Choriste du mois


Partagez | 
 

 o3. Score for four hands

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
o3. Score for four hands Empty
MessageSujet: o3. Score for four hands   o3. Score for four hands EmptyJeu 26 Avr - 15:39


Une journée banale était en train de se dérouler dans la petite ville de Lima. Enfin, petite, tout dépend pour qui. Et puis tout ce qui est petit et mignon non ? En tout cas, ce n'est pas Scotty qui dirait le contraire. Il aimait beaucoup cette petite ville. Ca lui changeait radicalement de l'Université et toutes les autres villes où il avait pu enseigner. C'était une bourgade au centre ville actif. Il pouvait encore le constater cet après-midi. Le jeune professeur marchait d'un pas tranquille dans les ruelles. Il se dirigeait vers le local de sa chorale qui se trouvait au troisième étage d'un beau bâtiment du centre ville. Et oui, une chorale ! Qui l'eut cru ? Pas qu'il n'aimait pas la musique -loin de là, vu qu'il jouait relativement souvent au Piano-Bar du coin- mais il n'avait pas vraiment l'habitude de chanter devant beaucoup de personnes et encore moins avec d'autres personnes. D'un tempérament timide, surtout avec les femmes, Bryan Ryan avait du mal à lui donner des duos ou des trios avec les jolies demoiselles que comptait les Awesomes Voices. Quand la musique commençait, il se mettait une pression impressionnante sur les épaules et se mettait à bafouiller, à hésiter et même chanter faux. Alors qu'avec les hommes se défaut disparaissait miraculeusement. Il n'était pas un bout-en-train pour autant, mais il mettait tout son coeur à l'ouvrage et ses prestations étaient presque toujours réussie. Alors, pourquoi Bryan avait-il accepté Scott dans son groupe, lui qui voulait à tout prix gagner face à Will Schuester. Et bien, elle est justement là, la raison. William Shuester. Scott le détestait. Totalement. Et Bryan était son ennemi numéro un. Et le dicton dit "les ennemis de mes ennemis sont mes amis". Ce fut donc comme cela que Scott rejoignit les Awesomes Voices. Et il aimait ça. Il était peut-être un peu réticent au début, mais il aimait ce sentiment de groupe, les idées des autres membres, il avait l'intime impression d'appartenir à quelque-chose et c'était grisant.

Il n'habitait pas loin de la grande salle. Il faisait donc souvent le trajet à pied. Et ce samedi après-midi, le soleil était radieux. Il avait une partie de son travail de correction de copies ce matin et il n'avait pas de retard pour une fois. Il était donc de bonne humeur. Et la bonne humeur donne des ailes. Même un peu trop parfois. A tel point que lorsqu'il arriva à la porte du bâtiment de réunion, il se rendit compte qu'il était bien en avance. Il y avait toutes les chances qu'il soit le premier arrivé sur place. Il haussa les épaules, tant mieux, il pourrait s'entraîner un peu avant le début des répétitions. Il entra donc et gravit les marches des étages deux par deux. Il ouvrit doucement la porte d'entrée de la grande salle et comme il l'avait deviné, il n'y avait encore personne. Il sourit légèrement. Il aimait bien être le premier arrivé, même s'il cela le rendait plus sérieux, il aimait beaucoup la sérénité d'une pièce vide. Il pouvait faire ce qu'il voulait. Il déposa donc son sac en bandoulière de cuir sur une des chaises sur le côté de la pièce et posa aussi son veston de cuir noir, découvrant un T-shirt blanc, assez près du corps avec un petit col en V. Il inspira un grand coup et ce tourna, le regard pétillant vers le grand piano noir au fond de la salle. Que pouvait-il faire d'autre en attendant ? Et puis, ce magnifique instrument l'appelait désespérément. Il semblait si seul. Il s'assit donc, presque en jubilant et ouvrit le beau clavier au touches noires et blanches. Il réfléchit quelques minutes à la musique qu'il voulait jouer. Après mûre réflexion, il avait décidé. C'était une chanson sans parole mais qu'il adorait, elle venait d'un film qu'il avait déjà vu un certain nombre de fois.

The Piano - Michael Neyman

Ses longs doigts parcouraient avec agilité la surface lisse du clavier. Les notes sortirent de plus en plus vite, de plus en plus fort au fur et à mesure qu'il se sentait plus à l'aise. Qu'il adorait ça ! Il se sentait si libre, si fort, comme si rien ne pouvait l'arrêter. Il ne pensait à rien d'autre que les sensations que lui procurait la musique. Il était totalement happé par la mélodie, il se surprit même à imaginer les violons qui jouaient normalement la musique avec le piano. Scott était même tellement absorbé par la chose, qu'il n'entendit pas les bruits qui provenait des escaliers dehors. Il n'était peut-être pas si en avance finalement ?

Revenir en haut Aller en bas
Ruby Caldwell
« You just see the surface »
Age : 25 ans
Occupation : Jeune entrepreneur , Membre des Awesome Voices
Humeur : Vivante
Statut : En couple avec Ryder Crawford
Etoiles : 3260

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Try - P!nk
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
« You just see the surface »
o3. Score for four hands Empty
MessageSujet: Re: o3. Score for four hands   o3. Score for four hands EmptyLun 30 Avr - 22:48

L'atmosphère de la petite chambre était remplie d'ondes qui émanaient du crâne de la jeune femme. Pianotant sur son clavier d'ordinateur à la vitesse de la lumière, elle essayait tant bien que mal d'avancer au maximum son devoir qu'elle devait impérativement terminer pour la semaine prochaine et rendre à l'université. Pendant que les mots s'écrivaient lettres par lettres sur le document, l'heure tournait dangereusement. Le visage à vingt centimètres de l'écran, rien ne pouvait déconcentrer l'étudiante qui accélérait la cadence afin de se décharger d'un énorme poids avant de se rendre à la répétition des Awesome Voices. Même l'idée de se détendre un peu après avoir bouclé ce travail ne permettait pas à son esprit de diverger vers un autre sujet. Combattre, voilà le verbe que Ruby utilisait pour renforcer sa motivation. Rien de plus plaisant que de se sentir forte une fois la tâche accomplie et de s'imaginer les retardataires qui seraient obligés de courir le marathon et de se coucher à des heures inimaginable pour tout réussir dans les temps. C'est que la choriste avait pris l’habitude de s'y prendre à l'avance et à gérer son emploi du temps – assez chargé - pour ne pas se faire avoir. Entre les sorties entre amis, le stress accumulé par ses études et à évacuer, les cours pris dans sa chorale, ou encore sa famille, la jeune femme aurait du mal à s'y retrouver si elle n'apprenait pas à minuter chacune de ses actions. Encore une phrase. Non deux, elle ne devait pas oublier de conclure. Un point final. Enfin, elle cliqua sur la petite disquette qui indiquait qu'elle allait tout enregistrer, puis quand se fut terminé, elle ferma d'un coup son ordinateur portable qu'elle débrancha dans la volée, puis fourra le tout dans une sacoche qui faisait deux fois sa largeur. « Sav' je pars! ». Sans attendre une réponse de sa part, elle s'arma d'une écharpe et d'un manteau en courant vers la sortie puis, ne prenant pas la peine de se couvrir avant de se trouver à l'extérieur, enfila la sacoche en bandoulière. Elle pénétra dans sa voiture, direction la salle de répétitions.

Elle n'avait pas pris le temps de regarder l'heure. Seulement, l'écran digital de sa nouvelle auto affichait bel et bien quinze heures trente, pour un rendez-vous au quartier général à seize heures. Cette observation valut un soupir de la part de la brunette qui regretta de s'être autant mis la pression. Elle conduisait lentement, ce qui lui permit d'arriver plus tard de simplement une minute, compte tenu de la proximité entre son immeuble et le lieu où elle se rendait. Elle passa devant plusieurs boutiques qui lui firent détourner succinctement le regard de la route, hésitant à s'arrêter et à s'acheter quelques nouveaux vêtements vus en vitrine. Mais elle se souvint d'un sentiment que le shopping ne pouvait même pas lui faire oublier: le plaisir ressenti à se trouver seule dans la salle encore vide et remplie d'instruments qui n'attendaient qu'elle. À sa droite se trouvait le QG des Urban Hymns, puis après quelques rues celui des Second Chances. Elle se mordilla l'intérieur de la joue. Cette dernière chorale lui laissait un soupçon de nostalgie. Elle avait de suite éliminé de sa sélection ce groupe lorsqu'elle hésitait encore à choisir si elle rejoindrait Finn Hudson, Bryan Ryan ou Cassandra Hamilton pour la pré-rentrée de 2016. Certes elle avait d'abord souhaité se joindre à Finn, mais c'était choisir la facilité. Sa condition était telle qu'il lui fallait se dépasser, surmonter ses craintes et se lancer des défis pour vaincre le défaut qui la hantait depuis toute petite, soit sa timidité. Si elle avait fait partie des Urban Hymns, elle aurait sans doute trouvé inutile de s'imposer, la discrétion n'étant pas un comportement suscitant assez de préjugés. Chez les Awesome Voices, elle était sûre de devenir très rapidement le bouc émissaire de Ryan si elle décidait de s'effacer. Être à leur côtés, c'était s'obliger à devenir la jeune femme qu'elle voulait être, confiante et qui ne se laisse pas faire facilement. Le pari était gagné, elle avait largement trouvé sa place parmi eux. Mais cette chorale était l'ennemie jurée des Second Chances, laquelle comptait dans ses membres une personne très chère à Ruby, Ashandra Moon. Les deux femmes, lorsqu'elles étaient adolescentes, se comprenaient et s'aimaient comme de vraies amies dont les nombreux points communs les rapprochaient de jour en jour. Après cinq longues années à s'être perdues de vue, elles s'étaient finalement retrouvées à la bibliothèque de l'université, où l'annonce de leur appartenance à des groupes si différents avait eu le même effet qu'un coup de poing. Shandy désirait plus que tout que la brunette change de chorale pour qu'elles s'unissent à nouveau comme au lycée. Changement que Ruby qualifiait d'impossible, ce qui renforçait le froid qui s'était installé malgré elles. L'espoir qu'elles soient toutes deux qualifiées pour les Sectionnals aurait été mal perçu si elle en avait parlé à n'importe quel membre des Awesome Voices. Apercevant finalement le bâtiment, elle alla se garer tranquillement sur le trottoir opposé.

Les marches semblaient presque trop simples à gravir tant elle était en avance et tant son pas était lent. Habituellement, l'effort lui valait d'être essoufflée quelques secondes avant d'avoir besoin de tout l'oxygène possible pour pousser ses notes, ce qui lui était plutôt néfaste pendant les premières minutes passées avec ses camarades chanteurs. Elle tentait d'ailleurs d'y remédier en améliorant son endurance grâce au vélo d'appartement de sa colocataire. Arrivée au deuxième étage, elle entendit déjà de la musique. Étrange. Un nouveau coup d’œil à sa montre lui confirma qu'elle disposait bien d'une demi heure avant le début des répétitions, mais alors pourquoi lui semblait-il que l'on jouait du piano là-haut? Peut-être était-ce Bryan Ryan qui s'assurait que l'instrument fonctionnait correctement, mais c'était peu probable compte tenu du fait qu'il avait été accordé il y a quelques jours. Montant alors jusqu'à la porte qui affichait le logo de leur chorale, elle l'entrebâilla légèrement pour apercevoir qui maniait aussi bien les touches blanches et noires du piano. Sa bouche s'ouvrit inconsciemment. Scott Burlingame, le trentenaire aussi timide et discret que la jeune femme lorsqu'elle était plus jeune, celui qu'elle voulait connaître davantage depuis le début. Que fallait-il faire? Rentrer, ou bien attendre qu'il termine le morceau. La douce mélodie berçait la brunette. Elle mourait d'envie de le rejoindre, de trouver de quoi chanter ou jouer avec lui. C'était l'occasion rêvée pour enfin lui adresser la parole. Prenant son courage à deux mains, elle pénétra dans la pièce discrètement, sur la pointe des pieds pour faire le moins de bruit possible. Elle observait de sa position plus aisément les doigts du pianiste qui allaient et venaient avec tant de facilité qu'elle en fut presque jalouse. C'était un prodige, il n'y avait pas d'autre mot. « Magnifique. ». Elle ne se rendit pas compte tout de suite qu'elle venait de souffler cette remarque. Ce ne fut qu'après avoir vu l'homme se redresser qu'elle s'en voulut d'avoir quelque peu interrompu son entrain. « Je suis désolée, je ne voulais pas... ». Ses grands yeux bruns fixaient, ébahis, le choriste dont les talents étaient on ne peut plus évidents. « … te déranger. C'est superbe, où est-ce que tu as appris à jouer comme ça? ». Elle s'approcha d'un pas peu assuré, contrairement à l'attitude qu'elle se devait de garder. Elle voyait dans le regard de Scott comme de l'embarras, ou quelque chose de similaire. Elle voyait le regard légèrement perdu que la jeune femme avait toujours eu en cas de surprise, il y plusieurs années comme aujourd'hui. C'était l'un des aspects de sa personnalité qu'elle devait encore travailler. « On dirait que tu as beaucoup plus d'expérience que moi en tout cas. » s'empressa-t-elle de rajouter avec envie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

o3. Score for four hands

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 3
-