour sûr. Elle était la mégalomane qui laisserait son ambition déchirer leur groupe afin de voir si l'herbe était plus verte chez le voisin. Et Tim était encore assez lucide pour savoir que c'était très certainement le cas. Parfois, il se surprenait à imaginer ce qu'il ferait si un jour l'occasion se présentait à lui de poursuivre ses ambitions personnelles au détriment du reste du groupe. A une époque il aurait sans doute pris le temps d'y réfléchir, mais désormais il se complaisait assez dans sa vie pour ne pas céder au chant des sirènes de Los Angeles.

Le plus important, ATO ne répétait pas dans un garage. Peut-être avaient-ils passé l'âge. Ou peut-être était-ce étroitement lié au fait qu'aucun d'entre eux ne pouvait encore s'offrir le luxe d'une maison. L'un comme l'autre, Tim se rassurait largement de savoir qu'ils avaient tout de même la chance de pouvoir bénéficier d'un studio d'enregistrement rien qu'à eux. Clairement ils étaient passés au niveau supérieur. Même si, il devait bien l'avouer, un studio d'enregistrement dans le garage d'une maison spacieuse serait encore mieux. Voilà à quoi se résumaient ses ambitions du moment. Pour l'instant, il se contentait tout à fait de l'appartement qu'il partageait fraîchement avec Anna et se réjouissait de l'absence de son ancienne voisine du dessus qui hantait ses nuits à renfort de pop mièvre - c'était un pléonasme de son point de vue - et très largement orientée adolescents. Il aurait adoré répéter avec ATO dans son ancien appartement au beau milieu de la nuit, mais il doutait que les impératifs paternels de Robbie lui permettent de contribuer à assouvir les petits désirs vindicatifs de son ami.
Quoiqu'il en soit, même dans le froid mordant de l'hiver, Tim se réchauffait toujours à la perspective de franchir le seuil du Gramophone Record autrement que dans la peau d'un client. Depuis le retour du Victory Tour de ses deux camarades choristes, les quatre musiciens se surprenaient à répéter beaucoup plus. Et même si Tim n'avait jamais osé aborder le sujet de cet évident cataclysme meganesque, il en était explicitement satisfait. Aussi trépignait-il toujours d'impatience de voir Megan se vautrer à nouveau afin de pouvoir jouir de la garde exclusive de ses amis - et d'Anna par la même occasion, qui s'était laissé convaincre de chanter par quelqu'un d'autre que lui. Les répétitions se déroulaient souvent dans un ordre méthodique duquel Tim n'aimait pas se départir. Il voyait chacun de ces instants comme la potentielle consécration de leurs efforts. On n'improvisait pas un concert. Le seul écart qu'il s'autorisait était de balader son regard entre la guitare de Ryder, la basse de Robbie et la batterie d'Alex dans un ordre absolument pas systématique. Depuis quand était-il devenu si formaliste ?

A la fin de la chanson, Tim s'adossa dans un coin tandis que le reste du groupe abandonnait son instrument pour se regrouper un centre de la pièce. La déclaration de Robbie le surprit, mais Timothy lui laissa le temps de s'expliquer. La batterie n'allait pas avec sa voix. Tim fronça les sourcils, une main venant plaquer ses cheveux sur sa nuque. Il ignorait si Robbie l'avait fait exprès, mais sa formulation avait eu le don d'adoucir ses élans conservateurs. C'était la batterie le problème. Pas sa voix. "Je crois que t'as raison. On devrait commencer et terminer comme ça. Faire un truc du genre crescendo puis decrescendo." renchérit Tim. D'ordinaire les rôles étaient déterminés. Tim écrivait, Ryder composait et les autres exécutaient. Il était agréablement surpris de voir que Robbie décidait de s'impliquer encore davantage. Le résultat d'une frustration made in Megan sans doute. Décidément, elle faisait des miracles ces derniers temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 03. Let it roll   Mer 3 Fév - 22:37

En période de préparation des Nationals, Against the Odds prenait une pause de répétitions puisque deux de ses membres faisaient partis des Awesome Voices, des prétendants au titre de meilleure chorale du pays à chaque année. Ryder savait que cela énervait Timothy qui n’arrivait toujours pas à comprendre pourquoi Robbie et lui avaient décidé de rejoindre les violets. Il ne leur disait pas ouvertement, mais c’était très flagrant dans son attitude dès qu’il était question de son ancienne chorale. L’ancien Tim aurait boudé, mais à présent, il était indulgent. Tout comme Alex. Heureusement, sinon les discordes dans le groupe auraient été très nombreuses. Spécialement lors de la dernière compétition pour laquelle Ryder avait obtenu un solo pour l’ouverture de la compétition. Pendant plusieurs jours, toute sa tête, ses pensées et son énergie avaient été tourné vers ce spectacle. Il avait tout de même ressenti que son groupe de musique était derrière lui et le soutenait. C’est ce qui était bien avec eux. Chacun comprenait que les autres avaient d’autres occupations et respectait les horaires de tout le monde. Aucun ne se pensait plus important que l’autre ou n’avait la grosse tête. Ils se trouvaient tous au même niveau. Ils prenaient toutes les décisions ensembles et discutaient lorsque quelque chose clochait. Il y avait une belle harmonie et une belle chimie entre les quatre membres. Ce qui était assez exceptionnel quand on les prenait à part et qu’on connaissait leur historique chaotique. Timothy avait toujours été très impulsif, méfiant et marginal. Ce n’était pas pour rien que Ryder l’avait toujours surnommé le Rebelle. Cela avait pris quelques années avant que tous les deux puissent bien s’entendre et se respecter. Quant au chanteur et au bassiste, leur relation avait longtemps été houleuse après avoir été d’excellents amis. Mais, tous les trois avaient vieilli et ils avaient mis leurs rancunes respectives de côté pour mettre en commun leur talent pour la musique. Robbie s’affirmait de plus en plus, et ce, dans toutes les sphères de sa vie. Leur batteuse, Alexandra, était arrivée la dernière dans leur groupe. Elle s’était très bien intégrée et même si elle gardait une petite aura de mystère pour eux, elle n’avait pas peur de dire ce qu’elle pensait. Ryder était celui qui écoutait et qui calmait les ardeurs de ses partenaires lorsque les esprits s’échauffaient. Pour le moment, tout se passait pour le mieux. Mais avec les grosses personnalités de ses membres, ATO n’était pas à l’abri d’une dispute.

Depuis la fin de la période estivale, ATO avait repris du service et de façon plus acharnée. La saison des compétitions des chorales n’avait pas encore débuté, ils en profitaient donc pour pratiquer souvent et ajouter du nouveau matériel à leur liste déjà bien remplie. Ryder se trouvait dans une période très prospère dans la composition de leur musique. Les nouvelles chansons que lui apportaient Timothy l’inspiraient énormément, si bien que les arrangements bruts et généraux se faisaient rapidement et il ne restait que quelques modifications à apporter. Cette journée-là, par contre, ils allaient jouer pour la première fois une chanson dont les arrangements musicaux avaient été réfléchis par tous et pas seulement par Ryder. Cela avait été un exercice enrichissant, même si le processus avait été un peu plus lent et laborieux. Le guitariste préférait se trouver dans sa bulle et travailler lui-même sur les morceaux, mais ils étaient une équipe et Rob avait proposé d’essayer tous ensembles et ils avaient accepté. C’était toujours excitant de jouer une nouvelle composition, de découvrir si les arrangements imaginés formaient un tout ou au contraire, si rien ne fonctionnait et que ce n’était vraiment pas l’ambiance que l’on souhaitait donner. Ils avaient la chance de pouvoir s’exercer dans un vrai studio d’enregistrement et de profiter d’une excellente acoustique et des autres commodités offerts dans ce type de lieu, au besoin.

Une fois tous prêts, leurs instruments accordés et à leur position habituelle, ils débutèrent leur répétition. Les oreilles de Ryder étaient grandes ouvertes et aux aguets pour détecter le moindre petit défaut. Il pinça les lèvres et fronça les sourcils à quelques reprises. Quelque chose coinçait et empêchait leur chanson d’être fluide. À la fin, il déposa sa guitare et s’avança une chaise sur laquelle il s’assit. "C’était pas mal!" Dit-il pour encourager la troupe, même s’il voyait bien que Robbie était soucieux. Il tira son lutrin vers lui et s’empara de son crayon derrière son oreille et il écouta les recommandations de ses comparses. Il était soulagé de constater qu’il n’était pas le seul à avoir remarqué des petits défauts. Il hocha la tête aux observations et aux recommandations de son colocataire en tentant de visualiser ce que cela pourrait donner. C’était vrai que la batterie et la voix n’étaient pas en harmonie. Il nota le tout sur sa feuille de papier, puis rajouta l’idée de leur chanteur. Il jeta un regard vers Alex, au cas où elle aurait mal pris les affirmations du blond. "On a tous joué ce qu’on avait convenu et écrit, ce n’est la faute à personne. C’est à ça que ça sert des répet’."Peut-être parlait-il dans le beurre et qu’il désamorçait  une bombe qui n’existait pas, mais valait mieux prévenir. "Je suis d’accord qu’il y a un truc qui ne fonctionne pas, mais j’avoue que pour le moment, je ne vois pas exactement…Rob, tu dis que la batterie et la voix ne vont pas bien ensembles…On peut essayer un rythme plus doux pour la batterie et la voix plus forte? " Habituellement, le Crawford réussissait à mettre le doigt sur ce qui n’allait pas dans une chanson, mais cette fois-ci c’était très subtil. L’idée de Robbie n’était pas bête et il avait bien envie d’essayer cette version, ainsi que l’idée de crescendo et decrescendo du chanteur. Il n’était pas du tout en colère ou déçu. C’était tout à fait normal que leur premier jet ne soit pas parfait. "On reprend?" Il avait tellement hâte de faire ces petits ajustements qu’il en oublia de prendre l’avis de leur batteuse en considération.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Is it too late now
to say sorry?
Age : 36 ans
Occupation : Fondateur du Gramophone Record Label
Humeur : Impatient
Statut : None of your business
Etoiles : 358

Piece of Me
Chanson préférée du moment :
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
MessageSujet: Re: 03. Let it roll   Mer 24 Fév - 0:28


Dorian Robertson était devenu un vrai californien.
Ses lunettes de soleil sur les yeux, son manteau trop léger sur les épaules, sa tasse de café estampillée "je soutiens les commerce de proximité" à la main (entendez Lima Bean plutôt que Starbucks), il déambulait dans les rues avec un air conquérant.
Et comme un vrai californien, à mesure qu'il approchait du Gramophone Record, il fut obligé de retirer ses lunettes, l'absence de soleil à Lima lui conférant plutôt l'aspect d'une star vaniteuse que d'un mec cool, de resserrer sa veste sur sa poitrine, l'air frais de l'Ohio ne faisait pas de cadeau, et de regretter son petit café local, voire même les grandes chaînes nationales.
Il avait quitté LA et devait reprendre le goût des (bonnes ?) vieilles habitudes, aussi difficile que cela lui paraisse. Certaines d'entre elles, comme la cohabitation avec sa sœur, étaient plutôt confortables et rassurantes, d'autres, comme la perte de ses repères de célibataire endurci et le retour dans cette ville étriquée de taille et d'esprit, plus compliquées. Mais c'était son choix, et si Dorian avait été bouddhiste, il se le serait répété comme un mantra, surtout lorsqu'il s'ennuyait des loisirs et multiples distractions qu'offraient une ville comme Los Angeles.

La devanture du Gramophone Record se repérait du bout de la rue. L'aperçu de son bébé suffit à faire retrouver le sourire à Dorian. C'était de loin la boutique qui en jetait le plus dans le quartier et son heureux propriétaire se rengorgeait régulièrement des commentaires positifs qu'il lisait dans la presse locale ou plus professionnelle.
Rien de tout cela n'aurait été possible sans le capital investi par son père à l'origine, mais surtout sans le travail formidable de Ryder. Dorian Robertson était un homme chanceux, et qui savait bien s'entourer. Et pour tout dire, il espérait réussir à pousser sa chance encore un peu.

La répétition avait lieu dans le studio, c'est pour cela qu'il se dirigea immédiatement vers la porte adjacente au magasin. De la musique résonnait déjà quand il glissa sa clef dans la serrure. Veillant à ne pas se faire remarquer tout de suite, il avança prudemment en direction du son. C'était catchy, mais inégal. Le rythme ne collait pas avec la voix qui ne collait pas avec le rythme, et ainsi de suite jusqu'à ce que les instruments cessent et que des éclats de conversation lui parviennent, lui rappelant à quel point l'entente musicale dans un groupe se rapprochait de l'alchimie amoureuse : subjective et terriblement fragile.
Il reconnut la voix de Ryder et le laissa finir avant de s'en mêler.

"Je pense que vous devriez plutôt clarifier ce que vous voulez... Ah oui, toc toc..."Il s'avança vers Ryder et lui donna une franche poignée de main, regrettant de ne pas avoir son autre main libre pour lui donner une petite tape sur l'épaule au passage. Il accompagna sa salutation d'un petit câlin d'épaule, et se tourna vers le reste des musiciens. Robbie lui était bien connu, et il lui adressa un petit hochement de tête. Le visage du chanteur lui était vaguement familier, mais il aurait eu du mal à le replacer... Peut être un collègue de Madeleine, si sa mémoire ne lui jouait pas de tour. Et la jolie blonde lui était parfaitement inconnue, ce à quoi il faudrait bientôt remédier.

"Excusez-moi si je me suis montré intrusif... Mais je pensais que vous apprécieriez un point de vue professionnel sur la question..." Dorian décrocha ses lunettes de la chemise sur laquelle il les avait accrochées et les mordilla pour masquer sa nervosité et son impatience à coup de swag.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 03. Let it roll   Mer 16 Mar - 1:23

Dans l'ensemble, leur nouvelle chanson n'était pas horrible à écouter. Les oreilles attentives entendraient les problèmes qu'il essayait de pointer, mais un public moins pointilleux n'y verrait que du feu. Il n'y avait dans le fond qu'une seule chose qui n'allait pas: Robbie était persuadé qu'ils pouvaient mieux faire. Leur public méritait la meilleure version d'eux même. Il méritait Against The Odds à cent pourcent. D'après Robbie là, ils atteignaient difficilement les quatre-vingt-cinq pourcent.

Après avoir donné son avis, chose qu'il faisait très rarement, il écouta ce que les autres pensaient de la version qu'ils venaient de jouer. En attendant qu'on lui fasse gentiment comprendre de laisser les grandes personnes s'occuper des choses importantes, Robbie fit glisser ses doigts sur les cordes de sa basse, laissant échapper quelque notes décousues. Sauf que Tim prenait réellement en compte ce qu'il venait de proposer. Bien sur, il le disait avec des termes beaucoup plus professionnels au point de se demander si Robbie y connaissait quelque chose en musique, mais l'essentiel était qu'il avait réussi à se faire comprendre. Ryder aussi semblait le suivre dans l'idée de tester cet arrangement encore un peu bancal. Alex, qui était restée silencieuse jusqu'ici, leva deux pouces en sa direction pour montrer qu'elle était d'accord avec ce qu'il venait de dire. Puisque tout le monde était d'accord, ils n'avaient plus qu'à se recommencer. Alors qu'il s'apprêtait à se lever pour revenir à sa place initiale, une voix familière et étrangère à la fois lui fit rater un battement de cœur. Il tourna rapidement la tête vers l'encadrement de la porte pour s'assurer qu'il n'était pas en train d'halluciner, et devant lui se trouvait Dorian.

Alors qu'une personne normale se serait fait connaitre avant d'interrompre leur conversation, Dorian fit tout le contraire et leur conseilla de clarifier ce qu'ils voulaient tiré de leur chanson avant de reprendre. Surpris par cette visite, il arqua un sourcil et s'interrogea sur la venue de Dorian (bien qu'il ait en réalité toutes les raisons de se trouver là), mais lui rendit évidemment son hochement de tête. Robbie posa ses doigts à plat sur les cordes de son instrument en écoutant le nouvel arrivé. Il pris la parole pour expliquer ce qu'ils avaient prévu, ne sachant pas quand Dorian était arrivé, et donc ce qu'il avait entendu. Tim à plus ou moins tout dit. Dorian se tourna vers lui et Robbie continua son explication. On voudrait quelque chose qui envoie mais sans tout donner d'un coup. Comme il a dit "crescendo" et "decrescendo". Et puisque le cerveau de Robbie fonctionne parfois tout seul, il accompagna ses mots par des gestes de montée et de descente comme si Dorian avait besoin de ça pour comprendre. En se rendant compte de sa bêtise, il laissa retomber son bras sur sa basse, lançant un regard de détresse à ses coéquipiers.

Il ne savait pas vraiment pourquoi, mais cette visite surprise le mettait mal à l'aise. Il connaissait Dorian et savait que c'était un gars plutôt cool. Il savait aussi qu'il avait un pied déjà bien installé dans l'industrie de la musique. C'était d'ailleurs la raison pour laquelle, si on lui avait demandé son avis, il aurait programmé un rendez-vous plus tard et non pas lors des premières répétitions d'une chanson. Il fallait encore la travailler, elle était loin d'être finie. Il aurait voulu que Dorian vienne alors que la chanson aurait déjà été débarrassée de toute ses imperfections, ils auraient pu le scotcher sur place. Mais non. Il était là aujourd'hui, alors qu'ils étaient encore au stade des discussions. Et évidemment, Robbie avait choisi ce jour pour pointer ce qu'il ne lui plaisait pas. D'un autre côté, Dorian en avait très certainement vu d'autre, il devait savoir qu'il était rare de créer une chanson parfaite du premier coup, surtout pour un groupe si jeune. T'as eu l'occasion d'entendre un peu ou tu viens tout juste d'arriver ? Puisque Dorian était là, autant profiter de sa venue jusqu'au bout, non ? S'il pouvait leur donner son avis, cela leur donnerait au moins une direction qui les empêcherait de perdre du temps et d'aller dans tous les sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 03. Let it roll   

Revenir en haut Aller en bas
 

03. Let it roll

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Lima City
 :: Vieux Quartier :: The Gramophone Record
-