Choriste du mois


Partagez | 
 

 03. Prends garde ! Spider Cochon est là.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 03. Prends garde ! Spider Cochon est là.   Sam 13 Nov - 16:25

Je suis désolée Mlle Pillsbury, mais si vous saviez....

Cela faisait quelques minutes que Roxy se trouvait dans le bureau de la conseillère d'éducation. L'adolescente était en larmes, ne supportant plus les chuchotis et les regards que l'on lui lançait depuis que son aventure avec Gregory s'était répandue comme une trainée de poudre dans l'enceinte de McKinley. Bien sûr, depuis, elle avait renoué avec ses parents mais Roxy ne pouvait pas vraiment considéré ça comme une réussite, bien au contraire. Ceux ci ne cessaient de l'encourager à oublier Charlie et de se consacrer uniquement à ses études. Ils faisaient déjà des tas de projets pour elle mais la seule chose qu'elle voulait était retrouver Charlie, quitte à être de nouveau pauvre. Si seulement, elle pouvait obtenir les deux en même temps.... Mais visiblement, cela lui était totalement interdit.

J'ai peur de ne pas réussir à ce que Charlie me pardonne. J'ai peur aussi parce que je me tracasse tellement que si ça continue ainsi, je risque de foirer mon année et de ne pas pouvoir me faire accepter à Harvard pour mes études de droit. Et ça, je ne pourrais pas me le pardonner ni regarder mes parents en face. Ils font tellement de projets pour moi quand je serais acceptée. J'en peux plus, je suis à bout.... dit elle, d'une voix entrecoupée de sanglots, libérant enfin ce qu'elle ressentait au fond d'elle. Il fallait reconnaître que Miss Pillsbury était une personne qui inspirait vraiment la confiance et en sa présence, Roxane parvenait à se confier plus librement qu'avec n'importe quelle personne qu'elle connaissait car elle avait sans cesse crainte d'être jugée. Or, Miss Pillsbury était aussi neutre que la Suisse et Roxy savait vraiment qu'elle la conseillerait au mieux sans lui reprocher quoi que ce soit sur ses actes. Elle se mit alors à lui expliquer du mieux possible toutes les choses qui la tracassait en ce moment. Cela était vraiment embrouillé car elle mélangeait tout en lui expliquant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Prends garde ! Spider Cochon est là.   Mar 16 Nov - 19:14

Assise dans son bureau, Emma écoutait la jeune fille parler d’une oreille plus qu’inattentive. C’était à peine si elle se souvenait de la présence de Roxy dans son bureau tant elle était absorbée par ses propres pensées, ce qui ne lui ressemblait pas. D’ordinaire, elle était toujours sagement assise, le regard rivé sur l’adolescent qui se trouvait face à elle, buvant littéralement les paroles de ce dernier afin de pouvoir lui donner quelques-uns de ses conseils. Pourtant, elle ne parvenait pas à se concentrer, entendant les paroles de Roxy sans réellement les écouter, sa voix ne semblant être qu’un fond sonore. La veille au soir, elle s’était disputée avec Carl. Oh, ce n’avait pas été une grande dispute de celles que l’on peut en général voir dans les films, avec des vases qui se brisent au beau milieu de la pièce – de toute façon, elle n’aurait pas supporté l’idée de déranger l’ordre si important qui régnait dans son appartement – et des noms d’oiseaux qui volent. Pourtant, cette dispute l’avait marquée, d’une part parce qu’elle ne se souvenait même plus du motif ayant engendré celle-ci, d’une autre car ce n’était pas son genre de se disputer, et encore moins avec Carl qui était la plupart du temps un véritable amour. Fronçant les sourcils à cette pensée, la main de la jeune femme se serra sur son téléphone portable qui était sur ses genoux avant que Roxy n’arrive, et qu’elle avait oublié de ranger. Depuis le matin, elle le gardait près d’elle dans l’espoir d’un coup de téléphone de son petit ami. Pourtant, il n’avait pas sonné une seule fois. Soupirant, la jeune femme sursauta presque lorsqu’elle entendit la jeune fille face à elle renifler.

Ce n’est qu’à ce moment précis qu’Emma prit consciences des larmes qui roulaient sur les pommettes de l’adolescente. Sourcils toujours froncés, elle tenta de se souvenir de ses paroles. Ce fut pourtant peine perdue, elle n’avait absolument rien enregistré de ce qu’avait dit la jeune fille. Cette dernière prit justement la parole, demandant à la conseillère d’orientation de bien vouloir l’excuser, ce qui n’aida pas celle-ci à comprendre où elle voulait en venir. Esquissant un sourire gêné et se mordant la lèvre inférieure ne sachant que répondre, Emma attendit quelques secondes pour voir si Roxy finirait par lui donner d’autres indices sur le sujet de la conversation. Heureusement pour elle, la jeune fille ne tarda pas à lui faire part de ses craintes vis-à-vis d’un certain Charlie, de son probable échec dans ses études si elle continuait à se tracasser de la sorte et enfin mentionna ses parents qu’elle ne pouvait visiblement pas décevoir. Les pièces du puzzle commencèrent à s’assembler dans l’esprit de la jeune femme qui se souvenait maintenant avoir déjà entendu Roxy parler de Charlie. Si ses souvenirs étaient bons, ils sortaient ensemble depuis un moment déjà… enfin, apparemment elle n’était plus à jour par rapport aux relations amoureuses de l’adolescente puisque cette-ci disait ne pas savoir comment se faire pardonner.

Emma finit par ouvrir son tiroir, en y sortant un paquet de mouchoir qu’elle tendit ensuite à l’adolescente pour sécher ses larmes. Elle détestait voir les élèves du lycée comme ça, et s’en voulait de ne pas avoir su suivre le début de la conversation. D’habitude, elle était bien plus attentive que ça. Acquiesçant d’un signe de la tête, elle lui répondit, essayant de la conseiller par rapport à ce qu’elle avait cru comprendre :

    « Oui, hm, peut-être pourrais-tu en parler à tes parents dans ce cas ? Tenter de leur expliquer la… situation, de leur confier tes craintes quant à l’angoisse de ne pas réussir. Ils comprendront, tu ne penses pas ? »

Ses lèvres dessinèrent un nouveau sourire, avant qu’elle n’ajoute :

    « Pour Charlie, si tu essayais de lui en parler également ? Si cela empiète sur tes études, ce n’est pas bon de continuer comme ça. »

Qu’on se le dise : Emma n’avait absolument pas la moindre idée de ce que Roxy devrait dire à son petit ami… ou ex-petit ami ? Cette pensée ramena la jeune femme à Carl, bien que la petite dispute d’hier soir était loin de vouloir la faire rompre avec son dentiste. Se concentrant de nouveau sur le sujet « Roxy », la jeune femme fut pourtant bientôt interrompue par la porte de son bureau qui s’ouvrit à la volée, laissant découvrir l’une de ses collègues… Et pas des moindres (ni la plus jeune haha) !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Prends garde ! Spider Cochon est là.   Mar 23 Nov - 7:37

    Margaret était quelqu’un de très sensé, très droite, classe aussi. So british. Pas le genre à criser pour un rien, à courir dans les couloirs comme une hystérique ou bien à énerver tout le monde par des cris de fangirls. Certains pensaient que son manque d’émotions extraverties trahissait sa nonchalance, son je-m’en-foutisme de la vie, ou tout simplement la monotonie qu’ils imaginaient. Nombre d’élèves pensaient qu’elle était le genre revêche, seule et sans ami, écoutant de la musique classique en buvant son thé… Et bien ils n’avaient pas complétement tord sur la forme, mais se trompaient clairement sur le fond ! En effet, elle était seule. Veuve. Et ne croyez pas que ce fut un plaisir. Mais elle avait quelques amies. Quant à la musique classique, il s’agissait ni plus ni moins du London Symphony Orchestra. Comment cela, vous vous imaginez du Bach ou du Beethoven ? Et bien d’abord sachez que ces deux hommes sont des génies. Ensuite, apprenez que le London Symphony Orchestra (LSO pour les intimes) est un des orchestres reconnus pour ses musiques de films. Par exemple, Harry Potter. Ha ! Vous faites moins les malins ! Mais Mrs Devonshire n’écoutait pas tant de bande originale que cela. Ce qu’elle préférait, c’était SA jeunesse, pas la vôtre, la sienne : the Beatles, the Yardbirds (à l’époque d’Eric Clapton), the Animals… ou que sais-je encore ! Et il s’avérait que de nombreux tubes rock de ses 20 ans avaient été repris par le LSO de manière particulièrement réussie. Il était amusant d’entendre un orchestre jouer des airs connus à sa façon. 5 albums de « Classic Rock » et un sixième consacré aux Beatles. Il faudrait qu’elle en informe l’autre rosbif enseignant, comment il s’appelait déjà… Ah oui, Sheffield ! Mais cet énergumène était trop occupé à courtiser… Sue Sylvester… pour écouter de la musique ! Il y en avait qui n’allaient pas bien, sérieusement…
    Quant au thé, c’était uniquement à dix-sept heures, dans le pur respect de la tradition.

    Mais aujourd’hui, la doyenne de l’équipe enseignante était nerveuse et marché à pas vif et rapide dans McKinley. De quoi attirer tous les regards d’élèves bien trop curieux. Ce qu’on pouvait toujours être à l’affut du moindre ragot ! Pire qu’à la Cour ! Etions-nous revenus au temps des bals mondains où une mère cherchait à caser ses filles avec les lieutenants ou plus gradés en racontant des obscénités souvent inventées sur les filles de ses amies et de ses voisines ? Le moindre geste prenait une importance considérable et vous pouviez être sûr d’en entendre parler durant des mois ! N’en déplaise à cette chère Marquise de Merteuil. Oulala ! Mais nous commencions à sérieusement divaguer ! Comparer une bande d’ignares glandeurs américains, amateurs de hot dogs et de slushies aux nobles et raffinées Cours d’Europe. Des lieux où la débauche et le vice étaient certes présents, mais présentés d’une façon moins courante ou abjecte que de nos jours. Et où le prix à payer était on ne peut plus important : sa place dans la société. Quel élève aujourd’hui se faisait renvoyer du lycée pour avoir « séduit » plusieurs de ses camarades sans les épouser ? C’était même devenu normal. Les libertins étaient nés dans la mauvaise époque. Mais sûrement que le vicomte de Valmont trouverait moins de plaisir à son art avec la facilité par laquelle il réussirait à résoudre ses exercices de nos jours.

    Plutôt que d’écouter les rumeurs, parlons de la vraie raison pour laquelle le professeur de français (oui il faut utiliser le masculin lorsque le mot « professeur » est écrit en entier ; par contre si vous utilisez « prof », vous pouvez mettre un article féminin) se ridiculisait ainsi (appelons un chat un chat). C’était bien plus simple que cela n’en avait l’air : elle avait une annonce importante à faire à Emma Pillsbury. Quelque-chose qui n’attendait pas !

    Arrivée devant le bureau de la rouquine, et sans prêter attention à si quelqu'un s'y trouvait -c'était dire l'importance de l'information-, elle ouvrit précipitamment la porte.


    Sauf qu'elle n'eut rien le temps de dire que sa bouche ouverte n'ayant laissé passé son se figea sur sa position. Le visage déjà bien pâle de la doyenne devint encore plus livide tandis que ses yeux s'écarquillaient. Avait-elle vu un fantôme ? James boire du café au lieu de thé ? Figgins en petite tenue ?

    Pointant du doigt un des murs du bureau de Miss Pillsbury, la dame tremblotait.

    « L'a... l'a ... l'a.... »

    Elle poussa ensuite un cri suraigu :

    « KYAAAAAAAAAAAAAAAAAA ! »

    Avant de se réfugier en hauteur, soit sur la première chaise non occupée qui lui vint sous la main ! Agrippée au dossier, elle fixait la petite araignée noire.





[HJ : j'ai trouvé plein de raisons, mais toutes impliquaient un membre, alors j'en cherche toujours une et si j'ai rien trouvé je vais envoyer des MPs xD]


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Prends garde ! Spider Cochon est là.   Sam 27 Nov - 21:56

Pauvre Roxy. Elle n'avait pas de chance en ce moment. Elle ne voyait aucune issue de la situation dans laquelle elle se trouvait en ce moment. D'habitude, elle ne pleurait que chez elle. Seule, dans sa chambre. En temps normal, elle serait aller voir son meilleur ami Grégory. Mais le fait que tout était si compliqué entre eux depuis quelques temps. La jeune femme avait l'impression qu'il la fuyait. Peut-être n'était-ce pas qu'une impression après tout ?! La pauvre Roxy se mettait à pleurer en classe maintenant. Elle en avait marre des insultes derrière son dos et des slushys qu'elle recevait quotidiennement désormais. C'est la première fois et espère que ce sera la dernière. Roxy voulait vraiment terminer le lycée et partir faire ses études de droits, loin d'ici. Dans un endroit où personne ne la connaitras. La conseillère d'orientation ne l'écoutait pas. Roxy allait s'énerver mais une professeur entra et hurla à la présence d'une araignée. Exaspérée par tout ceci, Roxy se leva, attrapa un mouchoir qui trainait dans son sac de cours et le mit sur l'araignée. La demoiselle ouvrit la fenêtre et lâcha l'araignée. Roxy détestait la violence envers les animaux.

Tout cela est grotesque. Ce n'était qu'une petite bête après tout. Rétorqua la demoiselle avant de retourner prendre place dans son fauteuil, se trouvant face au bureau de la conseillère d'orientation. Vous voulez que je sorte pendant que vous parlez entre vous? De toute manière,ça ne changera rien que je sois là ou non vu que je suis totalement invisible depuis mon arrivée ici. reprit elle. En effet, elle n'avait pas du tout été dupe et la seule chose qui l'avait fait continuer était le fait qu'elle avait besoin de se confier avant toute chose. Et elle aurait cru que la conseillère était la personne idéale pour cela. Elle s'était trompée, une déception supplémentaire dans sa vie actuellement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Prends garde ! Spider Cochon est là.   Sam 4 Déc - 18:06

Margaret Devonshire fit irruption dans le bureau de la conseillère d’orientation ce qui, il fallait bien l’avouer, n’arrivait pas souvent. A vrai dire Emma ne connaissait pas beaucoup le professeur de français. Non pas qu’elle n’avait pas envie d’apprendre à la connaitre, mais il fallait dire que sa collègue l’intimidait parfois un peu (beaucoup). Ce n’était pas parce qu’elle était plus âgée que la majorité des enseignants du lycée McKinley, non, car Emma n’en avait rien à faire de l’âge. Mais il y avait ce quelque chose chez l’enseignante qui impressionnait la jeune femme. Peut-être était-ce cette classe qu’elle avait et qui forçait le respect. A vrai dire, Emma ne savait pas vraiment mettre la main sur ce qui rendait Margaret si intimidante à ses yeux. Et à partir de là, elle ne savait faire que des suppositions à ce propos. Il y a avait des personnes comme ça que l’on croisait tous les jours, au détour d’un couloir par exemple, et auxquelles on ne parlait jamais, sans raison particulière. Emma esquissa pourtant un sourire à l’arrivée de sa collègue. Dans un sens, ça lui permettrait de se concentrer sur les choses au lieu de laisser ses pensées divaguer et se diriger vers Carl et la dispute survenue la veille dans son appartement.

Emma ouvrit la bouche, s’apprêtant à saluer Margaret lorsque celle-ci se figea soudainement. Fronçant les sourcils, la conseillère d’orientation la fixa sans comprendre ce qui motivait un tel changement de comportement. Alors, le professeur de français désigna d’une main tremblotante l’un des murs de la pièce. Curieuse, Emma observa le mur en question et y découvrit une araignée. Guère plus à l’aise que sa collègue, elle eut un mouvement de recul avant de se ressaisir. Une araignée. Ce n’était qu’une araignée, une toute petite bestiole beaucoup moins nocive que de la saleté – même si en quelques sortes, c’était une saleté. Le regard d’Emma quitta l’image de la petite araignée pour se poser de nouveau sur le visage pétrifié de sa collègue qui poussa justement un cri strident qui fit sursauter la conseillère d’orientation. Elle qui, quelques minutes plus tôt était tranquillement assise dans son bureau, avait accueilli une élève en pleurs avant qu’une prof cinglée débarque et se mette à sauter sur la chaise (propre) de Miss P, hurlant à la mort à cause d’une araignée… si on lui avait dit qu’une telle chose se passerait, Emma n’en aurait certainement pas cru un traitre mot. Peut-être même aurait-elle rit aux éclats.

Roxy se leva alors d’un coup et après avoir pris un mouchoir, attrapa l’araignée qu’elle relâcha par la suite en ouvrant la fenêtre du bureau d’Emma, laissant un courant d’air frais passer. L’adolescente lança alors d’un air exaspéré que la situation était grotesque, que ce n’était qu’une petite araignée. Emma l’observa et secoua la tête en signe de négation. Sa première réaction avait été de reculer loin de la petite bête, toutefois il était vrai que la réaction de celle qui enseignait le français avait été surprenante. Qui aurait pu penser qu’une telle femme, avec tant de prestance, aurait pu être effrayée par un insecte minuscule ? Pourtant, malgré ça, la jeune femme n’approuvait pas le ton qu’utilisait Roxy pour parler à Margaret. C’était irrespectueux. La jeune fille poursuivit en disant que les deux adultes préféraient peut-être qu’elle parte pour les laisser tranquille, car elle semblait invisible de toute façon. Gênée parce qu’il était vrai que pour une fois, Emma n’avait pas été des plus attentives, elle répondit :

    « Hm, mais non pas du tout Roxy, j’ai juste eu un moment d’absence, ce n’est pas que je ne t’écoutais pas au contraire je serais très heureuse de pouvoir t’aider tu sais. Tu peux rester autant de temps que tu le souhaites. »

Se retournant vers le professeur de français, toujours sur la chaise face au bureau d’Emma, la jeune femme se rapprocha d’elle avant de lui demander :

    « Tu voulais me parler de quelque chose en particulier ? »

Emma se demandait pourquoi Margaret était venue la voir elle en particulier. Cela n’était encore jamais arrivé par le passé, et de nature curieuse, Emma avait envie de savoir ce qu’il se passait sans pour autant en oublier l’adolescente qui avait besoin de son aide.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Prends garde ! Spider Cochon est là.   Lun 6 Déc - 21:43

    Margaret était venue dans le but de demander la présence d'Emma dans le bureau de Figgins. La raison de cette convocation ? La dame ne la connaissait pas. Mais le principal s'était montré très ferme lorsqu'il avait ordonné à la pauvre prof de français qui passait par là d'aller la chercher. Il voulait la rouquine immédiatement dans son bureau, et pas de discussion (Là t'as peur Emma, hein ? :p) ! Heureusement, nous n'étions pas au Japon et la raison de cette sommation de venir était légitime bien qu'encore inconnue à qui était étranger à l'affaire. En effet, il voulais que que la conseillère d'orientation - psychologue, dans sa fonction de psychologue, s'entretienne avec les deux zouaves s'étant battus durant un cours.

    Et voilà qu'à cause de cet imprévu dans son emploi du temps, elle se retrouvait à se faire juger -et rabaisser- par une élève un peu pédante et donneuse de leçon. Bien sûr que c'était une petite araignée, mais qui savait quels dommages pouvait-elle faire ? Un "petit" moustique avait tué plus d'une personne ! Un "petit" rhume avait malheureusement évolué en pneumonie pour les moins chanceux d'entre nous. Beaucoup de "petits" étaient devenus des "grands" fléaux ! Pourquoi cette araignée ferait-elle exception ?

    Une fois la tempête retombée, Margaret ne put tout de même s'empêcher un profond soupire de soulagement. Mais avec un sérieux regard noir envers Roxy.

    « Méfiez vous des apparences, jeune fille, le danger est toujours là où on ne l'attend pas... » lâcha-t-elle sèchement. Puis ce fut au tour de la rouquine qui faisait tourner le cœur des hommes de parler. Toujours très professionnelle, elle se voulut rassurante, mais sans vraiment apporter de solution (:p), comme à son habitude. On pourrait presque croire qu'elle était incompétente mais non non non, on ressortait toujours le cœur un peu plus léger de son bureau. Enfin... la plupart du temps.

    La jeune femme s'adressa ensuite à la doyenne de ses collègues. Elle devait adorer la langue anglaise. En effet, l'utilisation du you lui épargnait l'embarras d'avoir à choisir entre tutoiement et vouvoiement. Car si entre professeurs on utilisait le "tu", devait-on en faire autant avec une personne de l'âge de Margaret, doyenne, je le répète, mais aussi, il faut le dire, assez impressionnante lorsqu'on ne la connaissait pas encore.

    « Moi non, mais le principal Figgins si apparemment, il vous demande. »

    Et oui, si elle avait été française, Marge aurait vouvoyé Emma. Vieille école un jour, vieille école toujours. Mais il faut dire qu'en France le vouvoiement était très courant, contrairement par exemple à l'Espagne où il existait pourtant la nuance.

    « Mais ne me demandez pas pourquoi, je n'en sais rien ! Par contre, si je peux me permettre un conseil, dépêchez-vous. Sa demande semble urgente. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Prends garde ! Spider Cochon est là.   Dim 12 Déc - 17:37

Roxy en avait plus que marre de tout cela. Elle aurait aimée partir le plus loin possible de Lima en ce moment. Fuir ses responsabilités certes mais surtout ne plus avoir à supporter toutes ces critiques, paroles déplacées, ces regards remplis de haine, de mépris . . C'était déjà assez humiliant pour la demoiselle d'avoir dû retourner vivre chez ses parents. Elle qui avait dit que jamais elle retournerait chez eux. Ils lui avait demander de choisir entre eux et Charlie. La demoiselle avait fait son choix depuis longtemps. C'était Charlie. Roxy l'aimait infiniment. Le fait d'être séparé de lui comme cela, lui était insupportable. Elle posa ses coudes sur ses genoux puis plaça sa tête entre ses mains. Elle ne savait plus où elle en était. La jeune demoiselle était simplement sûre d'une chose, elle aimait Charlie et ferais tout pour le récupérer. Elle aimerait être positive et sortir la tête hors de l'eau. Mais pour cela, il lui fallait son meilleur ami. Mais il lui avait fait terriblement mal, elle ne savait plus où ils en étaient tout les deux à vrai dire.

Je ne sais plus où j'en suis. J'aime Charlie. Il me manque mais il refuse toujours de me parler. J'ai besoin de mon meilleur ami mais je ne sais pas si je dois lui redonner ma confiance. Je pensais que les cours m'aideront à ne pas y penser mais c'est pire.

Éclatant en larmes, Roxy ne pouvait se retenir plus longtemps. Elle fut néanmoins intriguée par la dernière phrase de sa prof de français. Elle ne savais pas si elle disait cela pour lui foutre la trouille ou si c'était pour la mettre en garde. Elle ne voulais pas y penser. Roxy avait bien trop de choses en tête en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Prends garde ! Spider Cochon est là.   Lun 13 Déc - 21:23

Légèrement dépassée par les événements, Miss P. ne savait plus où donner de la tête. D’un coté il y avait Roxy qui était arrivée la première, et dont les larmes avaient laissé des traces sur ses joues encore humides. De l’autre, Margaret Devonshire qui, avec son air autoritaire – quoiqu’il ne l’était pas tant lorsque son regard se posait sur une araignée – impressionnait plus au moins la jeune conseillère d’orientation. Elle qui se sentait déjà mal à l’aise vis-à-vis de Roxy, n’ayant prêtant qu’une oreille distraite à ses paroles alors que d’habitude elle était des plus attentives à ses élèves. Il fallait dire qu’elle avait également une vie à coté et même si elle passait le plus clair de son temps à conseiller des adolescents sur leurs orientations comme sur leurs histoires d’amour, elle avait aussi ses propres soucis. Bien sûr, elle adorait son métier ! Cela avait toujours été une sorte de vocation, chez elle, de conseiller les personnes sur tel ou tel sujet. A vrai dire, ces conseils lui venaient presque naturellement. Pourtant, avec ses soucis personnels, il arrivait qu’elle ait plus de mal parfois à encourager les élèves quand elle-même était en proie à de nombreux doutes. Ce qui était justement le cas ce jour-là, suite à une dispute avec Carl…

Reprenant ses esprits, Emma jeta un coup d’œil à Margaret qui s’avançait justement vers elle. En effet, après avoir répondu sèchement à Roxy qui s’était plaint, le professeur de français s’adressa à Emma, lui donnant enfin la raison de sa visite : apparemment, Figgins désirait la voir. Haussant un sourcil, Emma se demanda ce que le directeur de McKinley lui voulait. Elle n'avait pas peur et ne ressentait pas spécialement d'appréhension face à à cette nouvelle car contrairement à la plupart des enseignants qui avaient certains différends avec lui, notamment par rapport aux budgets accordés dans les différentes matières, Emma, elle, s’entendait plutôt bien avec le directeur. Elle lui avait demandé à plusieurs reprises son soutien et il le lui avait accordé sans problème, comme lorsqu’elle avait eu cette idée de Flashmob, qu’il avait accepté sans rechigner. Cela rassurait même la jeune femme de savoir qu’elle pouvait compter sur lui, comme elle pouvait d’ailleurs compter sur Emrys Hidelsheim qui était principale adjointe et dont l’amitié était sacrée aux yeux d’Emma. La jeune femme s’interrogeait toutefois sur les motifs de l’appel de Figgins. Margaret ajouta d’ailleurs qu’elle ne savait pas pourquoi le directeur la voulait, mais que cela paraissait urgent. Emma acquiesça d’un signe de la tête :

    « Je te remercie, j’essayerai de le voir le plus rapidement possible dans ce cas… »


Emma jeta alors un coup d’œil à Roxy qui était assise sur la chaise face à son bureau, et dont les larmes roulaient de nouveau sur ses joues. Sans prévenir, elle se remit à parler de ses problèmes personnels, ou plus précisément, du triangle amoureux dans lequel elle se retrouvait. Emma se mordit l’intérieur des joues, repensant à son propre triangle amoureux, ou plutôt celui qui se jouait dans sa tête, avant de chasser ces nouvelles pensées de son esprit. Ce n’était vraiment pas le moment de se laisser emporter par ses pensées et remords, elle ne pouvait définitivement pas se le permettre en la présence d’une de ses collègues et d’une élève qui semblait au bord du gouffre. Emma fit un pas en direction de l’adolescente, jetant un regard d’excuse vers Margaret. Toujours debout, histoire d’être encore là si le professeur de français avait besoin d’elle, elle réfléchit aux paroles de Roxy. Pour une fois, les conseils ne venaient pas tous seuls pour la simple et bonne raison qu’elle n’avait pas suivi toute l’histoire et se retrouvait ainsi embarrassée, ne souhaitant pas répondre à coté de la plaque. Toutefois, au bout de quelques secondes elle finit par répondre :

    « As-tu déjà pensé à pratiquer une autre activité ? En dehors des cours, je veux dire. Au lycée, ce doit être difficile de ne pas y penser puisque tu les croises tous les jours. Mais si tu pratiquais un sport ou une activité en-dehors de l’enceinte de ce lycée, quelque chose qui te permettrait de te défouler, cela t’aiderait peut-être. »

La conseillère d’orientation se dirigea vers son bureau et avança un peu plus le paquet de mouchoirs vers la jeune fille, celui qu’elle lui avait tendu peu de temps auparavant. Jetant un coup d’œil furtif derrière la silhouette de l’adolescente assise, elle se rendit compte que Margaret était toujours dans le bureau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Prends garde ! Spider Cochon est là.   Mar 21 Déc - 15:22

    Margaret Devonshire avait été prise ni plus ni moins pour un pigeon voyageur. Les puristes d'Harry Potter diront une chouette ou un hiboux. Mais l'idée était la même : un messager. Une messagère dans son cas. On pourrait croire ce rôle dégradant, mais il y avait pire. Car en effet beaucoup d'élèves la considéraient comme littéralement moins qu'une messagère. Vous avez peut être du mal à vous figurer pourquoi j'ai utilisé le terme "littéralement", et je ne vous en voudrais pas. Je vais même vous l'expliquer. Comme vous le savez, littéralement est un dérivé du mot "lettre". Or, moins que messagère en terme de lettres ça donne : mégère. On fait disparaître le "ssa" en accent aigu et le tour était joué. N'en déplaise au Service de Santé des Armées (qui existe véritablement).

    Or la mégère messagère avait terminé sa mission. Du moins celle de transmettre une information car manifestement la rouquine n'avait pas l'intention de quitter son bureau dans l'instant. Mais qu'est-ce que l'anglaise y pouvait ? Elle n'allait pas contrôler la jeune Pillsbury, elle n'était pas sa mère ! La demoiselle était assez grande pour faire ses choix toute seule. Et puis, elle connaissait Figgins depuis plus longtemps que Margaret, elle savait donc mieux quel était son tempérament. En somme, la vieille prof de français n'avait aucune leçon à donner dans ce bureau. Du moins à la conseillère d'orientation parce que l'autre gamine-là...
    Non en fait, elle semblait juste perturbée par des évènements personnels difficile à supporter, mais tous de nature amoureuse. L'amour était un bienfait ou un poison. Car s'il donnait un sens à la vie, il en était également un des assassins. Dans tous les cas il empêchait que l'on s'ennuie, donc il était utile. Néanmoins, il ne fallait pas avoir peur de le mettre de côté de temps en temps. Je sais, plus facile à dire qu'à faire ! Mais hey ! Comment Marge s'en serait-elle sortie si elle devait encore pleurer son défunt époux ? Ses souvenirs restaient intacts, du moins elle avait gardé tout le positif. Elle pensait à lui avec les yeux brillants et un sourire tendre. Et de l'autre côté, elle continuait à vivre.
    Quant à Chris, pensez-y ! Si jeune ! Enceinte en plus ! Elle se battait.

    Alors une petite histoire de cœur au lycée...

    Mais il n'était pas simple de dire "fuck" à tout le monde et de se barrer. Et surtout de s'en détacher émotionnellement.

    Le problème semblant à première vue insoluble à Margaret, elle décida de laisser Emma faire son boulot.


    « Bien... je repars donc, mais ne tardez pas à aller le voir, miss Pillsburry lança-t-elle à la conseillère d'orientation - psychologue.

    « Bon courage, miss Austen », ajouta-t-elle à Roxy avant de sortir du bureau pour, de toute évidence, regagner le sien. Dans quel but ? Et bien elle voulait préparer la première de Pirates des Caraïbes 4. Elle s'y prenait longtemps à l'avance car elle voulait être irréprochable ce jour-là. Donner une bonne impression des anglais aux américains. Là vous êtes surement en train de vous dire que parmi toute la foule acclamant Johnny Depp et Penelope Cruz elle passerait inaperçue, les jeunes groupies pleines d'énergie la surpassant largement. Mais vous vous trompiez car Margaret ne sera pas du même côté des barrière métalliques que les fangirls. Car elle faisait partie du cast. Si mônsieur. Avec Célia Stanford. Mais cela restait entre nous...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Prends garde ! Spider Cochon est là.   Mer 22 Déc - 21:16

Malgré l’enthousiasme d’Emma lorsqu’elle s’adressa à Roxy, la jeune fille ne sembla pas réagir, laissant les larmes rouler le long de ses joues, les perles d’eau se brisant lorsqu’elles atteignaient son cou. La conseillère d’orientation observait l’adolescente, impuissante. Elle avait beau essayer de se rattraper maintenant elle voyait bien que ses efforts étaient vains : à force de se laisser bercer par ses propres pensées et illusions, à force de se consacrer à ses propres problèmes, elle en avait omis l’essence même de son métier. En cet instant précis, elle regrettait de ne pas avoir écouté plus attentivement Roxy. Comme le disaient si bien certaines personnes les problèmes personnels ne devaient pas entacher le travail que l’on faisait pour gagner sa vie car c’était en mêlant vies personnelles et professionnelles que l’on s’y perdait. Malheureusement pour elle, Emma n’avait pas le choix. Difficile de ne pas penser à ses propres soucis lorsque la cause principale de ces derniers traversait les mêmes couloirs qu’elle, déjeunait dans la même salle qu’elle, faisait face aux mêmes lycéens qu’elle, et ce au quotidien. Elle avait bel et bien songé à quitter son travail une fois. S’en aller, se trouver un autre job, et tenter d’oublier à la fois McKinley et Will Schuester. Ce qui ne serait pas une tâche aisée, certes, mais qui valait la peine d’essayer. Sauf que la fois où elle avait voulu tout laisser tomber suite à une rupture qui n’était pas douloureuse en elle-même, mais dont la source l’était, un baiser avait tout bouleversé et là où elle avait su montrer sa force de caractère en donnant sa lettre de démission à Figgins, elle se retrouvait perdue. Perdue et amoureuse.

Emma Pillsbury croisa le regard de Margaret Devonshire, plantée au fond de son bureau. La doyenne des professeurs du lycée McKinley possédait cette aura particulière, une aura qui forçait le respect mais aussi l’admiration, bien qu’Emma soit intimidée en sa présence. Elle n’aurait su dire pourquoi mais c’était un fait. Ainsi lorsque Margaret décida de quitter la pièce, conseillant au passage à Emma de ne pas tarder à aller voir Figgins, et souhaitant bon courage à Roxy, la conseillère d’orientation répondit d’un simple sourire. Elle ne connaissait pas beaucoup le professeur de français mais ne faisait pas non plus d’effort pour apprendre à la connaitre. Posant une nouvelle fois son regard sur l’adolescente face à elle, elle se promit de se rattraper plus tard avec elle. Ce n’était pas seulement pour que la lycéenne ne garde pas un mauvais souvenir d’elle, non. En réalité, elle voulait vraiment tenter de trouver des solutions pour elle car comme toujours elle se sentait concernée. Lâchant un nouveau soupir, elle finit par prendre la parole :

    « Ecoute Roxy, il faudrait vraiment que j’aille voir Figgins, ça semble assez important pour qu’il envoie quelqu’un me chercher. Toutefois, sache que la porte de ce bureau te sera toujours ouverte. Pourquoi ne viendrais-tu pas demain matin ? J’ai conscience de ne pas avoir été à la hauteur aujourd’hui, mais j’aimerais corriger ça. J’espère que tu seras d’accord. »

Emma sourit à Roxy en espérant qu’elle l’ait convaincu à revenir plus tard. A en juger l’expression dissimulée dans les prunelles de cette dernière, elle n’avait plus vraiment l’air de faire confiance à la conseillère d’orientation. Emma se dit qu’elle essaierait de se faire pardonner d’une façon ou d’une autre, quitte à la harceler dans tout le lycée (quoique… elle n’avait pas spécialement envie de le faire, soyons honnêtes). Roxy quitta alors la pièce, Emma sur ses talons. Fronçant les sourcils, la jeune femme se dirigea vers le bureau du principal tout en se demandant ce qu’il pouvait bien lui vouloir. Ce n’était pas vraiment son genre d’envoyer une personne pour la prévenir qu’il désirait la voir. Ce devait être important pour qu’il agisse de la sorte. Emma haussa les épaules. Après tout à l’instar de bon nombre de ses collègues (et elle était aussi concernée que ces derniers), Figgins agissait parfois de manière étrange. Alors bon, rien ne devrait l’étonner. Arrivant enfin près du bureau de son supérieur, elle espéra qu’il n’y avait rien d’important. Ce n’est que lorsqu’elle vit le sourire dessiné sur ses lèvres qu’elle fut rassurée : car il fallait bien l’avouer, ce sourire-là était étonnant surtout sur un tel visage. Hm, et si Margaret Devonshire était la cause de ce sourire… ? Figgins avec Margaret, non mais sérieusement, vous imaginez le délire ?


- SUJET CLOS -

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 03. Prends garde ! Spider Cochon est là.   

Revenir en haut Aller en bas
 

03. Prends garde ! Spider Cochon est là.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 3
-