Choriste du mois


Partagez | 
 

 03. Jealous of her boogie. (pv. Dorian Robertson )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Age : 27 ans
Occupation : Travesti au cabaret de Lima - Etudiant à la faculté d'Arts et Lettres de Lima
Humeur : Joyeuse
Statut : Occupé à compter ses paires de chaussures
Etoiles : 220
MessageSujet: 03. Jealous of her boogie. (pv. Dorian Robertson )   Jeu 18 Fév - 13:54

03. Jealous of her boogie.




« Et donc, Madame Wembley, grâce à cette application pour femmes mûres, vous avez redécouvert les joies de l'amour ? » La réponse de la quinquagénaire ne se fit pas attendre. Elle semblait toute excitée la bougresse à l'idée d'avoir retrouvé une seconde jeunesse. Il était temps. « Oui Steeve. » Pourquoi les animateurs radios s'appelaient-ils toujours Steeve, James ou Jamie ? « Grâce à cette application, Ricardo et moi vivons une véritable histoire d'amour que son jeune âge et sa nationalité étrangère ne gènent en rien. » Alexi soupira, le menton posé sur la paume de sa main, et pressa le bouton de la radio de son appartement pour éteindre le flot d’inepties que diffusait la radio. Sérieusement ? Une application pour les MILF en manque d'amour qui allait se faire avoir par des petits jeunes en manque de liquidités pécuniaires et de situation régularisée ?  C'en était assez pour déprimer un peu plus le blond et lui faire reconsidérer son célibat.

Il lui fallait bouger son derrière pour se désennuyer. Derrière qu'il avait plutôt mignon d'ailleurs. Oui, se désennuyer. Non pas trouver l'homme de sa vie, le prince charmant qui lui préparerait ses mojitos, mais au moins un amant qui occuperait plusieurs de ses nuits. Le blond se releva à la hâte, jeta sa paire de chaussons épais au travers du petit salon pour s'enfermer plusieurs heures dans la salle de bain. Il ne fallait pas lésiner sur les moyens si June devait se trouver un nouveau jouet. Et par jouet elle s'attendait à une ceinture abdominale entretenue, un sourire craquant et des bras assez épais pour la soulever et l'emmener se désennuyer toute la nuit.

Ses pas résonnaient sur un trottoir du centre-ville à mesure que ses hauts talons noirs frappaient le sol. June était particulièrement contente de son look du soir : escarpins noirs et mini-robe en skie vernissé noir. Les détails de la robe soulignait sa taille artificiellement fine et rehaussait la cambrure de son dos et ses formes faussement féminines. Si avec tous ces artifices elle rentrait encore seule, June se jurait d'entrer dans les ordres. Ou tout du moins d'envisager la chose. Un jour. Elle poussa d'une main manucurée la porte d'un bar du centre-ville, ses longs cheveux blonds balayés par l'atmosphère saturée d'alcool et de fumée de l'établissement. Well, si ce n'était pas le summum de la classe et du bar chic, le bar était bien tenu, semblait propre et ses talons ne collaient pas au sol lorsqu'elle marchait.

Doucement, ses jambes longilignes soulignées par une robe qui s'arrêtait à la hauteur de ses cuisses l'amenèrent tout naturellement vers le bar. S'asseyant sur un des hauts tabourets rembourrés, elle croisa habilement les jambes avant de commander un mojito qu'elle sirota lentement. Rien de mieux qu'une jolie blonde utilisant une paille pour lancer des signaux évocateurs aux mâles de la salle. D'ailleurs, le regard ourlé de faux-cils de June effleura l'assemblée des hommes présents, en quête d'une proie. Il y avait bien ce type là, de dos … Non il n'aurait pas du se retourner. Il était mieux de dos, le pauvre. Pourvu qu'il ne la regardât pas. Faites que … Shit ! Faire semblant de répondre à un appel, vite ! Après s'être assurée que l'autre ne la regardait pas, la blonde recommença son inspection. Trop petit. Trop maigre. Trop vieux. Trop marié, il aurait pu au moins retirer son alliance avant de venir celui-là. Et lui ? Blond, un torse large et sans doute musclé, un regard bleu à tomber et un air de premier de la classe qui ne déplaisait pas à la drag-queen.

Le pauvre était seul, à une table, à lire la carte des consommations, sans savoir vraisemblablement quoi commander. Il devait avoir précédé l'arrivée de la blonde de quelques minutes. June s'empara de son verre dans lequel flottaient gaiement feuilles menthe et rondelles de citron et se dirigea vers la table du solitaire. Elle se plaça en face de l'homme et posa une main sur la table pour se baisser dans sa direction et lui glisser, sur le ton de la confidence : « Je vous recommande leurs cocktails, ils sont à tomber. » Tout comme il l'était. Non, le comparer à de l'alcool ne lui rendait vraiment hommage. Dieu comme il était encore plus sexy de près. « Ils ont de très bonnes Margarita, mais leur Sex on the Beach est incontournable pour qui aime la vodka. » Elle devait passer pour une soûlarde finie et une habituée du bar. Elle haussa les épaules avant de lui adresser son plus beau sourire. « Enfin, c'est ce que dit leur site internet, je ne suis pas à Lima depuis assez longtemps pour être devenue une experte en la matière. » Pas de cette matière là en tout cas, mais la matière humaine, ça, elle connaissait.

Attendez, venait-elle vraiment de penser ça ? Le blond devait vraiment la troubler pour se laisser aller à des remarques lubriques de la sorte. Ou alors elle devait vraiment se sentir seule. Non, mais se rendait-il seulement compte de l'effet qu'il pouvait faire aux femmes ? Note personnelle : peut-être arrêter de boire avant d'accoster un homme. Ça pouvait toujours aider.  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Is it too late now
to say sorry?
Age : 36 ans
Occupation : Fondateur du Gramophone Record Label
Humeur : Impatient
Statut : None of your business
Etoiles : 358

Piece of Me
Chanson préférée du moment :
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
MessageSujet: Re: 03. Jealous of her boogie. (pv. Dorian Robertson )   Dim 6 Mar - 23:03

C'était le troisième bar que Dorian écumait en moins de deux heures, ce qui expliquait sa vision trouble et troublée en parcourant la carte, surtout quand on connaissait les antécédents d'alcoolo-love du musicien. Ryder et son acolyte de toujours, Robbie, l'avaient laissé tomber pour des raisons obscures, ce qui laissait tout le loisir au jeune homme de se rappeler à quel point Lima, malgré sa fourmilière de talents, avait tout du trou bouseux quand on n'avait rien d'autre à y traîner que sa solitude.
Il avait donc décidé de changer de comptoir (ou de table) toutes les trente minutes pour oublier les fautes de goût et l'atmosphère des clubs de L.A qui le hantaient. L'échec professionnel qui le tenaillait également. Son premier rendez-vous avec les ATOs ne s'était pas déroulé comme il l'avait escompté, la faute au caractère orageux et capricieux du chanteur. A cette pensée, Dorian plissa les yeux et se concentra un peu plus fort sur le papier graisseux et collant qu'il tenait entre les mains. C'était une perte de temps. Il savait parfaitement ce qu'il allait commander, dans ce bar, et le suivant également. Il se donnait une contenance, simplement, refusant de passer pour le raté de service qui revenait pleurer dans les jupons de sa sœur. Il allait la jouer à pic et pic et colegram quand un parfum lui fit lever le nez. Pas le parfum de l'alcool, plutôt celui entêtant que ses conquêtes d'un soir portaient habituellement... Ses yeux rencontrèrent ceux tout aussi bleus d'une blonde légèrement vêtue et fortement maquillée. Pas de quoi se formaliser quand on s'appelait Dorian Robertson. Bénissant quelque part cette interruption, il porta la main droite à son menton et le massa doucement avant de prendre appui dessus, détaillant sans le montrer les formes musclées mais généreuses de la demoiselle.

"Ah oui ? Les cocktails ? Hum... Pourquoi pas... Si j'ai de la compagnie..."
Même sans le vouloir, les sourires de Dorian valaient leur pesant d'or, et il savait que celui qu'il venait d'adresser à la blondinette en lui désignant le siège vacant à côté de lui achèverait de la convaincre qu'il était le mâle dominant dans l'arène minable de ce tripot de Lima.
"D'habitude je suis plus whisky on the rocks, mais il ne faut jamais dire non à de nouvelles expériences... Sex on the Beach alors ?" Sans attendre l'accord de sa nouvelle camarade de jeu, Dorian fit un signe au barman qu'il connaissait de vue, suffisamment pour que l'homme daigne se déplacer jusqu'à lui. Ne quittant pas la jolie blonde des yeux, il montra la ligne correspondante au serveur et le "v" formé par son index et son majeur ne laissa pas de doute sur la quantité désirée.

En espérant que son regard vitreux ne trahirait pas trop son état, il reprit sa pose confortable, menton dans la paume de sa main et concentra toute l'attention qu'il lui restait sur la jeune femme. Un détail l'avait frappé dans son discours et c'était le point commun idéal pour entamer une soirée dont il n’était pas encore sûr de savoir comment il voulait qu'elle finisse. "Nouvelle à Lima ? Moi aussi, en quelque sorte... Il faut être un peu original pour penser à s'installer par ici... No offense," précisa-t-il, soucieux de ne vexer personne.

Le barman revenait déjà, le plateau chargé des boissons commandées. Il lui fit signe de servir son invitée d'abord, puis se saisit de son verre et le tendit en direction de la blonde :
"Bienvenue dans cette ville de fous ! En espérant que leurs cocktails soient aussi bons que le vante leur site internet..." Et pour s'en assurer, il fit sauter la paille d'un geste vif et trempa ses lèvres directement dans le verre sans lâcher la jeune femme du regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 27 ans
Occupation : Travesti au cabaret de Lima - Etudiant à la faculté d'Arts et Lettres de Lima
Humeur : Joyeuse
Statut : Occupé à compter ses paires de chaussures
Etoiles : 220
MessageSujet: Re: 03. Jealous of her boogie. (pv. Dorian Robertson )   Dim 13 Mar - 20:49

03. Jealous of her boogie.




Comme à son habitude, la double personnalité de June fit des siennes. Finalement, mettre une perruque pouvait s'avérer plus dangereux que ça ne le laissait prédire. Devant le sourire désarmant et conquérant du blond, Alexi se recroquevilla dans un coin de l'esprit dominé par June. Il en était certain, ce type avait l'habitude des rencontres d'un soir et connaissait assez son potentiel de séduction pour en jouer. Mais June relégua au second plan les hésitations et états d'âme d'Alexi pour s'asseoir en face de son interlocuteur pour pouvoir profiter pleinement de ce visage sans défaut et de ce corps qui semblait cacher des merveilles qui ne demandaient qu'à être explorées. Mais s'il s'attendait à jouer le rôle du prédateur avec June, il devait s'attendre à vite changer ses plans et ses habitudes. Lui chassait à Lima, charmante bourgade de l’Ohio, alors que le territoire de la blonde s'étendait jusqu'à New York. Man vs Wild June, épisode un.

Bien entendu, il prit les choses en main en commandant leurs commandes similaires, et June aurait presque été déçue du contraire. A quoi bon être une femme, aussi fausse soit-elle, si ce n'était pas pour profiter des largesses que la société dictait aux hommes voulant coucher avec une femme tout juste rencontrée ? L'autre enchaîna sur la récente arrivée de June, soulignant au passage la sienne qui l'était tout autant. Ressemblance intéressante mais sans doute fausse. Quoique. Mais si la blonde lui demandait d'où il venait, il lui répondrait sans doute une grande ville américaine, ou une capitale étrangère, pour essayer de l'impressionner. Mais s'il voulait vraiment faire bonne impression, enlever son t-shirt suffirait sans doute largement. June se reconcentra sur la conversation et ses lèvres s'étirèrent en un large sourire. « Originale, je ne sais pas. Mais je pense pouvoir affirmer que ma trajectoire est unique pour arriver ici. » Être sibyllin avait le don d'émoustiller l’intérêt de l'autre, et June avait hâte de voir la tournure qu'allait prendre cette conversation qui serait révélatrice de la suite de la soirée.

Déjà la commande arrivait à leur table et les deux trinquèrent. June adressa au blond un de ses clin-d’œil aguicheur ourlé de faux-cils avant de siroter son cocktail de l'extrémité de sa paille. Si elle se débrouillait bien, sa façon de boire son verre allait fournir à son compagnon de tablée assez d'images équivoques pour passer à l'action. Mais la drag-queen aimait souffler sur les braises avant de laisser le foyer se refroidir quelque peu. Le faire languir jusqu'à ce qu'il n'en puisse plus, voilà comment la blonde s'amusait le plus. L'air de rien, elle reposa son verre en faisant glisser légèrement ses doigts contre le verre glacé avant de lancer à son interlocuteur : « Merci. Pour le verre. C'est adorable de votre part. Quelle ... délicieuse attention. »

Se repositionnant sur sa chaise, la blonde croisa ses jambes pour les mettre en valeur, et même si de sa place l'autre ne se doutait certainement pas du spectacle qui se jouait, au moins il pouvait essayer de le deviner. Se penchant légèrement en avant, la moue mutine, la main soutenant son menton, June demanda à son interlocuteur : « Donc vous aussi vous êtes un expatrié seul et échoué à Lima. Et d'où venez-vous si ce n'est pas indiscret ? » Alexi leva mentalement les yeux au ciel ; June se moquait vraiment du monde à jouer les fausses ingénues alors que c'était la première à porter des mini-jupes et à aguicher sur scène les hommes mariés et accompagnés. Mais June se moquait éperdument du jugement de son alter-égo masculin qui n'avait pas son mot à dire. Elle avait un objectif en tête et elle était bien décidée à l'atteindre le soir-même.

 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Is it too late now
to say sorry?
Age : 36 ans
Occupation : Fondateur du Gramophone Record Label
Humeur : Impatient
Statut : None of your business
Etoiles : 358

Piece of Me
Chanson préférée du moment :
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
MessageSujet: Re: 03. Jealous of her boogie. (pv. Dorian Robertson )   Mer 16 Mar - 22:58

Le regard de Dorian s'arrêta sur les décorations festives qui ornaient le bar. Par un miracle (de Noël ?), il avait réussi à échapper aux célébrations organisées par la chorale de sa sœur et finissait par oublier que c'était déjà cette période de l'année, celle que les Robertson ne célébraient pas vraiment, mais n'ignoraient pas totalement non plus. Cat avait d'ailleurs tenu à égayer leur appartement avec quelques guirlandes et il l'écoutait avec amusement fredonner dans la cuisine ces chants traditionnels qui leur étaient aussi familiers qu'étrangers.
Il faudrait qu'il se rappelle que c'était un élément qui pourrait faciliter la conversation, quand le jeune homme serait submergé par les vapeurs de l'alcool et qu'il ne trouverait plus quoi dire à la jolie blonde, ce qui allait bientôt arriver. Le dosage du cocktail était élevé, ce qui arrangeait ses affaires s'il voulait poursuivre sa conquête de la faune féminine de Lima, mais il lui fallait demeurer vigilant sous peine de rouler sous la table sans que sa proie d'un soir ne s'embarrasse de le ramasser.

Il plissa la bouche en une moue appréciative quand son interlocutrice choisit de laisser planer le mystère sur les raisons de son arrivée à Lima et le parcours qui l'avait menée jusque là. Si Dorian n'avait pas été persuadé de son charme tout puissant, il aurait pu se dire qu'il avait trouvé un adversaire à sa mesure. Il se contenta de penser que sa soirée était devenue bien plus intéressante d'un seul coup.
D'un geste un peu arrogant de la main, il signala à la blonde qu'il n'était pas besoin de le remercier pour son verre. Si elle apprenait le nombre de femmes qui lui étaient redevables en cocktails et alcools en tout genre, elle en aurait le tournis. Il voyait ça comme un investissement et comptabilisait ses notes de bar comme autant de proies épinglées sur son tableau de chasse.

"Unique, hein ?" Le musicien repoussa son verre pour se pencher vers sa compagne et prendre appui sur ses coudes. Il s'apprêtait à la cuisiner pour en savoir plus quand une sonnerie familière retentit.

"Ah. Il va falloir que je m'absente quelques minutes... Si tu veux bien m'excuser..." Et pour se faire pardonner de son départ et de son passage brutal au tutoiement, il lui adressa un clin d'œil  avant de terminer son cocktail d'un seul trait. En passant devant le bar, il en profita pour commander deux autres verres, précisant qu'ils pouvaient être immédiatement servis à leur table.

A l'abri des regards dans le couloir qui servait de sas de décompression entre l'entrée du bar et la sortie, Dorian sortit son téléphone. Il avait mis en place une alarme automatique pour lui rappeler l'heure à laquelle il envoyait toujours son dernier message de la journée à Ecaterina, de sorte qu'il n'oubliait jamais, en dépit du degré de fatigue ou de la quantité d'alcool qu'il avait dans le sang. Les vieux rituels ne perdaient jamais de leur charme et il aimait à penser que cela avait permis à la fratrie de supporter un peu mieux leurs longues périodes d'éloignement après son déménagement à L.A. Et c'était beaucoup trop personnel pour l'écrire devant une parfaite inconnue, même si elle finissait dans ses draps.

Lorsqu'il retourna à sa table, Dorian déboutonna le premier bouton de sa chemise. La chaleur de la pièce se faisait étouffante et il regretta d'avoir manqué de modération avec son premier Sex on the Beach. Il en aurait presque grimacé en attrapant son nouveau verre. Le regard de la blonde qui pesait sur lui l'incita à retrouver toute sa contenance, et à livrer enfin un peu plus sur lui.
"Seul, non. Accompagné, non plus. J'habite avec ma sœur... J'aime m'assurer que tout va bien avant de vaquer à mes occupations nocturnes.... Je viens de Cincinnati, mais j'arrive de L.A. Dans la famille, on a un faible pour Lima, c'est plus fort que nous..."

Il mêlait habilement passes de séduction et confidences touchantes. Quelle femme ne fondrait pas en le découvrant en grand frère protecteur et dévoué ? Il dégagea son col un peu plus largement. "C'est moi ou il fait très chaud tout à coup ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 03. Jealous of her boogie. (pv. Dorian Robertson )   

Revenir en haut Aller en bas
 

03. Jealous of her boogie. (pv. Dorian Robertson )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Lima City
 :: Centre Ville
-