Choriste du mois


Partagez | 
 

 04. Truth can make someone cut some head.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
04. Truth can make someone cut some head. Empty
MessageSujet: 04. Truth can make someone cut some head.   04. Truth can make someone cut some head. EmptyMar 26 Juin - 1:20

« Dégagé avant en première, retiré en seconde. Plié, dégagé arrière, jeté, réception, arabesque. » À chaque terme son mouvement qui suivait, exécuté avec application par Nina, sous le regard des organisateurs de ce casting improvisé.
L'application, c'est bien là une chose qui ne faisait pas défaut à la jeune fille, elle serait même passée pour une control freak sans problème si tout le monde la connaissait assez bien. Sur les airs d'une musique électronique tantôt lancinante tantôt frénétique, les pointes et jeté s'enchaînaient autant dans son esprit que sur le sol. On lui avait demandé de l'improvisation, de l'émotion, de la spontanéité, et bien le mieux qu'elle eusse pu faire, ce fut de se répéter la voix nasillarde de sa prof de danse rabâchant inlassablement les même exercices, Irena McPoints - présente pour l'occasion en bonne arriviste qui se respecte et qui ne perd pas une seule occasion pour se montrer. C'était ainsi, il n'y avait pas de place pour l'improvisation dans la vie de Nina Stewart, et si son corps e s'abandonnait à aucune émotion, c'était bien parce que la danseuse elle même avait quelque difficultés avec la sincérité et l'authenticité.
Cette musique pour bobo branchés de Manhattan la rendait très nerveuse. Elle n'avait dansé que sur du classique, et sortir des sentiers battus sans préparation ne la mettait pas à l'aise. Elle devait trouver dans les mesures, dans les rythmiques les codes qui lui manquaient pour enchaîner les pas. À mesure que la musique progressait et s'intensifiait, Nina sentait qu'elle perdait ses moyens. Elle pouvait bien mépriser sa prof pour son opportunisme, elle regrettait en cet instant d'en avoir fait preuve en s'inscrivant à ce pseudo casting pour un artiste totalement à la ramasse, à peine plus vieux que la propriétaire de la galerie, dans laquelle il voulait faire cette « installation », un type d'œuvre d'art contemporain dans lequel Nina ne vit qu'un néant intellectuel, d'après la page wikipédia en tout cas.
En somme échec total pour une opportunité qui manquait tout autant d'intérêt. Pourtant. La musique s'arrêta et Nina souffla aussitôt ses deux pieds au sol en arrangeant son chignon. Avant qu'elle n'ait pu s'échapper de ce traquenard, un homme lui fit signe de regarder l'artiste qui lui même lui faisait signe d'approcher avec un regard intéressé. La seconde d'après, le sourire revint aux lèvres de la lycéennes. Oui ce casting, était de la merde, mais ça, c'était avant qu'elle eut entrevu l'espoir d'avoir été sélectionnée pour ce projet révolutionnaire, avant gardiste et définitivement actuel.

La lycéenne traversa la pièce presque en sautillant d'excitation à l'idée d'avoir réussi. La réussite, c'est bien ce qui motivait la jeune fille à mentir à tout va, la réussite dans tout les domaines qui soit et aux yeux de tous, et même si les récents propos de Sunny Palmer à son égard, notamment son mépris en la qualifiant de mythomane, l'avaient fait réfléchir, elle était passé outre. Elle était totalement consciente du mal qu'elle faisait autour d'elle, et la liste des victimes de ses mensonges s'allongeait de jour en jour, mais c'est bien Cissy qui lui avait appris que le lycée était un monde où la pitié ne permettait pas d'occuper une place de choix et Nina avait étendu la règle au monde tout court. La réussite, où était le mal à tout faire pour l'obtenir ? Et bien cette fois encore, elle l'avait sûrement obtenu.
« Monsieur, vous voulez me parler ? » Le sourire aux lèvres, Nina s'adressait à l'artiste, accompagné de la propriétaire de la galerie, comme un vainqueur. « Oui, tout à fait. J'ai beaucoup aimé votre prestation à vrai dire, très appliquée, très rigoureuse avec presque une pointe de détresse au bout des ongles. Très intéressant en somme. » Cet homme était le cliché même de l'artiste mais le sourire était toujours de mise malgré le mépris. « Merci beaucoup, et merci à vous madame Preston d'avoir organisé tout ceci. » Elle gratifia la rousse incendiaire d'un signe de tête avant de se tourner à nouveau vers l'artiste. « Excusez moi jeune fille, quel est votre nom que je le note dans un coin. Nous serions peut être amenés à nous revoir, qui sait. » « Oh oui excusez moi, je ne me suis pas présentée, Nina. Nina Stewart. Enchantée monsieur, ce serait un plaisir de collaborer avec vous. » Nouveau sourire mais la jeune fille ne manqua pas de remarquer la mine étrange de la rouquine juste à côté sans comprendre vraiment le problème.
Elle lâche la main de l'artiste puis fixa la jeune femme avec un peu plus d'insistance, réellement curieuse de cette réaction soudaine. Qu'avait elle à dire sur sa participation, elle ne dirigeait pas le projet et n'avait pas son mot à dire sur le choix de l'artiste après tout. Si cette femme s'empressait d'objecter, Nina ne se laisserait pas faire, mais pour l'heure, nouveau sourire. « Est ce qu'il y a un problème Madame Preston ? Vous ne semblez pas très bien... »
Revenir en haut Aller en bas
Anna L. Preston
You cannot find peace by avoiding life.
Age : 27 ans
Occupation : Entrepreneuse, photographe, assistante marketing, soeur dévouée, choriste ratée, fiancée consentante
Humeur : Progressivement maritale
Statut : Moitié d'Ainston
Etoiles : 799

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Running - No Doubt
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
04. Truth can make someone cut some head. Empty
MessageSujet: Re: 04. Truth can make someone cut some head.   04. Truth can make someone cut some head. EmptyMar 3 Juil - 0:32

Alors que l'artiste semblait véritablement enchanté, Anna se contentait de hocher la tête avec détachement et politesse. Son intérêt pour ce qui se déroulait sous ses yeux était totalement feint : quelle idée ridicule que de vouloir demander à des lycéennes complètement dénuées de talent de se risquer à une performance certainement ratée ? Ok, techniquement, c'était Anna qui avait eu l'idée, mais c'était bien parce qu'elle avait du faire avec les aléas de la vie d'artiste, et de cet artiste en particulier justement : un budget serré, voire nul, mais un ego sur-dimensionné et aucune envie de céder "à la pression de la société actuelle, qui ne comprend pas ce genre de dilemme, vous comprenez ?". Oui, elle comprenait. Elle comprenait surtout que sa matinée était ruinée par ce casting à la noix et que ce type allait faire de sa vie un enfer si les propriétaires de The Gallery ne cédaient pas à ses caprices.
Plutôt que de se rabattre sur de la performance de bas étage, Anna aurait, elle, tout simplement changé de projet. Pourquoi s'abaisser à photographier le sosie de Barack Obama quand on pouvait photographier Barack Obama ?
Mais Lexie lui aurait répliqué qu'elle ne connaissait rien à la demi-mesure, que tout le monde ne pouvait pas être aussi absolu et passionné qu'elle et qu'il fallait donc apprendre à faire des COM-PRO-MIS, ce à quoi s'appliquait l'aînée des Preston à ce moment là, rendant un sourire, un peu faible mais suffisamment convainquant, à l'artiste pour le satisfaire et le conforter dans son bon droit de dictateur de l'emploi du temps de la galerie pour le prochain mois, c'est à dire la durée de la préparation de son exposition.

De toute façon, chacune de ces jeunes filles aurait pu être un équivalent moderne de Carolyn Carlson qu'Anna n'aurait pas prêté plus d'attention à la chose. Elle avait la tête ailleurs, voilà tout. Et elle était de mauvaise humeur pour ne rien arranger.
Elle consulta son téléphone discrètement. Aucun appel, ni rien. Silence radio, à croire qu'il savait qu'elle savait.
Madeleine avait lancé la nouvelle sans vraiment réaliser qu'elle risquait de mettre fin à la trève Ainston, jusque là scrupuleusement respectée. Comment pouvait-il avoir ommis un tel détail s'il n'était pas un tant soit peu flatté de l'intérêt malsain que lui portait cette gamine ?
Et comment avait-il pu ne pas convoquer les parents de cette hystérique en puissance ? Son passé de bad boy ne lui octroyait pas le droit de faire preuve de toute la clémence du monde envers les mythomanes qui parcouraient les couloirs de McKinley et les rues de Lima...
Comment Madeleine avait dit que cette fille s'appelait ? Nina quelque chose ? Elle aurait donné cher pour l'avoir en face d'elle...

Anna sortit de ses pensées en voyant une jeune fille se rapprocher du coin dans lequel l'artiste et elle se tenaient depuis le début du casting.
Apparemment il avait fait son choix et la jeune femme rétablit aussitôt sur son visage le vague sourire condescendant qui la caractérisait dans de tels cas.
L'heureuse élue était une petite brune dont le visage innocent masquait une assurance et un orgueil complètement insupportables. Pas étonnant qu'il l'ait choisi, ni même qu'elle n'ait qu'un air faussement surpris : elle devait avoir l'habitude d'être toujours choisie. Comme cette Camelia Figgins et les autres cheerios qui paradaient dans les couloirs du lycée du temps de l'adolescence d'Anna. Bien, il allait falloir également composer avec cette diva en devenir, en plus d'assumer les caprices du temporaire maître des lieux.
Demeurant silencieuse, elle le laissa prendre la situation en main, sachant que tout ce qu'elle aurait à faire, c'était s'assurer que les parents signent le formulaire de consentement et que l'artiste ne serre pas sa muse de trop près. Un jeu d'enfant pour J.J, qui allait se voir assigner cette nouvelle mission dès le soir même.
La jeune femme allait donc baisser sa garde et espérer pouvoir vaquer au reste de ses occupations quand elle entendit le présumé clou du spectacle -ou de l'installation- se présenter.
Stewart. C'était ça, le nom. Nina Stewart.
Étrangement, ce fut comme si tous les sens d'Anna se décuplaient. Toute son attention se retrouva focalisée sur la petite prétentieuse qui lui faisait face. Elle pouvait percevoir le souffle encore court de sa respiration après l'effort, voyait le sang affluer par plaques sur ses pommettes, lui donnant un faux air de Blanche-Neige, et elle pouvait même sentir l'odeur de son parfum pour midinette sucré et entêtant.

-C'est Mlle Preston, répondit-elle sèchement, déstabilisée par le fait que sa surprise fut si visible. Et je vais très bien, je te remercie de t'en soucier... Nina c'est ça ?

Anna se tourna vers l'artiste avant de reprendre :

-David, puisque vous avez fait votre choix, je vous propose de prendre le relais ? Je vais m'occuper des papiers qui la concernent avec Nina, je vous laisse rejoindre Lexie au City Hall, elle avait besoin que vous serriez quelques mains, et elle voudrait également vous présenter au comité culturel de la mairesse...

Puis, reportant son attention sur la lycéenne tandis que l'équipe pliait bagage, elle poursuivit :

-Nina et moi n'auront pas de mal à régler toutes ces formalités n'est-ce pas ?

Saluant David de la main, elle fit signe à Nina de la suivre dans le bureau, lui présenta les documents officiels et l'engagea à s'asseoir, tandis qu'elle même s'installait en face d'elle.

-Très bien Nina, je te laisse remplir ceci, mais avant toute chose... J'aimerais que tu m'en dises un peu plus sur toi...

Le sourire qu'elle arborait en cet instant précis n'aurait laissé aucun doute à quiconque la connaissait, surtout pas au dénommé Ainsworth : cela allait être long, désagréable et douloureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
04. Truth can make someone cut some head. Empty
MessageSujet: Re: 04. Truth can make someone cut some head.   04. Truth can make someone cut some head. EmptyMer 11 Juil - 0:24

Le dédain qu'elle affichait pour cet événement fut très vite éclipsé par l'excitation et la fierté d'avoir été choisie. La victoire et la réussite, il n'y avait pas beaucoup de chose qui puisse beaucoup plus ravir Nina. Pourtant, un grain de sable s'était glissé dans ce joli scénario, un petit grain beaucoup trop roux qui la gênait. La surprise apparente de la propriétaire des lieux. Cette dernière rectifia ce qui parut être une faute impardonnable. Si elle ne voulait pas qu'on l'appelle madame, elle n'avait qu'à s'arranger pour faire un peu moins que la trentaine. « Oh ! Je vous présente mes excuses, mademoiselle. Nina Stewart c'est bien ça ! » Elle ne perdait pas son sourire parfait malgré la situation étrange qui se profilait et s'enquit même de serrer la main à cette demoiselle.
Anna Preston donna congé à l'artiste et le ravissement de Nina se fit encore un plus important. Elle avait la sensation de participer à quelque chose d'important, un événement d'envergure en assistant à cette conversation entre adulte du monde de l'art. Elle savait que l'art à Lima, ce n'était pas forcément l'apothéose mais elle occulta ce détail pour cette fois, parce que cette fois ci, elle y prenait part. La jeune fille ne paraissait absolument pas intimidée au milieu de toute cette agitation qui lui paraissait pharaonique. Elle avait l'impression que ces lieux lui appartenaient déjà. Cet espace d'un blanc immaculé qui respirait l'élite, il n'en fallait pas moins pour qu'elle se sente importante. La galeriste reporta son attention sur elle quand elle évoqua quelques formalités. Nina prit un air très sérieux et le plus professionnel qu'elle pouvait. Peut être allait elle signer un contrat, il n'était plus question d'avoir l'air d'une enfant. Ses parents allaient être si fiers d'elle c'était sûr. Elle avait déjà hâte de l'annoncer à son père qui la prendrait dans les bras en lui disant qu'il savait qu'elle avait du talent et que jamais il 'en avait douté. Sa reconnaissance lui faisait le plus grand bien. Elle était sa pression et son moteur à la fois et cette fois c'était certain qu'elle l'obtiendrait. Mais pour l'heure, il ne fallait pas se comporter comme une gamine se répétât elle intérieurement.

Elle acquiesça les propos de mademoiselle Preston pour l'assurer que de toute évidence, elle saurait gérer tout ce qui se présenterait. Celle ci l'emmena ensuite dans un bureau, dans les coulisses de la Galerie ! Un bureau sobre mais qu'on sentait de très bon goût à tel point que Nina fut presque impressionnée d'être invitée à pénétrer dans un lieu pareil, presque. Son intime conviction d'être à présent une artiste lui rendait tout plus classieux au regard. On l'invita à prendre place tandis qu'elle défaisait son chignon qui lui tirait douloureusement le cuir chevelu.
Alors qu'elle redonnait forme à ses cheveux, Anna lui posa devant elle un formulaire puis lui demanda de parler d'elle. En entendant cette requête, les gestes de Nina s'interrompirent brusquement, ses mains dans ses cheveux terminèrent lentement de glisser jusqu'aux pointes et ses yeux roulèrent progressivement vers le bas. Parler de soi... L'implacable constat était là, elle ne savait pas quoi lui dire, qui lui décrire vraiment. « De moi ? Hum... C'est très simple... » C'était tout sauf simple. Elle marqua un nouveaux temps de silence pour ramener ses cheveux dans son dos et faire disparaître les plis sur son jupon de danse. Ue fois la tête redressée elle gratifia Anna d'un sourire, un sourire qui laissait transparaître un embarras qu'elle ne pouvait cacher. Où étaient partis ses talents d'actrice ?
Elle s'éclaircit la gorge puis prit enfin la parole sur un air enlevé et dynamique qui contrastait bien trop étrangement avec l'attitude qu'elle avait encore la seconde précédente. « J'ai dix sept ans, je suis au lycée McKinley, je pratique la danse classique depuis que j'ai quatre ans et je pense pouvoir dire que j'ai un excellent niveau. Je suis une fille droite, appliquée, honnête, rigoureuse, persévérante et en somme je pense mériter cette opportunité qu'on me donne ici. Je pense en plus être assez jolie, je dois certainement avoir un visage qui passe très bien à l'écran, on m'a dit plusieurs fois de faire de la scène. Que dire d'autre... Ah oui, je suis très intelligente. Je dis cela au cas où cette performance pourrait m'ouvrir d'autre porte dans le milieu de l'art, je pratique le violon depuis mes six ans d'ailleurs. Que pourrais je ajouter encore, vous n'aurez pas de problème avec moi, je suis très professionnelle, je n'ai pas encore eut d'expérience dans le monde du travail mais je le sais. Je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui soit plus poli que moi, c'est très important à mon sens. Je prends des cours de maintien et de bonnes manières depuis mes cinq ans. Je réalise que je fais beaucoup de choses en fait... » Elle ne put retenir un petit rire franc mais se rendit bien compte qu'elle était bien la seule à trouver cela amusant. Elle reprit son calme et analysa machinalement le formulaire avant de continuer plus prudemment cette fois ci. « Il y a beaucoup de chose à dire quand on nous demande de parler de soi n'est ce pas ? C'est que je ne sais pas exactement à quel point vous voulez que je m'exprime... Je suis désolée si j'ai pu paraître un peu, orgueilleuse disons ? Mais je ne pensais pas que vous aviez des attentes particulières sur ma personnalité... Est ce que tout cela est réellement important ? »
Nina s'empara du stylo sans se montrer honteuse pour autant de ce déballage égocentrique. Elle se considérait très lucide sur elle même plutôt orgueilleuse et avait toujours pensé que les gens modestes était juste trop médiocre pour se reconnaître de véritables qualités.
Revenir en haut Aller en bas
Anna L. Preston
You cannot find peace by avoiding life.
Age : 27 ans
Occupation : Entrepreneuse, photographe, assistante marketing, soeur dévouée, choriste ratée, fiancée consentante
Humeur : Progressivement maritale
Statut : Moitié d'Ainston
Etoiles : 799

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Running - No Doubt
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
04. Truth can make someone cut some head. Empty
MessageSujet: Re: 04. Truth can make someone cut some head.   04. Truth can make someone cut some head. EmptyVen 21 Déc - 22:07

Il avait été impossible pour Anna de quitter son interlocutrice des yeux pendant toute la durée de son interminable monologue.
Elle détaillait le moindre des traits de son visage, scrutait la moindre expression qui pouvait laisser transparaitre une émotion autre que la suffisance extrême qui émanait d’elle, analysait jusqu’au dernier mouvement de sa main passée dans ses cheveux.
Comme à chaque fois que l’on touchait à Tim, la jeune femme avait tendance à perdre toute objectivité et dans ce cas précis, il lui était impossible de savoir à qui elle en voulait le plus : au surveillant de lui avoir caché la vérité ou à la fausse ingénue qui se tenait devant elle et qui était responsable de ses dernières nuits sans pouvoir fermer l’œil.

La galeriste se trouvait en position de force, elle le savait. Il suffisait d’un claquement de doigts et elle renvoyait Nina Stewart d’où elle venait, c'est-à-dire dans son équipe de cheerios sans talent et anorexiques, et tant pis si l’artiste faisait un caprice, ce n’était pas les jeunes danseuses avides de reconnaissance qui manquaient à Lima.
Pourtant une curiosité malsaine la poussait à aller jusqu’au bout. Il fallait que Nina signe ces papiers comme il fallait qu’elle obtienne le fin mot de cette prétendue histoire avec Timothy.

Droite, honnête, persévérante, jolie, très intelligente… Les superlatifs s’enchainaient et ne se ressemblaient pas.
Autant de qualités en effet qui pouvaient faire qu’un adulte s’intéresse de très près à vous, Anna elle-même ne le savait que trop bien. A force d’évoluer dans un monde d’adultes, la jeune femme avait fini par s’y brûler les ailes en se rapprochant un peu trop d’un ami de ses parents, artiste lui-aussi, juste avant leur arrivée à Lima.
Elle avait été enivrée par l’idée de son importance, elle, peu fréquentable pour le reste de ses semblables, pince-sans-rire et trop sinistre pour ses camarades de lycée, et pourtant petite chose convoitée comme un trophée et désirée par un homme qui avait l’âge d’être son père.
Elle n’avait jamais explicitement abordé le sujet avec Lexie mais sa sœur avait senti la tempête venir et avait réussi à éloigner Anna de cette relation peu épanouissante. Le départ pour les États-Unis avait fait le reste.
Que Nina s’imagine dans une relation passionnée avec Timothy ne semblait donc pas totalement incompréhensible à la jeune femme… Mais qu’elle fasse courir des rumeurs insensées si !

La petite rousse aurait pu se rengorger devant le malaise croissant de la lycéenne. Il était palpable qu’elle sentait que quelque chose ne tournait pas rond, et au fur et à mesure qu’elle énumérait les composantes de sa vie quotidienne et de ses atouts, Anna la sentait perdre peu à peu confiance en elle. Si elle n’avait pas voulu parvenir à ses fins à tout prix, elle aurait presque pu la plaindre…
La petite tentative d’humour de la jeune fille n’eut aucun effet sur son humeur, pourtant Anna esquissa un sourire, plus carnassier que rassurant.

-En effet, tu m’as l’air de ne plus savoir où donner de la tête… Tu es sûre que tu auras le temps d’inclure cette mission de plus dans ton emploi du temps surchargé ? Je dois m’en assurer pour la bonne réalisation de l’exposition … D’où les papiers à signer et le fait que je devrais probablement rencontrer tes parents…

La menace grondait sous les explications, et l’ironie qui se lisait sur le visage de la galeriste ne devait pas être bien rassurante. Anna tenta d’apaiser son impatience avant de reprendre :

-Au contraire, tout ceci est terriblement important Nina, j’espère que tu le comprends bien. On ne s’engage pas dans un tel projet à la légère. J’ai besoin de m’assurer que tu ne seras pas en retard aux répétitions simplement parce que, disons que ton petit ami aura eu envie de te voir à la dernière minute... Tiens au fait c’est un sujet que tu n’as pas abordé… Une jolie fille comme toi doit avoir un petit ami non ?

A nouveau, elle sourit en plantant ses yeux bleus glaçants dans le regard noisette de son interlocutrice.

-Alors ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
04. Truth can make someone cut some head. Empty
MessageSujet: Re: 04. Truth can make someone cut some head.   04. Truth can make someone cut some head. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

04. Truth can make someone cut some head.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 4
-