Choriste du mois


Partagez | 
 

 03. Miss Nothing and Mister Everything [James]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
03. Miss Nothing and Mister Everything [James] Empty
MessageSujet: 03. Miss Nothing and Mister Everything [James]   03. Miss Nothing and Mister Everything [James] EmptyLun 8 Nov - 19:24


03. Miss Nothing and Mister Everything [James] 101108072047491437081006
Miss Nothing & Mister Everything

03. Miss Nothing and Mister Everything [James] 101108072050491437081007

    Bzzz …. Bzzzz …
    What the fuck is that ?
    Fut la première pensée de Désirée lorsqu'elle entendit son portable vibrer, juste sous son oreiller.
    La blonde poussa un grognement, pas très sexy me direz vous, avant de se retourner, se retrouvant allongée sur son lit. Elle se gratta machinalement l'arrière du crâne tandis que ses yeux s'habituaient à la lumière environnante. Désirée ne tirait jamais ses rideaux, elle était trop vieille pour avoir peur du noir (elle avait tout de même vingt sept ans !) mais la nuit, lorsqu'elle était nichée sur son lit, assise en tailleur, son ordinateur portable sur ses genoux, elle aimait bien voir serpenter des ombres aux formes bizarres sur ses murs. Il lui arrivait de rigoler face à certaines alors que d'autres lui donnait de l'inspiration.

    Désirée se mit en position assise et s'étira. Son portable continua de vibrer. Ah oui ...C'était vrai qu'il l'avait réveillée ! Elle le dénicha sous son oreiller et éteignit son réveil. Wow … Stop ! Pourquoi est-ce qu'elle avais mis son réveil alors qu'on était le samedi ? Elle n'avait jamais vraiment été du matin et en plus elle était de ce genre de personnes qui s'agrippaient désespérément à leur couverture en disant « nooon ! Encore cinq minutes !! ». Même personnes qui, soit dit en passant, maudissaient le temps lorsqu'ils arrivaient en retard, chose qui arrivait très très souvent chez Désirée. Bref, pourquoi le réveil ? Elle porta son regard vers sa table basse et eut un grand sourire. (Mais vraiment grand, à faire pâlir d'envie Chess). La jeune femme avait veillé toute la nuit et c'était pour cela qu'elle venait seulement de se réveiller à 14heures. Oui, car le narrateur a oublié de préciser qu'il était 14heures mais … Passons ! L'écrivain en herbe qu'elle était avait passé la nuit à écrire, et quel nuit vraiment ! Elle qui s'était évertuée à chercher l'inspiration pendant des jours et des jours et là … !

    Cela lui était carrément tombé dessus ! A la réflexion faite, la situation avait été plutôt comique. Désirée était à Starbucks prête à passer sa commande et soudain … L'idée du siècle ! Le serveur avait sans doute dû la prendre pour une folle en la voyant sortir du Starbucks à toute allure et CE avec des hauts talons. (Ce qui pour Désirée était une vitesse considérablement élevée vu qu'elle savait courir avec des talons aiguilles de huit centimètres aux pieds). Bref, juste le temps de rentrer chez elle, au diable le café et … Oui, au diable le café, elle la grande accro à la caféine, qui souriait rien qu'à l'odeur d'un moka latte, elle avait dit Sayonara à son café du soir et était rentrée chez elle. Écrire. Toute la nuit. Mais franchement … Qui comptait ! Elle s'était couchée à six heures du matin, juste après avoir imprimé le fruit de son travail et l'avoir posé sur sa table , et alors ? Elle ne penserait plus à tout ces petits détails lorsqu'elle aurait son prix Nobel de littérature... (Oui, la vie était plutôt agréable dans la tête de Désirée).

    Bref, il était temps qu'elle passe en mode actif. Même si écrire passait toujours avant tout, elle avait des cours à préparer et des copies à corriger … Cela lui faisait un peu mal au cœur de se dire qu'elle allait traquer les fautes d'orthographes d'élève de secondes (non mais sérieux où avaient-il appris à écrire ? Dans sa salle de bain peut être ?!) plutôt que de se relire mais bon … Elle le ferait plus tard. Non, d'abord elle allait manger. C'est donc sur cette bonne pensée que Désirée finit par sortir de son lit et se dirigea vers son réfrigérateur et l'ouvrit. Une bonne journée commence toujours par un bon petit-d... Okay. Son réfrigérateur était vide. Hmmm … Elle avait peut être omis de faire les courses depuis quelques jours. Bon, il fallait d'abord qu'elle aille au centre commercial … Comme ça elle pourrait acheter son costume pour le bal d'Halloween ! Désirée souriait rien que d'y penser. Halloween était sa fête favorite. Pourquoi ? Franchement, vous en connaissez beaucoup vous des fous qui n'aiment pas se déguiser et harceler les gens pour des bonbons. Et puis quel autre meilleur événement pour se montrer sous son vrai jour ? Ce jour-là, Désirée avait LA bonne excuse pour s'empiffrer et adopter son éternelle philosophie : « j'agis et ensuite je mange … euh je pense ! ».
    … C'était officiel, il fallait vraiment qu'elle aille faire les courses, pensa t-elle en se dirigeant vers la salle de bain.

    […]

    Trois pelés et un tondu plus tard … Non je plaisante, une heure plus tard, Désirée sortait, encore plus fraîche que le type de la pub Hollywood chewing-gum (I FEEL SOO FRESH !), de sa mini Cooper, garée dans le parking du centre commercial. La blonde n'avait jamais été une grande fan de voiture mais … Une mini Cooper avec le drapeau de l'Angleterre sur le capot ? Plus classe tu meurs !
    Elle s'arma d'un cadi (because cadi can kill ) et entra dans le mall. Première destination : Walmart. On disait qu'il ne fallait jamais faire les courses le ventre vide, cette règle ne s'appliquait pas à Désirée … Elle faisait TOUJOURS les courses le ventre vide, certes ce n'était pas responsable d'attendre que son réfrigérateur se vide avant de le remplir, mais c'était ainsi qu'elle fonctionnait et elle était toujours en vie, non ? Si, alors Désirée s'inquiéterait lorsque ce serait le contraire.

    Elle n'avait évidemment pas de liste et prenait un peu tout ce qui lui passait sous la main : du fromage en bobonne, des chips, de la sauce piquante (pour aller avec les chips), des pattes, des ailes de poulet … Désirée était arrivée au rayon fruits et légumes lorsque la chanson qui retentissait dans les hauts parleurs de l'enseigne changea. La blonde eut un sourire en entendant le nouveau morceau : Can't touch this. Il fallait absolument qu'elle danse. Personne à droite, personne à gauche …
    C'est parti !


Dernière édition par Désirée Cravy le Dim 5 Déc - 21:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. Miss Nothing and Mister Everything [James] Empty
MessageSujet: Re: 03. Miss Nothing and Mister Everything [James]   03. Miss Nothing and Mister Everything [James] EmptyJeu 11 Nov - 0:09

    Bon voilà. Vous alliez savoir LE secret de James. Il était amoureux de Sue. Non je rigole. C'était pas un secret ça, tout le monde était au courant ! Marrant, d'habitude les sentiments étaient ce que l'on garder de plus enfoui en nous, n'osant parfois même pas y faire face nous-même. Bref, nous sommes en train de partir en live digresser. Revenons-en à nos moutons. Quelle jolie expression au passage,... parfaitement adaptée à la situation... Car il était bien question de moutons ! Non, James n'en avait pas peur. Par contre il les comptait pour ne pas penser à sa phobie : le NOIR ! Et oui ! Tout seul dans la pénombre il avait tôt fait d'imaginer les pires créatures. Le croque-mitaine n'était pour lui pas qu'un mythe, et les ombres des feuillages sur les murs de sombres présages. Un bruit de plancher qui craque du fait du travail du bois ou un petit coup de vent dans les murs et vous pouviez être sûrs qu'il se planquait sous sa couette ! Le professeur de mathématiques rationnel et cohérent disparaissait complètement pour laisser place à un homme à l'imagination trop débordante. L'être humain était décidément bien complexe. Et paradoxal.
    Alors voilà, ses rideaux étaient toujours parfaitement clos pour qu'aucun trait de lumière ne filtre. Et pas de veilleuse ! Ces joujoux étaient là pour engraisser les charlatans. Où vous aviez vu qu'elles rassuraient ? Elles ne servaient qu'à créer des ombres inutiles, oui ! C'était tout ! Par contre James avait une lampe de chevet, très efficace lors de réveils en sursaut et/ou en sueur. Hop on allume, on constate qu'il n'y a rien et on essaye, j'ai bien dit on essaye, de se rendormir. En espérant que le cauchemar ne revienne pas à l'attaque.


    Pfiou ! C'était soulageant de pouvoir confier un si lourd secret. On se sentait plus libre une fois ces confessions faites. Pourtant désormais toute personne au courant avait matière à chantage ! Mais faire chanter James sans son accord était une très mauvaise idée car pour lui faire aligner des notes justes il fallait qu'il s'entrainât !

    Aujourd'hui, il avait ma foi plutôt bien dormi. Pas de réveil soudain. Quelques mauvais rêves où il se retrouvait transformé en gâteau au chocolat mais rien de plus méchant. Il s'était réveillé à temps pour ne pas être mangé ! Ouf ! Il l'avait échappé belle ! Tiens, d'ailleurs... un gâteau au chocolat... ce pourrait être une bonne idée ! Oui, voilà, allons en acheter un ! Et puis profitons-en pour faire deux ou trois courses en même temps... D'un geste il attrapa sa liste et des sacs plastiques. Direction ? Le centre commercial ! Sheffield n'était un de ces bobos amateurs de petites épiceries à l'ambiance super agréable, familiale, aux odeurs délicieuses pouvant mettre l'eau à la bouche, à la qualité irréprochable, au sourire de la vendeuse, au naturel des prod... bon, d'accord. S'il avait le temps il aurait probablement fait le tour des petits commerçants, du marché, et tout ce business ne vous faisant pas enter dans la consommation de masse. Mais il n'avait pas le temps. Des copies à corriger, des cours à retravailler et à donner, des stratégies pour conquérir Sue à concevoir... Il avait un emploi du temps très chargé (oui parce-que bien sûr nous avons éludé quelques détails : coiffeur, manucure, cours de guitare...) !

    Alors, voyons, cette liste... Jus de pamplemousse, biscottes, margarine et poudre de chocolat pour mettre dessus -je vous assure que c'est délicieux, essayez !-, courgettes -oui, le James consomme des légumes-, carottes, viande -le James est généraliste pour certaines catégories, pourtant il impose la rigueur à ses élèves dans les expressions mathématiques et ne supporte pas approximation... -, mousse à raser, shampooing, PQ.

    C'est alors qu'une idée lui vint : et s'il y ajoutait les ingrédients pour faire un gâteau plutôt que de l'acheter tout préparé ? Celui lui permettrait de faire plusieurs essais. Et puis il pourrait toujours prétendre vouloir préparer autre chose avec ses achats. Le chocolat ? Oh, c'est du pâtissier mais c'est quand même pour déguster avec mon café, je préfère. La farine, les œufs ? Pour lancer sur mes ennemis ! Mais non je plaisante, bien sûr, c'est pour faire des crêpes ! Que des baratins, en somme.
    Mais...
    Mais...

    Mais après tout, pourquoi avait-il tellement envie d'un gâteau au chocolat ? Étrange !!

    Toutefois, l'idée était bien incrustée dans sa tête. Il se mit au volant de sa voiture qui certes n'avait pas de drapeau anglais, mais possédait un volant à droite ! Une vraie british, avec une plaque américaine d' l'Ohio. Il était là depuis trop longtemps, il fallait bien qu'il puisse recevoir ses éventuels procès verbaux ! La marque ? Une Aston Martin, évidemment !

    ...

    Dans ses rêves ! Il n'avait malheureusement pas les moyens. Un jour, peut-être, s'il gagnait au Loto... Encore faudrait-il qu'il y jouât ! C'était donc dans une Vauxhall Astra rouge aux vitres arrières sur-tintées qu'il roulait. Une citadine ma foi très agréables et peu banale aux Etats-Unis du fait de son caractère très british. Les américains avaient tendance à consommer local. Du General Motors, par exemple. Firme sûrement client du fameux équipementier Molex défrayant la chronique française... Comme bien des entreprises dans ce secteur. Pardon, assez parlé des entreprises ! Décidemment, ce RP n'est que digression et blabla inutile ! Bien fait ! Voici votre prix pour avoir découvert le secret de James ! Tout se paye dans la vie mes cocos !


    Le voici arrivé armé de sa liste au centre commercial. Bon, il avait aussi son porte-feuille, hein. Et même son téléphone portable !

    Un peu las, faire les courses n'était pas son passe-temps préféré, il s'aventura dans les rayons. Ceux-ci avaient à nouveau changé d'organisation ! Les dirigeants du magasin aimaient casser les habitudes de leurs consommateurs pour leur faire découvrir des produits auxquels ils n'auraient pas forcément pensé mais qui finalement s'avéreraient indispensable d'acheter. Marketing, quand tu nous tiens... Ce fut alors que retentit la fameuse chanson "Can't Touch This". James se mit à fredonner tout en tournant vers le rayon fruit et légumes, à la recherche de carottes et de courgettes. Sauf qu'on l'empêcha d'atteindre l'étalage sur lequel reposaient les précieux Graal (pour les besoins de l'histoire on va dire qu'il y en a plusieurs). En effet, on venait de lui rentrer dedans ! Encore quelqu'un qui marchait trop vite ou ne faisait pas attention où il mettait les pieds !
    James ne le savait pas mais la personne en question était en train de danser. Pire encore, il s'agissait de sa charmantecollègue blonde.

    « Excusez-moi... » dit-il en se retournant.

    C'était tout lui ça, d'excuser alors qu'il n'y était pour rien dans l'affaire ! Mais le parfum délicat entourant cette personne avait fait naître en lui l'intuition qu'il s'agissait d'une femme. Or James était un gentleman. Pour de vrai. Juste qu'il ne fallait pas trop lui marcher sur les pieds. Gentleman ne veut pas dire soumis aux caprices de ces dames et à leurs humeurs. Non mais !

    « Désirée ?!! Mais qu'est-ce que tu... ? Et puis d'abord pourquoi tu me bouscules ?!

    Pour le coup il était plus gentleman. Sourcils froncés et moue irritée, James n'était plus le souriant britannique dont on ne savait pas quoi de ses yeux ou de son accent était le plus sexy. Mais là c'était le pompom ! Elle se fichait de lui ou quoi ? La voici entrain de lui faire du rentre-dedans littéral ! Et cette fois-ci elle ne pourrait pas dire que c'était lui le fautif ! Il voulait juste des courgettes, c'était écrit là, sur sa liste, bleu sur blanc-cassé-en-papier-recyclé !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. Miss Nothing and Mister Everything [James] Empty
MessageSujet: Re: 03. Miss Nothing and Mister Everything [James]   03. Miss Nothing and Mister Everything [James] EmptyDim 14 Nov - 17:40

    EVERYBODY DANCE NOW !!!
    Est-ce qu'une femme d'âge mur (oui 27 ans tout de même ... On peut dire que c'est mûr tout de même) était en train de se déhancher au rayon fruits et légumes ? ...
    Vous voulez vraiment la réponse à cette question ? Non, parce que la réponse était doublement positive, en plus elle était blonde pour courroner le tout. Mais elle s'appelait Désirée Cravy et comme elle aimait particulièrement cette chanson, on pouvait dire qu'elle avait des circonstances atténuantes. Oui parce que, en régle général, lorsqu'elle n'était pas une période de déprime, Désirée était quelqu'un d'une bonne humeur plutôt constante et contagieuse, son comportement s'apparentant souvent à celui d'une pile électrique. En bref et pour faire simple, elle avait la pêche. (Normal dans le rayon fruits et légumes, non ? Bon, le narrateur sort ...) En plus, Désirée n'avait rien à envier à certains membres de certains glee club, elle ne savait peut être pas chanter mais elle savait danser. Bougeant ses formes sans aucune honte au rythme de la musique. En même temps avec un corps comme le sien, c'était tout bonnement impossible d'avoir honte de quoi que ce soit ... Et sa digni... Pfff, quelle dignité ?! Bon passons, la chanson touchait à sa fin, au plus grand déplaisir de Désirée. Hors de question de se laisser abattre, non, c'était le moment de se déhancher avec plus de vigueur sur les "oh, oh, oh, oh, oh ... ! "

    Wouhou, soyons fou et dansons innocemment dans le rayon fruit et l... WOW ! Désirée venait de rentrer dans quelque chose. C'était à prévoir vu la façon dont elle dansait. Mais sur quoi était-elle tombée ? Un comcombre géant ? (Pitié, faite que ce soit un ananas géant, pensa t-elle). Elle s'écarta un peu de la fameuse personne, juste le temps de reprendre ses esprits (oui c'est bien Oscar Wilde qui a écrit The Picture of Dorian Gray ) et de réaliser QUI était en face d'elle.
    Et ...
    WHAT
    THE
    ACTUAL
    FUCK ?

    James Sheffield.
    Vraiment ? Avec TOUS les habitants de Lima et notamment TOUS les hommes qui habitaient à Lima il fallait qu'elle tombe sur James fuckingSheffield ? Un samedi matin, en DEHORS du lycée. Si elle n'avait pas été d'aussi bonne humeur, Désirée aurait maudit les quelconques dieux qui s'amusaient avec son destin. MAIS petit un : elle avait la pêche, deuxièmement, sa dernière rencontre avec James s'était plutôt bien finie ... Enfin pour elle en tout cas. Donc qui était censé avoir peur de qui maintenant, un ?
    C'est donc avec un sourire sur les lèvres et les mains sur les hanches qu'elle lui répondit.


    "Bonjour à toi aussi James. Puisque tu poses la question, je vais bien. Et toi ? Non ne réponds pas en fait ça ne m'intéresse pas vraiment et c'était plus pour la forme."

    Quoi ? Qui avait dit qu'elle était obligée d'être civilisée avec lui maintenant ? Il l'avait lui même admis, elle avait gagné, elle Désirée Cravy. Est-ce que les empereurs romains envoyaient des fleurs aux peuples conquis ? Non ! Il les réduisait en esclavage et on en parlait plus. Hmmm ... A la réflexion faite, ignorons cette argument plus que fallacieu et disons juste à la place que Désirée était beaucoup trop contente pour se laisser attendre par les énergies O COMBIEN négatives véhiculées par Mr Sheffield.
    Lui tournant le dos, elle osa même aller récuper son cadie aux provisions plus qu'extravagantes, pour le pousser jusqu'à sa hauteur.


    "Tu as d'autres questions ou bien est-ce que je peux poursuivre tranquillement mes courses ? Oui parce que juste au cas où tu ne l'aurais pas remarqué, les supermarchés sont libre d'accès à tout le monde. Regarde ! Quelqu'un comme toi a même le droit d'y rentrer !"

    Smirk.
    Elle une garce ? Ab-so-lu-ment p... Bon, juste un tout petit peu. Mais on ne peut pas lutter contre la bonne humeur, on ne peut tout simplement pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. Miss Nothing and Mister Everything [James] Empty
MessageSujet: Re: 03. Miss Nothing and Mister Everything [James]   03. Miss Nothing and Mister Everything [James] EmptyMar 23 Nov - 7:02

    Soyons clairs, James n'était pas d'humeur à ENCORE se faire descendre par une blonde. Cela commençait à lui peser, à lui courir sur le haricot ! Pourquoi s'accrochait-il à Sue comme une bernique à son rocher ? Pourquoi ? Pourquoi devait-il tomber sur Désirée chaque fois qu'il se rendait quelque-part ? Pourquoi ? Pourquoi était-il toujours en confrontation avec son homologue prof de mathématiques Evi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Il était le souffre-douleur des blondies ! Voilà ce qu'il en coûtait d'être un rosbif passionné au milieu de ce lycée d'Amérique.

    Enfin, la raison au fond on n'en avait que faire. Ce qui comptait c'était les conséquences. Et là elles étaient telles que Désirée entra en mini-monologue pour encore le rabaisser, et surtout le ridiculiser.

    [HJ : là Itunes vient de me mettre aléatoirement Closer de Nine Inch Nail OO]

    Et béh vous savez quoi ? Puisqu'elle ne voulait pas qu'il réponde, il ne répondrait pas ! Na ! James la fixa d'une manière on ne peut plus flegmatique alors qu'elle répandait son venin. Qu'espérait-elle ? Qu'il se mette en colère ? Qu'il lui réponde avec véhémence ? Ou qu'il craque derechef ? Oh non ! Il ne lui ferait pas ce plaisir ! Il posa fermement ses mains sur la barre de son caddie, en soutenant le regard de sa collègue. Il ne lui restait que deux solutions.

    La première c'était prendre l'affaire avec humour, comme il faisait si souvent. Trouver une phrase incisive mais à laquelle l'un comme l'autre pourrait rire. Rester dans le domaine du non sérieux, comme leur petit jeu avait toujours tourné. Ne vantions-nous pas l'humour britannique ? Alors, maintenant il nous fallait des preuves ! Sauf que voilà, ça ne sortait pas tout seul. Et puis James n'était pas Mr Bean. C'était une personne normale. Un peu timbrée (le sujet c'est "personne", pas "James", commencez pas à déblatérer sur cet accord :p) sur les bords, mais normale. En ce moment il n'avait plus envie de rire. N'avait-il pas donné sa rémission ? Ce n'était pas pour des prunes. Rien ne servait de le jeter dans le compost puis de l'écrabouiller avec un talon aiguille ! S'il avait su que ce serait ça il...

    Il aurait agit comme il s'apprêtait à le faire ici. En fuyant. Un geste peut-être lâche, peut-être. Mais surtout il voulait éviter de se donner en spectacle dans le centre commercial le plus fréquenté de Lima. Et puis, il était grandement fatigué de tout cela. Pourquoi les femmes s'entêtaient-elles à massacrer les hommes dès qu'ils laissaient apercevoir une faille ? Ah ! voilà ! Il commençait à être misogyne. Tout cela allait décidément trop loin !

    « Bien, si tu n'as plus rien à ajouter... »

    James exerça une pression sur son chariot pour commencer à le faire pivoter dans la direction opposée à Désirée. Tant pis pour les courgettes, il s'en passerait.

    « A lundi ! ... »

    Et il partit, marchant vers le premier rayon venu histoire de paraître occupé. Voyons, qu'est-ce que c'était ? Nourriture pour animaux ! Erf ! Il n'en avait pas. Bon, avançons jusqu'au prochain alors.

    Et ne me parlez plus de cette histoire !



[HJ : désolée pour la courtesse :S]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. Miss Nothing and Mister Everything [James] Empty
MessageSujet: Re: 03. Miss Nothing and Mister Everything [James]   03. Miss Nothing and Mister Everything [James] EmptySam 27 Nov - 12:08

    Comme vous l'aurez compris, Désirée n'avait plus du tout l'intention d'appliquer les règles de la bien séance générale lorsque James Sheffield était dans les parages. C'était très certainement un comportement bien enfantin pour une femme de son âge mais … Honnêtement, si vous faisiez un tour dans sa tête là tout de suite, vous seriez surpris par toutes les montagnes de bêtises que vous pourriez y trouver. Tout d'abord, la blonde manquait cruellement de logique (pas besoin, vous aurait-elle répondu, lorsque l'on est écrivain) et elle avait préféré lui substituer la folie, tout à fait utile lorsque l'on était artiste. On pouvait ajouter à cela le fait qu'elle manquait de perspective et qu'elle n'avait pas le sens des réalités et beaucoup, BEAUCOUP, trop d'imagination.

    Mais ne nous égarons pas (non, non … Le narrateur sera très ferme cette fois-çi : nous ne nous égarerons pas !!!) et revenons au sujet de tant de mépris et de tant de moqueries : James Sheffield. La grande question à présent c'était … (Roulement de tambour s'il vous plaît) Allait-il répliquer comme il savait si bien le faire, c'est-à-dire de manière adulte, responsable … Mais n'importe quoi ! En ce qui concernait les responsabilités, James n'était pas mieux qu'elle et il l'avait déjà, plus que très bien d'ailleurs, prouvé par le passé. Dans le bureau de Désirée … (Le narrateur est-il le seul à voir à quel point cette tournure de phrase est malsaine ? Passons !) Sauf qu'aujourd'hui, en ce beau samedi matin, ils se trouvaient dans un centre commercial, DANS un lieu public. Et même si le ridicule ne tuait pas … Il pouvait faire de sérieux dégâts.

    Cependant surprises des supprimes, James ne répliqua pas, il ne s'énerva pas, lui lança une réplique minable … D'un ton plat. Désirée le fixa quelques secondes, plus que déconcertée. Wow wait a minute, wait a minute … What is going on here ?
    QUI était cet homme qui s'éloignait d'elle en poussant son chariot avec une mollesse (est-ce que ce mot existe vraiment ? Le narrateur ira méditer là-dessus … ) et une lenteur si affligeante ? Une chose était certaine : ce n'était PAS James Sheffield. Non ! Pourquoi ? Parce que le British n'avait pas hérité son surnom de "chocolate cake" pour rien. Où était passé son caractère fougueux et téméraire ? Où était passée la passion ? En un mot : où était passé le chocolat ? …

    La blonde crut voir rouge : personne ne la privait de chocolat. Traduction - pour tous les autres humains normaux qui ne comprenaient pas si bien le Désirée que le narrateur- : James n'allait pas s'en tirer à si bon compte. (Et NON, Désirée n'allait pas se jeter sur lui non plus, elle avait plutôt bien retenu la leçon … )


    "Wow … Je dois dire que je suis plutôt impressionnée, tu parais beaucoup plus serein que la dernière fois. Pardonne ma curiosité mais … Il s'est passé quelque chose, non ? Oh mon Dieu ! Ne me dis pas que toi et Sue vous êtes enfin ensembles ? "

    Ouch, ouch… Oui, la bonne humeur de Désirée pouvait s'exprimer sous diverses formes. Et elle qui se prétendait toujours gentille et douce … Se montrait plutôt sous un nouveau jour à présent. C'était certain, elle n'avait plus des allures de Reine Blanche mais de souveraine noire, voir même rouge sang. (Qu'on lui coupe la tête ! … Non, à la réflexion faite, un James sans tête ne serait vraiment utile.)


    "Eh bien … N'oublie pas de me prévenir pour le mariage, je ne voudrais le manquer pour rien au monde. J'apporterais un truc spéciale … Un gâteau au chocolat ou quelque chose dans ce goût-là."

    Désirée avait dit cela avec un grand sourire sur les lèvres. Aaaah … mais hey ! Si James n'avait pas du tout l'intention de sortir de ses gonds et rester aussi zen que maître Yoda, qui était-elle pour aller contre sa volonté.

    "Sur ce, et comme tu l'as si bien dit : à lundi !"

    Et ce fut au tour de Désirée de pousser joyeusement son chariot comme si de rien était. Car après tout, elle n'avait pas du tout fini de faire ses courses. Pour une obscure raison, elle avait une soudaine envie de manger des nouilles. Alors que les nouilles se tiennent tranquille, Désirée Cravy arrivait.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. Miss Nothing and Mister Everything [James] Empty
MessageSujet: Re: 03. Miss Nothing and Mister Everything [James]   03. Miss Nothing and Mister Everything [James] EmptyMer 1 Déc - 8:19

    Alors qu'il allait paisiblement continuer ses courses, que la vie redevenait normale, quelque-chose d'improbable se produisit. Désirée Cravy revint à la charge ! Incroyable ! Se prenait-elle pour la crème anglaise qui se devait d'accompagner un gâteau au chocolat afin de le rendre plus que savoureux ? Non. C'était plutôt un pot de colle, de la glu ! Peut-être une réincarnation de Cléopâtre ? Allez savoir !

    Mais encore cela aurait pu passer, voire même être drôle et revenir dans leur petit jeu… si ses propos envenimés d’avaient pas volontairement touché le point sensible. A nouveau la blondasse ( :p) se permettait de torturer son collègue. A tel point qu’il se demandait parfois si elle ne voulait pas sa mort… Quel était son but à la fin ? Il n’avait rien demandé. D’ailleurs son repli stratégique le prouvait. M’enfin, rien n’était plus entêté qu’une femme, il fallait le reconnaître. Et ne pas l’oublier.

    Au moment où la demoiselle posa la question fatidique, si Sue et lui étaient enfin ensembles, il baissa la tête et serra ses mains sur son caddy, à tel point que les jointures commençaient à se blanchir. Allons, allons, du calme James, cela lui ferait trop plaisir que tu t’énerves. Aller, on joint ses doigts, on ferme les yeux et on dit : « Le carré est un cercle et le cercle est un carr… » QUOI ? Quelles étaient donc ces inepties mathématiques ?

    Désirée continua sa torture, cette fois ci peut être moins volontairement. Car de toute la phrase qu’elle venait de prononcer, un mot retentit aux oreilles du professeur scientifique. Le « gâteau au chocolat ». Oh qu’il voulait en manger un !! Ce n’était pas possible d’avoir de telles envies obsédantes alors qu’on n’était pas une femme enceinte ! La vie était étrange de temps en temps, il lui arrivait d’avoir des raisons que la raison ignore. Pourtant les raisonnements raisonnés et raisonnables c’étaient le domaine de James. Alors comprenez son trouble. Il commençait à se demander s’il ne cauchemardait pas.

    James se pinça.

    Aïe.

    Puis la demoiselle repartit en direction des nouilles. Qui se ressemble s’assemble hein ! Elle allait rejoindre ses consœurs. Rho je suis méchant.

    Mais la grande question n’était pas le lien éventuel entre blonde et nouilles, mais bel et bien : Mr Sheffield allait-il la rattraper et lui dire le reste ou faire s’envoler toute cette histoire loin de sa colère, loin de ses frontières, au fin fond du dés… dessert ! Le gâteau au chocolat l’appelait.
    Oui mais il ne pouvait pas la laisser filer ainsi ! Alors il se rendit jusqu’au rayon des spaghettis, tortellinis et autres penne. Ce fut à côté des pâtes trois couleurs qu’il s’arrêta dans le but de lui dire ses quatre vérités. Mais finalement, ce fut une simple question qui sortit. Croisant les bras, le professeur de mathématiques demanda :

    « C’est quoi ton problème avec moi ?! Tu ferais mieux d’aller t’occuper d’Ashton plutôt que de continuer à me harceler. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. Miss Nothing and Mister Everything [James] Empty
MessageSujet: Re: 03. Miss Nothing and Mister Everything [James]   03. Miss Nothing and Mister Everything [James] EmptySam 4 Déc - 16:44

    Les nouilles.
    Les … nouilles.
    … Les nouilles quoi !
    Non, non, je vous rassure tout de suite, le narrateur de cette histoire plus que rocambolesque, que dis-je de cette véritable recherche de la philosophie en chacun de nous, n'est pas encore mort. Non, le dit narrateur essayait juste de trouver une façon de reprendre les choses là où il les avait laissées. Une tâche des plus difficiles lorsque l'objet de la dite narration (oui, nous resterons avec le registre du verbe narrer … SCREW YOU SYNONYMS !) était Désirée. Son esprit passait d'une chose à une autre, choses qui bien évidemment n'avaient aucun rapport entre elles. Et là pour le coup, elle avait décidé de zapper James. Il voulait l'ignorer ? Grand bien lui fasse, la blonde qu'elle était allait désormais en faire de même et l'humanité toute entière se porterait bien mieux. Bref, elle avait dérivé aux rayons nouilles et Désirée voulait (on évitera avec soin la redondance Désirée désire) des nouilles aux boeuf.
    Pas aux crevettes, ni même au poulet et encore moins aux légumes (YEURK !).
    Mais au boeuf.
    Avec plein de piments à l'intérieur.

    Eh oui, la blonde était accro aux nouilles, en même temps ces petits sachets vendus pour quelques cents avaient bien des avantages. Premièrement, ils étaient peu coûteux, ensuite ils se conservaient très longtemps et enfin, le délicieux repas était prêt en 3 minutes. On ajoutait de l'eau, un tour au micro onde et voilà ! Désirée aimait ce genre de repas sur le pouce lorsqu'elle passait ses journées à écrire. Et les placards de sa cuisine étaient vide de chez vide et elle avait bien l'intention de faire le plein.

    Aussi, Désirée se mit à remplir joyeusement son caddie en pensant que tout allait bi… STOP ! Pfff … James était là bien évidemment, il revenait à la charge. Elle aurait pu l'ignorer, si seulement il ne s'était pas mis à parler d'Ashton.
    WOW STOP ! Depuis quand les mots James Sheffield et stalker professionnel allaient ensemble ?! Désirée avait rencontré l'homme, très charmant soit dit en passant avec une de ses voix à se lécher le … Hmmm … Elle avait rencontré le professeur de biologie il y avait à peine quelques jours de cela ET elle n'avait même pas eu le temps d'en parler à Emma que … que … lui … il … Et si elle se mettait les doigts dans le nez le lundi à 8h00, James serait-il au courant à 8h00 et 30 secondes ?

    Elle se tourna donc vers lui, un paquet de nouilles à la main et un regard noir sur le visage. Oh comme il aurait été facile de le lui jeter à la figure et de prétendre à un accident. Mais non … Désirée avait tout de même un peu plus de classe que ça. … SI UN PEU QUAND MEME. C'est donc du haut de son un mètre soixante neuf et quelques millimètres, que Désirée s'avança jusqu'à James.


    "Oh est-ce que c'est une menace ? Non parce que j'adorerais voir ce qui se passerait si je décidais de … je ne sais pas moi ? De faire absolument le contraire ! Contrairement à ce que tu penses, je n'ai pas peur de toi … "

    Bon … James faisait au moins … Une tête et des poussières de plus qu'elle. Il était physiquement plus fort qu'elle parce que c'était un homme. Mais quand même … Hé ho, elle l'avait vu à deux doigts de pleurer alors hein … Oh oui d'ailleurs qu'il essaye de la frapper, Désirée se ferait une joie de répliquer … AVEC SON PAQUET DE NOUILLES AU BOEUF ! (Because Noodles will rule the world my friend !!!)

    "Because you know what ? Your time is over James, the only thing you can except it's me hugging you sorry ass. But that's never gonna happen so … Screw you ! "

    Désirée avait ajouté sa "punch line" avec un grand sourire sur les lèvres et, c'est en quasiment en bondissant, qu'elle continua a faire ses courses … Comme si de rien était.

    "Oh géniale une promo sur les nouilles ! Je crois que tu devrais en prendre, ça te ferais le plus grand bien … "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. Miss Nothing and Mister Everything [James] Empty
MessageSujet: Re: 03. Miss Nothing and Mister Everything [James]   03. Miss Nothing and Mister Everything [James] EmptySam 4 Déc - 20:57

03. Miss Nothing and Mister Everything [James] Scarlett-scarlett-johansson-1913610-100-10003. Miss Nothing and Mister Everything [James] Ralph_fiennes_018
Désirée Cravy & James Sheffield

    On ne pouvait pas dire que James était au courant pour les sentiments de Désirée et d’Ashton. En fait il avait remarqué les regards de son neveu, et ses soupçons s’étaient accrus lors d’une petite discussion. Il y avait certaines expressions du visage qui ne trompaient pas. Alors voilà, il voulait que Désirée y fasse un peu plus attention. Un homme malheureux, amoureux d’une femme qui ne le regarde pas, c’était déjà bien suffisant dans la famille. Donc sans vouloir jouer les entremetteurs (car cela n’aurait pas marché), il voulait quand même essayer de donner un coup de pouce à son neveu. Même si, pour être honnête, il n’était pas tout à fait d’accord avec ses goûts. Mais après tout, on ne choisissait pas, en amour… Tout ce que James espérait, c’était que Désirée ne fasse pas trop de mal à Ashton. Mais même si elle était complètement timbrée, avec tous les livres qu’elle avait lu elle devait être une de ses romantiques passionnées ? Ce n’était pas car elle agissait de la pire sorte avec lui qu’elle ne pouvait pas rendre heureux quelqu’un d’autre ? Mouais… pas convaincu en fait. Et mince ! James avait gaffé ! JAMAIS il n’aurait dû lâcher ce sous-entendu !! Voilà maintenant il n’avait plus qu’à sans ronger les ongles car toute tentative de rattraper le coup serait des plus terribles !

    Revenons à la discussion. Désirée lui avait dit franco qu’elle n’avait pas peur de lui. Et alors ? Il le savait, hein. Elle lui avait tourné autour une fois, créant en lui un fort sentiment de claustrophobie et d’insécurité. C’était dans son bureau. Alors s’il y en avait un des deux qui avait peur, c’était lui. A nouveau James se retrouvait en situation d’infériorité. Pour ne pas changer. Il avait déjà perdu une fois, renonçant même un peu plus histoire qu’on lui fiche la paix. Et là encore l’histoire recommençait, sauf que cette fois-ci, il n’y avait pas de mise. Il perdait juste comme ça, parce-qu’il était un looser. « Au grand loto de l’univers, [il] n’[avait] pas tiré l’bon numéro* »
    C’était son destin, il n’y pouvait rien. S’il avait un mur sous la main il pourrait même y graver ANANKÉ.

    Fatalité
    Maîtresse de nos destins
    Fatalité
    Quand tu croises nos chemins
    Fatalité
    Qu’on soit prince ou moins que rien
    Fatalité
    Qu’on soit reine ou bien putain
    Fatalité
    Tu tiens nos vies dans ta main.
    Fatalité
    Fatalité
    Fatalité !
    FatalitéNotre-Dame de Paris


    Décidément, il n’aboutirait à rien en parlant à cette blondasse buttée. Et blablabla et blablabla. Screw you. Oui, bon, bah ça il avait compris depuis le temps. Il en roula même les yeux à cette réplique –oh attention, une réaction sur son visage de britannique !- Autre chose à ajouter? Acheter des nouilles ?

    «Non merci, je commence à en avoir ma dose des nouilles… »

    Oui, il en avait marre de Désirée, car c’était bien d’elle qu’il parlait lorsqu’il avait prononcé le mot nouille. Mais cela pouvait-elle le comprendre, elle, la blondie au cœur non de glass mais bel et bien de glace. Sans d’autre mot cérémonieux d’adieux, il tourna les talons, poussant son cadi vers les caisses. Il n’avait plus faim, plus envie de gâteau au chocolat. Il voulait rentrer chez lui, se faire un bon petit thé chaud et se mater un bon film. Ou jouer de la guitare. Oui, voilà, il jouerait avec sa belle et fidèle Stratocaster. La seule avec qui il pouvait avoir une vraie discussion et qui le comprenait. Belle aprem’ en perspective.


*SOS d'un Terrien en Détresse - Daniel Balavoine, sur les parôles de Luc Plamondon et la musique de Michel Berger, Starmania


[HJ : je pense que nous pouvons clôturer ? A moins que tu ne veuilles rajouter quelque-chose ?]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
03. Miss Nothing and Mister Everything [James] Empty
MessageSujet: Re: 03. Miss Nothing and Mister Everything [James]   03. Miss Nothing and Mister Everything [James] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

03. Miss Nothing and Mister Everything [James]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 3
-